:: Zone Guerre Sainte :: Afrique et Moyen-Orient :: Autres LieuxAller à la page : 1, 2  Suivant
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Lun 22 Juil - 19:25
( Règles de ce rp : pas d'ordre de réponse mais pas double poste ! Le plus rapide poste le premier!)

Le Caire 2015




~ ♣ ~

Comment ce messager l'avait-il trouvé? Comment savait-il qui il était?
Il venait de l'appeler par son nom :
« Monsieur Raoh? »

L'après-midi était étouffante comme toute celle au Caire. Pourtant, l'homme qui venait de s'adresser à lui ne semblait pas souffrir de cette chaleur accablante. Il portait des lunettes noires assorties à sa chemise. Celle-ci contrastait avec sa veste, son pantalon et son gilet blanc finement gansé d'un liseré noir et orné boutons travaillés. Sa longue chevelure auburn était nouée en une fine tresse lui descendant jusqu'au omoplate.

Le secret de sa résistance à la chaleur résidait peut-être dans le véhicule garé derrière lui, portière ouverte. C'était une Ferrari Pininfarina Rouge. Par la suite, sans doute que Raoh apprendrait que ce véhicule était celui de la Guerre. Après tout, elle avait respecté les codes : une voiture rouge ayant pour emblème un cheval. Et il apprendrait aussi que la climatisation, c'est bien dans les pays chauds!

Mais pour le moment, une question pouvait être posée : Comment ce véhicule était-il arrivé là, sans faire de bruit?  Il n'y avait pas de réponse à cette question, puisque la seule réponse qui existait n'était pas celle de cette question.
En fait, Gabriel, cet homme aux cheveux Auburn et à l'allure androgyne, avait attendu l'arrivé de Raoh, connaissant le parcourt que celui-ci allait emprunter.

Il tendit à Conquête une enveloppe rouge dans laquelle se trouvait un carton d'invitation, il n'y avait ni heure, ni date, seulement une adresse.
Cette adresse se trouvait dans les vieux quartiers, là où des palais avait jadis éblouies les étrangers par leur mosaïques de marbre incrustées de joyaux et bois précieux. A présent, ce lieu était tout au plus touristique, il avait perdu de sa gloire d’antan. Les palais tombant en ruine étaient racheté par des manias de l'immobilier pour en faire des hôtels ou par des stars qui les dénaturaient.

~ ♣ ~



Dernière édition par Le Chat le Lun 19 Aoû - 21:23, édité 1 fois
Zan

Date d'inscription : 08/07/2013
Nombre de messages : 113
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas
Lun 22 Juil - 19:56
Raoh ne fut pas réellement surprit par cette invitation, ni par la forme qu'elle prenait. Devinant facilement qu'il avait affaire au cavalier de la guerre, il prit l'invitation du chauffeur. Mais plutôt que de monter dans le véhicule (dans lequel il ne tiendrait pas), il utilisa son cosmos afin de voyager à bien plus grande vitesse, plantant là le chauffeur. L’Égypte était un pays familier, du moins il l'avait été, aujourd'hui l'ombre de lui même, la terre des pharaons n'avait plus fier allure. Mais Raoh n'était pas homme à s'émouvoir de la chute d'un empire, après tout, c'était son exacte vocation. Le cavalier de la conquête avait toujours pour ambition de prendre cette terre toute entière, il n'était pas différent aujourd'hui.

Raoh n'avait pas chercher à rencontrer directement les autres cavaliers de l'apocalypse, leur temps viendrait bien assez tôt et il avait eu un emploi du temps des plus chargé. Même s'il laissait la bureaucratie à Jack et ses larbins pour lui servir de couverture, il devait tout de même constamment faire en sorte qu'aucun de ses subordonnés n’essaie de mettre en péril ses projets. Et cela réclamait une bonne dose d'intimidation, ce qu'il maîtrisait à merveille. Mais jusqu'alors il n'avait pas réellement eu à se plaindre, Jack se montrait un subalterne efficace et même s'il était toujours atrocement bavard et immature, il était en affaire aussi impitoyable que Raoh l'était au combat. Il était l'instrument parfait pour le Ken'Oh dans cet ère où la finance faisait plus facilement plier un pays qu'une armée.

Le Caire était une ville hyperactive. La foule était partout, des milliers de gens se massaient dans les marchés couverts et autant de voitures noyant l'air de poussières et la cacophonie des klaxons. Cette cité avait bel et bien perdue toute sa gloire et sa grandeur. Le pays entier avait été piller par les européens au cours des siècles derniers, aujourd'hui il ne restait plus ici que ruine et poussières. Raoh se fraya un chemin à travers la foule crasseuse afin de chercher l'adresse jusqu’à trouver le bâtiment qu'il recherchait, sans un mot ni une hésitation, il pénétra à l'intérieur.
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Lun 22 Juil - 20:51


~ ♣ ~

« Il arrive.»
Gabriel n'avait pas été ému plus que d'ordinaire par la démonstration de Cosmos qu'avait fait l'homme blond. C'était avec un calme déconcertant qu'il parlait avec Sekhmet au travers d'un téléphone mobile.
« Par contre, je crains que sa discrétion naturelle ne te porte préjudice. »
Fit-il avec cynisme avant de raccrocher.

Gabriel n'était ni chevalier, ni sensible au cosmos. Ces "trucs de chevalier jedi" comme il aimait les appeler ne l'intéressaient pas. Il les considérait comme tout au plus une contrariété avec laquelle il devait dorénavant jouer.

~ ♣ ~

Les lourdes portes d'ébène et de bronze s'étaient ouvertes sur un hall d'entrée sobrement décoré. Pourtant les matières n'étaient que luxe: Marbre blanc, consoles en or forgé surmonté de plateau en marqueterie de bois précieux. A chaque angle de la pièce, comme soutenant la structure, de gigantesques lions de stuc semblaient toiser de leurs yeux de pierre l'intrus. Au centre du mur faisant face à la porte, une sculpture datant de l'ancienne Egypte imposait sa présence. C'était une femme à tête de lion qui d'une main tenait un ankh, dans l'autre la tête d'un ennemi de l'empire, elle avançait d'un pas sur, à jamais figée dans cette posture. Elle était Sekhmet.

« Monsieur. »
Fit l'homme du pays, en saluant respectueusement Raoh, inclinant tout le haut de son corps.
« Si vous voulez bien me suivre, vous êtes attendu.»

L'homme invita Raoh à suivre ses pas, le faisant passer par une des deux portes se situant de part est d'autre de la sculpture. Il l'entraina dans les jardins richement arboré d'un patio, où une fontaine centrale distillait sa fraicheur. Ce palais resplendissait de sa première beauté ! Derrière les moucharabiés finement ciselés des fenêtres aux étages, des petits gloussements ravis se faisaient entendre, signe que le Cavalier était observé par des regard de femmes qui ne se gênaient pas pour commenter son physique.
Puis, l'homme s'engouffra dans un escalier en spirale, faisant comprendre à Raoh de toujours le suivre. Il l'entraina plus profondément dans la terre, pour enfin arriver devant deux portes d'airain qui luisaient sous la lumière des torches.

« Nous y sommes, je ne peux aller plus loin. »
Fit-il en s'inclinant à nouveau, laissant le cavalier seul devant les portes.

~ ♣ ~

Quand les portes s'ouvrirent, une nuée de vapeur s'échappa.
Derrière celle-ci, la luxure et la volupté avaient élues domiciles.
Des colonnes parsemaient une grande salle baignant dans une lumière tamisée. Chaque mur, chaque colonnes étaient une œuvre d'art, ode à l'ancien empire qui jadis régnait sur ces terres et celles voisines. Dans le bassin central, deux femmes nageait entre les lotus, avec pour seul vêtement leur beauté. Sur ses berges, d'autres regardaient le nouvel arrivant, se murmurant d'interdit secret à l'oreille.
Il n'en fallait pas plus pour que Raoh se retrouve entouré de quelques nymphes humaines à la peau ambrée qui tentèrent de l'emporter pour s'en amuser.

« Il suffit, il n'est pas pour vous. Raoh, venez, je suis ici. »
La voix l'appelant s'échappait d'un endroit plus reculé, caché des yeux par des drapées de soie.
Derrière ceux-ci, son corps sylphide lascivement allongé sur le ventre et ayant pour parure ses cheveux, Guerre était massée par une servante.
« Bonjours Raoh. »
Fit-elle en ouvrant les paupières et se redressant sur ses coudes. Alors que, comme pour les sirènes, ses cheveux semblaient doté de leur propre volonté, entre autre celle de couvrir les endroits que la pudicité ne voulait dévoiler.

~ ♣ ~

Zan

Date d'inscription : 08/07/2013
Nombre de messages : 113
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas
Lun 22 Juil - 21:44
Il c'était laissé guider sans dire un mot, suivant le serviteur. Il ne fit pas attention aux gloussements ou aux regards, son esprit était au dessus des frivolités des mortels. Il avait été humain autrefois, mais tout cela était derrière lui. Il avait abandonner son humanité, effacer les sentiments et les émotions car il devait être celui qui tiendra le monde dans son poing. Il devait n'avoir ni peur ni faiblesse afin de réaliser son ambition. Le serviteur le laissa devant les dernière porte, Raoh le laissa prendre congé ans dire un mot, puis il entra.

L'intérieur était raffiné, un véritable éden d’hédonisme. Des femmes vinrent à sa rencontre sans savoir qu'elles s'approchaient du être bien trop dangereux pour elles. Puis une voix qui lui sembla familière se fit entendre et il vint à la rencontre de celle qui l'appela par son nom. La guerre avait prit bien des formes, celle ci devait être la plus séduisante. Mais le Ken'Oh n'en fut pas ému pour autant, comme à son habitude il restait imperturbable. Non pas qu'il ne soit pas capable d'apprécié la beauté d'une femme et la volupté de ses courbes, mais il avait effacer de son cœur les idées puériles d'amour ou d’attachement. Bien qu'il ne l'avait jamais rencontrer, son nom  n'était pas inconnu à Ubar, lorsqu'elle salua Raoh, celui-ci pu lui rendre la pareil :

« Bonjour Sekhmet. »

L’Égypte lui allait bien, pour une femme portant un nom de déité. Raoh s'étonna de ne pas connaître grand chose sur la nouvelle identité de Guerre, mais après tout il était rester bien loin des intrigues et de ses compatriotes, aussi bien des Daevas d’Éris que des autres cavaliers. Il avait privilégier la mise en place de ses pions sur échiquiers aux frivolités mondaine, ne rencontrant. De tout les lieux possible, il n'avait pas imaginé qu'il puisse rencontrer l'un de ses « frères » dans un hammam. Il ne se gêna pas pour en faire part à son homologue de la guerre :

« Un étrange endroit pour une première rencontre. »

Raoh n'en dit pas plus, après tout c'était elle qui l'avait convier à la retrouver dans ce lieu peu opportun, mais il savait qu'elle n'avait sans doute pas fait cela sur un coup de tête ni pour la beauté du geste. Elle était la guerre, personnifié et donc de ce fait n'était pas quelqu'un qui puisse être prit à la légère. Mais Raoh était surtout curieux de connaître les raisons de ces retrouvailles.
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Lun 22 Juil - 23:21


~ ♣ ~

Ses pupilles se rétrécirent, devenant fine fente comme celles d'un chat; elle scruta un instant le nouveau corps de Conquête. Elle était étonnée de voir un corps d'homme étant donné que tous les autres, lui compris, avait opté pour établir résidence dans ceux de femmes. Les corps de femmes offraient certains avantages qui palliaient ceux des menstruations. Le premier des avantages étaient la réaction des hommes qui hésitaient toujours à frapper une femme. Ce qui permettait à la fragile femme de porter le premier coup.

« Tu aurais préféré dans un centre commercial? A moins que la présence de ses demoiselles ne te dérange? Je t'ai connu moins prude. »
S'en amusa Sekhmet en chassant d'un geste de la main sa masseuse.

Elle se releva, se saisissant dans la serviette sur laquelle elle était couchée pour cacher sa poitrine mais sans enrouler cette serviette autour de son corps, si bien que son dos était à nu, dévoilant les rayures félines qui arboraient sa colonne vertébrale. Mais était-ce un tatouage ou de véritables rayures qui étaient nées sur sa peau?  
D'une main, elle caressa son crâne pour réajuster ses cheveux qui éclipsèrent ces étranges marques.

« Tu n'as pas remarqué un fait intéressant?  Les seigneurs de guerre de pensent jamais à regarder ce qui se passe dans les salles d'eaux.  Pourtant, bien des femmes de harem y firent des complots qui eurent pour conséquence de faire basculer le pouvoir. »
Commença-t-elle à expliquer en s'avançant vers le bassin. Elle y pénétra, descendant les marches lentement.
Sekhmet tourna son visage, regardant par dessus son épaule Raoh. Et ce fut avec un regard espiègle que seule un corps de femme pouvait offrir qu'elle dit :
« En traduction : Les dieux sont omnipotents, mais pas dans les salles de bains. Ici, nous pouvons discuter en privé sans être épié. Truc de femme. »

Elle continua sa descente dans l'eau, ses cheveux dessinant autour d'elle une corolle blanche de pétales s'entrelaçant.

~ ♣ ~

Zan

Date d'inscription : 08/07/2013
Nombre de messages : 113
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas
Lun 22 Juil - 23:51
Raoh écouta avec attention Sekhmet. La guerre c'était faite toute de sensualité, ses mouvements avaient la grâce des félins. Elle entra dans l'eau en lui exposant les raisons de ce rendez-vous, elle marquait un point, peu nombreux seraient ceux qui les espionneraient en ce lieu. Devant la remarque quelque peu moqueuse de Guerre, Raoh se débarrassa de ses vêtements afin de dévoiler un corps fait de muscles puissants, le corps du cavalier avait été modeler depuis des années afin d'en faire l’instrument de sa conquête. Il n'y avait pas que pas la taille qu'il était imposant, il dégageait une impression de puissance presque palpable, rehausser par son air sévère et son regard dur et froid. Il n'avait plus à être un homme, il était le monstre que les cieux avaient engendrer pour tenir ce monde d'une main de fer. Un démon au corps imposant et vigoureux, un symbole de puissance pure et brute, il dégageait une certaine bestialité, à la manière de Sekhmet mais alors que cette dernière s'appropriait la grâce féline d'une lionne, Raoh lui avec le corps souple et puissant d'un tigre colossale. Même si la nature du cosmos faisait que la force physique à elle seule ne soit pas suffisante, il avait en plus de son apparente brutalité des millénaires d'expériences dans l'art de la manipulation cosmique ainsi que la maîtrise totale des arts martiaux les plus anciens et les plus meurtriers que l'homme ai jamais créer. Il était une incarnation guerrière entièrement vouer au combat pour la domination, c'était pourquoi il laissait à d'autre le soin de gérer la paperasse.  

Il suivit donc Sekhmet dans l'eau, cela faisait longtemps qu'il ne s'était pas accorder le luxe de se détendre. Il avait toujours été au aguets des trahisons propres aux serviteurs d’Éris aussi bien que des lubies de la déesse elle même. Bien qu'il ne baissait pas sa garde devant Guerre, il pouvait au moins se permettre de profiter un peu du moment. Le moment était peu être venu de savoir se que mijotait la jeune femme au regard félin :

« Et que compte tu cacher des dieux que tu me révélerais ? J'imagine que tu ne m'a pas fait venir juste pour me faire prendre un bain, me tromperais je ? »

Il avait bien vu que la jeune femme pouvait être espiègle, mais il allait vite savoir si Sekhmet se laissait simplement aller a de petits plaisir, ou si au contraire elle préparait elle aussi de sombres projets. Bien qu'il doutait qu'elle lui révélerait toutes ses combines, il aurait au moins un sujet de réflexion. Mais dans l'attente, il pouvait profiter un peu du confort et du luxe des lieux.  
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Mar 23 Juil - 0:40


~ ♣ ~

Sur le bord du bassin, trois jeunes femmes regardèrent intéressée le striptease improvisé du guerrier que leur maitresse avait invité. Car ces femmes n'étaient pas libre.

Dans ce monde, l'argent achetait tout, même la liberté des autres. L'esclavagisme portait un autre nom, mais cela n'en restait pas moins de réduire la volonté des autres aux besoins d'un seul. Ces jeunes filles étaient née dans le giron de Sekhmet. La Guerre avait découvert que le meilleur moyen d'obtenir du personnel gratuit était de posséder des orphelinats. Il avait ainsi la main mise sur des enfants, quand ceux-ci devenaient adultes, il les sélectionnait pour les répartir dans ses différents secteurs d'activités, se réservant les plus belles pour ses besoins personnels.

Les femmes dans son hammam étaient âgées entre 15 et 17ans, toutes d'une beauté qui les faisaient rivaliser avec les déesses. C'était ces même jeunes filles qui commentaient le corps du Cavalier rejoignant Sekhmet... Elles n'étaient mal traités, la maltraitance gâche la beauté, elles étaient juste réduite au rôle d'accessoire de luxe, de distraction interactive...

Quand à Sekhmet, elle regarda d'un oeil critique le corps de l'homme entrant dans l'eau. Cet oeil qu'avait toutes les femmes prédateurs qui avaient vu plus d'un homme défiler dans leur bras. A moins que ce n'était le regard du guerrier qui analysait chaque mouvement de l'adversaire pour en découvrir les faiblesses. Une épaule démise il y a plusieurs années et qui se serait fragilisé, ou une cheville plus faible que l'autres... allez savoir ce qui traversait l'esprit de cette femme à cet instant?

« Je ne t'ai pas forcé à te baigner? Tu es venu tout seul! »
Répondit-elle dans un petit rire, s'offrant quelques brasses pour s'éloigner de son frère d'armes.
« Mesdames, monsieur à besoin de se détendre... il est à vous. »
Annonça-t-elle, toujours amusé par la situation.

Et quelle situation! A peine eut-elle dit cela que plusieurs des demoiselles s'étaient ruées sur lui, lui prodiguant lavage et massage... même de certaine partie de son anatomie qu'il aurait sans doute aimé garder pour lui!
(je respecte la règle du forum qui demande de ne pas trop décrire ce genre de chose. Penses-y dans ta réponse. )

« Me crois-tu assez naïve pour t'accorder ma confiance? Te dire mes projets. Nous sommes frère mais tout deux liés à Eris, qui de nous deux trahira l'autre en premier au profit de cette déesse? De toute façon, sur elle, je n'ai rien à te dire. Mais je te connais suffisamment pour savoir que tu es un homme -enfin si on puis dire- de peu de patience, aussi je me mets à ta disposition. Mon hôte était jadis chevalier de Jamir, la crème de la crème des chevaliers d'Athéna. Un ordre secret. Et qui ordre secret, dit de nombreux secret sur les autres. Ensemble nous avons des informations qui pourraient t'intéresser. Demandes, nous sommes à ta disposition pour y répondre. »

~ ♣ ~


Zan

Date d'inscription : 08/07/2013
Nombre de messages : 113
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas
Mar 23 Juil - 1:17
Sekhmet jouait un tour de cochon à son frère, mais le cavalier de la conquête ne se montra en aucun cas gêner par la débauche de servante venant frictionner son corps, il doutait qu'une d'entre elle tenterait quoi que ce soit contre lui sur ordre de Guerre. Et tant bien même il était parfaitement capable d'y faire face et Sekhmet aurait trop à y perdre. Il se laissa donc aller, jouant le jeu de la maîtresse des lieux, une sorte de politesse. Il continua d'écouter la lionne, qui avait prit quelques distances, Raoh aurait pu s'amuser de cette soudaine 'pudeur'. Il était vrais qu'elle c'était choisi un hôte intéressant, Ken'Oh avant entendu parler autrefois de cet ordre de chevaliers, ils étaient, entre autre chose, parmi ceux qui connaissaient les arcanes de la réparation des armures. Il était certain qu'elle avait dans ce cas accès à de nombreuses et très intéressantes informations. Mais Raoh avait sa propre fierté et il ne comptait pas apprendre les faiblesses du Sanctuaire de la bouche de Sekhmet. Il trouverait lui même les points faibles des chevaliers d'Athéna en les affrontant lui même comme cela avait toujours été le cas. Il déclina donc l'offre :

« Ta sollicitude me touche Sekhmet. Mais j'apprendrai par moi même ce que les Saints de cette époque ont dans le ventre. »

Lui revirent soudain les souvenirs de sa discutions avec le Daeva du démon, Iblis, de la garde royal d'Ubar. Celui ci donnait les chevaliers noirs de l'île de la reine morte comme menace numéro un. Il avait envi de savoir ce qu'en pensait le Guerre :

« Je me suis entretenu avec un membre de la garde royal d'Ubar il y a de cela presque un an. Ce dernier semblait redouter l'ordre des chevaliers noirs regrouper sur l'île de la reine morte, et cela plus que le Sanctuaire ou Asegard. Qu'en penses tu ma sœur ? Pour ma part je suis plutôt curieux de savoir ce que préparent les frères de Zeus. Depuis la médiatisation par le sanctuaire des conflits divins, ni les représentants des enfers ni ceux du royaume sous-marin ne sont intervenu. »

Il continua d'observer les réactions de Sekhmet, peu être pourrait elle lui donner des informations qui complémenteraient sa brève entrevue avec Iblis. Il se souvenait parfaitement de sa visite au Zimbabwe ainsi que de l'impression qu'il lui avait laisser. C'était un être hautement malfaisant à ne pas prendre à la légère, Raoh se méfiait de lui autant que de n'importe quel autre Daeva, ou autre cavaliers, car comme Guerre l'avait si poliment expliquer, il n'était pas non plus à l'abrit d'un mauvais coup au sein même de sa propre fratrie.
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Mar 23 Juil - 11:29


~ ♣ ~

Etait-ce de la pudeur ou était-ce de la sélectivité?
Elle était aguichante, s'amusait à séduire et provoquer mais tel le chat qui accepte les caresses des étrangers, il n'allait pas s'allonger sur n'importe quel lit. Sekhmet ne s'offrait pas, elle se méritait. En se qui concernait Raoh, ce n'était pas l'orgueil féminin qui la poussait à mettre de la distance, mais simplement le fait qu'elle le connaissait depuis des millénaires car il était son Cavalier de frère!

« A ta guise pour le Sanctuaire. »
Accepta-elle, en s'adossant au bord à l'extrême opposé du bassin, faisant ainsi face à son interlocuteur.
« Parlons alors des Chevaliers Noirs. Iblis les redoute sans doute car, bien avant qu'Athéna ne refasse parler d'elle, ils étaient déjà là. De tout temps, ils se sont mêlés à l'humanité, manipulant secrètement certains secteur d'activité. Pour l'instant, leur secteur d'influence est fortement concentré sur Tokyo. Si tu souhaites y faire un tour, je peux t'y emmener. »
Continua-t-elle, en prenant appuis sur ses deux mains pour ce hisser sur le bord, ses longs cheveux servant de voile diaphane pour couvrir son corps nu, à la peau halée d'un ambre léger en cette saison.

Ce fut avec quelques battements de pieds dans l'eau limpide qu'elle continua:
« Leur point fort est leur faculté d'adaptation. Leur structure sociale n'est pas figée comme celle du Sanctuaire ou d'Asgard. N'ayant pas de dieu, ce n'est pas le plus fayot qui a le meilleur poste, mais le plus compétant qui s'élève dans la hiérarchie. Ils ont différentes castes sociales pour régir leur communauté. »

Elle replia une jambe qu'elle enlaça de ses deux bras et y posa son menton.
... décidément cette chevelure s'y entendait pour être là ou il fallait...
« Mais ce point fort est aussi leur faiblesse. L'absence de dieux fait qu'ils n'ont pas de divin protecteur. Donc, pas de p'tites résurrections à la Seiya. De plus, ce sont les plus compétant qui dirigent; Et comme tout dirigeants compétant, ils ont énormément de mal à déléguer. Ils donnent aux subordonnés des ordres pour la semaine tout au plus. Coupe les têtes et tu anéantiras l'ordre avec facilité car ils seront désorganisés et trop occupés à se disputer la place vacante.... »

Un tigre vint se lover contre Sekhmet, avec cette démarche pesante de l'animal hésitant entre dormir et dormir en ayant des caresses mais devant se déplacer pour les avoir. Il posa sa lourde tête sur la berge du bassin et laissa son corps s'affaler à sa suite. Sekhmet s'accommoda de cette nouvelle présence, usant du corps du félin pour s'y accouder à la façon d'un coussin et de ses doigts agiles, elle lui caressait le front.

« ... Car étant pour la plupart des parias, ils sont indépendants, susceptibles et avec des forts caractères, et les compagnons de combat d'un jour peuvent devenir rapidement des ennemis. Là aussi, c'est un de leur point faible, il est aisé de les monter les uns contre les autres à condition de le faire avec subtilité. Ce ne sont pas des imbéciles! Preuve en est, ils ont mit la main sur certaines mafias. D'ailleurs, ces mêmes mafias traitent avec moi en ignorant qui je suis vraiment. Avoir une couverture humaine est très.. distrayant. »
Elle claqua des doigts après une servante, et celle-ci disparut derrière une colonne tandis que les autres femmes prenait toujours grand soin de Raoh.

~ ♣ ~


Zan

Date d'inscription : 08/07/2013
Nombre de messages : 113
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas
Mar 23 Juil - 12:18
Raoh écouta avec un gros intérêt les paroles de sa sœur sur les chevaliers noirs. Ces derniers étaient très intéressants pour le cavalier de la conquêtes, une organisation méritocratique avait tout pour lui plaire. Peu être serait il intéressant de voir ce que ces exclues oubliés des dieux valaient réellement, car après tout leur haine des divins pourraient les rapprocher du but de la déesse de la discorde, elle qui était aussi rejeter par les siens n'avait eu de cesses que de mettre en branle des plans afin de précipiter leur ruine. Mais les quatre cavaliers avaient aussi une rancœur particulière à l'égard de ces dernier, c'était même sans doute ce qui les avaient attacher à la Discorde, ils avaient été banni, priver de leurs pouvoirs et subirent durant des siècles les affres de la douleurs physique et psychologique, comme si l’enfermement n'était pas une punition suffisante. Conquête n'avait pas oublier et il ne pardonnait jamais, c'était une faiblesse dont il ne pouvait plus ce permettre le luxe. Il allait donc attendre de voir les mouvements de ces chevaliers noirs, précipiter une rencontre pouvant être préjudiciable il préférait être patient.

« Tout cela est très intéressant, je m'étonnes presque qu’Éris n'ai pas déjà rallier ces chevaliers de l'île de la reine morte. Leur aversion commune des dieux pourrait être une bonne base pour une alliance. »

Mais il savait bien que la déesse n'était pas juger digne de confiance par une grande majorité. Il ne pouvait pas leur donner tord sur ce point. Lui même ne faisait pas l'erreur de croire aveuglément Éris comme un chevalier du Sanctuaire le ferait d'Athéna ou de son Pope. Bien que sa carrure et son naturel peu bavard puisse le faire passer pour une brute sans cervelle, Raoh était réfléchit et patient, même s'il préférait ouvertement s'occuper d'un problème à bras le corps et affronter ses adversaires face à face, c'était surtout pour avoir l'occasion de rencontrer des défis digne d'intérêt et ainsi poursuivre son ascension en tant que guerrier jusqu'à ce qu'il retrouve ses pouvoirs d’antan. Et puis, il était un homme d'honneur, attaquer un adversaire dans le dos n'était pas digne de celui qui ferait trembler ce monde tout entier. Tous devaient le craindre pour sa force et au combat il se devrait d'écraser ses adversaires sans qu'aucun puissent niés l'étendu de sa puissance.

Sekhmet prenait aussi tout le loisir de profiter d'une vie de businesswoman, Raoh lui n'intervenait que pour s'enquérir de l'avancement de ses projets ou afin d'éliminer un obstacle. Il avait tant à faire et laissait aux bons soins de Jack de chapeauté la finance et les relations publiques.

« Je préfère laisser la bureaucratie à certains de mes subordonnés. D'ailleurs, j'espère que la 'crise' qui perturbe l'économie depuis cette dernière décennie n'a pas brider ton plaisir. Je ne pourrai que regretter que mes actions ne soit préjudiciable à ma sœur. »

Il laissait les servantes continuer leur œuvre, il pouvait bien se permettre cet instant de détente et ne voulait pas avoir l'air discourtois envers Sekhmet. Quoi qu'elle puisse en penser, Raoh privilégiait ses frères et sœurs cavaliers à la déesse de la discorde, si un conflit avec cette dernière devait un jour éclater. Éris avait ses avantages pour le moment, le monde allait sombrer plus encore dans le chaos et lorsque l'humanité explorerait les bords de la folies, Raoh prendrait cette terre afin d’instaurer un ordre nouveau et plus puissant. Une ère où les dieux ne seraient plus nécessaires, mais si la discorde tenait ses promesses, elle pourrait bien être épargnée par l'Apocalypse.
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Mar 23 Juil - 13:06


~ ♣ ~

« Tu oublies un détail de taille, mon frère. Eris est une déesse. Ils haïssent tout les dieux sans exception. C'est leur seule motivation commune. Car après, deux grands mouvements cohabitent sur cette île. Le premier mouvement prône la destruction. C'est le mouvement le moins dangereux pour les dieux. Le second mouvement prône la défense de l'humanité. Et là, ils sont dangereux car ils ont de vraies convictions, bien construite. C'est la conviction dans ses idées qui peut faire d'un humain l'égal d'un dieu. Ce mouvement là dit qu'il faut anéantir les dieux pour libérer l'humanité. »

La servante revint avec un plateau chargé d'une carafe, d'une flute rempli de liquide blanc et d'un verre vide. Sekhmet se saisit de la coupe de lait frais, qu'elle porta à ses lèvres pour en laper la surface, tandis que la carafe de vin accompagné d'un verre ballon fut proposé à Raoh par cette même servante.

« Tu dois te dire : Comme nous ils veulent anéantir les dieux. De bon alliés? C'est là que le bas blesse. Ils ne s'associeront jamais avec nous car ils protègent la vie et nous, nous sommes la fin de celle-ci. Au delà même de Thanatos qui existe car la vie existe. Sans vie il n'y aurait pas de mort. Hors, nous, nous sommes la fin de tout. L'anéantissement total. Bref, le billet pour l'ANPE pour tout les dieux... enfin, ceux qui y survivrait. Car la plupart disparaitrons avec la fin de ce monde. Sans raison d'être, pas de dieux.»

Ainsi c'était donc le vrai visage de la Guerre? L'ultime Cavalier qui passait après les trois autres pour achever le travail. Elle était parfaitement consciente de son rôle malgré ses postures lascives et son air frivole. Seulement elle cachait cela sous des traits affables, faisant que les plus naïfs abaissaient leur méfiance à son égard, croyant qu'elle avait changé. Hors, elle était toujours la même: Assoiffée de sang, de carnage et de destruction. Mais, en femme intelligente, elle avait mit une belle robe de soirée par dessus ses armes pour ne pas éveiller les soupçons.
Ce n'était pas par hasard qu'il avait choisi le nom de Sekhmet, la Déesse de la Guerre de l'ancienne Egypte, mais par lucidité, car au tout début, Sekhmet fut envoyée par Râ pour punir l'humanité, elle était l'Armageddon.

~ ♣ ~


Zan

Date d'inscription : 08/07/2013
Nombre de messages : 113
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas
Mar 23 Juil - 14:13
Ainsi Sekhmet se dévoila enfin sous son vrais visage, comme l'espérait Raoh. Sa résolution était restée la même, seule sa forme et ses méthodes avaient changer. Sa vison de sa mission pouvait même paraître encore plus brute que celle de Conquête, l'annihilation total par l'Apocalypse, là où Raoh voyait plutôt la grande purge comme le moyen de recréer à nouveau en se débarrassant de l’œuvre minable et corrompu des anciens dieux. Car au final s'il ne restait rien à dominer, nul conflits ni famine ni créature mortelles, que deviendraient ils, eux qui précipitaient ce monde dans le néant.

Raoh était convaincu qu'après la chute de ce monde, ils seraient ceux qui marquerait le début de quelque chose de nouveau. Ils ne commettraient pas les même erreurs que les dieux qui avaient laisser ce monde s’enliser dans la fange. Les Quatre devenus dieux auraient le contrôles, Conquête maintiendrait un ordre sévère mais stable, Guerre et Famine s'assureraient de la régulation du cycle de la vie alors que Mort pourrait sans problème disposer du monde des morts et ainsi perpétré le cycle de la mort et de la renaissance. Les autres pouvaient ne pas avoir cette conviction mais Raoh ne se satisfaisait pas du nihilisme pure et simple.

« Dit comme cela il est certain que notre cause n'est pas très aguichante. Cela n'est guère important, si ces chevaliers noirs représentent une menace, nous n'aurons qu'à leur faire plier le genoux ou les écraser. »

Un problème à la fois, même s'il était important d'avoir des yeux partout, se disperser sur plusieurs fronts ne ferait que diminuer sa propre puissance. La meilleurs stratégie était pour le moment d'attendre patiemment que les divers belligérants montrent au grand jour leurs ambitions et ne fasse le premier mouvement, ainsi les Daevas pourraient profiter de la moindre faiblesse. C'était certainement ainsi qu’Éris comptait jouer, grand bien lui en fasse.

« Nous en sommes donc réduit à attendre en guettant les mouvements ennemis. Cela semble faire une éternité que je n'ai pas eu a affronter un adversaire de valeur. »

Cette dernière tirade allait sans doute amplifier l'aspect bourru et brute du cavalier, mais il savait bien que Sekhmet ne se laisserait pas berner, elle le connaissait bien. Pour le moment il ne voyait en elle la première véritable allié au sein d'Ubar. Même si cela ne voulait pas dire qu'il ne la garderait pas à l’œil afin d'éviter une éventuelle trahison (d'ailleurs elle lui retournerait cette politesse sans aucun doute). Au royaume de la discorde ils étaient tous dans le même état de méfiance constante et c'était sans doute le plus gros point faible d’Éris. S'ils devaient tous surveiller autant leurs alliés et leurs ennemis, la paranoïa ne tarderait pas à se faire trop puissante et les éléments les plus faibles ne seraient plus digne de confiances pour les plans de la déesse.
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Mar 23 Juil - 15:09


~ ♣ ~

« Attendre qu'ils bougent les premiers? Sottises!»
Lança subitement Guerre en se relevant, impérieuse, pour plonger gracieusement dans l'eau et émerger face à Conquête, un air impitoyable sur le visage le rendant presque inhumain. Un rictus relevant le coin de ses lèvres, dévoilant qu'elle avait, non pas des canines, mais des crocs prêt à déchirer les chairs de ceux qu'elle jugerait faibles.

Ce fut yeux dans les yeux qu'elle lui expliqua son point de vu. Un regard sans âge dont les pupilles étaient constellé d'éclat d'or tel des milliers d'étoiles qui dansaient dans le firmament.
« Si les autres bougent les premiers, c'est qu'ils se seront organisés. Si ils se sont organisés, c'est qu'ils deviennent plus fort.  Serais-tu du genre à attendre dans ta forteresse que l'ennemi se trouve en bas de tes remparts? »
Lui cracha-t-elle pratiquement au visage. Toujours aussi sauvage même si elle s'était donnée une apparence plus douce.
« Si tu veux faire cela, prépare au moins tes défenses et de quoi tenir le siège. Nous ne pouvons pas nous permettre d'attendre, nous devons nous aussi nous organiser et former une unité suffisamment puissante pour faire front quoi qu'il arrive. Nous pouvons fragiliser leur force en utilisant les humains. Monter l'humanité contre ces Chevaliers, faire en sorte qu'ils soient des parias, des exclus. Il y a tant de chose que nous pussions faire sans dévoiler notre jeu !  Nous ne jouons pas aux échecs mais nous jouons au poker. Il faut bluffer...  »

Elle se laissa à nouveau glisser dans l'eau, s'éloignant de Raoh.
« Notre plus grand point faible est Eris. Elle est bien trop occupée à essayer de nous écraser par méfiance. Cela nous fait perdre du temps et aussi du champs de manœuvre. Bon, je ne peux pas vraiment lui reprocher, elle est le Chaos. Mais si elle pouvait éviter de semer la pagaille dans ses propres troupes, cela nous ferait des vacances!  Il faudrait lui trouver une occupation. Quelque chose qui... l'accapare.. »
Proposa Sekhmet d'un voix grinçante et suintant le complot, tandis qu'elle regardait son frère d'un regard complice avant de disparaitre sous l'eau...  

~ ♣ ~

Zan

Date d'inscription : 08/07/2013
Nombre de messages : 113
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas
Mar 23 Juil - 15:41
Raoh regarda le petite mise en scène de sa sœur d'un œil agacé, elle le méjugeait encore une fois. Ce croyait elle si supérieur ? Sottise. Raoh avait sans doute surestimer Sekhmet, c'était bien dommage pour elle. Elle fit un navrant étalage de pieuse stratégie militaire, alors que le sous entendu précédent de Raoh n'était pas à prendre au pied de la lettre, dans un dernier effet fraternel ce dernier aller lui rappeler pour la dernière fois qu'il n'était pas à prendre pour un imbécile :

« Il est amusant de voir une autre humeur sur ce minois ma sœur, mais me prendrais tu pour un idiot ? Je ne suis pas rester inactif ces dernières années, bien que l'humeur d’Éris ne nous permettent pas d'attaquer nos ennemis les premiers. Bien que cela soit dans l’intérêt d'un plan bien plus grand, les mystifications timorées m'agace et ce serait avec une grande joie que j'écraserai volontiers nos ennemis commun. Ne me prend pas pour un tyran de pacotilles seulement capable de s’emmurer lui même, je suis la Conquête. Ma définition même est de prendre, par la force s'il le faut. »

Il laissa quelques instant à Sekhmet, considérant une nouvelle fois sa remarque sur Éris, sur ce point sa sœur pensait exactement comme lui. Il était plus qu'agacer des manigances et du climat de suspicion qui entourait les Daevas.

« Tes mots illustres ma pensée concernant Éris et ses Daevas. Il serait agréable de lui trouver une occupation, s'il ne s'agissait que d'une petite reine, un époux aurait pu suffire jadis afin de la canaliser. Loin de moi l'idée de te paraître dédaigneux. Le meilleurs moyen que je connaisse pour garder un dieu occuper, serait de lui trouver un petit partenaire de jeu divin. Même si tout serait nettement plus simple si elle pouvait simplement avoir confiance en nous, mais cela ne serait il pas faire preuve de faiblesse chère sœur ? »

Il eu presque un sourire à la fin de cette réplique, après tout les cavaliers restaient une menace potentiel pour Éris elle même, avait elle peur d'eux à ce point ? Et avait elle raison de les craindre ? Raoh de son coté ne comptait pas trahir la Discorde tant qu'elle ne lui aurait pas donner un bon prétexte. Mais il ne savait rien de ce que pouvaient penser Mort et Famine, ou même Sekhmet ? La guerre serait elle déjà lasse de sa libératrice ? Raoh ne pousserait pas la curiosité jusqu'à lui poser la question, rien ne l'obligerait non plus à répondre si elle en faisait de même. Il fit signe aux jeunes femmes de le laisser en paix afin d'être pleinement concentré sur sa consécution avec Sekhmet :

« Durant ces dernière années j'ai passer la plus grande partie de mon temps à sapé l'économie mondiale afin de rendre les états les plus puissants dépendants de certains de mes associés, notamment ceux de Dubaï. J'ai aussi débuter en secret l'entraînement d'une armée de soldats apte à l'utilisation basique du cosmos au Zimbawbe, le tout sous convers d'une simple troupe de mercenaire comme il en pullule en Afrique. Comme tu peux le voir je ne me suis pas contenter de rester en ermite, j'utilise simplement des pions. Cela permet d'éviter que nos ennemis ne repère ces manœuvre à cause de mon physique que je sais distinctif. Je compte en offrir un certain nombre à Éris, elle en fera ce qui lui plaira, mais j'ose espéré que cet acte de bon foi nous permettra de respirer un peu mieux à Ubar. »

Il espérait sur ce dernier point éclaircir la mésentente de sa sœur à son égard, il savait pertinemment qu'il n'était plus au moyen-âge. Et il avait adapter, même à contre cœur, ses méthodes de conquête.
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Mar 23 Juil - 16:27


~ ♣ ~

« Elle ne supporte pas les autres dieux... ça va être difficile de lui trouver un partenaire de jeu. »
Fit remarquer Sekhmet, en sortant du bassin, laissant une servante lui enrouler une serviette autour du corps. Puis, elle changea de sujet, de toute façon, celui-ci ne l'intéressait pas.
« Revenons sur les Chevaliers Noirs. Ils ont un leader majeur, Takeya Oni. Une sorte de Donjuan croisée Arsène Lupin. »
Commença-t-elle a expliquer, ignorant que l'année suivante, Clotho ferait sa réapparition.

Elle s'assit dans un fauteuil de rotin, faisant à nouveau signe à une servante.
« Ton idée de caser Eris me fait penser que ce Donjuan possède de nombreux points faibles comme la sensibilité, la susceptibilité et un besoin irrépressible de courir après les jupons. Son type de femmes: la nunuche inoffensive qui ne lui fera pas d'ombre, de préférence avec un caractère de type à s'outrer quand il se comporte mal. Il y aurait moyen de l'influencer si on trouve dans nos rangs une Daeva répondant à ces critères et si on lui fourrait celle-ci entre ses bras.  »
Expliqua-t-elle, avec une froideur toute nouvelle et visiblement dirigé contre Raoh.

Peste était de l'empathie qui permet de ressentir quand un interlocuteur vous méprise. Shalyne était descendante du peuple Mû par son père, aussi il était difficile de lui cacher une émotion négative quand celle-ci était dirigée contre elle en particulier.
Et peste était du caractère des femmes, les rendant toujours prompt à se vexer.
(hrp : et ça explique l'hostilité de mon perso vis-à-vis du tiens dans le rp avec Eris)

Un plateau de bronze fut posé sur le guéridon attenant au fauteuil. Il portait un kiseru et diverse boîte ainsi qu'un flambeau dans une coupelle.
Sekhmet chargea la longue pipe d'un mélange extrait d'une des boîtes, tout en continuant détaler d'un air détaché ses connaissances.  
  « Sinon, il y a  Osufl.  Sanguinaire, incontrôlable et pourtant Seigneur Noir à l'égale des autres. Loin l'idée de le manipuler, il serait peut-être sensé de prendre contacte avec lui pour le jauger de visu.
Qui sait, nous pourrions signer une alliance avec lui? »

Elle crois les jambes, puis alluma son kiseru et en respira une bouffée alors que sa fumée montait en un fin filet brumeux, rependant parfums de cerise et d'orchidée.  

~ ♣ ~

Zan

Date d'inscription : 08/07/2013
Nombre de messages : 113
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas
Mar 23 Juil - 16:57
Raoh sortit de l'eau en même temps que Sekhmet, écoutant ses explications emprunte d'une froideur nouvelle, sans doute à cause de sa condition de femme et de leur versatilité, ça sœur était apparemment vexée mais elle s'en remettrait. Il avait autre chose à faire que de se soucier des humeurs de Guerre. Elle connaissait appartement bien ces chevaliers noirs, il se demanda à quel point, mais jugea que cela n'était pas un savoir nécessaire pour le moment. Il sécha son corps avant de remettre ses vêtements. Toujours attentif à Sekhmet qui poursuivait ses explications :

« N'avons nous pas déjà assez d'éléments incontrôlables aux seins des rangs des Daevas pour nous encombrer de cet individu ? Je commence à penser que les écraser purement et simplement pourrait être l'option la moins contraignante. »

Il réfléchis un instant à la situation, après tout, si les chevaliers noirs mettaient des bâtons dans les roues des Saints voir même des Guerriers d'Asgard, il n'allait pas se plaindre de les voir s'entre tuer. Mais il n'allait pas compter sur un élément dont il n'avait pas le contrôle. Si les chevaliers noirs devenaient une réelle menace, il prendrait des mesures pour les exterminer, d'ici là il garderait ses yeux bien ouverts.

Il reporta donc son attention sur Sekhmet, au final il n'allait pas simplement ignorer le brusque changement de comportement de sa sœur :

« Mais je te sens mécontente Sekhmet, aurais je toucher une corde sensible ? Ou bien te lasserais tu déjà de cette discutions ? »

Il n'allait pas laisser la situation s'envenimer avec la jeune femme, après tout comme ils le disaient ils avaient déjà assez de paranoïa et de fourberie au sein des Daevas pour permettre un dispute puérile entre deux cavaliers. Bien que possédant lui aussi un ego surdimensionné, il était prêt à faire quelques rare concessions diplomatiques à la seule faveur des autres cavaliers. Les autres pouvaient bien aller au diable, au final ils n'étaient que des pions sur échiquier de leur déesse. Un rôle dont Raoh, comme tout autre cavalier, se passerait bien, et grand mal à Eris si elle pensait que les cavaliers seraient de dociles serviteurs comme les jeunes filles que Sekhmet avait à sa disposition. Il n'était pas si facile à contrôler ni même à contenter. Mais en attendant Raoh allait jouer à son petit jeu et protégé ses intérêts, mais seulement par pur respect de la dette qu'il avait à l'égard de la Discorde.
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Mar 23 Juil - 18:36


~ ♣ ~

Sekhmet eut dû mal, mais elle réussit à retenir son soupire désapprobateur en entendant Raoh parler d'écraser car s'était l'option la moins contraignante. Elle aurait pu lui répondre : il faut savoir ce que tu veux, un coup tu de dis subtile et la minute d'après tu parles de foncer dans le tas, oui, elle aurait pu lui dire cela. Mais à quoi bon? Aussi se contenta-t-elle de lui répondre un vague :
« Vas-y, si tu le souhaites. »

En quelques secondes sa colère était passé à la résignation. Elle avait comprit qu'elle n'avait nullement besoin de sympathiser avec Conquête car leurs antagonismes ne feraient que les entraver. Il était frère et après? Hypnos et Eris étaient frère et sœur, mais tout les opposaient. Elle avait ses idées sur le monde et comment le manipuler pour le faire sombrer. Lui avait les siennes. Alors pourquoi mélanger ses œufs avec ceux de Raoh? Que chacun reste de son côté, elle savait quoi faire pour mener sa barque. Quand à Conquête, si il arrivait à mener à bien ses plans, bien lui en fasse, mais si il échouait...tant pis pour lui. Elle n'avait plus envie de lui prodiguer des conseils, surtout que l'impression qu'il la prenait pour une sous-fifre grandissait à vu d'oeil.

« Oui, je suis mécontente. Je dois avouer que la crise m'a fait perdre quelques millions. Heureusement que j'ai pu me refaire sur la vente de bien immobilier confisqué à d'autres plus touchés que moi par cette crise. »
Répondit-elle, la voix toujours lointaine.

Une vérité mais ne répondant pas à la question posée. Telle était la spécialité de Bastet. Elle ne mentait jamais vraiment, mais n'était jamais honnête pour autant. Raoh lui demandait si elle était mécontente, elle lui répondait que oui, mais ne donnait pas les réelles motivations de son mécontentement. Elle était un Méphistophélès répondant à Faust.

Elle tourna le visage, portant son kiseru à la bouche et en prit une ample bouffée qu'elle recracha en volutes arachnéennes qui enlacèrent son corps, le caressant de leurs blanches fumeroles.

~ ♣ ~


Zan

Date d'inscription : 08/07/2013
Nombre de messages : 113
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas
Mar 23 Juil - 18:59
Raoh ne se posa plus de question, apparemment Sekhmet et lui semblait en désaccord, il allait donc faire comme prévu et ne pas se soucier du cavalier à l'humeur incertaine. Cette femme était bien trop versatile pour avoir sa confiance finalement, Raoh se contenterait donc d'une froide collaboration lorsque la situation l'exigerait, mais rien de plus. Apparemment les liens qui unifiaient autrefois les quatre cavaliers n'étaient plus d’actualité en ces temps de troubles. Ou alors était ce l’œuvre d’Éris et de sa paranoïa constante, quoi qu'il en soit le Ken'Oh n'avait plus la patience de jouer au petit jeu de Sekhmet. Il avait d'autre chats à fouetter. Il allait donc prendre congé de sa sœur en espérant n'avoir à la croiser que le plus rarement possible. Il n'avait pas besoin d'une lionne capricieuse pour arriver à ses fins, le dédain dont elle faisait preuve n'était que puérilité à ses yeux et il n'avait que trop fait de concession pour elle :

« Je te laisse donc, j'ai d'autre affaires qui exige ma présence. »

Il n'avait pas à en dire plus et vu l'humeur de Sekhmet il n'aurait pas besoin d'une autre excuse pour quitter les lieux, cela lui éviterais d'avoir à le congédier comme un domestique. Il partit donc sans se soucier plus du cavalier qu'il laissait derrière lui, repassant les portes sans un regard en arrière. Il refit en chemin inverse le trajet qui l'avait amener à la rencontre de Guerre et qui finalement se soldait par une désagréable impression de perte de temps. Il n'était apparemment pas fait pour s'entendre et n'avait de toute manière pas besoin l'un de l'autre, alors pourquoi forcer les choses ? Que Sekhmet continu ses projets de son coté, tant qu'ils n'entreraient pas en conflit avec les intérêts de Raoh. Peu importe ce qu'elle pouvait penser de lui, au final cette incarnation de la guerre le laissait indifférent, bien loin du stéréotype des opposés qui s’attirent.

Il retrouva les rues du Caire, sa chaleur et son odeur pestilentielle. Ce pays n'était que ruines et déceptions. Tout comme avait été décevante cette rencontre avec sa sœur. Il se surprit à espéré secrètement que tout les autres cavaliers ne soient pas aussi hasardeux que Sekhmet.
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Mar 23 Juil - 19:57


~ ♣ ~

Elle le laissa partir.

« Seth? »
Demanda-t-elle à mi-ton, comme craignant que sa voix ne porte trop dans cette pièce.
« ton verdict. »

Deux yeux orangés apparurent dans les ombres, puis un corps en sorti. Visiblement lui aussi ne souffrait pas de la chaleur car ses vêtements étaient tout sauf adapté au climat du pays. Il écarta sa longue veste de cuir et prit appui sur le bord de la table, croisant les bras.
« Verdict? ... Vous êtes sûr d'être de la même famille? »

Sekhmet releva un sourcil à cette remarque qui au premier abord lui semblait déplacée. Mais Guerre avait apprit de sa vie, et l'essentiel pour apprendre était d'écouter.
« Développe, mon ami. »
Et aussi d'accorder sa confiance à des personnes qui ne donnait aucune envie de la donner.

L'homme au cheveux noir tourna son regard malicieux vers la femme assise et afficha un grand sourire carnassier. Il adorait poser son jugement sur les intrus dans son territoire de jeu, et il allait se faire plaisir.
« Il est creux. Aucun charisme. Instable quand à ses propos, prêche le chaud, souffle le froid. Il a essayé de t'amadouer. Mais comme il s'y connait autant en femme qu'un éléphant de cirque s'y connait en trapèze, il a échoué. Bref, une perte de temps, un élément inutile.. enfin, si, pour attirer toute l'attention, et servir de chair à canon. Le souci, c'est qu'Eris le protégera, sans doute, car elle sait qu'il est moins... autonome -pour rester poli- que toi.... de plus.. »
La litanie dura bien 5 bonnes minutes. Passant par les reproches ridicules comme "la musculature trop développé qui lui donne un aspect de bœuf" au reproche plus fondé qui était " C'est le genre de mec qui vous fera le reproche d'utiliser les humains, vous traitant de faible, mais qui en fera autant en se vantant qu'il est surdoué."
« Bref, tout ce que vous faites ne sera jamais assez bien pour lui. Un macho de base qui ne vous juge qu'a votre apparence physique oubliant qui vous êtes au fond de vous. Pour lui, vous êtes une femme, vous êtes une niaise! A la rigueur un casse croûte, vu le regard qui vous à lancé au début de votre entrevue. »

« Tu sais que je devrais te tuer pour tes propos? »
Répondit la Guerre, avec un calme sans égal.

« Pour les reproches que je fais à ce Conquête ou pour le "vous êtes niaise"? Je vous rappelle que j'ai dit pour lui! Ce n'est pas mon avis pers... »
Rappela rapidement Seth, en sachant très bien que sa patronne était comme l'océan, une tempête pouvait très vite s'y déclarer et tout aussi rapidement tourner au cyclone.

«- Les propos à son sujet.» Coupa la Reine Lionne.

«- oh? ça? ce n'est pas grave. Je sais que j'ai raison. Vous allez êtres obligé de l'admettre tôt ou tard! »

~ ♣ ~


avatar
Ouroboros

Date d'inscription : 31/05/2013
Nombre de messages : 125
Age : 23
Double Compte : Aucun

Revenir en haut Aller en bas
Mer 24 Juil - 3:19


« Ouro, tu as eu ton rendez-vous. Ça sera aujourd’hui, à 17h. » avait-dit Marcus, son conseiller avec un fort accent slave.
Rendez-vous avec Madame Landkaster à 17h, chez elle. Pour ce faire, Ouroboros emprunta un taxi qui l’amena jusqu’au centre-ville. On lui avait beaucoup parlé de cette ville, mais il était déçu. Des mendiants à chaque coin de rue et un culte insupportable que les locaux rendaient au pourboire. Le plus tôt il quittait ce pays, le mieux il se portait. C’est pourquoi il était satisfait de savoir qu’il avait finalement son rendez-vous, et que la grande manitoue était intéressée au point que le lieu du rendez-vous soit défini chez elle. Cela voulait probablement qu’elle voulait parvenir à un accord : c'est-à-dire qu’il n’aurait pas à perdre son temps en discussions stériles, qui lui faisait perdre du temps.
Il ne portait pas de costume. Après tout, il était invité dans un entretien privé, dans une maison, pas à une grande réception ou un dîner de gala. Il ne fallait pas se montrer coincé, avec les grands de ce monde. C’est pourquoi il décida d’y aller avec un polo à manche longue blanc, et des jeans gris clair. Etait-ce une bonne idée ? Il ne savait pas trop. Mais, de toute façon, l’habit ne fait pas le moine. Il venait avec une offre intéressante et, même tout nu, elle n’en resterait pas moins alléchante.


Avant de descendre du taxi, il vérifia s’il avait toujours sa valise avec lui.
« Cadeau de la Havane, avec plus de saveurs que la cuisse caramélisée de la cubaine qu’a roulé ces bébés. », avait ironisé Marcus. Il avait entendu dire, Dieu seul sait comment, que Mme. Landkaster appréciait ce genre de poison.
Il s’approcha de la porte du fastueux palais.


*Très impressionnant*, avait-il pensé. *Vendre une bâtisse pareil devrait suffire à faire nourrir toute l’Île de la Reine Morte pour les cents prochaines années.*


Il sonna à l’interphone.


« C’est Monsieur Boros , je suis venu discuter au sujet d’une affaire avec madame Landkaster.»


La porte s’ouvrit alors. Il balaya les sculptures et les œuvres, parfois à l'air si authentique qu'il se demandait si elles n'étaient pas pour de vrai. Il savait, que, sans son Inhibition être impressionné par tant de faste, d'or, de marbre blanc, et à plus forte raison par la majestueuse statue de la déesse Sekhmet trônant au milieu de la structure. L'hôte voulait impressionner, pensait le Chevalier Noir, mais l’Inhibition le protégeait de cet intimidation visuelle. Néanmoins, il devait admettre que l'intérieur du Palais était extrêmement soigné et délicat.

Un majordome l'accueillit.

«Votre arrivée a été annoncée,
déclara-t-il. Madame ne tardera pas.»

Ouroboros acquiesça poliment. Le majordome le conduisit alors dans un jardin élégant, avec une fontaine au milieu. Une vraie petite îlot de paix au milieu de cette ville tourmentée. Le Chevalier Noir se surprit à se demander s'il n'avait pas lui aussi besoin d'un petit coin calme et beau à lui...Entre la mer houleuse, et les gens...houleux aussi, ce ne serait pas trop demander. Le majordome se retourna.
«Je vous prie de patienter dans ce salon. Madame ne doit plus tarder. Désolé pour l'attente.»

Je levai ma main pour lire l'heure sur ma Tagheuer. Il avait quelques minutes d'avance.


«C'est de ma faute, je suis arrivé tôt. J'attendrai avec plaisir ! Bonne journée à vous.»

Il s'assit et attendit. L'hôte se montrera-t-il aussi généreux dans cette affaire qu'il l'a été avec sa demeure?
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Mer 24 Juil - 13:03
( j'ai hésité entre deux actions.
La première étant que mon perso rejoigne le tien dans le salon
La seconde étant que ton perso se voit inviter à aller voir le mien dans le hammam.
Donc, ayant plus de dès que de pièce sous la main, je tire au pair et impair
Pair! tu es sauvé du hammam! )

Désolée, j'ai supprimé 4 fois mon message pour le reposter!
Il reste tout en gras, c'est de la faute du forum. Ca arrive de temps en temps.



~ ♣ ~



~ ♣ ~

« Seth? »
S'exclama-t-elle, avec une conviction comparable à celle d'un hippocampe dépressif.
« Je te remercie, ta langue de vipère est toujours un plaisir à écouter, tu peux disposer»

L'homme afficha un large sourire avant de disparaître dans les ombres dans un petit rire.

«- Madame?»
Fit d'une petite voix une servante.
« Votre rendez-vous de 17h est arrivé.»

Sekhmet arqua un sourcil en guise d'étonnement.
«- En avance. J'aime les gens ponctuels et arriver en avance est un signe de respect. Cette entreprise gagne des points sur sa concurrente. »
Il faut dire que le malheureux représentant de l'entreprise concurrente avait eut un accident. Enfin, si on puits appeler accident une malheureuse rencontre à Dubaï avec le Moissonneur d'Ames en ayant oublié son carton d'invitation.

~ ♣ ~

La porte du petit salon s'ouvrit, et le majordome habillé à la mode du pays proposa :
« Si monsieur veut bien me suivre,  Madame vous attends.»
Et s'en suivit une nouvelle pérégrination au travers du palais.

A nouveau, Monsieur Boros traversa le jardin intérieur aux courtes allées de gravier blanc ponctué de massif de rosier ou de jasmin. Il put y voir un chat, se prélassant sur un banc près de la fontaine, profitant de la fraicheur du lieu et regardant d'un air gourmant une libellule se posant sur un papyrus planté en bord du bassin. Dans l'eau, des poissons frétillaient, se cachant sous les feuilles de nénuphar quand l'ombre des passants se projeta sur l'onde limpide. Il croisa deux jeunes femmes, qui s'écartèrent poliment de son passage en le saluant d'un signe de tête. Elle portait une sorte de pagne de lin blanc sur leur hanche, ainsi qu'une bande de tissus croisé en guise de haut. L'égypte antique était à nouveau de mise avec de tels vêtements.

On l'invita à monter un tortueux escalier donnant sur une terrasse dominant le patio.

~ ♣ ~

En haut des marches, une femme l'attendait.
Elle était vêtue d'un long kimono de soie blanche surbrodée dans le bas de motifs représentant des papyrus dansant au vent. Une ceinture corsetée et rouge sang lui enserrait la taille du bas de la poitrine jusqu'au hanche. Par dessus ce corset, une fine bande de tissus s'élargissant dans le dos pour si nouer. Ce même nœud était flanquée de quelques fleurs d'ibiscus blanches.
Pourquoi décrire le dos? Peut-être parce que son hôte l'accueillait de dos. Dévoilant sa nuque à la peau ambrée qui contrastait avec sa blanche chevelure relevée en un complexe chignon laissant échapper quelque mèches qui glissaient sur ses épaules en des boucles voluptueuses.

Elle regardait le parc en contrebat. Sans doute avait-elle guetté l'arrivée d'Ouroboros. A présent qu'il était là, elle se tourna, accompagnée du cliquetis clair des fines chainettes suspendus aux stylets à la garde d'or  et dont les lames plantés dans ses cheveux lui servait de pic.

Sekhmet arbora un large sourire amical en tendant la main vers le nouveau venu. Visiblement, elle n'attendait pas de baisemain mais seulement de serrée vigoureusement celle du représentant. Les quelques chats autour d'elle réajustèrent leurs positions en suivant les déplacements de leur maîtresse. L'un d'eux allant même jusqu'à venir sentir les odeurs nouvelles qu'apportait l'étranger.   Elle fit signe au jeune homme de s'assoir, faisant de même en prenant place dans un des grands fauteuils en fer forgé.

A la lumière déclinante du jour, le large gorgerin qu'elle portait sous son kimono scintilla doucement. Il lui prenait toutes les épaules et s'arrêtait à la naissance des seins. Ciselé et ajouré pour laisser respirer la peau, il dessinait des fleurs de papyrus se superposant et ponctué à leur extrémité d'éclat de rubis. Bijoux excentrique pour une femme qui le semblait tout autant.

« Votre voyage s'est-il bien passé? »
Demanda-t-elle enfin, ses yeux lagune pétillants de gaieté. Elle aimait bien parler avec les humains, ils étaient innovants, distrayant et surtout ne vivaient pas éternellement dans le passé. Elle tapa deux fois dans ses mains, dévoilant les ouvragés bracelets qu'elle portait aux poignets.
« Nio5?  Apportez nous quelque chose à boire. Vous désirez une boisson en particulier?  »
S'enquit-elle auprès de son invité.
Sa voix n'avait aucun rapport avec celle d'un général de guerre, elle était douce, chantante, presque envoutante. C'était une voix agréable à entendre, bien loin de celle qu'on aurait imaginé pour un Cavalier de l'Apocalypse.

~ ♣ ~



(oui, je sais, je décris beaucoup mon perso, mais me permet de poser mes bases Wink)
avatar
Ouroboros

Date d'inscription : 31/05/2013
Nombre de messages : 125
Age : 23
Double Compte : Aucun

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 25 Juil - 20:32
*Etait-ce bien là le requin des affaires dont on m’avait parlé ? * se demanda-t-il, et à raison.
La symbolique de la mise en scène frappa Ouroboros, qui ne savait pas vraiment comment réagir. Il fit alors ce qui était pour lui une habitude; Ouroboros serra la main de la femme en la fixant droit dans les yeux.


« Bonjour madame. », fit-il avec un sourire poli.
Un chat s’approcha de lui. Il se baissa pour donner une petite caresse, avant de s’asseoir, comme son hôte lui avait suggéré. Il regarda alors autour de lui. Tout était luxueux, et à plus forte raison les habits de la femme, qui semblait avoir une passion pour l’Égypte ancienne.


« Votre voyage s'est-il bien passé? » demanda-t-elle.

« Plutôt bien madame, merci. L’Egypte est un pays dont les paysages ne cessent de m’époustoufler. Entre les mosquées et les anciens temples pharaoniques, on ne peut s’empêcher d’admirer le travail derrière toutes ces œuvres, ainsi que la beauté de celles-ci. D’ailleurs, puis-je vous dire que votre demeure n’a rien à leur envier ? »
répondit-il avec un accent américain, mais en articulant le plus possible.
Aussi étrange que cela puisse paraître, il pensait sincèrement ce qu’il disait. Il avait vraiment l’impression qu’un architecte d’une autre époque avait décidé de remonter dans le temps construire ce palais. Mais au délà de tout ce bavardage, au fond de lui il n’avait aucune envie de perdre du temps, peu importe ce que Landkaster lui réservait comme autres surprises (HRP : LOOOOL). Le contrat devait se signer, un point c’est tout. D’un autre côté il ne devait ni se montrer pressé, ni ennuyé. On discutait là d’un contrat de plusieurs millions.

Elle appela son majordome, d’une voix douce et sympathique.


« Nio5?  Apportez nous quelque chose à boire. Vous désirez une boisson en particulier?  »

*Tout, sauf de l’alcool.* s'est-il dit. L'alcool était sa bête noire, car en en buvant trop il risquait de perdre son état d'Inhibition.
« Du thé pour moi, s’il vous plaît. De l’Earl Grey. » demanda-t-il.

Il dévisagea la femme, et analysa son accoutrement très riche. Il commençait progressivement à la cerner.Était-ce de l'élégance ou se complaisait-elle dans la richesse? Il penchait plutôt vers la première option. Ses manières étaient surtout celles d'une patricienne habituée à la haute société. Quelqu'un pour qui le protocole jouait beaucoup.

Il se rendit compte qu’il avait encore sa serviette dans sa main. « Ah, désolé, j’avais oublié. Voilà pour vous. Des cigares, tout droit de Cuba. On m’a laissé entendre dire que vous apprécieriez.»
Il l’ouvrit et montra son contenu à Landkaster.
«J’ai vu les sculptures et les œuvres d’art dans l’entrée, remarqua-t-il, ainsi que sur votre tenue… Vous semblez afficher une réelle passion à l’Egypte ancienne. Qu'est ce que vous lui trouvez de si attrayante, si ce n'est pas indiscret? »
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Dim 28 Juil - 11:21


~ ♣ ~

Marcus avait fait mouche en suggérant à Ouroboros d'apporter des cigares. Non pas que Sekhmet pouvait se damner pour quelques barreaux de chaise, mais plutôt que le chat en elle appréciait volontiers qu'un humain lui fasse une offrande.
Après tout, un philosophe -possédant sans doute des chats pour autant les connaitre - avait dit :
L'homme nourrit le chien, le loge, le caresse et l'aime. Le chien regarde l'homme en songeant : Il prend soin de moi donc est-il est mon dieu?
L'homme nourrit le chat, le loge, le caresse et l'aime. Et le chat regarde l'homme en songeant : Il prend soin de moi donc je suis leur dieu.
Tel sont les chats, d'ignobles créatures vénales et arrogantes qui aiment qu'on les caresses dans le sens du poil. (oui, j'ai des chats à la maison, ça se voit, non?)
Mais s'attirer les faveurs de Sekhmet, s'était s'attirer quelques victoires quand on était chevalier. Avec son don de copie, Guerre maitrisait toutes les attaques d'autrui et connaissait leur faiblesses. Aussi, elle pouvait rapidement devenir une alliée de poids -même avec un régime- en cas de conflit. Voir un professeur exceptionnel.  

Sekhmet se pencha en avant, ses doigts aux longs ongles à l’éclat de nacre se posant avec avidité sur le rebord de la boîte ouverte, tandis que son sourire se muait en rictus carnassier dévoilant des canines bien trop pointues pour une humaine. Et a bien y regarder? Etait-ce des ongles ou des griffes qui armaient ses doigts?
Subitement, cette femme avait perdu ses airs d'excentrique* pour dévoiler une image toute autre; Celle d'un prédateur faite femme, lui conférant des airs de quelques anciennes déesses antiques aux traits animaux.

«- Madame?»
Interpella Nio5.

~ ♣ ~
* La différence entre un fou et un excentrique se situe au niveau du portefeuille. On dira d'un pauvre qu'il est fou, alors qu'un riche est un excentrique (Terry Pratchett POwaaa)

~ ♣ ~

« Madame? Vous désirez? »
Demanda le majordome, en attendant l'ordre de sa maitresse.
 
L'intervention de Nio5 venait de rappeler Sekhmet au monde réel, elle se renfonça dans son fauteuil, toute de grâce et d'élégance, croisant les jambes, tandis que son visage était redevenu impassible. Est-ce sa dernière rencontre avec Raoh qui l'avait éprouvé au point qu'elle venait de montrer d'elle une image différente de celle de l'humaine? Peu lui importait, la question de son cinquième Nio était tombée à point.

«- Un white Russian, sans vodka, ni Kalhua. Merci.»
Demanda-t-elle à Nio. En traduction, elle venait de commander un lait frappé!
Le majordome s'éclipsa.

« Je crains ne devoir vous contredire, Monsieur Boros, ma tenue n'est guère Egyptienne, si on excepte les bijoux, mais elle est Japonaise. »
Bien qu'Ouroboros s'était trompé sur ce détail, il n'en avait pas pour autant froissé son hôtesse qui voyait, en son intérêt, une politesse qui la charmait.
  « Longtemps l'Egypte resta un empire de conquérants mais aussi de fins politiciens. Ils réussirent à mettre la Grèce et Rome en échec, même quand cette dernière avait cru les soumettre. C'est une civilisation qui mérite qu'on la respecte. Ils furent autant étonnant par leurs prouesses techniques que philosophiques. Ils réussirent à faire de leurs dieux des guides et non des entraves à leur évolution. Savez vous que le premier dentiste fut Egyptien? Mais passons, nous sommes là pour affaire. Je vous écoute....  »

~ ♣ ~

avatar
Ouroboros

Date d'inscription : 31/05/2013
Nombre de messages : 125
Age : 23
Double Compte : Aucun

Revenir en haut Aller en bas
Lun 29 Juil - 4:22
HRP : je sais pas pourquoi, j’ai bien rigolé à ta référence de Catwoman. mr Red le retour

Ouroboros leva un sourcil lorsque Landkaster se servit dans sa serviette. Tant de son corps émanait une grâce féline, ses yeux brillaient d’un éclat carnassier qui poussa le Seigneur Noir en devenir à une perplexité extrême.  Mais,après rapide réflexion il préféra ne pas relever. Il était normal, pour une femme habituée à une mise en scène perpétuelle, de s’autoriser quelques folies passagères… Bien que l’éclat de ses yeux lui fit penser à la statue de Sekhmet un peu plus loin. La déesse égyptienne du désert et de la guerre, Sekhmet.

*Peut-être que cela ne soit que sa vraie apparence de requin que Marcus lui avait attribuée.*
ironisa-t-il.
Il avait toujours trouvé amusant que les hommes d’affaires fassent le parallèle entre leur travail et la guerre. Certes, cette dernière était à la tête d’une industrie d’armement, mais il doutait que cette bonne femme avait vu à quoi ressemblait un vrai combat. Marcus, comme beaucoup d’autres, avait lu l’Art de la Guerre de Sun Tzu. Ouroboros lui aussi, l’avait fait. Mais pas pour les mêmes raisons, ni dans le même contexte.
Elle demanda alors ce qui était fondamentalement un verre de lait, sous le regard amusé du Phénix Noir, qui comprit la référence sans pour autant la remarquer (il ne s’agissait pas d’être pédant) avant d’entreprendre de répondre à sa question sur sa passion égyptienne. Rien de bien étonnant. Madame était, comme beaucoup d’autres femmes de sa classe et de son rang, à l’histoire ancienne. D’ailleurs Ouroboros était parfaitement d’accord sur tous les points qu’elle soulevait. Les Egyptiens étaient très forts, sauf au niveau d’un détail au niveau de leurs dogmes : la divinisation des Pharaons. Il avait bien envie d’exprimer son avis à ce sujet, mais  lorsque le Cavalier de la Guerre décida enfin de parler affaire, il préféra ne pas le contredire. Nous étions enfin passés aux choses sérieuses.
Le salon était-il sûr ? Ouroboros avait quelques doutes là-dessus, mais il valait mieux ne pas les exprimer.  De toute façon, il était certain que le salon était truffé de micros et de caméras cachées installées par elle-même.


« Concrètement,commença-t-il, on vous propose une offre qui vous permettra de faire plus de profit que si vous vous mettiez vous-même à la fabrications de ces objets-là. Mais ça bien sûr, c’est évident. Mais on ne fait pas que ça, on vous propose plus. »

Il sirota une gorgée de thé.

« Nos scientifiques viennent de découvrir une application d’un certain type de matériau composite, sur les systèmes de guidage des missiles. Concrètement, le missile est plus fiable, moins cher que nos concurrents. »

Il avait un peu honte de sortir ce baratin marketing après une discussion un peu plus cultivée. Il sortit la boîte à cigares de la serviette et la posa sur la table, et sortit une fiche avec les prix à l’unité pour les différents types de missiles. Il avait pris le soin de laisser un peu d’espace pour négocier un prix final pour chacun des missiles, même si dans sa tête, il avait un prix minimum négociable pour ne pas vendre à perte, en espérant que Landkaster ne soit pas difficile à ce point.
Mais, comme Ouroboros était quelqu’un qui ne laissait rien au doute, (et aussi accessoirement qu’on est pas dans un RP sur Wall Street mais bien sur Saint Seiya) Il laissa progressivement s’installer son aura cosmique. Cela l’avait souvent aidé pour conclure des affaires difficiles, lui permettant d’asseoir sa confiance plus vite,  en ayant l’air plus convaincant et à l’aise. Sur ce coup-là, le Chevalier Noir était sûr de gagner la bataille.
…Mais allait-il gagner la Guerre ?
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Mar 30 Juil - 2:55


~ ♣ ~

(Ton perso boit du thé, hors je n'ai pas joué le retour de Nio, donc si tu es d'accord, considère que cette partie fut postée avant ta réponse. Histoire que le thé n'arrive pas magiquement lol)

Ce ne fut Nio5 qui apporta les boissons mais une jeune femme à la peau mate et aux cheveux de nuit coiffé en une multitude de fines tresses. Comme les précédentes croisées dans le parc, celle-ci aussi portait des vêtements rappelant les peintures couvrant les tombeaux pharaonique.  Elle posa le plateau sur une table annexe et transféra sur la table basse, entre les deux protagonistes, une coupe de lait où nageait trois glaçons ainsi qu'une tasse et une cuillère posée sur une soucoupe. Puis, après avoir mit une ardoise sur la table, elle y déposa une théière où infusait du thé. S'accroupissant à côté de la table basse, elle continua son service en remplissant la tasse et disposant des biscuits à la cannelle.

~ ♣ ~

Mais revenons à l'action principale.
Alors qu'Ouroboros usait de son cosmos, il put sentir une présence qui n'avait rien d'amicale.
Elle émanait du parc en contrebat de la terrasse.

Près de la fontaine, au milieu de l'allée menant vers l'escalier, il y avait un homme. Sa longue gabardine noire flottait dans les vents invisibles qui se rependaient autour de lui, alors que son aura d'obscurité se déployait. Qui était-il? Son cosmos était inidentifiable. Que faisait-il là? Visiblement, bien que ses yeux étaient cachés par le bord de son chapeau de feutre, il surveillait la terrasse avec calme, ses deux mains plongées dans les poches de son habit de nuit.

Lady Séluné de Landkaster inclina la tête de côté, regardant d'un air amusé la présence dans le parc. Puis déclara paisiblement :
« Monsieur Boros. J'aime les cultures anciennes, mais je ne vis pas hors de mon temps. Notre époque actuelle est jonchée de personnes usant de ce qu'on appelle du Cosmos. Le commun des mortels les appelle les éveillées. Comme je suis une femme d'affaire et une femme moderne, j'ai jugé bon de m'entourer de certains de ces individus afin de me protéger de leurs semblables. Après tout, rien n'est plus dissuasif pour un pays possédant la bombe nucléaire qu'un autre pays la possédant aussi.  N'êtes vous pas d'accord, monsieur Boros?  »
Tenant sa coupe de lait de ses deux mains, elle scruta les réactions du jeune homme par dessus les bords de celle-ci, vrillant son regard lagune à l'iris de nuit éternelle dans les yeux de son convive.

Elle arqua un sourcil et reprit, la voix amusée par la situation et le timbre cynique.
« Je vois que mon ami Seth vient d'apparaitre dans le parc. Ce qui signifie qu'il a sentit de ce .. cosmos. Monsieur Boros, ne me dites pas une de ses affreuses anomalies de la nature qui usent de cette énergie pour obtenir ce qu'ils souhaitent? »
Elle avait des airs de chat jouant avec une souris; retirant ses pattes de sa proie en espérant que celle-ci tente de fuir afin de la poursuivre à nouveau.
« Sir Seth s'est sans nul doute trompé, n'est-il pas? Je vous imagine mal vous soumettre à une obscure divinité afin de bénéficier de ses largesses.

Seth? Vous pouvez disposez. »


L'homme dans le parc ôta son chapeau pour l'appuyer contre son torse et s'inclina en avant, laissant glisser sa longue chevelure noir jusqu'au gravier. Et il déclara d'une voix grinçante accompagné d'un rire infect.
« Bien my Lady. Shhh shhh shhh...  »
Son large sourire fendait son visage en deux, telle citrouille d'halloween, mais son regard orange ne quittait pas Ouroboros. Le corps de l'homme devint brume et se dispersa dans les vents.

« Il adore les mises en scène. Mais je suis très mal placée pour lui porter un quelconque reproche à ce sujet. Donc, vous disiez que vos laboratoires ont développés... »

~ ♣ ~

[FB] Sous un voile de brume

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Que se cache t-il sous le voile de la mariée ? [Mission Rang A | PV Chikin]
» [FB] Sous un voile de brume
» Ondulant sous le vent... [1st entraînement, Nuage de Voile]
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» La diaspora veut retourner en Haïti sous condition

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya :: Zone Guerre Sainte :: Afrique et Moyen-Orient :: Autres Lieux-