:: Zone Guerre Sainte :: Afrique et Moyen-Orient :: Autres LieuxAller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Ouroboros

Date d'inscription : 31/05/2013
Nombre de messages : 125
Age : 23
Double Compte : Aucun

Revenir en haut Aller en bas
Mar 30 Juil - 19:11
HRP : merci d’avoir rattrapé le coup ^^.

Tandis qu’il faisait fuser progressivement son cosmos, il en senti un autre. L’avantage des Black Knights, c’est qu’on pouvait en sentir  beaucoup de genres. Mais celui-ci était une nouveauté : il était foncièrement inconnu, trop exotique. Sentant que quelque chose n’allait pas, Ouroboros arrêta immédiatement.
Séluné parla, mais ce n’était plus en rapport avec la négociation, mais en rapport avec le cosmos. Avait-elle senti quelque chose ? Non… Mais le propriétaire du cosmos non-répertorié, si. Et fit son apparition. L’homme était habillé plus comme un prestidigitateur que comme un majordome, ce qui sous-entendait que ce dernier tenait un poste à part. Il n’écoutait même plus ce que lui disait son interlocuteur et se contentait de fixer « sir Seth. »


Stupéfait ? Etonné ? En fait il n’était pas étonné, il ne pouvait pas être étonné. Pris de court ? Ça par contre, oui. Il leva un sourcil. Le prénommé Seth s’inclina de façon théâtrale tout en fixant le regard d’Ouroboros, qui le fixa également. Pas de regard noir, pas de regard embarrassé. Il se contentait de mémoriser le visage de cet homme.


*Un éveillé non-aligné ?*pensa-t-il.


Impossible. Tout simplement impossible, ces derniers sont traqués comme des chiens à travers toute la planète par toutes les factions. C’est d’ailleurs une des raisons d’existence des Black Knights : des éveillés non-alignés qui s’unissent pour survivre.
Il ne répondit même pas à la femme qui discutait avec lui d’un air narquois.  Cela ne relevait plus de la simple discussion de contrat. Il repensa à l’éventualité des micros et caméras cachés. Le chantage était une possibilité. De toute façon, vu comment l’histoire se dégoupille, il s’attendait à ce que Landkaster lui fasse une offre qu’il ne puisse refuser. Autrement dit, Ouroboros s’était merdé. A moins que…


« Vous m’avez eu, avoua-t-il, et je ne peux que m’incliner face à votre perspicacité (il sourit). Mais ne vous méprenez pas. Cette capacité est inhérente à tous les humains. Lorsqu’un leader est à la tête d’un groupe, lorsqu’un grand dirigeant fait un discours, il s’éveille au cosmos sans même le savoir. Je suis même certain que vous-même, dans une certaine mesure l’utilisez de cette façon. La seule différence entre moi et ces personnes, c’est qu’elles le font inconsciemment, et moi pas. Et enfin, pour clore cette petite parenthèse pour le moins regrettable, je vous donnerai un conseil : je n’ai jamais vu d’éveillé solitaire. Votre… ami, est soit une taupe, soit…»

Il prit une petite gorgée de thé et se tut intentionnellement pour une raison simple : un mot de plus diminuait ces chances de survies de 99% si jamais la conclusion à laquelle il était arrivé était la bonne. Tout en buvant, il regarda le jardin et étudia ses possibilités de retraite. Puis il reposa son verre et regarda Séluné de son habituel regard, vide tout sentiment, mais incroyablement concentré.


«Quant à la technologie employée pour le dispositif,
reprit-il,
« ce qui importe réellement,c'est le rapport qualité-prix bien supérieur à celui de tout nos concurrent... Mais plus que des mots, lisez la fiche.»
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Mer 31 Juil - 1:45


(c'était pas vraiment un truc important à rattraper Wink )

~ ♣ ~

Une série de balcons échafaudaient les façades de la cour intérieure. Des fenêtres offraient des promontoires aisées. Même les grands palmiers au centre du jardin pouvait permettre l'accès au toit du palais communiquant avec les toits des maisons voisines . Bref, les échappatoires étaient multiples en ce lieu qui semblait être un véritable terrain de jeu pour n'importe quel voleur.
...
Bien que le paranoïaque penserait : Une multimilliardaire avec un palais aussi facilement visitable? Ce n'est pas normal. Il penserait aussi: Seth, est-il seul?

~ ♣ ~

Ce fameux Seth, Lady Landkaster parlait de lui en ce moment.
« Seth est justement un solitaire. Il refuse de porter une... armure, je crois que cela s'appelle ainsi?
Fit-elle, en agitant vaguement un index dans le vide.
Elle mentait, Seth était loin d'être un solitaire puisqu'il était avec elle. En fait, il était un de ses éveillés dans lequel Sekhmet avait planté les griffes pour les soumettre à son autorité dés leur plus tendre âge. Elle l'avait formé et éduqué pour en faire un parfait chien de garde qui n'obéissait qu'à elle. Pourtant Seth jouissait d'un statut particulier, dans le harem de cette créature féline, car son caractère taquin lui avait procuré. Mais ne nous attardons pas plus sur ce genre de détails.

«... Bien que j'ai entendu parlé de Gold Cloth, Surplis et autres mots pour désigner ce métal qui les recouvre. »
Avait reprit Landkaster.
Elle avait changé de position dans son fauteuil. Un bras posé sur le dossier et le dos appuyé dans l'angle de l'assise, une de ses jambes passait par-dessus un des accoudoirs, ce qui lui donnait un air bien plus lascif alors qu'elle léchait le pourtour de son verre de lait vide, ne voulant pas en perdre un centilitre.
« En tout cas, il refuse de porter une armure car, je le cite : "les collants moule-burnes c'est pas mon truc et prier un zouave en rideau de douche encore moins".  
Mais vous même vous semblez vous y connaître en Cosmos ? C'est étonnant pour quelqu'un venant de Tokyo que vous soyez si peu averti sur les Kimonos et autant sur le Cosmos? »

A nouveau sa voix était ironique et narquoise... Elle n'essayait même pas de cacher ses doutes quand à l'identité de son jeune invité.

« Remarquez, ce serait dommage de cacher -si vous l'étiez vraiment- votre appartenance. Car après tout, une personne comme moi, autant passionnée par les armes, ne pourrait être qu'intéressée de compter parmi ses connaissances un de ces véritables chevaliers. Vous ne croyez pas? »
susurra-t-elle, en se penchant en avant pour réclamer d'une main la fiche technique que lui proposait Ourobos.  
« Pourtant, chose étrange, vous dites ne pas connaitre d'éveillé solitaire? Mais vous? Qu'êtes vous si vous n'êtes pas un solitaire? »
Echec... et mat.
Les mots étaient des épées à doubles tranchant qui pouvaient se retourner contre ceux qui les maniait.
La Lady affichait un grand sourire qui dévoilait sa blanche dentition jusqu'aux crocs.

Aux crocs??

~ ♣ ~

avatar
Ouroboros

Date d'inscription : 31/05/2013
Nombre de messages : 125
Age : 23
Double Compte : Aucun

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 1 Aoû - 3:54
Ouroboros laissa parler Landkaster jusqu’à ce qu’elle finisse. Il ne la quitta pas du regard une seule seconde. Disait-elle la vérité ou le mensonge au sujet de Seth ? Etait-ce peut être un Chevalier Noir… renégat aux Chevaliers Noirs ? Voilà qui serait incroyablement stupide.
Il reposa son verre. Le temps parut se dilater…  Cela allait prendre bien plus de temps que prévu, et il le voyait rien qu’au regard prédateur de la femme qu’il voyait devant lui. Le chat montrait ses griffes. Ouroboros fit jaillir son cosmos, et, pendant une fraction de seconde, les pupilles de ce dernier s’assombrirent d’un éclat noir, similaire à celui de sa cuirasse. Une bourrasque de vent s’engouffra alors. Ouroboros baissa presque immédiatement l’intensité de l’effluve, sans pour autant l’arrêter complètement.


« Vous jouez à un jeu dangereux, madame, observa-t-il..Et en dévoilant l’atout dans votre manche, vous ne pourrez plus faire machine arrière. Toujours en supposant que votre atout en est bien un…»

Ouroboros essaya de déterminer les différents scénarios probables. Ce qui était sûr, c’est que s’il n’était pas prudent il ne sortirait pas de ce nid de guêpes vivant. Les possibilités de sortie étaient nombreuses, certes, mais lesquelles étaient piégées ?  Lesquelles étaient gardées et, plus important, par qui ? Y avait-il d’autres éveillées à la solde ce cette femme ? Il continua alors sur sa lancée.

« Je sais très bien de quoi je parle, et je vais vous dire pourquoi, ceci afin de répondre  à la question que vous avez posée. Je ne souffre d’aucune allégeance envers aucun Dieu. Mais de ma vie, et de tout ce que j’ai lu sur les éveillés, si votre ami était un non-aligné autodidacte, alors il est sans précédent. Et j’en doute fort. Donc, soit il est lui-même à la solde d’un dieu, soit il est de ma confrérie, celle des bannis des Dieux, que l’on appelle les Chevaliers Noirs. Ce qui nous oppose, vous et …Seth, et fait de nous des ennemis. »

Le point de rupture était proche, et il le savait. D’autant que Seth n’était pas un Chevalier Noir. Si un éveillé travaillait dans la boîte de Landkaster , il l’aurait su avant son départ et n’aurait jamais cette si grande erreur. Donc il ne restait plus que deux suppositions, dont une qu’il avait intentionnellement omise. Seth travaillait soit pour quelqu’un d’autre, soit pour elle… Mais qu’était-elle ? Un général Marina ? Un Ase ? Voire pire peut être, un dieu ? Peu importe l’éventualité, il fallait caresser Le Chat dans le sens du poil avant qu’il ne lui saute à la gorge.

«Mais comme disait un grand homme qui, comme vous avait une passion pour les chats, ne détruis-je pas mes ennemis en en faisant mes amis ? Donc voilà ce que je vous propose. Oublions ce petit…imbroglio, reprenons notre première discussion sous les meilleurs auspices, et je saurais témoigner de ma gratitude et de mon amitié la plus sincère.»



HRP : Abraham Lincoln mr Red le retour j'ai lu ça dans se coucher moins bête hier lol
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Jeu 1 Aoû - 17:02


~ ♣ ~

Alors que le cosmos d'Ouroboros jaillit, la femme s'en protégea en tendant sa main entre lui et elle. Le cosmos de Chevalier noir passa de part et d'autre d'elle sans la toucher. Pourtant, rien ne fut perceptible* pour le chevalier.
Ce qui venait de se passer avait pourtant une logique :  Ne pouvant prévoir les actions d'un Ouroboros devant se sentir acculé, Sekhmet préféra user de prudence en déployant son propre cosmos pour se prévenir d'une attaque, mais celui-ci restait invisible car, dans un réflexe inné, la femme utilisait ses capacités de camouflage.

Le souffle causé par le jeune homme balaya la tasse, les papiers et la théière posée sur la table et effraya la jeune servante qui s'enfuit sans demander son reste. Les chats feulèrent et le calme retomba.

« Magnifique. Vous êtes tout simplement magnifique.»
Fit-elle admirative.
« Plus d'un chevalier m'aurait porté un coup et se serait enfuit. Au lieu de cela vous faites preuve de confiance en me dévoilant qui vous êtes, sans me menacer ou vous montrer hostile. Et tout en restant sur vos gardes. Je suis impressionnée. Une telle réaction est preuve que vous allez devenir un combattant exceptionnel.
Je dis: que vous allez devenir, car vous ne l'êtes pas encore.  J'ai senti en vous de la crainte à l'apparition de Seth. Votre regard à repéré les solutions de fuite. C'est un indice qui ne trompe pas. Vous devez encore doutez  de votre force face à un adversaire.  D'ailleurs ne perdez jamais cette qualité qui faussera toujours le jugement de vos ennemis qui, comme je viens de le faire, concluront que vous n'êtes pas plus puissant qu'eux.  
Râ m'a vraiment honorée en me permettant de vous rencontrer. »

Sa voix était devenue calme et sereine, paisible comme la brise d'un désert. Mais tout comme cette brise, à tout moment elle pouvait devenir tempête si le besoin s'en faisait sentir.

« Mais peut-être est-il temps qu'à mon tour je me présente?
Je suis Sekhmet.
Je ne ferais pas de démonstration de puissance, nous ne sommes pas là pour cela, mais bien pour parler affaire. »

Conclut-elle, en étudiant le dossier, tournant les pages.
« Il est vrai que l'estimation de votre budget est très intéressante. Je pourrais négocier un tarif au rabais, mais je préfère m'attacher vos services en acceptant l'offre telle quelle. Après tout, on n'attire pas les mouches avec du vinaigre?

Ainsi, vous faites parti de la Confrérie Noire? Vous avez bien du courage de vous mettre au travers du chemin des autres dieux.  Car après tout, les pistonnés servant les divins ont l'avantage de pouvoir ressusciter alors que vous ... non. »

Elle ne fit preuve d'aucun cynisme, tout au plus de la curiosité.

~ ♣ ~

avatar
Ouroboros

Date d'inscription : 31/05/2013
Nombre de messages : 125
Age : 23
Double Compte : Aucun

Revenir en haut Aller en bas
Dim 4 Aoû - 19:16
Il ne faut pas confondre crainte et prudence. Et, pour un Chevalier Noir qui tient un tant soit peu à sa vie, la prudence est toujours de mise avec un éveillé dans les parages. Qui sait si la décharge de cosmos eût été considérée comme un passage à l’offensive ? Contre deux éveillés dont un probablement de haut niveau, il n’aurait peut-être pas fait le poids. Mais Ouroboros préféra ravaler son amour propre. Dans une situation pareille, un orgueil trop mal placé pouvait causer bien des problèmes.
Il regarda la femme qui était devant lui d’un autre regard. Ce n’était plus une femme d’affaire, mais véritablement une guerrière. Sans doute avait-elle déjà tué, et probablement de sang-froid. Ouroboros était de ceux qui ne croyaient pas au hasard. Si Landkaster, Sekhmet, se mettait tant en scène, peut-être était-ce pour dissimuler ce qu’elle était vraiment.

Séluné Landkaster était Sekhmet. Sekhmet, déesse égyptienne de la guerre.  Le "était " semblait sans équivoque.  Un autre mensonge ? Sans aucun doute. Mais peu lui importait ; le problème du contrat était réglé.

« Merci beaucoup. Ce contrat était important pour nous… Mais ce que vous venez de révéler l’est tout autant, si je puis me permettre. »

"Le bon stratège est si subtil qu’il n’a plus de forme visible. Le bon stratège est si discret qu’il en est inaudible. Ainsi il se rend maître du destin de l’ennemi. " Ainsi disait Sun Tzu dans l’art de la Guerre, qui devait être pour elle un bouquin du genre "La guerre pour les nuls ".  Il remarquait que toutes les informations qu’elle fournissait étaient soit trop floues pour être exploitables, soit probablement fausse.


*Ainsi elle n’est probablement pas ce qu’elle prétend être, ce qui est probable : je n’ai jamais lu nulle part l’existence des dieux égyptiens marchant sur la terre, ni de mon époque chez les Saints, ni dans les journaux d’Asclépios.*

« Vous dites qu’on a du courage ? Le vrai courage aurait été de rester avec ces derniers… Non… Nous ne sommes que des traîtres conjurés. Je ne connais pas beaucoup de Seigneurs Noirs qui ne se sont pas retournés contre le camp de leurs anciens amis. Nous avons choisi la voie de la facilité : On se regroupe ensemble pour se protéger, mais en même temps nous faisons ce que bon nous semble... du moins dans une certaines mesure.»

Il jeta un bref regard sur la table.  Plus de thé. Tant pis.

« Quant à la résurrection, développa-t-il, on peut dire que la vie n'est est qu'un éternel recommencement, de guerres saintes, de destinées tragiques,  et en tant que Chevalier Noirs nous espérons sortir de ce cercle vicieux.. Et même si nous ne sommes ostracisés par les Dieux, le sort de leurs serviteurs n’est pas vraiment à envier. Entre les spectres, dont les âmes sont piégées dans leurs surplis pour l’éternité et les Saints recrutant et lavant le cerveau d’orphelins, je pense que les Chevaliers Noirs sont plutôt épargnés. »


Il marqua une petite pause avant de reprendre :


«Du moins c'est ma vision des Chevaliers Noirs. Certains essaient d'être plus mélioratifs, en parlant d'idéaux et de combats contre les dieux. En réalité, si nous les combattons c'est simplement parce qu'ils veulent nous tuer, car nous n'avons pas besoin de les combattre pour gagner le coeur des gens. L'irrévérence, la rébellion et l'apostasie est déjà présente dans le coeur de chaque humain dès sa naissance. Il y avait un temps où une grande partie du monde était athée. Ceci n'est qu'une vague temporaire d'opportunisme.»
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Lun 5 Aoû - 2:02


~ ♣ ~

Sekhmet ne put s'empêcher d'avoir un sourire complice quand Ouroboros aborda le sujet des saints lobotomisés dès leur plus jeune âge.
« J'ignorais que les saints possédaient en cerveau. Quand ceux-ci sont dotés d'un tel organe, ils ont un esprit suffisamment critique pour se rendre compte de la supercherie dans leur doctrine. "Battez vous pour la paix", "Jeune gens, le plus fort d'entrevous remportera l'armure et deviendra un représentant de la paix et de la liberté" ... Je crois qu'un humoriste pourrait faire un one-man-show de deux heures rien qu'avec ce sujet! »
Plaisanta-t-elle avant de prendre une voix plus sérieuse.
« Vous étiez Saint? Je ne me trompe pas? Je sens dans votre voix cette amertume typique de l'enfant qui découvre que le père-noël n'existe pas alors qu'il y avait mit tout son cœur pour y croire. Car quand vous étiez jeune, on vous a dit que vous étiez la justice, vous les avez cru. Mais en grandissant, vous avez compris que c'était anormal de recruter des enfants. Après tout, Athéna n'utilise-t-elle pas des enfants soldats, comme le pire des dictateurs africains? »

Elle aimait la façon de penser d'Ouroboros. Il restait droit et fier devant l'adversité et surtout croyait encore en la liberté. Il était un guerrier avec de vraies convictions et en tant que Cavalier de la guerre, elle ne pouvait qu'admirer les paladins.
Mais si Sekhmet s'extasiait, Bastet se demandait si son avenir n'aurait pas été différent si elle avait rejoins Chevaliers Noirs au lieu de simplement abandonner son armure du Chat? Est-ce qu'ils auraient accepté qu'elle élève sur l'île l'enfant d'un spectre et auraient-ils acceptés ce spectre? ... elle n'aurait jamais réponse à ces questions, alors pourquoi se les poser?

~ ♣ ~

Elle claqua des doigts et un plateau lui fut apporté par une demoiselle toute aussi peu vêtue et toute aussi pressée que la précédente de partir. Leurs reflexes innés de s'éloigner de la zone d'action du Chevalier Noir était révélateur d'un fait : les servants de ce palais étaient conscient des dégâts que pouvaient faire un chevalier.
« Connaissez vous l'expression: pour vivre heureux, vivons cachés? »
Demanda-t-elle calmement en prenant le Kiseru* posé sur le plateau et fourrant sa chambre d'un tabac cireux qu'elle avait extirpé d'une des boites en métal posé sur le plateau.
« Ils seraient plus facile pour vous de vous protéger en vous isolant plutôt que de vous regrouper sur une île connu de tous et si facilement repérable par satellite. Imaginez qu'un Dieu de la Guerre soit si imprégné par l'humanité qu'il suit son évolution. Cela ferait de lui un expert en armes de hautes technologies. Vous voyez où je veux en venir? Face à un missile longue porté sol-sol, votre île ne tiendrait pas longtemps.»
Ce fut alors que Sekhmet se rendit compte de ce qu'elle venait de faire. La Reine Lionne restait la Reine Lionne, et même sans le vouloir, elle portait des menaces. Aussitôt elle rectifia le tir - bien que ce mot ne soit pas très approprié en cette circonstance- en précisant :
« Non. Ce n'était pas une menace. »

Elle alluma son Kiseru sur une petite torchère et en prit une première bouffée.
« Juste une constatation. D'ailleurs? Quand vous dites que ce contrat est important pour vous; Par le vous, désignez-vous votre entreprise ou l'ordre noir? »
Fit-elle, avec une simplicité déconcertante, tandis que les vapeurs de son étrange tabac répandaient dans des volutes blanches un parfum d'opium et d'orchidée.

Nio5 réapparut avec un sceau de glaçon dans lequel deux flutes et une bouteille à champagne trônait.
« M'accompagnerez-vous pour fêter la signature du contrat? »

~ ♣ ~


avatar
Ouroboros

Date d'inscription : 31/05/2013
Nombre de messages : 125
Age : 23
Double Compte : Aucun

Revenir en haut Aller en bas
Lun 5 Aoû - 9:04
HRP : désolé si c’est long ^^’ Comme tu dis des trucs qui méritent une réponse immédiate et des questions, pour ne pas paraître attardé, ma réponse chevauche chronologiquement la tienne ^^ Donc si c'est pas clair n'hésite pas.

Lorsque l’on veut être dans la confidence de quelqu’un et obtenir de lui un maximum d’informations, on abonde toujours en son sens. C’est une tactique que les Chevaliers Noirs ont souvent utilisé avec le menu peuple, dans les bars, ce genre de chose. D’ailleurs maintenant qu’Ouroboros connaissait la véritable identité de Sekhmet, il était bien plus attentif aux tentatives de manipulation de cette dernière qui utilisait précisément cette stratégie. Il éluda donc sa question de l’appartenance aux Saints, pour en poser une autre.

« Et vous, d’où venez-vous réellement ? Moi,  Croyez moi, j’essaie toujours de rester très critique sur ce sujet, aucune amertume n’est de mise dans ce que je viens de dire. De toute façon, comme je l’ai dit, nous n’avons rien à leur envier, mais nous autres bannis ne valent pas mieux. Quant à ce que vous dites au sujet des enfants soldats, c’est très pertinent, en effet. Mais n’oubliez pas ce détail : Ce sont des Dieux qui ont vécu toute l’histoire de l’humanité. Entre les éphèbes, les jeunes spartiates, puis ensuite les barbares et enfin les orphelinats miteux, ou des enfants avec un gros potentiel devenaient des laissés pour compte, on pouvait parler d’une ascension sociale, et non pas d’un endoctrinement mais d’un anoblissement.»

(hrp : à bien y penser, les padawan de star wars sont également des enfants soldats lol)

Il faut dire aussi qu’elle partait avec un handicap : Elle ne savait pas qu’Ouroboros ne pouvait pas ressentir de sentiments sur le coup. Certes, il avait de l’amertume, de la mélancolie, et tout au fond de lui une once de regret, mais pour l’instant il ne ressentait rien. Et il redoutait le moment où toutes ces émotions reviendront à la charge.
« Lorsque je vous dit que ce que vous dites est pertinent, ce n’est pas un trait d’ironie. Ce que vous dites est pertinent parce qu’en accord avec notre époque. On les considère comme étant des êtres lobotomisés, complètement formatés dès leur plus jeune âge, et c’est aussi pourquoi les Chevalier Noirs ont l’avantage aujourd’hui, le simple fait que la moyenne d’âge soit beaucoup plus élevée montre que les Chevaliers Noirs ne possèdent pas les mêmes politiques de recrutement. »

Une domestique vint apporter une espèce de pipe à Landkaster.Ouroboros maudit silencieusement Marcus. Elle fumait la pipe, pas le cigare. Mais ce n’est pas grave, l’important était fait : Le contrat était signé. Mais comme venait-elle de dire à l’instant : A qui le contrat rapportait le plus ? L’entreprise ou les Chevaliers Noirs ?

*A l’entreprise, donc aux Chevaliers Noirs.*
pensa-t-il.  

A la manière des marinas (d'ailleurs il ne savait pas qui s'était approprié l'idée de l'autre), l’Ordre Noir disposait de plusieurs sociétés qui, grâce aux bénéfices engendrés permettaient de commercer afin de ravitailler l’île de la Reine morte, île qui possédait des protections qu’il était absolument inutile voire dangereux de décrire à la femme bien curieuse devant lui.

« L’entreprise, bien évidemment, dit-il en souriant. Traiter avec madame Landkaster est un prestige, et signer un contrat aussi avantageux un miracle, si je puis me permettre. Quant à une éventuelle menace  qui toucherait directement notre île, je pense que l’on peut faire confiance aux grandes huiles. Mais vous semblez en savoir beaucoup sur nous, tandis que je ne connais presque rien sur vous… Sekhmet. Êtes-vous réellement cette incarnation Egyptienne de la Guerre et du désert, ou son homonyme ?»

Lorsque Nio revint, et que Sekhmet lui proposa du champagne.
L’alcool était un de ses points faibles. Lorsqu’il ingère une trop grande quantité d’alcool il devient bourré, qui souvent même inférieure à celle d’un état d’ébriété, l’Inhibition perd peu à peu son effet de protection contre les sentiments. Il ne pouvait se permettre cela dans un tel endroit. Mais en même temps il ne devait surtout pas vexer Sekhmet.

« Bien sûr que je vous accompagne, répondit-il. Mais seulement  d’un verre, s’il vous plaît. »
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Lun 5 Aoû - 12:20
Citation :
HRP : désolé si c’est long ^^’ Comme tu dis des trucs qui méritent une réponse immédiate et des questions, pour ne pas paraître attardé, ma réponse chevauche chronologiquement la tienne ^^ Donc si c'est pas clair n'hésite pas.
Pas de souci! Et je te comprends! J'ai eut du mal à répondre hier tant il y avait de matière à parler pour nos personnages !!




~ ♣ ~

En fait, Sekhmet fumait tout ce qu'elle pouvait fumait. Il n'était pas rare de la voir ramasser des plantes dans ses pérégrinations pour après tester si elles étaient consommables sans vraiment se soucier de leur effet. Tout comme il n'était pas rare qu'elle chaparde dans le palais d'Ubar quelques plantes d'ornement.
Si les cigares faisaient partie de la panoplie qu'elle s'était crée pour jouer à la femme d'affaire, le Kiseru et l'opium était essentiel à sa survie pour surmonter la douleur du Cancer qui rongeait son corps d'humaine. Tel avait été le Deal entre l'ancienne Sainte et le Cavalier de l'Apocalypse : Je te maintiens en vie pour que tu puisses accomplir ta vengeance, en échange tu seras mon hôte.

« Avec cette chaleur, je comprends que vous ne voulez boire qu'un verre. D'ailleurs, pour être franche, je fut tentée de glisser des somnifères dans ce champagne, juste histoire de vous maintenir plus longtemps auprès de moi. »
L'étrange franchise de Sekhmet... Elle n'hésitait pas à dire ses attentions quand elle ne les appliquait pas. De toute façon, songeait-elle, a quoi lui aurait servit les somnifères puisque les vapeurs d'opium sortant de mon Kiseru suffiront à ramollir notre jeune invité.

Sans même sans rendre compte (du moins pour l'instant) Ouroboros était devenu le zèbre que le lion observait de derrière les hautes herbes. Il était bien trop précieux et fascinant aux yeux de Sekhmet pour qu'elle le laisse filer sans tenter de le retenir.

En attendant, elle continua sa conversation, expirant délicatement sa fumée en volutes torturées qui embaumaient la terrasse baignant dans la lumière du soleil couchant. Cette même lumière qui donnait aux yeux de cette femme un éclat phosphorescent.
« Je vois qu'on vous à apprit à flatter les chats dans le sens du poil pour obtenir d'eux des informations, monsieur Boros. »
Elle n'était pas dupe.
« Prestige et miracle étaient peut-être les mots de trop. Quand à savoir si je suis la Déesse, que vous en doutiez m'arrange. Vous n'aimez guère les divins messieurs les Chevaliers Noirs. »

La féline créature se leva avec grâce (j'ai pas dit graisse!!) et s'avança vers Ouroboros. Sa démarche avait la beauté mais aussi la férocité d'une panthère partant en chasse.
« Bien que cela m'étonne que vous ayez encore des doutes. »
En quelques pas, elle fut à hauteur de Chevalier Noir et ne lui laissant le temps de réagir, avec cette étrange facilité qu'on les chats d'être rapides tout donnant l'impression d'être lent. Faisant face à Ouroboros, sa main gauche plaquée sur le fauteuil de celui-ci, elle écarta les doigts de son autre main et des griffes en sortirent. Et ce fut avec un sourire dévoilant ses crocs qu'elle susurra d'une voix sourde, à l'oreille du jeune homme:
« Pourtant plusieurs indices tendent à vous le prouver, monsieur Boros?
Devrais-je dévoiler plus de mon anatomie pour finir de vous en convaincre? »

Son souffle glissant comme une caresse sur le cou de son invité, l'embaumant de vapeur d'opium, elle effleura du bout des griffes la joue opposée du Chevalier, de lobe de l'oreille jusqu'a la naissance de l'omoplate. La répercussion pour lui fut immédiate, elle n'était pas mental mais purement physique, un frisson parcourut sa colonne vertébrale. Peut-être qu'elle n'était pas déesse, mais cette femme savait s'y prendre pour procurer des sensations.

~ ♣ ~

avatar
Ouroboros

Date d'inscription : 31/05/2013
Nombre de messages : 125
Age : 23
Double Compte : Aucun

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 8 Aoû - 7:09
HRP : (Héhé, thé à la menthe > café ! surtout dans ce genre de cas Very Happy




Pour "inhiber" l’Inhibition, les moyens ne manquent pas. Un traumatisme crânien suffisamment violent est une méthode assez efficace. Une quantité d’alcool supérieur à deux verres de vin peut également faire l’affaire. Une consommation d’opioïde ou autres substances psychotrope également. Mais la méthode la plus radicale qui soit… était celle qu’utilisait, sans le savoir, Sekhmet en ce moment même. Car les stimuli sensoriels et la sensualité dégagée par Landkaster lui avait asséné le coup de grâce. L’effet de l’Inhibition s’étiolait progressivement tandis que la main de la femme d’affaire caressait le dos d’Ouroboros.


Il attrapa l’avant-bras de la main que Sekhmet avait posé sur lui. Tout en se levant, il caressa tout en remontant le bras de la femme, et il s’arrêta au niveau de la hanche. Sa bouche n’était qu’à un centimètre de celle de la déesse de la Guerre.

Le Phénix Noir sourit, mais il ne savait pas si ce sourire était simulé, cette fois-ci. Il n’était plus sûr de rien, tandis que l’effet de l’Inhibition disparut, remplacée par l’euphorie et la douce mélodie silencieuse de l’haleine opiacée de Sekhmet. Pour lui, la mise en scène était finie.


 
Il se sentait revivre. Il vivait dans le présent, oubliait ce qu’il devait faire et ce qu’il avait fait, ceux qu’il devait venger et ceux qui voulaient se venger de lui… Pour se concentrer uniquement sur l’instant. Il était en train de bouillir d’une énergie qu’il n’avait jamais ressenti jusqu’alors. Pendant une fraction de seconde il se demandait si c’était ça…l’amour ?

Il tenta de balayer l’idée d’un revers de main mental, mais pourtant... Certes, son corps ressentait de l’attraction naturelle pour cette jolie femme, et c’était parfaitement normal, mais les sentiments qui s’immisçaient en lui … changèrent complètement la nature de son cosmos durant cet instant.

Il est dit que, lorsqu’un Chevalier d’Athéna n’a plus rien à perdre, et qu’il sent que la fin est proche il atteint un nouvel échelon de la conscience : Le Septième Sens.
Mais... Etait-il un chevalier d’Athéna ? Peut-être. Au fond de lui, il connaissait la réponse à cette question. Mais il ne voulait pas encore y répondre. Le temps n’était pas encore venu. Sentait-il que la fin était proche ? La mort ? Il ne savait pas. Peut-être allait-il la tuer. Oh, il pourrait la tuer en cet instant même. Il ne faisait nul doute qu’elle était la déesse de la Guerre, et que cette cible servirait les desseins des Black Knights, et enfin il serait enfin Seigneur Noir. Peut-être était-elle bien la déité qu’elle prétendait être. Il contempla les yeux de Séluné avec toute la force mentale du Phénix. On pouvait y lire… Une guerre éternel, qu’elle n’a jamais été sûre de gagner.  Une lutte intérieure, un combat caché. Caché par les mises en scène et les costumes qu’elle s’est faite ? Sans aucun doute. Mais, tout en contemplant les pupilles du Chat, son reflet apparut progressivement. Lui aussi, il menait un combat. Lui aussi, il se cachait derrière une façade. Et, du haut de son cosmos, de son titre de porteur de cuirasse, et de sa froideur habituelle… Il savait qu’il était faible. Et il avait peur de mourir. Et c’était pour cela… Qu’il ne méritait pas d’être un Saint.


Alors qu’il parvint à l’atroce conclusion de sa réflexion, il ferma les yeux pour ne pas pleurer. Mais ses émotions l’envahissaient trop vite, et son cosmos aussi. Il lui fallait un exutoire. Il commit alors l’irréparable…et rapprocha ses lèvres de celles du Cavalier de l’Apocalypse. Au fur et à mesure qu’il parcourait l’interminable distance, son cosmos se fit consistant…Et deux ailes de cosmos, rouge, apparurent sur son dos, qui atteignit leur envergure finale lorsque les lèvres du Phénix frôlèrent celle de Shanyle. C'est alors qu'il prononça ces mots :

« Je ne vous crois pas.»
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Jeu 8 Aoû - 21:05





(Hrp, j'ai perdu mon pari avec Dimi. Je lui avais dit: je suis certaine que son perso va fuir! mon plan est infaillible! ... lol! Ne vas croire que je voulais mettre fin au rp! Mais souvent les joueurs font fuir leur perso ainsi face à un perso féminin prédateur. Là, tu m'as surprit! ^^ )

~ ♣ ~

L'inhibition.
Sekhmet ignorait complètement que cet homme, si calme jusqu'à présent, pratiquait cet art. Elle s'était imaginée qu'il était un de ces éternels aigrit et blasé qui ne s'étonnaient plus de rien. Ce cocktail était courant, voir commun, dans la Chevalerie, et peu importait l'obédience. Aussi, qu'elle ne fut pas sa surprise quand Ouroboros changea radicalement d'attitude, ne répondant pas aux attentes de la Féline!
(Il ne fuit pas??)

Le visage de l'homme se retrouva à quelque centimètre du sien et ses yeux s'écarquillèrent dans un réflexe involontaire.
C'était des yeux de filles de Gaia, ses iris étaient d'un vert lagune, comme les torrents au printemps, et ses pupilles étaient un océan d'obscurité où des paillettes d'or laissaient imaginer que des galaxies entières y siégeaient. Elle eut un mouvement de recul presque imperceptible si ce n'est par quelques signes, son avant bras se raidissant sous la prise de l'homme se redressant ou une mèches de cheveux marquant d'un balancement que son dos s'était arqué.

Que quelques signes tandis qu'elle se posait des énigmes dont elle n'avait pas les réponses et qu'elle déplorait que son plan tombait à l'eau.
( mais? Il aurait dû fuir? Partir par les toits! S'échapper! Et être tellement choqué, qu'une femme ose tenter de le séduire, qu'il n'aurait même pas du chercher à en savoir plus sur moi ?? Faire l'arrogant qui ne verrait en moi qu'une femme facile et sans intérêt! Faire le chevalier quoi! Maweuu! C'est pas du jeu! C'est bien un truc de chevalier noir de ne pas respecter les codes !! )
C'était donc ça le plan de Sekhmet? Dégouter Ouroboros pour qu'il ne cherche pas à en savoir plus sur elle? Faire en sorte de désintéresser les Chevaliers Noirs pour lui laisser une plus grande marge de manœuvre? Bon... bein... elle devait l'admettre : il avait fait foirer son plan!
(Il faut que je me reprennes! Hors de question de lui laisser mener la danse! C'était elle la matrone! »

~ ♣ ~

Sans s'éloigner de lui, leurs lèvres à un centimètre tout au plus; et son visage légèrement inclinée, elle murmura dans un souffle:
« N'est-il pas mieux, alors, que tu ne me crois pas? Sinon ton engagement envers les tiens ne t'aurait-il pas forcé de me tuer si j'étais une Déesse? »
Sa questions s'acheva dans un parfum d'orchidée et le goût de cerise du rouge à lèvre se posant délicatement sur la bouche de l'étranger.

( Aàààà Taaable!) Exulta Guerre, l'autre entité vivant dans le corps de cette femme alors que celle-ci venait d'achever l'action laissée en suspend par le téméraire Chevalier Noir, glissant ses doigts entre les plumes de cosmos de ses ailes.

~ ♣ ~

Ce qui s'en suivit fut plutôt floue... La meilleure description fut faite par Gabriel, qui, assit sur un banc près de la fontaine à lire, vit le spectacle se déroulant sur la terrasse. N'étant pas sensible au cosmos, il n'aperçut pas celui d'Ouroboros.
Par la suite, Gabriel raconterait la scène en ces termes : Lady Landkaster s'est penchée sur le représentant, quand a savoir si c'était pour le menacer ou lui proposer... allez savoir, moi je n'en sais rien. Tout ce que j'ai vu, c'est que celui-ci s'est levé, visiblement impatient de donner de sa personne pour le bien de son entreprise, vu où se trouvait ses mains et sa bouche... Et que cette chère Séluné, jamais rapiat quand à sa distribution d'affection, c'est jetée littéralement sur lui. Par la suite... des servantes ont ramassés les vêtements qui volait par dessus la rambarde de la terrasse. Non, je ne peux pas en dire plus, j'étais en contrebas, je n'ai rien vu, quand aux bruits... j'ai préféré faire abstraction! D'ailleurs, vu l'état des vêtements de ce monsieur Boros, il faudrait peut-être lui en trouver des neufs?

~ ♣ ~

Jetée sur lui n'était pas vraiment la vérité. En fait, elle lui avait fait un croche-pied pour le forcer à s'affaler sur le canapé alors qu'elle l'embrassait... et s'était mit en tête de le plumer comme tout chat fait avec un oiseau ! Et un phénix, c'est belle prise pour un matou!
Quand Sekhmet vouloir un homme, Sekhmet toujours faire ainsi.
(hrp: et a moins que ton personnage ne la repousse, je crois qu'on ferait mieux de ne pas appronfondir ce passage là... Heu? Mauvais choix de mot là?? lol )

~ ♣ ~


avatar
Ouroboros

Date d'inscription : 31/05/2013
Nombre de messages : 125
Age : 23
Double Compte : Aucun

Revenir en haut Aller en bas
Lun 12 Aoû - 4:34
Les détails de ce qui s'était passé? Il ne pouvait même plus les ressasser. Tout était flou, dans son esprit, comme un rêve fébrile dont il ne pouvait sortir. Il se sentait mal à l'aise, faible, dans un endroit où il sentait qu'il ne devait pas l'être... Mais en même temps il en ressentait un certain plaisir. Comme s'il aimait ça. Un élan de masochisme, pas seulement physique, mais également symbolique, il avait envie de savoir les conséquences d'un acte aussi inconsidéré.

Mais était-ce seulement cela? était-ce seulement la recherche du plaisir personnel qui avait poussé son esprit et son cosmos dans ses derniers retranchement? Et si un autre sentiment était en jeu? Si c'était ce dernier qui lui avait donné ses "ailes"? Citer le proverbe n'en serait que plus ironique.

Mais... Le destin en avait décidé autrement.
Ouroboros se réveilla tout en gardant les yeux fermés. Le lit était confortable, et familier. Il avait déjà dormi dans ce lit. Récemment. Il fit glisser lentement sa main vers la droite… Personne. Il ouvrit les yeux. tourna sa tête lentement. Personne. Non,  il était dans sa chambre du Marriott, au beau milieu du Caire. Personne ?


Cela ne pouvait pas être... Il n'avait pas rêvé. Tout avait l'air si vrai. Mais en même temps, c'était si irréel...

Il tourna la tête vers la fenêtre. Il faisait à peine jour. Crépuscule ? Aube ? Cela avait l’air de l’aube, mais avec la pollution environnante il n’arrivait pas à voir. Il
regarda sa montre, qui curieusement était toujours à son bras.


Cinq heures… Du matin. Il tenta de se lever de son lit. Il tint la chaise en face de lui ; il manqua de tomber, et un mal de crâne intense lui martelait le cerveau. Il ne savait pas combien il avait bu. Probablement bien plus qu’une simple flûte de champagne, vu l'état de son crâne… Mais il n’était plus sûr de rien. Doucement, en prenant garde à toujours avoir quelque chose sur qui s'appuyer, il s'avança vers la douche. Il était complètement vidé. C'était incroyable. Ses cheveux étaient en bataille et ses yeux injectés de sang. Il avait peur de son propre visage. Et il ne portait ni jeans, ni polo; rien de ce qu'il avait mit hier.Des habits qu’il n’avait jamais porté avant. Il frissonna, en pensant à l'état de faiblesse dans lequel il a pu être pour se laisser rhabiller par quelqu'un qui se voulait ennemi mortel des Chevaliers Noirs.


Mais le frisson sous-entendait qu'il avait... Peur ? Il se retourna brusquement, prit par une angoisse soudaine. Il n’était plus sous Inhibition. Posa son index droit sur son front, et sa main gauche sur son sternum. Et il inspira. Et enfin, il se calma.Enfin. La  paix intérieure. Temporaire, fragile, peut-être la raison de sa folie naissante, mais en tout cas, elle lui faisait gagner du temps. Car tout était une affaire de temps. Si Asclépios n'avait pas réussi à tuer les Dieux avec son dessein aussi complet, c'était simplement par manque de temps. Tempus Fugit. il prit une douche, et prit le temps d'admirer dans le miroir les cicatrices parsèment son dos. Il les parcourut de sa main. Ils étaient bel et bien réelles... La question à un million étant : dans quelles circonstances apparurent-elles ?Il passa près de deux heures à méditer la question. et vers huit heures il descendit prendre son petit déjeuner. Son téléphone sonna alors. C’était Marcus, son conseiller.

« Marcus ?»

« Allô, fiston. On m’a téléphoné, le contrat avec Landkaster est signé et… Fichtre, comment tu as fait pour avoir négocié des prix pareils ? »


Ouroboros ne répondit pas, plongé dans une intense réflexion. Il en était certain maintenant. Ce n'était pas un rêve. Son esprit pragmatique se remit en marche aussi décida-t-il qu’il était grand temps qu’il quitte le Caire. Il paya donc l'hôtel et prit un taxi. Mais… Pourtant, il ne savait pas pourquoi, il décida de faire un crochet dans le centre-ville. A l’adresse du rendez-vous d’hier.

Juste pour voir.

« Attendez deux minutes, je vous prie » demanda-t-il au chauffeur.

Il leva un sourcil. l'endroit semblait désert. Il frappa à la porte. Pas de réponse.


« Ok... Non. Finalement, partez sans moi. Désolé pour le dérangement. »

Il paya le chauffeur, et prit ses valises. Lui qui, ironiquement, se plaignait de perdre du temps, risquait de rater son avion pour un simple caprice. Pourquoi voulait-il tellement ouvrir la porte? Il sentait le piège à plein nez. Il vérifia qu'il n'y avait personne aux alentour. Ensuite il poussa la porte de sa force surhumaine. Personne. Il revérifia l'adresse. Il huma l'air. La salle sentait le renfermé. Ce n'était pas normal.

Ouroboros... Qu'est ce qui s'était passé pendant cette après-midi et cette nuit? Etait-il devenu fou? Avait-il des hallucinations au point de s'inventer des histoires pareilles? Il fit un tour. les papiers, les majordomes, tout avait disparu. On avait l'impression d'un local désaffecté. Il s'avança dans le jardin. La fontaine ne marchait plus. On avait du couper l'eau. Il s'avança vers la salle ou il se souvenait avoir "discuté" avec Landkaster. Les armoires, le salon entier qui étaient là la veille, n'étaient plus là.

Il quitta alors la salle. Il ne savait plus quoi penser. Autant se conformer à la réalité des choses. Le contrat était signé, ce "palais" était désert... Peut-être que l'Inhibition n'avait plus le dessus, et qu'il était en pleine hallucination. Peut-être qu'il devait trouver plus vite un moyen de retrouver son équilibre mental. Et ce pressentiment alarmant se renforça lorsque soudain, Sekhmet réapparut. Ou plutôt, la statue qui trônait en son effigie. Il s'arrêta deux secondes, tout en dardant son regard sur elle.
Il s'approcha de la femme à tête de lion, et lui toucha la mâchoire. Il fit scintiller sa main grâce à son cosmos. Les griffures, les nouveaux habits. Le contrat. Il n'était pas fou.

Pas encore.
Le visage léonin dardait son regard dans le vide. Et brusquement, une petite question vint à l'esprit du Phénix Noir. Une question qui ne savait pas s'il ne savait pas si elle le visait lui... ou elle. Il sourit, et s'approcha de la statue. De sa petite valise, il sortit un stylo et un bout de papier. Il y griffonna une petite question, et la glissa ensuite dans sa poche.

Lorsqu'Ouroboros la reverra, il la lui posera.




 HRP : Je clôture ma présence sur ce topic. Merci beaucoup pour le RP :)J'espère que tu y a pris autant de plaisir que moi à y participer.

[FB] Sous un voile de brume

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Que se cache t-il sous le voile de la mariée ? [Mission Rang A | PV Chikin]
» [FB] Sous un voile de brume
» Ondulant sous le vent... [1st entraînement, Nuage de Voile]
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» La diaspora veut retourner en Haïti sous condition

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya :: Zone Guerre Sainte :: Afrique et Moyen-Orient :: Autres Lieux-