InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Ven 1 Nov - 23:54
Laksha avait longuement marché pour enfin arriver à un endroit qui lui semblait correspondre à la description du Sage. Le plus au Sud du pays. La générale de Chrysaor balaya des yeux ce désert à l'écart de toute civilisation. Elle alla se laver les mains et se désaltérer à la rivière. Puis la Bengali accrocha sa laticlave pourpre qui contenait la conque à la branche d'un pipal et s'assit en posture yogi pour commencer une pénitence.

A peine avait-elle commencé qu'une présence vint la troubler. Lorsque la Chrysaor ouvrit les yeux, quelle ne fut pas sa surprise de voir devant elle son apprentie, Karuli. L'adolescente était agitée, mais très contente de retrouver son maître.

« Maître Laksha, notre île a été fouillée par des inconnus. J'ai fait comme vous l'aviez dit, je les ai évités et j'ai effacé toutes nos traces. »

« Tu as bien agi. Le campement est sur l'île que nous avions convenue ? »

« Oui, je n'ai rencontré aucun problème. Maître, qu'êtes-vous en train de faire ? Ne deviez-vous pas retrouver le Seigneur Poseidon ? »

Le ballet des questions allait commencer, alors Laksha quitta sa posture assise pour effectuer quelques pas. Comment résumer la situation à sa disciple sans lui avouer des éléments qu'elle n'avait pas la maturité d'affronter et qu'elle n'avait pas besoin de savoir. D'un autre côté, il fallait la préparer aux pires éventualités. La Bengali porta son regard au Nord. Là-bas, d'autres personnes attendaient la même chose qu'elle : de pouvoir rencontrer les dieux hindous. Elle poussa un soupir avant de se décider à parler.

« L'Inde va connaître une terrible guerre, Karuli. Mais ce ne sera pas une guerre civile. Elle sera la cible du monde entier, car le sort de la Terre dépend de l'issue de ce conflit. De nombreux guerriers de différentes religions y participeront. Les saints d'Athena en premier lieu, je suppose. Il faut que tu préviennes les Atlantes, et également que tu transmettes ce message : celle qui pourrait représenter un espoir pour Yank est la déesse Manasa, reine des serpents. Elle seule et sa descendance peuvent montrer le chemin qui pourra mener à la libération  »

La perplexité envahissait le visage de l'apprentie, mais avant qu'elle n'ouvre la bouche pour poser des questions, Laksha lui ordonna de partir. Il n'y avait pas davantage de détails à donner, le reste était superflu.

« Il n'y a pas de temps à perdre, Karuli. J'ai à faire.  »

Cela faisait longtemps que Karuli avait appris qu'il ne fallait pas faire perdre patience au Général de Chrysaor. Alors elle salua son maître et partit à la hâte, emportant ses interrogations et ses inquiétudes avec elle. Après ce départ, Laksha reprit sa méditation. Elle priait Manasa de bien vouloir donner à Yank le remède au sang de démon qu'il avait bu.

Lorsqu'elle sentit qu'elle avait suffisament médité et que son cœur était serein, la marina construisit un autel de pierre blanche au moyen de blocs de calcaire qu'elle avait trouvé dans les environs. Alors seulement elle alla chercher la conque dans son abrit. Elle la dévoila à la lumière dorée du soleil qui magnifia les reflets nacrés de l'instrument. Laksha commença alors à vénérer la conque, de la même façon qu'elle avait témoigné du respect au sage. Elle la salua en touchant le sol, et la pria de lui offrir son aide : elle devait rencontrer les dieux du panthéon hindou.

Elle crut entendre la réponse de la conque. Alors elle se saisit de l'instrument et lança un appel.

Spoiler:
 
avatar
PNJ1 GSMaitre du jeu

Date d'inscription : 26/04/2008
Nombre de messages : 346

Revenir en haut Aller en bas
Sam 2 Nov - 22:20
Infos:
 

    Le son de la conque raisonna dans cet endroit désert, un arc en ciel se dessina sous les yeux de la joueuse. Puis, une pluie fine tomba, faisant s’évaporer le merveilleux spectacle. Une brume épaisse apparu, et s’évapora à son tour lentement, une porte prit la place de la brume. Elle dégageait un charisme certain, au milieu, un voile étrange de couleur pourpre qui ne semblait pas avoir de fin.

    Soudainement, la porte s’illumina, et laissa à la vue de la jeune enfant des magnifiques gravures. Qu’elle devait connaitre à la perfection au vu de ses racines. L’avenir dira si son choix de ne pas suivre Skanda lui sera fatal ou non.  Pour l’instant, une voix impérieuse et solennel raisonna pour s’adresser à cette fille de l’Inde.

    -« Ô Toi qui a obtenue une conque sacrée, Ô Toi qui a fait apparaitre la porte céleste ! Tu as maintenant entre tes mains le privilège de pouvoir poser une question, ou faire une requête. Je ne peux pour l’instant que te conseiller d’ôter de ton esprit l’envie de traverser le rideau. »



La Porte:
 
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Mar 5 Nov - 9:26
Saisie de stupeur, Laksha contempla le spectacle qui se dressait devant ses yeux. Cette porte céleste était au-delà de ce que l'imagination pouvait concevoir. Avec révérence, la grande Bengali détailla chacun des personnages des bas-reliefs. Ce qui la frappait, ce n'était pas tant la finesse et la délicatesse du travail que l'accent de vérité qui caractérisait ces représentations. Elle s'approcha à pas lents de l'apparition, jusqu'à ce qu'une voix la mette en garde.

Laksha examina avec plus d'attention le rideau qui semblait ne pas avoir de fin. Il aurait été tentant de vérifier la véracité de ce que la voix disait en tirant sur l'étoffe pourpre, mais l'hindoue n'osa pas, par respect des êtres divins. Elle s'inclina profondément devant la porte, la conque sacrée toujours entre les mains.

« Ô toi, gardien de la Porte Céleste, je te prie de recevoir mes respectueux hommages. Mon nom est Laksha, Générale de Chrysaor de l'Empereur Poseidon, et apprentie de la déesse Maa Durga. »

Elle marqua un pause, car désormais le gardien lui avait accordé une faveur. Elle ne souhaitait pas la gaspiller, aussi y réfléchit-elle à deux fois pour éviter de faire une demande superflue. Il y avait beaucoup de questions que la Bengali aurait pû poser pour son propre compte. Plus généreusement, elle aurait sans doute pû demander un remède pour le marina du requin à cette personne éthérée qu'elle ne voyait pas. Au bout de sa réflexion, elle revint à l'essentiel, à ce qui l'avait amenée ici dès le début.

« Gardien de la Porte céleste, c'est une grande faveur que tu m'offres là, sois loué pour ta générosité. »

« Je viens des frontières du Royaume Sous-Marin où j'ai vu Skanda répandre la destruction. Ses mots furent durs à l'encontre de l'Empereur Poseidon, et quoiqu'il me semble que ses seules cibles soient les pécheurs, il me faut savoir quelle attitude les dieux hindous souhaitent adopter face à Poseidon. Comment considérez-vous l'Empereur, celui auquel vous avez confié le trident qui revient à Chrysaor ? Comme un ennemi, comme une gêne, seriez-vous prêt à anihiler son peuple dans cette destruction ? Ou alors pourrait-il devenir pour vous un allié ? »

avatar
PNJ1 GSMaitre du jeu

Date d'inscription : 26/04/2008
Nombre de messages : 346

Revenir en haut Aller en bas
Sam 9 Nov - 23:30
Infos:
 


    La porte brillait, laissant à la vue de Laksha les somptueuses gravures, les gravures sacrées ! La servante de Poséidon avait parfaitement utilisé son droit, et le privilège que lui avait accordé le divin. Mais les réponses ne seraient pas offertes de suite. Non, avant cela il fallait résoudre un problème.

    -« Ta question aura sa réponse rapidement… Mais avant ; il te faut t’approcher de la porte. »

    Un spectacle fantaisiste et lumineux éclaira un à un les dessins, avant de laisser, Vishnou s’éclairer seul, un long moment avant de s’éteindre et de retrouver sa luminosité d’il y a quelques instant.

    -« Trois pas auront suffit pour vaincre un puissant démon ! »

    Un long silence inonda les alentours, et l’esprit de Laksha. Puis les consignes raisonnèrent…

    -« Approches de la porte, et pose ta main accompagné d’un peu de cosmos sur la gravure qui représente ce sauveur du monde ! »

InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Mar 19 Nov - 22:17
Laksha obéit à la voix céleste, mais elle avait du mal à maîtriser ses émotions. Vishnou lui-même semblait présent de par ces représentations éclairées d'un cosmos de l'or le plus pur. La Bengali reconnaissait bien entendu chacune des représentations qui avaient en elle un écho familier. Adoratrice de Durga, elle n'en connaissait pas moins les textes sacrés de la légende dorée des dieux hindous.

L'énigme n'en était pas une pour la générale de Chrysaor. Le conquérant des trois mondes, était reconnaissable entre tous, un nain qui avait pris la stature d'un géant pour reconquérir la Terre, le Ciel et les Enfers détenues par l'orgueilleux démon Bali. Laksha se mit alors en position de méditation, en position du lotus, et lorsqu'elle fut prête, son corps entra en lévitation. Alors la guerrière s'éleva, aussi légère qu'une bulle, jusqu'à la représentation sommitale de l'arche. Alors elle s'émerveilla encore une fois.

« Vamana, cinquième avatar de notre Seigneur Vishnou ... »

Elle contempla encore le personnage de brahmane qui portait le pot à bénédictions et l'ombrelle de Brahmin, et qui levait sa jambe jusqu'au ciel nuageux, une représentation tellement juste d'un geste aussi inconcevable pour l'esprit humain que l'enjambement des trois mondes. La main luisante de cosmos, Laksha posa alors respectueusement sa main sur le pied resté à terre du nain providentiel.

Ayant fait cela, elle salua la représentation avec dévotion avant de se laisser flotter jusqu'au sol … Cependant, alors qu'elle descendait en quête d'une réponse du gardien de la porte, la Bengali entra à nouveau en transe. Que lui arrivait-il ? Sa mère cherchait-elle à l'avertir d'un danger imminent alors qu'elle avait refusé son aide à Skanda ?

[hrp : hors jeu pendant une dizaine de jours encore]
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Ven 29 Nov - 20:32
Le combat intérieur de Laksha continua un bon moment. Lorsqu'elle ouvrit les yeux enfin, elle avait l'air soucieux. Le débat qu'elle avait eu avec Maa Durga avait été long et fastidieux. Elle avait eu à combattre les illusions de celle qui lui avait tout appris et surmonter les épreuves des flammes, de la terre, de l'eau et de l'air pour lui prouver sa détermination et la pureté de son coeur, mais aussi pour prendre de nouvelles décisions en tout état de conscience. Cependant, elle devait terminer ce qu'elle avait entrepris.

La Bengali reprit pied sur la terre ferme et elle regarda l'arche de pierre : rien n'avait bougé. Se pouvait-il qu'elle ait fait une fausse réponse en étant trop sûre d'elle ? Ou le gardien avait-il été irrité de la voir partir dans son monde alors qu'il s'apprêtait à lui adresser la parole ? La jeune femme n'en savait rien à vrai dire. Avec patience, elle s'agenouilla à nouveau devant l'arche.

« Ô gardien de l'arche, tu as obtenu ma réponse, mais tu ne parles plus désormais. Quel est la cause de ton silence ? A travers moi, c'est un peuple entier qui attend d'entendre ta voix. »

Et certainement, Poseidon attendrait des réponses, ne serait-ce que pour avoir une justification de l'absence du général de l'Océan Indien. La générale de Chrysaor ne quitta pas sa posture inclinée et les mains jointes, malgré le soleil qui dardait ses rayons la jungle indienne. Les animaux, oiseaux, insectes, singes, semblaient s'être tûs tout autour, comme s'ils attendaient eux aussi la voix du gardien de la porte. Même la rivière écoulait plus doucement ses flots pour ne pas étouffer ne serait-ce qu'un murmure.
avatar
PNJ1 GSMaitre du jeu

Date d'inscription : 26/04/2008
Nombre de messages : 346

Revenir en haut Aller en bas
Dim 1 Déc - 17:32
Infos:
 


    Soudain, suite à la phrase de la jeune femme, la porte s’illumina. En effet les doutes s’étaient évaporés, elle était décidée à rester là et à entendre les réponses. Descendant du ciel, elle put apercevoir un petit homme, un nain. Il avait un pantalon ample, un gilet sans manche violet avec des bordures dorées, une ombrelle à la main lui servant de se protéger du soleil rude de l’endroit.
    Lorsqu’il arriva devant l’invocatrice, Vamana inclina le buste et prit la parole.

    -« Pour une fille baignée dans cet univers, la réponse fût aisée, mais tu mérites toutes mes félicitations. Tu peux te relever mon enfant, car je t’offre ma bénédiction… »

    Même agenouillée, Laksha était bien plus grande que l’avatar du suprême. Mais cela ne dérangeait absolument pas Vamana qui s’amusait à faire tourner l’ombrelle, le buste bien droit, il poursuivit en répondant à la question qu’avait posée la jeune enfant de l’Inde.

    -« Celui qui veut le bien ne peut être une gêne pour celui qui le souhaite également. Le reveil de nos dieux n’est que le fruit des prières de ceux qui cherchent la paix, et la protection divine. Penses-tu que si Poséidon et les autres déités avaient agis correctement pendant ces années certains hommes se seraient mis à prier ? »

    Le nain marcha en faisant des montées de genoux et tourna autour de la servante de Poséidon, sa voix était toujours neutre, et joyeuse.

    -« Le pouvoir, dominer le monde n’est guère une envie pour nous. Mais comme dans toute guerre, la destruction est une option. »
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Lun 2 Déc - 11:19
Laksha allait d'émerveillement en émerveillement, car Vamana, sauveur des trois monde, était apparu devant ses yeux. Elle s'inclina encore devant l'apparition avec émotion qu'elle reconnaissait comme un véritable héros de l'Histoire, ainsi que tous les avatars représentés sur le portail mystique. Cependant, ce que Vamana devait lui révéler n'était pas ce que la générale de Chrysaor aurait souhaité entendre.

Bien qu'il n'y ait nulle trace d'hostilité dans les paroles de Vamana, Laksha réalisait désormais que les points de vue de l'Empereur Poseidon et ceux des dieux hindous ne pouvaient s'accorder. Son expression se teinta d'amertume. Les dieux de l'Inde étaient contraints de purifier des terres qui ne leur appartenaient pas, afin de préserver la leur, ce que ne pourraient jamais accepter les dieux grecs. Il n'y avait même pas eu de recours à la diplomatie, ce qui prouvait à quel point la situation était grave.

La guerre était inévitable, et Laksha savait que dans sa grande colère, Poseidon pouvait s'allier aux autres déités de la dynastie Olympienne.

« Ô Grand Seigneur, Vous m'avez ouvert les yeux sur la situation. Grande est Votre lumière qui est une bénédiction. Mon cœur est plein de reconnaissance, et je souhaiterai l'exprimer sans ombre ni nuance, dans la plus grande pureté. »

Avec regret, les yeux de la Bengali se fermèrent pour cacher la tristesse qui les envahissait.

« Hélas, on ne peut revenir en arrière, et je sais que vos actions sont inacceptables pour les déités de l'extérieur. Leur colère se fera bientôt ressentir, et peut-être se portera t-elle sur des innocents, sur le peuple de l'Inde lui-même, dans une irrépressible escalade de violence. »

« Grand Seigneur, je vous prie au nom de ces innocents qui sont parfois disséminés à travers le monde, loin de votre protection, de donner une chance à une guerre équitable, entre guerriers du cosmos seuls. »


La prière de Laksha venait du cœur. Imaginer des guerres de religions au sein de New Atlantis ou sur tout territoire de Poséidon l'attristait beaucoup, car le Mal ne pourrait se manifester de pire manière en cette ère.
avatar
PNJ1 GSMaitre du jeu

Date d'inscription : 26/04/2008
Nombre de messages : 346

Revenir en haut Aller en bas
Lun 2 Déc - 21:29
Infos:
 


    Vamana tournait encore et encore, et comme toujours il écoutait attentivement les mots de la personne qui s’adressait à elle. Il pouvait ressentir la tristesse qui commençait à s’emparer de son cœur. L’avatar du dieu absolu n’y pouvait rien. Il devait laisser l’instant se passer, de toute façon il n’était pas là pour ça, il savait que cette tristesse n’était pas mortel, plutôt un apprentissage nécessaire pour cette jeune âme aux pouvoirs incroyables. Un sourire sur son visage, l’ombrelle tourna encore, après quelques minutes de silence, le nain s’arrêta devant l’envoyée de Poséidon.
    Une main paume ouverte en direction de la jeune femme il prit la parole.

    -« Parfois la bataille est la seule issue possible. Lorsque l’arc Gandhiva aura frappé la porte divine les mortels n’ayant pas la connaissance du cosmos n’auront rien à craindre, même ceux qui nous dénigrent. »

    A la fin de sa phrase, Vamana reprit son parcours en rond, son ombrelle le protégeant toujours du soleil, il n’avait pas encore terminé, mais il profitait de cet instant pour se dégourdir un peu les jambes.

    -«  Il te faut trouver l’arc Gandhiva, lorsque l’une de ses flèches aura frappé la porte, alors la vérité apparaitra, et la justice illuminera le monde, car la guerre sera celle pour savoir si les dieux de l’autre monde sont capables de le contrôler, en lui une paix et une justice implacable. »

    Enfin il s’arrêta une nouvelle fois, au bout de son index une étincelle brilla.

    -«  Je peux encore répondre à une question… »

    Le dieu avait un air jovial, celui qui n’avait eu besoin que de trois pas pour vaincre le mal de son époque savait que cette fois la situation était plus compliqué, mais cela n’avait pas d’importance. Au fond, la lumière de la vérité dont il était le gardien l’emportera toujours. L’objectif n’était pas pour lui de dominer le monde, mais de permettre au monde de retrouver un équilibre nécessaire, et malheureusement pour cela il devait employer la méthode la plus terrible pour lui, et peut-être aussi la moins glorieuse…
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Ven 6 Déc - 12:12
Un poids s'ôta des épaules de Laksha lorsqu'elle entendit de la bouche du nain céleste qu'il y avait un espoir pour que les innocents ne soient pas accidentellement touchés par les malheurs de la guerre sainte. De plus, le bien de la Terre était sans conteste le but du Grand Seigneur, au-delà des réponses qu'Il se devait de faire aux prières de ses fidèles. Vamana tournait autour de Laksha comme pour l'encourager à faire le tour de la conversation.

« Ô Seigneur Vamana, si telle est la tâche qu'il me faut accomplir, je l'accomplirai, par tous les moyens. La Vérité ne souffre pas de demi-mesures, et même si je ne puis rejoindre Son camp, j'assisterai à son avènement, quoiqu'il m'en coûte … »

Ayant donné tous ces conseils, l'Incarnation demanda à la générale de Chrysaor si elle avait encore une question. Laksha réfléchit quelques instants. Sûrement, comme elle n'était pas la seule à être sur les traces de Gandhiva pouvait-elle éviter de poser une question qui avait déjà trouvé sa réponse et poser une autre question afin d'obtenir un nouvel avantage pour le camp des dieux de l'Olympe et par là même pour son Seigneur …

Les plateaux de la balance de son jugement oscillaient d'un côté à l'autre, pratiquement en équilibre parfait. Elle ne pouvait être sûre de rien : peut-être que les autres n'avaient sû se montrer assez respectueux pour obtenir des indices suffisants. En même temps, s'ils obtenaient de l'arc Ghandiva de pouvoir traverser la porte Céleste, que feraient-ils une fois devant les dieux hindous, qui se trouvaient désormais dans l'impossibilité d'offrir leur pardon ?

« Seigneur Vamana, les marinas auraient été incapables de se hisser au niveau du Seigneur Skanda, et ne le pourront sans une aide divine. Le résultat de cette guerre est sans issue si je ne Vous pose pas cette question qui me coûte à prononcer tant elle va à l'encontre du respect que j'ai pour le Dieu Guerrier. Cependant, si Vous m'offrez de lever un voile, c'est celui-ci que je dois vous demander d'écarter. »

Le visage de Laksha se releva avec la froideur de la détermination.

« Il n'est de colère qui ne puisse être éteinte. Il n'est de dieu qui ne puisse être affaibli. Ô Vamana, quelle est la manière de fléchir Skanda ? »
avatar
PNJ1 GSMaitre du jeu

Date d'inscription : 26/04/2008
Nombre de messages : 346

Revenir en haut Aller en bas
Dim 8 Déc - 22:36
Infos:
 


    Vamana tournait toujours, faisait virevolter l’ombrelle qu’il tenait avec une classe rare. Il avait offert à la jeune Laksha la possibilité d’une dernière question. Comme il s’en doutait, elle n’allait pas gâcher cette chance. Elle demanda au seigneur divin la lumière capable de vaincre Skanda. Et comme à son habitude, il n’allait pas faillir, et allait répondre au vœu de sa fille.

    Et comme tout à l’heure il s’arrêta juste devant l’enfant. Rangea l’ombrelle qu’il accrocha à son dos, le visage juvenil, qui degageait une aura mystique et divine. Le torse bien droit, et un sourire charmeur il prit la parole.

    -« Ta question est judicieuse, Laksha. Maintenant c’est à moi d’y répondre. Cependant tu dois savoir que la clé que je vais t’offrir ne trouvera jamais sa porte. »

    Il s’arrêta, et ouvrit la paume de ses deux mains qui se dirigeait en direction de la servante de Poseidon qui avait fait ses choix, des choix tout à fait respectable. Le bien n’était pas une question de camp.

    -« Comme tu le sais, Kârttikeya est un dieu qui a exclu les femmes de son culte. »

    Une lumière apparut devant les mains du nain, derrière sa tête des jets de lumières s’échappaient. La connaissance et la vérité sortaient toujours de ses lèvres, et celui qui le niait était un être s’éloignant du sentier de la justice.

    -« L’affaiblir ne sera pas aisé, mais pour le faire, une femme doit se risquer de toucher sa peau avec ses lèvres. Voila la réponse à ta question mon enfant, il semblerait donc que tu fasses partie des êtres capable de le toucher. »

    Un rire amusé s’échappa des lèvres de l’avatar de Vishnou, avant qu’il ne reprenne son serieux, et de prendre la direction de la porte.

    -« Ton chemin est différent, mais s’il te mène vers le bien et la justice divine, alors le mal ne pourra t’atteindre mon enfant. »

    Dans un halo de lumière aveuglant Vamana disparut sans attendre…
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Lun 9 Déc - 8:52
Laksha ne put s'empêcher de suivre des yeux l'étonnante manipulation de l'ombrelle dont Vamana ne semblait pas se servir uniquement pour se protéger des coups de soleil. Le nain était très certainement un virtuose de la jonglerie. Il n'y avait pas à dire, le héros avait beau être de taille réduite, il n'en avait pas moins fière allure. Etait-ce sous cette apparence qu'il avait réussi à tromper le démon Balî ? La réponse du dieu apporta d'entrée de jeu un bémol à la bonne grâce qu'il avait de répondre à la question de la Bengali.

« Je comprends bien, Seigneur Vamana. »

Sur le moment, Laksha ne sut si elle devait être déçue ou soulagée de cette réponse, mais le destin réserve parfois des surprises alors même qu'il ne réalise pas ce à quoi l'on s'attendait. L'hindoue ne le savait que trop bien de par les légendes qu'elle connaissait depuis son enfance. L'information pouvait avoir dans le futur une importance anecdotique ou cruciale, cela était impossible à déterminer pour le moment.

Au fur et à mesure que Vamana développait les révélations, entouré d'une aura de lumière de vérité, la générale de Chrysaor offrait un visage de plus en plus médusé. Si elle s'attendait à cela. Elle s'imaginait que le rejet de Skanda des dévotions des femmes étaient dûes à de l'indifférence, mais les choses étaient toutes autres. En réalité, il s'agissait d'un point faible. C'était renversant. Mais le pire était que Laksha aurait été, selon les dires du nain divin, capable d'une telle chose.

« Mais ... Attendez, ce n'est pas possible, il doit y avoir méprise !! »

La voix suffocante de Laksha s'étranglait de gêne et d'affolement. Cette façon de faire ce n'était pas du tout son genre ! Des gouttes de sueur glissèrent le long de sa tempe, la guerrière en avait des frissons d'anxiété. C'était bien plutôt le style de toutes les femmes assassins qui se servaient de leurs charmes pour tromper l'ennemi. Mais le déni était inutile devant Vamana qui disait incontestablement la vérité. La marina avait encore la bouche bée comme un poisson alors que l'avatar lui adressait ses derniers mots.

« Mille grâces vous soient rendues, Seigneur Vamana. »

Laksha s'inclina devant la disparition du cinquième avatar de Vishnu, et resta ainsi jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de traces de sa présence. Elle se releva alors en chancelant, et ferma les yeux pour essayer de se reprendre. Sur le coup, la marina n'arrivait pas à réfléchir correctement, mais elle savait ce qu'elle avait à faire. Elle recueillit à nouveau la conque dans sa précieuse étole et s'en fut rejoindre son Empereur qui avait demandé la présence de ses généraux.

>> New Atlantis

[Event] Au Sud de l'Inde. Que les conques de la guerre sonnent !