avatar
KeiyanGuerrier Divin d'Alpha
Guerrier Divin d'Alpha

Date d'inscription : 16/05/2011
Nombre de messages : 8604
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas
Lun 3 Mar - 16:51
[HRP : Phase 1 de l'entrainement 7eme Sens + décision d'acquérir de nouvelles techniques + rencontre avec Asyn]

    Depuis combien de temps faisait-il, chaque jour, le même rêve ?
    Depuis combien de temps Keiyan, jour après jour, nuit après nuit, se voyait-il traqué par une immense créature ?

    Le jeune homme en avait perdu le compte, il ne savait plus, ne savait pas. Le sommeil était devenu, pour lui, un ennemi et il ne comprenait pas le rôle que pouvait jouer cette créature dans son destin. Car même si Keiyan rêvait d'endosser la puissante armure d'Alpha, il comprenait aussi qu'il lui faudrait acquérir une expérience à nulle autre pareille, qu'il lui faudrait renforcer ses pouvoirs et développer de nouvelles techniques. Il savait, aussi, qu'il devrait prouver qu'il était digne d'abandonner son nom, son identité en tant qu'héritier des Guerrin, pour devenir le symbole de tout un peuple. Un symbole qui ne pouvait pas mourir, ne pourrait jamais être détruit.

    Oui, parfois, Keiyan se surprenait à rêver à l'évocation de ce nom : Siegfried.Mais alors qu'il se trouvait non loin de la frontière Sibérienne, prêt à affronter les hordes de touristes et résidents Moscovite qu'il rencontrerait sans doute peu après, une terrible pression se fit soudain sentir sur ses épaules. Sur son dos. Tout son corps fut soudain complètement écrasé au sol par le souffle d'une créature mythologique. Ses rêves pouvaient-ils contenir tant de trace de réalité qu'il se retrouve à faire face à un véritable dragon ? Le doute ne semblait pas permis, surtout au vu de la méchante estafilade barrant son épaule gauche. Pour la première fois, Keiyan allait donc se retrouver confronté à un ennemi, à une créature qui ne lui ferait aucun cadeau. Un ennemi qui ne s'arrêterait qu'une fois qu'il serait mort. A moins que le jeune homme de 22 ans qu'il était ne parvienne à triompher de la créature.

    Reste calme Keiyan, laisse ton instinct et le cosmos guider tes actions

    Les pensées de Keiyan revenaient à toute allure vers les enseignements de son maître. Vers cette forme d'art du combat qu'il lui avait enseigné. Se défaire de ses habitudes, profiter de chaque avantage donné par le terrain, imposé son cosmos sur l'aire autour de soi pour renforcer naturellement ses propres attaques. Oui, Keiyan avait beaucoup appris auprès de son mentor. Mais pas encore comment vaincre un dragon crachant le feu et la glace par ses nasaux, sa bouche. Tel semblait être, aux yeux de Keiyan, l'idée qu'il se faisait des capacités de cet ennemi qui, sans lui laisser le moindre instant de réflexion, était de nouveau sur lui, ses griffes et ses crocs menaçant à chaque instant de lui infliger une blessure mortelle.

    Keiyan commença donc par se contenter d'esquiver les assauts de la bête, espérant secrètement la voir s'épuiser avant lui. Mais, bien vite, avant même que sa formidable endurance ne soit entamer par l'exercice, il comprit qu'il faisait là une redoutable erreur. Une telle tactique ne lui permettrait pas de vaincre, pas même d'espérer survivre à cette rencontre. Il lui fallait attaquer, trouver le point faible de la créature pour pouvoir mieux la vaincre. Sa concentration était à son comble, dépassant de loin tout ce qu'il avait cru s'imaginer comme limites au cours de ses multiples entraînements avec Okko ou au cours de ses voyages. Dans le cas présent, il s'agissait bien de tuer ou d'être tué. Et Keiyan ne se sentait pas de devenir un cadavre sur ce terrain.

    Avisant ce qui lui semblait être une blessure ancienne mais mal cicatrisé sur le poitrail du dragon, Keiyan concentra tout son cosmos dans ses poings pour lancer une série de frappe sèches, utilisant la puissance de son dos et de ses pieds pour canaliser au maximum l'énergie qu'il dégageait. Malheureusement, le dragon profita de l'instant pour lacérer d'un coup de griffe le torse de Keiyan, avant de projeter vers lui un souffle d'une puissance le surpassant en tout point. Grièvement blessé, acculé contre ce qui restait du mur d'une vieille ruine, Keiyan sentait peu à peu la vie l'abandonnée lentement. Son sang perlait, suintait de ses blessures avant de tomber sur le sol, gelé par l'atmosphère des lieux.

    Je vais sans doute mourir ici-même... Non ! Pas tant que j'aurai encore un souffle de vie. Maitre, vous ne pourrez jamais dire que vous fîtes de moi un lâche abandonnant à la première difficulté.

    Appuyé contre le mur de la batisse, Keiyan concentrait ses forces. Son ennemi semblait prendre le temps de la victoire, lui tournant autour sans doute pour bloquer toute possibilité de retraite. Bien... cela lui laissait le temps d'invoquer le cosmos qu'il avait en lui. De le faire jaillir, fontaine de puissance brute, autour de lui. Naturellement, presque sans y penser, Keiyan se retrouva soudain les bras croisés, tenus au dessus de sa tête. Une posture, il le savait pour l'avoir observée jadis lorsqu'il n'était encore qu'un enfant, qui était celle de son modèle. La posture de l'attaque suprême de Siegfried. Celle que ce dernier utilisait pour lancer le Dragon Bravest Blizzard. Peut-être cherchait inconsciemment à se rapprocher de lui en l'imitant. Pourtant, il savait qu'il n'avait pas la même puissance ni la même qualité technique.

    Son cosmos se concentrant, à nouveau, dans ses poings, Keiyan laissa sa rage de vivre exploser et lança son attaque en direction du dragon. Deux gigantesques vagues déferlantes tourbillonnant autour du même axe, différée l'une de l'autre de ce petit dixième de seconde qui permettrait de doubler les dégâts de l'impact. Un double coup. Cosmique. Voilà toute la puissance qu'il avait sut mobiliser pour tenter de terrasser le dragon, qui recula de plusieurs mètres, laissant le sang et quelques morceaux de chairs jaillir de son corps et venir éclabousser le crane, le corps du jeune inconscient qui avait cru pouvoir le défier et survivre à cette rencontre.

    Se retournant vers le corps gisant de Keiyan, le dragon sentit soudain quelque chose s'interposer avec son instinct carnassier. Une présence s'approchant, une présence qui le terrifia plus que tout au monde, le chassant instantanément.

    Quelques instant plus tard, Keiyan trouvait la force de se relever, étonné lui-même de sa survie.
avatar
AsynDéesse de la Vie
Déesse de la Vie

Date d'inscription : 24/11/2008
Nombre de messages : 1253
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas
Sam 8 Mar - 11:23
L’hiver éternel avait été plus rude, il avait soufflé ce froid mortel qui avait emporté l’âme de mon père auprès des dieux et m’avait obligée d’avance au plus profond des terres d’Asgard. La nourriture manquait, et mes pas sillonnaient les neiges d’Odin depuis bien trop longtemps, ils avaient parcouru ces terres en quête de ce sacrifice qui m’aurait été accordé, cherchant le moindre pas des ses êtres qui allait étancher la faim de ma famille. J’avais pris cet arc qui avait sa place dans mon dos et ce carquois puis plonger dans ses neiges, j’avais avancé avec cette unique penser qui résonnait dans ma tête, promettant à ces personnes si chères d’être prudente. Je leur avais fait cette promesse de chérir cette vie qui m’appartenait pour revenir auprès d’eux le plus vite possible, ramenant de ce qu’il nous fallait pour survivre à ce rude hiver.

Mais c’était bredouille que je revenais vers les miens. Mon regard, et mes flèches n’avaient point trouvé ce qu’il cherchait, ils avaient scruté l’horizon d’Asgard sans rien dénicher derrière les buissons et arbres. Et c’est en dehors du royaume d’Odin qu’ils avaient poussé mes jambes sans succès.
Et au loin un spectacle des plus inattendu, un être venait des légendes se trouvait là à plusieurs mètres de moi. Mon corps s’abaissa, une de mes mains pris cet arc dans mon dos et un autre une flèches, et je ne sais par quel miracle mon esprit pensait pouvoir tuer cet être divin, pensait pouvoir prendre ce qui lui appartenait afin de nourrir ma famille. Cela était peut-être dû à ce désespoir qui m’avait pris plutôt, ce moment où je n’avais plus ce courage d’affronter les meurtrissures du froid. Mon corps avançait lentement vers lui, qui étais afféré à toute autre chose, puis il releva la tête, mon corps arrêta son avancer et il s’envola.

Mon corps se redressa, relâchant un soupirer, alors que mes remit en place flèche et arc dans mon dos. Puis il reprit se route en direction, j’avançais vers cet endroit ou j’avais vue dragon, me demandant légèrement ce quel était l’objet de son attention. Et au loin une silhouette se dessina, se levant, alors que je continuais à marcher vers elle.

Mes yeux virent un homme, aux cheveux noirs et yeux bleus, le corps ensanglanter. Je le regardais se relever sans dire un mot, mon corps lui restait là surplace sans faire un geste en sa direction. Je ne faisais que le regarde sous cette capuche qui recouvrait mon visage.
avatar
KeiyanGuerrier Divin d'Alpha
Guerrier Divin d'Alpha

Date d'inscription : 16/05/2011
Nombre de messages : 8604
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas
Dim 16 Mar - 14:03
    Keiyan prenait son temps pour se relever, appréciant l'état de son organisme, restant à l'écoute de chaque point douloureux. La douleur restait une alliée pour lui. Elle lui permettait de déterminer les zones de son corps qui avaient souffert de ce combat, tandis que l'absence totale de douleur ou de perception aurait indiqué la destruction complète d'une partie de son organisme. Mais non, il semblait en capacité de rentrer se reposer une fois qu'il aurait récupéré son souffle et son énergie, évaporés lors de son ultime attaque

    La neige mordait encore ses chairs tandis qu'il se tenait droit, observant les alentours à la recherche d'un endroit où il pourrait panser ses blessures. N'importe quel renfoncement de terre, n'importe quel trou dans le sol pourrait faire l'affaire tant il se sentait épuisé, à bout, après avoir dépassé de beaucoup trop loin les limites de son corps et de son esprit. Le changement d'atmosphère se fit lentement, comme s'il laissait tout son temps à Keiyan pour réagir, jusqu'à ce que ce dernier tourne enfin la tête vers la silhouette encapuchonnée. Un instant, Keiyan se dit qu'un brigand avait voulu s'en prendre à lui, puis il réalisa qu'une telle hypothèse était tout à fait hors de propos dans la région et décida de croire qu'il s'agissait d'une âme égarée, en peine, cherchant sa route en ce vaste monde.

    Ne lui restait plus qu'à... mais qu'à quoi ? A s'approcher de la créature ? A lui parler peut-être ? Il n'en savait trop rien, mais doutait fort que son apparence ne soit pas perçue comme «menaçante»...

    «Salut...» lui lança t'il, innocemment...
avatar
AsynDéesse de la Vie
Déesse de la Vie

Date d'inscription : 24/11/2008
Nombre de messages : 1253
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas
Sam 26 Juil - 22:50
Un simple « salut », c’est la les seuls mots qu’il prononça. Je ne bougeais, je restais, là, à le regarder qui avait du mal à se tenir debout. Je regardais ses blessures, toujours sans dire un mot. Je soupirai, enleva ma capuche, dévoilant mon visage.  Je regardais toujours cet homme, lui demandant d’une voix peu chaleureuse.

« Qui êtes-vous ? »

Je restais sur place, ne bougeant pas d’un pouce, mes yeux le regardant aussi froidement que les montagnes de glace d’Asgard. Mais avant que j’aie eu droit à ma réponse, cet homme tombait dans la neige d’Odin inconscient, maculant le tapis de neige d’une couleur écarlate. Je soupirai encore une fois, me disant que cela n’était jour, qu’au lieu de trouver de quoi subsister j’avais trouvé un homme couvert de sang.

Je commençais à m’approcher de lui, le fit se retourner sur les dos afin d’examiner les b blessures qu’il avait reçus. Je fis naître un feu, fit fondre de la neige dans écuelle que j’avais emportée avec moi. Je fis une moue, regarda les vêtements en sang, soupira encore une fois, et commença à enlever le haut des tissus qu’il portait afin de nettoyer que ses blessures. Je mouillais un tissu, et commença à nettoyer ses plaies, touchant sans le faire expert sa peau, à ce contacte je sentais mes joues prendre un teint rougeâtre et mon esprit lui était heureux que cette personne soit inconscient pour qu’il ne puisse pas voir cela.  Puis j’attendis qu’il se réveille, mettant sur les feux une des proies que j’avais chassées

[hrp: C'est cours désolée]
avatar
KeiyanGuerrier Divin d'Alpha
Guerrier Divin d'Alpha

Date d'inscription : 16/05/2011
Nombre de messages : 8604
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas
Mar 18 Nov - 21:17
Hj : J’vais pas faire beaucoup plus long t’inquiètes mr Red le retour
 
    Epuisement.
    Sans le réaliser tout à faire, ce combat avait épuisé Keiyan qui, le temps d’une parole, se sentit perdre connaissance avant de s’effondrer maladroitement sur le sol enneigé. Le jeune homme n’avait pas réalisé, tout simplement, à quel point cet affrontement avait été une étape dans son évolution. Toutefois, la fatigue était bien là pour lui qui, à peine ses premiers mots prononcés, tomba à la renverse.

     Plusieurs heures plus tard, c’est d’un étrange songe plein de douceur que se réveilla le damoiseau, ouvrant lentement les yeux pour apercevoir les lueurs d’une flamme non loin de lui et, à peine plus loin, le dos de la personne qui, visiblement, avait soigné ses blessures.

     «Bonjour… Keiyan Guerrin, enchanté» se présenta t’il d’une voix douce et calme, se relevant pour se rendre compte qu’il était… torse nu. Le fin sourire qui apparaissait sur ses lèvres se changea en un sourire plus gêné, non pas de sa tenue mais du fait qu’il se montre ainsi devant cette femme qui l’avait sauvé.

     «Puis-je avoir l’honneur de découvrir le nom de la personne qui se tient devant moi ? » demanda t-il effrontément, ramenant une couverture sur son torse pour s’en draper légèrement, réalisant que les soins qui lui avaient été prodigué étaient d’une qualité à nulle autre pareille. Oui, il voulait connaitre le nom de cette femme pour pouvoir mieux la remercier lorsqu’il saurait comment faire sans passer pour un rustre.

     Le regard du jeune homme restait fixé sur les yeux de la demoiselle, comme s’il désirait en apprendre plus par la simple contemplation de ces prunelles si belles, si belles.

Liés par le sang - Liés par la Foi