avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t25901-sargas
EphraemChevalier d'Or du Taureau | Modérateur
Chevalier d'Or du Taureau | Modérateur

Date d'inscription : 04/10/2013
Nombre de messages : 3462
Age : 29
Double Compte : Asling, Amarok, Gaïus

Revenir en haut Aller en bas
Sam 12 Oct - 11:33
2014 – Namur, Belgique

Voilà un ans que le garçon avait quitté l'espace-temps, rencontré la douce Perséphone, qui était alors sous la forme de Coré, et était retourné au Sanctuaire pour redevenir un Saint d'Athéna. Cela faisait quelque jour maintenant qu'il avait endossé l'armure du Scorpion dorée, et qu'il avait prit la décision de parcourir le monde. Bien sur, le monde avait changé en plus de deux siècles, ce qui perturba le jeune homme. Les maisons avaient beaucoup changées, n'étant pour la plus part, plus en pierre brut, mais sculptée, voir même en matière que le Scorpion ne connaissait pas. Mais s'il ne s'agissait que de ça, Sargas aurait pu s'en sortir, mais là... Le monde était vraiment différent. La plus part des monarchies avaient laissé place à des républiques. Les chariots n'étaient plus de bois, mais de fer et avançaient sans chevaux. De drôles de râteaux étaient perché sur les toits et d'après ce qu'avait entendu le Saint, ils permettaient de voir des gens dans des boîtes magiques. Mais plein d'autres changements avaient eu lieu, tellement, que le Scorpion eu le tournis juste en entrant à Athènes. Il y croisa d'ailleurs des jeunes, qui devaient avoir son âge, et qui n'étaient pas surprit de le voir arriver avec ses vêtements d'une autre époque et sa pandora box sur le dos. Il suivit leurs conseils, pour changer un peu de look et avoir le '' style '' comme ils disaient. Il dépensa les quelque sous qu'il avait, pour s'acheter un jean, des baskets, un t-shirt et un sweat à capuche. Il reprit ensuite sa route, toujours rêveur de ce qui l'entourai. Il parcouru plusieurs kilomètres, se perdant un peu, avant d'arriver dans la ville de Namur, en Belgique.


La ville était un peu à l'ancienne, comme le garçon avait connu les villes d'autres fois. Mais l'animation battait son plein. Il entendit de loin une musique étrange, mais attractive, qu'il décida de suivre, pour en trouver la source. Il tomba de nouveau sur des jeunes de son âge, qui écoutaient cette musique étrange et un peu barbare, sortant d'une autre sorte de boîte magique, mais celle-ci, sans image, seulement avec du son. Sargas s'installa sur un banc, écoutant les sons qui sortaient, avec le regard ahuri et intéressé d'un enfant voulant un jouet dans une vitrine.

HRP: Un peu cours désolé ^^ mais j'ai du mal à faire des descriptions sur des lignes et des lignes ^^
avatar
Katsu

Date d'inscription : 09/11/2012
Nombre de messages : 750
Age : 33
Double Compte : Freyja/Alia

Revenir en haut Aller en bas
Dim 13 Oct - 23:57
La Belgique, monde rempli de contradiction, deux langues deux cultures qui donne cette Impression qu'elle va exploser à tout moment. Mes en ce jour une ambiance de fêtes arriva à grands pas, j'avais toujours aimé passer dans les rues des villes du monde, sentir la joie des leurs habitants à la proche de leurs fêtes locale. Et à la proche du ce deuxième week-end de septembre, un région nommer fête de Wallonie se préparais. Les stands se mettaient en place, les scènes se montaient pour faire résonner la musique. Je marchais dans ses rues, discutant avec ces personnes préparant les festivités, offrant mon aide.

Mon voyage m'avait emmené au bout du monde, dans les contrés humides et chaudes, faisant souffre ce corps si longtemps habituer au vent froid d'Asgard. Mes pieds avaient foulé chaque sol de béton, et de poussière, j'avais respiré l'air de chaque pays humant ses différences subtiles. Et aujourd'hui mes pas m'avaient emmenée dans les rues de ce pays étrange, jusqu'à cet homme, assis là sur un banc en compagnie de cette boite mystique offrant sa protection à ses rares élus. J'observais cette boite couleur d'or, regardant chaque gravure, chaque détail, jusqu'à voir ce scorpion. Je le regardais droit dans les yeux, l'observant à son tour, regardant ses cheveux au reflet rouge, retombant sur son visage et aux yeux à l'éclat violet. Mon esprit ne pouvait le nier, cet homme avait un physique des plus plaisant, et il était assis là pour une raison que j'ignorais, sous les airs d'une chanson de Led Zepplin. Mes yeux balayant cet endroit, cherchant la raison de cette présence sur ce banc et soudain un groupe de jeune écoutant ce vieux rock se montrait à mes yeux, puis reviens sur ce chevalier de cette déesse grecque de la guerre Athéna, qui autre fois était venu au secours des neiges éternelles d'Asgard et de mon maître. Il les observait, comme intriguer émerveiller par ce qu'il voyait
Un sourire se dessina sur mon visage, mon corps se mit à avancer vers se banc pour s’asseoir auprès cette personne, ma voix retentissant doucement.

« Je me demande ce qui peut fasciner le chevalier d'or à observer ces jeunes écoutant un morceau de Led Zepplin. »

Je lui souriais. J'aimais discutés avec ces chevaliers, tant d'opinions divergentes, tant de combats pour la vie et la gloire de nos semblables. Nous étions tous similaires d'une certaine manière, servant nos dieux avec une loyauté sans faille, nous nous acharnions à nous déchirer pour la paix, pour certains d'entre nous, et la domination de nos dieux. Ces penses me ramenais vers les miens et ces guerriers au service du père de toutes choses, me disant qu'il serait bientôt à nouveau temps de refouler cette sole de au tapis blanc que j'avais laissé derrière moi il y a 5 ans.

« Vous êtes loin des terres du sanctuaire. »
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t25901-sargas
EphraemChevalier d'Or du Taureau | Modérateur
Chevalier d'Or du Taureau | Modérateur

Date d'inscription : 04/10/2013
Nombre de messages : 3462
Age : 29
Double Compte : Asling, Amarok, Gaïus

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 31 Oct - 13:43
Le Scorpion ne fit pas attention à la demoiselle qui s'installa près de lui. Il était attiré par cette musique, qu'il ne comprenait pas. Il entendit vaguement un Led Zepplin à son oreille, mais il ne comprit pas vraiment. Puis, la jeune femme lui reparla de nouveau et le fit sortir de sa rêverie. Il sursauta un peu, empoignant l'une des lanières de sa box, et regarda la demoiselle. Elle avait un visage fin et pâle, encadré de long cheveux aux couleurs des neiges du nord. Sa silhouette était également fine et svelte. Elle avait l'air fragile, le genre de fille que l'on veut protéger, mais on sentait aussi une grande force émanant d'elle. Pour de simple mortel, elle était juste une très belle femme, mais pour le garçon, elle était plus que ça, elle était une très belle femme, mais aussi une puissance guerrière. En gros, elle était exactement le type de femme qui pouvait ravir le cœur du Scorpion.

- Oh, euh... Le garçon était gêné, et il espérait que la jeune femme ne verrait pas ses joues rougir. Je suis Sargas, chevalier d'or du Scorpion. Et je suis actuellement en voyage de... redécouverte du Monde. Et vous charmante demoiselle ?

Sargas s'inclina respectueusement, attendant la réponse de cette femme qui troublait le Saint.


Dernière édition par Sargas le Sam 23 Nov - 18:49, édité 1 fois
avatar
Katsu

Date d'inscription : 09/11/2012
Nombre de messages : 750
Age : 33
Double Compte : Freyja/Alia

Revenir en haut Aller en bas
Mar 5 Nov - 21:58
Il posa sa main sur cette boite dorée, comme s'il craignait que je puisse l'attaquer, provoquant un léger sourire sur mon visage en guise de réponse. Il balbutia quelques mots avant que ses joues ne deviennent rouge et se présenta comme étant le chevalier d'or du scorpion, chose que mon esprit savait déjà. Il avait examiné cette boite, regardant les gravures qui l'ornait, c'était poser ces questions qui emmenait à d'autre et au suppositions et auxquelles il y répondit me la retournant. Je le regardais un instant, essayant de garder en mémoire chaque trait de cet homme qui ce trouvait en face de moi explorant ce monde comme je le faisais depuis 5 ans. J'observais ces cheveux rouges, couleur sang, ainsi que ces traits et ses yeux au reflet atypique. Pendant un instant ces yeux me fascina, me plongeant dans ses questions qui inondait monde esprit.
Le silence s’installa alors mon regard continuait à observer ses yeux, quand mon esprit vient me réveiller me força à répondre, détournant le regard afin de contempler ces jeunes qui écoutais ce rock ancien.

«Appeler-moi, Silke, tout simplement. Et comme vous je parcours le monde afin de le comprendre, ainsi que de comprendre le destin cruel de certains peuples. Et je vous en pris ne vous incliner pas.»

Cela était un geste de temps ancien, une politesse oublier de l'homme, ce qui me surpris ainsi que sourire. Quelque tête se tournèrent face à ce spectacle, certain jeune rigolais dans silence d'autres affichaient un air amuser. Je regardais toutes ces personnes, senti comme une gêner s'emparer de soudainement et releva ce chevalier.

« Je ne sais pas ou vous avez appris ça. Si c'est au sanctuaire ou non, mais cela fait bien longtemps que les hommes ne s'inclinent plus ainsi face à une femme »

Mon visage continuait à affiche ce sourire pour adoucir mes paroles qui sonnaient comme une moquerie. J'avais envie de continuer à avec ce saint, lui demander pourquoi il redécouvrait le monde, savoir pourquoi ses yeux avec cet étrange éclat de couleur pourpre. J'avais envie d'apprendre à le connaître comme ces personnes qui avait croisé mon chemin durant ces années. Noter sur ces pages avides de connaissance les paroles échanger, autour d'une simple bière.

« Si vous voulez, on va dans un café, nous serions mieux pour discuter. Si vous en avez envie bien sûr. »

J’espérais qu'il accepte cette offre, qu'il me suit afin de pouvoir continuer à lui parler.
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t25901-sargas
EphraemChevalier d'Or du Taureau | Modérateur
Chevalier d'Or du Taureau | Modérateur

Date d'inscription : 04/10/2013
Nombre de messages : 3462
Age : 29
Double Compte : Asling, Amarok, Gaïus

Revenir en haut Aller en bas
Dim 10 Nov - 15:10
Le garçon se redressa en entendant le prénom de la jeune femme. Il trouvait le prénom aussi jolie que celle qui le portait. À ses dires, elle trouvait Sargas bizarre, et c'était en effet le cas. Il n'avait pas encore l'habitude des conventions modernes, et n'avait pas l'intention d'éclipser les règles de " bonnes conduites en société " que lui avait enseigné Dégel.


- Hum, on va dire que j'ai eu une éducation... assez spécial, dit-il en souriant, on pourrait même dire... à l'ancienne.


Le jeune Scorpion regarda une nouvelle fois la demoiselle, de la tête aux pieds, rougissant de ce qu'il faisait. Il la trouvait magnifique, mais il était sur qu'il n'oserait pas lui dire. Dans sa tête, son esprit lui disait, que cette femme était trop bien pour lui, et qu'elle ne devait surement pas s'intéresser à un gamin comme lui. Quand il entendit l'invitation pour continuer la conversation, il ne la refusa pas, et suivit Silke sans hésitation. Par contre, il ne savait pas ce qu'était un café... Il se demanda donc, de quel genre d'endroit il pourrait s'agir, avant de laisser tomber, en se disant qu'il saurait, une fois devant.


- Euh, par contre, Dame Silke, vous avez l'autorisation de me tutoyer, je n'ai pas l'habitude que l'on me vouvoie... Et bien sur, je ferais de même, si vous êtes d'accord.


Quelle sensation étrange était à l'œuvre chez le jeune Saint, une sensation de bien être. Il se demandait de plus en plus, s'il s'agissait d'amour, de ce que Dégel appelait le coup de foudre, comme il l'avait eu pour Dame Seraphina, sans jamais lui avouer.
Le jeune chevalier d'or décida d'entamer la conversation, pendant qu'ils étaient en marche, dans les rues de Namur.


- Vous... euh... tu as voyagé dans quel pays jusqu'à maintenant ?
avatar
Katsu

Date d'inscription : 09/11/2012
Nombre de messages : 750
Age : 33
Double Compte : Freyja/Alia

Revenir en haut Aller en bas
Sam 23 Nov - 21:16
L'attitude de ce jeune homme laissa ce sourire sur mon visage. Il avait ces manières des temps anciens, des temps oubliés, ne montrant un respect qui peut de personne montrait dans ce monde, de sa bouche était sortis ce mot « Dame Silke », mon esprit réagis aussi vite l'intiment de m’appeler juste Silke. Il n'était nullement habitué à de telles marques de respect et n'en voulait pas de tel, il avait toujours aimé cette simplicité qui faisait celle que j'étais et ne voulais aucunement changer ce trait.

« Comme je l'ai dit, Silke fera l'affaire et tu peux me tutoyer. »

Mes pas prirent la direction d'un café, du nom de « À l'envers» alors que j'écoutais les paroles du scorpion, me demandant les endroits ou j'avais voyagé. Mes pas se souvinrent, des terres qu'ils avaient foulées, des sables chauds de l’Égypte et de Dubai, des terres froides de la Russie m’emmenant sur les chemins de la nostalgie, mes penser c'était diriger vers le mien, mon esprit pouvait les toucher lors de mes songes et leur parler. Alors à cette question je m'y du temps à répondre, repensant à toute ces moments que j'avais passé pendant ces 5 ans hors de mes terres, foulant ces sols loin de ma famille, et de celle qui m'avait entraîné. Un autre sourire venait se dessiner sur mon visage alors que mon esprit était parti dans les méandres de mes souvenirs. Je reculais cette chaise, m'assis tout en lui répondant.

« Partout. Je suis parti de chez-moi il y a 5 ans. Je suis passé par la Russie, Norvège, Suède, à l’Espagne Rome, Cameroun, Afrique du Sud. Ainsi que par les états unis et les pays des Amériques du Sud. Je suis passé aussi par le sanctuaire, enfin non loin de là. Je n'ai pas mis les pieds dans le sanctuaire d'Athéna.»

Et une interruption fit son entrée sous les traits d'un serveur nous demandant ce qu'on désirait. Je regardais la carte, demandant une Maes, le serveur nota sur son petit calepin et attendit la commande de Sargas. Alors que moi je continuai notre conversation.

« Alors Sargas, pourquoi une chevalier d'or décide t il de partir en voyage loin du récif du sanctuaire? Pas que cela soit étonnant, mais j'ai vu très peu de chevaliers d'or pendant ces 5 ans.»

Mon regarde sur posa sur les siens, essayant de décrypter chaque réaction, gravant chaque mouvement, posant ainsi un regard avide de connaissance. Ce regard qui depuis mon plus jeune âge m'avait accompagné voulant pénétrer dans tout ce qu'il avait sous les yeux afin de connaître le moindre secret. Mon esprit avait appris à calmer cette soif de connaissance avec autrui, avait appris à mon regard que certaine personne n'aimait guère que l'ont la regarde de cette manière, mais en ce jour il ne pouvait se refréner. Il voulait apprendre à connaître cette personne, connaître les moindres gestes, la moindre signification. Quant à mon esprit, il restait ce besoin et n'essaya donc aucunement de modérer cette intrusion que mon regard exerçait.
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t25901-sargas
EphraemChevalier d'Or du Taureau | Modérateur
Chevalier d'Or du Taureau | Modérateur

Date d'inscription : 04/10/2013
Nombre de messages : 3462
Age : 29
Double Compte : Asling, Amarok, Gaïus

Revenir en haut Aller en bas
Mer 27 Nov - 12:01
Le Saint acquiesça pour montrer à Silke, qu'il l'appellerait par son prénom maintenant, et la tutoierait. La jeune femme mit un peu plus de temps à répondre pour la suite. Sargas le voyait, elle était perdue dans ses pensées, surement de doux souvenirs du passé, comme lui même en avait parfois. Mais quand elle répondit enfin, le garçon se mit à rêver, essayant d'imaginer tout ses pays qu'elle avait visitée. Il se rappela de l'Espagne et de l'Italie qu'il avait visité il y a peu de temps. Pour Rome, il se rappelait seulement ce qu'il avait vu il y a longtemps, préférant se rendre à Venise. Mais pour le reste, il ne connaissait pas. Enfin si, il se doutait qu'il s'agissait de pays qu'il avait vu dans le passé, mais ils avaient changés de noms. Pourquoi l'Homme faisait-il autant de changement ? Peu importait au Saint, puisqu'il se rendrait partout, avant de retourner au Sanctuaire.

Quand le serveur arriva, le garçon ne savait pas quoi prendre. Il ne connaissait rien de ce qui était indiqué sur la carte. Il fit donc confiance à sa nouvelle amie et demanda la même chose. La question qui suivi la prise de commande, ne perturba pas le garçon, qui allait se faire une joie de répondre.

- Eh bien, j'ai visité le monde, mais il y a fort longtemps... Je voudrais le revoir maintenant et le comprendre...

Il regarda ensuite la jeune femme, pour essayer de comprendre ses pensées, mais il n'y arrivait pas encore. Il reprit alors la parole.

- Mais dit moi, comment sont la Russie, la Norvège, la Suède, le Cameroun, l'Amérique du Nord et Sud, ainsi que l'Afrique du Nord ? Je vous tout savoir.


Le garçon était prêt à imaginer ce que lui dirait Silke. Il était comme un enfant qui sortait pour la première fois de chez lui. Un bambin rêvant les yeux grands ouverts, d'un monde qu'il voulait découvrir de ses propres yeux.
avatar
Katsu

Date d'inscription : 09/11/2012
Nombre de messages : 750
Age : 33
Double Compte : Freyja/Alia

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 26 Déc - 9:31
Il était comme un enfant à qui on venait de conter des doux rêves à son oreille. Ces yeux brillèrent comme si cela était la première fois qu’il entendait parler de ce monde qui était sans l’ombre d’un doute, au regarde de ses yeux,  les plus beaux du monde. Tandis que le mien montrait cet étonnement d’un tel émerveillement face à ce monde qui pourtant il avait parcourut. Mon regard resta ainsi, à l’observer, pendant quelques secondes. Puis un léger sourire se dessina sur mes levers alors que mon regarda s’adoucis et mes pense retournèrent auprès de ce pays si étrangement semblable aux miens. La Russie, Norvège et Suède, m’avait toujours plus, car dans les périodes d’hivers elle ressemblait aux terres froides d’Odin. Il avait ce manteau de neige blanc, cette froideur dans laquelle je me plaisais tant durant cette douce enfance. Alors je lui contais les froideurs de ce pays, avec nostalgie avec une envie de la retrouver.

En 5 ans je n’avais nullement penser à ses contré laisser derrière moi, à ce froid que j’avais abandonné pendant tant d’années sans me retourne. Je savais qu’ils ne m’en voulaient aucunement, que le jour de mon retour je serai accueillit avec un de ces tasses au breuvage chaud et leur oreille pendue à mes lèvres alors qu’elles raconteraient mes péripéties. Mais en cet instant, on pouvait sentir cette nostalgie m’envahir à chaque mot prononcer, à chaque merveille raconter. Et mon esprit ses laissait aller dans ces doux souvenirs, jusqu’à ce que ma voix n’ai plus rien a dire. Elle avait dû sans doute se laisser aller et parler pendant des heures de ces pays, car quand mon esprit revient dans ce café les verres de bière se trouvaient sur la table, et il semblait être commencé.  Alors, aussi vite que je le pouvais je m’excusai d’avoir autant accaparé la conversation.

« Désolée, j’ai beaucoup parlé.  Les pays du nord ont tendance à me rappeler mes terres natales. Alors il m’arrive de me perdre dans leur souvenir ou alors que mon esprit retourne auprès des miens. »

Je lui avais raconté ces maisons qui au printemps étaient recouvertes de verdure et à l’époque des neiges de son tapis blanc. Je lui avais parlé des bains dans ces eaux glacées que les habitants de ce pays ainsi que des ces longues balades sur les skis et les montagnes dessinant les paysages ainsi que ces leur forêt.

Mais une chose intriguait mon esprit, une chose que ses lèvres avaient prononcée et qui était restée dans un coin. Il avait parcouru le monde il y a fort longtemps, et il semblait ne pas les connaître. Je pris une gorgée du breuvage, fronçant un peu les sourcils.

« Mais dis-moi. Comment ce fait il que tu ne connaisses pas ces pays. La Russie je comprendrai puisqu’avant elle se nommait URSS donc on peut penser qu’on ne connaît pas ce pays. Donc comment ce fait il que tout ceci te paraît nouveau ? »

Cela m’intriguait, comment une personne ayant voyage dans les mondes pouvait oublié ces merveilles et les noms qu’elle portait. Jamais, mon esprit pourrait oublié la gentillesse de certains pays ou tribu perdus dans les forets tropicals. Ni les horreurs que mes yeux avaient pu voir, qu’ils s’étaient efforcés de regarder pour comprendre le monde dans lequel nous étions nées et que nous devions protéger des eaux.
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t25901-sargas
EphraemChevalier d'Or du Taureau | Modérateur
Chevalier d'Or du Taureau | Modérateur

Date d'inscription : 04/10/2013
Nombre de messages : 3462
Age : 29
Double Compte : Asling, Amarok, Gaïus

Revenir en haut Aller en bas
Sam 28 Déc - 12:37
Le garçon se délecta de chaque paroles. Dans son esprit virevoltait les images passées et présentes, qu'il imaginait, des différents pays que la jeune femme décrivait. Il la regardait avec émerveillement, plongeant ses yeux dans les siens. Il ne fit pas attention à la commande qui venait d'arriver, mais commença à boire tout de même. La boisson avait bon goût, mais juste les quelques gorgées faisaient tourner la tête au jeune homme. Pourtant, il continuait à écouter la belle Silke, tout en rêvant de parcourir ces terres froides avec elle.

Soudain, alors qu'elle venait de finir la description de ces magnifiques régions, son regard changea. Et fronçant les sourcils, elle demanda pourquoi Sargas réagissait comme si tout le Monde était nouveau pour lui. Le Scorpion ne savait pas si c'était l'alcool ou simplement la confiance qu'il avait en cette demoiselle en face de lui, mais il décida de lui raconter son histoire. Il prit soin cependant, de ne pas trop élever la voix, pour ne pas que tout le monde entende ses paroles.

- Eh bien, commençons par le début, tu veux bien. Malgré mon apparence, je suis beaucoup plus vieux que ce qu'il parait. Et là, tu dois te dire que c'est complètement stupide, car ça voudrait dire que je connais quand même toute ses régions dont tu parles. Mais... je suis née en 1728, le 25 octobre plus exactement. Je suis née dans une famille mafieuse de l'époque et mon père voulait faire de moi son successeur. Pour se faire, il m'a instruit, mais seulement dans l'art de tuer. Et c'est pas vraiment un art que j'adore à vrai dire... Un jour, mais je le su plus tard, mon oncle fit tuer mon père et paya mes maîtres d'armes, pour m'exécuter. J'ai voulut me défendre, mais un garçon de dix ans ne peut rien contre cinq hommes surentrainés. J'ai subit leurs attaques et chuter dans une rivière. Et par chance, le Saint du Scorpion de l'époque et celui du Verseau, étaient dans les environs. Ils m'ont alors recueillis et ont fait de moi un chevalier au nom d'Athéna. J'ai donc combattu à leurs côtés, portant une armure de bronze, puis d'argent, luttant contre les Spectres d'Hadès. Alors que mes compagnons tombaient au combat, je m'avançais aux Enfers. Peut-être était-je trop confiant ou trop énervé après la perte de mes maîtres, mais je n'ai pas fait attention et me suis fait avoir par un Spectre. J'ai ensuite était secouru par le Saint des Gémeaux, et au moment où il m'a envoyé dans une autre dimension pour que je rejoigne la sortie des Enfers, je me suis retrouvé enfermé. J'ai mit près de trois siècles à sortir de l'autre dimension et ré-atterrir aux Enfers. J'y ai croisé Perséphone, qui m'a aidé à sortir et ai reprit ma route pour le Sanctuaire. Personne là bas ne connait mon histoire, mais j'ai pu avoir leur confiance. Toute ses années dans l'autre dimension ont renforcées mon cosmos, au point d'en obtenir un aussi puissant quand mon maître. J'ai ensuite gagner le droit de porter l'armure de mon maître, après avoir fait mes preuves et avoir fait une remise à niveau. Puis, une fois l'armure en ma possession, j'ai décidé de refaire le tour du Monde, que j'avais déjà fait au 18 ième siècle.


Après avoir tout révéler à la jeune femme, Sargas se tût, attendant de voir la réaction de Silke.
avatar
Katsu

Date d'inscription : 09/11/2012
Nombre de messages : 750
Age : 33
Double Compte : Freyja/Alia

Revenir en haut Aller en bas
Sam 18 Jan - 9:10
Et il me raconta ce récit, un récits fou qu’on ne lit quand ces livres de fiction. Il me parla de sa naissance dans ces temps anciens, de cette famille qui l‘avait élevé en tant qu’héritier. L’histoire qu’il me décrivait était sans nul doute la plus incroyable que mes oreilles ai entendu. Elles ne pouvaient croire ses mots sortant de la bouche de cet homme, ne pouvaient croire en de tel récit. Pourtant mon esprit lui, le croyait, il ne savait pourquoi, mais pourtant il avait foi en ces paroles. Il s’imaginait les combats mener, la peine et la triste ressenti. Mon esprit pouvait voir ces terres de désolation, laisser derrière chaque bataille. Mes oreilles, elles se surprirent à entendre les cris de désespoir retentissant sur les steppes de la mort, appelant un être cher au loin, ou un maître venait de tomber au combat. Mon imagination se perdait dans ce récit sans vouloir en sortir.

Je l’écoutais, alors que mon regard ne pouvait se détacher du sien, et quand il eu finis de conté son histoire je restais dans le silence, contemplant ces yeux au reflet pourpre. Je ne disais aucun mot, restant perdu dans ce mon qu’il venait de me dépeindre. Ma main porta ce breuvage à mes lèvres prenant de ce liquide, je posais le verre, ne sachant que dire. Ma tête se tourna, regardant ce flot des personnes, discutant, riant d’une voix forte. Mon regard se perdant ces interactions, dans cette vie qui ne saura jamais les sacrifices qui avaient été faits en leur nom. Un sacrifice donne avec plaisir pour ses gens qui rejeté ses dieux qui avaient mis tant de vie sur le char de la mort. Un sourire fugace apparu ne cachant point cette triste face à l’aveuglement des hommes.

« Le monde à bien change. Les hommes, ne croient plus en nos dieux protecteurs, les rejetés eux et nous par la même occasion. Certains continuent à nous voir comme leur héros, comme ces personnes donnant leur vie pour la leur. Mais beaucoup d’entre eux nous voient… je ne sais pas vraiment en quoi ils nous voient, mais plus en ces êtres prêts à sacrifier leur vie pour la leur. »

J’avais voyagé, vue des choses improbables, des choses dont aucun des miens n’avait aucune idée. Le monde pouvait être égoïste, comme il pouvait être d’une générosité insoupçonnée. Je repensais à mes fuites face à ses gens épris de leur chasse aux sorcières, ou ces autres personnes m’offrant le logis sans rien me demander en retour. Je devenais songeuse perdu dans mes penser, continuant à observer ces personnes qui nous entourait. Je buvais une dernière gorger, rapporta mon attention sur mon compagnon et dans un sourire.

« Mais il y a de belles choses dans son monde, des paysages magnifiques qui l’espace d’un instant vous fait oublier toute les horreurs de l’être humain, ou des gens d’une générosité sans pareille… On rencontre aussi des gens au passer sortis tout droit d’un roman. »

Et je le fis un clin d’œil, tout en lui souriant.
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t25901-sargas
EphraemChevalier d'Or du Taureau | Modérateur
Chevalier d'Or du Taureau | Modérateur

Date d'inscription : 04/10/2013
Nombre de messages : 3462
Age : 29
Double Compte : Asling, Amarok, Gaïus

Revenir en haut Aller en bas
Mer 26 Fév - 15:56
- Les Hommes ont toujours rejeter les Dieux. Mais à une époque, ils élevaient leurs champion au statu de Héros, mais comme tu le dis toi même, ceci est terminé. J'ai vu, en sortant du Sanctuaire, des enfants me souriant en voyant l'armure qui m'accompagnait, mais aussi des parents me crachant dessus, par peur de mauvais présage. Je sais que je ne devrais pas dire ça, mais la présente incarnation d'Athéna a fait une erreur en nous dévoilant au monde. Tout ces gens se portaient mieux, quand ils ne nous connaissaient pas, ils pouvaient encore croire en un dieu protecteur et en un esprit fourbe. Mais maintenant, nous tous, chevaliers de tout camp, sommes tenus responsable de tout les malheurs de la Terre. Ils pourraient se retourner contre les Dieux, mais ils ne le feront pas, il n'y a pas vraiment d'existence en ces Dieux pour eux. Mais ils savent que les chevaliers sont bien réels et que leur puissance peut détruire un continent. J'ai entendu dire, en passant à Rome, que même le Vatican, qui a le plus d'influence dans le monde, tremblait devant la menace que les éveillés formaient. Par chance pour moi, je suis née à une époque où on ne nous chassait pas.


Le garçon prit quelques gorgées, avant de poser sa question.


- Dis moi, est-ce vrai que les éveillés sont poursuivi comme des sorcières ?


Le regard du garçon était triste, comme s'il connaissait déjà la réponse. Mais il voulait savoir la vérité, il DEVAIT savoir la vérité.
avatar
Katsu

Date d'inscription : 09/11/2012
Nombre de messages : 750
Age : 33
Double Compte : Freyja/Alia

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 6 Mar - 20:24
J’écoutais les paroles de cet homme, alors que mes lèvres prirent une nouvelle gorger de ce breuvage. Il pensait que sa déesse avait tort de s’être dévoilé aux hommes, et mon esprit lui ne pouvais comprendre les hommes. J’avais toujours connue ces dieux protecteurs, ces légendes de guerrier légendaire combattant pour le bien d’Asgard. Je me souvenais de ces récits mythologiques, contant les batailles contre ces êtres sortis de ces livres de contes et légendes. Nous connaissions ces êtres depuis nos plus jeunes âges et nous avions appris à les aimer et leur faire confiance pour nous protéger.

Je me souvenais de ces jours, ou je restais devant le feu de cet âtre lisant ces histoires alors que la voix de ma mère s’élevait de la cuisine me demande si je ne voulais pas sortir et jouer avec cette neige typique de notre pays, alors ma tête se secouait de droites à gauche. Et à se souvenir, un léger sourire nostalgique s’afficha sur mon visage, pensant que ce temps où je refusais de sortir dans la rudesse du froid d’Asgard était révolu.

« Je ne pense pas qu’elle ait eu tort, les hommes se feront l’idée de notre existence, il leur faut juste du temps. Ce monde est nouveau pour eux, et ils ne savent pas comment le considérer. »

Je marquais un temps d’arrêt remettant de l’ordre dans mes idées, puis partis dans ces explications sur ce monde à part qu’était le mien.

« Je ne pourrais jamais vraiment comprendre les hommes, dans mon monde nous connaissance les dieux depuis notre enfance. Nous sacrifions notre bien-être pour la race humaine afin qu’elle ne soit pas engloutie pas les eaux. Nous respectons nos dieux, malgré ce destin cruel auquel nous sommes destinés et même si par moment nous maudissons notre sort, cela ne nous viendrait pas à l’idée de rebelles contre Odin ou Freyja »

Mes livres prirent encore une fois une gorger de cette bière, et après mon regarda fixa celui de Sargas.

« Un jour les hommes comprendront Athéna, ils se retourneront vers elle comme ils l’ont toujours fait sans le savoir. Il faut juste leur laisser le temps de s’habitue à l’existant d’Athéna, Poséidon et les restes des dieux. »

avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t25901-sargas
EphraemChevalier d'Or du Taureau | Modérateur
Chevalier d'Or du Taureau | Modérateur

Date d'inscription : 04/10/2013
Nombre de messages : 3462
Age : 29
Double Compte : Asling, Amarok, Gaïus

Revenir en haut Aller en bas
Ven 7 Mar - 14:23
Le garçon fût surprit, il se doutait que la jeune femme était différente, mais il ne pouvait savoir à quel point. Et quand il su d'où elle venait, il ne pu retenir un hoquet de surprise.


- Tu... tu viens d'Asgard... J'ai toujours rêvé d'y aller, mais mon maître n'a jamais voulu mit emmener. Asgard... dit-il dans un souffle, et Bluegrad aussi. Mais le second me plait moins avec ce qui s'y ait passé.


Le jeune homme avait un regard émerveillé, celui d'un enfant qui ouvrait ses cadeaux à noël.


- On dit que les terres d'Asgard sont encore plus sacrets que le Sanctuaire, que chaque arbres, chaque buissons sont sacrés, est-ce vrai ? On dit aussi, que les Dieux qui la gouverne sont moins querelleur, et que leur guerrier se battent pour la même justice que les Saints.


Sargas regardait Silke avec respect. Non pas qu'il n'en avait point avant, mais apprendre qu'elle venait d'une citée sacrée, une citée qu'on disait grandiose, le fascinait. Plus le temps passé en compagnie de l'Asgardienne, et plus Sargas se sentait bien avec elle. Il ne savait pas encore de quoi il s'agissait, n'ayant reçu aucune éducation entre les rapports homme/femme, mais il savait qu'une chose faisait battre son cœur différemment. Il voulait tout savoir de la demoiselle qui se trouvait devant lui, mais ne savait comment lui demander. Prenant une grande gorgée du liquide se trouvant devant lui, il se lança.


- Hum... Silke... Raconte moi tout, je veux tout savoir de toi...


Lui même le sentait, il avait les joues en feu et cela devait se voir.
avatar
Katsu

Date d'inscription : 09/11/2012
Nombre de messages : 750
Age : 33
Double Compte : Freyja/Alia

Revenir en haut Aller en bas
Sam 10 Mai - 11:00
Cette rencontre devenait étrange, il réagissait tel un enfant découvrant le monde, fasciner par toute cette étrangeté qu’il offrait. Je pouvais sentir cette part de naïveté qui jadis avait été mienne face à cet inconnu qui m’avait tendu les bras. Je souriais légèrement, prenant une gorgée de ce breuvage écoutant cet enthousiasme sortir de la bouche de ce chevalier. Et à cette dernière question mes yeux s’ouvrir, étonner de cette demande. Il voulait que je lui parle de moi, de qui j’étais, lui confier mes secrets. Mes yeux continuaient à l’observer, voyant cette couleur rouge s’emparer de ces joues.

Je repris une gorger de cette maes, posa le verre sur la table et regarda Sargas pendant quelques secondes. Puis commença à lui raconter la légende des contrées froides d’Asgard, ce paysage de neiges qui s’étendait à perte de vue dans le paysage du royaume du père de toute chose. Je lui racontais ces batailles de boule de neige auquel les enfants jouaient, éclatant de rire afin d’oublier la rudesse de ces contrées

« Mais Asgard, aussi belle soit-elle, est un lieu hostile où chaque Asgardien se bat pour survivre dans ces régions de glace. Nous affrontons, le froid glacial, pour la survie de ce monde, nous sacrifions ce que ces gens appellent le bien-être, pour qu’ils puissent en bénéficier. Chaque vie d’Asgardien est sacrifiée pour ceux qui vivent sur ces terres. »

Je regardais mon verre, le faisant tourner d’un air absent, me rappelant pourquoi j’avais quitté mes terres natale. La quête de réponses qui m’avait éloignée des miens. Elle m’avait laissé partir, sans dire un mot juste un sourire, sa manière de me souhaiter bonne route. J’avais vu la bonté de ce monde, connu son horreur. J’avais couru dans les rues de Pekin, Dubai, je m’étais endormie dans les plaines sauvages d’Afrique, dans les arbres d’Amazonie. Et tout ça pour comprendre ce monde que les dieux nous avaient demandé de protéger, sacrifiant nos vies pour a leur. Je devais avouer qu’encore maintenant je me posais parfois cette question.

« C’est pour comprendre pourquoi, que je suis partie. J’ai voulu comprendre ce monde que nos dieux veulent qu’on protège. Et j’avoue que j’ai encore du mal à comprendre. L’être humain peut être d’une bonté sans égale, un être qui fait passer ses désirs après ceux d’autres, comme il peut être égoïste et avide de pouvoir dans l’unique but de son bonheur, et ce sans faire attention qui il piétine pour arrive à ses fins. »

Je regardais ces personnes qui rentrèrent dans ces lieux, commandant leurs bières riant aux éclats, insouciant de ce qui se passait aux alentours. Un sourire fugace apparue sur mon visage, ma main portant mon verre à ma bouche et avalant en un trait la bière qu’elle contenant. Cela était peut-être pour cette simple raison qu’Odin protégeait ce monde des eaux, pour protéger ces petits moments de simplicité. Puis je regardais à nouveau Sargas, lui souriant et lui disant.

« Bougeons. »
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t25901-sargas
EphraemChevalier d'Or du Taureau | Modérateur
Chevalier d'Or du Taureau | Modérateur

Date d'inscription : 04/10/2013
Nombre de messages : 3462
Age : 29
Double Compte : Asling, Amarok, Gaïus

Revenir en haut Aller en bas
Dim 11 Mai - 18:45
Le garçon n'arrivait pas à détacher ses yeux de ceux de Silke. Il ne la connaissait que depuis peu, mais il sentait quelque chose d'étrange en lui. Il ne pouvait pas vraiment donner de nom à ce qu'il ressentait, tout ce qu'il savait s'était qu'il s'agissait de la plus belle chose qu'il est ressenti jusqu'à maintenant. Juste en la voyant, il comprennait les erreurs qu'il avait connu dans le passé. Il ne devait pas se battre pour le plaisir du combat, mais pour la paix que sa Déesse voulait et également pour protéger cette femme qui était devant lui. Par rapport à elle, il n'était qu'un enfant, il connaissait beaucoup en combat, mais rien pour le reste. C'était décidé, à partir de maintenant, il écouterait toujours son cœur, aussi bien pour le combat, que pour la vie elle même.


Quand la jeune femme lui dit les raisons qui l'avaient poussés à partir, Sargas eu un choc. Dans ces paroles, même si elles n'étaient pas contre lui, se trouvaient des lames tranchantes. Il ne pu alors continuer de regarder Silke dans les yeux. Le Scorpion regarda ses mains comme si elles n'étaient pas les siennes et le souvenirs de se qu'il avait fait lui revint. Oui, il avait massacré des criminels... des criminels qui étaient les descendants de sa famille... Famille qui avait tué ses parents et tentait de le supprimer. Mais il les avait tous tuer, sans exception, homme...femme...enfant... Il était le genre de monstre que Silke n'aimait pas. Certes il avait décidé de changer pour elle, mais le pardonnerait-elle pour ce qu'il avait fait ? Ou devrait-il lui cacher cela pour toujours ? Par chance, la demoiselle annonça qu'elle voulait bouger, alors c'est naturellement qu'il la suivit.


Dehors, à l'endroit où Sargas avait laissé sa box, un attroupement d'enfants et d'adultes avait prit place. Le garçon s'avança doucement, repoussant un peu tout le monde en faisant comme s'il voulait voir le spectacle. C'est ainsi qu'il vit un homme faisant payer les autres, pour essayer de soulever la box. D'après ce qu'il disait, celui qui serait capable de soulever la boîte en or, gagnerait la cagnotte. Cela amusa beaucoup le garçon, puisqu'il savait que seul un éveillé pourrait le faire et aucun autre éveillé que Silke et lui n'était dans les parages. Il pensa mentalement à la réaction de la foule, s'il récupérait son armure devant tous et un sourire apparu sur ses lèvres. Puis lui vint une idée encore plus drôle, il savait que l'homme devant le box devait être le genre macho, il recula donc, pour repasser derrière la foule pour retrouver Silke.


- Ça te dit de rigoler un peu ? Un homme est en train de faire payer les autres pour qu'ils portent mon armure, il a surement dû essayer lui même et c'est rendu compte que personne n'y arriverait... un peu comme excalibur. Et si un gamin comme moi récupère l'armure, je pense que l'homme serait sur les rotules, et ce serait drôle de voir sa tête... Mais si c'était toi qui le faisait, ça serait encore plus drôle, car il m'a l'air d'un bon macho... Sargas regardait Silke avec un grand sourire, alors ça te dit de t'amuser ?
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

[FB] Quand le XVIIIème rencontre le XXIème [PV Silke]