avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t26178-filen-taan-rune-dalvi
Filen

Date d'inscription : 16/01/2014
Nombre de messages : 43
Age : 22

Revenir en haut Aller en bas
Sam 18 Jan - 19:13


Honneur des nains

"Enfant des nains"


Je vis à Magnir depuis que je suis enfant. Recueilli par un couple nains ayant pris pitié de moi en me trouvant à l'entrée du village, seul. Ils me nommèrent Filen, et m'adoptèrent, je devins alors Filen Taan pour le monde.

Peu a peu, je me mit à grandir et forcir, afin de pouvoir aider mes parents adoptifs à leur forge, et le fait que je puisse les aider à la manière d'un nain, en déplaçant les enclumes lorsqu'il leur fallait de la place, ou en amenant le minerai brut. Pourtant, je n'aurais pas du pouvoir vu mes dix ans à ce moment là.

Peu à peu, grâce à mon aide alors que je consomme moins qu'un nain, mes parents adoptifs purent se permettre de faire créer un magasin accolé à leur forge, celle-ci servant aussi à réchauffer l'espace habitable se trouvant dans les pièces à côté.

_________Aujour'hui___________


- FILEEEEEN! Le livreur va arriver et ton père est occupé! Va lui ouvrir mon grand.


Réagissant à l'appel de ma mère je me rend donc à l'entrée de service de la forge, par où arrive tous les matins le livreur de minerai, venant de la mine. Cependant, cette partie du bâtiment ayant été aménagée avant mon arrivée, elle est encore prévue pour une taille de nain, que je ne fais plus aujourd'hui. Le haut de la porte culmine aux alentours du mètre soixante... Je dois donc rattraper les vingt centimètres en me baissant.

Le livreur arrive, comme toujours, à l'heure, et me tend les sacs de minerai en m'expliquant que les mineurs nocturnes sont tombés sur un bon filon, les dix sacs qu'il me tend attestant de la véracité de son information. Après son départ, je pose les sacs avec les autres, en indiquant que c'est demain qu'il faudra payer.

Six heures... L'heure de l'ouverture.... Il faut se dépêcher de mettre les outils en rayon, afin que les premiers clients ne se trouvent pas devant un magasin vide. Nous vendons à toutes les personnes passant par ici. vu que ce village recueille aussi les familles des éveillés, on peut croiser pas mal de personnes.

Dix heures... La pause pour moi... J'en profite pour aller me balader dans le village, un carnet en main, histoire d'apprendre le plus de choses possibles sur le monde.

Je rentre pour le repas et l'aide de l'après-midi, ou je tiens la boutique de temps en temps. Cette fois, je dois d'ailleurs m'en occuper pendant un court moment, ou j'aperçoit un homme entrer, une sorte d'armure sur lui. On dirait un chevalier... Serait-il un éveillé?
© Codé par Moisadike : Never Utopia


Dernière édition par Filen Taan le Ven 7 Mar - 18:51, édité 1 fois
avatar
MyraChevalier Noir du Caméléon

Date d'inscription : 17/08/2006
Nombre de messages : 12650
Age : 26

Revenir en haut Aller en bas
Mar 21 Jan - 14:41
Visage du PNJ:
 






Là fit irruption Arsac vêtit d'une simple armure de garde du palais, en effet éveillé depuis peu il était affecté à la garde du palais s'entraînant sans relâche afin d'obtenir un jour une armure divine. Elève du guerrier d'Epsilon qui s'occupe de la formation des futurs Ases l'homme à la chevelure rouge le seconder en tant voulut, nombreux des guerriers avaient quitté le pays pour la guerre ou d'autres raisons, c'était donc à lui et autres éveillés des terres d'Odin de défendre les lieux et c'est pour cette raison qu'il se rendit dans cette boutique. Venu pour aller à la forge situer à ici-même afin d'obtenir quelques armes pour le camps d'entraînement, Arsac put ressentir un cosmos dans cet endroit, curieux il se pénétra dans celle-ci et sans vraiment prêter attention aux lieux il ce dirigeât vers l'homme à la chevelure bleue.


Bonjour, je viens pour un renseignement, vous serez il possible de forger une dizaine de sabre ? Je viens du Palais de Polaris.

Bien entendus il tendut une missive au jeune homme, lettre demandant dix sabres et promettant de fournir le matériel si c'était nécessaire.


Dite moi j'aurais une autre question à vous poser, je suis un éveillé, vous avez sûrement du vous en douter vus cette armure, quoi que certains gardes ne le sont pas vraiment... Bref j'ai ressentis un cosmos ici-même et celui-ci émane de vous.

Aucune délicatesse. Mais au moins c'était clair, l'homme qui géré cet endroit était un éveillé d'ailleurs sa puissance dépassé celle du garde ce qui l'étonné au vus de ces entraînements. Le jeune homme était il seulement au courant du faîtes qu'il possède en lui une force immense ? Arsac avait hâte de voir sa réaction.



Citation :

[HRP, j'ai vraiment manqué d'inspi sur ce coup, mais je te promet une suite bien plus palpitante ^^ ]
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t26178-filen-taan-rune-dalvi
Filen

Date d'inscription : 16/01/2014
Nombre de messages : 43
Age : 22

Revenir en haut Aller en bas
Mar 21 Jan - 18:24


Honner des nains

"Un éveillé, moi?"


Bien étrange personne que ce client, sa couleur de cheveux, elle est naturelle? En tout cas, il a l'air d'avoir prévu une liste et de venir ici en sachant où aller. Il vient donc pour la boutique de mes parents. Il vient ensuite vers moi, et je remarque son armure, plutôt basique... Je hoche la tête de manière presque imperceptible en soupirant.

Pffff... Aucune classe dans l'armure... Elle à l'air fonctionnelle, mais elle n'est pas assez ouvragée... Aucun nain n'oserais se mettre ça sur le dos... On préférerais aller au combat nus que porter ça.

Bonjour, je viens pour un renseignement, vous serez il possible de forger une dizaine de sabre ? Je viens du Palais de Polaris.


Il a besoin de dix sabres, et est prêt à fournir le matériel? Il n'y connais rien mais au moins il est poli. Je reconnais bien là le signe des Asgardiens, comme tend aussi à le prouver son allure d'homme entraîné et... évidemment.... son armure.

- Dix sabres... D'accord... Vous ne voulez pas une armure avec?


Je me retourne et crie.

PERE!


Dite moi j'aurais une autre question à vous poser, je suis un éveillé, vous avez sûrement du vous en douter vus cette armure, quoi que certains gardes ne le sont pas vraiment... Bref j'ai ressentis un cosmos ici-même et celui-ci émane de vous.


Je ne réalise pas tout de suite ce qu'il vient de dire. Puis mes yeux s'écarquillent et je me retourne vers lui, abasourdi.

Moi? Vous.... Vous en êtes sûr?


Qu'est-ce qu'il raconte l'autre? Je sais que la bière naine fait de l'effet aux humains, mais quand même... Il a l'air un peu jeune pour y goûter je trouves.

C'est à ce moment que mon "père" arrive. Essoufflé à cause de son travail.

Je suis là... Pas besoin de hurler... Dépèches-toi de me dire ce qu'il y a... J'ai des masses qui trempent là!


Ce jeune homme a une commande du palais, et si tu pouvais lui fournir une armure.... Je m'occupe des masses.


Je m'éclipse en courant pour aller sortir les masses de la seconde trempe, puis les refait chauffer un peu. Je sais que les humains s'arrêtent à deux trempes et un séchage, mais ce n'est as assez. Après les quelques étapes restantes, je reviens avec les masses au bras. Et voit mon père parler avec le client... C'est relativement étrange vu qu'il ne leur parle presque jamais.

Voilà les masses, je les met où?


HRP:
 

© Codé par Moisadike : Never Utopia
avatar
MyraChevalier Noir du Caméléon

Date d'inscription : 17/08/2006
Nombre de messages : 12650
Age : 26

Revenir en haut Aller en bas
Mer 22 Jan - 18:28
Arzac, en voyant le regard et la façon de parler du nouveau protagoniste ne put s'empêcher de sourire, il n'aimait pas son armure et lui avait fait remarqué en faisant un légé sous-entendus. Avant même que le nouvel éveillé ne réponde son père arriva, rien à dire mis à part ça taille, enfin Arsac ne dit rien, les nains sont très respectés dans ce royaume et leurs qualité de forgerons le sont d'autant plus. Le garçon à la chevelure bleue disparut un moment, l’apprentie guerrier n'eut rien à dire à son géniteur, il y eut un court instant de silence brisé par la voie du propriétaire des lieux.

C'est vrai qu'il vous faut une armure, j'en ai d'ailleurs une qui vous irez à merveille cependant j'ai quelques modification à y faire avant de vous la laisser.

Je.. je ne peux pas accepter.

Tu n'a pas le choix, je serais couvert de honte si l'on te voyait allait et venir dans ma forge avec une armure si risible.

Ce qui était sur c'est qu'il n'avait pas sa langue dans sa poche il le tutoya même, ça fit sourire Arsac qui dévia le sujet avant de ce faire critiquer de nouveau, enfin la critique était fondé, son armure n'avait rien à envier.

Dites moi, j'ai quelque chose à vous dire, votre fils peut il quitter cet endroit un moment ?

Pourquoi donc ?

Et bien, savez-vous qu'il existe dans ce monde...

Attendez je vous coupe de suite, le garnement est un éveillé c'est bien ça ?

Au moins il était au courant, mais pourquoi ne lui en avait il pas parlé ? Avant même de pouvoir poser la question Arsac eu la réponse qu'il attendait.

Nous avons toujours voulus lui cacher ceci pour éviter de le perdre, mais je pense que le tant est venus, le gamin accomplit des miracles sans même sans rendre compte, mais je sens qu'il est prêt à découvrir ce monde qui est le votre, je suis sûr qui fera un guerrier hors pair.
A peine eu t-il finis sa phrase que son fils revint avec une quinzaine de masse dans la main droite, était il ne serait-ce conscient qu'un non-éveillé pourrait difficilement en porter cinq ?

Pose donc tout ça dans la réserve tu veux ? Je dois préparer une armure à ce jeune homme, nous allons pas le laisser allez et venir dans cet accoutrement que dirait tu de l'accompagner un moment et de lui laisser tout ceci plus tard, nous n'auront sans doute pas d'autre client aujourd’hui et je pense que vous avez beaucoup à faire.

Ce sous-entendu en disait beaucoup sur le père du jeune homme, il avoua indirectement être au courant du faite qu'il était un éveillé. Ne restait plus qu'à voir sa réaction et s'il était prêt à suivre Arsac.
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t26178-filen-taan-rune-dalvi
Filen

Date d'inscription : 16/01/2014
Nombre de messages : 43
Age : 22

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 23 Jan - 21:48
Honneur des nains

"Alors c'est vrai ?"

Pose donc tout ça dans la réserve tu veux ? Je dois préparer une armure à ce jeune homme, nous allons pas le laisser allez et venir dans cet accoutrement que dirait tu de l'accompagner un moment et de lui laisser tout ceci plus tard, nous n'auront sans doute pas d'autre client aujourd’hui et je pense que vous avez beaucoup à faire.

Je m'exécute, incrédule. Mon père aurait-il cru ces allégations sur moi? Je ne peux pas être un éveillé! C'est simplement impossible... Je veux dire... J'ai bien entendu parler de leurs exploits, et je suis certains de ne pas en être capable d'autant. Je ne suis qu'un fils adoptif de forgeron, c'est tout. Il est vrai que je porte un peu plus lourd que les autres humains, mais j'ai été élevé avec les nains, alors c'est normal.
- D'accord, merci p'pa.

Je me tourne alors vers le client. Un sourire aimable aux lèvres.
- Nous n'avons pas été présentés je crois. Je suis Filen, et toi?

Je n'ai pour l'instant je ne sais pas quoi faire, je ne le connais pas et mon père vient presque de m'ordonner de rester avec lui. Alors j'attends.

hrp:
 

© Codé par Moisadike : Never Utopia


Dernière édition par Filen Taan le Ven 7 Mar - 18:53, édité 1 fois
avatar
MyraChevalier Noir du Caméléon

Date d'inscription : 17/08/2006
Nombre de messages : 12650
Age : 26

Revenir en haut Aller en bas
Ven 24 Jan - 18:36
C'est bien vrai, quand à moi je suis Arsac, disciple du guerrier divin d'Epsilon, je fais partis de la garde du palais et un jour j'aurais l'honneur de porter le titre de guerrier divin, c’est mon rêve. Quoi qu'il en soit, l'heure n'est pas de parler de mes rêve mon amis, ton père et d'accord pour que tu me suive, mon objectif du jour et de faire un sorte que tu est confiance en toi en tant qu'éveillé... Elever par les nains je ne doute aucunement de ta force, ce peuple mérite le respect, peut être d'avantage que les autres, d'ailleurs il y a de forte chance que ton père ai comme client réguliers les gardes du palais, cela sera bon pour les affaires, puis l'on sait tous que les nains ont une excellente réputation, et je vous ferez de la publicité. Bon c'est pas tout, mais nous avons de la route !


Sans dire ou il allait, Arsac entama une marche longue et pénible, il amenait son hôte à la « véritable porte du royaume d'Odin », en effet c'était ainsi que l'on nomme le temple de Fanfir. L'homme à la chevelure ardente fit exprêt de  faire un détours, pourquoi empreinter un  chemin neigeux  alors que l'on peut affronter des blizzard dans les montagnes ? D'ailleurs, Arsac faillis bien y passé lorsque ce stupide rocher céda sous son poid, enfin il fut agréablement surprit du faîte que Filen put le suivre. Après 3 heures d'escalade le duo arriva enfin devant l'immense temple, Arsac laissa s'échapper un soupir puis  prit parole.


Nous voici dans un lieu ou seul les braves peuvent se rendre, les prétendant aux titres de guerrier divins, les protecteurs du royaume ou encore les gardes du palais, j'ai jugé bon te t’amener ici pour te permettre d'exploiter ton potentiel. Qu'en pense tu Filen ? Arzac ce tus avançant doucement, saluant les deux duo de gardes qui leurs ouvrirent le passage, les protagonistes purent croiser beaucoup de personnes, y comprit des loups.


Ne crains, rien, les loups de la forêt d'Epsilon viennent assez souvent ici, leurs maître qui est aussi le mien à dus s'absenter, du coup ils errent en Asgard, sans doute attende t-il son retour, et toi tu aimes les animaux ? Personnellement oui, par contre j'ai une phobie, c'est les insectes, un simple bourdonnement pourrait me faire décamper à des kilomètres.


Il ce tut alors, et continua la marche pourquoi ne pas faire connaissance tout en avançant ?


Ici ce sont des zones interdites, personnes ne peux y accéder sans être accompagné d'un guerrier divin ou sans autorisation de la représentante du royaume.

C'est en disant cela qu'Arzac comprit qu'il commettait peut être une erreur, Filen venait juste d'apprendre qu'il était éveillé l'amener ici en lui parlant de divin et de prouesses chevaleresque pouvait être ennuyant. Enfin il avait l'air d'avoir soif de connaissance, ce qui pouvait être lus dans les livres ce déroulait ici-même...


Je t’ennuie pas au moins ? Lui demanda t-il en ce retournant un instant pour  prendre un petit sentier sur la droite.


C'est ici que s’entraîne les gardes du palais, j'aimerais que tu me dises ce que tu pense de ceux que tu vois. Les deux qui sont la bas par exemple, ce qu'ils font est il exceptionnel celons toi ? Ou encore ce qui cours autours de la zone, sont il si rapide ? L'homme à la chevelure ce tus attendant une réponse de son hôte .



Citation :
[ Si question Mp  ^^ ]
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t26178-filen-taan-rune-dalvi
Filen

Date d'inscription : 16/01/2014
Nombre de messages : 43
Age : 22

Revenir en haut Aller en bas
Lun 10 Fév - 22:58
Honneur des nains

"Alors c'est vrai ?"

C'est bien vrai, quand à moi je suis Arsac, disciple du guerrier divin d'Epsilon, je fais partis de la garde du palais et un jour j'aurais l'honneur de porter le titre de guerrier divin, c’est mon rêve. Quoi qu'il en soit, l'heure n'est pas de parler de mes rêve mon amis, ton père et d'accord pour que tu me suive, mon objectif du jour et de faire un sorte que tu est confiance en toi en tant qu'éveillé... Elever par les nains je ne doute aucunement de ta force, ce peuple mérite le respect, peut être d'avantage que les autres, d'ailleurs il y a de forte chance que ton père ai comme client réguliers les gardes du palais, cela sera bon pour les affaires, puis l'on sait tous que les nains ont une excellente réputation, et je vous ferez de la publicité. Bon c'est pas tout, mais nous avons de la route !

Le jeune se met donc à avancer, et comme je n'ai rien d'autre à faire (et que mon père me l'a demandé), je profite un peu du paysage en le suivant. Quoique.... Profiter du paysages.... Trois heures de marche, avec une partie dans le blizzard.... Et l'autre qui manque de se faire avoir par un simple rocher....


Nous voilà donc... AU TEMPLE!? Mais ce n'est pas possible.... J'ai déjà entendu parler des clients qui en venaient. Mais aucun d'eux ne parlait jamais d'une montagne. Encore moins d'un voyage de trois heures. Je commence à penser qu'il a volontairement pris un chemin difficile, mais je ne comprends pas pourquoi.

Il m'explique maintenant que je ne devrait pas pouvoir entrer normalement... Mais les gardes nous laissent passer. Ensuite... Son maître est le maître des loups?
- Comment ça leur maître est le tien?


*Les insectes sont sa phobie? Pourquoi me dire tout ça?*

Et voilà qu'il m'explique à nouveau que nous sommes dans un lieu qui me serait interdit d'accès dans des circonstances normales...
Je t’ennuie pas au moins ?

- Non ne t'inquiètes pas. J'aime bien apprendre, et je te trouves plus vivant qu'un livre... Ce qui est plutôt une bonne chose, non?


J'espère qu'il ne prendra pas mal ma comparaison. Cependant, nous continuons d'avancer tranquillement sur un petit chemin. Nous arrivons ensuite devant ce qu'Arsac identifie comme le terrain d'entrainement de la garde du palais.

- Euh... Ceux qui courent on l'air d'aller vite, mais c'est facile pour tout le monde de sprinter. Après.... Depuis combien de temps courent-ils comme ça?  Ensuite....


Je regarde et me concentre sur les hommes en contrebas, ceux indiqués par mon guide, puis je commence à voir ce qu'ils font. Ils sont en train de se "combattre" avec des poids au bras et jambes. Pourtant, malgré la présence des poids, les hommes ont des mouvements d'une précision incroyable.

- Ces deux là. Depuis combien de temps s'entrainent-ils? C'est impressionnant ce qu'ils arrivent à faire!


© Codé par Moisadike : Never Utopia


Dernière édition par Filen Taan le Ven 7 Mar - 18:54, édité 1 fois
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t26178-filen-taan-rune-dalvi
Filen

Date d'inscription : 16/01/2014
Nombre de messages : 43
Age : 22

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 20 Fév - 18:34
Honneur des nains

"Entrainement"


D'après mon guide, les deux hommes s'entraînent depuis leur adolescence, ce qui explique leur précision. Les coureurs... à vrai dire je les ai oubliés, et je pense qu'Arsac aussi, vu qu'il ne m'en parle pas.


- Viens avec moi, on va t'entraîner.


Je lui obéit, comprenant que mon guide de la région se transforme en entraîneur particulier, ce qui met déjà une distance entre les autres apprentis et moi, mais il ne m'en dit rien. Je finis pourtant par comprendre qu'il fait cela car il pense que je suis un éveillé, et le passage par la montagne était donc un test.... Maintenant que j'y penses, tout est clair.

On commence par des échauffements, donc des tours de pistes, pompes, pas chassés, et tout le tralala en fait. J'en profite peu à peu pour me renseigner sur son maître, ce fameux maître des loups, et j'apprends qu'il ne s'agit de nul autre que le guerrier divin d'Epsilon. Je commence à comprendre pourquoi il est si fier de ce maître.

Pourtant, on a beau changer de temps en temps d'activités, on n'a toujours pas terminé les échauffements. Lorsque je lui en fait la remarque, mon nouvel ami m'explique que c'est à cause de l'intensité de l'effort à fournir ensuite, alors je continue.


- Pour l'instant, commence a traîner ce bloc aussi loin que tu le peux.


Le bloc qu'il m'indique semble être en bois et d'à peu près du volume des masses de ce matin. Pourtant, il s'agit de quelque chose de bien plus lourd, et je comprends la nécessité du harnais pour le tracter. Je ne veux pas abandonner, si l'élève d'un guerrier divin m'en croit digne, il faut que je lui fasse honneur.    Finalement, je ne parvient à le tirer que sur une dizaine de mètres, ce qui me semble correct vu les traces laissées par les autres.

Il me fait m'entraîner au traîner de poids pendant une heure, avant de me laisser me reposer puis de me mettre du lest aux poignets et aux chevilles, puis de me mettre devant un des hommes qui s’entraînent au combat à mains nues, en me disant de combattre, pour voir ce que je pouvait faire.

Comme la fois d'avant, il me laissa une heure, et encore une heure par atelier qu'il pensait qui pourrait m'être utile.

En fin de journée, il m'emmène dans une sorte de logement des apprentis, mais me garde un peu à part avant.


- Comme je le pensais, tu es plus doué que la plupart de ceux qui s'entrainent ici... Il n'y a plus aucun doute maintenant, tu ne peux être qu'un éveillé.


© Codé par Moisadike : Never Utopia


Dernière édition par Filen Taan le Ven 7 Mar - 18:54, édité 2 fois
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t26178-filen-taan-rune-dalvi
Filen

Date d'inscription : 16/01/2014
Nombre de messages : 43
Age : 22

Revenir en haut Aller en bas
Sam 22 Fév - 13:14


Honneur des nains

"Duel"

Enfin une bonne nuit de sommeil. La journée d’hier a été, c’est vrai, éreintante. Je suis fier de moi pourtant, après tout, je suis un éveillé ! Je suis capable de devenir un héros ! Un avenir s’ouvre devant moi, que je n’aurais jamais cru possible chez mes parents adoptifs, alors que je le côtoyais chaque jour.

Bon.. Fini de s’extasier. Revenons-en au sujet principal. Ma nuit, bien que courte, fut réparatrice, et je suis en pleine forme au réveil. Arsac est d’ailleurs surpris de me trouver frais et habillé à une heure où les nouveaux sont habituellement encore en train de dormir. Je vois d’ailleurs qu’il porte encore son ersatz d’armure.
« - Tu sais pourtant que je travaillais à la forge avant, et grâce à ça mon organisme est programmé pour se lever à une heure précise. »

« - Parfait. Suis-moi, tu vas avoir un nouvel entrainement aujourd’hui, un combat non lesté, avec l’armure d’entrainement. »


*Attends…. Il veut que JE porte une chose identique ? C’est absolument hors de question !

« - J’espère que par armure d’entrainement tu ne veux pas dire ce truc que tu as sur le dos ? Tu dors avec ou quoi ? En tout cas,  même si un guerrier divin était mon adversaire, je préférerais combattre sans armures qu’avec ça.»


Malheureusement pour lui, j’ai hérité de la légendaire ‘tête de mule naine’ au fil du temps. Il finit par capituler et m’emmène jusqu’à l’arène d’entrainement, où je suis resté une heure hier. Il fait signe à un adulte de venir, ce qui me fait croire que ce dernier sera mon adversaire, jusqu’au moment où il se voit justement alloué le rôle ‘d’infirmier de secours’ au cas où.

« - Je vais donc combattre contre toi. D’accord. »


L’infirmier proteste par rapport à l’absence d’armure sur mon dos, mais je refuse à nouveau, et Arsac renchérit en disant que j’ai un « caractère de nain ».

« - Mais contre vous…. Bah… S’il veut se suicider c’est pas mon problème. »


Le match commence. J’avais oublié qu’il est lui aussi un éveillé, alors qu’il est apprenti garde du palais. Je ne vois donc même pas venir le premier coup, qui se répercute de mon épaule gauche jusqu’à mon pied droit, en passant par le reste du corps, ce qui me met à genoux. Quand je lève la tête, il a repris sa place et sa garde, et rien ne me laisse voir avec quel membre il m’a attaqué.

Je me relève en indiquant que je vais bien, puis me met en garde sans faire mine d’attaquer, préférant mettre mon énergie dans mes jambes pour esquiver, et le fixer pour ne pas rater sa seconde attaque. Comprenant que je ne viendrais pas à lui, il s’exécute. Je le vois approcher cette fois, sur ma gauche encore, et tente de partir sur la droite. Je me retrouve encore à terre, une douleur à la jambe, mais avec l’impression qu’il s’est retenu sur cette attaque, à moins qu’il n’ait pu mettre toute sa force dans ce coup.

On se retrouve encore dans cette position plusieurs fois, chacune se soldant par une douleur de plus à mon actif. J’ai arrêté d’essayer de fuir, pour me concentrer sur des contre-attaques maintenant. Lors de l’un des assauts, j’ai repéré le signe annonciateur de sa charge, il se baisse légèrement sur ses appuis et recule une jambe. L’attaque suivante, j’ai pu me concentrer sur l’impact, effectué avec un pied.


Maintenant, je me décide à une action incongrue. Dès le moment où il se baisse, je transfère tout mon poids sur la jambe gauche, pour avoir la droite libre. Moins d’une seconde plus tard, je balaie le sol devant moi, et touche son appui unique. Il ne vacille pas, mais son coup est bien moins violent, et nous pouvons ensuite continuer, sans pause cette fois, jusqu’à ce que l’un de nous soit à terre. Je passe l’essentiel de mon temps à parer où  frapper le vide, jusqu’au moment où je le touche une seconde fois, aux bras droit que j’attrape pour le déséquilibrer et en profiter pour le mettre à terre en utilisant son élan.

« - Le combat est terminé. »


Etrangement, lors de cette action, j’ai eu l’impression de sentir une chaleur légère en moi, et qu’il frappait plus lentement qu’auparavant. Je ne le lui indique pas pourtant.

Nous allons nous passer sous l’eau fraiche (ou dans la neige, pourquoi pas), puis revenons au terrain. Je souffre des chocs répétés, mais reste muet, puisque j’ai refusé son offre de protection (je ne peux décemment pas appeler ça une ‘armure’). Soudain, un soldat arrive vers nous.

« - Arsac ! Un groupe de bandits attaque pour passer la porte ! On a besoin de ton aide ! »

« - J’arrives. Filen, suis-moi. »


Je m’exécute sans poser de questions. Si des bandits attaquent la porte du camp, il faut les arrêter, mais je me demande pourquoi il n’a mentionné que moi.

J’en ai l’explication lorsque nous dépassons ladite porte. J’ai tout bonnement mal interprété les paroles de l’homme. Ce n’est pas la porte du camp qui est attaquée, mais une autre. Peut-être celle d’un autre bâtiment important. Le temple ? L’entrée d’Asgaard ? Je verrais bien en arrivant.

Nous voilà repartis par chemin, mais cette fois, il n’y a pas de sentier long et périlleux, ce qui confirme ma première impression qu’il avait pris l’autre chemin volontairement. C’était sans doute pour me tester. Après un long chemin, ne me demandez pas combien de temps, je n’ai pas pensé à compter, nous arrivons au temple de Fanfir.

© Codé par Moisadike : Never Utopia


Dernière édition par Filen Taan le Ven 7 Mar - 18:53, édité 1 fois
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t26178-filen-taan-rune-dalvi
Filen

Date d'inscription : 16/01/2014
Nombre de messages : 43
Age : 22

Revenir en haut Aller en bas
Lun 3 Mar - 8:54


Honneur des nains

"Je ne t’oublierais pas "


Nous arrivons donc au temple, qui est attaqué par un groupe de pillard. Notre groupe est séparé en deux parties, mais seuls Arsac et moi nous rendons directement à l’entrée du temple, où se trouvent déjà quelques bandits, s’attaquant à une femme.

Lorsque nous arrivons, un bandit commence à fuir, mais est rapidement et sommairement exécuté par son chef. A mains nues. Ce chef dois être un éveillé vu son exploit. Ils nous a d’ailleurs repérés, Arsac et moi, et vient à notre rencontre, prêt à en découdre.

Lorsque nous approchons, il prend de l’élan et vient directement me frapper. Je réussis à esquiver le premier coup, vu qu’il l’a préparé en courant vers moi, mais le second que je me prends me laisse sur le carreau, à environ deux mètres de là. Lorsque je reprends mes esprits, quelques minutes plus tard, Arsac est encore en train de combattre. Je reviens l’aider, malgré la douleur que je ressens dans la poitrine, probablement quelques côtes sinon cassées, au moins fêlées.

Nous combattons donc à deux contre un, puis je finis par remarquer, probablement qu’Arsac l’a remarqué aussi, l’ouverture que laisse l’ennemi au moment même où il lance son bras pour frapper. En effet, il a beau frapper fort, pour ce faire il doit armer son bras et l’éjecter comme s’il espérait que ce dernier soit extensible. A ce moment-là, le bras est entrainé par son propre élan et ne peux pas revenir rapidement protéger l’aisselle de l’homme,

Je m’apprête à profiter de la prochaine attaque de l’homme contre Arsac, qui est évidemment le danger le plus important pour lui, lorsqu’il envoie son poing vers moi. N’y étant pas préparé, je n’ai pas le temps de réagir que mon allié s’est mis en travers du coup, et se le prend dans la poitrine, alors qu’il s’accroche au bras de l’homme.

« - Vas-y…. Bonne chance… »


Je ne comprends pas ce qu’il veut dire. Je donne alors le coup que je préparais, la main presque ouverte, droite, avec seulement les deux premières phalanges repliées pour obtenir un amalgame optimal entre la résistance du poing et la pénétration de la main tendue.

L’ennemi tombe, je me tourne vers mon ami pour le remercier et le féliciter, et je vois l’état de son armure, ainsi que de son torse en dessous. Je comprends alors que sans lui, vu que je n’ai pas d’armure, je serais mort sur le coup.

En voyant mon premier ‘‘maître’’ mourir dans mes bras, alors qu’il est en train de sourire, j’ai l’impression que le temps se fige, plus rien ne bouge, pas même moi. Je finis par vraiment réaliser qu’il ne se lèvera plus, qu’il ne sera pas possible de le soigner à temps, et une larme coule sur ma joue.

Je me mets à avancer, à courir vers la jeune femme, afin d’effectuer mon devoir, devoir en tant qu’éveillé, et surtout en tant que chevalier divin. J’ai enfin compris notre fonction. Nous sommes avant tout des protecteurs. Nous prenons les coups et les rendons à la place des plus faibles, qui ne peuvent pas le faire.

Je me mets entre les bandits restants et la femme, de plus, vu qu’ils ne sont pas éveillés, je trouve leurs attaques lentes et maladroites. Je réussis donc à les tenir à l’écart, sans leur faire vraiment de mal vu leur surnombre et mon manque d’entrainement, assez longtemps pour que les autres gardes puissent arriver et s’occuper du reste.

Je retourne donc voir Arsac et m’agenouille à ses côtés, honteux.

« - Que va penser ton maître de moi, hein ? Même pas capable de t’aider à survivre face à un simple brigand… Je ferais mieux de retourner dans ma forge et….  Je ne t’oublierais pas.»


Je reste prostré ainsi jusqu’à ce que quelqu’un décide de venir me parler.


© Codé par Moisadike : Never Utopia


Dernière édition par Filen Taan le Ven 7 Mar - 18:52, édité 1 fois
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t26178-filen-taan-rune-dalvi
Filen

Date d'inscription : 16/01/2014
Nombre de messages : 43
Age : 22

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 6 Mar - 15:34


Honneur des nains

"Rune d’Alvís "

Je suis encore prostré lorsque les autres soldats arrivent, et ne bouge pas lorsqu’ils enlèvent le corps. Pourtant, j’ai l’impression qu’Arsac est encore à mes côtés. Il s’agit probablement d’une illusion, d’une espérance trompeuse.

Je sursaute en sentant une main sur mon épaule. Puis me retourne et voit la femme que j’ai protégée.

« - Oui ? »

« - Bonjour monsieur, merci de m’avoir sauvée… Je… J’aimerais retourner au village de Magnir mais il y a peut-être encore des bandits… Pouvez-vous m’accompagner s’il vous plait ? »


Cette femme avec sa simple question, me permet de me ressaisir. Je vais continuer à vivre pour lui, pour cela, je me lève tout d’abord

« - Je vous suis. »


Elle nous ramène au village, sans incident, et je la laisse devant sa porte, sans accepter d’argent pour l’escorte, argumentant que c’est mon devoir, et que j’habite ici aussi. Je retourne donc à la forge, seul.

« - Bonjour Filen ! Comment ça va depuis hier ? Bien dormi ? »


Il s’agit de ma mère, et je ne me sens pas prêt à lui dire que j’ai vu un ami se faire tuer sous mes yeux, alors je réponds affirmativement à sa dernière question.

« - Ton père veut te parler, il ne m’a pas  dit pourquoi, alors vient vite, mon petit éveillé. »


Je la suis, sans vraiment faire attention au surnom que je reçois. Nous arrivons à la forge, personne. Alors nous descendons dans la réserve, qui sert aussi de bassin de trempe spécial en rapport avec l’eau qu’on y trouve. Je me demande si mon père a effectué la trempe spéciale, prévue pour les clients spéciaux, ou s’il a mis l’armure ici à entreposer*

« - Bonjour Filen ! Alors ? Où est ton ami ? Je lui ai même fait la trempe caverneuse, il sera heureux d’obtenir une armure fait par un nain, et traitée comme pour un nain. »

« - Je… Il ne pourra pas venir la récupérer… Il est mort ce matin… devant moi. »


Etrangement, quand je dis ça, j’ai encore l’impression qu’il est a mes côtés. Je n’arrive pas à me faire passer cette sensation.

Mon père enlève le tissu qu’il avait posé sur l’armure, respectant mon deuil par un silence. Seulement, une fois celle-ci découverte, j’ai l’impression que la pièce s’éclaire et je vois Arsac flotter au-dessus de l’armure.

« - Tu vas réaliser mon rêve, Filen. Montres-t ’en digne, je suis heureux et fier que l’un de nous ai réussi. »


Peu après, il disparaît et l’armure se met à briller, change légèrement de forme et se sépare pour se retrouver sur moi, parfaitement ajustée alors que je suis différent d’Arsac.

« - Une… Une rune… Chéri, tu as créé une rune ! »

« - Non. Cela nécessite autre chose… Je n’ai pas pu en créer une… Il manque la volonté des dieux.  Et, le feu était trop faible, trop de détails manquent ou ne correspondent pas… Je me souviens qu’on avait vu comment avaient été fabriquées les douze runes… »


Nous restons donc à la forge quelques jours, sans rien dire à ce propos, avant de recevoir un messager du royaume.

« - Famille Taan ! Nous  avons un message à vous transmettre ! De la part du roi. »


Vu l’importance de l’expéditeur, nous n’allons pas refuser et nous sommes dépêché de terminer de forger.

« - Bonjour messager. Entrez pour donner le message. »

« - Merci. Le roi m’avait de toute façon demandé de vous donner l’information en privé. »


Nous le faisons donc entrer, et à peine à l’intérieur, il se met à parler.

« - Vu votre éloignement, vous ne devez pas encore être au courant, mais la rune d’Alvís a disparue de la salle du trône. Ceci signifie qu’un nouveau guerrier divin vient d’être nommé. »


En comprenant ses paroles, je lance un regard interrogateur à mon père qui acquiesce au même moment. Je vais donc dans ma chambre, chercher l’armure, puis revient, équipé.

« - Excusez-moi, monsieur le messager, est-ce celle-ci ? »


Il en serait presque tombé de sa chaise en la voyant, et en comprenant que le nouveau guerrier divin, porteur de rune, est élevé dans la tradition naine.

« - Je vais en référer au roi…. »


Il est tellement secoué qu’il ne trouve rien d’autre à dire et part en vitesse.


© Codé par Moisadike : Never Utopia
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t26178-filen-taan-rune-dalvi
Filen

Date d'inscription : 16/01/2014
Nombre de messages : 43
Age : 22

Revenir en haut Aller en bas
Ven 7 Mar - 18:51


Honneur des nains

"Guerrier divin : Rune du sage "

Cela fait maintenant deux jours que le messager est parti voir le roi… Entre temps, ne comprenant pas trop l’effet d’être un guerrier divin, je continue d’aider mes parents, en m’entrainant « artisanalement », portant toujours plus de poids et donnant des coups dans le vide, recherchant en vain cette impression que j’avais eue dans l’entraînement contre feu Arsac et dans le combat pour le temple. Cependant, distrait comme je le suis, il m’arrive de plus en plus souvent de me prendre la masse sur les doigts, ou de me brûler, lorsque j’aide à la forge…

D’ailleurs, me prendre des coups, c’est ce que je fais le plus souvent vu que lorsque je ne suis ni en train d’aider, ni de m’entraîner, je me ballade dans les rues du village afin de protéger les jeunes enfants et autres personnes faibles des petits durs qui traînent dans le coin. Je ne me sens pas encore prêt à assumer le rôle de guerrier divin, mais je continue tout de même à rester dans la ligne de conduite que j’ai adopté grâce au jeune roux.

Le troisième jour, alors que je reviens d’une sortie au village, je vois que le magasin affiche fermé alors que nous sommes en milieu d’après-midi. Je passe par l’entrée de service et voit mes parents et le messager qui m’attendent.

« - Euh… Bonjour monsieur. »

« - Filen. Le messager veut te voir personnellement cette fois. Nous pouvons rester ici et écouter avec ton père, mais n’aurons pas la permission de parler lors de la discussion. »

« - Mr Taan. Nous allons parler de votre titre de rune. Vous n’êtes pas sans savoir que maintenant que vous portez une armure sacrée, il vous est nécessaire de prêter allégeance à Odin si vous acceptez cette charge. Cependant, avant ceci, notre roi aimerait vous parler, afin que vous puissiez faire votre choix. »


J’entends très clairement l’exclamation étouffée de ma mère à la mention du roi... Je suis presque certain qu’elle se demande, voire appréhende, ce qu’attends le roi de ma part. J’ai par contre bien compris à la façon de parler du messager que j’ai la possibilité de refuser maintenant, mais qu’alors il me faudra remettre l’armure au messager et abandonner le rêve de mon ami. Ceci, je le refuse.

« - J’accepte. Où et quand le roi désire-t-il me voir ? »

« - Au royaume, et le plus tôt possible. Nous partirons lorsque vous serez prêt. »


Je me tourne alors vers mes parents, qui ont le sourire et pleurent en même temps, je n’arrive pas à savoir si c’est de joie, de fierté, ou de tristesse. Je monte me préparer, met l’armure et une cape de voyage par-dessus, histoire de ne pas trop attirer l’attention, puis redescend dire au revoir à ma famille. Le voyage jusqu’au royaume prend presque une journée, et nous arrivons donc dans la matinée, épuisés, et passons le garde sans problèmes, il me laisse même porter mon armure grâce à la parole du messager. Nous nous reposons et prenons audience pour le lendemain.

Le lendemain justement, je suis relégué à la dernière place de l’attente des audiences, c’est la plus honorable vu que cela signifie que le roi est prêt à passer le reste de sa journée à parler avec le sujet. Deux heures d’attente, c’est raisonnable, surtout que j’ai le droit de lire un des livres de la bibliothèque naine en attendant. Enfin, je suis appelé. Je mémorise le numéro puis pose le livre et avance, devant le roi, je m’incline.

« - Votre majesté. »

« - Bonjour, jeune Taan. Je vous ai convoqué pour une raison précise, vous prévenir. Si vous acceptez de devenir guerrier divin, je vous donnerais une charge supplémentaire. »


Je ne lui réponds pas, devinant qu’il n’a pas terminé sa phrase, mais me demande quelle pourrait être cette charge. Les guerriers divins sont présents pour protéger le peuple des menaces extérieures, donc il ne peut pas me demander de protéger le peuple nain, puisque cela fait déjà partie de mes attributions. Je ne pourrais pas non plus protéger en priorité les nains, vu que nous sommes censés protéger tout le monde équitablement.

« - Vous serez l’ambassadeur des nains auprès des humains. Stop. Ne me coupez pas, j’explique. Nous avons déjà un ambassadeur auprès du père de tout, en Asgaard. Cependant, personne ne nous fait connaître correctement parmi les hommes. Les autres possesseurs de rune ne connaissent pas assez bien notre culture, alors que vous baignez dedans depuis votre plus jeune âge. Que répondez-vous ? Vous avez jusqu’à ce soir. »

« - Merci de me laisser le temps de réflexion, votre majesté, mais mon choix est déjà fait. J’accepte, tel est mon devoir en tant que guerrier divin nain. »

« - Vous m’en voyez ravi. Ah… Vous pouvez prendre les livres que vous désirez dans notre bibliothèque, à condition de nous les ramener dans un état convenable. Ils vous seront utiles pour accomplir votre devoir de rune d’Alvís. »


Je le remercie et prend congé, récupérant le livre entamé durant l’attente et le mettant dans la fente rectangulaire de l’armure, et celle-ci s’adapte au livre… C’est vraiment l’armure du sage alors…

Quelques jours après, je me retrouve en Asgaard, dans la salle du trône, face à Odin, en train de prononcer mon serment de fidélité au trône d’Asgaard, à son peuple, et de protéger les deux en cas d’affrontement armé.

« - Bien, jeune rune. Ton serment est correct, il ne te reste plus qu’à choisir un de nous comme garde. Dans quel corps d’armée divine désires-tu te retrouver, sous quelle bannière combattras-tu en guerre généralisée ? Celle de Thor ou Loki, mes fils ? C’elle d’une autre divinité ? La mienne ? »

« - Si vous me le permettez, père de tout. J’aimerais combattre sous la bannière naine dans le cas que vous présentez. Je suis né humain, certes, mais ce sont les nains qui m’ont élevés, alors ce sera dans leurs armées que je combattrais tant qu’elles ne se retourneront pas contre Asgaard. »

« - Tu es loyal envers ta famille… Dans ce cas, je te l’accorde. Tu serviras sous la bannière naine tant qu’elle représentera l’alliance nordique. »


Le remerciant, je m’incline et prend congé lorsqu’il me l’indique, me dirigeant vers les terrains d’entraînement pour m’entraîner, et arriver enfin à maîtriser mon cosmos.


© Codé par Moisadike : Never Utopia
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Honneur des nains