avatar
EsperanzaMaitre du jeu

Date d'inscription : 03/11/2005
Nombre de messages : 155
Age : 62

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 15 Aoû - 20:22
La radio de Death Queen Island, qui permettait aux chevaliers noir de se tenir au courant de ce qui se passait dans le monde, coupa brusquement son émission musicale, avant de laisser parler un animateur avec une voix monotone:

_"Bonjour, chers auditrices et auditeurs. Nous interrompons votre programme musical pour vous informer d'une information qui vient juste de nous parvenir. Il semblerait que les archéologues pris en otage aient été délivrés par des éveillés. En outre, ils sembleraient qu'ils aient fait une découverte archéologique et théologique capitale. En effet, ils auraient découvert une fresque datant de l'antiquité, qui représenterait le combat d'un dieu vivant sur Terre contre un dieu infernal au sein même des enfers à l'aide d'un artefact. L'étrange artefact du dieu terrestre aurait permis aux guerriers de combattre dans la dimension infernale. Cependant, l'artefact en question aurait été détruit en neuf fragments qui auraient été dispersés par la suite. Cette découverte serait un premier pas vers l'élucidation du mystère des dieux Égyptien. Auraient ils disparus, ou seraient ils assimilés à d'autres dieux? Quoi qu'il en soit, cette découverte a mit le monde archéologique et théologique en émois. Depuis la découverte des dieux et des éveillés, c'est la première découverte qui pourra nous permettre de retracer l'histoire des Dieux et des Hommes."
avatar
Ouroboros

Date d'inscription : 31/05/2013
Nombre de messages : 125
Age : 23
Double Compte : Aucun

Revenir en haut Aller en bas
Dim 18 Aoû - 4:47
Sa cape posée à coté de lui, Ouroboros savourait son diabolo grenadine. Lors du débarquement de marchandise, il avait demandé aux hommes de déposer cette cargaison très précieuse au bar. C’était son sirop à la grenadine. C’était son péché mignon, sa petite folie, et aussi de quoi servir à l’occasionnel gosse, histoire de montrer qu’un Seigneur Noir n’est pas qu’un manipulateur froid et cruel. Et ça lui permettait de rester dans le bar sans finir complètement ivre, comme la dernière fois. (Cf. un fb que j’écrirais dans un moment), tout en payant une consommation.
La musique était bonne pour une fois, du bon jazz des familles, musique qu’il n’avait pas écouté depuis longtemps. Mais hélas, toutes les bonnes choses ayant une fin, il fallait que la musique soit arrêtée par une annonce qui n’augurait rien de bon. Il écouta attentivement la teneur du message. Des éveillés auraient retrouvé un artéfact qui servirait à combattre un dieu infernal… Qu’est-ce que c’est ? L’équivalent du poisson d’avril sur Death Queen Island ?
Son cerveau tournait à plein régime. Qui pouvait-ils bien être?



*Anubis ? Seth ? Voire même Osiris ?  Les divinités infernales (au sens grec du terme, en opposition du Géhenne biblique) était légion, et ne parlons même pas des divinités terrestre… Par contre, je connais un dieu terrestre qui est allé en combattre un infernal dans sa propre tanière… Mais ce dernier… Ou plutôt cette dernière, n’était pas égyptienne. *


Il faisait bien entendu référence à la dernière guerre sainte opposant Hadès à Athéna. Mais si c’était le cas… Alors l’artéfact est quelque chose de bien connu. Que l’ancienne incarnation d’Athéna devait posséder sur elle peut être ?


*Serait-il possible que l’artefact en question ne soit autre que… le sceptre d’Athéna ? Nikê guidant les guerriers vers les enfers afin de les envoyer à la victoire ? Mais si on s’en tiens à ce que dit la radio… peut-être était-ce simplement un ersatz permettant aux guerriers d’entrer dans le Royaume des Enfers sans Septième Sens ni surplis …*

C’était fondé. On dit que des chevaliers de bronze avaient réussi cet exploit. Ils avaient forcément du recevoir une aide extérieure. Le Huitième Sens était le fruit d’un entraînement long. Un artefact semblait donc être la solution la plus évidente.

Il était ennuyé, et il avait des raisons de l’être.. Le savoir c’est le pouvoir, le Seigneur du Phénix se sentait donc bien faible dans cette situation. Aucun Seigneur Noir n’avait daigné l’accueillir. Ce n’était pas comme s’il les cherchait, mais enfin… N’avaient-ils pas son numéro ?


« Amusant, cette île où la primeur de l’information n’appartient pas aux responsables. » constata-t-il à voix haute, en regardant son verre.

Il n’était pas agacé, il ne le pouvait pas, grâce à sa technique d’Inhibition. Mais il se sentait comme escroqué, et il valait mieux être prudent avec les autres Seigneurs Noirs… Mais où étaient-ils, ces derniers, d’ailleurs ? Il espérait les rencontrer bien assez tôt.

 
avatar
RodinSpectre de l'Amphisbène
Spectre de l'Amphisbène

Date d'inscription : 12/08/2013
Nombre de messages : 148
Age : 28
Double Compte : Vargas

Revenir en haut Aller en bas
Dim 18 Aoû - 21:12
Je venais d'obtenir mon rang de maraudeur des ombres depuis peu, ce dernier allait pouvoir me permettre de voyager comme bon me semblait et de pouvoir parcourir suffisamment de continents pour partir à la chasse aux reliques mais comme je ne savais pas encore trop par où commencer mes recherches et parce que les émotions ça donnait soif, je m'étais rendu sur une petite terrasse d'un bar. J'avais posé ma pandora box à même le sol, à mes côtés et sirotais alors un jus de fruits du coin, à défaut de boire un saké avec un léger parfum de fleur de cerisier et profitais de la musique qui s'échappait de la radio locale. J'observais les habitants sans tenir compte des regards qui étaient posés sur moi, leur tenue vestimentaire variait d'un non-éveillé à un autre.

Après quelques instants à me prélasser sur mon siège, je commençais à trouver cet endroit paisible et des plus idéal pour se faire oublier du reste du monde. En me laissant bercer par la musique jazzy et la douce brise maritime, je pouvais presque piquer une petite sieste mais le programme ne tarda pas à changer pour aborder un thème plus sérieux.

Je me redressais alors vivement sur ma chaise et écoutais attentivement le journaliste. Ainsi, ils avaient découvert une fresque témoignant d'une relique de forme sphérique qui aurait permit à des égyptiens de vaincre ce qui devait être un Dieu infernal ? Je trouvais cela intéressant et me disais que finalement, c'étaient les reliques qui venaient à moi. Je me disais que décidément, les humains ne pouvaient pas s'empêcher de fouiner là où pouvait résider des artéfacts dangereux, pour preuve, il fallait être fou pour conserver l'artefact qui m'avait brisé et causer ma déchéance. C'est alors que j'entendis une remarque d'un homme vêtu de façon assez classe.


- " Amusant, cette île où la primeur de l’information n’appartient pas aux responsables. "

Je levais alors mon verre et commentais la réponse de l'homme étrange.

- "Amusant, en effet. Si ce n'est que certaines de ces reliques possèdent le pouvoir de rayer un pays entier de la carte et de l'histoire. Je m'appelle Shiin, et vous êtes ? Un éveillé j'espère, c'est qu'on s'ennuie un peu ici."

J'esquissais alors un sourire amical légèrement carnassier et libérais un peu mon cosmos qui était teinté d'une couleur argentée et par moment dorée mais dont le fond semblait aussi pur et chaleureux que celui d'un saint. Je m'amusais alors à tester la réaction de l'homme d'affaire et potentiel éveillé qui se trouvait non loin de moi.
avatar
Ouroboros

Date d'inscription : 31/05/2013
Nombre de messages : 125
Age : 23
Double Compte : Aucun

Revenir en haut Aller en bas
Mer 21 Aoû - 3:02
Ouroboros ne leva pas les yeux, continuant plutôt à contempler sa boisson sans alcool. La jeune voix qui venait de grincer cette phrase sarcastique lui donnait cette impression que son moment de répit était déjà terminé.

« C’était une réflexion pour la forme qui ne nécessitait aucune réponse. Et c’est bien parce que c’est artefact représente un danger que cette annonce aurait pu rester discrète. Si l’on raconte publiquement sur Death Queen Island ce genre de chose, alors il est possible que ce soit également le cas dans le reste du monde. L’opinion publique a-t-elle vraiment besoin de savoir qu’une arme équivalente à une bombe H pourrait avoir des chances de se retrouver dans les mains d’un groupuscule indépendant ? »


Il termina son verre, et continua d’en contempler le fond rosé.


« Je suis bien un éveillé. Il n’y en a pas beaucoup de disponibles aujourd’hui, vu qu’ils donnent un coup de main pour la cargaison que j’ai ramené, du moins c’est ce que je pense.  »

Sans regarder l’homme, il pouvait sentir son cosmos. C’était un cosmos paisible, noble, dont les effluves dorés caressaient la cape noire du Seigneur du Phénix. C’était le genre de cosmos auquel on s’attendait à ressentir… Dans la maison de la Vierge, par exemple. Doucement, afin de ne pas brusquer cet individu qui pouvait bien, après tout être un Saint d’Athéna infiltré, il tourna sa tête.

Aucun risque. C’était un Saint Noir de l’Ordre de la même couleur. Doué pour le camouflage, ou un peu trop idéaliste. Un sourire faux barrait sa gueule d’ange aux yeux bleu. Le sourire de l’homme qu’on préférait plus avoir à la bonne.

Mais Ouroboros en avait cure des bonnes manières maintenant qu’il était chez lui. Fini le formalisme et les chichis. Autant aller droit au but.



« Je suis Ouroboros, Seigneur Noir de l’Île de la Reine Morte, lança-t-il d’un ton traînant. Comme vous pouvez le voir, je suis en train de savourer le peu de temps libre qu’il me reste avant de rencontrer les autres Seigneurs Noirs. Mais bon, vu que ma journée a été gâchée par… ce communiqué… Bon. Oui, je suis un éveillé. Et vous en êtes un également je suppose. Vous avez besoin d’aide pour quelque chose ? Des questions ? Profitez-en ; C’est pas tout les jours qu’un Seigneur Noir délivre ses secrets. »



Il soupira. Il n’a jamais été aussi las depuis dix ans maintenant. Il en avait juste marre ! Il comptait passer un petit mois ici en touriste, embarquer deux ou trois gens de la Main Noire compétent et aller accomplir ce qu’il l’avait poussé à devenir Seigneur Noir. Au lieu de ça le voilà à poireauter dans un bar miteux, dans un village miteux peuplé de gens… miteux.



Il avait des photos de chaque Seigneur Noir. Il connaissait leurs visages, et leurs noms, sauf de deux : Celui du Dahaka, et celui d’Epsilon. Mais cela importait peu, vu qu’aucun d’entre eux n’avait daigné l’accueillir. D’accord, c’était à lui d’aller à la Soul Fortress les voir, mais enfin… Il s’attendait à en voir au moins un au port ! A la place, il vit un groupe de jeunes gens discutant à propos de je ne sais quoi. C’était sans nul doute des éveillés, et il aurait bien eu envie d’aller les voir histoire de leur demander ou étaient passés ces Seigneurs Noirs… S’il n’avait pas reconnu le blond qui était avec eux. Largo de Persée. Il avait bien fait de mettre sa capuche et de regarder ses pieds pour éviter cet abruti de maniaque. Enfin, il l’avait fait pour son bien.  Il ne voulait pas donner l’impression d’un Seigneur Noir qui affirmait son autorité en frappant les jeunes, et une autre rencontre avec le psychopathe lui aurait probablement forcé la main.
avatar
RodinSpectre de l'Amphisbène
Spectre de l'Amphisbène

Date d'inscription : 12/08/2013
Nombre de messages : 148
Age : 28
Double Compte : Vargas

Revenir en haut Aller en bas
Mer 21 Aoû - 11:26
Assis de nouveau de façon décontractée, je regardais en conservant un léger sourire amusé l'homme d'affaire qui était encore plongé dans son verre. Sa réponse était exactement comme je l'imaginais, l'aurais-je vexé pour si peu ? Cela ne faisait qu'accentuer mon sourire. J'écoutais ses réponses et observais ses réaction face à mon cosmos que je libérais volontairement pour l'interpeller et le jauger. L'homme sur ses gardes tourna doucement la tête vers moi, avant de réaliser que j'étais bel et bien un chevalier noir. J'étais un peu déçu et aurais bien aimé qu'il fasse un bon de sa chaise en se disant qu'un saint s'était infiltré chez eux mais bon, il avait réagi avec calme et prudence, dommage... Il daigna enfin se présenter.

-« Je suis Ouroboros, Seigneur Noir de l’Île de la Reine Morte, lança-t-il d’un ton traînant. Comme vous pouvez le voir, je suis en train de savourer le peu de temps libre qu’il me reste avant de rencontrer les autres Seigneurs Noirs. Mais bon, vu que ma journée a été gâchée par… ce communiqué… Bon. Oui, je suis un éveillé. Et vous en êtes un également je suppose. Vous avez besoin d’aide pour quelque chose ? Des questions ? Profitez-en ! C’est pas tout les jours qu’un Seigneur Noir délivre ses secrets. »

Il soupira puis je décidais de profiter de cette invitation à le questionner, Seigneur noir ou pas, c'était la personne sous l'armure qui m'intéressait. Son détachement de tout m'intriguait et je voulais justement mettre à l'épreuve cet aspect de sa personne.

-" Hé bien, hé bien, c'est demandé avec tellement d'entrain que je ne peux que m'exécuter, monseigneur ! - Mon sourire s’accentuait tant cela m'amusait de le mettre à l'épreuve. - Comme il n'y apparemment pas beaucoup d'autres éveillés, je voulais me pencher un peu sur vous, pas seulement le supérieur mais plutôt l'être qui prenait du bon temps. Quels sont vos projets et pourquoi vous avez rejoint cet ordre composé d'hommes au passé légèrement trouble et mouvementé ? Vous me semblez sortir pas mal du lot, d'ailleurs."

Je sirotais alors mon jus de fruits exotiques et m'étirais légèrement avant de reprendre sur le sujet qui lui avait fait perdre son plaisir temporaire de boire son alcool sur la terrasse.

"Et pour ce communiqué, comme vous aimez le prononcer, il faudra blâmer les journalistes qui sont toujours à la recherche d'informations croustillantes pour faire la une et s'enrichir. De toute façon, on aura beau faire ce que l'on veut, les non-éveillés pratiquant ce métier n'en font toujours qu'à leur tête, n'est-ce pas ? Enfin, cet endroit n'est pas si désagréable pour se reposer, non ? Il ne manquerait qu'une piscine, quelques jolies serveuses avec des formes bien réparties et harmonieuses et des transats pour passer du bon temps. Une suggestion à faire tourner peut-être ?"

J'affichais alors un sourire amusé et continuais de boire en faisant semblant de ne pas me soucier des réactions possibles que pourraient avoir le seigneur noir. Alors que je prenais plaisir à jouer avec la lassitude de mon correspondant, mon alter-ego ne put s'empêcher de me glisser un message.

*S'il en vient aux mains, laisse le moi, ça fait un moment que j'ai envie de découvrir les capacités martiales d'un seigneur noir et ça me relaxera car bon le jus de fruits et le blabla, ça va bien cinq minutes.*

Évidemment, je m'amusais de ma part ténébreuse qui semblait toujours autant belliqueuse et à la recherche d'un prétexte pour faire couler le sang. Mais pour l'instant, je voulais entendre les réponses de cet Ouroboros et voir ses réactions. Cela pouvait devenir amusant.
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Jeu 22 Aoû - 14:09
==> Discussion chez les poissons

Petit coin perdu dans le monde, personne ne savait qu'existait le Cap Sounion, excepté les saints d'Athéna et les marinas. Laksha semblait avoir fait le choix de ne pas me poursuivre. Il est vrai que j'aurais pu réagir et l'attaquer, mais je n'avais aucun intérêt à agir de la sorte. Mieux valait conserver le seule élément dont je disposais, secret pour l'instant. Si la bataille, ou une guerre advient, alors ils le verront si je suis forcé, mais surement pas avant. Oui je voulais combattre, mais pas ainsi. Je m'éloignais donc de la petite péninsule à allure humaine tout ce qu'il y a de plus ordinaire. Une fois suffisamment éloigné par dix petits kilomètres, j'accélérais la cadence jusqu'à atteindre une vitesse inconnue des chevaliers de bronze. J'utilise mon cosmos par pur avarice. Je ne vais quand même pas payer des types pour faire un truc que je peux faire en trois secondes, alors que eux vont mettre des heures. Non non non et non. Plutôt crever. Mon petit passage dimensionnel s'ouvre donc devant moi, me fait passer, et me recrache au port de l'île. J'apparais sur le ponton, en marchant, comme si j'avais marché sur l'eau pour arriver jusqu'ici. Toujours dans ma tenue ... particulière, je me mis à avancer. Je reconnu quelques pêcheurs qui passaient par là, en train de remballer leurs filets de pêche.

Les saluant d'un geste de la tête, ils firent de même. C'est alors que deux hommes se présentèrent à moi, me disant de vite aller près du bar, qu'un homme se faisait passer pour un seigneur noir. Ils me parlèrent aussi d'une émission, d'une radio d'éveillés ... Je n'ai pas tout compris car je me suis arrêté au seigneur noir. Puisqu'ils n'emploient pas de nom, je suppose qu'il ne s'agit pas de Takeya. On aurait donc un autre invité parmi nous ? Chouette. Ils me le pointèrent du doigt. Certains utilisèrent le terme 'diablo', pour diable en espagnol. A priori, il n'avait rien de bien méchant. Une musculature normale, des vêtements ordinaires, pas d'armure, pas de cosmos. Il discutait même avec un copain. Ça nous change des tarés psychopathes et sociopathes qui se retrouvent balancés seigneur noir du jour au lendemain sans que personne ne les connaisse. Non, je ne te vises surtout pas mon pt'i Clotho. Je m'approche d'eux tout en regardant les employés du bar ranger les caisses de marchandises.


Hey, les gars, si vous preniez une pause ? Et avant, vous seriez gentil de m'apporter ma commande habituelle. Ils répondirent pas un simple 'oui patron', qui donne le ton tout de suite. Moins d'une minute plus tard, j'ai mon scotch en main, sans glaçon, la bouteille dans l'autre. Comme quoi j'ai bien fait de lui planter la queue du billard dans le mollet droit la fois où il m'a apporté un sky avec glaçons. Je m'installais à leur table. Je regardais le premier, emmitonné dans son manteau. Il ne semblait pas vouloir décliner son identité. La seconde, au contraire, semblait heureux de divulguer qui il était. Bonjour messieurs. Puis-je connaître les motifs de votre venue sur cette île aussi modeste ? Question purement rhétorique étant donné que je sais qui est le seigneur noir. L'autre m'est inconnu par contre, mais alors totalement. Sans trop de charisme, je ne risque pas de le remarquer. Je ne m'attendais pas en arrivant à apprendre qu'un nouveau seigneur noir était apparut sur l'ile. Je suis Clotho, et comme vous l'aurez compris, ceci est l'un de mes domaines. Ai-je besoin de préciser que je suis seigneur noir ? Non, le simple fait que le employés m'appellent patron, que je précise que cela m'appartient, et ma simple présence leur donne cette information. Du moins, pour qui sait analyser la situation. Je vide mon verre cul sec, et m'en ressert un autre. Puis-je connaître vos noms à présent, savoir qui je dois inscrire sur la liste pour la fête de ce soir ? Bah oui, c'est pas tous les jours qu'un seigneur noir apparait sur l'île, alors on va fêter ça. Je déclare ce soir férié pour l'occasion. Qui est pour ? Aussitôt, tout le monde lève son verre en même temps et cries 'Ouais'. Ok, mention adoptée. J'en profite pour glisser au deux gus la question s'ils savent ce dont m'ont parlé les villageois, au sujet de la radio. Vous devriez vous dépêcher, nous allons bientôt être interrompus , dis-je en sentant le cosmos de Takeya et largo pas si loin de nous que ça. Mon costume trois pièces était toujours impeccable, pas une rayure, pas une tâche, pas un pli, comme par ... magie/cosmos !


Dernière édition par Clotho le Ven 23 Aoû - 9:34, édité 1 fois
avatar
LargoGuerrier des Ombres de Persée
Guerrier des Ombres de Persée

Date d'inscription : 20/10/2009
Nombre de messages : 3000
Age : 35

Revenir en haut Aller en bas
Ven 23 Aoû - 9:31
retour aux souces =>


Largo ne s'était pas retourné ensuite après son crime. Après tout, si un Seigneur Noir ou tout autre rang supérieur au Bronze n'était pas foutu de bloquer un si faible rayon, il ne méritait peut-être plus de faire partie de l'Ordre Noir. Bon pour retourner à la case entraînement avec les mômes, en l'occurrence. Encore que si les victimes de l'attaque tranchante ne bronchaient pas d'un poil, il y avait des chances pour qu'ils finissent cul-de-jatte. Heureusement, on pouvait toujours les faire travailler derrière un bureau ensuite, dans un fauteuil roulant. Quitte à aller voler celui de Philippe Croizon.

Après quoi, le jeune homme impulsif s'était éloigné à l'opposé de ses deux compères. Plus près des bâteaux en stationnement, pour être exact. Là-bas, une bande de marins finissaient de décharger du stock, et d'autres prenaient leur pause café ou clope.
Comme de par hasard, lorsque le blondinet passa non loin de la feignasse en train de lézarder à côté de son poste-radio, il y eut comme un bruit de parasites dans l'appareil. Le mec râla alors, et ce fut évidemment Largo qui se sentit visé malencontreusement. Soit, une chose qu'il ne pouvait accepter en tant que Chevalier Tout-dur. Surtout face à un misérable être humain.

_ Ohé ? Tu me parles meilleur, compris ?! Répondit-il aussitôt, déjà le doigt menaçant vers son interlocuteur.

L'autre gars se ravisa donc, déglutit, et s'excusa piteusement en disant qu'il y avait malentendu. Il tapota et secoua ensuite la petite boîte jusqu'à ce qu'une voix retentisse de nouveau sur les ondes. Malheureusement, ce n'était plus la même chanson que tout à l'heure. C'était le cas de le dire !

On y annonçait une histoire s'étant déroulée visiblement en Egypte, d'un tableau ancien, de guerriers, et d'artéfact. Sans oublier tout le côté divin, dimensionnel, rapport avec la mort, etc...

_ Ah ouais quand même, ne sut que dire Largo, sur le coup.

Il resta planté là comme un con, en train de se triturer les lèvres, mimant parfois une bouche en cul de poule, et autre grimace du genre "orifice à pipe", comme euh... Magicarpe ou Chetiflor, ahem.

Puis quelques minutes de réflexion plus tard, alors que son esprit s'était évadé dans des rêves de gloire et de conquête, la voix du marin finit par le ramener à la réalité. Quel chieur, celui-là ! Black Perseus serra le poing, presque jusqu'au sang, se retenant au plus profond de lui, de résister à la tentation de lui en coller une. Voire... pourquoi pas le lancer sur Takeya et sa nouvelle poule ?
Bref, quoi qu'il en soit, la nouvelle de la radio n'était sans doute pas à prendre à la légère. D'accord, c'était le commun des mortels qui s'en mêlait. Mais ce n'était vraiment pas dans leur intérêt de diffuser de l'intox, sous peine de le payer cher. Et puis de toute façon, le poisson d'avril n'était pas d'actualité à ce jour, lui.

_ Ouais, c'est grave ! Répliqua ensuite le rebelle, lorsque le marin voulut jauger le niveau de dangerosité dans un avenir proche. Ça signifie qu'on n'est pas près d'acheter un tube de colle super-glue, avant d'avoir retrouvé les neuf morceaux dispersés aux quatre coins du globe !

Métaphore pour dire qu'il fallait donc d'abord remplir le Pokédex, bien sûr, si on voulait ensuite devenir un Maître. Ça, ou être patient de recevoir chaque pièce de magazine hebdomadaire d'une collection Altaya.

/hrp: bon vala, donc aucun rapport avec vous tous. j'me mets juste au courant de la radio, en étant dehors sur les quais. pis j'me rapprocherai au suivant, je suppose. Wink
avatar
TakeyaSeigneur noir du Lion | Modérateur
Seigneur noir du Lion | Modérateur

Date d'inscription : 07/05/2010
Nombre de messages : 4027
Age : 36
Double Compte : Aucun!

Revenir en haut Aller en bas
Ven 23 Aoû - 13:27
Takeya avait déposé avec douceur la jeune fille sur le sol et d’un sourire, lui avait signifier qu’il l’écoutait et qu’elle pouvait le suivre. Rabaissant quelque peu son borsalino sur ses yeux, il remit en place son gilet sombre sans manche sur sa chemise blanche, puis défroissa brièvement son pantalon couleur nuit. Déboutonnant machinalement un bouton de son colle, il camoufla de nouveau entièrement son cosmos et fit quelques pas afin de se rapprocher de la terrasse du bar de la capitainerie. S’adossant à un mur, il observa en silence, les personne présente, main déchargeant leur marchandise, chevalier discutant entre eux, radio interrompant ses programmes pour un flash sur une découverte archéologique et Largo, qui jouait toujours son dissipé tout dur, se qui lui fit d’ailleurs apparaitre un nouveau sourire.

Se redressant, il pénétra sur la terrasse et s’installa à sa table habituel, celle la plus proche des quais.  D’un murmure rapide, il commanda un irish coffee,  puis continua à jouer son rôle d’observateur. Quand le jeune homme était en civil, il pouvait facilement passer pour un habitant lambda. Il n’aimait pas attirer l’attention, sauf quand il le désirait, pour charmer une jolie femme ou provoquer ouvertement une personne choisit. Takeya aimait particulièrement tester son entourage afin de voir à qui il avait à faire réellement. Les hommes présent avait l’air intéressant, restait à voir se qu’il avait à dire. Sur ses entrefaites arriva Clotho, habillé pour une fois de façon similaire au lion, si se n’est que lui n’avait pas de veste, par cette chaleur, il fallait être fou pour en porter une, même pour un adepte du feu et de la flamme.

Ajustant son « chapeaux mafieux » , le lion choisit donc de jouer les spectateur, s’amusant du fait que le Dahaka insinue qu’il était proche sans pour autan savoir que le félin se trouvait à quelques mètre de lui, n’était mais maitre de la main noir qui voulais.
avatar
Jenova

Date d'inscription : 04/05/2006
Nombre de messages : 373
Age : 34

Revenir en haut Aller en bas
Ven 23 Aoû - 18:25

Frustrée. J'étais frustrée. Non seulement Barbie ne m'avait accordé aucune attention, ni même un regard, mais en plus Takeya m'avait stoppé dans mon élan lorsque j'avais attaqué. Et en punition il m'avait porté comme un sac de patates sur son épaule jusqu'au village. Bon, il l'avait avec douceur, mais quand même. Lorsqu'il me reposa au sol, il fit un de ses sourires ravageurs. Et voilà, encore une fois pas moyen de rester en colère contre lui. Mais pour Largo je retiens. Raaaaaaahhhhh. Je soupirais un grand coup pour évacuer tout ça. Rajustant casquette et lunettes et suivit le chevalier.

A travers le brouhaha qui nous entourait, nous entendîmes le message radio qui se répétait régulièrement. Cela ne m'étonnait guère, qui plus est, cela allait arranger mes petites affaires. Je me fis discrète, comme une ombre dans la nuit, et allais m'installer à une table à coté de Takeya. Je commandais un Virgin Mojito à une jeune serveuse. Non, pas d'alcool quand on travaille. Et puis j'aime pas le rhum.

Apparemment, les chevaliers de l'île se donnaient rendez-vous ici puisque je perçu l'aura d'au moins l'un d'entre eux.

"Je vais enfin avoir l'occasion de me divertir un peu"
avatar
RodinSpectre de l'Amphisbène
Spectre de l'Amphisbène

Date d'inscription : 12/08/2013
Nombre de messages : 148
Age : 28
Double Compte : Vargas

Revenir en haut Aller en bas
Sam 24 Aoû - 11:01
Alors que je discutais paisiblement avec le dénommé Ouroboros, nous fûmes vite rejoints par un homme étrange qui devait être un autre seigneur vu comment il avait été nommé par les employés du bar. Bien que cet homme ne m'inspirait pas vraiment confiance, il nous adressa la parole et nous demanda de nous présenter. C'est alors que la part ténébreuse qui m'habitait commença à nous parler.

- "Bonjour messieurs. Puis-je connaître les motifs de votre venue sur cette île aussi modeste ? Je ne m'attendais pas en arrivant à apprendre qu'un nouveau seigneur noir était apparut sur l'ile. Je suis Clotho, et comme vous l'aurez compris, ceci est l'un de mes domaines."

*Ce type ne m'inspire pas confiance, il transpire la mesquinerie... Et puis, il me sort par les trous de nez, cherche pas c'est physique ! J'ai envie de le baffer !*

Je prenais alors la parole pour me présenter en premier vu que mon compagnon semblait rester sans voix pour l'instant.

-"Je vous retourne la question, Clotho. Je suis ici pour réaliser certaines de mes motivations personnelles et cette boîte à mes côtés devrait vous interpeller si vous êtes bien le maître de cette petite île, enfin dans la limite où un seigneur noir seul ne peut avoir le contrôle total, n'est-ce pas ? Vous pouvez m'appeler Shiin et je suis un récent maraudeur; le seigneur noir, c'est lui."

Je montrais le dénommé Ouroboros d'un geste de la tête. Pendant ma prise de parole, l'autre part de moi ne cessait de me gonfler à vouloir prendre la place et en coller une au seigneur noire fourbe et un peu quelconque qui se tenait devant moi. C'est alors que je m'apprêtais à lui poser une autre question que mon alter-ego prit le contrôle par la force m'envoyant rouler-bouler dans ma conscience.

*Le salopard !* M'exclamais-je alors.

Mes cheveux changèrent alors rapidement de teinte et devinrent aussi noir que l'ébène tandis que mes iris prirent la couleur d'un rouge sanglant. Ma part ténébreuse relâcha alors son aura oppressante, agressive et appelant le sang face à Clotho tandis qu'il se levait d'un bond de la chaise et s'exprimait.

-"Enfin ! J'ai pu larguer l'autre boulet ! Bon alors, Clotho. -Mes lèvres s'étiraient alors en un sourire carnassier et sadique.- Je vais profiter de cette rencontre pour mettre les choses au clair. Dès que je te vois, j'ai envie de te baffer, c'est physique ! Et un détail important, je me fous des rangs et de la hiérarchie ! Moi, tant que je peux faire mon boulot de maraudeur, me bastonner et faire couler le sang, ça me va ! Tant que tu ne te mets pas en travers de mon chemin quand je réalise mes projets perso', je resterai relativement cool et tu pourras me donner les missions que tu veux. Mais, si tu t'attendais à avoir un saint docile qui accepte l'autorité sans broncher, je ne suis pas ton homme. Moi ! Je veux rester libre de mes actes ! J'effectuerai mes missions et ne foutrais pas en l'air l'ordre mais je veux aussi pouvoir m'éclater, compris ? Ah et aussi ! Ça manque de jolies filles en bikini, à notre service, et de piscine avec transats ici !"

Alors que je râlais sur mon autre facette depuis ma place en arrière plan de la scène, il esquissait toujours son putain de sourire qui me mettait hors de moi. J'espérais qu'il n'allait pas foutre mon premier jour au service de l'ordre noir en l'air avec ses mauvaises habitudes...
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Sam 24 Aoû - 13:24
Que de monde ici ... Il faudrait peut-être faire du ménage ... Oui, c'est la première chose qui me vient à l'esprit. Si le premier déclina son identité comme je le lui avais demandé, le second n'en fit rien. Je regardais l'armure qui m'intriguais. Bien sur, je l'avais vu. Oui, je l'avais libéré de sa prison. La cuirasse de Magellan ... Ça fait bien longtemps, cinq ans , presque jour pour jour ... Quelque chose se passa avec Shiin. Quelque chose que je ne connaissais que trop bien. Oui, quand on a été entraîné par monsieur le psychotique et schizophrène, on apprend à reconnaître d'autres types comme lui. Je m'amusais alors à écouter le discours de son autre personnalité. Un peu d'action ... Très bien, j'adore ça. C'est la seule chose que j'attendais. Je ne voulais pas le faire ici, mais tant pis. Si le lionceau est dans le coin, comme on se connait un peu plus que les autres, il devrait savoir comment je vais réagir. Oui, car tout ce qui va se passer ensuite n'aura pas pris plus d'une seconde. L'abrutis se lève se son siège, et me menace. J'esquisse un sourire. Vous savez, un de ceux qui veut tout dire ...

A la vitesse de la lumière, mon cosmos atteint le niveau normal d'un chevalier d'or, je me suis levé, main droite en arrière, puis je la rabat violemment droit devant Ma cible ? La trachée du jeune chevalier noir. Je le plaque sur la table aussi puissamment que possible. En gros, la table devrait céder. Mais non, elle n'en fait rien. Non pas parce qu'elle possède une résistance à toute épreuve, mais simplement parce que mon cosmos commence à créer un monde. La table devient gris clair, des sorte de dents apparaissent tout autour. Ma main toujours autour du cou de Shiin, de son alter égo ou peu importe. Je m'en fou. Mon sourire est devenu un peu plus expressif. Il pense être fou parce qu'il a une autre personnalité. Il ne connait rien de la folie. Il ne semble avoir qu'une vision limitée des choses. Moi, je vois tout autrement, aucune vision au monde n'est comme la mienne. Ma folie a germé pendant des années, elle s'est grandie, développée pendant les vingt trois années où Saga m'a enfermé dans cette dimension. Vous voyez le Joker dans Batman ? Bah je suis pareil, mais en pire, parce que ma puissance est amplement supérieure à la sienne. Le monde autour de nous commence à changer. Il devient plus sombre, pour finir par être totalement noir. Mon cosmos, agressif, plaque au sol toutes les choses, vivantes ou non. Seul les êtres doués de cosmos peuvent le supporter et rester à genou. Les plus puissants peuvent rester debout, mais doivent quand même trembler un peu. Puis mon cosmos grimpe, encore, encore et encore. Je suis surpris de son niveau moi même en fait.


Écoutes moi bien, espèce de sale raclure de merde. Tu es ici chez moi, sur mon territoire. Que tu me manques de respect je m'en bats les co**lles. Mais si tu me cherches, tu ferais mieux d'être prêt à en découdre. Je ne suis pas de ceux qui se laissent insulter sans réagir. La non violence, c'est pour les taffioles. Et si tu crois que c'est parce que je me tape des mecs que je suis faible, vas-y, testes moi. Faut moi ce plaisir que je t'explose ta petite gueule. T'es nouveau ici, tu viens d'arriver, et tu veux défier le grand patron ? Revois tes exigences mon gars, sinon je t'enfonce mon poing si loin dans ton petit fion qu'il ressortira par la bouche. Et c'est pas une métaphore. Je n'ai pas cessé de sourire. Grâce à mon cosmos, et mon monde qui se créé, je contrôle la zone parfaitement. Ce qui me permets de sentir certaines présences, notamment celle du lion. Je tourne la tête vers lui, le regardant droit dans les yeux.

Bah quoi ? Faut bien leur apprendre la discipline aux jeunots, non ? Et puisque tu sembles te ramollir, je m'en charge, à ma manière. Ils ont une assurance contre les voyages galactiques au fait ou pas, savoir si l'avocat ne va pas me poursuivre si je répand son corps un peu partout dans l'Univers ...

Mon aura m'indique également que Largo est dans le coin, de même qu'une autre jeune femme que je ne connais pas encore. Le monde autour de nous a entièrement changé, plus rien n'est comme avant. Pour les amateurs, ils peuvent reconnaître la place de la ville d'Halloween, dans le film l’Étrange noël de monsieur Jack. Nous sommes sur la place principale. J'ai englobé tout le bar. Mais mon degré de maîtrise du cosmos me permets de n'inclure que les personnages que je souhaite emmener, et donc tous les éveillés présents. J'ai toujours ma main qui tient fermement la gorge de Shiin. Pendant ce temps, mon autre main est allé se loger juste sous ses côtes, traversant sa cage thoracique comme du beurre. Je remonte un peu mon avant-bras pour me frayer un chemin jusqu'à son cœur. Je me mets à le serrer légèrement, provoquant alors des douleurs au jeune chevalier noir. Peut-être apprendra-t-il à rester à sa place ainsi. Takeya peut agir, en fait, il est le seul à pouvoir se déplacer normalement dans mon monde, les autres pouvant juste se tenir debout et faire deux pas maximum. Non, je ne rigole pas. Je n'ai pas beaucoup de principes, mais si on me cherche, on me trouve, c'est clair et net. Puis d'un seul coup, paf. Tout revient à la normale. Nous sommes de nouveau au bar de l'île, comme si nous n'avions jamais bougé. Ma main droite maintient le jeune homme en place en serrant sa trachée, comme avant, mais ma main gauche est le long de mon corps, elle n'a jamais bougé. Tout ça n'était qu'une illusion. La douleur qu'il a ressenti était illusoire, sauf pour la trachée. Je retire ma main lentement, me penche sur son corps pour lui lâcher quelques mots.

Avant qu'un requin ne s'attaque à une cible, il vérifie d'abord qu'il a des dents. Reviens me voir dans quelques années, quand tu auras de quoi mordre. En attendant, entraînes toi, petit.

Je regarde Largo d'un air amusé signifiant 'tiens, t'es encore vivant toi ? Takeya ne t'as pas encore fais passer un sale quart d'heure ?' J'ai échangé un coup rapide avec lui, plus tôt. Là, il a du avoir senti la différence quand je plaisante ou non, et doit sans doute être content que j'ai préféré plaisanter avec lui. Mon cosmos a diminué pour devenir presque inexistant. Il ne maintient qu'une fiche couche sur ma peau. Une dimension s'ouvre juste au dessus de moi, laissant apparaître ma cuirasse. Cette dernière se désassemble pour revêtir mon corps, m'offrant ainsi sa protection. Chaque fois que je l'enfile, je peux ressentir sa puissance parcourir mon épiderme. Mon attention se reporte sur la jeune recrue.[/i]

Tu n'as pas l'air d'être au courant de qui je suis, alors on va faire simple. Ici, je suis le grand manitou, et également le plus puissant chevalier de l'île. Il se trouve que je suis aussi un ancien élève de Saga, le chevalier d'or des gémeaux à la puissance démesurée, que je suis le gardien des cuirasses, veillant sur elles et leur porteurs. Ça signifie que si tu me casses les co**lles, je scelle ta cuirasse de Magellan dans la roche, tout comme Héphaïstos l'a fait. Donc tu te retrouveras sans armure. Capiche ?

Je n'ai pas l'habitude de faire des menaces en l'air, mais ça, il l'ignore. Alors oui, ça serait un peu abusé, oui ça me fatiguerait énormément, et oui, il pourrait briser ce sort avec du temps. Mais va-t-il prendre le risque ou va-t-l refaire surface et battre son alter-égo ? Cette décision lui appartient. Moi, je n'ai fait que le motiver à devenir plus puissant, le pousser à me dépasser, comme Saga l'a fait avec moi. Et vu où j'en suis arrivé, ça a plutôt bien fonctionné. Je me dirige à présent vers Takeya. Comme je te l'ai dit, je suis allé voir Asgard et Poséidon. Heureusement, aucun des deux ne semblent attirer par une alliance avec nous. Donc on peut taper dans le vif du sujet. En revanche, une mise en garde. Poséidon est effectivement de retour, une de ses indics me l'a confirmé. J'ai aussi appris pas mal de choses intéressantes dont on pourra discuter plus tard. Pour l'instant, parlons stratégie tu veux. Je fonce dans le tas. Je dégage le passage. Je ne sais pas encore pour qui, alors je te proposes de jouer ça aux dés. Ou à am stram gram. Enfin, un truc de hasard quoi, j'aime bien le hasard.
avatar
RodinSpectre de l'Amphisbène
Spectre de l'Amphisbène

Date d'inscription : 12/08/2013
Nombre de messages : 148
Age : 28
Double Compte : Vargas

Revenir en haut Aller en bas
Sam 24 Aoû - 14:24
A partir du moment même où Clotho se levait, ma part obscure avait fait explosé rapidement son cosmos et s'était amusée à lancer une illusion avant qu'il n'atteigne mon corps. Résultat ? Ce n'est pas moi qu'il prit par la gorge mais une illusion... J'assistais alors à sa manœuvre en observant l'autre se cacher puis se fondre dans les ombres, une fois dans l'autre monde, et cela tout en masquant son cosmos. J'assistais alors au discours du big boss. Un discours admirable et digne du leader des chevaliers noirs. Bien que le monde qui m'entourait ressemblait à celui de Jack Skeleton, je restais focalisé sur son créateur, l'autre s'amusait à faire réagir son illusion pour la faire passer vraiment pour moi, il avait planté sa main sous la cage thoracique de l'être qu'il agrippait et remontait jusqu'au cœur, je pouvais ressentir la tension de la scène alors que je n'étais pas encore maître de mon corps. Mais plus que tout, c'est la puissance du cosmos du créateur de monde qui inspirait le respect. Si mon corps avait été à la place de celui qu'il tenait, j'aurais connu une sacrée défaite mais ce n'était pas le cas.

Le monde se dissipa puis je le seigneur noir vis glisser quelques derniers mots à mon illusion. Il me fit alors un encouragement à sa façon, m'entrainer et devenir plus fort, sage conseil. Mais il se trompait sur un petit point, je n'étais pas un schizophrène non, j'avais subi une torture bien pire que sa prestation car la douleur que l'on éprouve lorsque notre âme se fait déchirer ainsi que notre esprit est bien pire que ce qu'il avait entrepris, je portais encore les séquelles de ma scission, des migraines à faire tomber dans les pommes un non-éveillé et des moments d'absences par court laps de temps. Mais revenons à la situation présente, à sa recommandation, l'autre avait eu la sage idée de laisser l'illusion encore présente. C'est lorsque le seigneur noir enfila sa cuirasse et s'identifia de façon plus claire que mon alter ego et qu'il se dirigea vers un autre homme pour s'entretenir avec lui qu'il brisa son illusion et réapparut à côté d'Ouroboros. Il applaudit alors Clotho.


-"Bravo ! Sublime ! Quel spectacle exquis tu m'as offert ! Tu es bien celui que tu prétends être, je dois m'incliner devant ta puissance et ta force de persuasion ! Tu forces le respect !"

Je profitais alors de la fin de la phrase pour reprendre le dessus. Mes cheveux redevinrent blancs et mes yeux reprirent leur couleur bleue limpide tandis que ma cuirasse sortit de sa box et que chacune de ses parties recouvrirent mon corps. Une fois protégé, je posais alors un genoux à terre et prêtais serment au seigneur de l'île.

- "Clotho ! Je fais le serment ici présent face à ces éveillés de servir l'ordre noir et ses maîtres jusqu'à ce que la mort m'emporte ! Je promets de mettre ma vie à votre service et de faire brûler ce cosmos pour rendre sa liberté à l'humanité et protéger les seigneurs de cet ordre. Sur l'honneur de mon maître et sur le mien, je jure de tout faire pour servir au mieux les desseins de Clotho et des autres seigneurs en plus de celui de l'ordre."

Je restais genoux à terre jusqu'à ce qu'un seigneur me demande de me relever car après tout, j'étais un nouveau venu et n'étais que maraudeur.
avatar
Ouroboros

Date d'inscription : 31/05/2013
Nombre de messages : 125
Age : 23
Double Compte : Aucun

Revenir en haut Aller en bas
Sam 24 Aoû - 17:10
Ouroboros vit le Seigneur du Dahaka arriver. Il avait l’air définitivement sympathique, lui proposant même une fête à son honneur.

« Je suis venu ici pour faire connaissance avec les autres Seigneurs Noirs, afin de discuter de vive voix de l’avenir de la Compagnie Noire. Un travail de routine je suppose. Mais,  confrère,  ce genre de domaine laisse peu de place au temps libre et aux rencontres à l’amiable. Mais vous n’êtes pas obligé de fêter ça, je préfère garder mon arrivée discrète.  Le déchargement de la marchandise étant ma couverture je suppose.Je suis Ouroboros, et vous êtes Clotho du Dahaka, je présume. »


Il vit alors un homme habillé comme un de ces affreux des polars, avec un borsalino. Sa tête lui rappelait quelque chose, peut-être sur les photos des Seigneurs Noirs.. Sans doute était-il un autre seigneur noir, mais il préférait rester à l’écart.  Ouroboros jugea prudent de ne pas aller le chercher.

C’est alors que Shiin la ramena. Ouroboros n’avait rien contre ce brave garçon qui posait un peu trop de question, qui avait même l’air sympathique jusqu’à ce qu’Ouroboros sorte le dernier mot de sa bouche.  Ouroboros était quelqu’un de poli, ne serait-ce que par stratégie : On énerve pas un seigneur noir. Hélàs, le mal était fait. Clotho semblait rentrer dans une transe furieuse, tandis que le monde virait au noir progressivement. Il se recouvrit d’une couche de son cosmos orange sombre, mais même ainsi il ne put retenir un frisson qui parcourut son dos.Il avait bien fait de rester assis, visiblement.Clotho lança une tirade menaçante et mégalomane à l’adresse de Shiin, dont la personnalité semblait s’être dédoublée. Excellent. En moins d’une heure,il avait la certitude que la moitié de l’île était composée de malades mentaux. Même les seigneurs Noirs étaient atteint. Il manquait plus que l’autre taré du nom de Largo vienne ramener sa tête. C’est alors que le Dahaka se tourna, aboyant quelque chose au Dean Martin qui était maintenant flanqué d’une jeune fille.

Ouroboros essayait de faire comme si rien ne se passait.
*Si j’aurais su, j’aurais po v’nu. *


Mais alors, Clotho dit quelque chose de très interessant. Un mot, pour être exact.

Saga.


*Il connaissait le chevalier d’or des Gémeaux ? Saga ? On a peut-être dû se croiser.*

Mais avant qu’il ne puisse dire quelque chose, Clotho commençait déjà à expliquer quelque chose au sujet de la diplomatie des chevaliers Noirs, tandis que Shiin faisait de nouveau un serment d’allégeance au Chevaliers Noirs. Ouroboros mit une main sur l’épaule du Maraudeur.


« C’est pas grave. On te fait confiance. On sait que t’es avec nous. Essaie juste de te canaliser un peu plus ta pensée, et d’éviter ce genre de débordement. Faut dire, j’ai l’impression que t’es pas tombé avec la personne la plus calme du monde… Mais ça aurait quand même pu être pire. (Il se tourna alors vers l’assemblée)Madame. Messieur. Confrères.  Dit-il en guise de salut. Bon, bien vu que je suis complètement perdu au niveau de la diplomatie, étant plus concentré dans l’effort de l’arrière, je vais vous écouter sans émettre de réserve, mais…(il désigna du doigt Clotho d’un geste rapide) Petite parenthèse avant d’entamer les discussions, tu es un ancien Saint c’est ça ? Je crois qu’on se connait. Ouroboros ? Boros ? J’étais l’élève de Shura du Capricorne. On a peut-être fait les classes d’Aldébaran du Taureau ensemble. Ton nom ne me dit rien, mais on ne sait jamais ? »


C’était pas tant l’idée de se faire d’un mégalomane narcissique un ami, mais parler du bon vieux temps ça pouvait faire du bien. D’autant qu’il en avait bien besoin, maintenant qu’il devait se replonger sur un vieil objectif oublié depuis vingt ans.
 
HRP : j’ai un peu de répit en préparant mes valises, alors j’ai décidé de répondre un p’tit post.
avatar
LargoGuerrier des Ombres de Persée
Guerrier des Ombres de Persée

Date d'inscription : 20/10/2009
Nombre de messages : 3000
Age : 35

Revenir en haut Aller en bas
Dim 25 Aoû - 12:34
Tout à coup, un conflit de rapports de force tout-dur se pointa non loin de la position de Largo. Il crut d'abord que c'était la suite logique du message annoncé à la radio. Une histoire où lorsqu'on réunissait plusieurs fragments, l'occasion était donnée à des guerriers de pouvoir baffer du Dieu sacrément vilain, au travers d'une dimension.
Et puis en fait, non. Ce n'était seulement qu'une affaire de beuverie entre éveillés au bar le plus proche. Le blond en avait tout de même profité pour s'approcher de quelques mètres, pour la forme. Mais en voyant tout le peuple gratiné, il comprit mieux le tableau. Pas moins de trois Seigneurs Noirs dans un espace aussi confiné. Tu m'étonnes qu'après ça, le parquet se met à crépiter, et le ciel à gronder !

_ C'est quoi cette réunion ? Pourquoi j'suis pas invité, moi ?

Évidemment, s'il avait patienté un peu plus auprès de Takeya et sa concubine d'un soir, peut-être l'aurait-il su ? Encore que lorsqu'on ressentait un type comme le Dahaka revenir sur l'île, c'était généralement pour ramener des nouvelles du front. Déjà que l'autre fois, il avait bassiné la troupe avec son histoire de journaliste.

Puis, pas le temps de prendre racine plus longuement dans la roche de l'île, le blond se décida à reprendre la route jusqu'au bar. Ne serait-ce que pour saluer les nouveaux venus. Bon d'accord, concernant le Phénix, il suffisait de baisser les yeux, et le tour était joué. Quoique deux ou trois enjambées plus tard à peine, le ton monta et le geste dégénéra. Voilà que ces guignols se mirent à s'enlacer virilement devant tout le monde, même si à première vue, l'un comme l'autre ne semblait pas aussi consentant qu'on aurait pu s'imaginer.

_ Teu teu teu ! Lança le rebelle sur un ton ferme de euh... maîtresse d'école. On pourrait pas...

Pouf ! Apu. Tous les éveillés du coin avaient disparu sur-le-champ, sans prévenir. Largo resta donc là comme un con, figé pendant une seconde avant de tourner la tête dans tous les sens.

_ ... Euh... Grimaça-t-il avec des yeux ronds, à l'attention du barman. Oh, et puis qu'ils aillent se faire foutre ! Moi, on m'dit jamais rien.

Black Perseus soupira après avoir attendu encore quelques centièmes de seconde déjà trop longs selon lui, et fit demi-tour sans se soucier si les autres allaient revenir pourtant sous peu.

Il repartit ainsi vers la jetée, insulta quelques marins indiscrets pour montrer qui était encore le patron, et ramassa quelques projectiles dans une caisse entreposée parmi d'autres. Bien sûr, c'était des fruits, mais Largo comptait bien s'en servir pour faire passer le temps, en les faisant ricocher un par un à la surface de l'eau, par exemple.
Et le prochain qui la ramènerait ? Il avait toutes les chances de se manger une pèche dans la poire... et ce serait bien fait pour sa pomme !

/hrp: bon vala, finalement me casse encore plus loin, ça m'évitera d'avoir à me gonfler de trop de posts d'un coup par la suite... sait-on jamais. précaution powa. Wink
avatar
TakeyaSeigneur noir du Lion | Modérateur
Seigneur noir du Lion | Modérateur

Date d'inscription : 07/05/2010
Nombre de messages : 4027
Age : 36
Double Compte : Aucun!

Revenir en haut Aller en bas
Mar 27 Aoû - 23:25
http://www.youtube.com/watch?v=Hy6V9o3Iono



(« Tu as vu ? il y en à un  dans le même genre que nous… »)

(« Oui, mais je pense qu’il n’y a aucune essence divine, contrairement  à nous., regarde plutôt le petit spectacle qu’il s’apprête à jouer avec Clotho, ça promet d’être amusant. »)

(« Mouai… »)

Le Seigneur noir du lion observait les deux principaux protagonistes de cette scène de théâtre vec un certain amusement. Quand le premier défia ouvertement Clotho, son aura cosmique monta d’un cran et la chaleur des alentours en fit de même, puis tout monta crescendo… Le cosmos de Takeya monta lui aussi à un niveau supérieur et atteint celui des guerriers divin d’Asgard. Si Clotho venait du sanctuaire, le lion  était originaire des terres glacé ou, si la stupidité des hommes ne l’avait bannit, son destin l’aurait mené aux plus hautes place parmi les guerrier divin… Pour autant, contrairement à son frère, le grand fauve n’avait pas envie de jouer à qui avait la plus grosse. Il gardait sa puissance pour ses adversaire et n‘avait pas besoin  de ces enfantillage pour montrer qu’il méritait sa place parmi les Seigneur  sombre. Le maitre du japon s’avança sans difficulté jusqu'à son frère avant de regarder le corps que celui-ci tenait avec un petit sourire.

« Réveille toi mon ami, c’est une poupée de vent que tu tiens dans tes mains, une illusion créé par notre petit camarade afin de te tester… »


Le félin damné  plongea son regard incendiaire dans ce lui de son confrère et poursuivit.

« Quand à  où et chez qui tu vas allez manipuler et semer le chaos comme tu sais si bien le faire, je m’en contre fou, je dois m’occuper de l‘Asie  et en particulier du japon dont j’ai pris le contrôle en ton absence mon frère et consolider se qui à été bâtit. Fait se que tu sais faire le mieux, sème les graine de la destruction parmi nos opposants, fais naitre le désastre et nourris le du terreau des cadavres de nos adversaires,  quand j’aurai  moi-même réglé quelques petite détails, je compléterai ton jolie tableau la fête sera complète. »

Le lion fit quelques pas pour se positionner de façon centrale, au yeux de tous et s’inclina légèrement face à l’assistance avant de se redresser, raide comme la justice. Son sourire était soudain  aveuglant et ses yeux ardents, reflétaient une volonté inflexible.

« La fête oui, après la gigantesque partie d’échec que nous allons entamer pour nous accaparer les trône du monde entier ! J’espère que vous êtes près mes amis, parce que, la suite promet d’être brulante ! Je suis le Seigneur noir du lion, maitre du Japon et de la Main noire ! Je vous salut ! »


Puis il se dirigea vers le jeune homme agenouillé et le prenant par l’épaule, le releva fermement, il le regarda dans les yeux, son regard changea et des reflets d’or  brillèrent quelques instants avant que son œil droit devienne définitivement doré. Seul lui et Shin pouvait voir se changement, les autres, étaient trop loin pour vor les changements.

« Tu n’a à t’agenouiller devant personne, c’est l’essence même des chevaliers noir de toujours être debout et fier. Le respect à tes supérieurs, ainsi que l’amitié entre frère d’arme doit suffirent ! Je ne veux pas de putain de léchage de cul, comme chez ces saloperies de sous être de divinité ! »

Puis il lui murmura une phrase qu’encore une fois seul le maraudeur put entendre ;
« Et tu vas me contrôler  ta double personnalité pour qu’elle te serve d’arme au lieu de te menacer… Tu peux me croire, si tu la laisse trop faire joujou sans tenter de la comprendre,  sans l’accepter et l’assimiler, tu vas te faire bouffer ton âme et c’est l‘autre qui te rendra esclave ! Crois moi, je sais de quoi je parle ! »

Sa voix n’était que murmure et pourtant, elle résonnait dans la tête du jeune homme… Puis  Takeya sourit et ses pupilles reprirent ne couleur normale.   Une grande claque dans le dos plus tard, il éclata de nouveau de rire, tendis que sous la puissance du coup amical, Shiin avançait de quelques pas.

« Bien, je penses que la messe est dite, j’écoute les rapport et les doléance, si vous avez envie de peaufiner votre présentation, c’est le moment ! Annoncer la couleur, une fois fait, il sera temps d’abattre les cartes, de bouger les pions et de se bouger le fion, on n’a pas que ça à foutre de tenir conciliabule, nous avons un monde a conquérir et des clans à faire tomber pour protéger le petit joujou qu’est notre belle planète ! »

Fier, droit comme un I, le sourire jusqu’aux oreilles, le lion regardait ses camarades, emplis d’assurance et de fierté pour son ordre et se qu’il avait accomplit, même si la plus grande partie du chemin restait à faire.
avatar
Jenova

Date d'inscription : 04/05/2006
Nombre de messages : 373
Age : 34

Revenir en haut Aller en bas
Mer 28 Aoû - 19:37
Et bien on pouvait dire que nous avions de sacrés hurluberlus parmi nous. Personnalités multiples, caractère de cochon, je-m'en-foutiste, je-cherche-des-noises. Un vrai cadeau. Je ricanais doucement. De nous tous, c'était sûrement moi la pire. Je m'esclaffais plus fort. Oui, j'étais la pire. Mais au contraire des "mâles", je me contrôlais.

Le petit spectacle qui nous avait été offert par Clotho et Shiin montrait à quel nous étions des solitaires dans l'âme. Rester toujours sur ses gardes, défendre son territoire et son honneur, se taper une bonne baston quand ça nous démangeait, rentrer dans le lard pour un oui ou pour un non. Et avec tout ça, une assurance et un culot qui frisaient parfois l'immoral.

Mais c'était ça notre essence : vivre au jour le jour, profiter de la vie sans rendre de comptes à une divinité, ne dépendre que de cette famille qui est la notre, ne faire confiance à personne d’extérieur. Nous étions des solitaires, mais qui pouvaient s'unir sans mot dire pour faire face aux adversaires. Oui, c'était notre façon de faire, et je n'en changerai pour rien au monde.

Je fini d'un trait mon verre et m'adressais aux autres.

"Dites-moi messieurs, si vous avez tant d’énergie à revendre, pourquoi ne pas aller les chercher ses fragments ? Allez les rafler sous le nez des autres, cela me donne des frissons rien que d’imaginer leurs déconfiture."

Je me levais et rejoignis Takeya.

"Je t'ai parlé d'un contrat, il s'avère qu'il pourrait bien être plus juteux que je ne l'imaginais, au vu des événements récents. Tu te souviens de notre dernière cible commune ? Et bien ce qu'on a raflé cette fois là sera plus que dérisoire par rapport à ce qu'on va obtenir. Et le mieux dans tout ça ? C'est que cela sera tout à fait légal !

En effet, si nous réussissons, bien que je voie par pourquoi cela échouerait, nous obtiendrons la main mise sur une bonne partie de la Triade. Et ça, c'était le jackpot pour contrôler le Japon.
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Dim 1 Sep - 10:30
Que j'atteigne le corps ou une illusion, là n'est aucunement le problème. Qu'il retienne la leçon, voilà la seule chose qu'il m'importe. Takeya me dévoile une partie de ses objectifs grâce à des mots bien choisis. Il dit ensuite à Shiin de ne pas poser le genou au sol. De ce point de vue là, au moins, nous sommes d'accord. Forcer les gens à faire cela est un signe de soumission, pour les faibles ayant besoin de reconnaissance, histoire de s'assurer un minimum de force. Notre ordre est composé de braves guerriers ayant acquis leur force au fur et à mesure de leur apprentissage. Aucun d'eux ne doit poser le genou au sol, quand bien même un supérieur l'exigerait, ce qu'il n'a nullement le droit de faire. Notre principal avantage sur les autres camps possédant un dieu repose essentiellement sur notre différence. En supprimant ses différences, autant aller se rallier à Hadès et diner chez Athéna pour prendre le dessert chez Poséidon, tout en leur léchant bien les pieds. Non, non et non ! Moi vivant, personne ne fera ça. Le lion a dit la majorité des choses pour compléter la formation du jeune chevalier. Le reste du chemin, lui seul pouvait le faire.

Entre être soumis et savoir obéir, il y a toute une gamme de nuance. Ici, personne n'est soumis, nous sommes libres, en cela est notre force. Mais ça créé également notre faiblesse. Voilà pourquoi une hiérarchie a été créée par les anciens, et qu'elle doit être respectée. Nous sommes vos amis, vos frères qui n'hésiteront ni à vous donner un coup de main, ni à mourir pour vous en cas de besoin. Mais nous sommes également vos responsables, vos supérieurs. Apprenez à faire la nuance selon les circonstances. Je regardais ensuite Ouroboros pour répondre à ses questions. Je n'ai pas eut l'occasion d'être l'élève de Saga pendant très longtemps, juste une dizaine d'années. Il est possible que nous nous soyons croisés quelque part. Mais ma mémoire ne m'appartient plus, certains fragments ont été effacé, ou bien caché dans des recoins de ma tête auxquels je n'ai pas encore accès. Si tel est le cas, alors je suis désolé de ne pas vous reconnaître. Si ce cas ne s'est pas produit, alors je suis ravi de faire votre connaissance.

Largo part rapidement après, et Jénova prend la parole. Ces mots reflétent bien son impulsivité. Pourquoi s'emmerder à aller chercher des choses, à fouiller partout, dépenser de l'énergie pour ne pas être sur de parvenir à avoir d'autres fragments ? Non. Notre peuple a quelques règles, laisses moi t'en rappeler une. Nous voulons une chose, nous la prenons, point. Pourquoi aller se casser le cul à chercher, quand il suffit d'attendre que quelqu'un possède un fragment pour le lui voler, et ainsi faire notre ce formidable pouvoir ? M'enfin c'est pas si comme si j'avais besoin d'un artifice pour me balader en enfer ... Et quand bien même nous aurions l'artéfact finit, ne penses-tu pas qu'utiliser une arme d'un dieu soit contraire à nos principes ? Nous avons reniés les dieux, ils nous ont reniés, ce n'est pas pour utiliser une arme, peut-être divine. Quand bien même cela serait la plume de Maat, qui comme je le pense représente Athéna, je serais bien plus pour marchander l'objet, ou mieux encore, le garder secret, pour nous. Un objet de cette puissance, en de mauvaises mains pourrait ravager le monde aussi aisément que nous pouvons calmer ce volcan.

Mais je suis d'accord pour dire que cela ne doit pas être chez nos ennemis. Si tu trouves des infos, partages les avec le lion. Il saura où me trouver et comment me contacter. J'irai les chercher en enfer s'il le faut, je ré-élèverai mes sens au delà des limites comme je l'ai déjà fait, et j'arracherai la vérité aux menteurs.
Je regarde Takeya des pieds à la tête. Je vais me retirer quelques temps afin d'obtenir ce qu'il me manque pour devenir un guerrier parfait. J'ai la puissance de détruire des étoiles, celle pour créer la vie à partir de rien, je dois trouver la sagesse de me calmer, et de pardonner pour y arriver. Commencer les préparatifs sans moi, ne m'attendez pas. Et mon frère ... Penses à me laisser un message quand même, que je n'ai pas besoin de parcourir le monde pour te chercher. Occupes toi d'eux comme il faut. Je reviendrais une fois ma formation terminée. Là, je dois aller retrouver mon maître. S'ils ne sont pas sages, évite de les envoyer dans le volcan, comme la dernière fois. Tu sais que la viande cuit trop vite.

Je lui dit également pour l'envoyer de Poséidon, qu'il va contacter l'île sous peu. Aussi je lui laisse le second coquillage. Je l'informe que lorsqu'il sonnera, quelqu'un devra se rendre au Cap Sounion, près du Sanctuaire, afin de discuter avec les généraux de Poséidon. Je le regarde avec un sourire, avant de partir plus loin, les laissant discuter. Oui, je vais partir, et je ne sais pas quand je reviendrai. Ma formation peut prendre deux jours, comme trente ans. Ce qui est sur, c'est qu'une fois terminé, je serais sans commune mesure avec aujourd'hui. Sans tarder, je disparais au loin.
avatar
LargoGuerrier des Ombres de Persée
Guerrier des Ombres de Persée

Date d'inscription : 20/10/2009
Nombre de messages : 3000
Age : 35

Revenir en haut Aller en bas
Lun 2 Sep - 9:37

Ayé ! Après un petit tour d'échauffement, le Chevalier Noir en avait déjà marre de faire mumuse en lançant de la bouffe à la surface de l'eau. Comme on disait, au début ça va bien, après ça craint. Et puis, ce n'était pas comme si quelqu'un ou quelque chose allait ensuite sortir des profondeurs, et venir attraper les fruits comme un fidèle toutou avec sa baballe. Bah ouaip ! Jusqu'à preuve du contraire, les poissons ne mangeaient pas de ce pain-là, en fait.
Enfin qu'à cela ne tienne, car aussi furtif qu'un battement de cil, une gigantesque force se propagea dans l'air. Vers le bar, plus précisément... ou comme de par hasard, c'est selon. Il n'y avait qu'un seul (bon ok, voire peut-être deux) Tout-dur sur Death Queen Island capable d'engendrer un tel pouvoir en un si court instant.

_ Ne me dites pas que... grogna Largo, en se retournant vers la source obscure qui venait alors de surgir. Pouah ! Je déteste quand il fait ça !

Le blondinet râlait bien sûr du fait que le Seigneur du Dahaka -car avec un type pareil, ça ne loupait jamais- avait encore joué le numéro de ses dimensions fétiches auprès de ses collègues. Sans les avoir concertés auparavant, avec un peu de chance.
Il laissa alors tomber la pomme qu'il avait dans la main, après y avoir croqué au moins une fois dedans à pleines dents, shoota dans le morceau gisant sur le ponton, et rebroussa enfin chemin vers l'établissement des soulots du Port.

Et effectivement, Black Perseus avait vu juste. Quelques grandes et lourdes enjambées bien appuyées et bruyantes plus tard, il finit par constater les derniers indices d'une dispute entamée. En gros, l'un de leurs frères d'armes se faisait sermonner sur ce qui était bien ou mal de faire dans ce monde impitoyable, et surtout afin d'éviter de ressembler à nos ennemis, car tel n'était pas l'objectif des BK.

_ Bah voyons ! Lança Largo vers l'assemblée, sur un léger ton ironique, les bras fermement installés sur son plastron d'armure. J'aurais dû me douter qu'on aurait droit à un nouveau coup tordu du grand Seigneur Noir du Dahaka, hein !

Mais les autres avaient d'abord d'autres chats à fouetter entre eux. Le temps de finir leur conversation déjà amorcée, en tout cas. D'autant plus que leur discours ne tarda pas à virer sur de possibles futures missions.

_ Bon alors, qu'est-ce que j'ai loupé ? Reprit-il donc plus calmement et amusé. Ça parlait d'artéfact comme à la radio, j'ai bon ?

Oui et non, à vrai dire. Largo s'interrogea notamment lorsqu'il entendu une vague histoire au sujet de Poséidon et sa bande, ou encore de coquillages qui sonneraient. On connaissait tous la feinte qui vantait les mérites d'entendre la mer si on y collait son oreille dedans... mais de là à ce qu'une vulgaire coquille des fonds marins se mette à émettre un appel entrant via le réseau 4G, lolilol quoi !

Le rebelle se gratta la tête car l'affaire semblait devenir d'un compliqué pour ses pauvres petites neurones. Et une fois ceci fait, Clotho mettait déjà les voiles. Fidèle à lui-même, sans doute. Ce mec avait toujours besoin de vadrouiller ici et là sans prévenir, après tout. On est haut-gradé ou on ne l'est pas, hein !

/hrp: bon vala, j'ai su écrire un ptit truc pour dire que j'reviens à la fin. ^^'

EDIT:
et pis, bah direction le topic/event au Port avec la destructrice, alors. =>
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t25847-event-l-arrivee-du-danger-et-de-la-destruction


Dernière édition par Largo le Lun 9 Sep - 16:23, édité 2 fois
avatar
TakeyaSeigneur noir du Lion | Modérateur
Seigneur noir du Lion | Modérateur

Date d'inscription : 07/05/2010
Nombre de messages : 4027
Age : 36
Double Compte : Aucun!

Revenir en haut Aller en bas
Dim 8 Sep - 23:42
http://www.youtube.com/watch?v=VLF8rCSDEFc



« Et bien je comptais partir ma mie, alors pourquoi ne pas nous amuser à jouer à ce petit jeu ? De plus je devais passer par le japon, le département scientifique pourra surement nous aider! »


Puis son visage se tourna vers Clotho qu’il écouta avec attention en souriant. Comme à son habitude son discoure fut bref et rapide, enfin selon la vision de son frère d’arme qui avait l‘air confiant dans la suite des événements.  Puis quand celui-ci eu terminé, il éclata à nouveau de rire.

« Oui, comme je le disais, nous allons jouer…  Bon vent mon ami, amuse toi bien et reviens nous plus fort, nous allons en avoir besoin… »

Puis il se tourna vers Largo, se dirigea vers largo et lui balança une grande claque amicale dans le dos.

« T’inquiet vieux, t’as rien rater. Mis à par le spectacle de notre grand dramaturge. Par contre… »

Son sourire se figea, son regard se fit froid et sa tête se tourna vers l’autre bout du port, tandis qu’il se redressait de toute sa stature.
Soudain son armure vint le recouvrir et une aura combative jaillit de tout son être, pendant que son cosmos se déchainait en une flamme brute et rouge comme le sang…

« Mes amis, il n’est plus temps de palabrer. J’aurai aimé commencer le jeu et lancer le premier coup, mais quelqu’un en à prit l’initiative avant nous et il se trouve à l’autre bout du port en train de massacrer nos hommes ! »

Le sombre fauve commença à avancer  de quelques pas. Son cosmos était radicalement différent de ce qu’il avait laissé apparaitre jusqu'à présent., plus lourd, plus chaotique, remplis de haine et de colère, une flamme sombre l’entourait maintenant, irradiant une chaleur malsaine…. On avait touché à ses  soldat,  à son port et à ses habitant et ça… il ne pouvait pas le tolérer…  les yeux du félin damné brillaient d’une lueur étrange, à la fois emplis de rage et de colère, son armure sombre, renforcé avec le sang du Dahaka, vibrait au rythme de son cosmos, semblant ressentir la même fureur que celui qu’elle protégeait…

« Chevalier, nous avons de la vermine à éradiquer !»

Sans un mot de plus, il s’élança en direction  de l’impudente qui avait osé fouler leur sol dans le but de les provoquer.  Le Seigneur noir n’avait pas l’intention de se laisser marcher sur les pied, peu importe son adversaire, il se battrait pour imposer ses conviction, mais surtout pour protéger ses proches… Même si un avenir meilleur passait par le sang… Ce soir, les anges auraient les ailes rouges...


========>  http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t25847-event-l-arrivee-du-danger-et-de-la-destruction
avatar
Jenova

Date d'inscription : 04/05/2006
Nombre de messages : 373
Age : 34

Revenir en haut Aller en bas
Lun 9 Sep - 22:36
Décidément, Clotho n'était pas à prendre avec des pincettes. Bon sang, un caractériel. Pourquoi, dès que les gens ont du pouvoir, ils deviennent imbuvables ? Les femmes comme les hommes. Enfin, au moins j'avais la tête sur les épaules, et vu mes compagnons, c'était pas du luxe.

"Je disais juste que ces artefacts seraient mieux entre nos mains qu'entre les leurs. Inutile de monter sur tes grands chevaux sous prétexte que t'aimes pas ma façon de faire. On n'a pas gardé les cochons ensembles."

Il n'en n'avait absolument rien à fiche et s'en alla.

"Si t'es pas content c'est du pareil au même !" Criais-je dans sa direction.

Takeya était d'accord pour l'escale au Japon, ça c'était cool. Il commençait à s'adresser à Largo lorsque son attitude changea du tout au tout. Il venait de passer en mode "pas touche à mon ile". Et il ne me fallu qu'une nano-seconde pour comprendre pourquoi : un invité indésirable mettait le port sans dessus-dessous.

Takeya s'enflamma, au sens propre et au sens figuré, et s'en fut tout feu tout flamme en direction du port. Largo hésita un instant, son regard allant de Takeya à moi plusieurs fois, puis il le suivit.

J'hésitais encore à les suivre lorsqu'un sifflement aigu vint frapper mes oreilles. Bon sang, et si j'avais pas envie ? Le sifflement s'accentua.

"Bon, bon ça va, d'accord, on y va !"

A peine eu-je fini ma phrase qu'un trou noir s'ouvrit en face de moi, dévoilant une forme humaine. La-dite forme explosa en morceaux qui vinrent me recouvrir tandis que le trou se refermait de lui même. J'adorais mon armure. Elle avait du répondant, un sale caractère et savait toujours obtenir ce qu'elle voulait. Mon armure carillonna trois fois.

"Et en plus ça te fait rire ? Bah, je ne peux pas t'en vouloir, je suis toute aussi curieuse de voir celui ou celle qui vient faire comme chez elle."

Et me voilà partie en direction du port.


==> Invitée indésirable

Découverte