avatar
TakeyaSeigneur noir du Lion | Modérateur
Seigneur noir du Lion | Modérateur

Date d'inscription : 07/05/2010
Nombre de messages : 4046
Age : 37
Double Compte : Aucun!

Revenir en haut Aller en bas
Ven 11 Oct - 3:04




Pénétrant dans le prototype, il s’installa dans un confortable fauteuil de cuir, près d’un hublot. De nouveau il sortit son portable et pianota afin d’appeler le responsable scientifique de l’Heaven Inc.

« Salut Docteur, dit moi « au nord du pays où nous sommes, dans un endroit désert », ça te parle ? non, je ne fou pas de toi, je te donne les variable que je possédè… Bon … Ok, Bah j‘aurai pu le trouver tout seul ça… tu transmets aux pilotes ? Merci du nouveau pour Shiva ? Quoi elle est où ? mais dit, c’est pas là où on à déposé Clotho ?! Ho bordel ! J’espère qu’il va pas foutre le boxon… Bon, on va dire que je lui fait confiance hein ? Oui, je crois à la mère noël, c’est ça, en attendant, j‘ai pas que ça à foutre de jouer les baby-sitter, je dois jouer de la conque et parler diplomatie avec un dieu et… non, je ne me fou pas de ta gueule je te dis… Bref surveille tout ça grâce à l’œil de Caïn, je te rappelle pour t’informer de l’évolution des choses… Et bonjour à ta femme. »

Raccrochant, il se passa la main sur le visage. Décidément, ils n‘étaient pas au bout de leurs peines… Le Blackbird s’éleva dans le ciel et prit la direction transmise par le docteur Jooh, durant le décollage, Takeya lança un derniers regard aux magnifiques jardins de Bodh gaya, puis tout disparut dans les nuages… Le lion avait beau être à la tête d’une grande multinational ainsi que de la sombre confrérie, c’était la première fois qu’il se sentait aussi impuissant…  Grommelant des insanités contre le fanatisme aveugle, il se servit un whisky et le bu cul sec,  trente ans d’âge ou pas, il avait besoin de se remettre les idées en place. Puis il grignota  et admira le paysage restant quelques instants silencieux avant d’échanger quelques discussions avec les occupants du vaisseau. Environ trois quart d’heure plus tard, ils se posèrent à l’extrême nord du pays dans un étrange désert de sable fin…

Le lion se leva, se dirigea vers une grande valise de cuire noir et l’ouvrit. A l’intérieur de celle-ci dans du rembourrage en satin se trouvait la conque divine que lui avait remit le sage. Près de la valise se trouvait les trois grosses pierres qu’il avait utilisées pour l’essai. Se doutant que dans un désert, on ne trouvait pas grand-chose, il les avait prit avec lui. Les saisissant, il sortie du jet, marcha sur une quinzaine de mètre et les posa les une sur les autres pour former une tour comme il l’avait fait précédemment. Puis il revint  vers l’oiseau d’acier et prit avec délicatesse l’instrument et l’observa un instant avant de, de nouveau sortir de l’appareil et de faire rejoindre sa construction afin d’y déposer l’artefact. S’en suivit le rituel précédemment effectué ou il privilégia la dance de combat et les mouvements improvisé de hip hop. Enfin il se positionna devant la conque, joignit ses mains et demanda poliment :

« Jolie conque, bel instrument, je te demande ton aide s'il te plait. »

Enfin, il souffla dans l’instrument  de toutes ses convictions…
avatar
Jenova

Date d'inscription : 04/05/2006
Nombre de messages : 373
Age : 34

Revenir en haut Aller en bas
Dim 13 Oct - 21:27
Une fois montée dans l'avion, je retournais sur ma banquette. Je n'accordais pas trop d’intérêt aux agissements de Takeya. Ce dernier usant de ses contacts, ou devrais-je dire de ses employés, trouva le lieu possible ou nous devions nous rendre. Durant la petite heure que dura le trajet, je me plongeais dans mes pensées.

"Vivre ou mourir ?" C'est la question que je me posais tous les jours depuis 15 ans. Quinze années de souffrance, de douleur, de colère, de haine, de tristesse, ... de solitude. Juste parce que les hommes sont étroits d'esprits. Juste par ce que mes sœurs, mon frère et moi pouvions faire des choses qui effrayaient les autres. Juste parce que nous avions conscience de notre cosmos. Juste parce que les Dieux existent. Sans les Dieux, pas de cosmos. Et ma famille serait encore en vie.

Je hais les Dieux à cause de ça. Au début ma haine obscurcissait tout. Elle m'a permis de ne pas succomber au chagrin. Grâce à la haine, j'ai enfoui mes sentiments au plus profond de moi, de rester de glace en toute circonstance. Ce qui m'a valu d'être remarquée et d'entrer dans la confrérie ou j'ai commencé mes contrats. Hommes, femmes, cela m'était indifférent. Par contre jamais d'enfants. Et si mes victimes en avaient, je m'arrangeais pour qu'ils ne soient pas là, ou qu'ils ne me voient pas, puis je revenait le lendemain pour les amener à l'orphelinat.

Et petit à petit, je me suis attachée à eux. Et ils se sont attachés à moi. J'essaye de leur donner des nouvelles régulièrement, comme tout à l'heure. Mais si un jour ils apprenaient ? Que celle qui s'occupe d'eux est l'assassin de leurs parents. Leur monde s'écroulerait. Ils ne me le pardonneraient pas et de me haïront. Mais j'accepterai leur haine, car elle leur permettra de surmonter leur douleur, tout comme je l'ai fais. Et aussi parce que je le mérite. J'ai tellement de sang sur les mains que ma place est en enfer. Je ne les reverrais jamais.

Un résonnement me tira de ma pensée. C'était mon armure, au pied de la banquette.

"Imbécile. Il n'y a pas de paradis, ce sont des foutaises."
"Tu l'as bien vu non ? Ces deux fois."


Oui, je l'avais vu. Cet endroit désert ou les morts affluent en de longues processions qui convergent vers un trou béant. La première fois j'étais seule. Je ne savais pas ou j'étais ni ce que je faisais là. Puis il y a eu une voix qui m'appelait. Je me suis alors senti attirée hors de ce monde et me suis réveillée là ou j'étais tombée. Au milieu des cadavres de ma famille. A coté de moi se trouvait mon armure sous sa forme de totem qui irradiait.

"Oui, même que tu t'es défoulée à t'en faire exploser les mains."
Et tu as patiemment attendu que je finisse de pleurer.

La seconde fois fut un accident, je m'entrainais sous les directives de mes deux amies lorsque je perdis le contrôle de mon attaque et mon cosmos s'emballa. Au lieu de mourir dans l'explosion, je me suis retrouvée dans le monde des morts. Elles avaient usé de toute leur puissance pour m'éviter de mourir.

"D'ailleurs tu n'as jamais réitéré l'expérience."
"Et qu'elle nous refasse la même chose ?"


"J'ai prévu de m'entrainer de nouveau. Je dois maitriser cette technique. Et au vu de ce qui se passe, je vais devoir m'y mettre au plus vite."

"En effet, nous n'avons pas le choix."
"Tu n'aura qu'à demander à ce chevalier. A eux deux ils seront capables d'encaisser si ça tourne mal."


Je regardais Takeya. C'est vrai. Il avait la puissance de frappe nécessaire pour contrer si ça disjonctait, mais l'autre devrait théoriquement l'aider. Hmmm, depuis le temps que je connaissais Takeya, je n'avais jamais osé aborder le sujet.

"Tu y vas et tu lui dit."
"Et elle meurt dans la seconde qui suis. Bravo comme idée. Géniale."


"Non, je dois lui dire ce que je sais. Je n'ai pas à lui cacher ça"

"Tu lui caches quoi d'autre ?"

"Vous"

"Tu marques un point."

Je sentis l'avion amorcer sa descente. Nous continuerons plus tard cette discussion, mais je devais effectivement parler à Takeya. Et assez vite.

Une fois au sol, Takeya sortit et installa l'autel. Je sortis avec lui lorsqu'il revint prendre la conque.

Je me tenais à un pas derrière lui lorsqu'il commença à souffler. Aux aguets, je regardais tout autour de nous, guettant les futurs changements que nous allions faire apparaitre.
avatar
MJ GSMaitre du jeu

Date d'inscription : 26/04/2008
Nombre de messages : 346

Revenir en haut Aller en bas
Mer 16 Oct - 19:16
Infos:
 

La conque sonna, Takeya venait de l’utiliser selon les règles de l’art que lui avait données le vieux sage, et le singe à Bodh-Gaya. Une brume s’échappa de la conque, le soleil brillait, et le son raisonna fort. Comme un signal. Le brouillard mystique, lentement se dissipa, la nuit venait de tomber, donnant au temps une nouvelle valeur durant un instant. Le désert

Un bruit sourd, régulier, accompagner ensuite par la douce mélodie d’un joueur de flûte invisible. On pourrait croire à de la magie, mais c’était plus que cela, surtout lorsque le son sacré se fit entendre au point exact où la brume s’était assemblé de façon plus compact.

Un souffle chaud, et doux venait modeler le gros nuage, et donna forme à un immense mur, puis une entrée, scellée, bien qu’on n’y voyait qu’un rideau rouge ordinaire. Des gravures sacrées ornaient la porte… Une voix impériale, et charismatique s’adressa aux deux créatures.

-" Vous qui avez su obtenir une conque divine. Approchez, mais n'entrez pas si vous ne vous ne souhaitez vous perdre ! Contentez-vous de poser vos questions. Nous vous accordons une question, ou une seule requête."

La porte:
 
avatar
TakeyaSeigneur noir du Lion | Modérateur
Seigneur noir du Lion | Modérateur

Date d'inscription : 07/05/2010
Nombre de messages : 4046
Age : 37
Double Compte : Aucun!

Revenir en haut Aller en bas
Mer 16 Oct - 23:13



Après avoir soufflé dans l’instrument, Takeya assista les bras croisé au spectacle son et lumière qui   s’effectuait devant lui. Décidément, on pouvait dire ce que l’on voulait sur les dieux, ils avait au moins le sens de la mise en scène….

« Jolie. »

Dit-il simplement avant d’obtempérer  à l’incitation divine venu d’outre tombe. Faisait quelques pas pendant qu’il écoutait la fin de la phrase, il constata une fois de plus la clarté limpide des propos divin… « Posez vos question »… « Nous vous accordons une question, ou une seule requête."» On rêvait les yeux ouvert… à croire qu’ils faisaient exprès d’être le moins clair et le plus brumeux possible afin  que le demandeur se trompe ou formule mal… Le lion soupira, se passant une main sur le visage pour tenter de rassembler ses pensées… Une question par famille ? Par personne ? par clan ? On se serait cru dans reflet d’acide quand Trichelieux demandait l’heure au puis de la vérité…

Se posant en tailleur devant la porte, il resta un long moment silencieux. Il était venu parler philosopher avec un dieu et voila qu’il se retrouvait devant une boite à questions mono active… Joie… Enfin, à quoi s’attendre d’autre de la part des divins… Peu importe le panthéon, il s étaient l’orgueil incarné finalement… Le Seigneur Noir avait l’impression de s’être fait berner en beauté…


«  Bonjour à vous aussi. Comment  et par quel moyen puis je  protéger l’humanité du danger que représente Kali, Skanda et leurs probable compère, s’il vous plaît.  En étant le plus concis et précis possible, je souhaite protéger l’humanité Sans trahir mes principes. Que dois je faire ?»


Tenant toujours l’orange que lui avait donné Hanuman, le maitre de la Main Noire commença à la peler afin de la déguster.  Se faisant, il plongea son regard par delà le rideau rouge. Le fauve était toujours serein et paisible, quelque peu déçu de la probable tourner des événements, mais il ne renoncerai pas pour autant à sa quête… Si les dieux  hindou le flouait en tournant autour du pot ou en répondant sciemment de façon détourné, il continuerait à enquêter sur un moyen d’arrêter les néfastes qui commençaient à salirent la terre du sang des innocents… Pour autant, il restait poli et courtois, il avait d’autre chat à fouetter que de s’attirer les foudres de nouvelle divinité, du moins pour l’instant et tant qu’elles ne montrait pas d’irrespect…



«  Un quartier d’orange ? Ma maman m’a toujours dit de partager. »

avatar
Jenova

Date d'inscription : 04/05/2006
Nombre de messages : 373
Age : 34

Revenir en haut Aller en bas
Sam 19 Oct - 22:19
La porte était vraiment splendide. Les détails étaient si fins, si précis, que je m'attendais à voir les effigies se mouvoir devant nos yeux. Hélas, elles ne bougèrent pas. Pas même lorsqu'elles s'adressèrent à nous.

On pose nos questions et accordent une seule ? Une par personne ou par groupe ? Vive les énigmes. Hmm. Kali n'était pas le centre de mes intérêts au départ, j'avais autre chose en vue. Mais bon, il arrive qu'il faille parfois redéfinir les priorités.

"Si nous avons droit à une question par personne, voici la mienne : s'il m'est possible de mourir, trouverais-je avant celui qui est responsable de ma souffrance ? Si nous n'avons droit qu'à une question pour nous deux, prenez en compte uniquement celle de mon compagnon je vous prie."

Ma question devait sans doute paraitre stupide, mais quand la Mort elle-même vous chasse 3 fois de son royaume, on peut se poser des questions. Et si je peux mourir, je veux le tuer avant, et m'assurer qu'il ne se réincarne jamais.

Puis je piquais un quartier d'orange à Takeya.

"Faudra que je te dise un truc après. Sur... toi."

Autan ne pas laisser les choses trainer plus longtemps.

avatar
MJ GSMaitre du jeu

Date d'inscription : 26/04/2008
Nombre de messages : 346

Revenir en haut Aller en bas
Dim 20 Oct - 16:13
Infos:
 


-« La lutte que vous êtes en train de mener n’est pas pour protéger l’humanité, mais pour défendre vos principes. Et pour cela, il te faudra entrer, et lever le voile, mais comme tu as pu le constater, cela est impossible pour l’instant. »

Le son de la voix était toujours aussi impérieuse…

-«  Si tu souhaites traverser ce rideau, observe la porte, et sache qu’il te faudra trouver l’arme du compagnon du 8eme avatar du Grand Seigneur… Pour avoir un indice, je ne peux que te conseiller de t'approcher, et de poser ta main sur la gravure représentant cet avatar divin. Veilles à ne pas te tromper... Celui qui cherche peut toujours trouver, mais peut aussi tomber.»

Après une petite pause, l’être divin s’adressa à Jenova par une simple phrase…

-« La mort est l’ultime vérité… Et le destin ne peut être révélé, si tu ne la rencontre pas, c’est que ton histoire ne le souhaitait pas. »
avatar
TakeyaSeigneur noir du Lion | Modérateur
Seigneur noir du Lion | Modérateur

Date d'inscription : 07/05/2010
Nombre de messages : 4046
Age : 37
Double Compte : Aucun!

Revenir en haut Aller en bas
Lun 21 Oct - 1:49
Le lion, toujours assit, écoutait silencieusement la voix mystique.. après avoir écouté celle de la passeuse d’âme qui était aussi l’un de ses officiers les plus fidéle.

« Une chose à la fois petit fantôme, mais tu sais, tu peux te confier à moi, les Seigneurs noirs sont les responsable de la guilde et la guilde est ta famille, je suis donc responsable de toi et ton bien être. Sache une chose cependant, tu ne m‘a que rarement parlé de ton passé, mais la vengeance ne mène qu’a un vide éternel… Qui ne remplacera jamais l’être aimé… Je ne le sais que trop bien…. »

Le grand fauve se leva lentement et se tint droit devant la porte sacré. Un instant il repensa à son maitre, le précédent lion sombre, qui avait été assassiné par un servant des dieux… La rage avait permis au jeune apprenti qu’il était de venger la mort de son père adoptif en exécutant sur le champ le meurtrier… Mais la tristesse était resté et enserrerait éternellement une partie de son cœur, cette même tristesse qui avait remplacé la rage après l'exécution de ses parents adoptif lors de ses treize ans et de sa rencontre avec sa maitresse, Shaina du serpentaire.… Un sourire mélancolique apparue sur son visage, mélancolie qu’il balaya d’une main, pour de nouveau se concentrer sur la mission…

Sa connaissance des divins était grand, car pour mieux lutter contre son ennemis, il faut bien le connaitre… pourtant la richesse de son savoir risquait d’être un piège pour résoudre cette première énigme car à force d’engranger des connaissances, on en oublie ou en confond certaine….


« Voyons voir… le huitième… Narasimha, l'Homme-Lion était celui qui me ressemblait le plus, mais c’était le quatrième… Râma, le Prince était la septième, ça j’en suis certain… Mais le huitième… Était ce Krishna, le Berger ou bien simplement Bouddha … Selon les textes, l’interprétation change… Ou bien est ce ma mémoire… »


Le manipulateur de flamme chercha du regard Krishna sur le mur… Il avait reconnu Bouddha, mais tentait de se souvenir à quoi pouvait bien ressembler le berger…


« Kalkî, le Cavalier serait le neuvième ou le dixième… mais dans tous les cas, il n’est pas encore arrivé et j’espère qu’il viendra le plus tard possible… Quoi qu’il en soit le cavalier est, enfin sera le dernier, il est après bouddha… et Krishna aussi… Oui, ils sont dix, ça commence à avoir un sens… comme le premier est le poisson et le second la tortue, puis vient le sanglier, le lion et le nain… s’en suis l’homme à la hache… Oui, ça doit être une hache… Puis vient Krishna, bouddha et enfin le cavalier, donc le huitième, c’est Krishna, le berger flutiste ! »


S’avançant vers le mur d’avatar, Takeya s’arrêta devant l’avatar de Krishna et posa la main sur son épaule. Posant son regard sur la flute de la divinité, il sourit. Lui aussi était musicien et chanteur de surcroit, leader d’un groupe de métal nommé Rédemption. Passionné de musique, il eu un peu de sympathie pour l’avatar qu’il avait en face de lui.

« Le huitième, c’est toi, t’façon un musicien, ça peut être qu’un mec bien.»
avatar
Jenova

Date d'inscription : 04/05/2006
Nombre de messages : 373
Age : 34

Revenir en haut Aller en bas
Mar 22 Oct - 18:27
Je fus soulagée d'entendre la réponse de la porte. Je ne me rendais pas compte que ce poids pesait sur mon coeur, jusqu'à ce qu'il s'en aille. La vengeance ne mène à rien c'est vrai. On ne peut faire revivre les morts ni changer son passé. Mais le fol espoir qu'on puisse peut-être le faire suffisait parfois à aller de l'avant. Mais Takeya avait raison, je le savais tout aussi bien que lui. Les morts n'ont de place que dans nos cœurs, mais uniquement en tant que souvenirs chers, pas en tant que nuisance.

Takeya réfléchit à haute voix pendants quelques instants. Je n'intervins pas puisque je n'y connaissais rien. Rien de rien. S'il nous avait posé des questions sur la mythologie grecque, japonaise, égyptienne ça ne m'aurais posé aucun problème. Mais l'indouisme... Mes connaissances dans ce domaine frôlent le néant intersidéral.

Puis son choix se posa sur la divinité musicienne. J'étais obligée de lui faire confiance aveuglément, mais cela ne me dérangeait pas le moins du monde. Je retins mon souffle un instant lorsqu'il appuya sur l'effigie choisie.

"Je t'en dirais plus sur mon passé plus tard, histoire que tu saches dans quoi j'ai mis les pieds, et aussi ce que je sais sur vous deux."

Voilà, en une phrase je venais de dire que j'étais dans la panade et que je savais pour son... colocataire ?
avatar
MJ GSMaitre du jeu

Date d'inscription : 26/04/2008
Nombre de messages : 346

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 24 Oct - 0:15
Infos:
 


    La gravure sur lequel avait posé la main le mercenaire du lion noir, s’illumina. Une lueur dorée, des jets lumineux s’échappaient de l’endroit précis. Le son d’un bansurî raisonna dans l’air comme une douce mélodie. Une mélodie entrainante, dansante. Sous les yeux Jenova et Takeya purent voir l’apparition du 8eme avatar du Grand Dieu. Krishna était là, les yeux fermés, jouant de la flûte, son pied droit croisa au niveau de la cheville de l’autre pied. Un pantalon traditionnel jaune, et une veste de soie. Des boucles d’oreilles, des bagues et des colliers.

    Le jeune homme ne s’était pas trompé. Et la confiance de sa partenaire était tout aussi louable, car si elle avait touché un autre dessin, le destin serait modifié.  La mélodie de Krishna s’acheva, sur son visage naquit un petit sourire plein de malice, espiègle, ses yeux pétillaient. D’une voix fine et clair, il s’adressa aux deux guerriers.

    -« Je suis en effet Krishna, fils d’un Berger…  Vous souhaitez traverser ce rideau ? Pourtant, il s’avère que parfois l’ignorance est un don précieux pour qu’un cœur puisse vivre heureux. Mais votre détermination semble aller au-delà de la douleur. Alors… »

    Le Seigneur se remit à jouer de la flûte, un instant, dans les cieux, les oiseaux dansaient, sur terre les serpents se dressaient, tous charmés par cette ode annonciatrice du début d’une nouvelle bataille entre deux souhaits justes… La légende disait que le camp choisi par Krishna gagnait toujours.

    -« Sachez que nos actions ne sont que le fruit des prières désespérées de nombreux mortels… Nous protégeons donc ces hommes, ces enfants, ces femmes… Mais celui qui défend sa justice mérite le respect.
    Avant de poursuivre, répondez simplement à cette question. Jusqu’où serez -vous prêts à aller pour défendre la justice que vous protégez ? »
avatar
TakeyaSeigneur noir du Lion | Modérateur
Seigneur noir du Lion | Modérateur

Date d'inscription : 07/05/2010
Nombre de messages : 4046
Age : 37
Double Compte : Aucun!

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 24 Oct - 1:19


Le petit oiseau, toujours sur la tête de Takeya, regarda avec attention le curieux personnage qu’il avait en face de lui. Il pépia d’un air interrogatif, puis entendant la musique, d’un ton plus enjoué, avant de voleté autour du Seigneur noir en gazouillant.

Quand au lion, son visage s’était éclairé d’un étrange sourire quand les parole de son officier étaient venu à ses oreilles. Il se contenta simplement de lui ébouriffer son éclatante chevelure sans paraitre étonné.

« Un petit fantôme qui voit les âme ? Voila qui ne me surprends aucunement de la par  de la Main Noire de L’ankou  des  souffrances. »

Puis, après un clin d’œil espiègle, à la jeune fille, il porta son attention sur le divin qui venait de faire son apparition. Son regard de fauve rougeoya, darder sur l’incarnation  divine et il porta un quartier d’orange à ses lèvre, pendant qu’il écoutait Krishna.

« Jusqu’où il faudra. »

Fut tout simplement sa réponse. Il étudiait le dieu avec un regard à la fois curieux et méfiant. Depuis des années, il avait été entrainé dans le but d’être un déicide, afin d’éliminer les néfastes imbu d’eux même et méprisant l’humanité. Celui-ci semblait différent… Non qu’il partagea les même idéaux que lui,  ils divergaients trop ,  mais il semblait simplement agir selon ses croyance, sans émettre de jugement et cela, même si il se révélait plus tard être un adversaire, était plus qu’appréciable. Takeya respectait cela…


« Je crois en la vie. »

Commença-t-il, gardant un petit sourire aux lèvres et son visage paisible.

« J’aime me battre, j’ai la rage au cœur et la passion au corps, mais quand c’est possible et malheureusement ça n’est pas toujours le cas, je préfère laisser mes adversaire en vie, même après les avoirs rossés. Voyez vous, j’estime  que l’on  à aussi le droit de se tromper ou de changer d’avis et le jour ou je perdrai, j’ai l’innocence de croire que peut être mon adversaire partagera mon point de vue. Bien sur j’aime profondément ma guilde  et mes amie et je me sacrifierai pour eux si je n’avais pas d’autre choix, mais quoi qu’il se passe, je ferai tout mon possible pour leur épargner le chagrin de perdre un être cher, car si ceux qui parte on la paix de l’âme et de la mort, il ne reste pour les vivant qu’un vide infini qui ne se comblera jamais. »


Il prit Jenova par la taille et l’approcha de lui sans dire un mot, mais d’un geste ferme et doux, gardant ses pupilles toujours plongé dans les yeux du dieu.

« Bien sur certain son né sans ce choix, ou bien d’autre on commit des actes si inqualifiable qu’il est commun de dire qu’ils mérite de mourir… Mais même dans les cas les plus extrêmes, la mort n’est que rarement la solution… Quelque fois même l’être frappé d’infamie ne mérite même pas de mourir, car se serait lui donner une grâce qu’il ne mérite pas, puis qu’il doit assumer ses crimes et quelques fois réparer sa vie durant… Je ne juge personne, car chacun fait selon ce qu’il croit juste… Vivre, c’est prouver qu’on vit, qu’on mérite de vivre et qu’on assume ses actes. »

Il relâcha avec douceur la jeune fille, tout en lui caressant la main. Depuis des années qu’il l’avait recruté comme lieutenant, il savait qu’à la base, elle était un assassin. Son entré dans La main noire n’était donc pas une surprise, mais il savait aussi qu’elle ne faisait nullement  ceci par plaisir. D’ailleurs, il n’avait jamais jugé aucuns de ses hommes, après tout, n’était ce pas un des principaux dogmes de l’ordre des ombres ? Le lion fit un pas en avant pour se placer exactement en face due l’incarnation divine et conclut.

« Je suis donc près à vivre, en assumant ce que je suis et en allant jusqu’au bout de mes croyances. »


D’habitude les héros clamaient haut et fort qu’ils étaient près à se sacrifier, à mourir pour ceux qu’ils aimaient, mais il était si facile de mourir sans penser aux conséquences de sa mort, au chagrin, et au néant ou ceux laissé derrière se noieraient indéfiniment… Décidément, jusqu’au bout Takeya serait l’archétype de l’anti héros, un lion damné se battant simplement pour se qu’il croyait juste…
avatar
Jenova

Date d'inscription : 04/05/2006
Nombre de messages : 373
Age : 34

Revenir en haut Aller en bas
Ven 25 Oct - 16:41
Le geste de Takeya envers ne me surpris pas. Depuis le temps je connaissais sa façon d'agir et elle me plaisait. Lui aussi savait des choses que j'ignorais et quelque part c'était rassurant.

Bon, ben au moins on est fixées. Il nous connait.
Ou du moins se doute, sinon il n'aurait pas précisé nos deux noms.
A quoi vous vous attendiez ? C'est Takeya.

C'est Takeya. Ces mots suffisaient pour moi. Pour décrire tout ce qu'il était, ce qu'il incarnait. C'est Takeya. La confiance que je placais en lui était payante puisque devant nous apparu Krishna en personne. Je ne me sentais pas à l'aise devant lui. Non pas qu'il faisait peur, loin de là, mais mon aversion pour les dieux était trop ancrée en moi pour que je lui fasse un accueil chaleureux. D'ailleurs, il ne sembla pas s'en soucier puisqu'il s'adressa à nous d'une voix qui fit écho dans ma mémoire. Une voix calme, claire et aimable.

A question simple réponse simple. Celle de Takeya résuma tout ce pour quoi il se battait, et ce qu'il mettait en jeu pour y arriver. La seconde partie de sa réponse me paru sur le coup être un reproche direct pour moi. Mais la seconde suivante je me dis que ce devait être le cas pour beaucoup d'entre nous, aussi je ne m'en formalisais pas.

"J'ai longtemps souhaité la mort de quelqu'un, et je le désire encore aujourd'hui. Je sais aussi que la violence n'entraine jamais rien de bon, et quelle n'est jamais salvatrice. C'est pourtant ainsi que j'ai vécu, ou plutôt survécu. Le sang sur mes mains ne disparaitra jamais, mais c'est quelque chose que je ne peux regretter sinon toutes les actions que j'ai commises jusqu"à maintenant auront été vaines."

Je jetais un coup d'oeil à Takeya, puis regarda de nouveau le dieu musicien.

"Mais comme Takeya je ne peux offrir ma vie car si je meurs je ne pourrais plus protéger ceux qui me sont chers. Et puis il semblerait de toute façon que la Mort ne veuille pas de moi. Alors je me battrai avec tout ce que j'ai, et ce en quoi je crois : mon âme et mon cœur. Et je dénie aux autres le droit de me juger."
avatar
MJ GSMaitre du jeu

Date d'inscription : 26/04/2008
Nombre de messages : 346

Revenir en haut Aller en bas
Sam 26 Oct - 23:50
Infos:
 



Le fils d’un berger tenait la flûte, et jouait, encore, une douce mélodie traditionnelle de son pays. Il écoutait les réponses, et observait les gestes de tendresse de Takeya pour Jenova. Ils étaient convainquant, et semblaient tout deux parfaitement déterminés à protéger leur idéale et par conséquent étaient de dignes guerriers. Ainsi, une rude et terrible bataille allait s’ouvrir. Mais pour savoir, et pour confronter les représentants des deux visions du monde, la route ne s’arrêtait pas devant cette porte. Car comme le leur avait dit la porte, il était impossible pour l’instant de traverser le rideau de soie. Bien sûr, son rang, et sa personne étaient des indices pour savoir ce qu’il prônait. Mais il était un dieu, et ici, un dieu se devait d’être toujours noble, digne, et bon. En décidant de répondre, il montrait sa satisfaction suite aux réponses des deux guerriers.

De plus, il ne se battait pas pour son règne, ni même celui des hindous, non, mais pour les millions de gens qui ont implorés une telle intervention pour ceux qui souhaitent une place importante pour les divinités. Mais la lutte devait être équitable, et les perdants devraient reconnaître la place importante de l’autre, pour qu’au final, la paix puisse régner. Et si pour cela ils devaient détruire les dieux de l’Olympe qui n’ont guère agis depuis, ils le feraient, d’ailleurs ils étaient déjà en train de le faire. Il se doutait qu’ils auraient de nombreux adversaires…

-«  Très bien, sachez que pour lutter, il vous faudra traverser ce rideau, hélas, cela est impossible pour l’instant. Le sage Vidur vous à donnés une conque, mais il en possède encore trois. Lorsque les quatre seront réunies, alors, l'arc Gandhiva d'Arjun fera son apparition dans le monde… Et celui ou celle qui sera digne de l’utiliser devra envoyer une flèche sur cette porte. »

Krishna, frappa avec la flûta la paume de sa main libre, l’air toujours aussi malicieux, décontracté, la voix toujours aussi chantante.

-«  Vidur ne peut donner qu’une conque par clan, mais je peux vous affirmer, que votre attente sera de courte durée, de toute manière vous êtes libre de vos mouvements. Libre à vous de prendre un peu de repos, de rencontrer ceux qui peuvent apporter une conque, ou bien de me poser une dernière question avant que je ne disparaisse. Et attendre ainsi l’arrivée des conques. »
avatar
TakeyaSeigneur noir du Lion | Modérateur
Seigneur noir du Lion | Modérateur

Date d'inscription : 07/05/2010
Nombre de messages : 4046
Age : 37
Double Compte : Aucun!

Revenir en haut Aller en bas
Mar 29 Oct - 15:28





« Il y a une chose que j’ai du mal à comprendre, mais ça ne date peut être pas d’aujourd’hui… Pourquoi un élu ? Un seul être digne ? Pourquoi serai-je moins digne qu’un autre ou bien l’autre moins digne que moi ? Chacun possède ses propres croyances et ne peut juger l’autre, mais quand certains de ces idéaux se rapprochent, pourquoi tenter de les séparer ? L’adage selon lequel les ennemie de mes ennemie sont mes amis semble plutôt convenir  à la situation auquel  les Olympiens doivent faire face… »

Le Seigneur noir lança un regard vers le ciel ou voletait le petit oiseau qui l’avait suivit depuis Bodh gaya. Celui-ci revint se poser sur son épaule et gazouilla de bonheur en se frottant la tête contre la joue du lion, ce qui le fit sourire, un sourire étonnamment juvénile…. De nouveau, Takeya plongea son regard rubis dans les yeux du divin…

« Je ne connais pas le lion d’or actuel et  sans doute serais je en désaccord avec lui sur moult points, mais si jamais la sécurité de l’humanité dépendait de notre alliance, se serait sans hésitation que je combinerai mon cosmos au sien afin de protéger la terre, peu importe que nos visions divergent sur certains points… »

Il restait deux quartier d’orange au jeune homme, celui-ci  en rompit un en deux,  mangea l’une des moitié, puis proposa en souriant le quartier et demis restant à Jenova et Krishna.

« Je ne sais pas si je me fais bien comprendre… Chacun se bat pour se qu’il croit être juste, mais quand notre justice peut être commune, pourquoi la diviser ? J’ai ma propre vision des choses, mais mon cosmos vaut il mieux  que celui d’un marina, d’un saint,  d’un Ase ou d’un spectre ? Si notre monde s’écroule, n’est il pas plus intelligent d’unir ces cosmos dans une même force, d’unir nos espoirs dans une même cause, plutôt qu’une fois de plus nous  diviser, facilitant ainsi le travail de l‘adversaire, quel qu’il soit ? »

Le maitre de la Manus Nigrum s’assit tranquillement dans l’herbe sans quitter du regarde le berger flutiste. A ce moment précis, écoutant sa réponse, il ressentit une tension, et sans s'en rendre compte, prit et serra la main de Jenova, puis sans qu’il sache quoi, il eu l’impression que quelque chose se bisait et disparaissait dans le néant… Il eu l’impression d’être le dernier Seigneur noir…

avatar
MJ GSMaitre du jeu

Date d'inscription : 26/04/2008
Nombre de messages : 346

Revenir en haut Aller en bas
Mer 30 Oct - 23:56
Infos:
 



    Krishna écoutait, toujours aussi jovial la dernère interrogation des deux visiteurs, même si seul le jeune homme prit la parole cette fois pour s’adresser à lui. La question qu’il venait de poser à Krishna était eternel. Elle vivait, et vivrait toujours au travers les siècles, les periodes. Il joua encore de sa flute, alors que Takeya partagea avec Jenova la nourriture qu’il avait à sa disposition.  

    -« Les dieux ne sont pas insensible à l’orgueil, et l’orgueil est souvent le feu qui brûle l’humilité. Celui qui posséde une pièce, en veut deux. Et alors le mal est fait. Le poison coule dans le sang et on ne voit plus la vérité ni la justice. Et c’est ainsi que même celui se veut juste peut être pris de folie. Sache que ceux qui défendent la véritable justice n’auront jamais à craindre ce mal. »

    L’avatar arrêta son chant, et prit un air un peu plus serieux et grave, et se dirigea vers les deux mercenaires, il fit disparaitre sa flûte, et lui-même commença à se flouter aux yeux des deux mortels.

    -«  Celui qui défend la justice ne peut que vaincre, quant au fait de savoir si un spectre et un saint, ou autres peuvent s’allier. La réponse ne m’appartient pas, mais se rapproche de mes dernières paroles. Vous devez savoir, que tant qu’il y aura une injustice, il y aura des voleurs !»

    Le fils du Berger disparut dans un doux nuage de pétales de lotus, et de plumes de paon… La porte prit alors le relai.

    -«  Le seigneur vient de vous parler… Maintenant que vous savez, que l’ignorance à quitter votre esprit sur ce sujet et que vous savez comment ouvrir la porte que vous savez qu'il faut attendre l'apparition des trois autres conques, que comptez-vous faire ? »
avatar
TakeyaSeigneur noir du Lion | Modérateur
Seigneur noir du Lion | Modérateur

Date d'inscription : 07/05/2010
Nombre de messages : 4046
Age : 37
Double Compte : Aucun!

Revenir en haut Aller en bas
Mar 5 Nov - 1:27



Tandis que le sombre lion écoutait la réponse de Krishna, il ressentit un étrange pincement au cœur… Il avait toujours gardé un lien spécial avec celui qu’il considérait comme un frére, le seconds Seigneur noir de l’ordre, Clotho… En cette instant, ce lien semblait s’être briser. La folie ou l’orgueuil de disciple de Saga l’avait il conduit à sa perte ? Il ignorait ce qu’était devenu Clotho et la priorité revenait à la mission présente, mais le doute persistait en lui… il demanderait des informations à Jooh quand lui et son lieutenant rejoindraient le Blackbird, bien que  lafin de Clotho soit  malheureusement des plus évidente… Les risques du métier…

Cependant,  son cœur décida de rendre un dernier hommage à son ami….  Soudain, tandis qu’il écoutait silencieusement le divin, assit en position du lotus, son aura s’enflamma et monta vers le ciel. Une gigantesque flamme rouge l’entourait désormais, une flamme pure et éblouissante qui s’étendit autour de lui et continua de monter dans l’atmosphère. Un cosmos gigantesque brulait, prenant sa source dans le cœur du Seigneur noir, ni tout à fait divin, mais plus vraiment humain, il était étrangement doux et chaud bien que mélancolique… Soudain toute tristesse disparut et une flamme de réconfort explosa dans l’atmosphère, prenant la forme d’un gigantesque lion,  hurlant face aux astres, quel qu’ils soient… Le manipulateur de flamme rendait hommage à celui des galaxies, a son frère, son ami…

Puis le maitre de la Main Noire se releva, son cosmos redevint celui d’un humain et il sourit…

« Effectivement, je comprends ce que Vidur voulait dire Maintenant… Je n’aurais jamais été du coté de cette garce de Kali ou de cet enfant gâté de Skanda… Et je n’aurais pas non plus prit partie pour les Olympiens qui ne valent pas mieux… Comme d’habitude les dieux n’écoute que leurs fidèles et ne se préoccupe pas des autres, de cette humanité qui croit simplement à la liberté… »

Un sourire… A la fois mélancolique et pourtant teinté d’ironie… Un éclaire rouge dans les yeux et une main se serrant en un poing protecteur pour heurter un torse protégeant un cœur de feu…

« Ce que je compte faire ? Faute de mieux pour l’instant, attendre l’apparition des trois conques, car votre Seigneur m’a prouvé que malgré une vision différente des choses, l’on peut être sage et avisé. Je vais donc attendre et mettre à profit ce temps pour quérir des informations sur la situation actuel. Quand les autre élues apparaitrons, j’irai discuter avec eux, je serais curieux de voir leurs réactions face à un Seigneur noir de la confrérie des ombres »


Sur ce, le lion, salua la porte de la main et s’en retourna vers le Blackbird afin de contacter l’Heaven Inc pour faire un point sur la situation, faisant signa à la Main noire de l’Ankou des souffrances de le suivre.



« Qui connaît son ennemi comme il se connaît, en cent combats ne sera point défait. Qui se connaît mais ne connaît pas l'ennemi sera victorieux une fois sur deux. Qui ne connaît ni son ennemi ni lui-même est toujours en danger. »
avatar
MJ GSMaitre du jeu

Date d'inscription : 26/04/2008
Nombre de messages : 346

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 7 Nov - 19:14
    -« Tu n’auras pas besoin de réfléchir. Lorsque l’arc fera apparition sur terre tu le comprendras assez rapidement. Et alors, le monde entier tremblera, et l’Inde ne sera plus le seul pays à visiter. »

    Le son de la voix qui émanait de la porte s’évapora dans une atmosphère mystique, et délicate. Les deux mercenaires devaient attendre, attendre le signal sacré de l’arc Gandhiva. Car sans lui il était impossible de franchir cette imposante porte, et de traverser l’immense rideau de soie rouge.

    Un long silence, doux, et beau, le soleil brillait, et les deux personnes pouvaient maintenant agir à leur guise, le message de Krishna était clair, il fallait attendre que les quatre conques sonnent pour ouvrir le chemin vers l’avenir de cette histoire, et nul doute qu’au vu de leur détermination, ces deux guerriers feraient tout pour assurer leur justice, et seul le temps dirait s’il s’agissait de la vraie.

    C'est ainsi que Jénova et Takeya quittèrent ce lieu, prêts pour la suite de l'aventure.

avatar
TakeyaSeigneur noir du Lion | Modérateur
Seigneur noir du Lion | Modérateur

Date d'inscription : 07/05/2010
Nombre de messages : 4046
Age : 37
Double Compte : Aucun!

Revenir en haut Aller en bas
Lun 11 Nov - 1:25




Le Seigneur noir sourit tendit que résonnait la voix d’outre tombe… Quelques secondes plus tard, la sonnerie du téléphone résonnait. Cliquant machinalement pour répondre, il sourit portant le combiné à son oreille.

« Oui, je comprends… Merci docteur, cela nous sera précieux… »

Puis il tapota sur un clavier situé à sa droite, transmettant ainsi les nouvelles coordonnées de leur prochaine destination…

Le petit oiseau s’était de nouveau coucher sur la tête du chevalier noir, il dormait paisiblement, nullement choqué d’avoir de nouveau pénétré dans son grand frère métallique et étrangement serein…

Quand à Takeya, malgré l’assurance de son sourire, le lion  était en pleine réflexion, se demandant encore si les informations du satellite et de ses espions étaient réellement fiables… Elles l’avaient toujours été, mais en ce jour ce qu’elles insinuaient était bien curieux… Haussant les épaule, il se fit servirent un verre de Wisky de cinquante ans d’âge d’une qualité exceptionnel par une ravissante soubrette blonde au corps à la fois fin, musclé et pourtant aux formes pulpeuses…

Le maitre de la Manus Nigrum plongea son regard ardent dans les reflet du breuvage sacré, y perdant quelques instant ses pensées… qu’allait il bien pouvoir advenir de l’avenir… Isa puissance suffirait elle pour sauver une nouvelle fois l’humanité, devrait il s’allier de nouveau avec  ces servant divin si… étrange, tant pitoyable que digne de respect  et pourtant esclave de sois disant être supérieur ?

L’avenir allait bientôt le lui révélé, ainsi que l’insolite personnage à qui il allait rendre visite… Sérieusement, il fallait vraiment que Jooh arrête de toucher à sa réserve de cote du chartreux…
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

[EVENT] Dream On

 Sujets similaires

-
» Dream of Ewilan
» event coupe du monde la semaine prochaine
» Hollywood Dream Boulevard
» Dream ticket :Obama/Gore
» California Dream !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya :: Zone Guerre Sainte :: Asie et Océanie :: Autres Lieux-