Zan

Date d'inscription : 08/07/2013
Nombre de messages : 113
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas
Ven 19 Juil - 16:16
Autre temps autre lieu...

Avril 2014...

Le cavalier de la conquête c'était rendu au Zimbabwe, dans une région sauvage des Midlands. Son but précis était de voir par lui même l'entraînement des recrus d'une armée privés dont il était propriétaire depuis quelques années, dans une région en proie aux conflits et aux guerres civiles, une troupe de mercenaires de plus ou de moins n'attirait pas plus l'attention qu'une mouche sur le dos d'un phacochère. Cette armée avait un but bien précis, fournir à Ubar une manne supplémentaire de soldat d'élite, entraîner avec rigueur et ayant une connaissance du cosmos, même si celle ci restait limité, elle assurait aux soldats de l'armée du Ken'Oh un net avantage sur les simple milicien ou soldats des armées régulières. Ils n'auraient aucune chance contre un véritable combattant divin, mais Raoh se réservait le droit d'affronter un adversaire de cette valeur.

À son arriver au camp de base, il fut accueillit par l'un des officiers de la troupe. Leurs uniformes étaient sobres, de simples treillis camouflage sans marque de distinction, la discrétion était de rigueur. Raoh reconnu à ces distinctions le grade du soldat et s'adressa à ce dernier sans détour :

« Capitaine, comment se déroule l'entraînement des dernières recrues ? »

Le ton grave et sérieux de Raoh ne laissait jamais un simple humain de marbre, sa présence était terrifiante mais pas seulement pour sa carrure hors normes. Il y avait autour de lui une aura presque palpable de brutalité pure qui suffisait généralement à intimidé même des chevaliers expérimentés. Le capitaine, un homme d'une trentaine d'années à la peau noire et au regard vif, ce mit au garde à vous et répondit avec une discipline militaire :

« Monsieur ! La troupe compte quarante-trois nouvelle recrues depuis le mois dernier, jusque là douze d'entre eux ont présentés une affinité et une compréhension de l'énergie cosmique. Les autres poursuivent l'entraînement standard, Monsieur. »

Douze nouveaux membres pour les commandos de choc de son armée en un mois, ce chiffre était plus que satisfaisant. La situation africaine était idéale pour recruter de nouveau éléments, la misère générale ainsi que le climat de violence dans lequel étaient laissés la plupart des peuples de ce continent était parfait. Attirer par des rêves de gloire et de richesse, des jeunes gens des pays environnants signaient chaque jour les documents d'engagement des officiers de recrutement du Ken'Oh. Même des mercenaires expérimentés ce laissait séduire par les promesses de cette troupe de choc, et bien qu'il soit trop tard l’entraînement au cosmos, ils étaient toujours utiles lorsque cette armée vendait ses services à un quelconque dictateur. Le but était qu'ils continuent de passer pour de simples mercenaires, jusqu'à ce qu'ils soient prêt a prendre part à la conquête de Raoh. Il traversa la cours centrale du camp, où les instructeurs faisaient subir à leurs recrues un entraînement des plus extrêmes sous un soleil de plomb, les faibles seraient écartés du lots et les forts poursuivraient leur évolution au sein de la troupe, c'était l'ordre naturel des choses. Alors qu'il arrivait prêt du centre de commandement, il pu voir le drapeau portant les couleurs de sa troupe, seul et unique signe distinctif, un cabra ailé doré sur champ noir. Raoh entra dans le bâtiment afin d'entendre le rapport complet de l'état-major sur l'avancement de ce coûteux projet.
Zan

Date d'inscription : 08/07/2013
Nombre de messages : 113
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas
Ven 19 Juil - 17:11
Soudain, il sentit une vibration venant d'un des poches de son pantalon, il en sortit son portable afin d'y lire le nom familier du contact avant de répondre. Une voix familière ce fit alors entendre :

« Salut ma poule ça fait un bail, dis moi je suis toujours étonné que tu puisses répondre à ton téléphone sans l’exploser en mille morceaux, ça doit pas être évident avec des mains comme les tiennes ? »

Jack était l'un de ses agents les plus influant dans les sphères économiques. Un multimilliardaire extravagant autant qu’extraverti, mais qui avait comme avantage ne n'avoir jamais déçu le cavalier. Bien que cela ne soit pas éclatant en premier lieu, ses appels avaient toujours une importance capitale pour les projets de Raoh, il s'efforçait donc d'écouter son volubile interlocuteur dans les moindres détails, sans jamais perdre son sérieux ni sa patience :

« La puissance n’inclut pas obligatoirement un manque d'habilité et tu le sais parfaitement Jack. Quel est le problème ? »

« Un problème ? Aucun ma poule, je te tien juste au jus des multiples affaires dont tu m'as charger. Première bonne nouvelle : on est repartit pour une nouvelle année de crise économique, toi qui voulait du boxon je peux te garantir qu'on va en avoir, l'Europe continue de vendre la Grèce petits bouts par petits bouts, j'espère que ça te dérange que j'en profite pour mettre la main sur un superbe morceau de littoral méditerranéen ? Je vais faire construire un immense manoir qui serait  entièrement fait de tout plein d'autre manoirs plus petit... enfin bref ça à bien fait chier quelques vieux teigneux chez les illu, mais après ce que tu as fais des deux derniers qui se sont rebiffés... enfin bref j'ai le contrôle ma poule pas de lézard, je te rappel quand j'ai du neuf, byyyye. »

Raoh raccrocha, Jack avait un don pour faire perdre patience aux gens, mais c'était un part de sa personnalité et Raoh pouvait passé là dessus, il aurait du mal à trouver un subordonné aussi efficace et entreprenant que lui. Jack y gagnait énormément à jouer le jeu du cavalier et il ne manquait jamais de le lui rappeler, avec l'argent que générait leur organisation, il pouvait se permettre toute les folies et les excès, acheter une île ou un domaine dans une contrée exotique, produits de luxe, art ou poney en diamant, son attachement pour les biens matériels pourrait le mener à sa perte un jour, mais pas avant que Raoh ne l'ai décider.

Zan

Date d'inscription : 08/07/2013
Nombre de messages : 113
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas
Ven 19 Juil - 19:23
Mais pour l'instant il laissait de coté Jack et ses délires, il devait toujours s'entretenir avec les officiers de son armée. Ces derniers avaient assez attendu et lorsque le Ken'Oh entra dans la salle de réunion, tous se levèrent et se mirent au garde à vous. Raoh s'assit au bout de la table sur un siège qui lui était réservé, la taille de se dernier tenait d'ailleurs plus du trône que de la chaise de conférence, mais après tout le cavalier était le maître de cette armée et il devait montrer à tous sa suprématie, cela passait entre autre chose par ce genre de détails. Raoh connaissait chacun des six officiers présents. Tous étaient d’excellents soldats ainsi que de bon meneur, ils avaient sa confiance pour diriger les troupes et organiser la formation de l'armée du Ken'Oh. Il fit signe à un des hommes assit à sa droite de commencer :

« Ken'Oh, les préparatifs avance selon vos exigences, les recrutements ont fait un bond de 36% au cours du dernier trimestre. Nos tests et entraînements ont pu mettre à jour cent trente quatre soldat sensible au cosmos et leur entraînement se poursuit en secret dans le complexe souterrain. Nous avons aussi pu tester les capacités d'un commando composer de sept de nos meilleurs éléments, leur force physique ainsi que leurs réflexes amélioré par un connaissance de l'utilisation de l'énergie cosmique nous a permit d'obtenir de très bon résultat lors de plusieurs déploiements au Mozambique et en Syrie. Le reste des troupe reste tout à fait correct et s'en sort jusque là avec des perte minimale. »

Raoh étudia les dossiers que les officiers avaient préparer à son attention afin d'illustrer leur propos.  Jusque là tout était satisfaisant, il remercia donc le colonel d'un voix grave et austère avant de poursuivre sur la planification des prochaines campagnes. Trois autres clients voulaient s'offrir les service de la troupe de mercenaire du Ken'Oh, un contrat consistait en l'élimination du force d'insurgés dans un petit état mineur du proche Orient, un autre état voulait louer leurs services afin de sécuriser des convois dans une zone de trouble d'Afrique Centrale et le dernier plus singulier venait d'un petit dictateur qui souhaitait faire appel à une petite unité afin de lui servir de gardes rapprochés. Raoh examina chacune des demandes ainsi que les conseils de ses officiers, les trois offres furent acceptés, elles permettraient de testé les compétence de ses soldats dans différentes fonctions et s'accordaient parfaitement à ses plans.

Il ajourna donc le conseil, il avait hâte de visité le complexe d'entraînement afin de voir de ses yeux l'élite de ses troupes.
Zan

Date d'inscription : 08/07/2013
Nombre de messages : 113
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas
Ven 19 Juil - 20:32
Un ascenseur le conduisit dans le complexe souterrain, véritable bunker dans lequel la centaine d' « élus » s'entraînaient et vivaient en dehors des missions. Chacun d'eux était, dans une moindre mesure, éveillé au cosmos. Leurs réflexes et leur force s'en voyaient décupler mais ils ne feraient pas le poids contre un véritable chevalier. Raoh pouvait les voir s'entraîner à mains nues, fracassant des du béton armé ou luttant entre eux jusqu'à ce qu'un des deux opposants perde conscience. Comme l'avait voulu Raoh, il n'y avait pas d’abandon possible, pas de reddition, seulement la victoire ou la mort sur le champ de bataille. Tous suivaient aussi un programme visant à les lobotomiser, leurs esprits redevenaient de la glaise que l'on pouvait modeler afin d'en faire des sujets totalement fidèle au Ken'Oh, ceci afin d'éviter toute tentative de désertion une fois la formation terminée. Ces hommes étaient sorties de la fange pour devenir les soldats de l'armée de Conquête. La plupart d'entre eux serviraient de garde à Ubar, Eris trouverait sans doute l'attention délicate surtout qu'elle n'aurait rien a craindre de simple mortels, aucune entourloupe, simplement la preuve de la bonne volonté du cavalier. Et si elle en faisait de même, alors tout irait pour le mieux.

Le reste de la troupe formerait les troupes de choc de son armée de conquête, une armée purement faite pour impressionner les masses, Raoh étant capable de détruire un pays quel que soit sa force militaire. Mais il savait que s'il se lançait à la conquête du monde seul, les dirigeants serait toujours plus enclin à me défié, alors qu'avec des troupes suffisamment conséquente et une logistique digne des plus puissants états, il représenterait une menace suffisamment sérieuse pour que ces larves tentent de négocier avec lui, et à cet instant précis il les tiendrait dans la paume de sa main.  

Il arriva sur un balcon donnant sur l'ensemble de la salle d'entraînement, les hauts parleurs firent savoir aux soldats que leur maître était présent, tous se tournèrent vers lui et se mirent en rangs parfaits pour écouter le Ken'Oh :

« Soldats, vous représentez l'élite de l'humanité. Grâce à vous et par la force de mes poings, je prendrais cette terre affaiblit et corrompu. Nous effacerons ce monde de dépravation afin de créer un ordre nouveau, plus fort. Nous marquerons le début d'une nouvelle ère ! »

Et la centaine de soldats reprit alors :

« GLOIRE AU KEN'OH !
GLOIRE AU KEN'OH !
GLOIRE AU KEN'OH ! ... »


Raoh laissa là ses hommes zélés par l'apparition de leur leader. Il lui restait encore beaucoup à faire avant de pouvoir sonner l'avènement de cette ère nouvelle, l'ère de Raoh. Grâce au réseau de Jack il gangrenait l'économie mondial, tendit que ses sbires de Dubaï investissaient partout où c'était possible, dans tout les milieux et à toute les échelles. Il fallait devenir maître de tout, actionnaire partout. Les soit disant plus puissants États de ce monde vivaient à crédits, ils devaient donc satisfaire leurs créditeurs et cela permettait à Raoh de placer ses pions partout, dans tout les gouvernements il y avait un conseillé ou un ministre sous les ordres de Jack, ils tissaient ainsi un réseau tentaculaire qui lui permettrait de tout dominer. Et lorsque la Guerre Sainte viendra, alors Raoh pourra enfin tenir son rôle et affronter ses véritables ennemis, les dieux et leurs chevaliers.
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27041-ntikuma
NtikumaChevalier Noir de l'Araignée
Chevalier Noir de l'Araignée

Date d'inscription : 28/06/2013
Nombre de messages : 403
Age : 20
Double Compte : Oblivion

Revenir en haut Aller en bas
Ven 19 Juil - 21:50
Prologue 1, Scène 1
Iblis, Raoh, Soldat 1, Soldat 2

Le Zimbabwe... un pays dénudé de tout intérêt si on ne savait où chercher... mais Iblis savait ce qu'il voulait. Quelques coups de téléphone et plusieurs rencontres dans les bars qui s'étaient transformé en aventures d'une nuit lui avait appris bien des choses, dont l'existence de ce qui ressemblait à une base, dans la région des Midlands. Quoi de mieux pour enfin créer la secte dont il avait toujours rêvé?

Il se rendit à l'endroit en question sans véritable autre intention que celle de se trouver des fidèles et de semer un peu le chaos. L'entrée était bien visible, mais surveillée par deux gardes en treillis à motif camouflage. Ils étaient armés, mais rien de bien menaçant pour le Djinn, alors qu'il avançait vers eux en écrivant rapidement quelque chose dans son carnet.

-Vous là, repartez d'où vous venez immédiatement ou nous vous y obligerons de force!


Le nouveau Davea soupira longuement avant de relire ce qu'il avait écrit quelques secondes plus tôt. Il fallait donc être plus précis, c'était bien à savoir.

-Vous n'y êtes pas, pas du tout, messieurs... le texte, c'est «Gloire à Iblis,» tout simplement. Répétez après moi: «Gloire à Iblis...»

-Ne nous prend pas pour des imbéciles!

Le Démon gloussa en s'approchant du deuxième garde, celui qui venait de parler. D'un geste sec et imprévisible, il lui saisit la tête et la tourna d'un geste sec. Le soldat au cou cassé s'écroula sur le champ, mort, laissant son collègue dans la stupeur et la peur. Le soldat survivant se mit en position d'attaque alors que le trentenaire se tournait lentement vers lui avec un sourire serein, paume levé à la hauteur de son visage.

-Je ne tolérai pas de mauvais acteurs dans mon histoire... bon, où en étions-nous? Ah oui... ce n'est pourtant pas compliqué, je pourrais parier mon chapeau que tu peux le dire. Gloire à Iblis...

Le garde resta de marbre pendant quelques secondes, puis baissa la tête, résigné. Le cosmos d'Iblis commençait lentement à le manipuler, le forçant à dire des mots auquel il ne croyait pas.

-G... Gloire à Iblis...


Le Démon eut un large sourire, puis traça un pentagramme dans les airs. Une étoile de feu se matérialisa devant lui et fonça en direction du soldat pour le frapper en pleine poitrine, lui causant d'horrible douleur. Sur son torse, une brûlure représentant un pentagramme était bien visible. Le Daeva passa à côté de lui sans rien rajouter et pénétra dans la base, où il ressentait plusieurs cosmos.

Se guidant grâce aux cosmos plus ou moins puissant et un seul vraiment remarquable, le Djinn prit l'ascenseur pour aboutir dans un salle où se déroulait une sorte de discours. Celui qui le tenait semblait être celui au cosmos plus puissant, bien plus grand qu'Iblis et surtout plus musclé. Il ne sembla pas le remarquer, aussi le trentenaire s'adossa-t-il contre le mur pour écouter ce qu'il avait à dire.

-Soldats, vous représentez l'élite de l'humanité. Grâce à vous et par la force de mes poings, je prendrais cette terre affaiblit et corrompu. Nous effacerons ce monde de dépravation afin de créer un ordre nouveau, plus fort. Nous marquerons le début d'une nouvelle ère !

Plusieurs «Gloire au Ken'oh» suivirent, faisait bouillir le jeune homme de jalousie. Loin de le montrer, il se contenta d'applaudir mollement, attirant sur lui l'attention.

-Bravo.


Il s'avança jusqu'à être à côté du chef de cette petite armée, ôta son chapeau et le salua bien bas. Il pouvait reconnaître un Daeva quand il en voyait un.

-Je suis Iblis, le nouveau Daeva du Démon. J'étais venu réclamer ces âmes, mais... je vois que vous avez déjà fait le travail.

Autant bien ne pas parler du soldat qu'il avait marqué à l'entrée. Se redressant et remettant son chapeau avec un sourire malicieux, il attendait la réaction de son nouveau collègue.

Fin de la scène 1
Zan

Date d'inscription : 08/07/2013
Nombre de messages : 113
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas
Ven 19 Juil - 22:18
Nouveau testament Apocalypse 21:6
Je suis l'alpha et l'oméga, le commencement et la fin. Moi; je donnerai gratuitement à celui qui a soif l'eau de la source de vie (...).



Une fois aborder par le Daeva du démon, Raoh su qu'il n'aurait pas à faire un exemple devant les Daeva en massacrant un intrus. Bien qu'aussi digne de confiance que pouvait l'être un Daeva, c'est à dire dans une réelle moindre mesure, Iblis était au service de la déesse Éris. C'était donc un allié, pour le moment, après tout Raoh ne baissait jamais sa garde. Il fit signe au Daeva de le suivre dans un pièce plus reculée, laissant les soldats à leur entraînement. Là il pouvait s'entre tenir avec le nouveau venu.

« Je suis Raoh, cavalier de la conquête. Tu es donc un membre de la garde royal de la reine d'Ubar non ? Je t'en pris prend donc un siège. »

Bien que d'allure assez spartiate, rigueur militaire oblige, ce « salon » restait tout de même plus accueillant que le reste du bunker, c'était un lieu de discutions stratégie des officiers et à ce titre il présentait un confort. Raoh s'installa derrière la table de conférence, de manière à faire face à son visiteur. Repoussant d'une main des documents afin de faire de la place, il sortit deux verres d'un meuble et une carafe d'eau fraîche d'un réfrigérateur à porté. Posant le tout sur la table il reprit de son éternel air austère :

« Désolé mais il n'y a que de l'eau. Ils entraînent des soldats ici et j'ai proscris l'alcool. J'ai besoin de combattants et non de ivrognes. Cela dit un accès à de l'eau pur et potable reste un confort bien plus que suffisant pour la plupart de ces hommes.»

Il versa de l'eau dans les deux verres et bu une longue gorgée du sien, une façon de dire qu'il n'y avait pas de coup tordu. La présence du Daeva ne l'étonnait qu'à moitié, il allait falloir prendre des mesure pour que le lieux reste plus discret, mais il laisserait cela à ses officiers plus tard. Il était curieux de connaître la raison de la visite d'Iblis et plus encore d'en apprendre plus sur ce nouveau « camarade ».

« Cet endroit est un investissement sur la durée. La plupart de ces hommes serviront Éris. Les autres mes propres plans. C'est un curieux destin qui nous fait nous rencontrer ici, j'espérais bien faire la connaissance de ceux aux coté de qui je vais combattre. Car le moment viendra où tout ces subterfuges ne serviront plus à rien et où il faudra faire les choses de manière plus directe. »

Reposant son verre vide, il ne quitta pas des yeux son interlocuteur, il attendait avec une attention toute particulière de découvrir ce garde royal car après tout il était tout comme lui considéré comme un combattant de premier ordre au sein des élus d’Éris. Cela lui permettrait de jaugé un peu mieux l'étendu des forces de la Discorde. Il allait se montrer amical, comme ont le doit avec ses alliés, mais Raoh ne se faisait aucune illusions. Sympathiser avec un démon n'était jamais sans risque et comme il en avait maintenant l'habitude, il se méfiait du poignard cacher dans le dos d'un soit disant ami.
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27041-ntikuma
NtikumaChevalier Noir de l'Araignée
Chevalier Noir de l'Araignée

Date d'inscription : 28/06/2013
Nombre de messages : 403
Age : 20
Double Compte : Oblivion

Revenir en haut Aller en bas
Sam 20 Juil - 23:29
Prologue 1, Scène 2
Iblis, Raoh
 
Le jeune Démon ne fit aucun commentaire face au tutoiement qu'utilisait Raoh, cavalier de la conquête. Sa force n'était pas nécessairement plus grande que la sienne, mais il l'utilisait différemment et était probablement plus porté sur la violence et faire ce qu'il voulait. En tant que membre de la Garde Royale, Iblis n'avait que très ce privilège, et ce, seulement s'il se le permettait lui-même, ce qui pouvait lui arriver une fois de temps en temps. Il faudrait donc être prudent, face à cet autre Daeva, qui peut-être ne saurait lui répondre que par la force.

-En effet, je suis membre de la Garde Royale. Je n'ai cependant pas eu le temps de prendre connaissance de mes fonctions, c'est tout récent...

Par pure politesse, il but le verre d'eau au complet sans dire un mot. Raoh avait vu juste, il aurait bien préféré un petit verre d'alcool, mais les règles étaient les règles. Écoutant ce que le Cavalier avait à dire sur son armée, le Démon ne pouvait qu'être étonné qu'un être puisse en faire autant pour son dieu ou sa déesse. Lui, il servirait Eris en protégeant sa Reine et s'il aurait une armée, elle ne servirait qu'à lui, à moins qu'il ne soit obligé de partager... il voulait une secte pour le vénérer comme il le méritait, pas des soldats près à mourir pour rien.

S'assoyant confortablement dans un fauteuil, le Djinn examina son verre d'eau en le faisant tourner entre ses doigts. Il n'avait jamais été aussi sérieux.

-En tant qu'égaux dans la hiérarchie des Daevas, je peux bien tutoyer... Eris préférera semer la discorde et le chaos de façon discrète plutôt que de nous envoyer nous battre directement, j'en suis sur. Cependant, il est impossible de prévoir si j'ai vraiment raison, encore moins si ça fonctionnera. Dans un tel cas, nous aurons l'avantage du nombre sur les autres camps. Tes soldats me semblent bien entraînés et certains semblent éveillés au cosmos, ce qui est un avantage énorme. Je ne peux que supporter cette idée, même si je me demande quels genre de plans personnels requièrent une armée...

Il déposa le verre sur le bureau et ôta son monocle pour souffler un peu dessus et le nettoyer un peu, toujours armé de son légendaire sourire en coin.

-Quoique je ne peux pas te blâmer pour ça...
Zan

Date d'inscription : 08/07/2013
Nombre de messages : 113
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas
Dim 21 Juil - 0:09
Raoh écouta le Daeva du démon, et le vit lui aussi jouer au petit jeu du protocole. Sans relâcher sa garde, il savait que le rang d'Iblis voulait que sa puissance équivalente à celle dont le cavalier disposait actuellement tant qu'il n'aurait pas recouvrer l'ensemble de ses pouvoirs d'antan. C'était pourquoi il allait jouer franc jeu avec le garde royal :

«  La conquête et la seule et unique voie que je puisse suivre. Mon armée me servira à fédérer ce que je devrai prendre à la force de mes poings. Bientôt ce monde sera plongé dans le chaos et je suis plus que certain que tous, nous y trouverons notre compte. »

Il pensa à ce que venait de dire Iblis, oui la déesse de la discorde préférait les plans secrets, les stratégies à tiroirs et les intrigues qu'elle tissait comme une araignée. Mais l'histoire lui avait apprit que les complots ne duraient qu'un temps, et que lorsque les chuchotements ne se suffiront plus pour faire danser ce monde et ses rivaux, Éris devra alors compter sur la force de ceux qui combattront pour sa cause. Et c'était véritablement là que les cavaliers et les Daevas entraient en scène :

« Je sais qu’Éris préfères les intrigues et les complots pour que ses ennemis s’entretuent. Mais depuis les temps mythologiques ceux là ont toujours été légions. Si les masques tombent, elle devra compter sur nous pour entrer dans la Guerre Sainte. »

Il savait que leurs ennemis n'étaient pas tous aussi idiots que certains le voulaient. Lui même avait dû placer des pions en politique afin de contrecarré les plans d'autres factions et faire en sorte que les mortels se méfient même de ceux qui étaient censé les protéger. Le Sanctuaire et Asgard n'étaient plus les bienvenues partout, et si l'un de leurs agents remontait le fil jusqu'au marionnettiste qu'était Éris, il faudrait l'écraser avant qu'il n'est le temps d'entrevoir l'ignoble vérité.

« Le Sanctuaire et Asgard concentrent leurs forces dans leurs bastions respectifs. Le chaos à prévoir ne leur sera pas habituel, eux qui ont pour définition de protéger le peuple en bon parangons de vertu. Lorsque les masses se rebelleront, ils seront en position de faiblesse dans une telle tension. Mais ce sont les seuls à encore agir au grand jour, du moins en partie. Je me demande se que préparent les oncles d'Athéna ainsi que leurs sbires. »

Il termina là sa phrase sur un air à demi méditatif, attendant de voir si son « compagnon » allait pouvoir lui en apprendre d'avantage, où s'il avait une autre vision des choses ce qui pouvait être tout aussi intéressant.
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27041-ntikuma
NtikumaChevalier Noir de l'Araignée
Chevalier Noir de l'Araignée

Date d'inscription : 28/06/2013
Nombre de messages : 403
Age : 20
Double Compte : Oblivion

Revenir en haut Aller en bas
Dim 21 Juil - 5:27
Prologue 1, Scène 3
Iblis, Raoh
 

Pour quelqu'un qui ressemblait au stéréotype parfait de la grosse brute sans cervelle, le Cavalier de la Conquête avait une bonne tête sur les épaules. Ce n'était pas un homme qu'Iblis pouvait manipuler, d'une part parce que sa volonté serait trop forte même pour lui, d'autre part parce que c'était un allié, maintenant. S'il se mettait à attaquer d'autres Daevas, il pourrait dire adieu à son armure et probablement à sa vie. Ces gens-là, aussi fourbes et déloyals soient-ils, étaient ses nouveaux coéquipiers et ils jouaient tous le même jeu que lui: celui du guerrier loyal et fidèle.

Le Démon gloussa.

-Sur vous, les Cavaliers, tu veux dire. Les membres de la Garde Royale représentent plus une ligne de défense. À moins que la Reine de la cité ne me l'ordonne, je n'interviendrai probablement pas de façon directe et offensive.


Le poing du Djinn se referma quand Raoh parla d'Athéna et du Sanctuaire. Il avait été formé pour détester les Saints et même s'il détestait ses anciens maîtres tout autant, c'était un enseignement qu'il avait complètement assimilé. Il ne savait pas grand chose sur les Ases, mais il en savait beaucoup sur une Sainte en particulier.

-Les Saints ne sont pas encore une menace importante. En revenant des Enfers, je me suis renseigné sur une gamine qui m'a échappé il y a plusieurs années et j'ai appris qu'elle était devenue Sainte de la Lyre. Elle ne doit même pas avoir seize ans. Si Athéna confie le sort du monde à des enfants qui n'ont même pas l'âge de conduire une voiture, le danger n'est pas là. Quant aux Ases, je ne sais rien sur eux.


Le trentenaire s'humecta les lèvres en jouant avec le bord de ses gants. Il n'aimait pas se rappeler de cette fille, encore moins de sa sœur. Ces deux-là l'avaient ruiné et, sans le savoir, lui avaient presque ôté la vie. Les Spectres auraient pu le tuer pour l'erreur qu'il avait fait à cause d'elles.

-Les Spectres semblent se tenir tranquille, tout comme les généraux de Poséidon. Les Chevaliers Noirs, eux... je devrais me renseigner sur les Ases, mais si le résultat n'est pas satisfaisant, je craindrais les Black Knights avant les Saints, si j'étais toi.

Le jeune homme commençait à s'ennuyer. Non, il n'était pas Raoh, son opinion aurait beau compter pour le Cavalier, la sienne serait différente. Mais Iblis ne voulait pas croire qu'une adolescente puisse être dangereuse... surtout pas cette adolescente-là. Il la tuerait bien avant.

Avec un soupir, le Démon leva les yeux vers le plafond.

-J'ai passé une partie de mon enfance dans une secte satanique en tant que représentant du Djinn, Iblis. Manipuler, ça me connaît, je sais exactement quoi faire pour semer le chaos dans le monde entier... mais pas seul. Ceux qui tenteront de m'arrêter nous rejoindront tôt ou tard, je peux me montrer très persuasif...

Menaces, torture, promesses, séduction... il savait tout faire quand il voulait quelque chose. En espérant que Raoh ne l'apprenne pas à ses dépends...

Fin de la scène 3
Zan

Date d'inscription : 08/07/2013
Nombre de messages : 113
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas
Dim 21 Juil - 12:23
Raoh écouta le jeune garde royal tout en analysant ses réactions. Sa haine à l'égard des chevaliers d'Athéna et son désir de vengeance était une chose qu'il pouvait comprendre. En espérant que la véhémence du démon ne se disperse pas une fois qu'il aura abattu sa proie. Mais il compétait une erreur, celle que faisait beaucoup des ennemis du Sanctuaire, penser que de jeunes chevaliers n'étaient pas une menace. De tout temps Athéna avait toujours choisi ses chevaliers parmi de jeunes adolescents et sous estimé la fougue de cette jeunesse ainsi que l'espoir qu'ils représentaient avait jusque là toujours été fatal à ceux qui souhaitaient contester le règne d'Athéna sur Terre. Cette valeur symbolique leur donnait du courage et ils étaient prêt à sacrifier leurs vies afin de mettre à mal les ennemis de leur déesse, Raoh ne comptait pas faire cette erreur, toutes opposions seraient écraser implacablement, même s'il devait s'agir d'enfants en armure.

Que les spectres et les Mariners soient calmes, cela il s'en était rendu compte, ils étaient même bien trop calme et Raoh suspectait qu'ils ne cherchent à jouer le même jeu que la déesse de la discorde, attendre de voir leurs ennemis faire leurs premiers mouvements pour ensuite profiter de leurs faiblesses. Quand aux chevaliers noirs, si la plus grande menace venait d'eux, alors ils étaient dans la meilleurs des situations. Même s'ils avaient dans leurs rangs des hommes puissants, les chevaliers noirs serait une menace que Raoh pourrait affronter comme il se doit.

Concernant la dernier tirade du Daeva, il ne doutait pas du fait qu'il ai les moyens d'atteindre ses ambitions, après tout qu'attendre d'un des plus puissant serviteur d’Éris ? Ils devaient être à l'image de leur déesse : cruels, patients, rusés et emplis de haine. Des traits qu'il pouvait discerner chez Iblis.

« C'est justement le calme que laissent planer Hadès et Poséidon qui devrait inquiéter Éris. Leurs agents avancent à visages couverts et dans ce monde de dissimulation il serait fâcheux que les pions dont nous disposons, afin de garder cette situation la plus explosive possible, soient découverts. Tous se tourneraient alors vers Ubar et au lieu d'attendre qu'ils s'affaiblissent les uns contre les autres, nous devrons faire face à des alliances et des vengeances de la part de tout les camps. La discorde n'a jamais été vraiment choyée au sein de sa grande famille divine. »

Puis il revint à un sujet qui touchait le démon plus personnellement :

« Loin de moi l'idée de te sous-estimer Iblis, mais je vais me permettre de te donner un conseil. N'attend jamais avant d'éliminé une menace dont tu connais l’existence. Je vais moi même suivre ton conseil et garder un œil sur les guerriers de l’île de la reine morte. Nous verrons bien où la haine que les chevaliers noirs vouent aux dieux les mènera. »
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27041-ntikuma
NtikumaChevalier Noir de l'Araignée
Chevalier Noir de l'Araignée

Date d'inscription : 28/06/2013
Nombre de messages : 403
Age : 20
Double Compte : Oblivion

Revenir en haut Aller en bas
Mar 23 Juil - 21:27
 Prologue 1, Scène 4
Iblis, Raoh

Le Démon commençait à s'agiter. Son devoir l'appelait malgré lui, il avait fait patienter sa Reine assez longtemps. De toute façon, il n'avait plus rien à faire ici. Les âmes qu'il était venu réclamer comme les siennes avaient déjà été prises, par un collègue pour couronner le tout. Ce n'était pas bien grave, il y a d'autres humains naïfs et vulnérables dans le monde qui n'attendait que lui pour se mettre à marcher dans la bonne direction.

Il n'en avait rien à faire, du Sanctuaire, encore moins des Saints. Mais ils n'étaient pas nombreux, dans ces cas-là frapper fort n'était pas nécessaire, il fallait seulement frapper au bon endroit. Elle allait devenir importante, elle ou un autre, et il n'aurait qu'à se débarrasser de cette personne pour jeter le chaos parmi les Saints. Quand aux Marinas et aux Spectres...

-Bien sur qu'ils peuvent représenter un danger, mais celui-ci serait facile à parer. L'environnement dans lequel les Marines vivent est extrêmement influençable, à la moindre catastrophe maritime les humains désigneront Poséidon comme le grand méchant de l'histoire. Les Spectres sont moins faciles à atteindre, je te l'accorde, mais plusieurs chevaliers ont quitté leur rang et peuvent être une source d'information précieuse. La loyauté a ses limites...

Le Djinn se leva en époussetant ses vêtements, replaçant son chapeau et nettoyant pour la énième fois son monocle. Il leva vers le Cavalier de la Conquête un regard calme et pétillant de malice en le gratifiant d'un petit sourire en coin.

-Je le regrette, mais cette conversation devra attendre. Le devoir m'appelle, je devrais être à Ubar depuis plusieurs jours, déjà. Je préfère ne pas impatienter la Reine de la Cité.

Iblis salua Raoh avec une révérence parfaite, se courbant bien bas, la main sur le cœur. Ce faisant, il frôla le carnet qu'il cachait dans sa poche intérieur et réprima un rictus. C'était tentant, très tentant, mais il devait se tenir en place pour le moment, au moins jusqu'à ce qu'il atteigne la Cité. Il se redressa.

-À mon tour de te donner un conseil avant de partir, mon ami: Ne te fies pas trop à tes soldats. Ton idée est excellente, mais viendra peut-être un jour où ils se retourneront contre toi... contre nous. Sur ce...

Dans un claquement de cape, le Démon disparut. Il traversa la base sans jamais s'arrêter ni regarder derrière lui et à l'extérieur, n'accordant pas un sel regard au gardien mort et à l'autre blessé qui examinait encore le pentagramme qu'il s'était fait marqué au fer rouge par Iblis. Dans les prochaines heures, le Daeva trentenaire volerait une voiture, déclencherait une bagarre phénoménale et recevrait même un coup de fil de la part de sa mère qui se demandait où il était passé. La routine, quoi. Et un objectif à atteindre droit devant.

Car rien n'arrête un Démon, ou presque...

Fin du Prologue
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

[FB] La préparation de la conquête