avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27041-ntikuma
NtikumaChevalier Noir de l'Araignée
Chevalier Noir de l'Araignée

Date d'inscription : 28/06/2013
Nombre de messages : 388
Age : 20
Double Compte : Oblivion

Revenir en haut Aller en bas
Mer 24 Juil - 21:41
 Octobre 1992
Iakoutsk, Russie


-Répète un peu pour voir?!

D’un formidable coup de poing, Iblis projeta l’autre gamin par terre. Avant que celui-ci ne puisse se relever, il l’agrippa par le collet et ramena son visage tout près du sien. Le garçon se débattit, mais l’emprise du petit Démon était bien trop solide pour qu’il puisse s’échapper.


-Mais lâche-moi!

-Comment t’oses dire que Goldorak c’est meilleur que Minus et Cortex?


Le cliché parfait d’une chamaille inutile entre gosses, seulement le rendu pouvait s’avérer bien plus dangereux. Iblis voulait avoir raison, même sur ce point, aussi insignifiant soit-il et ce n’était pas un gamin normal  et ennuyant qui allait lui dire le contraire. Il avait le droit de décider ce qui était vrai et ce qui ne l’était pas, il l’avait eu dans la secte!

Nikolaï était ce genre d’enfant qui faisait la pluie et le beau temps dans la cour de maternelle, se prenant pour le chef de l’école et pour un délinquant des rues. Rôle qui lui avait été volé par Iblis l’année où celui-ci était arrivé en Russie. Enfin, personne ne l’appelait ainsi, ses nouveaux parents l’avaient appelé Yassine, puisqu’il était d’origine arabe. Mais au fond de son cœur, il était toujours Iblis, le Djinn tout-puissant.

-Mais je m’en fous, t’es qui pour écouter des émissions aussi vieilles?

-Si t’as rien à dire tu te la fermes!

Le garçon repoussa Nikolaï, dont la tête frappa le mur derrière lui.

Ceux qui allaient connaître le Daeva avec chapeau de forme et monocle n’auraient jamais cru à ça. Loin d’être doux et bien soigné, le jeune garçon de huit ans était un véritable voyou. Sa chemise bleue était délavée et sale et il portait par-dessus une veste de cuir sans manches dont le dos était décorée de deux ailes blanches. Ses jeans un peu trop grands pour lui étaient troués de partout et un foulard bleu foncé lui serrait le cou.

L’autre gamin fixa le petit Démon en réalisant dans quelle sorte de pétrin il était. Il tenta de se reprendre en balbutiant :

-Je m’excuse Yassine, maintenant calme-toi et je le dirai à personne que tu m’as frappé…

-Je m’appelle Iblis!

Il balança un coup de pied au visage de Nikolaï. Le nez du gamin se mit à saigner, mais Iblis ne s’arrêta pas là. Il se jeta sur son « camarade » et se mit à le frapper au visage sans jamais interrompre sa rage. Entre deux coups, Niko hurlait et pleurnichait.

-Je vais le dire à ta mère!


-Comme si elle en avait quelque chose à faire!


Le visage du gamin se couvrait d’ecchymoses. Le petit Démon le relâcha, mais lui plaqua tout de suite son pied sur le crâne. La botte de style militaire écrasait le visage de Nikolaï, qui hurla à l’aide de toutes ses forces pendant qu’Iblis marmonnait pour lui seul.

-Enfin… j’offre mon prochain sacrifice au Djinn absolu!
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Jeu 25 Juil - 4:14
Russie orientale, mois d'octobre 1992. Une magnifique aurore boréale vient d'avoir lieu. Ayant été averti d'un tel phénomène, je m'étais précipité pour le voir de mes yeux. Et le spectacle est encore plus beau qu'en pixels. Il a ravi mon cœur pendant les deux heures qu'il a duré. Mais hélas, rien ne dure indéfiniment. Voilà j'ai donc du quitter cet endroit. J'en ai profité au retour pour m'arrêter dans des villages afin de connaître la population. Et ce que j'ai vu es hors d'atteinte. S'il est bien un pays ou Athéna aurait besoin d'être, c'est celui-ci. Rien que la Russie pourrait occuper le sanctuaire intégralement pendant plusieurs années. La population est réticente à aider les voyageurs inconnus, les habitants sont méfiants, agressifs souvent, bornés et coincés dans le passé. Ils ne veulent pas évoluer. Les quelques villages que j'ai fait ne se sont pas montré très amicaux, malgré ma présence calme et rassurante.

Avant de quitter le pays, j'ai décidé d'aller dans une ville afin de voir si les choses sont différentes. Car souvent, les campagnes sont reculées et rurales, les villes sont plus accueillantes et avancées. C'est ainsi que j'atterris à Iakoutsk. Je me baladais dans la ville, allant, vaquant en cherchant des personnes avec qui dialoguer. Mais étrangement, les rues semblaient désertes. Vêtu d'un bon gros manteau, puisque les températures atteignent très facilement les -10°C, d'un bonnet, d'une écharpe, d'une paire d'après ski et d'un bon gros pantalon, le froid ne me prenait pas. Et quand bien même il essayait, ma simple présence le repoussait. Tandis que j'avançais dans la rue, j'entendis des cris. Je me trouvais près d'une école semblerait-il. Quoi de plus normal que d'entendre des enfants crier. Sauf que les cris ne sont pas comme à leur habitude. On dirait qu'ils sont ... agressifs, tristes, empli de pité. J'accélère un peu le pas, tour au coin de la rue, et vois le spectacle.

Un jeune garçon, d'environ huit ans, en tenait un autre en joug sans sous botte. Je regardais autour d'eux, mais aucun adulte n'était dans les parages pour l'arrêter. Faisant fit des restrictions, je sautais la barrière plus vite qu'il ne faut de temps pour dire  Республикӕ Цӕгат Ирыстон-Алани, Respoublikæ Tsægat Iryston-Alani trois cent mille fois de suite sans aucune faute. Moins d'une milliseconde plus tard, je tenais la botte de la jeune brute dans ma main, et sa victime dans l'autre main, le soulevant du sol comme s'il ne pesait pas plus qu'un haricot. Je le reposais doucement sur le sol, sur ses deux jambes. Je lâchais la brute juste après, de l'autre côté. Avec un russe dans la normale, je parlais aux jeunes.


La violence n'apportes rien, et ne mène nul part. Pourquoi ne pas régler vos problèmes en parlant ?
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27041-ntikuma
NtikumaChevalier Noir de l'Araignée
Chevalier Noir de l'Araignée

Date d'inscription : 28/06/2013
Nombre de messages : 388
Age : 20
Double Compte : Oblivion

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 25 Juil - 20:46
Il le tenait! Il tenait quelqu'un en son pouvoir, là, maintenant et il allait le tuer, le sacrifier! Bien sur, il ne possédait pas d'autel et du sang nécessaire pour tracer un pentagramme, encore moins des fidèles pour réciter la prière spéciale... mais il avait la vie, une victime et c'était suffisant. Le goût du sang lui envahissait la bouche, excitant encore plus ses instincts psychopathes.

Le jeune Démon leva son pied pour donner le coup de grâce. Il n'en avait rien à faire, des autres enfants, de la réaction des professeurs, de celle de ses parents, de la police et des médias. Il faisait ce qu'il voulait comme il en avait toujours eu le droit. Il avait un rôle dans ce monde, il représentait Iblis, il était Iblis! Un Djinn prend ce qu'il veut, choisit ses fidèles et ses victimes et ce, quand il le souhaite!

Le jeune voyou était dans un état second, son regard semblait porter ailleurs et malgré sa rage, il souriait. Et bientôt, il sentit pour la première fois s'élever, bien que très faiblement, son cosmos.

Mais évidemment, ça aurait été trop facile. Il fut interrompu.

Iblis sentit de la résistance sous sa botte. Sortant de sa torpeur, il vit qu'un étranger retenait son pied et tenait Nikolaï dans l'autre main, le soulevant comme s'il ne pesait rien. Dès que les deux enfants furent relâchés, la victime se cacha derrière l'homme pour ne plus être vu par le petit Démon, qui de toute façon était bien concentré sur celui qui avait gâché ses plans et qui osait lui faire la morale. Pas de violence? Régler ses problèmes en parlant? Pour qui il se prenait?

-Je règle mes problèmes comme je le veux, compris?!


L'étranger dégageait une énergie très paisible et incitant au calme, aussi Niko se calma-t-il très vite et cessa de pleurer. Iblis, par contre, restait toujours aussi colérique, seulement il semblait assez calmé pour ne pas se jeter sur l'homme. Celui-ci était habillé en touriste, avec sa tuque et son foulard, alors qu'Iblis et Niko n'étaient aucunement protégés du froid, surtout parce qu'ils avaient l'habitude.

L'autre garçon se dé-gêna et se défendit bien vite.

-C-C'est Yassine qui a commencé, monsieur, on parlait et il m'a frappé, moi j'ai rien fait, je le jure!

-Ce n'est pas mon nom!

Le jeune garçon ignora l'étranger pour repartir à la charge, mais Nikolaï le vit venir et se décala de façon à toujours être caché derrière celui qui l'avait sauvé, ce qui énerva Iblis au plus haut point. Il s'arrêta et toisa l'étranger, puis Niko, puis l'étranger encore une fois, en se demandant lequel des deux l'agaçait le plus.
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Ven 26 Juil - 3:35
Justement, non. Tu ne règleras pas tes problèmes comme tu veux aujourd'hui. Savoir qui a commencé ne m'intéresse, la chose qui compte est de savoir qui va arrêter en premier. Je regardais le jeune Yassine dans les yeux. Lire la colère, la rage et la folie dans ses yeux n'était pas bien compliqué. Même un non initié aurait pu le faire. Ce qui me fit penser que cet enfant avec des problèmes, et pas des moindres. Notamment lorsqu'un cosmos émana de son corps. Même s'il était très faible, il possédait une aura. Un tel enfant ne peux pas rester dans un endroit tel que celui-ci, sans personne pour le guider. J'ai cent quatorze ans (114ans), j'ai vu des choses à faire blêmir les plus endurcit des non éveillés durant mes périples. Mais un tel enfant, perdu et livré à lui même me fend le cœur bien plus que le reste. Mon instinct me dit qu'il ne sait pas ce qu'il fait, qu'il est perdu et effrayé. Il me lâche également un commentaire sur le fait qu'il ne doit écouter et ne répondre qu'à la violence. Même si mon aura semble le calmer légèrement, je sens que cela ne sera pas suffisant, qu'il faudra plus. Seulement, je refuse d'utiliser un quelconque moyen de force contre un non éveillé, qui plus est un enfant. Vais-je devoir briser une de mes règles ? Non, c'est hors de question.

Une idée germe dans mon esprit presque aussitôt. Je regarde autour de nous, pour vérifier qu'il n'y a personne. Si je veux qu'il m'écoute, je dois attirer sa concentration et attiser sa curiosité. Et pour cela, il n'y a pas trente six solutions. Je donne une impulsion de cosmos assez violente sans pour autant dévoiler ce dernier, ce qui fait perdre conscience à toutes les personnes dans l'école ne possédant pas de cosmos. Bien évidemment, avant que ces personnes ne touchent le sol, je les récupère et les pose délicatement das leur salle de classe. Le tout exécuté à une vitesse que l'enfant ne peut comprendre ni même entrevoir. Tout ce qu'il voit, c'est qu'avant de cligner des yeux tout le monde est là, et qu'après les avoir rouvert, la cours est vide, il n'y a plus un bruit. Nous sommes seuls.


Il existe de part le monde des êtres capables de choses extraordinaire. Des personnes capables de faire des choses que tu ne peux imaginer à ton âge, des choses incroyables. Ils sont capables de faire ces choses grâce à leur cosmos. Cosmos dont toi aussi tu sembles bénéficier. Si toi aussi tu veux être capable de faire des miracles, arrêtes d'être aussi méchant. Si tu persiste, tu vas perdre ce don à tout jamais, et Saint Nicolas ne passera plus jamais te voir. La violence n'apporte rien. Si tu veux taper quelqu'un, vas-y, tapes moi. Frappes moi de toute tes forces, ne te retiens pas. Déverses ta haine sur moi plutôt que sur tes amis sans défense.

Avant de le laisser faire, je tendis ma main gauche devant moi. Une sphère de ténèbres apparut en l'espace d'une seconde, s'envola dans le ciel, puis explosa, créant des feux d'artifice noirs. S'il ne marche pas dans mon premier piège, j'en ai encore deux autres en place au cas où, histoire de pouvoir rebondir.
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27041-ntikuma
NtikumaChevalier Noir de l'Araignée
Chevalier Noir de l'Araignée

Date d'inscription : 28/06/2013
Nombre de messages : 388
Age : 20
Double Compte : Oblivion

Revenir en haut Aller en bas
Ven 26 Juil - 5:13
Le jeune garçon n'était pas impressionné du tout. Cet adulte qu'il avait d'abord cru différent à cause de son aura lui répétait les mêmes discours que les enseignants lui avaient fait des millions de fois. «Les problèmes ne se règlent pas par la violence,»«Ce n'est pas qui a commencé le problème,»«Tu n'es pas le chef, ici.» Si ce n'était pas lui le dirigeant, celui qui avait le droit de vie et de mort, alors qui...? Dieu? Allons, le petit Iblis avait toujours été anti-dieux, peu importe la mythologie dont ils venaient. Il n'en avait rien à faire, des dieux, encore moins de Dieu lui-même!

L'étranger le regardait comme les autres adultes aussi, tentant de voir ce qui ne tournait pas rond dans sa tête. Comment pouvaient-ils tous ne pas voir qui il était vraiment? À ça le petit Démon lui opposa un air de défi total. Il n'était pas prêt à coopérer du tout.

-Et toi, t'es qui pour me dire quoi faire? T'es pas Russe, t'es pas Arabe, t'es pas de la secte...

Les derniers mots prononcés, le gamin les regretta aussitôt. Il ne devait jamais parler de la secte, jamais. C'était la seule promesse que ses parents l'avaient obligé à tenir, sans quoi ils pourraient tous avoir des ennuis avec le gouvernement ou même la mafia, à un certain degré. Mais le voyou tenta de cacher son malaise en ricanant.

-Quoi, j'ai l'air d'avoir un problème? Je suis pas normal, c'est ça? Tu t'attends à quoi, que je vive comme un chien jusqu'à la fin de ma vie? Je sais que la violence c'est mal, et alors? C'est ça ma mission!

À ce moment-là, quelque chose de bizarre se produisit: d'un seul coup, Nikolaï disparut de derrière l'étranger. Plus un bruit ne se faisait entendre à l'intérieur de l'école non plus. Il n'y avait plus personne à part Iblis et l'étranger, qui se mit alors à expliquer l'existence d'une énergie fabuleuse nommée cosmos.

-Le... cosmos?

Puis, l'inconnu fit une brève référence à Saint-Nicolas qui ne se voulait sans doute pas sérieuse, mais à laquelle Iblis réagit très mal: le jeune garçon se mit à reculer et respirer plus bruyamment dès qu'il entendit le mot "saint." Les figures religieuses avaient un mauvais effet sur le garçon, il lui arrivait souvent d'être malade durant la prière en classe ou même de perdre connaissance lors de la messe, qu'il y aille ou non. Alors Saint-Nicolas, imaginez...

L'homme fit alors apparaître une sphère et la lança en l'air, créant un feu d'artifice. Puis, il invita le petit Démon à le frapper au lieu de frapper de pauvres faibles comme Niko. Oh, Iblis la connaissait, cette tactique. Le psychologue l'avait essayé aussi, de même que des policiers et pourtant, il n'avait pas changé. À croire que sa haine était inépuisable.

-C'est demandé si gentiment...

Le garçon s'avança sans hésiter vers l'inconnu et le frappa d'un coup de poing direct et vif. Loin d'être un coup assez fort pour blesser un éveillé du cosmos, un humain normal aurait tout de suite senti une force plus grande dans les poings du gamin. Excité par la brève douleur dans ses doigts, le Djinn continua sans s'arrêter jusqu'à ce que son cosmos se mettre lentement à croître. Il frappa l'étranger pendant quelques minutes sans jamais s'épuiser, puis leva vers lui un visage au sourire victorieux et sadique.

Les plus anciens chevaliers auraient alors reconnu un descendant de Yoma de Méphistophélès, tant la ressemblance était parfaite.
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Mer 31 Juil - 3:58
Ce gamin ... Dans ses yeux, dans ses gestes, à travers ses mots, je pouvais lire la folie. Mais pas une folie bénéfique qui permet de voir le monde à travers un autre voile. Le mauvais côté de la folie, celui qui détruit le monde petit à petit de par ses actions totalement folles. Je devais trouver un moyen de le calmer, de le canaliser. Un air de défi dans les yeux me confortait dans l'idée qu'il ne voulait pas plier, qu'il se prenait pour un tout dur. Et la seule méthode que comprenne les tout dur, c'est les encore plus tout durs.

Qui je suis n'a guère plus de raison de t'intéresser que le motif de ma venue. Peut-être ne suis-je ni arabe ni russe, mais comment es-tu au courant pour la troisième option ? Comment un enfant comme toi peut connaître la secte ?

Je pris un air surpris, qui, à cause de mon bandeau ne devait pas se voir beaucoup, ou pas du tout même. Le frappé vient se cacher derrière moi, ce qui semblait normal. Iblis écoutait, puis se mit à me frapper. Rien de bien dangereux bien sur, mais assez fort quand même pour finir par coucher un adulte. La force physique de cet enfant semblait au dessus de la moyenne pour ceux de son âge. Cela était sans doute du à son cosmos. Mon corps était bien sur insensibilisé à la douleur grâce à mon entraînement avec Bael. Il m'avait frappé pendant des jours, des mois jusqu'à ce que je ne ressente plus que les coups les plus puissants. Comparé à la puissance d'un chevalier d'or, ce gamin a encore du travail. Il se stoppa après plusieurs minutes. Son endurance semblait impressionnante. Ce petit possède des facultés qui m'intéresse.

C'est bon, tu as finit ? C'est tout ce que tu peux faire ? Tu peux faire de grandes choses, pourquoi te cantonner à un si petit domaine ?

Je le provoquais volontairement. Peut-être qu'en prenant sur moi toute sa haine elle pourrait partir. Peut-être que oui, mais surement que non. Qu'ai-je à perdre à part quelques heures ?
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27041-ntikuma
NtikumaChevalier Noir de l'Araignée
Chevalier Noir de l'Araignée

Date d'inscription : 28/06/2013
Nombre de messages : 388
Age : 20
Double Compte : Oblivion

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 1 Aoû - 15:51
Le petit Démon ressentait un drôle de sentiment, mélange d'espoir et de confusion. Il connaissait la secte... mais comment pouvait-il ne pas l'avoir reconnu lui? Bien évidemment qu'il avait grandi, mais pas au point d'être une toute nouvelle personne. Au lieu d'assimiler les nouvelles valeurs de son nouveau foyer, Iblis tentait de vivre avec les siennes, qui lui avaient rapporté bien plus, la gloire et le pouvoir, la permission de faire tout ce qu'il voulait!

De sorte que lorsqu'il s'épuisa, le gamin recula un peu pour constater les dommages... et n'en trouva aucun. Résistant, ce touriste. Le futur Daeva le fixa avec méfiance.

-Comment tu peux parler de la secte et pas me reconnaître... c'est moi!

Puis il baissa la voix pour continuer, sur un ton qui évoquait plus le secret.

-L'avatar d'Iblis.

Dans le pire des cas, l'homme parlait d'une autre secte qui vénérait un autre démon et à ce moment-là le petit Djinn ne s'en sortirait pas facilement. Ou alors il mentait pour attirer son attention. Quel genre de démon prônait la paix et la non-violence? Peut-être était-il un ancien de la secte qui s'était réformé? Tant de possibilité et l'autre touriste qui ne voulait pas dire son nom...

Et en plus il le provoquait, le comique! Oser le traiter de faible, l'opposer à une autre puissance... le garçon serra les poings et montra les dents, laissant sa colère le guider. Le cosmos monta d'un cran, toujours aussi faible, mais pourtant inusité chez un enfant aussi jeune. Les yeux lui piquaient. Non il ne pleurerait pas, pas à cause d'un adulte comme ça!

-Espèce de....!

Il fonça un autre fois sur l'étranger et le frappa un grand coup de ses deux poings en même temps. Les pieds s'y mirent aussi, ses semelles militaires plutôt solides s'écrasant contre les tibias de sa nouvelle victime. Les coups venaient plus lentement, mais plus forts car il y mettait plus de puissance. Entre deux coups, le gamin hurlait.

-Je te déteste, déteste, déteste, DÉTESTE!


Après un autre coup, le cosmos d'Iblis augmenta encore, lui causant un terrible mal de tête et un léger étourdissement. Il lâcha sa victime pour reculer et porter les mains à ses tempes, ployant sous la douleur. Trop de puissance pour un corps si fragile et jeune, il pouvait se trouver chanceux de ne pas avoir perdu connaissance.
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Ven 9 Aoû - 11:16
Il me frappe, encore et toujours, en mettant plus de puissance cette fois, de colère, de rage et de haine. Toujours la même rengaine, toujours les même paroles provenant de ce petit être. Il me regardait, il me défiait du regard, me menaçait. Malgré tout ça, je ne lui en tenais pas rigueur, et je n'éprouvais pour lui que compassion, pitié et miséricorde. Je devais respecter mes vœux. Même si cet enfant me pousse, il ne touchera jamais le bout. Ma patience est à l'épreuve de bien des choses. Quand on a plus d'un siècle comme moi, on en a vu des choses, et notre tolérance est supérieure à la moyenne. Pourtant, sans employer de moyens disons … plus radicaux, je ne parviendrai pas à mes fins. Il n'y à pas tente six solutions. Je dois lui montrer … ce que je ne voulais pas réveiller … Cette chose qui sommeille au fond de moi. La réponse au 'pourquoi est-ce Bael des gémeaux qui s'est occupé de moi'. Je dois … lui montrer … la bête. Je m'étais promis de ne jamais la laisser ressortir, pas depuis que je l'ai dompté. Mais je n'ai pas le choix. Je cède donc le contrôle de mon corps, à hauteur de 5% à cette créatures faite de ténèbres.


Tu penses que parce que tu es spécial tu peux te prendre pour qui tu veux ? Ma voix était devenue plus sombre, plus intense. Chaque mot était prononcé comme s'il pesait une tonne, chaque syllabe était accentuée.Iblis … N'utilise pas ce nom à la légère ... petit. Le dépréciatif était ici employé avec un terme, forcément, péjoratif, et ramenait l'enfant à sa simple condition. Puis, sans comprendre, un cosmos entièrement noir s'éleva dans les airs. Tu penses être fait de ténèbres, pouvoir supporter leur pouvoir terrifiant … Alors que penses-tu de ça ? Mon cosmos engloba l'école. D'un seul coup, la température baissa pour facilement atteindre les -50°C. Aucun vent ne se faisait sentir. A vrai dire, l'atmosphère était devenue lourde, pesante, l'air difficilement respirable pour l'enfant. En quelques secondes, toute la zone devint noire, aucune lumière ne filtrait. Moi, je voyais sans problème, puisque c'était mes ténèbres que j'avais invoqué. Mais Iblis ne voyait rien. Il pouvait tout ressentir par contre, car les sensations, les émotions, les sentiments sont amplifiés dans ce dôme de ténèbres. Ma voix s'élève, fantomatique, énigmatique.


Les ténèbres ne peuvent être dominés … surtout pas par un gamin tel que toi. Tu n'es même pas capable de garder ton cosmos assez longtemps pour me blesser. Tu n'es qu'un gamin qui se prend pour un roi. Tu n'as rien de spécial en toi. On ne devient pas roi, on naît roi. Tu n'es qu'un pathétique avorton, un pitoyable rat indigne de poser les yeux sur ma personne. Tu prétends connaître la rage, la colère et la haine ? Laisses moi te montrer ce que sont vraiment ces émotions.


Clap. Slash. Deux coupures venaient d'apparaître sur le bras droit du jeune garçon. Impossible qu'il ne les ai vu venir, impossible qu'il sache qui les lui a fait. Tout ce qu'il ressent, c'est la douleur provoqué par cette attaque. Avec un peu de chance, il ressentira de la terreur ou de la peur. Ses sensations étant développés à cause des ténèbres, la douleur lui donne l'impression qu'on lui a trancher le bras. Slash. Une autre coupure, sur la jambe gauche cette fois-ci. La peur mène à la faiblesse. La faiblesse à la soumission. La soumission à la mort. Si tu veux devenir plus fort, tu dois savoir encaisser tous les sentiments qui existent, les faire tiens, et savoir les utiliser au bon moment. Si vraiment tu était l'avatar d'Iblis, alors tu saurais qui je suis … Tu saurais mon nom … et pour qui j’œuvre … Bon, ça suffit. Je reprend le contrôle maintenant ! 'ai dis, maintenant. Bordel de merde. Même avec 5% de sa puissance, il reste redoutable. Du calme Riku. Technique bouddhiste quarante trois, vide en soi, communion avec l'Univers, symbiose de la vie, déclinaison du temps, rédemption.


Une vague heurte violemment le jeune garçon. De la pure négativité en fait. Il peut ressentir toutes les émotions qui vivent en moi et qui donnent le contrôle aux ténèbres. Rage, colère, haine, envie, orgueil, cruauté, mort, jalousie … Il doit faire face à toutes mes émotions. S'il pensait les siennes développés, que pense-t-il des miennes passé un siècle à les refouler sous des années de méditation ? Oui, ce n'est nullement comparable. J'ai vécu bien plus que lui, j'en ai vu bien plus qu'il n'en verra jamais. Mes bagages sont plus lourds, mes sentiments sont donc plus intenses. Comment va-t-il faire face à cela, je l'ignore. Mais moi, en attendant, je me bats pour regagner le contrôle de mon corps.


Démon, je te chasse de ce corps. Démon je t'accepte. Démon, je fais miens tes péchés. Démon tu n'es plus seul. Démon je te pardonne. Une lumière apparaît dans les ténèbres. Au début presque invisible, elle gagne rapidement en intensité. Elle finit par former deux signes. On peut voir un Ankh, et un homme portant une flamme dans sa main. Un grand flash de lumière masque la vue pendant plusieurs secondes. Quand Iblis rouvre les yeux, il se tient à sa place d'avant. Rien de ce qui s'est passé n'était réel, si ce n'est le fait que oui, j'ai utilisé le pouvoir des ténèbres, à savoir la manipulation des esprits. Tout ceci n'était qu'une illusion, cela s'est passé dans la tête du futur daeva. Pour lui faire comprendre que les ténèbres ne servent à rien, j'ai du utiliser les miens. Est-ce que ça a seulement fonctionné ?


L'ankh sur mon épaule droite et l'homme portant une flamme sur mon épaule gauche s'illuminent. Mais sous cette cape que je porte, Iblis ne peut les distinguer. Il ne peut pas savoir qu'en sombrant dans les ténèbres, j'ai ouvert mon cœur aux âmes impures, et que depuis, cette part ne chercher qu'une chose, l’ascension de l'ange suprême. Le préféré de Dieu, celui qui a volé la flamme divine pour l'apporter aux hommes, celui qui fut, il y a fort longtemps, le guide de l'Humanité, avant de se retourner contre la création de son père. Oui … Cette part de ténèbres cherche avant tout à faire renaître le porteur de lumière, Lucifer. Mais j'ai scellé cette part de moi après le combat le plus difficile de ma vie, celui qui m'a valu l'entaille sur mon visage. Mon maître, Bael, a découvert le terrible secret que je cachais et m'a combattu, sachant qu'un jour je pourrais libérer ce démon sur terre. Et je du user de sa puissance pour combattre celui qui m'a tout enseigné. Ce fut la dernière fois que j'eus recours à cette puissance maléfique. Hormis cette fois, avec cet enfant … en cet instant précis.



Pourquoi chercher à nier ce qui est ? Pourquoi vouloir te réfugier dans la facilité quand la grandeur est si facile à atteindre … ? Viens avec moi, suis moi, et je t'enseignerai comment devenir plus puissant, comment contrôle les démons qui te rongent. Je t'apprendrais tout ce qu'il y a à savoir, je ferais de toi un être d'exception. Je tendais ma main droite vers Iblis. J'avais fait tout ce que je pouvais, tout ce qui était en mon pouvoir essayer de le ramener vers la lumière. Je ne pouvais faire plus. S'il refusait, nul doute que nous serons ennemis un jour prochain. Peut-être même blessera-t-il des amis à moi, des camarades. Malheureusement, peut-être même en tuera-t-il. Si tel est le cas, pour éviter cela, devrais-je le tuer à présent ? Pour éviter des morts à venir, faut-il sacrifier un enfant ? Quand bien même cela aiderai, je refuse. Une vie est sacrée, aucune ne doit être gâchée. Je respecte même celle de mes ennemis, présent ou à venir. Non, je ne tuerai pas cet étrange personne aujourd'hui.
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27041-ntikuma
NtikumaChevalier Noir de l'Araignée
Chevalier Noir de l'Araignée

Date d'inscription : 28/06/2013
Nombre de messages : 388
Age : 20
Double Compte : Oblivion

Revenir en haut Aller en bas
Lun 12 Aoû - 19:43
Lentement mais sûrement, le mal de tête se calma. Le petit Iblis se remettait de son overdose de pouvoir, mais il restait haineux. Seulement, il avait compris la leçon. En ce moment, à son âge et avec si peu de puissance, il ne pouvait rien faire. Il devait apprendre à maîtriser ce pouvoir, qui ne pouvait qu'être un cadeau de son maître, le véritable Iblis.

Mais la voix de l'étranger se fit entendre, différente, menaçante. Avait-il enfin perdu patience? L'enfant avait-il réussi à attiser sa colère. Peut-être que oui, mais c'était une très mauvaise idée. L'homme était prêt à lui montrer sa supériorité et il le fit très bien.

Loin d'avoir peur du noir, de la douleur et de la haine, le future Daeva resta quand même figé par la terreur à tenter de comprendre ce qui se passait. Il regardait béatement des plaies apparaître sur ses bras et ses jambes sans jamais crier ou gémir, seulement en tremblant et en se laissant faire, les yeux remplis à la fois d'incompréhension et d'admiration. Qui était cet homme?

Le moment le plus confus fut quand il revint à la réalité. Plus de blessures, plus de ténèbres, juste... le monde normal, quoi. Comme s'il avait rêvé. Le garçon porta les mains à sa tête une nouvelle fois, encore plus mélangé et confus. Il avait bien compris qu'il était trop fort pour lui... mais si un étranger prônait la non-violence et la paix et abritait un tel pouvoir... comment...

-Comment t'as fait ça?


Le petit Démon examina avec attention la main tendu de l'étranger. Sa proposition était étrange. Il examina les traits de son visage, puis ses yeux, rejouant ce qu'il venait de vivre dans sa tête... puis l'attitude de l'enfant changea complètement. Il recula de quelques pas, les yeux grands ouverts.

-J'y crois pas! T'es possédé!


Ça expliquait tout. Le jeune garçon posa un genou par terre et inclina doucement la tête. Le chef de la secte avait été très clair: Iblis est un démon puissant et à vénérer, mais il n'est pas le seul. S'il rencontrait un autre démon, il lui devait le respect car il était un égal de leur maître à tous.

-Pardonnez mon insolence, il y a longtemps que je n'ai pas eu de contact avec de vrais démons. Je sais que ça peut être bizarre qu'un enfant comme moi soit un avatar, mais je jure que c'est la vérité. Tenez, je vais même vous le prouver!

Le futur Daeva chercha Nikolaï des yeux, mais ne le vit pas. Dommage, il aurait fait un sacrifice parfait. Il traça un pentagramme sur le sol, s'arracha une mèche de cheveux et la plaça au milieu de l'étoile et finalement, s'entailla le doigt et en répandit autour du pentagramme. Maintenant qu'Iblis était éveillé au cosmos, l'endroit où il avait tracé l'étoile se mit à briller très faiblement. Le petit Démon marmonna quelques incantations, concentré sur la tâche qu'il exécutait devant lui. Il finit par rouvrir les yeux et parla à l'étranger, pas au démon qui habitait en lui:

-Tu... tu sers quelqu'un que je connais pas, mais qui prône la paix dans le monde ou un truc comme ça... ton nom est très court, Riku ou Raiko, je suis pas sûr... et il y a un démon en toi.

Le garçon se releva, fixant toujours le pentagramme. Puis d'un mouvement rapide du pied, il l'effaça. Personne ne devait savoir qu'il avait performé un rituel ici. Puis, il ricana en regardant l'étranger dans les yeux.

-Peut-être que finalement, c'est toi qui a besoin de mon aide! Moi je parle à un démon et je le représente, je n'ai rien à contrôler à part ses fidèles! Les remords? Connaîs pas! Nan, je suis libre comme l'air et tu vas voir, je saurai bien devenir puissant tout seul! En plus...

Il jeta un coup d'oeil à l'école, à la ruelle, aux quartiers qui les entouraient. L'offre de l'homme était tentante, mais il savait ce qui en résoudrait. Il deviendrait comme lui, il chercherait à sauver le monde, il oublierait son devoir! Il ne pouvait pas faire ça, même pour toute la puissance du monde, car sinon Iblis lui-même viendrait le châtier.

-... Je ne peux pas partir d'ici maintenant. Il faut que je reste et que j'endure encore quelques années. Si je réussis, après je trouverai ma vraie place, je le sens! Alors bon, parle-moi de ton démon! C'est qui, il est là depuis quand et il veut quoi?
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Dim 18 Aoû - 3:44
''Comment n'est pas plus important que pourquoi.''

L'attitude du jeune garçon changea rapidement. Il semblait avoir compris la différence de puissance entre nous, mais dans le mauvais sens du terme. Tu vois, chaque fois que je te laisse un peu de maîtrise, tout dérape et je dois réparer tes erreurs. Zut à la fin. Iblis posa un genou au sol et inclina la tête. Il avait visiblement été initié aux rites du passé, malheureusement pour lui et le monde. Je le regardais avec compassion et tendresse.

''Les vrais démons ne sont pas forcément ceux auxquels tu penses, Iblis. Les vrais n'ont ni de noms, ni d'apparence, ni même de corps. Les vrais démons sont … différents de ce que tu imagines. Tu ne les trouveras pas de cette manière.''

Sans dire mot de plus, je tournais les talons et commençais à partir, laissant le garçon en plan. Ce ne fut qu'une fois arrivé près de la barrière que je me retournais pour lui dédier quelques mots. Iblis avait tracé un pentagramme parfait, semblait connaître certaines combinaisons de mots. Qui était ce gamin plus qu'étrange ? Est-il possible qu'il soit il prétend ? Est-il possible que nous ayons une chose en commun ? Visiblement, oui. Sauf que moi j'accepte cette part de noirceur, lui s'en contente.

''Tu apprendras bien assez tôt que le contrôle n'est qu'un ensemble faisant parti d'un tout bien plus grand. Seul, il ne mène à rien d'autre qu'à la faiblesse. En groupe, il mène à la grandeur. Tu deviendras puissant, oui, c'est un fait. Tu deviendras un vilain. Mais tu n'auras rien d'un super vilain. Quand tu auras compris la différence, reviens me voir, nous pourrons alors discuter. Endures ce que tu penses devoir endurer, mais n'oublies pas que le monde ne nous fait pas comme nous sommes, nous devenons qui nous voulons être. Sombrer dans les ténèbres est la facilité. Ce qui apporte gloire et pouvoir, c'est de se battre pour rester dans la lumière.''

Je souris après la question de l'enfant. Il voulait connaître le nom de mon démon. Comment lui faire comprendre ? En lui disant la vérité peut-être … Je lui répondais un simple ''Riku''. Oui, mon démon, c'est moi. Cette part de noirceur, c'est moi. Même s'il possède un nom, jamais je ne le nommerai, car cela équivaudrait à lui donner un ascendant sur moi. Or, c'est une chose qu'il ne m'est pas permis de faire ici et maintenant comme ailleurs dans le futur. Je décidais de laisser Iblis en plan, ainsi, sans rien rajouter de plus. Ainsi, j'espérais qu'il cogite et qu'il comprenne de quoi je voulais parler, qu'il finisse par rejoindre la lumière plutôt que la facilité. De toute façon, les gens commençaient déjà à se réveiller.

[on arrive à la fin ^^]
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27041-ntikuma
NtikumaChevalier Noir de l'Araignée
Chevalier Noir de l'Araignée

Date d'inscription : 28/06/2013
Nombre de messages : 388
Age : 20
Double Compte : Oblivion

Revenir en haut Aller en bas
Sam 31 Aoû - 18:57
Ah, Riku semblait encore bien loin de la vérité... servir un Démon, un vrai, ça revenait à lui obéir et il récompenserait le serviteur. Le trahir et il le tuerait. Iblis n'avait ni le droit ni l'envie d'abandonner celui qui lui avait fait connaître le prestige et la gloire.

Le futur Daeva ne pouvait rien dire pour le faire changer d'avis. L'étranger avait de trop fortes convictions et aussi une trop grande confiance, celle de  pouvoir contrôler son Démon à lui. D'accord, qu'il l'accepte et le refoule si c'est ce qu'il voulait. Mais un jour la force allait lui manquer. Tout ce qu'il cachait en lui allait prendre le dessus et quand ce jour allait arriver, Iblis serait là pour admirer le spectacle.

-Là-dessus t'as raison, les démons n'ont pas d'apparence ni de corps, c'est pour ça qu'ils ont besoin d'avatars. Mais seuls les plus grands ont des noms, comme Iblis, Satan, Ahriman, Méphisto... la plupart des légendes sont vraies à leur sujet.

Puis, une autre leçon de morale. Comme s'il en avait quelque chose à faire, de la lumière et du bien! Voie facile ou non, c'était le résultat l'important. Riku avait choisi la lumière et était torturé par un Démon qui allait probablement finir par le tuer. Iblis allait choisir les ténèbres et il se portait très bien.


-Ah, mais t'as rien compris toi! Tu penses vraiment que ton Démon va te laisser faire ce que tu veux sans jamais riposter? Pour les gens comme toi et moi, la lumière, ce n'est qu'une autre blague, une plaisanterie pour protéger des faibles! Les vrais puissants de ce monde n'ont pas besoin d'une force capable de leur brûler les yeux!


Surtout que le petit Démon était rendu à un stade ou reculer n'était plus possible. Une allusion à un saint pouvait le rendre malade, les objets saints le blessaient gravement. Alors suivre un dieu... la lumière... ça allait le tuer à coup sur.
Mais ce que Riku avait dit sur les vilains... Iblis ne put s'empêcher de pouffer de rire.


-Devenir un vilain... moi? Ha... haha...

Et le ricanement se mua en un éclat de rire. Le Djinn hurlait presque de rire, tant il trouvait cette menace absurde. D'abord le Saint-Ni NON IL NE FAUT PAS PENSER À ÇA! et maintenant ça! Croyait-il lui faire peur?

-T'as pas remarqué que je suis plus que vilain encore? J'étais dans une secte, merde, j'ai tué plus de gens que tu peux l'imaginer! HAHAHAHAHAHAHA!

Le touriste semblait prêt à le laisser là, surtout que les gens autour d'eux commençaient à se réveiller. Si Riku tentait d'être discret dans sa sortie, c'était raté et pour ça il pouvait remercier le futur Daeva... qui ne s'arrêta pas de rire.


-C'est ça, fuis, va-t-en! Cours tant que tu le veux, il ne lâchera pas prise, lui!

Le petit Démon se calma, respira un bon coup et essuya ses larmes de rire. Il jeta un dernier coup d'oeil vers Riku, puis partit dans la direction opposée, ignorant les profs qui semblaient perdues et les élèves qui pleuraient. Il enjamba une clôture et quitta l'établissement, passant par des ruelles pour pouvoir garder un oeil sur Riku.

-Un imbécile... ils sont tous des imbéciles...

[FB-Russie] Pas si gentleman [PV Riku]