avatar
OlrikLa Voix d'Yggdrasil | Administrateur
La Voix d'Yggdrasil | Administrateur

Date d'inscription : 19/03/2011
Nombre de messages : 10057
Age : 36

Revenir en haut Aller en bas
Mar 16 Juil - 14:14

Comprendre…


- *Savoir… enfin connaître la vérité. C’était tout ce que je demandais. Qu’était t’il vraiment arrivé à ma famille ? Pourquoi avait-elle été massacrée de la sorte ?

Depuis toujours je pensais qu’il s’agissait d’une vengeance de Polaris mais aujourd’hui je doutais. Des phrases, des sensations me donnaient l’impression que l’on me cachait quelque chose. Des mensonges… Voilà tous ce que mon passé m’évoquait dorénavant. *


Olrik était assis contre les décombres de ce qui avait été sa maison, le lieu où il avait grandi jusqu’à ce que sa vie sombre dans le chaos. Lui qui était né sous le signe du feu, ne pouvait que contempler les cendres de ce qui avait été sa vie d’enfant. L’époque où il pouvait encore être heureux… Depuis lors, il ne vivait que dans un espoir de vengeance. Rien d’autre ne comptait. Mais une vengeance contre qui ?

Il aurait aimé interroger Neiya, elle aurait peut être su la vérité, mais elle avait disparu. Olrik ignorait où était partie l’ancienne prêtresse de Loki et même si le Dieu lui aurait révélé certaines choses. Olrik avait servi le fourbe un temps, juste dans l’espoir d’assouvir son désir profond mais jamais parce qu’il partageait sa cause. Loki voulait le pouvoir sur Odin et cela, n’était pas une chose qui intéressait l’héritier de Surt mais Polaris était liée à Odin et donc le Père-de-Tout devenait l’ennemi. Olrik avait même affronter l’un des guerriers fidèles à Odin et, s’il avait réussi à le vaincre, son adversaire avait briser son épée ardente et causé sa déchéance. Hèl, fille de Loki, n’avait vu nulle victoire en celle d’Olrik et l’avait spolié de l’armure qu’il avait durement acquis : l’Eclat Divin de Garm.

Toujours seul mais désormais sans allié, Olrik avait du survivre et il n’y était parvenu que grâce à l’amour. Un sentiment qu’il n’avait pas ressenti depuis bien longtemps et qui lui était tombé dessus par le plus grand des hasards. Elle s’appelait Sita et, malgré sa maladie et son infirmité, n’avait jamais montré de faiblesses. C’est cet état d’esprit si particulier qui avait su animer la flamme du cœur d’Olrik. Par bien des égards, c’était la jeune femme qui aurait mérité d’être Guerrier Divin et non pas lui. Mais encore une fois, le destin fut cruel et la jeune femme mourut. Olrik connaissait de nouveau le drame et même ses suppliques à Hèl ne parvinrent pas à changer la destinée de Sita. Ironie des plus totales : ce fut la détresse intense que ressentit Olrik à la mort de sa bien aimé qui lui permit de recouvrer une armure et son épée. Surgit des flammes du bûcher de Sita, la Rune de Surt devint la propriété du seul être la méritant.

Le jeune garçon secoua la tête, tentant de chasses ces tristes souvenirs. Il ne parvenait pas à savoir s’il était plus malheureux en pensant à sa famille ou bien en pensant à la jeune fille. Alors qu’il se posait la question, un éclair surgit dans son esprit. Pourquoi n’y avait il pas songé auparavant ? Depuis toujours, dès le début, elle était présente. Quelque soit le malheur qui lui était arrivé, elle était là peu de temps après. Hèl… oui, la déesse était toujours liée à ce qui lui était arrivé de négatif. Elle devait avoir des réponses… elle devait connaître la vérité.

Fort de cette révélation, Olrik se leva d’un bond. Daudr, la chienne, enfant de Garm, qui le suivait partout sursauta mais se leva aussi vite que lui.

- * Viens Daudr, allons trouver Hèl ! *

Sans vraiment tout comprendre, l’animal jappa et suivit son compagnon…




Dernière édition par Olrik le Ven 26 Juil - 21:30, édité 1 fois
avatar
OlrikLa Voix d'Yggdrasil | Administrateur
La Voix d'Yggdrasil | Administrateur

Date d'inscription : 19/03/2011
Nombre de messages : 10057
Age : 36

Revenir en haut Aller en bas
Ven 26 Juil - 14:01

Réaliser...


Où trouver la Déesse du monde des morts d’Asgard si ce n’est en ce royaume maudit ? Olrik et Daudr se dirigèrent donc vers ce que beaucoup connaissaient en tant qu’entrée du Niflheim, bien qu’il s’agisse d’un véritable lieu sacré pour les Ases : le cimetière d’améthyste. Ce lieu possédait une histoire colossale et l’on pouvait encore y voir les corps sans vie des antiques guerriers nordiques conservés à jamais dans le cristal rosé.

L’héritier de Surt avait le plus profond respect pour ce lieu mais, à l’heure actuelle, seul lui importait d’obtenir des réponses. Il réduirait en cendres tous les lieux saints du royaume pour y parvenir, sans aucuns scrupules. Il pénétra ainsi, avec cet état d’esprit de conquérant, dans l’ancien territoire du guerrier divin de Delta. Plus personne ne protégeait le lieu aujourd’hui mais les relents du cosmos malfaisant d’Alberich de Megrez se faisaient toujours sentir. La mort régnait en maître ici et c’était tout ce qu’Olrik avait besoin en réalité.

- « HEL ! MONTRE TOI ! »

Qu’était devenu le respect que le guerrier avait pour la Déesse jadis ? Il avait rejoint le néant le jour où elle avait refusé de sauver celle qu’il aimait de la mort. A l’époque, il n’avait pas encore de doute sur les évènements de son passé mais le refus de Hèl avait fait naître une forte haine à son encontre dans les entrailles d’Olrik. Désormais, il n’était plus qu’un vagabond sans attaches, à part Daudr, et qui reniait toutes autorités divines. Il n’était qu’un pariât dans le royaume…
.
- « HEL, IL FAUT QUE JE TE PARLE. »

Il n’obtint aucunes réponses. Seul le bruissement du vent dans les branches des hauts arbres gelés et le hurlement des loups se faisaient entendre. Olrik ne comprenait pas. En ce lieu, il était certain que Hèl ne pouvait que l’entendre. Bien sur, elle était une déesse et elle pouvait très bien n’avoir rien à faire des demandes d’un simple mortel mais, elle l’avait quand même recueilli et entraîné. A ce titre, il estimait qu’elle devait quand même lui répondre. Il intensifia sa cosmo-énergie, son corps s’entoura d’une aura enflammée, et répéta ses appels.

- « JE SAIS QUE TU M’ENTENDS ! JE VEUX DES REPONSES ET S’IL ME FAUT VENIR LES CHERCHE AU NIFLHEIM, JE LE FERAIS ! »

Encore une fois, seul l’échos de sa propre voix lui fut renvoyé. Il lui fallut faire preuve d’une grande patience avant que des craquements sinistres ne se fassent entendre. Sous les bottes du guerrier divin, le sol se mit à vibrer. Rapidement, un véritable tremblement de terre se fit ressentir et Olrik chuta sur le sol. Lui et Daudr se callèrent l’un à l’autre pour résister à ce qui se préparait. D’une fente dans le sol, un souffle glacial, encore plus froid que l’air ambiant, surgit. A sa source, Olrik n’avait aucun doute sur ce qu’il y trouverait. Il n’eut pas besoin de s’y glisser pour en avoir confirmation : trois formes sombres en surgir avec vivacité et une voix résonna dans la vallée.

- « Tu oses exigé mas présence ? Toi l’héritier sans domaine, le guerrier sans armure ?

Et tu t’imagines que je vais répondre gentiment à tes appels pour te fournir ce que tu désires ?

Il n’y a que la mort que je t’apporte, Olrik de Surtr. »


- * Olrik regarde. *

L’Ase observait la crevasse et en vit la déesse en sortir. Elle avait finit par répondre à ses appels. Maintenant, Olrik réalisait quels risques il avait prit en la conviant. Elle pourrait l’anéantir par une simple pensée et il n’aurait pas le pouvoir de l’en empêcher. Un concert d’aboiement le rappela à l’ordre et le convainquit qu’il avait été inconscient dans son action. Les trois formes sombres qui avaient surgie avant la déesse se révélèrent être des animaux aussi massifs que Daudr et, Olrik comprit vite pourquoi : les deux compagnons avaient devant eux les frères de la chienne.

Leurs machoires massives étaient déformés dans un rictus sauvage et menaçants. De longs filets de baves coulants le long de leurs canines proéminentes. Daudr se plaça aussitôt devant son compagnon humain, comme pour le protéger.

- * Reste derrière moi, il n’oseront pas m’attaquer. *

Les trois chiens gigantesques se mirent en mouvements et se placèrent autour de leur soeur.

- « N’espère pas qu’il auront pitié de toi parce que vous partagez le même sans Daudr. Tu n’es qu’une traîtresse à leurs yeux. Tu as choisi de suivre un humain, reniant ainsi ton ascendance divine, tu mérites la mort autant que ce paria. »

La chienne fut surprise que Hèl soit parvenue à entendre les paroles qu’elle avait adressé à Olrik. Quoi qu’il en soit, elle ne comptait reculer et laisser son ami combattre seul.




Dernière édition par Olrik le Ven 26 Juil - 21:30, édité 1 fois
avatar
OlrikLa Voix d'Yggdrasil | Administrateur
La Voix d'Yggdrasil | Administrateur

Date d'inscription : 19/03/2011
Nombre de messages : 10057
Age : 36

Revenir en haut Aller en bas
Ven 26 Juil - 21:29

Affronter…


- « Ca suffit ! »

Après la peur que Hèl était parvenue à faire naitre en son cœur, voir Daudr menacer avait ravivé la flamme du courage en son cœur. Olrik se tenait debout face à la Déesse et aux canidés gigantesque. Deux d’entres eux étaient encore plus grand que Daudr, certainement les deux mâles de la portée. L’ase porta la main à l’épée qu’il portait au côté.

- « Rappelle les Hèl. Je ne veux pas faire de mal aux enfants de Garm, il a été bon pour moi. »

Un rire sonore et cristallin jaillit de la gorge de la mort incarnée. Comme à l’accoutumée, seule une partie de son visage était visible, la seconde demeurait prisonnière des ombres de son être.

- « Tu es amusant mais qu’espère tu faire avec tes tronçons d’épée ? »

Dégainant avec lenteur son arme, Olrik sourit. Ce fut une arme en parfaite été qu’il tint en mains.

- « Elle a été reforgée dans les flammes de ma peine lorsque tu m’as refusé ton aide pour sauver celle que j’aimais. Mais cela n’a pas été mon seul cadeau. Regarde bien ! »

Intensifiant son énergie jusqu’à être entouré d’un brasier pourpre, Olrik appela son armure. En une gerbe de flammes, celle-ci répondit à son appel muet et vint recouvrir son corps sans attendre. Hèl sembla surprise de la présence de la Rune de Surt mais elle n’afficha aucunes craintes, il n’en demeurait pas moins un mortel.

- « Alors tu as récupéré une armure, Héritier ? Surt semble toujours estimer que tu mérites son sang. C’est dommage pour un être tel que lui de se tromper à se point. »

Elle fit retentir un claquement de doigt sonore et les chiens se mirent à hurler. Ils se lancèrent à l’assaut du guerrier mais, Daudr s’interposa. Elle faucha deux d’entre eux en un bon titanesque, les envoyant bouler à plusieurs mètres. Les deux molosses n’en restèrent pas là et se relevèrent prestement, laissant Olrik entre les crocs de leur frère. Daudr poussa un hurlement sonique, utilisant son propre cosmos pour générer une attaque puissante en direction du plus massif de sa fratrie. Elle était consciente qu’elle ne ferait pas le poids contre les deux en même temps et qu’Olrik était en danger. L’onde sonique frappa de plein fouet son frère, le laissant hagard un instant, la chienne en profita pour charger sa sœur. Les deux animaux avaient environ la même taille mais Daudr n’en était pas à son premier combat.

De son côté, Olrik tenait à distance le plus massif des trois chiens à l’aide des flammes générées par son épée. Il ne désirait pas lui faire de mal mais il doutait d’en avoir le choix longtemps. Il intensifia alors son énergie afin que la chaleur qu’il dégageait handicap son adversaire. La neige fondit rapidement et des volutes de vapeur s’échappèrent du sol. L’affrontement était inévitable…


avatar
OlrikLa Voix d'Yggdrasil | Administrateur
La Voix d'Yggdrasil | Administrateur

Date d'inscription : 19/03/2011
Nombre de messages : 10057
Age : 36

Revenir en haut Aller en bas
Dim 28 Juil - 21:00

Survivre…


L’animal était méfiant, le feu le gardait à distance mais ça ne durerait qu’un temps. Olrik savait qu’il lui faudrait combattre pour survivre. Conservant sa lame tendue en avant, l’Ase commença à bouger latéralement. Il n’avait pas l’avantage physique dans son affrontement mais bénéficiait de la protection de son armure et de son aura de feu.

- * Tu comptes te cacher derrière ton jouet de métal encore longtemps ? *

La voix avait résonné à l’intérieur du crâne d’Olrik. Sans aucuns doutes, c’était l’animal qui lui parlait d’une voix grave et profonde. L’Ase fut surprit qu’il puisse percer les défenses de son esprit aussi facilement mais, son lien avec Daudr en était surement la cause. Il conservait en permanence une voie ouverte pour qu’elle puisse communiquer avec lui.

- * Je ne veux pas te faire de mal, mon arme est moins dangereuse pour toi que mes propres attaques. *

Le rire du chien résonna dans le crâne d’Olrik. Sans crier gare, il concentra son énergie et déchaina une puissante vague sonique qui déferla sur l’humain. Olrik fut propulsé en arrière sans parvenir à se protéger de l’attaque. Il fit de son mieux pour conserver son épée à la main mais le choc de l’atterrissage la fit rouler au loin. Sonner par le coup, l’Ase mit un temps précieux à se rétablir. Son adversaire fut sur lui en moins de temps qu’il ne lui fallut. Ecrasé par les pattes monstrueuses du chien, il ne parvint pas à se libérer de l’emprise.

- * Minable…*

Totalement à sa merci, la survie d’Olrik ne tenait qu’à un fil. Il sentait la détresse de Daudr lorsqu’elle réalisé le danger auquel il était exposé. Elle-même était toujours en proie à la sauvagerie de sa sœur et de son second frère. Elle était parvenue à blesser légèrement sa sœur, la privant de sa vivacité mais seule contre les deux, elle ne se donnait pas gagnante. Il fallait réagir, Olrik en était conscient. Malgré qu’il rechignait à faire du mal aux enfants de Garm, il concentra son énergie ardente et dégagea une aura brulante pour se dégager. L’animal qui le maintenait au sol n’eut pas d’autre choix que de reculer pour ne pas se brûler.

- « Ca suffit j’ai dis. Reculez ! »

Son corps s’entoura de flammes et le terrain alentour se transforma en fournaise.

- « Hel, rappelle les ! »


avatar
OlrikLa Voix d'Yggdrasil | Administrateur
La Voix d'Yggdrasil | Administrateur

Date d'inscription : 19/03/2011
Nombre de messages : 10057
Age : 36

Revenir en haut Aller en bas
Mer 7 Aoû - 20:20

Riposter…


La chaleur fut vite étouffante. Les enfants de Garm reculèrent pour abriter leurs pattes de brûlures intenses. Même Daudr fut contrainte de s’écarter pour se mettre à l’abri. L’aura autour d’Olrik s’intensifiait encore, créant une forme presque humaine. Ses yeux avaient perdu l’habituel éclat qu’ils possédaient et n’étaient plus que deux braises ardentes.

- « Hèl, c’est à toi de me fournir mes réponses ! Fais le ou affronte moi en personne ! »

Les paroles de l’Ase était digne des plus fous. Il avait déjà tenté par le passé de s’attaquer à la Déesse et elle l’avait repoussé sans le moindre effort mais, il n’avait plus rien à perdre. Lorsque les chiens furent assez éloignés pour ne pas être blessé par son attaque, Olrik intensifia encore plus son énergie. C’était désormais un véritable brasier qui entourait l’Ase.

- « Hèl ! Tu me donneras ce que je demande de grès ou de force !

BURNING DESTRUCTION ! »


Le jet de flamme absorba toute l’aura qui entourait l’héritier de Surt et fut projeté à une vitesse prodigieuse vers la Déesse. Tout être sensé aurait tenté de fuir devant une telle attaque mais elle n’en fit rien. Au contraire, elle se mit à avancer vers le magma brûlant sans crainte. Lorsque l’énergie vint la percutée, elle exécuta un simple mouvement du bras pour détourner la charge. Olrik en était médusé, il avait mit tout ce qu’il avait dans cette attaque. Qu’elle parvienne à la détourner si facilement était stupéfiant. Pire encore, elle avait fait en sorte que la vague de feu prenne la direction des enfants de Garm qui se tenaient toujours à l’écart. L’Ase était désespéré, il n’avait jamais voulu leur faire du mal, ils étaient innocents. Malheureusement, il ne pouvait rien faire. Le feu ne répondait plus à son appel et il était trop loin pour s’interposer. Ce fut à cet instant, que le sol se mit de nouveau à trembler. Une masse sombre et immense surgit du sol pour littéralement avaler le jet de feu.

Devant les yeux ébahies d’Olrik, se dressa Garm en personne. Sa stature massive demeurait toujours aussi impressionnante, tellement que les arbres autour d’eux paraissaient presque minuscule. Cela faisait longtemps que l’Ase ne s’était pas trouvé en sa présence et le revoir, raviva des souvenirs de leurs heures d’entrainement. Dès qu’elle l’aperçu, Daudr se précipita vers l’épée de son compagnon et la ramassa dans sa gueule. En quelques bonds seulement sur le sol brulant, elle apporta Surtal et la déposa dans la main tendue de l’héritier de Surt. Demeurant à ses côtés, Olrik retrouva confiance en lui et brandit de nouveau son épée enflammée...


avatar
OlrikLa Voix d'Yggdrasil | Administrateur
La Voix d'Yggdrasil | Administrateur

Date d'inscription : 19/03/2011
Nombre de messages : 10057
Age : 36

Revenir en haut Aller en bas
Mer 28 Aoû - 15:22

Accalmie…


Il fallut un instant à Olrik pour réaliser que Hèl avait profiter de l’irruption de Garm pour disparaître. Les réponses qu’elle détenait avaient donc disparues avec elle. L’Ase sentit un mélange de colère et de frustration le gagner. Les flammes autour de son corps gagnèrent en intensité et elles ne furent calmées que lorsqu’une voix puissante retentit dans esprit.

- * Ton feu ne pourra rien contre moi, héritier ! *

Olrik reconnut la voix immédiatement, même si cela faisait de nombreuses années qu’il ne l’avait pas entendu. Garm… le gardien le dominait de toute sa hauteur et de tout son pouvoir. Derrière lui, ses enfants se regroupaient, certains léchant les blessures qu’ils avaient reçu pendant le court affrontement.

- « Mon courroux n’ait pas dirigé contre toi Garm, mais contre Hèl. C’est elle qui possède les réponses qu’il me faut et je suis prêt à tout pour les obtenir. Écarte toi ! »

L’Ase sentit les yeux noirs posés sur lui le sonder. Le gardien du monde des morts ne se montrait nullement agressif mais il ne faisait pas montre de s’écarter.

- * Olrik... Tu as perdu le droit d’obtenir ma clémence, le jour où tu as perdu le droit de porter mon armure. *

- « Dois-je considérer que nous sommes donc ennemis ? »

- * Non ! Je ne suis pas ici pour toi. Je ne suis venu que pour protéger ma progéniture. Hèl pense pouvoir l’utiliser comme elle l’entend mais il n’en est pas question. Je n’ai que faire des différents qui vous lient. Mais sache, qu’elle n’est pas la seule à obtenir les réponses que tu cherches et que même si tu les obtenais, tu en voudrais encore plus. Le plus simple est de te rendre directement à la source. *

Olrik était surprit, Garm connaissait il les responsables du massacre de sa famille ?

- « La source ? De quoi parles-tu ? »

- * Je te parle de la source de ton pouvoir. Il n’y a que là que tu pourras obtenir la totalité du savoir qu’il t’est nécessaire de posséder. Rends toi aux portes de Nidavellir, un guide t’y montreras le chemin. *

Garm posa son regard sur Daudr. Il n’y avait guère d’affection dans l’attitude qu’il affichait à l’égard de sa fille.

- * Daudr… je ne perdrais pas mon temps à tenter de te convaincre d’abandonner l’héritier et de repartir avec tes frères et soeurs. Si ceci est la destinée que tu désires, tâche juste de ne pas mourir inutilement. *

Le gardien commençait déjà à faire demi-tour.

- « Attends ! Pourquoi m’aides tu ? »

Le chien géant s’arrêta un instant alors que le sol commençait déjà à s’ouvrir.

- * Simplement parce que je le désires. *

Olrik n’insista pas. Il savait qu’il n’obtiendrait aucunes autres réponses. Il regarda la meute de chien suivre Garm et se mit en route pour la porte de Nidavellir.



avatar
OlrikLa Voix d'Yggdrasil | Administrateur
La Voix d'Yggdrasil | Administrateur

Date d'inscription : 19/03/2011
Nombre de messages : 10057
Age : 36

Revenir en haut Aller en bas
Lun 2 Sep - 14:12


Olrik était partit serein mais réalisa vite qu’il ignorait où se trouvaient les portes de Nidavellir. Il connaissait nombre de légende au sujet du peuple des nains, dont la porte était sensé être l’entrée du royaume, mais il y avait bien longtemps qu’ils ne se mêlaient plus de la vie des humains et restaient cloîtrés dans leurs vastes réseaux de cavernes. Il se trouva stupide de ne pas avoir posé la question à Garm lorsqu’ils étaient ensemble. L’Ase stoppa sa marche. Daudr continua d’avancer de quelques pas avant de s’apercevoir de l’arrêt de son compagnon.

- * Olrik ? *

La chienne regarda l’humain et revint sur ses pas pour s’assurer qu’il aille bien. Olrik s’accroupit prêt d’elle et posa sa main sur son encolure.

- * Tu ne saurais pas où se trouve les portes de Nidavellir par hasard ? *

Daudr tourna la tête de côté en relevant une oreille.

- * Pourquoi, toi tu l’ignores ? *

- * Quoi tu le sais vraiment toi ? Comme est ce possible ? *

Olrik entendit un rire dans son esprit, signe que la chienne se moquait de lui.

- * Si tu passais plus de temps à lire qu’à t’entraîner au combat, tu le saurais aussi. Les portes se trouvent à l’endroit le plus chaud du royaume, dans une grotte où aucun habitant ne se risque à pénétrer. *

L’endroit le plus chaud du royaume ? Olrik ne mit pas longtemps à comprendre de quoi il s’agissait.

- « Le volcan d’Hagen…»

Le volcan d’Hagen était le seul endroit à Asgard où coulait le sang brûlant de la planète. C’était un lieu unique au sein du royaume qui avait vu l’un des plus valeureux guerrier divin s’entraîner et obtenir son armure. L’armure de Beta y demeurait d’ailleurs en attente d’un nouveau porteur.

- * Tu es certaine que c’est là bas ? Qu’est ce que les nains y feraient ? *

- * Il s’y cache pardi. Quel meilleur endroit qu’un lieu où jamais personne ne pénètre pour installer les portes de son royaume ? *

Elle avait raison. C’était l’endroit idéal pour rester à l’écart du monde.

- * Allons y ! *

Les deux compagnons reprirent leur marche en connaissant cette fois ci, le lieu de leur destination.



[Quête or Olrik] [FB] Les braises de mes larmes... - Partie 1