avatar
MohanaSpectre du Nâga
Spectre du Nâga

Date d'inscription : 08/01/2006
Nombre de messages : 14525
Age : 32
Double Compte : Fille d'Estrée *.*

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 18 Juil - 10:28

    Près de la rive, proche du port, la mer était tranquille. Soudain, une lueur rosée en forme de lotus se dessina et s’ouvrit, laissant la lumière dans les ténèbres. Légère, la démarche fragile et dansante, l’enfant sacré glissait sur l’eau. On disait qu’un sage il y a de cela des siècles était parvenu à annihiler les démons fuyant l’ordre divin.

    Elle portait un sari rouge, une ceinture faite de plume de paon, et de nombreux bijoux sur les mains, les oreilles, le cou, les bras et les chevilles. A sa ceinture était accroché un tambourin, qui tinta légèrement à chaque pas. Son visage était serein, tranquille, ses pupilles grises balaya l’horizon. Rien ne s’y dégageait cependant.

    Dans sa main droite, elle tenait une fleur de lotus. Telle une Apsara, une nymphe céleste dont elle en était une digne représentante. L’apprentissage auprès d’elles, puis avec celui qui était depuis quelques temps comme son père spirituel ; le sage céleste ; Naga. C’est lui qui l’avait découvert. Et puis maintenant, elle était auprès de sa Dame, la spectre du Drak, Garnet, avec qui elle allait encore apprendre.

    -«  La lumière ici n’existe pas. Aurais-je la force de l’offrir à ces ignorantes créatures dont le cœur n’est fait que de haine et de rébellion ? N’était-ce pas une mission seulement réalisable par Vishnou ? »


    Sa voix fluette raisonna très faiblement, c’est lèvres avaient délivrés ces mots comme des doutes. Elle sentait sur cette île de nombreux cosmos. Pour elle se battre n’était pas sa première option, et ce alors qu’il n’y avait ici personne capable de l’affronter, elle voulait tenter l’impossible ; rompre le cordon de l’ignorance qui habitait le cœur de ces êtres.

    Evidemment, Mohana avait conscience qu’elle repartirait perdante, pire encore, elle aurait certainement sous ses yeux un tableau d’une laideur. La situation était peut-être plus sombre qu’elle ne pouvait le croire.
    Lorsqu’elle posa le pied sur l’île, elle vit un écureuil, blessé, le visage triste, la jeune jewel s’agenouilla à ses cotés.

    -«  Pauvre petit écureuil… Il semblerait que ma présence en ce lieu te sera bénéfique. Tu seras sans doute le seul être à en prendre conscience. »

    La paume de sa main gauche était à quelques centimètre de l’animal, une aura douce, apaisant et guérissant d’une couleur verte engloba le récepteur qui voyait ses forces lui revenir. Restant accroupie, elle serra ses genoux avec ses mains et observa l’écureuil s’habituer à être en total possession de ses moyens, puis il se tourna vers elle et se dressa. Jade se contenta de lui sourire tendrement avant de se relever, et l’observer courir au loin.

    L'ensorceleuse se dirigea vers un gros rocher, d’un saut gracieux en se réceptionnant du bout du pied au dessus. L’enfant s’installa ensuite d’une manière nonchalante, posant par a suite son poignet gauche sur le genou, sa main pendait élégamment. Il ne lui restait plus qu’à attendre, fermant les yeux, elle se concentra, pensant à son enseignement, près d'ici elle existait également.


Dernière édition par Mohana le Dim 28 Juil - 14:15, édité 1 fois
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Jeu 18 Juil - 12:34
Tenue de Clotho:
 

Un petit démon venait d'arriver sur l'île. N'étant pas très loin, je décidais d'aller voir de quoi il en retournait. Une petite fille, toute de rouge vêtue, portant un nombre de bracelets impressionnant. Assis sur un rocher, elle semblait s'amuser. Une jeune fille semblerait-il. Pourtant, elle ne semble pas effrayée d'être ici, ni même surprise. Serait-elle venue de son plein gré ? Non, personne n'y vient sans vouloir nous tuer ou marchander. Ne semblant pas avoir d'intentions néfastes, sans doute voulait-elle nous voir pour autre chose. Un but que j'allais découvrir sous peu. Quittant Takeya et Largo, je me dirigeais donc vers elle. Pourtant, avant d'y arriver, ma tenue changea. Désormais, je revêtais un magnifique complet d'un certain grand couturier. C'est à dire une veste, un pantalon et un gilet, le tout noir, assorti avec une chemise blanche, une cravate rouge écarlate avec quelques motifs noirs dessus. Une paire de magnifiques richelieus noires. Un chapeau melon apparut également sur ma tête. Une véritable tenue pour un homme d'affaire en somme, dans les années 1960, il en va de soi. Ne me demandez pas pourquoi, j'en avais envie, tout simplement. L'heure était aux affaires. Mais je me méfiais de cette jeune fille. Pour venir aussi facilement en ces lieux, elle devait posséder un cosmos. Pour quel dieu travaillait-elle ? A qui avait-elle vendue son âme ? Pour quelle somme dérisoire ? J'arrivais droit devant elle, mais m'arrêtais à trois mètres. Je baissais la tête pour la saluer.

Bonjour. Je m'appelle Clotho. Et toi, comment tu t'appelles ?Je prenais avec elle une voix qui se voulait rassurante, comme un passant le ferait avec une enfant inconnue qui semblait perdue. Elle ne semblait pas effrayée le moins du monde, me confirmant donc mes premières impressions. Tu es perdue ? Tu veux quelque chose ? J'avais envie de lui dire 'mais pourquoi tu as autant de merde sur toi ?', mais je me retins. C'est vrai qu'elle porte beaucoup trop de bijoux et bracelet pour son âge quand même ... On dirait une professionnelle de la rue qui travaille tard le soir, mais en version plus jeune. Quelqu'un la force à avoir toutes ces choses ou quoi ? Bref, je me reconcentre et la regarde. Elle ne semble pas avoir encore trop de forme pour son âge. Quel âge a-t-elle au fait ? Neuf ans ? Douze ans ? Pas plus je pense. mais son attitude me fait penser qu'elle pourrait en avoir plus ...
avatar
MohanaSpectre du Nâga
Spectre du Nâga

Date d'inscription : 08/01/2006
Nombre de messages : 14525
Age : 32
Double Compte : Fille d'Estrée *.*

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 18 Juil - 19:02

    Les yeux clos, elle entendait seulement le bruit des pas de l’individu qui venait à sa rencontre. Plus il s’approchait, plus la fleur de lotus qu’elle tenait entre ses doigts devenait fade, jusqu’à faner entièrement, lorsque l’un des pétales effleura la main de l’irréelle jeune fille, une larme coula sur sa joue laiteuse. C’était le signe que près d’elle se trouvait un cœur entièrement sous l’emprise de l’ignorance, ne voyant que par la force, une créature maléfique plein de haine.
    La danseuse ne pouvait pas voir l’être qui venait de se présenter sous le nom de Clotho et qui venait de lui demander son nom et qui désirait savoir si elle était perdue ou si elle voulait quelque chose. La larme de l’Apsara glissa le long de sa joue avant de heurter le sol, la larme donna naissance à une nouvelle fleur de lotus, qui hélas disparut elle aussi sous le même effet que l’autre.
    Une moue compatissante voila le visage de la jewel qui comprenait un peu mieux l’état du petit écureuil qu’elle avait croisé à son arrivée.

    -«  Je me nomme Mohana… »

    Une voix humble, elle n’était pas ici pour combattre, ni déclencher un conflit. Non, elle était juste là pour observer, connaitre, savoir. Toujours assise majestueusement sur ce rocher. Malheureusement elle avait le pressentiment que pour apporter la lumière dans le cœur de cet homme. Il lui faudrait posséder l’épée de la sagesse, cependant elle n’était pas encore assez prête pour un tel honneur.

    -«  Je ne cherche rien, je ne suis qu’une modeste âme errante, un doux rêve dont le seul dessein et d’apporter un peu de lumière dans les ténèbres. Le destin a souhaité que je me trouve ici au milieu d’un monde sans scrupule, dominé par la haine. Je n’ai guère commencé ma tache car elle est impossible à mener à bien dans ce lieu. »

    Le regard dans l’obscurité, la même qui en ce moment tenait fermement entre ses mains la vie de ces créatures. Quoique… Elle avait l’étrange impression qu’ici, que cette caste de guerrier possédait un seul être capable de la faire trembler.

    -«  Je suis ici, car il s'agit du plus merveilleux des endroits pour observer la décadence des hommes…Et sache que même dans mes pires cauchemar je n’imaginais que l’on puisse tomber si bas. »

    Le ton de la voix était toujours humble, mielleux, elle débitait ces paroles sans craintes… Il y avait fort longtemps qu’on lui avait appris à dompter les ficelles capables de troubler la sérénité d’un esprit. L’expression de son visage était triste, plein de compassion et de pitié, car au fond, l’espoir était légitime, car si elle ne l’avait pas ressenti tout de suite. Un être n’était pas si mauvais.
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Ven 19 Juil - 10:29
Mohana ... On dirait un prénom venant d'Inde, ou d'un pays d'Asie. Vous savez, un de ces noms dont l'évocation fait penser à un sage. Pourtant, lorsque l'on pose les yeux sur cette créature, nulle sagesse ne semble s'échapper de son corps. Et pourtant la voilà, parlant par énigme, lâchant des phrases dont elle ne devrait qu'à peine connaître le sens. Une de ses larmes fit apparaître une fleur de lotus qui bien vite mourut à cause du climat de l'île.

Ravi de te rencontrer Mohana. Je lui adressais un sourire, comme pour la convaincre. J'écoutais ce qu'elle disait. Son visage semblait laisser transparaître de la tristesse. Je dis semblait, car quelque chose me gênait en elle. Les enfants sont extrêmement manipulateurs, et pour l'avoir expérimenté dans mon enfance, je le sais de source sure. Mais là, je ne sais pas. On dirait qu'elle se force ... Passons. Je ne crois pas qu'il y est un destin qui écrive le sort de l'Humanité. Pour moi, chaque personne qui vit, chaque chose qui possède le don de la vie est capable de façonner son destin, de créer son avenir. Je ne crois pas en une force divine qui gère nos actions. Il existe bien sur d'horribles démons appelés dieux qui jouent avec nous comme on joue avec des jouets. Mais mis à part ces êtres, chacun est libre de faire le choix qu'il désire, aller vers la lumière, ou plonger vers les ténèbres.

j'ai du mal à croire que j'ai ce genre de discussion avec une enfant ... Elle semblait sincère lorsqu'elle parlait de commencer sa tâche et de répandre la lumière. Quelque chose en elle m'intriguait, sans que je ne puisse mettre le doigt dessus. Il n'y a pas que la haine qui domine ce monde, tu sais. Pour qui sait regarder, on peut y trouver l'Amour, l'amitié, la confiance, la joie, le bonheur, le rêve, l'espoir. A chaque sentiment négatif est associé un positif. La mesure des deux ne dépend que de l'Humanité. Dans les temps qui courent, il est aisé de croire que les ténèbres l'emporte. Mais regarde le monde, regardes le bien. La lumière se bat encore et toujours. Elle vacille, mais jamais ne disparait. A nous de savoir la faire grandir, et la partager.

Je regardais la mer comme si mon regard pouvoir traverser les océans et voir la terre, surveiller le monde. Je l'ai parcourut pendant cinq ans. Et je n'ai vu que la guerre, la décadence, le mal. J'ai cherché la lumière, je ne l'ai pas trouvé. Il aura fallut attendre qu'une petite fille arrive sur l'île pour que j'ouvre les yeux sur ce qui était devant moi depuis le début. La lumière e trouve partout. En chaque être, chaque chose qui vit. Après, c'est un choix personnel de l'éteindre ou de la laisser briller. J'ai cherché pendant des années, les yeux fermés, et jamais je n'ai trouvé. Comment une enfant peut réussir ce prodige ? Aurait-elle comprit ? Est-elle capable de répandre la lumière sur ce monde ?

Cesses donc de voir les mauvais côtés, et concentres toi sur les bons. Regardes comme l'Humanité grandit au fil des jours. Vois les actions nobles qui y sont faite, cesse de combattre et accepte la part de ténèbres venant de chacun. C'est ainsi que l'on parviendra à éclairer le monde. Regardes ce père de famille qui pousse sa femme de la route pour se faire écraser à sa place. Observes cette mère aller à ses trois travails (travaux ?) pour avoir assez d'argent afin de nourrir sa famille. Éprends toi des merveilles de ce monde, et contemple la beauté qui en émane.

Être un éveillé, comme l'Humanité nous appelle, nous interdit de faire des erreurs. Ne juges pas quelqu'un sur qui il semble être, mais sur ce qu'il est, dit, ou fait. Me juges-tu parce que j'habite sur un morceau de terre en fusion d'où la vie ne semble pas provenir ? Est-ce que quelqu'un se définit par ce qu'il a chez lui, ou ce qu'il a en lui ? Lumière et ténèbres se mêlent en chacun de nous, et c'est à soi de faire le choix qui convient. Nous ne pouvons qu'essayer d'apporter la lumière sur ce monde, mais forcer quelqu'un à ouvrir les yeux n'est pas notre rôle. Où tu vois la décadence, je vois la survie et le combat pour ce qui est juste et bon.


Chacun possède sa vision du monde, mais nul n'a le droit de l'imposer. Que veux-tu, Mohana ? Pourquoi venir ici alors que tu sais ce qui t'attends ? Nulle délivrance, nul pénitence. L'aide peut venir de multiples façon, et l'ennemi d'hier peut devenir l'allié de demain. Pour qui contrôle les mots, d'arme plus néfaste il n'existe. Cesses de jouer, et apprends à vivre. Dévoiles au monde la beauté de ton âme, éblouis le si tu le souhaites. Peut-être trouveras-tu en chemin quelqu'un pour te soutenir, puisque tu sembles déjà posséder ta cause.
avatar
MohanaSpectre du Nâga
Spectre du Nâga

Date d'inscription : 08/01/2006
Nombre de messages : 14525
Age : 32
Double Compte : Fille d'Estrée *.*

Revenir en haut Aller en bas
Sam 20 Juil - 0:14

    Mohana s’était privée volontairement de la vue, cela faisait partie de son entrainement. Elle ne pourrait jamais vivre de la sorte, mais elle devait se préparer à tout. Sa vie allait l’exposer aux pires dangers. Vivre pour convaincre les humains du bienfait des dieux n’était pas une tache aisée. Les paroles de son interlocuteur n’était pas fait pour la rassurer sur ce point. La rumeur était donc vraie, voici le lieu le plus corrompu de la terre, la source de tous ses maux, de la douleur. L’antre de ceux qui ont réussis le miracle d’insuffler dans le cœur d’une grande majorité d’homme le doute envers le divin.

    La jeune enfant était encore une âme pure, pourtant le monde que décrivait était loin d’être idéal, autour d’elle il n’y avait que catastrophe, douleur, haine, manipulation. Les ténèbres avaient déposé sa robe obscure sur la terre. Alors comment pouvait-il parler ainsi ? Comment pouvait-il affirmer que sortir du sentier tracé par le ciel et le destin était la solution pour un monde meilleur ?

    Ne voyait-il pas la dérive actuelle ? Etait-ce là, ce qu’on appelait l’orgueil des hommes ?
    Ou pour être positive, elle n’y voyait rien de meilleur comparé au monde d’avant. L’ensorceleuse se redressa, et descendit du rocher. Replaçant son sari, et plaquant son tambourin afin qu’il ne sonne pas fort, elle continuait son écoute. Les mains paumes collées devant elle, elle laissait l’air chaud frapper son visage laiteux. Elle marchait pour s’approchait de Clotho. La jewel devait au moins le remercier car il ne se montrait agressif à son encontre malgré son avis qui était complètement différent au sien.

    -«  Je n’ai que quelques questions à te poser avant de quitter ce lieu… »

    La petite fille tourna le dos à Clotho et ouvrit les yeux, car elle entendit le bruit de l’écureuil de tout à l’heure s’approchait d’elle. Mohana posa ses genoux sur le sol pour le prendre dans ses bras, et le caresser tendrement, elle devina sans peine qu’il souhaitait partir avec elle, d’ailleurs il avait lui une jolie provision de noix. Tout en s’occupant de lui, elle se releva et s’adressa au chevalier noir de sa voix toujours modeste et fluette.

    -«  L’humilité apporte la dignité… Penses-tu réellement que l’espoir puisse encore exister lorsque l’on souhaite sortir du sentier tracé par le destin sachant que ce dernier sera toujours bon pour ceux vivant dans la piété ? Penses-tu vraiment que s’opposer aux dieux soit la meilleure solution ? Le monde actuel se trouve dans une situation désastreuse depuis des années maintenant, depuis que l’homme ne croit plus au divin. Vouloir apporter la lumière ce n’est pas avilir le cœur pour mieux le dominer, c’est au contraire le sublimer pour qu’il croit à nouveau en ceux qui donnent du bonheur à ceux qui agissent bien, et malheur aux êtres vils. Attiser la colère de ceux qui sont là pour nous guider est une erreur, ne le crois tu pas ? »

    Un sourire enfantin se dessina sur le visage de la danseuse… Elle avait hâte de présenter son nouveau compagnon aux Apsaras, Urvasi et Tilottama, et surtout à Dame Grenat. Il était si mignon… Mais en attendant elle voulait connaitre l’avis de l’un de ces êtres aux mœurs sombres et inconscients.
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Dim 21 Juil - 10:16
Deux êtres que tout semble opposer, deux visions radicalement différentes. pourtant, aucune intention néfaste de l'une des partie pour l'autre. Mohana et moi ne semblons pas sur la même longueur d'onde. Là où elle préfère voir le mal, je préfère voir le bien. On ne me changera pas, je suis un éternel optimiste.

Ce que je pense n'a aucune importance. Je ne suis ni gourou, ni maître de cérémonie. Je ne prétends pas avoir la sagesse absolue, ni être la personne à suivre. Je veux simplement protéger les ténèbres qui happent ce monde petit à petit. J'ai choisis de ne pas suivre un dieu uniquement aveuglé pour une poignée de territoire, mais de suivre les principes qui m'ont été enseignés par mon maître. J'aspire à pouvoir contempler un jour un monde sans guerre divine, sans Hommes qui se battent juste pour une question de territoire. Je veux devenir plus puissant pour cela. Ce n'est pas la meilleure voie, je te l'accorde, mais elle est la seule que je puisse entreprendre à présent. Une arme de dissuasion en quelque sorte.

Avec ces quelques mots, Mohana était fixé, et savait à quoi s'attendre de ma part. Pourquoi dire cela à une enfant ? Simplement parce que l'enfant en question semble en savoir bien plus sur le monde que la plupart des gens. Parce que cette jeune fille est capable de bien plus qu'on peut le penser. Parce que je sens qu'elle fera parti du changement qui se profile à l'horizon. Et parce que je veux croire en elle. Si elle aussi veut éliminer les maux de ce monde, nos intérêts sont communs. Autant ne pas lui mettre de bâtons dans les roues. Avec l'aide de Takeya, je pourrais la capturer vite fait bien fait, et faire chanter son dieu pour qu'il la récupère, je pourrais la torturer, lui arracher quelques dents, la scalper, lui arracher les boyaux ... Tout ça juste pour apprendre aux dieux qu'on ne joue pas avec nous. Oui, je pourrais sans aucun doute. Y compris seul, même si cela mettrait plus de temps. Mais non, je n'en fais rien. Je réfrenne mes pulsions.

Je ne m'oppose pas aux dieux, mais à leurs projets. Leurs actes, leurs décisions affectent la terre entière sans qu'elle ne puisse décider. Je ne décide par pour elle, je ne fais qu'essayer de la protéger. Un petit temps de pause. Je crois au contraire que c'est depuis que les Hommes se sont remis à croire aux dieux que la situation est devenue désastreuse. Depuis qu'ils ont préféré se tourner vers la facilité plutôt que de se remettre en question et de croire en leur propre potentiel. Des dieux que j'ai croisé, aucun ne s'est montré à la hauteur. De ceux encore présents, aucun ne semble capable de redresser la barre. Ils envoient des guerriers, les utilisent comme des pions pour assouvir leurs envie. Ne serait-il pas mieux qu'ils s'affrontent entre eux, retournant sur l'Olympe ? Ne crois-tu pas que la Terre en souffrirai moins ? Ne penses-tu pas que si Hadès et Athéna ne combattaient pas, que l'Humanité ne s'en porterai que mieux ?

Nous avions des points de vue différents, mais un but commun. Comment une telle divergence d'opinion était-elle possible puisque nous voulions la même chose ? La réponse est simple : les dieux. Ils divisent le monde, et cela n'a que trop durer. J'incline mon buste devant la demoiselle en la saluant. Si tu veux bien m'excuser à présent, et à moins qu'il ne te reste des questions, je vais devoir partir. Une mission m'attend de par le monde.
avatar
MohanaSpectre du Nâga
Spectre du Nâga

Date d'inscription : 08/01/2006
Nombre de messages : 14525
Age : 32
Double Compte : Fille d'Estrée *.*

Revenir en haut Aller en bas
Lun 22 Juil - 16:27

    Quel triste paysage. Comme elle imaginait, la source du mal de la terre se trouvait ici. Le repère des inconscients qui étaient en train de détruire la terre plus vite que prévu par simple orgueil. Mohana l’écouta, silencieuse, le visage morose, comme si elle comprenait l’ampleur de la tache qui tenait devant elle.

    Il lui faudrait la sagesse de Krishna pour y parvenir. Naga s’était sans doute tromper en lui affirmant qu’elle avait le pouvoir de faire renaitre les fleurs et de briser l’ignorance dans le cœur des mortels. Pourtant la jeune enfant se disait qu’elle n’en avait pas la force, c’était comme si le découragement s’emparait d’elle. Cependant, elle ne pouvait pas décevoir son peuple. Immobile, elle observa Clotho s’inclinait, prêt à partir. Sans doute pour rependre encore des graines maléfiques dans les esprits des humains qui tomberont dans ses filets.

    Celui là était apparemment impossible à sauver. Malgré tout, la jeune danseuse ne lui vouait pas de haine simplement de la pitié, elle était prête à lui offrir sa modeste bénédiction pour que les dieux lui pardonnent ses pêches. Même s’ils étaient les pires. Il possédait en lui les plus hideux sentiments. Comment pouvait-il vivre ainsi ? Comment pourrait-il trouver le repos ?
    Mohana s’avança, dépassa le mercenaire sans le regarder, les mains devant elle, comme si elle priait.

    -«  Et si les hommes de ton espèce n’attisaient pas la colère des dieux ? »

    Elle avait à peine prononcé cela, du bout des lèvres, son dessein n’était pas provoqué ce monstre, ni même de le convaincre. Sa décision était semble-t-il figé à jamais dans ses pensées. Seule sa défaite pourrait lui montrer la lumière. Passons, Mohana avait vu ce qu’elle voulait voir, et entendue ce qu’elle était venue entendre. Elle avait nombre de troubles, nombres de questions qu’elle allait partager avec sa caste. Que lui dirait le sage céleste ? Elle était impatiente de le savoir.
    L’écureuil s’était caché dans son petit voit qui ornait les cheveux et qui descendait jusqu’à son bras, il dormait, comme apaisé et heureux de fuir ce puits gavé d’eau empoisonné. Le pied de l’ensorceleuse effleura enfin l’eau, elle était aussi prête à quitter ce royaume démoniaque.

    -« Un mensonge répété cent fois ne devient pas pour autant une vérité… Devenir le plus fort ? Voila une mission impossible pour un individu dénué de sagesse et d’humilité… »

    Le son s’affaiblissait plus sa phrase avancée, son corps  commençait également à disparaitre d’une façon féerique, elle s’inclina devant le démon, et disparut totalement. Elle partait triste après cette rencontre elle venait de comprendre pourquoi le monde sombrait.


-- Direction Mathura, Autres lieux dans la Zone Asie


Dernière édition par Mohana le Mer 24 Juil - 21:54, édité 1 fois
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Mar 23 Juil - 8:16
Et si les dieux n'existaient plus ? La terre ne s'en porterait-elle pas mieux, sans toute leur colère, leurs manipulations, leurs génocides, leurs guerres ?

Des phrases toute simple, sortant du toc-o-tac après la question de la jeune fille. Elle prit l’écureuil avec elle, puis partit sans trop tarder, disparaissant d'une façon bien étrange. Elle semble penser que nous sommes la causes des maux de ce monde car son le lui a souffle à l'oreille. Si seulement elle pouvait voir les choses telles qu'elles sont vraiment, dénuées de voile obscurcit par les dieux ... Alors elle verrait que ce qu'elle pense être vrai n'est que mensonges. Si je crois en elle parce qu'elle est humaine et semble appartenir à quelque chose, elle n'a pas daigné faire la même chose. Sans doute a-t-elle pensé que je ne le mérite pas. Peu importe. Même si cette enfant va participer au changement du monde, elle ne sera pas la seule. J'ai des choses à faire bouger de mon côté, des endroits à aller visiter, des ennemis à écraser, du temps à rattraper, un cosmos, des têtes et un compte en banque à exploser.

Je pense qu'avec une tenue comme celle-ci, les gens devraient me laisser tranquille. Parce que si je suis encore dérangé, je ne vais pas aimer, et je risque de m'agacer. Et je me souviens très bien comment j'ai réagis lorsque je me suis agacé avec mon parc d'attraction. Or, je n'ai pas envie de refaire la même erreur. Je dois donc y aller calmement. priorité : informations. Je dois obtenir des infos sur les camps en activité, leur localisation, leur puissance militaire. Je ne sais pas trop par qui commencer. On est que trois après tout avec les deux autres gugusses ... Ptet rester pour les surveiller un peu ... Les gens commençaient à ressortir doucement de leur maison, sentant que l'épreuve de force était terminée. Je regardais les premiers et leur dit quelques mots.


Préparez l'île, préparez-vous, l'heure approche. Ce soir, nous aurons des invités à diner.

Évidemment, ce soir n'est à prendre au sens littéral, puisque je fais référence à la fin de la guerre qui se profile. On peut le sentir. De par le monde, les choses bougent, les ombres parlent, les éveillés se réveillent et se regroupent. Reste à savoir qui fera la première action, qui aura le cran de faire bouger les choses ? Qui sera assez idiot pour mettre les deux pieds dans le plat ? Vous avez la réponse sous les yeux, très chers. Prépares toi, ô Monde, car ce soir, tu vas entendre parler des éveillés.

==> Les pieds dans le plat
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

- Danse macabre au milieu des ténèbres

 Sujets similaires

-
» Danse Macabre
» DANSE MACABRE - Demande de partenariat
» Danse Macabre - RPG Batman
» Danse petite fille, danse!
» En chanson...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya :: Zone Guerre Sainte :: Asie et Océanie :: Death Queen Island :: Le port-