avatar
LargoGuerrier des Ombres de Persée
Guerrier des Ombres de Persée

Date d'inscription : 20/10/2009
Nombre de messages : 3000
Age : 36

Revenir en haut Aller en bas
Sam 27 Juil - 9:42

_ Alors ? Comment tu as trouvé ce déraillement de train ? ... Bah oui, c'était moi, chicon ! ... Rho, tout de suite. Bien sûr que c'était des innocents qui n'avaient rien demandé. C'était le but, en même temps, hein ! ... Eh bien, devine qui va devoir payer la facture maintenant ? En plus, des postes se libèrent, des gosses se retrouveront à la rue, et la société ferroviaire se prend de la mauvaise pub. C'est tout bénèf', donc...

Et ainsi de suite, Largo écoutait au téléphone, l'extase d'un sous-fifre bossant dans l'ombre pour le compte de l'Ordre. Assis à l'arrière d'un taxi, il se rendait d'ailleurs sur les lieux de l'accident pour se rendre compte par lui-même des dégâts. Faire l'inspecteur des travaux finis, quoi.
Il avait l'habitude de corriger les gens de sa propre main, alors lorsqu'il devait apprendre ce genre de nouvelles où il suffisait simplement de bidouiller quelques détails dans le but de tuer, ça ne l'enchantait qu'à moitié la plupart du temps. Ah ! Force brute, quand tu nous tiens !
Bien sûr, c'était pour la bonne cause. Oups ! Du moins, la leur, celle des Black Knights, en l'occurrence. Mais bon, on aurait très bien pu l'envoyer tout bonnement sur place, et il ne restait plus qu'à projeter une salve de pouvoir cosmique en travers de la voie ferrée. Pis hop ! On n'en parlait plus.

Pendant ce temps, le conducteur du véhicule sursautait ou gémissait parfois. Était-ce parce que ses oreilles bourdonnaient de trop au sujet de la conversation qu'il réussissait à capter malgré lui ? Ou parce qu'il avait peur de mourir à son tour, ou encore avait-il vu quelque chose à l'extérieur ?
Largo ne s'en soucia pas tout de suite, en tout cas. C'était à peine si lui aussi s'intéressait à ce qu'il se passait dehors et autour. Il était de toute façon bien trop occupé à se farcir le récit du sbire à l'autre bout du fil. Et même si la mort -surtout celle des autres, en fait- ne lui faisait pas peur, il appréhendait en quelque sorte ce qu'il allait découvrir une fois sur les lieux. Vous savez ce qu'on dit ? On n'est jamais mieux servi que par soi-même !

_ Quoi ? Tu veux ma photo ? Avait-t-il enfin fini par pester à l'attention de son pilote paniqué, après un sale regard du coin de l'oeil dans son rétroviseur. Bon, et puis qu'est-ce que tu fous, bordel ? On n'est toujours pas arrivé ? Tu peux pas appuyer sur le champignon un peu ?

Le blond dut ensuite expliquer au téléphone qu'il ne gueulait pas sur son interlocuteur en ligne, mais ce dernier avait raccroché aussi sec après avoir été vexé. Qu'à cela ne tienne, puisqu'il retrouverait son contact à destination, une fois dans les parages. Du moins, s'il arrivait un jour au rendez-vous.

Après quoi, le conducteur freina brusquement pour on-ne-sait-quelle-raison, ce qui eut pour effet d'emporter la tête du rebelle dans le dossier du siège. L'enflûre ! Un truc comme ça s'avérait généralement impardonnable. Pourtant, au moment de vouloir lui faire la peau, une violente détonation résonna si fort que Largo dut lâcher prise. Pour crier... comme une gonzesse. (désolé.)
Le chauffard rétorqua au Chevalier Noir par le même biais, le tout ajouté d'insultes dans sa langue natale. Et la seconde suivante, il se faisait la malle.

_ Hé ! Mais attends ! Je t'ai pas payé... Nan, je déconne. Va te faire voir ailleurs, espèce de chochotte !

Largo s'esclaffa tout seul comme un con sur la banquête arrière, fier de sa remontrance, avant de découvrir quand même qu'un cadavre gisait sur le capot de la voiture, et que le pare-brise était fissuré de part en part. Alors vu l'impact dans la carrosserie, sans compter les tripes à l'air enchevêtrées dans le moteur, soit le bonhomme devait être lourd, soit il venait de tomber de très haut. Ou les deux.

_ Oh m*rde alors ! C'est Car-Glass qui va être content.
avatar
LargoGuerrier des Ombres de Persée
Guerrier des Ombres de Persée

Date d'inscription : 20/10/2009
Nombre de messages : 3000
Age : 36

Revenir en haut Aller en bas
Lun 29 Juil - 9:11

Largo se recomposa, replaça quelques mèches de cheveux, et en profita dans la foulée pour se frotter là où sa tête avait heurté précédemment. Et maintenant ? Plus la peine de gamberger dans un fauteuil, alors le jeune homme sortit de la bagnole amochée.

_ Wouah ! Qu'est-ce que c'est que ce foutoir ? S'étonna-t-il, bouche bée.

Et il y avait de quoi. Non seulement un mec s'était littéralement écrabouillé sur le taxi qui l'emmenait à la gare, mais il y avait aussi et surtout une bonne dizaine de corps sans vie, si ce n'est deux, avachis sur les trottoirs principalement, comme des crêpes à la confiture de fraises ou de mûres. On entendait aussi des cris d'affolement dans le lointain, d'autres voitures qui klaxonnaient ou frottaient de la gomme sur le bitume, etc...
bref, la zone de guerre, en somme.

Largo était en train de faire un petit tour d'horizon, tout en cherchant à comprendre s'il n'avait pas loupé un épisode pendant son trajet, lorsque soudain, une silhouette dans les hauteurs le poussa à lever les yeux au ciel. Un autre clampin était en train de faire le grand saut.

_ Splotch ! Imita le jeune homme, ne pouvant s'empêcher de reproduire le bruit dégueulasse dû à la chute. Alors comme ça, tous ces gens prennent un malin plaisir à se suicider de tous ces toits d'immeuble ? Bah p*tain !

Pourquoi ces gens agissaient de la sorte ? Et pourquoi un si grand nombre de cons s'étaient réunis ici pour s'écraser tous ensemble ?

Le BK se gratta l'arrière du crâne tout en se dirigeant vers le coffre de la voiture. Celui-ci était verrouillé mais ça ne l'empêcha pas pour autant de chercher à l'ouvrir à main nue, alors qu'il aurait été plus intelligent de récupérer les clés sur le contact, par exemple. Heureusement, grâce à sa force plus élevée que n'importe quel autre type lambda, il n'eut aucun mal à démonter carrément la portière en question.

_ Je pense qu'il est temps d'employer les grands moyens, conclut-il tandis qu'il extirpait une grosse boîte métallique du coffre.

Dommage, il n'y avait plus personne à impressionner dès que Largo endossa son Armure Noire de Persée. Entrer en symbiose avec sa protection faisait toujours son petit effet.

Qu'à cela ne tienne alors ! Car au loin déjà, un type agitait les bras vers un des sommets de la rue, habillé dans sa robe de curé. Il devait sans doute aussi réciter quelques prières à l'autre individu à l'autre bout sur la corniche, prêt à se vautrer comme tous les autres avant lui.
Black Perseus sourit en coin, et décida de rejoindre l'homme d'église. Peut-être aurait-il enfin des réponses à tout ce cirque. Malheureusement, une fois à son niveau, le prêtre d'un certain âge se retourna vers l'homme en armure pour lui cracher verbalement au visage, et ce, après avoir grimacé sur l'accoutrement du blondinet. Probablement des insultes bibliques ? Du genre "Vade retro Satanas", ou quelque chose d'approchant.

Quoi qu'il en soit, ça devenait trop compliqué pour le cerveau du simple rang Bronze. Faut dire aussi que le jargon des croyants n'était vraiment pas la tasse de thé du rebelle.

_ Hé ! Oh ! Calme-toi, le vieux ! Et dis-moi sur-le-champ c'est quoi l'embrouille avec tous ces ploucs qui se jètent de là-haut sans réfléchir ?
avatar
LargoGuerrier des Ombres de Persée
Guerrier des Ombres de Persée

Date d'inscription : 20/10/2009
Nombre de messages : 3000
Age : 36

Revenir en haut Aller en bas
Mer 31 Juil - 9:17

Phoque ! Comme il fallait s'y attendre, le cinquantenaire, serviteur de Dieu, cogitait trop dans son délire. Alors face à un étranger, tout de noir et d'orichalque vêtus, il se voyait mal répondre gentiment aux interrogations un brin impératives à son goût. Et à vrai dire, il regardait déjà ailleurs. C'était à peine s'il avait écouté la demande de l'autre.
Par chance, puisque Largo n'aimait pas qu'on le résiste, -surtout un faible de cette race- il ne chercha pas midi à quatorze heures après une quelconque attente ou d'espoir, et préféra donc imprimer sa paume et son revers de main dans la face de ce vieux borné.
Bingo ! Le curé sentit d'abord que sa mâchoire faillit se décrocher, puis abdiqua par conséquent. Ainsi, après s'être plaint qu'on lui laissait la vie sauve, s'être agenouillé, exécuté le signe de croix et tout le toutim, le Chevalier Noir lui somma de passer à table au lieu de geindre.

_ Ça a commencé ce matin, bégaya-t-il toujours secoué par les baffes. Je réalisais la messe quotidienne pour mes fidèles, puis des cris ont commencé à s'entendre à l'extérieur. On a d'abord cru qu'il s'agissait d'un incendie lorsque les gens se sont mis à courir dans tous les sens. Mais une fois sorti, je suis tombé sur cette vision d'horreur.

_ Mais je m'en tape de ça ! L'interrompit-il en l'empoignant par le col. J'veux savoir si tu sais pourquoi.

_ Euh... oui oui, reprit-il en essayant de se ressaisir tant bien que mal. C'est de votre faute. Toutes ces histoires d'éveillés et de divinités leur ont obscurci leurs esprits. Ils ne veulent plus croire à notre Seigneur Tout-puissant, alors ils sont persuadés que vous pouvez régler leurs malheurs.

_ Hé ho ! Moi non plus, je ne suis pas de ce bord-là. Je suis un Chevalier Noir, mec ! Libre comme l'air.

Oups, pardon. Vu la situation actuelle, la blague était de mauvais goût.

Manque de bol, le prêtre n'y comprenait pas grand chose. Qui était le gentil ? Qui était le vilain ? Pour lui, tout était bon à mettre dans le même panier quoi qu'il arrive. En clair, depuis qu'on avait appris l'existence de ces sales djeunz se trimbalant avec des Cloths, des Surplis et compagnie, le monde ne tournait plus comme avant.
Mais ça, Largo n'y pouvait rien.

_ Bon d'accord, fit-il en relâchant son ôtage comme un sac-poubelle. Donc, ces clowns ont décidé de se sacrifier, en espérant qu'une fois au Paradis, ils entreront dans les bonnes grâces de ce coquinou d'Hadès ? Pfff ! Quelle bande de blaireaux, hahaha !

Enfin, après une bonne tranche de rigolade, Black Perseus pivota en direction de la prochaine buse prête à se crasher. Il laissa le curé en plan à son sort, sur le macadam, regagna le trottoir et bondit sur le toit d'une voiture. Plusieurs mètres le séparaient toujours de l'autre cruche en l'air, mais s'il gueulait assez fort, il estimait qu'il pourrait au moins se faire comprendre. Parce que bon, parler dans le vent, c'est pas top !
avatar
LargoGuerrier des Ombres de Persée
Guerrier des Ombres de Persée

Date d'inscription : 20/10/2009
Nombre de messages : 3000
Age : 36

Revenir en haut Aller en bas
Ven 2 Aoû - 16:12

_ Bon allez ! Commença Largo, après s'être râclé la gorge et mis ses mains en porte-voix, devant sa bouche. Maintenant tu descends ! Oups... enfin, j'veux dire, tu prends les escaliers, quoi !

Ça, c'est fait ! Même si on savait tous dans le monde de la Chevalerie, et plus particulièrement sur DQI, que le Black Bronze n'avait pas l'éloquence affûtée pour ce genre de discussion.
À la rigueur, il aurait toujours pu tenter de rattraper la femelle éplorée en plein vol, mais là encore, on pouvait toujours rêver. De toute façon, la quiche de haut étage semblait vraiment résignée.

_ Ôte-moi d'un doute avant de claquer alors, reprit-il dès que l'autre secoua non de la tête. Si par le plus grand des hasards, tu venais à tomber sur le Dieu de la Mort, et qu'il accède en prime à ta requête... tu crois quand même pas qu'ensuite, tu vas retrouver ta belle petite vie d'antan une fois de retour sur Terre, n'est-ce pas ?

Là, la meuf se mit à esquisser toutes sortes de grimaces. Un peu comme si elle cherchait laquelle était la plus adéquate pour exprimer son incompréhension ou son désir d'en savoir plus. Puis, vu qu'aucune argumentation ne lui vint sur le bout de la langue, elle préféra croire que le Chevalier Noir se payait sa tête. Et résultat, elle l'envoya ch*er avant de réciter sa misérable vie de couple.
Grossomodo, elle avait connu un gars. Ils vécurent heureux un temps, mais un grave accident l'emporta trop tôt, selon elle. Depuis, elle déprimait.

_ Le coup classique de l'amour impossible, quoi. Bah moi, j'en ai une bonne aussi à te raconter, pour la peine. Sache que quand tu croiras aller au ciel derrière un nuage, ton âme va en fait se rendre aux Enfers... eh ouais, ça calme, hein !? On dit même que tu vas errer des heures avant de plonger dans un gouffre sans fond.

Heureusement, dans le monde de la Chevalerie, on pouvait parfois grapiller des rumeurs ici et là. Donc même si le récit de Largo ne tenait pas forcément toujours la route, il avait certainement plus de chances de s'approcher de la vérité tout de même. Surtout versus une simple et pauvre mortelle.
Néanmoins, derechef, la femme trouvait ça trop horrible pour être vrai, et elle osa même demander au rebelle de la fermer.

_ Parce que tu crois peut-être que le coup de Marie qui pond Jésus en restant vierge, ça te semble crédible ? Répliqua-t-il alors en ricanant comme une hyène. Mais pense ce que tu veux, si ça te chante, va ! Et saute pour en avoir le coeur net. Mais une fois dans l'autre monde, tu n'auras plus qu'à te mettre un doigt où tu sais.

Euh... mais nan, pas là ! dans l'oeil, on est bien d'accord, hein. Bah oui, vu qu'elle se sera trompée, huhu.

Largo n'attendit pas plus longtemps pour expédier la donzelle. Pourtant, s'il avait mieux su décrypter ses pensées, il aurait deviné qu'elle commençait enfin à douter en voyant qu'un mec en Armure avait l'air d'y croire tout-dur comme fer. Après tout, on racontait bien que ces étranges personnages étaient parfois comparables à des "surhommes". Ou à des "éveillés", comme dirait l'autre.
Bref, sur ce, Black Perseus projeta son poing dans le mur du bâtiment. Chargé au cosmos, le béton n'eut aucun mal à trembler et à se fissurer jusqu'au sommet... là où se trouvait l'imminente suicidée. Ainsi, le sol se dérobant sous les pieds de cette dernière, elle dégringola à vive allure. Splotch !
avatar
LargoGuerrier des Ombres de Persée
Guerrier des Ombres de Persée

Date d'inscription : 20/10/2009
Nombre de messages : 3000
Age : 36

Revenir en haut Aller en bas
Dim 4 Aoû - 10:02

_ Oh mon dieu ! S'emporta le prêtre, complètement bouleversé. Mais vous êtes pas bien dans votre tête ?! Qu'est-ce que vous avez fait ?! Vous avez tué cette pauvre femme...

Bah ouais, et alors ?

Largo bouda faussement tout en mimant que parfois, en effet, des gens mouraient. Et qu'on ne pouvait pas y changer grand chose de plus. Le destin, quoi ! Oui, car pour la Méduse, il va de soi que la victime s'était suicidée, 'tention ! Remettons les choses à leur place, dediou !

_ C'est elle qui l'a voulu, j'te rappelle, vieux ! Son mari, son couple brisé, sa minable existence de veuve, toussa... t'as déjà oublié ou quoi ? Je lui ai seulement montré le chemin vers le Royaume des Morts. À ce qu'il paraît, tous ces gens pensent que ça ressemble à Disneyland. Là où tout est si féerique, n'est-ce pas ?

Quoique ? Il y avait bien des papillons aussi là-bas en même temps, mais ne chipotons pas !

Malheureusement, le curé restait sous le choc. Il se mit à pleurer tout en triturant un pendentif qui se terminait en croix, avec un petit bonhomme cloué dessus. Puis, comme pris d'un élan de zèle, il se releva et fonça sur le Chevalier Noir.
Largo le maîtrisa évidemment sans aucune difficulté, bien qu'il usa ou abusa un peu trop de sa supériorité. Résultat, l'homme en habit de moine dégusta plusieurs poings dans le buffet, plus une dernière gifle dans le nez qui le fit valser sur le bitume.

_ T'es con ? Rétorqua-t-il, aussi colérique qu'une nana qui insiste auprès du mec trop entreprenant qu'elle ne couche pas le premier soir. Puisque je te dis que c'est pas de ma faute. Si tu as quelqu'un à blâmer, commence par ton Dieu imaginaire. Et enchaîne ensuite avec Athéna !

À ce moment-là, Largo regardait déjà ailleurs, comme pour laisser l'autre mec cogiter. Et quand il s'apprêta à quitter l'endroit, le Persée Noir sentit une drôle d'entrave à sa jambe. C'était bien sûr le plouc de service qui l'agrippait. Rha ! Mais que voulait-il encore, cette andouille ? La mort ? À moins que...

_ Je ne sais plus quoi penser. Tous ces évènements ont ébranlé mes croyances, je crois. Mais si ce que vous dîtes est vrai, y a-t-il un moyen de ne pas se rendre aux Enfers alors ? Je ne veux pas être châtié par le Diable lorsque ma fin arrivera. Aidez-moi, je vous en supplie.

Le rebelle agita sa jambe pour envoyer paître le prêtre de nouveau, et se mit à réfléchir. Il n'avait pas la solution idéale, mais vu la Créature qu'il incarnait dans cette Armure, il voyait là une opportunité d'exposer son talent. Il sourit alors, et sortit un truc caché dans son dos, derrière sa longue chevelure blonde, depuis tout ce temps. Le Bouclier de la Méduse... qu'il colla à son avant-bras.

_ Oui, pour ça, sache que tu t'adresses à la bonne personne. J'ai justement le don de garder éternellement le corps et l'âme des gens liés ensemble, héhé !

Aussitôt dit, aussitôt vendu !

Les yeux de la Méduse gravés dans le Bouclier s'ouvrirent tout à coup et opérèrent sur-le-champ. Le curé avait regardé cette étrangeté avec étonnement et insouciance, sans se rendre compte de quoi que ce soit. Et voilà que l'instant d'après, il ne bougeait plus, figé. Pétrifié, en fait.

_ Bon, c'est sûr. Si tu casses, tu embrasseras les fesses d'Hadès de ma part, hein.

Black Perseus termina donc sur cette blagounette et partit vers un autre horizon. À pied, quitte à bondir de toit en toit, et en priant pour ne pas tomber dans le vide comme certains, ahem. Il devait toujours rejoindre son contact à la gare afin de constater l'étendue de l'accident et des morts ou des survivants en résultant.
avatar
LargoGuerrier des Ombres de Persée
Guerrier des Ombres de Persée

Date d'inscription : 20/10/2009
Nombre de messages : 3000
Age : 36

Revenir en haut Aller en bas
Mar 6 Aoû - 9:13

Ce n'était pas les cris qui manquaient tandis que Largo s'approchait à grande vitesse de sa prochaine destination. Que les gens soient affolés, à la ramasse, ou en pleurs, son ouïe fine d'éveillé eut de quoi être mise à rude épreuve, une fois sur place. Le temps ensuite d'analyser la scène de sa corniche, tel un oiseau de mauvais augure, le blond regagna la terre ferme d'une ruelle sombre et isolée. Il s'était débarrassé de son Armure Noire afin qu'on ne lui mette pas tout sur le dos trop facilement, même s'il n'avait déjà pas la tête du gars attristé par les événements, d'une façon ou d'une autre. Bref, de quoi trouver ça louche, dans un sens.

L'air de rien, il avança au plus près du drame. Mais très vite, il fut confronté au célèbre périmètre de sécurité établi par les autorités. Meuh si ! Le fameux "do not cross..." machin-chose, quoi. Alors, en rôle de touriste foireux qu'il se décida à jouer, il posa quelques questions, écouta quelques plaintes et autres on-dits, se faufila au milieu des personnes fragiles pour les réconforter d'une parole à la con... en espérant en retour qu'on lui refourgue une info intéressante.
Puis enfin, son téléphone vibra. Le jeune homme venait de recevoir un SMS, dirait-on. Par chance, c'était son contact de tout à l'heure. Sans doute que l'enflûre avait cru bon de mettre les voiles, ne voyant pas de Chevalier Noir débarquer dans les plus brefs délais, après leur coup de fil. Heureusement, on pouvait toujours compter sur des particules de cosmos ? Le truc que ces guerriers en armure déposaient parfois dans leur sillage, comme une signature peut-être. Ou euh... des phéromones, oups ? Bref, quoi qu'il en soit, ça évitait au moins de se renifler le c*l ou la pisse sur muret.

_ Bon bah maintenant, j'ai plus qu'à rebrousser chemin, grrr ! Grogna-t-il en lisant le message et le nouveau point de rendez-vous.

Largo se coltina donc quelques nouvelles poussades et autres frottements contre ses pecs et ses cuisses, le tout parsemé de jérémiades en série dans les oreilles. Qu'est-ce qu'on donnerait pas pour enflammer son cosmos dans ces moments-là, afin de tous les envoyer balader d'un coup sur le pavé. Ou sur les rails avec les autres corps sans vie. Oups.

_ Ah, te voilà ! Accosta le sbire de l'Ordre, surgissant de nulle part. P*tain, mais qu'est-ce que tu foutais ? Pourquoi t'as traîné autant ?

Légèrement éloigné de la foule en délire, le BK tourna la tête plusieurs fois avant de tomber nez à nez avec le mec en question. Il croisa alors les bras, le dévisagea de la tête aux pieds, et tira la tronche de celui qui n'aime pas qu'on lui parle comme à un simple camarade de classe.

_ J'ai eu d'autres cas sociaux à gérer en chemin, désolé. Mais à part ça, je vois que tu as fait du bon boulot. Tu seras sans aucun doute bien récompensé quand je leur aurai rendu mon rapport, crois-moi.

L'autre fut évidemment tout joyeux. En fait, il ne fallait pas y compter vraiment. Mais ça, chut. Au pire, Largo n'avait qu'à supprimer les gêneurs au tout dernier moment, et hop ! C'est lui qui râflerait la mise, huhu.

_ Bon, maintenant, il n'y a plus de temps à perdre. Faut se grouiller à entamer les démarches qui s'imposent. Les soins, les procès, les enterrements, les comptes en banque, les survivants... Tout ce petit monde qui va casquer, c'est dans la poche.

_ Ouaiiis ! Répondit le trouffion de base, le pouce levé. Et pour les causes ?

_ T'inquiète. Ça, c'est mon domaine. Je ferai en sorte que dans l'ombre, on soupçonne euh... disons... les Spectres, tiens ! Ainsi, ces faibles humains auront de quoi avoir une dent en plus contre la Divinité de la Mort et sa bande, héhé !

Et d'une pierre deux coups, l'autre Divinité serait heureuse d'avoir de nouveaux résidents. Comme ça, tout le monde est content.

Ayé ! Le système se mettrait doucement en marche. Le but n'était pas tant de tuer des familles entières, bien entendu. On appelait ça des sacrifices nécessaires, dans le jargon. En clair, il fallait faire tomber des pions pour pouvoir en avancer et en rencontrer d'autres plus puissants sur l'échiquier. C'est pareil au foot, quand on y pense ! On raye des équipes de la liste au fur et à mesure du classement, on marque des points, et on touche au jackpot.
avatar
LargoGuerrier des Ombres de Persée
Guerrier des Ombres de Persée

Date d'inscription : 20/10/2009
Nombre de messages : 3000
Age : 36

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 8 Aoû - 8:44

Voilà ! À présent, Largo feignait d'essuyer une larmichette au coin de l'oeil, tout en agitant l'autre dans le vide pour dire au revoir, vers une ambulance qui partait sans doute vers l'hôpital le plus proche, sirènes à fond. Devant lui, entre ses jambes, un petit garçon se tenait là et regardait, lui aussi, le véhicule partir sans vraiment comprendre ce qui allait advenir de son avenir. Bah oui, hein ! Pas autre chose, bande de gros dégueulasses, huhu !
En fait, le Chevalier Noir avait réussi à se faire passer pour quelqu'un de la famille, et ainsi il avait pu avouer à qui voulait l'entendre, qu'il s'occuperait bien du gamin en attendant que ses parents se rétablissent... ou claquent. Oups. Et au vu de la débandade qui régnait sur le lieu de la catastrophe, même un piètre comédien comme Largo avait toutes ses chances pour convaincre. Remarque, c'était ça ou il cassait la figure de son interlocuteur si ce dernier s'était montré trop curieux et sceptique.

_ Bon, il va de soi que je ne suis pas un oncle ou ton parrain, hein. Donc promets-moi de pas chialer si à ton prochain anniv', je ne t'offre rien.

Évidemment, jouer la comédie devait avoir ses limites. Par chance, le gosse ne réagit pas plus que ça, toujours assommé par le récent accident. Pourtant, si Largo l'avait choisi si vite, c'était parce que le petit se classait parmi les survivants les moins affectés et blessés. Bon d'accord, et aussi à cause de son jeune âge. En gros, quand on commence tôt, on les domestique plus vite.

_ T'en fais pas, va. Tu vas vite passer à autre chose quand on se sera bien amusés. Et comme ça, plus tard, en grandissant, tu deviendras un vrai Tout-dur !

Le gosse, toujours à l'Ouest et un peu beaucoup perdu, regarda bouche bée son interlocuteur. Non pas qu'il venait de tilter sur un point précis de l'histoire, mais pas loin. Après tout, c'était comme ça qu'on captait l'attention de ces nabots. En leur contant des histoires extraordinaires. Avec du super gentil contre du super vilain, quoi.
Bref, Largo ne récitait que ce qu'on avait bien pu lui mettre dans le crâne à l'époque. Même si bien sûr, une fois débarqué sur Death Queen Island, on était grave à l'opposé d'une vie faite de justice, de supér-héro, etc.

_ Allez, restons pas là.

Le temps s'était suffisamment écoulé pour aujourd'hui, à tel point que tous les secours faisaient désormais leur dernière navette. Et puis, le môme avait ainsi pu zieuter tous les brancards de corps sanguinolents, sans vie ou encore agonisants. Peut-être une première initiation pour le forger, bien qu'un poil abusée ? C'est vrai que sur l'île volcanique, on était vite confronté à tout ce qui est morbide. Déjà rien que la gueule du rocher flottant n'inspirait pas la joie et la bonne humeur.
En somme, autant dégoûter l'enfant doucement mais progressivement.

Sur ce, les deux garçons partirent pour de bon de la gare. Direction l'hôpital. Et tant pis si on ne tombait pas sur le bon tout de suite pour cause de surpopulation dans les infra-structures d'une si grande ville. Ça ferait juste plus de victimes à confondre au moment d'entrer dans leurs chambres. Car oui, Largo avait bien l'intention de bourrer le mou du petit. Hein ? Euh... mais nan, pas là ! Sa cervelle juvénile, pardi ! Avec d'autres visions d'horreur, quoi.
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

[FB] Phénomènes