avatar
SylphideSpectre du Basilic
Spectre du Basilic

Date d'inscription : 02/06/2005
Nombre de messages : 20916
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas
Sam 7 Déc - 19:51
- » Je n'en peux plus... » soupira le spectre en se tenant désespérément sa face dans ses mains, visiblement à bout de nerf.

Cela faisait plusieurs heures que Mohana et lui voyageaient à travers toute l'Inde dans ce qui semblait être un train. Oui, il n'en était pas totalement sûr qu'on puisse qualifier de train, cette espèce de grosse boite roulant sur des rails avec des pointes allant jusqu'à 50 km.
L'aube du second millénaire s'était depuis longtemps levée et voici que les deux guerriers d'Hadès étaient bloqués dans ce train qui n'avait rien de "Grande Vitesse".

Afin de ne pas éveiller les soupçons et à cause du cosmos émanant de Bodh Gaya, les spectres ne purent se matérialiser que dans la capitale de l’État de Bihar qu'est la ville de Patna. Oh les villes ne sont séparées que d'à peine une grosse centaine de kilomètres. Rien de bien méchant.

Mais quand il s'agit de le parcourir dans un train bondé qui peine à avancer ; Dans la chaleur et l'humidité relativement asphyxiantes, et assis sous des enceintes balançant de la musique issue des films bollywoodiens... Non, là vraiment Sylphide était sur le point de craquer.

Encore que la chaleur, l'humidité et la cohorte de personne autour de lui ne le dérangèrent pas plus que ça. Mais c'est vraiment cette musique de mauvais gout mêlant accords ancestraux et rythmes houseclub qui lui donna envie de gerber. La goutte d'eau qui allait faire déborder le vase, en somme.

-" Deux heures...Ça fait deux heures qu'on est prisonnier dans ce bourbier et..."

Le spectre se tut après avoir jeté un coup d’œil furtif en direction de la spectre de la Sagesse. Elle ne semblait pas si affectée que ça. On aurait même dit qu'elle appréciait un peu de retrouver cette ambiance si caractéristique de l'Inde.
Après tout, Mohana est une indienne ce genre de chose ne devait pas trop la surprendre alors que Sylphide lui vivait une sorte de choc des cultures.

Pourtant dans des temps anciens, il s'est rendu dans ce pays à maintes reprises. Mais cela n'avait rien à avoir avec cette époque contemporaine.
L'Inde avait bien changé depuis, bien qu'elle semblait encore garder dans sa culture cette espèce de mysticisme et de dévotion d'un autre temps. Concilier les traditions du Passé avec la vie Moderne, le pays semblait très bien y parvenir. Sauf pour la musique.

-"Chalu ! Chalu ! Main Aa Raha Hoon " dit une puissante voix féminine.
Lorsque le spectre leva la tête et tourna son regard dans le couloir du train, il y vit une grosse dame portant des bassines sur sa tête, se frayer un chemin à travers les enfants qui dansaient sur les chansons crachées par les enceintes du train.
Arrivé à sa hauteur, la mama habillée d'un sari de toute les couleurs lui sourit puis vint s'installer en face de lui. Elle déposa ses provisions à coté d'elle.
Lorsque le spectre vit la marchandise qu'elle portait, il comprit que cette femme était une poissonnière qui trimbalait ses provisions sur les marchés du coin.

La chaleur, la musique et maintenant l'odeur de poisson.
Il semblerait qu'en plus ses blonds cheveux, ses yeux verts et sa peau claire ne passaient pas vraiment inaperçu.

-"Aap bahut Sundara ! " lui dit-elle avec un large sourire qui ne le rassurait pas tant que ça.
Le spectre se tourna vers Mohana qui le regarda avec un large sourire. Il ne comprenait rien à ce dialecte mais au vue de la réaction amusée de la spectre de la Sagesse, celà devait être assez cocasse.

-"Tujhse Hai Pyaar Karna Ah ! Ah ! Ah ! " dit la marchande en éclatant de rire.
Mohana en fit de même bien qu'elle tenta de se retenir pour ne pas vexer Sylphide.

Le spectre ne comprit pas grande chose, mais son sens de l'observation lui indiquait clairement que la poissonnière lui faisait gentiment du rentre dedans.
Sylphide rougit. De honte, d'énervement ou à cause de la chaleur, il ne le savait pas vraiment. Mais son teint de plus en plus rougeoyant ne manqua pas de faire rire encore plus fort la poissonnière, qui communiqua son fou rire à l'ensemble des personnes présentes dans le wagon.  

Le train s’arrêta enfin mettant une fin au calvaire du spectre. Il put voir à travers la fenêtre une énorme pancarte jaune sur laquelle était écrit le nom de "Bodhgaya" en anglais. Apparemment cette ville semblait tant touristique que religieuse.

Sylphide prit un manteau de lin et s'enveloppa afin de passer inaperçu et afin de pas se faire harceler par la population locale. La chaleur est telle qu'il l'avait enlevé mais au vue de la réaction de la marchande, il ne voulait pas vraiment se laisser importuner par d'autre badaud.

Citation :

Œil du Basilic. (Don : - 10 AP)

Sylphide possède le regard du Basilic, capacité lui permettant d'avoir un sens de l'observation extrêmement pointu et performant de son environnement tout comme des personnes qu'il rencontre.
Ce don lui permet par exemple de trouver son chemin (et de savoir quand et qui a emprunter une route ), de savoir si une personne lui est bienveillant ou hostile, de discerner le mensonge, etc...
Activant son pouvoir, le spectre observa les dizaines d'indiens qui se levèrent d'un seul homme dès que le chef de gare siffla dans son sifflet pour signaler l'arrêt complet du train. Leur mimique, leur gestuel, leur façon de se mouvoir.
Sylphide tâtonna et les pasticha pour finalement adapter son langage corporel à celle des locaux.

Citation :

Un parmi les autres (Camouflage – 10 AP)
Le cosmos de Sylphide étant empoissonné, il a apprit à le canaliser et à faire en sorte de maitriser la nature cosmique de son aura. Effet inespéré, il s'est rendu compte que cela lui a permit de dissimuler totalement son cosmos (en combat et en RP) ainsi que copier la nature cosmique d'un autre camp.
La force cosmique du Basilic s'effaça petit à petit pour ne plus exister. Masqué par sa capuche et se comportant comme un homme du pays, le spectre invita Mohana à passer devant lui et de le guider jusqu'au Temple qu'elle connaissait si bien.


[ A la demande de Mohana mr Red le retour

]
avatar
MohanaSpectre du Nâga
Spectre du Nâga

Date d'inscription : 08/01/2006
Nombre de messages : 14525
Age : 32
Double Compte : Fille d'Estrée *.*

Revenir en haut Aller en bas
Dim 8 Déc - 19:58
    Mohana était arrivée juste à temps que Sylphide ne monte dans le train, évidemment elle savait que ce train n’allait pas forcement être rapide, et par conséquent, le voyage allait être extrêmement long. Encore lorsqu’elle remarqua le nombre de voyageurs. Ceci dit, ce n’était pas la première fois qu’elle utilisait ce moyen de locomotion.
    Le temps passait, la danseuse, bras croisés regardait par la fenêtre le paysage, écoutant avec plaisir les musiques qui passaient. En revanche, le spectre du Basilic ne semblait pas de cet avis. Et était près de craquer. Il avait les mains sur son visage. Et ensuite il indiqua que cela faisait déjà deux heures.

    Elle le regarda, un petit sourire malicieux sur le visage. En effet le train était à une station. La jeune fille était complètement collé sur le coté, heureusement la fenêtre était ouverte. Elle en profita pour se recoiffer. C’est alors qu’une voix se fit entendre d’une façon claire, Sylphide se retourna pour savoir ce qu’il se passait. Elle arrive se disait Mohana, mais où ? Juste en face du spectre, elle posa à coté ses provisions de poissons. Discrètement, la jeune fille se mit à rire. Le train repartit, toujours sur le même rythme lent.

    La dame dévisagea Sylphide, puis lui adressa des mots qu’il n’avait pas comprit, il se tourna logiquement vers celle qui l’accompagnait dans ce voyage, profitant du fait qu’elle était d’ici. La jeune enfant le visage rayonnant répondit à ce geste. Elle trouvait le basilic à son gout, et ne s’en était pas caché.

    -« Je crois que tu lui plais bien ! Tout simplement »

    La voix de Mohana était troublée par la bonne humeur, une bonne humeur qui s’amplifia encore lorsque la poissonnière lui adressa une nouvelle phrase en terminant par éclater de rire, là, il n’avait pas eu besoin. Elle rigolait, mais essayait quand même de se retenir, ceci dit sa jeunesse était un handicap pour être discrète dans ce genre de situation. En plus Sylphide commençait à rougir. La Dame approcha sa main de son visage, pour lui pincer la joue ; et à cet instant, Sapanâ fit un fou rire, ne se rendant pas compte que le train s’était arrêté et qu’il fallait descendre, heureusement, la poissonnière en lui offrant un panier de poissons lui signala de la main que son équipier était dehors. Elle se dépêcha de le rejoindre, et ce dernier lui demanda d’un geste de passer devant pour les guider jusqu’à Bodh-Gaya.

    En tout cas, elle avait adorée ce voyage, et elle avait bien rigolée. Parfaitement dissimulés dans l’ambiance et la population du pays, les deux spectres suivaient un chemin, en se faufilant dans la foule.

    -« Tu ne laissais pas indifférent cette femme, elle te plait ? Tu viens d’où toi ? Tu penses vraiment qu’on pourra retrouver Eaque ? »

    La démarche légère et sautillante, elle se comportait comme une fille de son âge en lui posant de nombreuses questions.

    -« C’est quand même un juge, je me demande s’il est vraiment par ici. De toute façon, nous trouverons des réponses…. Tiens regardes, il y a un vieux sage là-bas, on peut l’interroger tu ne crois pas ? »

    Mohana l’air heureuse, respira l’air de son pays, cela faisait fort longtemps qu’elle n’était pas revenu ici. Et l’ambiance était bien différente de celle du palais de Dame Pandore.
avatar
SylphideSpectre du Basilic
Spectre du Basilic

Date d'inscription : 02/06/2005
Nombre de messages : 20916
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas
Lun 9 Déc - 18:56
Les deux spectres se mirent en route en direction du Mahabodhi.
Lieu légendaire où le prince Gautama s'éveilla et devint le Bouddha. Enfin, c'est ce qu'il comprit au vue des nombreux panneaux, peintures et slogans qui bordaient le chemin de terre qui les conduisit vers le centre de la ville de Bodhgaya.

L'illumination du Prince lui rappelait furieusement l’éveil aux 7eme voir aux 8eme sens que beaucoup de guerriers des Dieux atteignaient à force de discipline, de combat ou de sagesse.
A un détail près que Gautama devint un guide spirituel et une personne considérée comme étant un Dieu au milieu des humains sans cosmos.
Cela lui parut même étrange que les hommes continuaient à prier et à se rendre dans ce temple, eux qui eurent pris connaissance de l’existence des hommes maitrisant le cosmos.

Sylphide appréciait ce lieu. Bien qu'agité et vivant, la population dévote semblait se respecter les uns et les autres. Beaucoup de touriste, facilement reconnaissable à cause de leur mine perdue ou à l'émerveillement qui se lisait sur leur yeux, n'étaient que très peu importunés par les enfants ou les mendiants de la ville.
Le voyage en valait donc la peine et ne représentait pas du tout la mentalité des habitants de cette cité bénie.

-« Tu ne laissais pas indifférent cette femme, elle te plait ? Tu viens d’où toi ? Tu penses vraiment qu’on pourra retrouver Eaque ? »

Sylphide regarda Mohana qui gambadait à ses cotés et qui l’asséna de question. Le Basilic avait pendant un instant oublié que Mohana n'était après tout qu'un enfant bien qu'elle eut du vivre bien des péripéties pour son jeune âge.
Il faut dire que le spectre n'était pas réputé pour être très loquasse. Pire que cela, il était assez solitaire et appréciait vraiment le calme et le silence.
A vrai dire, il n'avait pas vraiment l'habitude de discuter avec des enfants. Mais il savait qu'il devait répondre le plus longtemps possible sans pour autant être ennuyant, afin qu'elle ne pose d'autres questions :


-« Non, elle ne me plait pas. Je suis Belge. Oui, on va le retrouver »

Hum... Apparemment, ce fut peut-être un peu trop concis. Il se devait de développer plus :

-« Heu...je veux dire que cette femme ne m'attire pas et..." balbutia-t-il en se disant que le sujet de conversation était vraiment inopportun surtout quand il s'agit de le dire à une gamine.
L'innocence de sa jeunesse lui était rafraichissante mais le spectre ne savait pas vraiment quoi dire et quoi éviter de faire.
-« Et oui, je suis né en Belgique donc...voilà, je suis belge" continua-t-il maladroitement. Et, je crois vraiment qu'on va retrou...Hé ? Oh ? Tu m'écoutes... ?"

-« C’est quand même un juge, je me demande s’il est vraiment par ici. De toute façon, nous trouverons des réponses…. Tiens regardes, il y a un vieux sage là-bas, on peut l’interroger tu ne crois pas ? »

Sylphide n'eut pas le temps de répondre à ses questions qu'il ressentit la puissance d'un vieil homme grâce à l’œil du Basilic qu'il avait activé dès son arrivé dans la ville. Ils avaient déjà parcourus quelques centaines de mètre avant de se trouver à quelques dizaines de mètres de ce qui semblerait être un sage hindouiste ou bouddhiste.
A vrai dire, la ville en regorgeait et semblait être une destination privilégiée pour ces hommes qui avaient tous quitter pour vivre une vie mystique et silencieuse.

Mais contrairement aux autres, lui semblait avoir un véritable pouvoir que le spectre eut du mal à jauger.
Mohanna avait du ressentir sciemment ou inconsciemment que ce sage était différent des autres. Il semblait même différent des Hommes.

Il ne dégageait pas un cosmos, auquel cas Mohana et lui auraient pu ressentir son émanation dès leur sortie de la gare. Bien qu'amaigri, sale et d'apparence sénile, il avait en réalité un charisme impressionnant et une force mystique profonde bien que difficilement détectable.

Les serviteurs de Hadès se dirigèrent vers lui. Sylphide prit la spectre de la Sagesse par l'épaule et lui serra doucement le bras pour lui montrer qu'elle venait surement de trouver un indice permettant de retrouver le juge du Garuda.
Au fur et à mesure que le spectre s'avançait vers le sage, il put y lire dans son attitude que ce dernier ne paraissait pas dangereux pour eux.

Sylphide s'arrêta en face de lui, et mimant la gestuelle des indiens, il joignit les mains, la plaça au niveau de son torse et s'inclina quelques secondes en disant avec un accent parfait le seul mot qu'il comprenait de cette langue :

-" Namasté"
avatar
MohanaSpectre du Nâga
Spectre du Nâga

Date d'inscription : 08/01/2006
Nombre de messages : 14525
Age : 32
Double Compte : Fille d'Estrée *.*

Revenir en haut Aller en bas
Lun 9 Déc - 21:31
    Mohana se disait qu’elle était vraiment maladroite lorsqu’elle Sylphide lui demanda si elle écoutait. Son visage exprimait un brin de honte, c’est vrai qu’elle était partie très vite sur un autre sujet, et qu’elle ne lui avait même pas laissé le temps de répondre correctement. Elle inclina son buste comme pour demander pardon de son excitation. A sa décharge il fallait dire qu’il était la première personne venant d’un autre monde qu’elle côtoyait. Et cela la passionnait, car elle était curieuse et préférait connaitre un peu mieux les gens. Surtout ceux avec qui elle allait partager une mission. Encore plus lorsqu’elle semblait périlleuse comme celle-ci.

    Lorsqu’elle releva son buste, l’air toujours aussi gêné, elle prit la parole.

    -« Oh il doit faire froid en Belgique. Puis cette mama, regardes, elle te suit… »

    L’Apsara se mit à rire en se retournant, car en fait il n’y avait rien, et quand elle regarda le spectre, elle se disait que sa blague ne l’avait pas beaucoup amusé. Elle observa les yeux ronds, en clignant de nombreuses fois en peu de temps. Ce n’est que lorsqu’il posa sa main sur son bras qu’elle se re-concentra sur leur objectif, et que son regard se fixa sur la personne qui semblait être extremement âgé.

    Apparemment Sylphide approuva l’idée d’aller à sa rencontre. Ils ne tardèrent pas à se trouver devant lui. Il se tenait là, debout, s’aidant d’un bâton. Ses yeux fermés, Mohana se demandait s’il était aveugle. Mais avant d’en savoir plus, elle devait respecter la tradition, et le respect envers les personnes de cet ordre.
    Alors que le Basilic lui adressa un « Bonjour » parfaitement prononcé dans la langue du pays, Sapanâ s’inclina lentement jusqu’à frôler les pieds du sage en répétant le même mot que son équipier.

    -« Sylphide, et moi, Mohana vous présentons nos humbles respects Ô vénérable sage… Nous sommes ici, car nous avons besoin de changer le mystère en connaissance. »

    La danseuse se redressa, et jeta un rapide coup d’œil vers Sylphide, avant de joindre ses mains devant sa poitrine. Elle se demandait si cet homme serait capable de leur venir en aide, et ainsi pouvoir retrouver Eaque. Et puis elle aurait bien aimé savoir où se trouvait son maître, lui qui avait toujours l’habitude d’arriver lorsqu’elle avait besoin d’aide, on dirait que cette période n’existait plus. Par conséquent elle devait se montrer forte, et puis le spectre qui était à ses cotés devait surement connaître Naga, et avait surement du combattre avec lui auparavant.

    En regardant autour d’elle, elle eut une pensée pour le chevalier d’or, apparemment il n’avait pas le choix de venir avec eux. Ou alors il s’était perdu, tout simplement. Bref, ses yeux se posèrent sur le sage, et les deux spectres attendaient de connaitre les premiers mots de ce dernier.

avatar
SkollMaitre du jeu

Date d'inscription : 27/01/2013
Nombre de messages : 29
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas
Lun 9 Déc - 22:53
Infos:
 


    Le vieux sage aveugle ne pouvait voir les deux individus qui étaient juste devant lui, et qui venaient de le saluer avec le plus grand respect. Sa main gauche tenait le bâton qui l’aidait à marcher, il tendit alors la paume de sa main droite vers les deux jeunes gens et d’une voix clair leur répondit.

    -« Que la réussite accompagne vos projets ! »

    Le dernier mot à peine perdu dans le vent qu’il enchaina…

    -« Et soyez les bienvenus dans ce lieu baigné dans le songe, le mysticisme et la sérénité, je me nomme Vidur, et je suis en effet un humble sage. »

    Il avait évidemment entendu le dialogue entre les deux personnes. Son bras retomba lentement, il replaça ensuite sa tunique blanche, son visage illuminé était une face froide mais rassurante à la fois, elle ne dégageait rien de mauvais, c’était tout le contraire. La seule chose qu’il se demandait était la raison de la venue de ces deux êtres ? Et aussi de savoir où se trouvait le singe. Ce petit coquin lui avait dérobé son repas ; heureusement son bol d’aumône se remplissait vite, alors qu’il attendait la réponse, il remercia un petit garçon qui ne semblait pas indifférent aux charmes de la jeune Mohana. Sans le voir, Vidur le ressentait parfaitement.

    Il posa sa main sur le crâne de ce garçon, en récitant un mantra pour lui offrir joie et bonheur pour la vie.
    Enfin il reporta son attention sur Sylphide et Mohana, et termina.

    -« Je suis prêt à écouter votre requête, si mon savoir peut permettre la conversion que vous désirez, mes mots seront clairs et la feront sans attendre. »
avatar
SylphideSpectre du Basilic
Spectre du Basilic

Date d'inscription : 02/06/2005
Nombre de messages : 20916
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas
Mar 10 Déc - 13:25
Sylphide laissa l'Apsara prendre les devants car ce dernier ne parlait pas du tout la langue du pays. La jeune fille adressa alors ses hommages envers le vieil homme avant de s'y incliner respectueusement afin de lui toucher les pieds en signe de respect.

Quel ne fut pas sa surprise quand le sage leur parla avec un français parfaitement compréhensible. (HRP : Oui parce que sinon c'est galère pour discuter lol mr Red le retour.). Cela arrangeait parfaitement le spectre.


Ce vieil homme s'appelle donc Vidur. Sylphide était certain qu'en indien ça devait sonner autrement qu'en français. Le sage aveugle et pauvre bénissait les personnes qui le souhaitaient.
Cet homme est un vrai mystère pour le Basilic. Il semblait serein presque apaisé mais les traits du sage lui paraissait anormalement ferme. Un peu comme si ce dernier portait un masque de vieillesse.

-« Je suis prêt à écouter votre requête, si mon savoir peut permettre la conversion que vous désirez, mes mots seront clairs et la feront sans attendre. »

Le spectre expliqua alors :
-"Mon nom est Sylphide, nous sommes venu dans cette ville pour retrouver un homme dénommé Eaque. Nous sommes les compagnons de cet homme et nous sommes certains que sa vie peut être en danger d'où notre présence en ces terres."

Sylphide marqua une pause comme pour mieux marquer la gravité de la chose, puis reprit :

-"Ce nom vous dit-il quelques choses ? Je suis certains que parmi tout les hommes présents en ces lieux, vous, vous devez nous...comprendre" dit le Basilic.

avatar
MohanaSpectre du Nâga
Spectre du Nâga

Date d'inscription : 08/01/2006
Nombre de messages : 14525
Age : 32
Double Compte : Fille d'Estrée *.*

Revenir en haut Aller en bas
Mer 11 Déc - 13:39

    Mohana se tenait légèrement en retrait, le regard balayant l’endroit avec une certaine admiration. Elle espérait que cet homme puisse vraiment les aider, et que leur instinct les avait menés ici pour une bonne raison. De toute façon, ils ne pouvaient qu’apprendre auprès de ce genre de personne. En plus il dégageait une aura vraiment mystérieuse qui était digne de celle de son maître. Par conséquent, il devait pouvoir répondre à la question que venait de lui poser Sylphide.
    Avait-il vu Eaque ?

    La jeune danseuse se demandait si elle devait lui dire qu’il avait bu le sang de Kalî, les bras croisés, elle ne préférait ne rien dire. La bénédiction du sage était le signe qu’il ne voyait pas en eux des êtres maléfiques ; et souhaitait les aider s’il le pouvait.

    -« Sylphide a raison, sa vie est surement en danger… Nous devons le retrouver le plus rapidement possible. »

    S’il savait alors tout coulerait comme une source d’eau paisible, et il expliquerait sans doute les effets du sang qu’Eaque avait bu lors de son combat contre la Déesse. Au pire lui aussi allait la menacer afin qu’elle goutte à ce liquide. D’ailleurs la fiole devait surement être encore entre les mains des saints. Il fallait souhaiter que cela ne cause pas d’autres soucis. Car les deux saints qu’ils avaient vus étaient orgueilleux, et semblait très curieux, il ne serait donc pas étonnant qu’ils essayent de boire ce « poison ».

    Finalement, elle n’aurait pas du laisser cette fiole en possession des chevaliers d’Athéna, ils ne craignaient pas l’ombre, malheureusement cela pourrait leur être fatal. L’Apsara en était certaine… Plongée dans ses pensées, elle montrait une inquiétude palpable sur son visage juvénile. Tout cela l’agaçait au plus haut point, mais elle ne devait pas faillir, et devait se concentrer, afin d’effectuer le plus efficacement possible la mission qui fût confier au spectre du Basilic, et l’aider du mieux qu’elle le pouvait.
avatar
SkollMaitre du jeu

Date d'inscription : 27/01/2013
Nombre de messages : 29
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas
Mer 11 Déc - 14:00
Infos:
 



    Eaque ? Ainsi les deux personnes qui se trouvaient devant lui étaient à la recherche de celui qui avait bu le sang de Kalî. La voix des deux transmettait une forme d’inquiétude étrange qui masquait sans doute une ambition caché, plus vile. Mais cela ne le regardait pas, son rôle était en dehors du conflit, sa main ne pouvait que caresser l’océan. Ce qu’il disait n’affecterait l’avenir que de ceux qui verraient le mal en lui.

    Son air grave se perdait au milieu d’un sourire et d’un mouvement de tête qui présageait d’une réponse affirmative.

    -« Excusez moi, j’ai besoin de m’assoir… Mes jambes me font de plus en plus souffrir ! »

    Lentement, il s’approcha de Sylphide, attrapa son bras pour marcher jusqu’à un banc qui était placé à quelques mètres. La jeune fille suivait. Même sans ses yeux, ses autres sens l’aidaient favorablement.

    -« Je n’ai jamais vu la personne qui semble troubler vos âmes. Cependant… »

    En toussant, il prit place sur le banc et remercia Sylphide de son aide peut-être involontaire en touchant le front de celui-ci. Il se sentait bien mieux maintenant, et pouvait donc poursuivre son récit, qu’il faisait volontairement durer pour donner plus de drame, et de force à celui-ci, comme pour être dans le ton des deux serviteurs d’Hadès.

    -« Cependant il est effectivement passé par ce lieu. C’est Hanuman, le singe qui m’accompagne qui l’a rencontré. Selon lui, il était dans un état tout à fait normal. Quel serait le danger qui planerait sur sa tête ? »

    Même s’il le savait, Vidur préférait entendre ses interlocuteurs, il appréciait les récits… Même si le temps était semble-t-il compté pour eux.
    Le vieux sage posa son bâton sur le coté du banc, et attendait la réponse de Sylphide et Mohana.
avatar
SylphideSpectre du Basilic
Spectre du Basilic

Date d'inscription : 02/06/2005
Nombre de messages : 20916
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 12 Déc - 20:48
Sylphide accompagna le vieil homme doucement jusqu'à un banc qu'il désigna du doigt.
Le spectre se tint à ses cotés alors que le sage papota ses jambes de ces poings comme pour les soulager du maux de la vieillesse.

Sylphide fut deçu lorsque le sage lui dit qu'il n'avait jamais vu Eaque. Mais lorsque celui-ci se reprit et qu'il leur confia que son...animal de compagnie, un singe l'avait aperçu, cela soulagea le spectre. Ils étaient donc bien sur le bon chemin et venait de trouver une personne pouvant les guider vers le juge.


-« Cependant il est effectivement passé par ce lieu. C’est Hanuman, le singe qui m’accompagne qui l’a rencontré. Selon lui, il était dans un état tout à fait normal. Quel serait le danger qui planerait sur sa tête ? »

Le spectre scruta à travers sa capuche le sage. Son œil luisait à travers ses mèches blondes.
Bien que calme et serein, les traits de l'homme lui parut quelque peu "étrange", comme si ce dernier portait un masque faite de chair sur laquelle était posé une barbe immaculée.
Sa posture également ne lui sembla pas naturelle. On aurait dit qu'il souffrait d'un mal nouveau qui lui affligeait de douleur.
Le spectre ferma alors les yeux, et baissa sa capuche laissant dévoiler son visage à son interlocuteur.
Son souffle et le battement de son cœur bien que posé ne paraissait souffrir des affres de la vieillesse. Lorsque le spectre ouvrit ses paupières, ses yeux redevinrent verts comme à l'accoutumé.

Le spectre choisit de faire "confiance" en cette homme :
-"Eaque a été contaminé par une entité divine du nom de Kali. Ma soeur que voilà, dit qu'il aurait ingurgité une substance qu'on appelle "Sang de Kali".
J'avoue être un profane en matière de mythes hindouistes mais on dit que ceci est un poison dont les effets restent encore inconnus. "

Le spectre porta son regard sur le sage et dit :
-" Sage parmi les hommes, que savez-vous sur ce "sang" ? Quels sont les effets et il y a-t-il un moyen de guérir si ceci se révélè être un poison ?

Le Basilic esquissa un sourire avant de demander plus intimement :
-" Qui êtes-vous vraiment ? Et surtout...comment se fait-il que vous me paraissez si jeune malgrès votre apparence ?


Dernière édition par Sylphide le Ven 13 Déc - 17:59, édité 1 fois
avatar
SkollMaitre du jeu

Date d'inscription : 27/01/2013
Nombre de messages : 29
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas
Sam 14 Déc - 23:10
Infos:
 



    Le sage sentit le mouvement des mains du spectre qui ôta sa capuche ; ce geste était le signe de la confiance qu’il voulait lui faire. Cependant, il allait bientôt s’assombrir, en effet il écouta avec calme les questions de Sylphide, mais sa dernière intervention le surpris. On ne lui avait jamais fait de remarque concernant sa «  jeunesse ». Son visage ne trahissait rien. Pourtant son esprit était tourmenté par ses souvenirs, son délit, sa punition qu’il devait trainer jusqu’à ce que le destin le pardonne. Ce jour était-il sur le point d’arriver ? Mais avant de prendre de s’exprimer sur le sujet, il devait s’occuper des interrogations sur Kali, et le sang de celle-ci, bu par le jeune homme qu’avait rencontré Hanuman, il y a peu…

    -« L’effet est simple ; il sera simplement néfaste à l’injustice. Pour être plus précis, je ne suis qu’un mortel, mes connaissances ne vont pas toucher le divin, comme vous je reste dans l’inconnu à ce sujet. Eaque doit être le premier humain à avoir prit une gorgée de cette liqueur. »

    Vidur fit une pause, et continua.

    -«  Seule Kalî et la déesse Manasa peuvent vous renseigner. La Déesse des serpents possèdent un savoir infini sur les poisons et les différents remèdes. »

    Avec une certaine fébrilité le sage se releva, Hanuman arriva à toute vitesse vers lui, et monta sur ses épaules. Il  esquissa un sourire et tourna le dos aux deux spectres.

    -«  Selon les dires d’Hanuman, votre compagnon se trouve à l’Ouest d’ici. Loin d’ici… »

    Le sage se mit alors à marcher, lentement…  Et s’amusa à jongler avec son bâton comme pour valider volontairement les soupçons de Sylphide. Un vrai prodige du lancer de bâton à vrai dire.

    -« Mon âme est jeune, mais  mon corps à subi une malédiction que je dois accepter. Cependant je ne peux parler du passé actuellement, jusqu’à ce qu'un jour les rayons divins me redonnent mon âge véritable. »

    Le mystérieux sage s’éloigna des deux spectres d’un pas lent et paisible, l’air satisfait, il se demandait s’ils allaient arriver à temps pour rencontrer Eaque.
avatar
SylphideSpectre du Basilic
Spectre du Basilic

Date d'inscription : 02/06/2005
Nombre de messages : 20916
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas
Sam 14 Déc - 23:26
Sylphide observa le sage. Il semblait même boire ses paroles comme pour mieux s’imprégner de ses connaissances. Le spectre était intrigué par ce vieil homme.
Le Basilic ne put savoir s'il avait réellement pu desceller une part d'ombre dans la personnalité du sage. Mais, il pouvait clairement percevoir qu'il portait un fardeau dont il accepta la charge comme pour vouloir se faire pardonner d'une faute qu'il avait jadis commise.

Il jeta un coup d’œil vers Mohana comme s'il voulait valider les paroles du sage, comme s'il voulait confirmer qu'il venait de bien comprendre le message que le vieil homme venait de leur dire.

-« L’effet est simple ; il sera simplement néfaste à l’injustice. Pour être plus précis, je ne suis qu’un mortel, mes connaissances ne vont pas toucher le divin, comme vous je reste dans l’inconnu à ce sujet. Eaque doit être le premier humain à avoir prit une gorgée de cette liqueur. "



La situation semblait hasardeuse et son issue bien plus incertaine. Pour la première fois un humain a bu de ce sang dont les effets demeurent inconnues.
Mais ce qui attira son attention est le fait que la victime serai "néfaste à l'injustice".
Sylphide baissa son regard sur le sol sacré de la ville bénie des Dieux. Il se plongea dans ses réflexions.
 
Les spectres ont pour rôle de punir l'injustice même, et de corriger les âmes des pécheurs. Les plus puissants d'entre eux, les juges, ont pour rôle de décider de la sentence à accomplir. Ainsi par définition, il se devait d'être juste.
Donc ce sang ne serai donc qu'une...bénédiction, si celui-ci permettrait de lutter contre l'injustice ?


-"Seule Kalî et la déesse Manasa peuvent vous renseigner. La Déesse des serpents possèdent un savoir infini sur les poisons et les différents remèdes. »

Les noms que prononça le sage le tira de ses pensées. Il semblait évident qu'ils leur seraient difficile de demander des informations à la déesse Kali.
Le spectre ne put s’empêcher de sourire à l'évocation du titre que portait Manasa : La déesse des serpents.
Le Basilic, roi des serpents allait-il trouver une personne lui permettant d'approfondir ses connaissances sur les poisons ? A vrai dire, il en a toujours rêvé. La seule personne ayant pu maitriser les poisons du Basilic fut la Wyverne. Ainsi, il existerait une autre personne, une déesse qui aurait la connaissance des poisons.
Quoiqu'il en soit la façon dont Vidur prononça le nom de Manasa, fut teintée de respect et de douceur. Et il tardait au spectre du Basilic de retrouver cette déesse.

Quant soudain un petit singe apparut et grimpa sur les épaules du vieil homme.
Pendant que Vidur été occupé à dorloter ce qui semblait être son animal de compagnie, Sylphide chuchota alors à l'attention de Mohana :

-"Connais-tu cette...Manasa dont le vieil homme parle ? Il me semble avoir entendu ce nom dans la bouche de celui qui fut l'ancien spectre de la sagesse, Naga."

-«  Selon les dires d’Hanuman, votre compagnon se trouve à l’Ouest d’ici. Loin d’ici… »

Le sage s'étant levé, il s'éloigna alors doucement d'eux, avec son singe sur l'épaule. Il venait d'emporter son mystère avec lui.
Sylphide se leva aussi. Le soleil était haut dans le ciel, il devait être au alentour de midi. Les rues s'était subitement animées de personnes qui se rendaient dans ses petits restaurants qui couvraient les rues de la ville. La silhouette du vieil homme s'été ,depuis quelques secondes, évaporée.
Sylphide remit alors son capuchon et demanda à Mohana :

-"Mohana, que devons-nous faire ? "

Il pointa alors son doigt vers l'Ouest et dit :

-" Partir dès à présent à la poursuite de Eaque...ou retrouver cette déesse Manasa.
Dans le premier cas, nous pourront espérer arriver à temps pour retrouver le juge avant que d'éventuels effets du sang de Kali ne se manifestent.


Puis se tournant vers la jeune Apsara :

Dans le second cas, nous trouverons les réponses à nos questions si nous trouvons la déesse Manasa. Mais, nous prendrons le risque que le juge ne s'éloigne encore plus de ces lieux."
avatar
MohanaSpectre du Nâga
Spectre du Nâga

Date d'inscription : 08/01/2006
Nombre de messages : 14525
Age : 32
Double Compte : Fille d'Estrée *.*

Revenir en haut Aller en bas
Dim 15 Déc - 22:57
  • La jeune spectre s’était contenté de suivre le mouvement. Elle suivait la conversation avec la plus grande attention. La situation était en train de devenir de plus en plus clair. Pourtant, Mohana se disait que tout cela ne serait pas si aisé que et que la légèreté des paroles cachaient un péril sans doute rare.

    Soucieuse, elle se demandait vraiment ce que voulait dire le sage lorsqu’il déclara que le poison n’avait pour seul effet que de vaincre l’injustice. Cette révélation était des plus troublantes. Peut-être s’était-elle trompée en refusant de boire le sang comme le souhaitait tant la déesse Kalî. Puis, la curiosité quand Sylphide eut des soupçons sur l’aspect physique du vieux sage. Serait-il vraiment jeune ? Lui avait-on volé sa jeunesse, en tout cas il n’avait pas souhaité en dire plus, encore un point étrange.

    Manasa ? La déesse serpent ! La danseuse était intriguée, car elle aussi était un « serpent ». Et c’était donc avec cette déesse qu’il fallait converser pour en savoir plus et connaître le remède contre le sang qu’avait bu Eaque. Sapanâ tourna son regard vers Sylphide qui venait de lui murmuré à l’oreille une question. Il était vrai que Naga, son maître en avait déjà parlé, mais elle n’en savait pas plus.
    La jeune fille fit une moue en acquiesçant de la tête un geste qui voulait dire non. Elle accompagna son geste de ces mots.

    -« Je ne l’a connais que de nom. On dit que pour rencontrer une divinité, il faut la prier. Ainsi elle se montrera peut-être à nous. »

    A peine avait-elle terminée sa phrase, que le sage et le singe n’étaient plus là. Le spectre replaça sa capuche sur sa tête et exposa les deux solutions sur les actions à mener. Pour elle il n’y avait pas vraiment de doute, il fallait retrouver Manasa, et peut-être Naga. La jeune fille s’installa sur le banc, et observa le ciel bleu avec une certaine mélancolie.

    -« Il serait certainement préférable et plus prudent de rencontrer la Déesse Manasa. Comme cela nous seront tranquille lorsque nous trouverons Eaque. Nous ne craindrons pas l’effet du poison. »

    L’Apsara observa la foule de plus en plus nombreuse… Mais il n’était pas l’heure de nostalgie, la jeune fille fit un petit saut, observa les alentours, il fallait trouver un endroit paisible et digne pour pouvoir faire appel à la déesse serpent, qui à en croire la vérité serait comme sa « mère » spirituel.

    -« Nous ferions me de trouver un endroit calme, loin de la foule afin de préparer notre rencontre avec la Déesse. Il semblerait que nous n’ayons plus rien à apprendre ici. »

    Elle plaça sur sa tête le voile fait d’un tissu rare transparent, et se préparait à se rendre avec le spectre du Basilic dans le lieu le plus indiqué pour ce rituel, au fond d’elle, elle priait pour que cela fonctionne.
avatar
SylphideSpectre du Basilic
Spectre du Basilic

Date d'inscription : 02/06/2005
Nombre de messages : 20916
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas
Lun 16 Déc - 18:12
Les deux spectres se trouvaient toujours à l'endroit où le sage les avait quitté.
Au loin, ils pouvaient entendre cloches et carillons sonner. Surement un appel religieux pour inviter les croyants à aller faire la prière.

Quand le spectre vit quelques mendiants courir vers le Temple de Bodh Gaya, il comprit que les prêtres devaient surement distribuer de la nourriture pour apaiser la faim et des incantations pour étancher leur besoin spirituelle.
S'écartant sur le bas-coté afin de ne pas gêner leur progression, il s'assit également auprès de l'Apsara.

-«  Je ne l’a connais que de nom. On dit que pour rencontrer une divinité, il faut la prier. Ainsi elle se montrera peut-être à nous. »

Prier ? Il faut dire que ce n'était pas réellement l'apanage de Sylphide. Pour avoir servit depuis des décennies, des siècles voir des millénaires le Monarque des Enfers, il ne pouvait clairement croire que les prières intercéderaient en leur faveur.
Mais toute légende, croyance avaient une part de vérité. Surement était-ce là, la seule manière de rencontrer cette déesse-serpent.

 -« Il serait certainement préférable et plus prudent de rencontrer la Déesse Manasa. Comme cela nous seront tranquille lorsque nous trouverons Eaque. Nous ne craindrons pas l’effet du poison."

Elle n'était pas la spectre de l'étoile de la Sagesse pour rien. Les paroles étaient réfléchies et posées. Ceci lui fit remarqué que mal grès sa jeunesse et même son innocence qu'il ressentait à travers le comportant de son compagnon, Mohana était une jeune fille qui savait avait de la jugeote.
Le vieux guerrier qu'il était, mal grès que son corps ait l'apparence d'un homme proche de la trentaine d'année, avait perdu cette fraicheur et cette vivacité d'esprit qui caractérisait la jeune génération.
Naga avait trouvé un excellent disciple qui avait un potentiel tout aussi impressionnant que son cosmos.

Sylphide se contenta d’acquiescer suite à la proposition de Mohana, non sans avoir le regard qui frisait de nostalgie, lorsqu'il se dit qu'il allait retrouver son ancien frère d'arme : Naga de la sagesse.

«  Nous ferions me de trouver un endroit calme, loin de la foule afin de préparer notre rencontre avec la Déesse. Il semblerait que nous n’ayons plus rien à apprendre ici. "

-"Je te suis. Je ne connais rien en ce pays et je ne sais même pas qui est cette...Manasa ? Mais au dire du vieil homme, elle nous permettra de trouver des réponses à nos interrogations même si celà signifie perdre le juge de vue."

Sylphide se leva alors et suivit l'Apsara qui allait les guider vers la déesse Manasa.
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

[Event]Vers Bodh Gaya