avatar
http://www.zentharpg.com/
Perséphone.Déesse des Enfers
Déesse des Enfers

Date d'inscription : 27/01/2013
Nombre de messages : 348
Age : 35
Double Compte : Neiya, Reine d'Ubar

Revenir en haut Aller en bas
Sam 13 Juil - 19:45
1986 - 1 semaine après le glas sonnant la défaite des enfers

Qui aurait imaginé pareille fin... Aucun des spectres sous le joug du Sombre Monarque. Sans doute pas ses juges, encore moins la belle Pandore. Quant à Perséphone... quelle importance revêtaient vraiment ces évènements pour elle ? Aucune.
Nulle tristesse de contempler son époux vaincu par les forces d'Athéna. Nulle amertume dans la vision de spectres défaits par les Saints aux armures dorées. Mais pas la moindre satisfaction que la terre ait vaincu non plus.
Les dieux passent un temps incroyable à se faire la guerre, à entraîner ceux qui les servent dans des combats ridicules qui n'ont d'autres intérêts que de parsemer leur morne existence d'actions inutiles. Les millénaires écoulés lui ont prouvé que cela ne changerait jamais.
Alors... où est l'intérêt dans cette boucle sans fin ?

- Perséphone

La déesse fixe le plafond voûté d'un regard morne. Ses prunelles d'émeraude ne reflètent pas le moindre éclat lorsqu'elles se posent sur le dieu des enfers. Seul un sourcil se hausse légèrement lorsqu'elle aperçoit les traits tirés de son visage d'ordinaire si doux.

- Que se passe-t-il... Hadès.
Dit-elle d'une voix douce tout en se relevant et annihilant les quelques mètres qui la séparent de son époux.

D'un geste aérien, ses doigts effleurent le visage divin. Savant paradoxe de cette déesse qui n'éprouve pourtant que peu d'affection pour celui qui lui a été imposé, mais dans le regard de qui l'on peut lire une légère pointe d'inquiétude à cet instant.

Comme beaucoup de divinités, Hadès supporte mal la défaite. Celle qu'il vient d'essuyer est on ne peut plus cuisante, cela est certain... cependant cela fait bien longtemps qu'elle ne l'a pas contemplé dans un tel état de lassitude.

- Conduits moi, ma douce Perséphone. Lui répond-il dans un vague sourire.

Avançant son bras en guise de réponse, Perséphone entraîne le sombre monarque dans le tréfonds de son palais. Nul besoin de demander des explications complémentaires. Ce qui aurait pu paraître obscure pour n'importe qui d'autre, est sibyllin pour la déesse des ténèbres. Après tout... n'est-elle pas sa muse depuis des temps que peu d'êtres peuvent s'enhardir d'avoir connus ?

- Penses-tu être absent longtemps. Demande-t-elle alors que leurs pas les conduisent auprès de la chambre éternelle, au fin fond de Giudecca.

C'est dans un sourire silencieux que le sombre monarque laisse planer un doute incertain. Il ne répondra pas, elle le sait.
Pour seul commentaire, alors que l'entité la plus puissante des enfers s'allonge doucement sur un lit aux dimensions improbables, Hadès lui adresse un dernier sourire en murmurant quelques mots.

- Je compte sur toi... Perséphone.
Susurre-t-il avant de fermer les paupières.

La déesse ne lui répond rien, observant cet être ni aimé ni détesté encore quelques brèves secondes. Distillant son cosmos en effluves qui s'immiscent peu à peu dans le corps originel du dieu des enfers, Perséphone semble aider son époux sur le chemin du sommeil auquel il aspire.
Quand toute respiration devient inexistante, quand le pendentif qui orne le torse divin cesse de briller de son obscure éclat, les Ténèbres font volte face sans un regard de plus.
Dès qu'elle referme les larges portes derrière elle, un pentacle vibrant d'une aura pourpre se matérialise en travers des montants de métal sombre. Perséphone appose brièvement sa paume au centre de ce pentagramme. Une douce clarté d'émeraude recouvre peu à peu le pentacle jusqu'à ce que sa lueur éclatante devienne plus pâle, puis disparaisse sans laisser de traces.

- Je ferai ce que j'ai à faire... maintenant reposes toi. Murmure-t-elle en s'éloignant de la porte ainsi scellée.

Lorsqu'elle sort de l'antichambre qui précède la chambre divine, deux spectres attendent la Reine, ployant le genou dès qu'ils l'aperçoivent.

- Informez Pandore du repos de sa majesté. Il ne doit être dérangé sous aucun prétexte. Dit-elle d'une voix plate en les dépassant.

- Ce sera fait ! Répondent de concert les deux entités spectrales.

L'un d'entre eux semble cependant hésiter. Coré stoppe son avancée dans le sombre couloir violine, sans pour autant se retourner.

- Qu'y a-t-il

- Eh bien... c'est que... qui... qui va gérer notre royaume en attendant le retour de sa majesté Hadès... Est-ce vous Dame Perséphone ? Répond-il avec une certaine hésitation dans la voix, semblant craindre les foudres de l'épouse divine.

Pourtant les foudres ne s'abattent pas comme il le craint. C'est d'une voix lasse que la divinité lui répond sans attendre.

- Pandore gèrera les armées de sa Majesté comme elle sait si bien le faire. Et en attendant son réveil... elle prendra ses ordres des dieux jumeaux. Achève-t-elle en s'éloignant, sonnant ainsi la fin de l'entretien.

Les spectres échangent un regard étonné. Ainsi... celle qui est censée être la plus proche du sombre monarque ne viserait donc pas d'administrer son royaume en son absence et confierait cette tâche à Hypnos et Thanatos...? Cela parait étonnant mais pourtant... sa voix ne laisse aucune place au doute.

---

Ce topic enclenche le sommeil du Dieu des Enfers. Jusqu'à son réveil, Hadès est donc profondément endormi et inaccessible à quiconque.

Le repos d'Hadès [FB]