InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Mer 1 Mai - 23:27
Au dernier village où je suis passé, ils regardaient la montagne en disant que le Mont Fudji (je ne sais pas vraiment si c'est ça le nom, mais ça sonnait comme) était magnifique en prenant des photos et tout le tralala qui vient avec. Des «Regarde Papa, le Mont Fudji!» et des « Je n'ai jamais rien vu d'aussi beau!» ou d'autres exclamations du genre, tant que ça avec des petits cris d'extase. Quoi de plus énervant que ça! J'ai donc mis le fue comme je sais si bien le faire. On m'a souvent dit que je tuais pour rien (ceux qui m'ont dit ça, je les ai tué, j'avais pas envie qu'ils me fassent un discours), mais j'ai eu cette fois-ci une bonne raison de brûler le village: ceux qui prenait des photos me cassaient les tympans. Oui, j'ai les nerfs fragiles parfois. Mais comme je ne savais pas du tout où aller, j'ai décidé de partir pour le Mont Fudji.

Rendu là-haut, j'étais déçue car...c'était moche! C'était juste de la roche qui monte, avec des petits arbres et des arbustes. Aucun signe de vie, même pas un petit moineau. Même de loin, je trouvais ça ennuyeux et ça n'avait rien de magnifique. Vraiment, les vivants se laissent fasciner par n'importe quoi. Aussi, j'étais extêmement fatiguée de marcher. Cette montagne n'aidait pas, il fallait que je double effort pour grimper. J'ai failli tomber plusieurs fois, mais bon, je suis vivante et je le serai encore pour trouver ce maudit chevalier de la Lyre! Mais au moins ça m'entrainait. J'ai pu trouver un endroit parfait pour prendre une pause: une zone plate, quoi de mieux pour pouvoir jouer de la musique? Je me suis installé au beau millieu de la place, puis j'ai commencé à jouer du clavier. Peu après des pas de danse ont suivi. Je me suis toute détendu. J'ignorais tout autour de moi, ce qui était facile car il n'y avait rien. Les pires de tout mes soucis n'étaient que mirages. J'ai continué un bout de temps, mais un bruit qui sonnait assez creux m'a stoppé dans ma chorégraphie. Je l'avais entendu de nombreuses fois dans mon voyage, qui avait pour but de trouver le chevalier de la Lyre pour l'emmener aux Enfers et le livrer à maître Rhadamanther. C'était un genre de «Grooaaannn», pour donner une petite idée. Je savais déjà d'où provenait ce son. Je regardai pendant un instant mon ventre d'un air accusateur.

«C'est maintenant que je doit avoir faim? Vraiment?»

En guise de confirmation, le son se répéta, mais plus fort encore. J'ai regardé aux alentours.  À ma grande déception et celui de mon estomac, il n'y semblait avoir rien à manger. Pas d'oiseaux, pas de petits mammifères et même pas de petits fruits comestibles. Juste à y penser, je sentais que ma gorge étais sèche sous l'effet de la soif. Mais il n'y avait pas d'eau non plus. C'est à ce moment là que j'ai commencé à regretter d'avoir écouter ces gens et d'avoir été au Mont Fudji. Mais où aurais-je pu aller? Je ne connaisais pas grand chose dans le monde, sutout les endroits. C'était déjà mal parti pour moi parce que j'ai décidé de faire un grand voyage dont j'ignorais la fin. Mais puisque que j'y étais, autant le traverser au complet.

Après avoir soupiré, j'ai décroché ma harpe et commencé à jouer. Mais pas pour me détendre, pour attirer quelqu'un à moi pour lui demander des directives et des vivres pour ensuite le massacrer car j'avais envie de voir du sang. Si ça arrivait, alors j'aurais cru que je n'aurais jamais eu autant de chance. Sinon, je crèverais peut-être de faim. J'ai joué pendant longtemps, le soleil commencait à se coucher. Puis enfin je sentis une présence. IL ÉTAIT TEMPS! J'étais trop contente pour continuer à jouer. Je sautillais presque de joie et d'excitation. Enfin j'allais pouvoir savoir où je devrais aller pour trouver le chevalier de la Lyre! Enfin je vais peut être pouvoir manger! Enfin, je vais pouvoir tuer quelqu'un au moment où j'en ai vraiment besoin! Ma harpe m'a glissé des mains, mais je ne m'en souciais guère. De toute façon, ça m'aurait étonné si elle se serait brisé. J'ai juste demandé à voix haute en me disant dans ma tête «J'ai l'impression de parler dans le vide.» :

- Ohé! Il y a quelqu'un?


Dernière édition par Prayer le Jeu 20 Juin - 18:45, édité 1 fois
avatar
MinosSpectre du Griffon
Spectre du Griffon

Date d'inscription : 18/05/2006
Nombre de messages : 2717
Age : 40
Double Compte : Malakoda

Revenir en haut Aller en bas
Sam 4 Mai - 18:07
Les hauteurs du mont Fuji était enveloppés de brume, par delà cet océan de brouillard une musique se faisait entendre, un instrument chantait une complainte. Ces notes se perdaient dans les hauteurs inhosptalières ou nul etre humain ne pouvait évoluer. Sur un piton rocheux cependant un grand rapace, les ailes a moitié déployées se tenait droit , immobile comme a l'affut de quelque proie. La brume se dissipa quelque peu autour de ce piton de granit laissant lentement apparaitre la stature imposante du juge du Griffon!

Minos se tenait ainsi, semblant gouter les notes de musique qui abreuvaient ses oreilles. Bientot, il disparut, comme l'aigle prenant brusquement son envol. Il ré apparaut quelques secondes plus tard non loin de la jeune spectre qui jouait ainsi de sa harpe. Le cosmos du juge se matérialisa discretement en un nuage violacé qui se mela a la brume des montagnes; puis de nouveau le surplis de Minos se découpa lentement du brouillard tandis qu'il approchait lentement

Que cherches tu en ces lieux reculés? N'y a t il pas d'autre lieu pour éxercer ton art?

Minos arriva a hauteur de la musicienne mais ne s'arreta pas il alla plus avant passant derrière elle, jetant un regard furtif . Puis il s'arreta , tourna la tete de coté

Les humains n'ont pas a profiter ainsi de tes notes de musique et je sens bien que cette mélodie comme toute musique porte en elle un message

Minos fit une pause

Je t' écoute, pourquoi ce récital?

La voix de Minos n'était pas impérieuse et dure, mais néanmoins grave et incitant a une réponse rapide et précise
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Sam 11 Mai - 18:07
Je ne m'étais pas trompé quand j'ai ressentis une présence. La seule chose que j'ignorais, c'était par où allait arriver la personne et comment. Je l'ai su rapidement. Un homme en armure, plutôt imposant, est apparu devant moi. À son armure, j'ai pu voir que c'était un Spectre. Quant à son cosmos... il ressemblait beaucoup à celui de maître Rhadamanthe. Peut-être que lui aussi, c'était un juge? J'aurais peut-être la chance d'avoir des nouvelles de mon cher maître. Ça m'arrivait souvent, pendant mon voyage, de me demander ce que fait Rhadamanthe. Mon envie de tuer est disparu d'un coup, sous l'effet de mon hypothèse. Mais je suis quand même restée sur mes gardes, au cas où. C'est lui qui a brisé ce silence entre nous deux:

-Que cherches tu en ces lieux reculés? N'y a t il pas d'autre lieu pour exercer ton art?

Je n'ai rien dit. Je savais qu'il allait continuer à me dire d'autres choses. Je ne savais pas quoi, mais peut-être des réponses à ce que je cherchais. Il passa devant moi. Je ne me retournai pas, j'attendais qu'il continue à parler.

-Les humains n'ont pas a profiter ainsi de tes notes de musique et je sens bien que cette mélodie comme toute musique porte en elle un message

Il disait juste, ce qui me confirmait que c'était quelqu'un qu'on ne rigolait pas avec lui. Puis il reprit:

-Je t' écoute, pourquoi ce récital?


Je sentis sur le ton de sa voix qu'il voulait que je répondre. Je ne bougeai point, je ne prenais pas la peine de me retourner, ni même de pivoter la tête sur le côté. Je me pencha pour ramasser ma harpe. Je ne prêtais plus d'attention à ce Spectre, pour le moment. Je pris soin d'accrocher ma harpe sur mon dos. Puis enfin, je lui répondis:

-En effet, cette musique a un message à transmettre, qui doit se faire entendre. Un message direct, que voici: «Où es-tu, chevalier de la Lyre?». Mais elle n'est pas porteuse d'un seul message. J'en ai un autre: Qui êtes-vous? Êtes-vous un juge des enfers?

Je me suis retournée pour le regarder face à face. J'ai pu voir qu'il me faisait dos, mais qu'il avait gardé sa tête tournée pour pouvoir me regarder. Je me suis présenté et je lui ai raconté mon objectif:

-Je suis Prayer, Spectre de la Muse, et apprentie du juge Rhadamanthe. Il m'a toujours dit que la musique ne valait rien, surtout la lyre. Mais j'aime tout de même cet art. Il n'y a que la lyre dont je ne joue, cet instrument me répugne horriblement. C'est pour ça que je cherche le chevalier de la Lyre. Pour le ramener à mon maître, qu'il cesse de croire que je ne vaux rien et qu'il puisse enfin accomplir sa vengeance.

J'ai repris mon souffle un instant, puis j'ai terminé:

-Voilà pourquoi je suis ici.

avatar
MinosSpectre du Griffon
Spectre du Griffon

Date d'inscription : 18/05/2006
Nombre de messages : 2717
Age : 40
Double Compte : Malakoda

Revenir en haut Aller en bas
Mar 25 Juin - 17:37
Minos écouta attentivement les paroles du spectre de la muse; le dos tourné a ce dernier il attendait, sans un mouvement, impassible. Après quelques secondes ainsi, Prayer ayant fini de parler; la voix grave et déliée de Minos se fit entendre

Qui je suis ?  pourquoi cette question? Si tu es un spectre tu dois pouvoir reconnaitre le cosmos des étoiles spectrales , bien que nombreuses et diverses aucune ne doit t etre inconnue. Alors tu devras répondre par toi meme a cette question

Puis le Griffon fit une pause, les yeux fixés vers l'horizon il ne se décidait pas a faire face au spectre a la lyre. Bientot il reprit en relevant la tete comme sortant d'une méditation

Pourquoi cherches tu Orphée? Quele est ton dessein? Il est un serviteur d'Athéna: souhaites tu le défier avec ta lyre? lui demander une leçon de musique?

la derniere phrase aurait pu paraitre ironique mais le ton ne l'était guère et le juge des enfers voulait décidément comprendre les intentions de Prayer et le pourquoi de cet appel au chevalier d'argent de la lyre ... Il se mit a faire quelques pas; déambulant lentement comme un animal en cage sur un peit perimètre, puis soudain son regard se fixa sur son interlocuteur, une lueur violacée propre au cosmos des spectres transparaissait par delà son épaisse mèche qui cachait ses yeux. Aucune menace dans ce regard mais le souçis de sonder l'ame de celui qu'il interrogeait, comme il avait coutume de le faire: impossible de cacher quoique ce soit lorsque ce regard plonge dans le plus profond de votre ame!
Aussi Minos resta ainsi, attendant la réponse, la réaction de Prayer soumis a ce regard inquisiteur

Qui as tu avisé en enfer pour entreprendre une telle action envers un enemi? réponds sans attendre!

A présent le juge montait sa méfiance et son doute face a l'initiative du spectre de la muse! Se dérober s'avererait dangereux ....
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Mar 9 Juil - 2:05
Qui je suis ?  pourquoi cette question? Si tu es un spectre tu dois pouvoir reconnaitre le cosmos des étoiles spectrales , bien que nombreuses et diverses aucune ne doit t'être inconnue. Alors tu devras répondre par toi même a cette question


Mais…prétendait-t-il que je n'étais pas une spectre?  J'étais ce qu'il y avait de plus spectre au monde, non, même pas. C'est Rhadamanthe qui l'est. À mon âge, j'avais d'autres choses à faire que connaitre tous les spectres par cœur.  Le spectre qui était dos à moi faisait juste confirmer mes dernières  suspicions. Il était vraiment donc un juge.


Pourquoi cherches tu Orphée? Quel est ton dessein? Il est un serviteur d'Athéna: souhaites tu le défier avec ta lyre? lui demander une leçon de musique?


Héééé non.  Moi? Chercher Orphée? N'importe quoi!  Je le regardait avec un mélange de surprise et de dégout.  Est-ce qu'il a dit que j'avais une lyre?  J'avais une ou trois choses à lui dire, à ce juge-là.
Il s'est retournée et s'est avancé un peu.


-Pourquoi je chercherais Orphée? Il est mort et condamné au Cocyte!  Aussi, si j'aurais voulu une leçon de musique, j'aurais demandé  à Dame Pandore.



Qui as tu avisé en enfer pour entreprendre une telle action envers un ennemi? réponds sans attendre!


Je n'ai pas éviter son regard en pensant ''Comment je peux lui dire ça sans qu'il me tue?".  Non. Je l'ai regardé droit dans les yeux, avec un sourire satisfait. Et je lui répondu de la manière la plus franche qui soit:


-Personne.


Puis, sur une note plus sérieuse:


-Et que le Seigneur Hadès en soit témoin, malgré toute ma loyauté envers lui, je ne retournerai pas aux enfers avant d'avoir accompli mon objectif. Acceptez ma décision ou préparez-vous à l'affrontement, car mon maître a chassé de mon esprit le concept de la crainte. Juge ou non, je vous vaincrai.


J'avais répondu à ses questions. S'il n'aimait pas les réponses, c'était son problème et pas le mien. Pour la gloire du Seigneur Hadès, je lui ramènerai l'armure qui nous revient de droit à nous, les Spectres!
avatar
MinosSpectre du Griffon
Spectre du Griffon

Date d'inscription : 18/05/2006
Nombre de messages : 2717
Age : 40
Double Compte : Malakoda

Revenir en haut Aller en bas
Lun 19 Aoû - 19:08
Minos entendit les réponses du spectre sans broncher bien que, dans son esprit, ce dernier se montrait des plus insolents a son égard allant même jusqu'à défier le juge! Le griffon s'amusa de cette dernière réplique

Ainsi donc tu es prêt a m'affronter si je me dressais devant ta quête? conçois tu le ridicule de tes propos: nul ne peut, pas même ton maitre, te soustraire a la crainte, t'affranchir de la puissance des enfers!

Minos fit une pause; histoire de laisser en suspend ses intentions belliqueuses ou non, puis, hochant légèrement la tête 

Ceci étant j'ai autre chose a faire que de me battre dans un duel vain: je n'ai que faire de ta quête; le fait est que tu dépends d'un royaume, d'une famille .... et tu dois répondre de tes actes devant ta famille, quelque soit ton opinion par ailleurs  sur l'image de la famille pour les spectres.... conçois tu que comme toi les spectres peuvent ainsi vaquer de droite et de gauche répondant ainsi a leurs desseins et leurs instincts?  tu as un souhait personnel: soit! mais notre maitre te puniras de toute mauvaise manœuvre, et si tu ne me crains pas; crois moi, tu devrais craindre le courroux de notre souverain

Minos étouffa un léger rire sardonique: ce spectre pouvait bien courir a tout vent, mais son retour aux enfers pourrait s'avérer délicate et cette perspective  le rendait souriant considérant l'insolence de ce spectre a son endroit.

Bien, continues ta ballade et ..... tu salueras Orphée de ma part

Soudain le juge sur ces derniers mots disparut brusquement dans un rire glacial

Une prière pour la Lyre (PV Minos) (FB)