:: Zone Guerre Sainte :: Europe :: Château de LochranzaAller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
HakonProtecteur du Kraken | Modérateur
Protecteur du Kraken | Modérateur

Date d'inscription : 08/12/2013
Nombre de messages : 1660
Age : 42
Autres comptes : Yasuha

Revenir en haut Aller en bas
Ven 7 Mar - 10:21


**********
Ciel, tant ont rêvé de te dompter.
Terre, tu es si minuscule désormais.
Temps, interminable, tu demeures.
Avion, perceptible est mon malaise.

Soupir, mon esprit s’évade bientôt.
Souvenir, amer manteau pourpre.
Douleur, amie perdue à jamais.
Impuissance, saumâtre sentiment.

Réveil, les larmes se sont invitées.
Tristesse, mon esprit demeure fort.
Amour, où es-tu ma bien-aimée ?
Solitude, mon cœur est souffrance.

Ecosse, la terre se rappelle à moi.
Doux vent, ta fraîcheur m’effleure.
Lochranza, ma première épreuve.
Repos, le départ sera pour bientôt…
**********

Hakon n’appréciait pas particulièrement les voyages en avion… Encore moins depuis les douloureux évènements survenus en Alaska. Toutefois, il devait se rendre à l’évidence que ce moyen de transport demeurait le plus rapide de tous.

En quelques heures, le jeune guerrier pouvait fouler le sol écossais. Le vol avait été émotionnellement mouvementé, mais ce dernier pourrait désormais se consacrer à la tâche confiée par le vénérable Poséïdon. Même si Hakon ignorait les desseins de sa Majesté, il ne doutait point que ceux-ci seraient révélés une fois sur place.

Le secrétariat administratif de New Atlantis était d’une efficacité redoutable : une fourgonnette moderne attendait le Général des mers à l’aéroport de Prestwick. Un chauffeur l’invita à prendre place, alors qu’un précieux conteneur était chargé dans le véhicule : Hakon n’aurait pas été avisé de partir à l’aventure sans sa précieuse écaille, son esprit étant désormais uni à celui du mythique Kraken.

Lochranza : le trajet allait être alternativement composé de deux évolutions routières, entrecoupées d’une traversée du Firth of Clyde par ferry. Le protecteur de l’océan Arctique profita de ces moments pour étudier les différentes cartes géographiques et topologiques, environnant sa destination. Le château était entouré par les eaux de la mer d’Ecosse, ce qui lui confèrerait un avantage plus qu’appréciable : l’approche pourra être furtive et silencieuse ; en cas de coup dur, la retraite serait facilitée.

Peu avant midi, le fourgon se gara devant l’hôtel Country Hill de Lochranza. Hakon avait décidé d’attendre la fin de la journée pour agir ; il allait profiter des quelques heures disponibles pour se détendre et se restaurer. Vêtu d’un jean bleu de coupe classique et d’un T-shirt à manches longues de couleur noire, le jeune homme se dirigea vers le bar pour commander un thé glacé. Il voulait être seul, ne parler et ne voir personne… Il s’isola donc dans un coin de l’arrière salle et s’assit sur un petit canapé, lequel avait vraisemblablement supporté de nombreux rendez-vous galants…


avatar
Ex PerséphoneDéesse des Enfers
Déesse des Enfers

Date d'inscription : 11/10/2013
Nombre de messages : 368
Age : 31
Autres comptes : Athéna

Revenir en haut Aller en bas
Ven 7 Mar - 14:43
J’étais dans le même avion qu’Hakon qui ignorait complètement que j’étais dans la mission que lui avait confié l’empereur des mers, Poséidon. Je m’étais faite discrète durant le trajet et arriver à l’aéroport, j’avais oublié certain détail comme le fait d’avoir une escorte pour me conduire à l’hôtel où j’avais réservé une chambre pour nous deux, au Country Hill. De plus, j’étais fine avec mes quelques valises remplies de vêtements divers. J’optais pour faire un appel à un taxi afin de me rendre à l’hôtel et quelques secondes plus tard, j’attirais l’attention de l’un d’eux avec un signe de la main. Le chauffeur m’aida à mettre mes valises dans sa voiture et après je prenais la parole pour lui donner ma destination.

« A l’hôtel Country Hill, je vous prie. »


-Tout de suite, mademoiselle.

M’installant dans le taxi, je sortais un livre pour en débuter la lecture durant le trajet. Ce dernier passa très vite vu que je ne m’étais pas rendue compte du temps qui s’était écoulé de l’aéroport à l’hôtel. Je sortais ensuite du véhicule et j’étais en tenue de vacances cette fois. Jeans bleu moulant, chemise blanche ouverte, débardeur de la même couleur que cette dernière et des tongs bleus aux pieds. Sans oublier les lunettes de soleil posées sur le haut de ma tête, j’entrais dans l’hôtel accompagné du chauffeur de taxi qui transportait mes bagages. Lorsque nous arrivions au comptoir, je le remerciais tout en le payant et en donnant un gentil pourboire. Le réceptionniste m’accueillit avec le sourire et je lui souriais également.

« Bonjour, j’ai réservé la suite nuptiale au nom d’Evans. »

-Je vérifie tout de suite, mademoiselle… dit-il tout en pianotant son ordinateur. Effectivement, elle est prête, je fais conduire vos valises immédiatement.

« Je vous remercie. »

Le réceptionniste fît appel à un garçon d’étage qui emmena les valises dans la suite. Je souriais à l’homme tout en réglant la somme avec une carte de crédit et je me dirigeais vers le bar de l’hôtel. Je pouvais sentir le cosmos de ce cher Hakon et je remarquais ce dernier, isolé des autres personnes.

« Bonjour, est-ce que cette place est prise ? » Lui demandais-je avec l’un de mes plus beaux sourires.
avatar
HakonProtecteur du Kraken | Modérateur
Protecteur du Kraken | Modérateur

Date d'inscription : 08/12/2013
Nombre de messages : 1660
Age : 42
Autres comptes : Yasuha

Revenir en haut Aller en bas
Sam 8 Mar - 7:31


**********
Le temps se fige et me contemple,
Son œil unique perce mes rêves,
Je marche lentement sur un miroir,
Une ombre se dessine à l’horizon.

La curiosité s’insinue en mon sein,
Mes pas deviennent bientôt chaos,
La forme se dresse silencieusement,
L’homme et l’ange sont enfin réunis.

La nuit est témoin de notre entrelacs,
L’éternité nous enveloppe de sa robe,
La fatalité est une amante jalouse,
Nos corps sont subitement dispersés.

Réalité, que tu peux être cruelle.
Songes, vous avez ma préférence.
Belle inconnue, troublant mon repos.
Serais-je Ange ou Démon à tes yeux ?
**********

A peine cinq minutes s’étaient écoulées, lorsque le jeune Hakon sombra, une fois de plus, dans l’abîme de ses pensées les plus profondes. Sa séparation avec la belle Irina lui était plus insupportable que jamais ; la mélancolie réclamait peu à peu ses droits sur le terrain de son cœur. La solitude, dans laquelle s’enfermait volontairement le guerrier, entretenait le malaise qui le rongeait un peu plus chaque jour…

La scène aurait pu paraitre quelque peu absurde, s’il n’avait précisément choisi de s’isoler sur ce canapé : de longues minutes durant, Hakon était semblable à une statue de cire, un verre à la main, une paille portée à ses lèvres et un liquide dont le niveau ne diminuait pas. Le regard du général semblait fixer un point imaginaire, situé entre le néant et l’infini.

Lorsque le jeune homme reprit pied dans la réalité, une femme sollicitait le droit de prendre place à ses côtés. Cette magnifique blonde aurait pu être un mannequin reconnu, une actrice célèbre ou encore une œuvre d’art vivante… Mais elle avait interrompu une rencontre des plus importantes entre son Ange et lui, fût-elle qu’une chimère créée par son âme malheureuse…

« Oui. », murmura-t-il promptement, avec une pointe d’irritation dans la voix.

Une fois que son esprit fut de nouveau ancré dans la réalité, il entreprit la révision de son jugement. En effet, quelque chose n’allait pas chez cette femme : en plus d’être divinement belle et terriblement attirante, elle dégageait une présence bien trop forte pour un être humain standard. Qu’une éveillée soit, à cet instant précis, au même endroit que lui, ne pouvait certainement pas être le fruit du hasard…

« Attendez ! Peut-être que cette place pourrait devenir disponible pour vous. », lui exposa-t-il quelque secondes plus tard, un sourire aux lèvres.

« Dites-moi qui vous êtes et ce que vous me voulez réellement. Si votre réponse me plait, vous resterez ; sinon, vous pouvez aller au diable ! ».

Son ton était sérieux et ferme. Le regard du Marinas était devenu si perçant, qu’il eût été possible de croire qu’il était en train de mettre à nu l’âme de la nouvelle venue. Nul doute que la place sur ce petit canapé allait devoir se mériter…

avatar
Ex PerséphoneDéesse des Enfers
Déesse des Enfers

Date d'inscription : 11/10/2013
Nombre de messages : 368
Age : 31
Autres comptes : Athéna

Revenir en haut Aller en bas
Sam 8 Mar - 18:40
Vu la réaction de cet homme, il semblerait que j’étais entrain de le déranger où que je le sortais d’une rêverie, à voir. Malgré cela, je gardais mon sourire car à première vue, il ne semblait pas savoir qui j’étais. C’était amusant, il fallait le reconnaître car moi, je savais tout sur lui et alors que j’étais sur le point de m’asseoir, il me demanda d’attendre. J’haussais légèrement un sourcil lorsqu’il m’avoua que cette place pouvait devenir disponible pour moi. Lui adressant un fin sourire, je croisais les bras sous ma poitrine tout en prenant la parole d’une voix calme et douce à la fois.

« Que dois-je faire pour avoir cette place ? »

Il souhaitait savoir qui j’étais et ce que je lui voulais réellement. Si ma réponse lui plaisait, je pouvais rester sinon je ne pouvais aller au diable.

« Ce ne sont pas des paroles pour une dame… Surtout que nous sommes censés être mariés mon cher Hakon. »

Le fait de prononcer son nom devait créer un doute chez lui et j’étais certaine qu’en ce moment même, plusieurs questions défilaient dans sa tête. Replaçant l’une de mes mèches de cheveux, je faisais signe au serveur de m’apporter un cocktail de fruits. Ce dernier acquiesça à ma demande et je reportais mon attention sur le général du Kraken.

« Saches que tu ne m’impressionnes pas, que ce soit avec tes paroles où ton regard perçant… »

Le serveur arriva pour m’apporter mon cocktail de fruits et je le remerciais avec un fin sourire. Saisissant le verre en mains, je portais ce dernier à mes lèvres pour en boire une gorgée avant de le poser sur la petite table qui était non loin du canapé. Sans lui demander son avis, je finissais par m’installer sur le canapé à ses côtés tout en lui souriant.

« Cessons ses petites cachotteries et je vais te dire réellement qui je suis. »

Regardant à droite et à gauche, je vérifiais que personne était entrain de nous écouter et ensuite, je lui avouais la vérité sur mon identité ainsi que la raison de ma venue en ses lieux.

« Je me nomme Calysto et je suis la représentante du maître des océans, Poséidon. Je suis ici pour te seconder et veiller à ce que la mission se déroule comme prévue. Notre couverture est de nous faire passer pour un couple du nom d’Evans, mariés depuis peu et j’ai réservé la suite nuptiale de l’hôtel. Je sais parfaitement que c’est un peu extrême comme idée mais je n’ai pas trouvé mieux. Est-ce que ma réponse te convient ? »

Je lui souriais tandis que je repensais à cette couverture que je venais de prononcer pour éviter de savoir que nous étions des Marinas, était digne des plus grands films d’espionnages, du moins, c’était ce que je pensais.
avatar
HakonProtecteur du Kraken | Modérateur
Protecteur du Kraken | Modérateur

Date d'inscription : 08/12/2013
Nombre de messages : 1660
Age : 42
Autres comptes : Yasuha

Revenir en haut Aller en bas
Sam 8 Mar - 23:55


**********
Belle inconnue, un appel à la damnation.
Tes courbes, tes traits touchent au divin.
Triste invitée, mon rêve se désagrège.
Ton arrivée me sépare encore d’Elle.

Mes règles, ta réponse doit me plaire.
Un regard sondant le moindre indice.
Mon envie, parcourir ce doux songe.
Une compagnie ne pouvant m’apaiser.

Surprise, mon nom promptement révélé.
Qui es-tu donc, splendide demoiselle ?
Silence, mon château de cartes vacille.
Cette indicible insolence m’exaspère.

Vérité, les mots sont enfin révélés.
Ebahi, la voix du Divin se présente.
Couverture, mon esprit est ébranlé.
Gène, mon visage se teinte de rose.
**********

Hakon avait posé ses conditions et attendait maintenant la réaction de la nouvelle venue. Il scrutait le moindre signe pouvant trahir une émotion : elle semblait définitivement sereine. Le jeune homme était forcé de reconnaître que cette dernière possédait une plastique parfaite, couplée à un visage et un regard à damner un saint. Il pourrait presque craquer pour cette splendide jeune femme…

Lorsque l’inconnue prit la parole, le général du Kraken buvait une petite gorgée de thé glacé. A la mention d’un certain mariage, il recracha instinctivement le liquide sur la petite table devant lui. Nul doute que la jeune femme venait de le prendre à contrepied dans sa stratégie. Puis plus rien, elle commanda tranquillement un verre, comme si de rien n’était… Cette nonchalance commençait à irriter Hakon.

L’attente était insoutenable, le jeune homme était piqué par la curiosité et voulait en savoir plus sur cette demoiselle. Toutefois, il ne prononça mot ; ce serait s’avouer vaincu et entrer dans le jeu de cette compagne incongrue. Alors qu’il se demandait s’il n’allait pas aller chercher directement le verre au bar pour accélérer le processus, un serveur apparut et livra la commande.

« Bien, vous disiez donc ? », lança-t-il d’un ton réprobateur, marqué d’une pointe d’impatience.

L’annonce de Calysto fit l’effet d’une détonation dans l’esprit de Hakon : cette dernière était la représentante vivante de l’Empereur de l’Atlantis. La stupéfaction lui donnait vraisemblablement un air idiot. Après de bien trop longues secondes, il se ressaisit et invita cordialement la jeune prêtresse à s’asseoir à ses côtés.

« Chère Calysto, vous auriez pu vous présenter dès votre arrivée. Cela vous aurait évité quelque remarque désagréable de ma part. », annonça-t-il solennellement.

La nervosité était palpable chez le général de l’Arctique ; il jouait machinalement avec une mèche de ses fins cheveux blancs. Ses joues étaient teintées de rose, son regard fuyant, alors qu’il prononçait les paroles suivantes :

« Etiez-vous obligée de nous marier et de réserver une chambre nuptiale pour cette mission ? Je dois vous avouer que je suis un peu embarrassé… »

Sans attendre de réponse, il se leva et tendit la main vers la représentante des Océans :

« Je prendrai bien une douche pendant que vous finissez votre cocktail, puis-je avoir les clés de notre suite, chère Madame Evans. Nous parlerons ensuite du but de notre présence en ces lieux. »

Alors qu’il prononçait ces quelques mots, Hakon s’efforça d’afficher un sourire à l’attention de sa femme virtuelle.

avatar
Ex PerséphoneDéesse des Enfers
Déesse des Enfers

Date d'inscription : 11/10/2013
Nombre de messages : 368
Age : 31
Autres comptes : Athéna

Revenir en haut Aller en bas
Dim 9 Mar - 13:31
Le fait de lui avouer qui j’étais vraiment, le poussa à changer de comportement vis à vis de moi et j’étais satisfaite de mon interprétation à jouer la comédie.

« Ne t’inquiètes pas pour les remarques désagréables, il est bon parfois que de se considérer comme une humaine ordinaire… Je ne t’en tiens pas rigueur pour cette fois. » Lui avouais-je d’un air amusé. « D’ailleurs, tu peux me tutoyer, je te rappelle que nous sommes censés être un couple de jeunes mariés. » Rétorquais-je avec un clin d’œil.

Je remarquais la gêne qu’éprouvait le général du Kraken et je posais une main sur son épaule à la suite de ses paroles.

« Cela doit être gênant pour toi que je t’impose cela mais avec le peu de temps que l’on m’a accordé pour trouver une idée n’a pas vraiment facilité les choses. Pour te prouver ma bonne foi, je te laisserai le lit et je prendrai le canapé. » m’exprimais-je avec un grand sourire.

Je le regardais se lever pour tendre une main dans ma direction et j’écoutais attentivement ses paroles tout en sirotant mon cocktail. Il m’avoua vouloir prendre une douche et ensuite, on parlerait de choses sérieuses comme notre présence en ses lieux. Je remarquais qu’un homme était entrain de nous écouter et je terminais rapidement le cocktail pour prendre la main d’Hakon afin de me lever.

« Je vais t’accompagner jusque la chambre mon amour, nous pourrons prendre notre douche ensemble. »

Je l’invitais à me suivre tandis que je lui tirais légèrement le bras et nous nous dirigions vers l’ascenseur. Ce dernier ne tarda pas à arriver et j’appuyais sur le bouton du dernier étage. A présent que nous étions hors de l’ascenseur, je nous guidais jusqu’à notre chambre sans prononcer le moindre mot et je me contentais de sourire. Insérant la clé dans la serrure, j’ouvrais la porte pour nous permettre d’entrer à l’intérieur et lorsque je la fermais après notre passage, je poussais un petit soupir de soulagement.

« Je crois qu’un petit curieux essayait d’écouter notre conversation… Je te laisse aller te doucher, je vais sur la terrasse pour me mettre au soleil. Rejoins-moi quand tu as fini. »


Je lui souriais aimablement tandis que je me dirigeais vers le lit pour me déshabiller et enfiler un bikini, ne me souciant pas vraiment si il était encore là où non. Je n’étais pas pudique, il fallait le reconnaître et lorsque j’étais prête, je m’installais sur un transat sur la terrasse pour profiter du bon temps.
avatar
HakonProtecteur du Kraken | Modérateur
Protecteur du Kraken | Modérateur

Date d'inscription : 08/12/2013
Nombre de messages : 1660
Age : 42
Autres comptes : Yasuha

Revenir en haut Aller en bas
Lun 10 Mar - 9:14


**********
Une main rayonne sur mon épaule,
Une énergie des plus surprenantes,
Une présence plus qu’envoûtante,
Est-ce là le pouvoir d’une sirène ?

Fuite, je dois me détacher d’elle,
Un prétexte pour la quitter enfin,
Frustration, ma stratégie s’envole,
Elle me talonne, telle une ombre.

Vile espiègle, ton verbe m’agace,
Ne serais-je qu’un pantin stupide ?
Fier serviteur, le silence sera mien,
Tu n’abuseras point de ma dignité…

Nue, tu es l’indécence incarnée,
Ton corps divin me fait frémir,
Colère, la situation m’échappe,
Irina, tu es mon seul souhait…
**********

Hakon pensait avoir élaboré une parfaite échappatoire à cette troublante rencontre : il devait s’éloigner au plus vite de cette créature, visiblement aussi belle qu’intelligente. Le voyage avait été éprouvant ; une bonne douche glacée ne pourrait que revigorer son corps et restaurer ses capacités de réflexion. C’est alors que la jeune femme lui suggéra que la toilette allait être commune…

« Vous… Tu es folle ? C’est n’importe quoi… », susurra-t-il en scrutant les alentours, comme pour être certain que personne n’avait capté les derniers mots de sa compagne.

Le jeune guerrier avait perdu de sa fierté et détourna son regard de la sculpturale beauté pendue à son bras. Ses joues avaient virées au rouge vif ; son sang bouillonnait dans ses veines. Il ne comprenait pas son impuissance à rétorquer quelques piques bien senties, lui pouvant être si incisif d’ordinaire… Calysto avait réussi à le déstabiliser : il la détestait pour çà, mais il éprouvait également une sorte de fascination incontrôlable pour elle. Etait-ce là le pouvoir d’un être semi-divin ?

Une fois arrivés dans la chambre, Hakon pensait que son calvaire était terminé. Mais c’était sans compter sur la représentante du Seigneur des sept mers : cette dernière, sans se soucier de la présence du général, se déshabilla entièrement pour enfiler un maillot de bain. Le terme de « mouchoir » aurait été bien plus adapté, compte tenu du peu de tissu ayant été nécessaire à la confection de celui-ci…

Le chevalier des glaces fut figé pendant de longues secondes, ne pouvant détourner son regard de l’indicible spectacle s’offrant à lui : Calysto était la première femme dont il pouvait contempler le corps. Sa plastique parfaite, ses cheveux aux teintes solaires… Etait-ce une sirène qui éblouissait ainsi son corps et son âme ? Quelques instants plus tard, il se ressaisit et grommela quelques mots à peine audibles, tandis qu’il se dirigeait vers la salle de bain.

La douche fut salvatrice pour le jeune héros : après de longues minutes, sa fatigue s’était estompée et il avait repris la maîtrise de son corps et de ses pensées. Il s’était même surpris à imaginer une scène semblable, avec Irina à la place de la prêtresse des océans. Avant de quitter la douche, il se força à calmer son esprit et à refouler ses sentiments au plus profond de son cœur : il ne devrait pas faillir dans l’accomplissement de sa mission.

Vêtu d’un peignoir aux couleurs de l’hôtel, Hakon rejoignit sa persécutrice sur le petit balcon. Il lui adressa un sourire et prononça, d’une voix calme et assurée, les quelques mots suivants :

« Ma chère femme, ton histoire d’indiscrétion était-elle une invention pour te jouer de moi ? Ou une part de vérité se cachait-elle dans tes propos ? »

« Nous devons également convenir de la suite de notre programme, si tu vois ce que je veux dire… »

Cette dernière phrase avait été murmurée à l’oreille de la jeune femme et laissait suffisamment d’ambiguïté pour déstabiliser cette dernière. C’est l’effet qu’escomptait obtenir Hakon : le jeu ne devait pas être unilatéral, sinon ce ne serait pas drôle …

avatar
Ex PerséphoneDéesse des Enfers
Déesse des Enfers

Date d'inscription : 11/10/2013
Nombre de messages : 368
Age : 31
Autres comptes : Athéna

Revenir en haut Aller en bas
Lun 10 Mar - 15:46
Alors que je m’étais déshabillée devant Hakon, me retrouvant entièrement nue pour enfiler un bikini, je m’étais allongée sur un transat pour prendre le soleil tout en ayant un sourire aux lèvres. Quelques instants plus tard, le jeune homme avait terminé de prendre sa douche et m’avait rejoint seulement vêtu d’un peignoir de bain à l’effigie de l’hôtel où nous nous trouvions. Ouvrant les yeux, je posais mon regard sur sa personne pour lui adresser un doux sourire. Lorsqu’il prenait la parole pour s’adresser à moi, je l’écoutais attentivement et j’acquiesçais d’un léger signe de tête.

N’ayant pas le temps de lui répondre, il enchaîna directement avec des nouvelles paroles, se collant presque à moi pour les murmurer dans le creux de mon oreille. Ses mots fraîchement prononcés, venaient de me mettre mal à l’aise et il m’était impossible de cacher les rougeurs qui venaient d’apparaîtrent sur mes joues. Je détournais le regard sur le côté car je ne savais pas quoi dire, ni où me mettre. Etait-il sérieux ? Avait-il vraiment envie d’aller plus loin avec moi où était-ce juste pour me déstabiliser comme je l’avais fait ?

Pour en avoir le cœur net, il fallait que je me ressaisisse pour lui demander et quelques secondes plus tard, je me levais tout en lui saisissant la main pour l’entraîner avec moi dans la chambre. Me mettant face à lui à présent, je le toisais un moment avant de prendre la parole de façon sérieuse.

« Tu es mignon, je dois le reconnaître mais tout ceci n’a rien de sérieux, c’est juste une couverture où un petit jeu si tu préfères. »

Marquant une courte pause, je réfléchissais quelques instants avant de reprendre.

« Si tu souhaites aller plus loin avec moi, c’est non… Je ne suis pas amoureuse de toi… et à vrai dire, j’ignore ce qu’est l’amour vu que je n’ai pas encore eu la chance d’éprouver ce sentiment envers une personne. »

Après avoir prononcé ses paroles, je me détournais de lui tout en me mordant la lèvre inférieure. Il allait certainement se douter que j’étais encore vierge et là, je n’osais plus le regarder tellement que j’avais honte.
avatar
MJ GSMaitre du jeu

Date d'inscription : 26/04/2008
Nombre de messages : 346

Revenir en haut Aller en bas
Lun 10 Mar - 20:55
Infos:
 

Un râle d'outre-monde se fit entendre tel un hurlement de douleur sourd et lancinant.
Une masse de fumée noirâtre et verdâtre naquit au sein de la chambre où des marinas. Une mâne funeste apparut et s'extirpa de sa tordeur par un autre cri plus violent celui-ci.

Une tête sans peau et sans chair émergea d'un corps dense et solide faite de "chair" parée dans des vêtements amples et lourds.
Les orbites vides s'illuminèrent d'une aura d'un vert flamboyant et dévisagea avec étonnement les deux jeunes gens qui étaient en face de lui.



-"Bah...qu'est-ce que vous foutez dans ma chambre ? Ah...j'ai compris..." dit-il d'un air blasé.

Le spectre fit alors quelques pas vers les deux jeunes personnes, une tintement métallique lourd et dense  se fit entendre. Dans ses mains, une lourde chaine au bout de laquelle se trouvait une lanterne richement ornée.
La mâne traversa le couple et passa à travers eux pour pouvoir s'installer sur la chaise qui se trouvait près du lit. Posant son séant, il passa à travers.

Il regarda les deux jeunes personnes d'un air encore plus dépité.
Serrant sa lanterne contre soi, une lueur bleutée éclaira momentanément la pièce. La chaise semblait avoir changer de constitution vu que le spectre put enfin s'y assoir.

-" Arrg ! Encore un couple !" apostropha-t-il en brandissant son poing vers le ciel et en murmurant des choses qui semblaient plus tenir de noms d'oiseaux que de vertes et belles rimes lyriques.
Puis, il se tourna vers le couple de marina et tourna subitement sa tête vers sa lanterne, pour ensuite scruter à nouveau les deux guerriers de Poséidon.

Le fantôme tapota sa lanterne qui remua comme mue d'une volonté propre.

-" Comment se fait-il que vous soyez encore là et ...aaaah, j'ai compris ! Vous maitrisez le cosmos sinon cela aurait fait belle lurette que vous vous seriez dématérialisés dans une autre chambre et avec la mémoire complément effacée."

Comme si la mânes s'était lui-même entendu parler, il s'exclama :

-"Héé ! Mais oui, vous maitrisez le cosmos !! Peut-être pourriez-vous m'aider ? Cela fait des décennies que j'attends celà. Et si vous m'aidez...je saurai vous être redevable.

Hum, êtes-vous d'accord avec cela, jeune gens ?"

avatar
HakonProtecteur du Kraken | Modérateur
Protecteur du Kraken | Modérateur

Date d'inscription : 08/12/2013
Nombre de messages : 1660
Age : 42
Autres comptes : Yasuha

Revenir en haut Aller en bas
Mar 11 Mar - 9:13


**********
Stratagème, les rôles sont inversés,
Le rose teintant tes joues est exquis,
Revanche, ainsi s’exprime mon plan,
Ta naïveté est une douce musique.

Révélation, mon âme s’embrase,
Le joueur doit envisager de perdre,
Regrets, je ne veux pas te blesser,
Pourrais-je jamais être pardonné ?

Stupéfaction, un son d’outre-tombe,
Mon cœur cogne, mes sens s’affolent,
Instinct, mon vœu est ta protection,
Improbable apparition de l’au-delà.

Etrange, un être aux allures de conte,
Notre jeu semble désormais futile…
Requête, ma curiosité est immense,
Serait-ce là l’objet de ma mission ?
**********

Suite au dernier murmure du guerrier atlante, le visage de la jeune prêtresse affichait une toute autre émotion, l’espièglerie ayant rapidement cédé la place à la confusion. Hakon devinait aisément comment le doute s’immisçait dans l’esprit de sa camarade de jeu : cette idée provoquait en lui une agréable sensation, celle de la victoire. Il se laissa guider à l’intérieur de la chambre et écouta les paroles de Calysto, jubilant intérieurement. Lorsque le silence s’installa de nouveau, il éclata de rire sans retenue, tout en prononçant la tirade suivante :

« NON ! Ne me dis-pas que tu as cru que je voulais… ? Avec toi ? »

« Il était juste question de discuter de notre mission ! Tu es une véritable gravure de mode sur pattes, mais mon cœur n’a pas de place pour toi : désolé de te le dire ! » 

Le jeune homme riait encore à en perdre le souffle, lorsqu’il sursauta subitement, tel un diable sortant de sa boîte : une voix caverneuse avait commencé à résonner dans la pièce. La peur s’était insinuée en lui ; il pouvait sentir son cœur tambouriner contre sa cage thoracique et résonner dans ses tympans. Le jeu était terminé…

Moins d’un instant plus tard, le Général reprit ses esprits et bondit de nouveau : il serrait contre lui la représentante de Poséïdon, dans un geste protecteur instinctif. Mais cette dernière était toujours en maillot de bain… Hakon fit un pas en avant afin de rompre le contact, et accessoirement dissimuler son visage teinté de rose.

Les yeux du jeune homme étaient ébahis par l’apparition, tout aussi mystique qu’irrationnelle. Cette présence spectrale aurait pu être un personnage secondaire, ou peut-être le héros, d’un des écrits des frères Grimm. L’esprit du protecteur de l’Arctique essayait, sans succès, d’analyser et de rationaliser l’existence de ce corps nimbé de volutes verdâtres. Etait-ce là le quotidien d’un éveillé : côtoyer des créatures et des phénomènes plus fantastiques et improbables les uns que les autres ?

Lorsque le spectre en eut fini avec ses bizarreries et ses paroles absurdes, il réclama l’aide des deux Marinas. Hakon éprouvait toujours quelques difficultés à accepter la réalité de ce protagoniste, mais il put bientôt envisager de converser avec lui :

« Heu… Bonjour Monsieur ! », lança-t-il poliment, avec une voix légèrement teintée de timidité.

« Je veux bien vous aider, mais je souhaiterais d’abord savoir de quoi il retourne… », annonça-t-il ensuite avec plus d’assurance, et avant de se retourner vers sa compagne pour connaître son avis.

avatar
Ex PerséphoneDéesse des Enfers
Déesse des Enfers

Date d'inscription : 11/10/2013
Nombre de messages : 368
Age : 31
Autres comptes : Athéna

Revenir en haut Aller en bas
Mar 11 Mar - 22:30
Alors que j’avais entraîné Hakon dans la chambre pour mettre les choses aux clairs, il éclata de rire suite à mes paroles. Visiblement, je n’avais pas compris le sens de sa phrase et je m’en voulais sur le coup car j’étais complètement ridicule. Penser un seul instant qu’il voulait partager un moment tendre dans un lit avec moi, n’était pas digne de la représentant du souverain des mers. Je faisais une moue boudeuse car il s’était moqué de moi et très rapidement, je lui adressais un fin sourire.

« Effectivement, j’avais pensé à cela et je te prie de m’excuser si je me suis légèrement égarée dans mes paroles. »

Il me complimenta et je souriais. Il m’avoua à sa manière que son cœur était déjà pris et j’acquiesçais légèrement d’un signe de tête.

« J’espère qu’elle te rendra heureuse… Cette femme a énormément de chances de t’avoir. »

J’étais sur le point d’ajouter quelque chose lorsque quelque chose d’anormal venait de se produire. Un spectre d’outre monde venait d’apparaître devant nous et immédiatement, je reprenais mon sérieux. Si cette apparition était notre ennemi, j’étais apte à l’affronter car j’avais les pouvoir nécessaires pour le repousser. Je savais parfaitement que quelque chose clochait lorsqu’il nous demanda ce que nous faisions dans sa chambre. Sur le point d’utiliser mon cosmos pour repousser cet être, Hakon décida d’agir en me serrant dans ses bras pour me protéger. Sur le coup, j’étais gênée, il fallait le reconnaître et quelques instants plus tard, le général me lâcha en faisant un pas en avant. Ensuite, je décidais de répondre au spectre avec détermination tout en ayant aucune crainte.

« Tout d’abord, c’est notre chambre vu que j’ai pris le soin de la réserver et ensuite, nous ne sommes pas en couple. »

Croisant les bras sous ma poitrine, j’observais l’individu sans ciller. La suite des paroles du spectre me laissa légèrement perplexe concernant la suite des évènements. Visiblement, il disposait d’un pouvoir qui pouvait effacer la mémoire des simples mortels. Pas de chance pour lui, nous n’étions pas ce genre de personnes et il sollicita notre aide. Hakon prît les devants et lui demanda de quel genre d’aide souhaitait-il. Je m’avançais légèrement et à mon tour, je prenais la parole.

« Si vous souhaitez retourner dans le monde des morts, je peux vous y aider, c’est ma spécialité. »

Mes paroles étaient prononcées sérieusement et d’ailleurs, il suffisait de me regarder pour voir que je ne plaisantais pas du tout.
avatar
MJ GSMaitre du jeu

Date d'inscription : 26/04/2008
Nombre de messages : 346

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 13 Mar - 13:19
Les deux jeunes guerriers furent surpris de l'apparition du spectre. Comment en aurait-il pu en être autrement ? 

Ils réagirent de manières assez différentes, et quand la demoiselle voulut se faire menaçant, la mâne éclata d'un rire caverneux et guttural.
Après avoir rit pendant quelques interminables secondes, il fit mine de s'essuyer les yeux comme si elles étaient embuées de larme pour enfin dire :

-"Oh ? Vous n'êtes pas en couple ? Pourtant, vous me semblez assez proche...quoiqu'il est vrai que je ressens plus de retenu en ce jeune homme qu'en vous, jeune femme"

La lanterne du spectre commença à luire et a être secouer par quelques soubresauts. L'apparition prit alors sa lanterne à pleine main, y plongea son regard vide et murmura :

-"Oui, oui, mon cœur...je le sais. Laisse moi le temps de les leur dire ! Je suis aussi impatient que toi de te retrouver, mais je ne sais pas s'ils pourront nous aider."




L'apparition spectrale se tourna alors vers les deux guerriers de Poséidon et se présenta :

-"Mon nom est Thresh ! Cela doit faire environ une bonne cinquantaine d'année que je "hante" ces lieux. Oh ! Pas par gaieté de cœur, mais plutôt à cause d'une malédiction."

La lanterne faite de fer noirci par le feu d'un vert étincelait qu'elle contenait se remit à vibrer.
Portant la lanterne à son visage squelettique, Thresh semblait encore plus terrifiant :

Mais si ! Je suis sûr que c'est une malédiction sinon nous ne serions pas là !! Bref ! Donc cela fait quelques décennies que moi et ma femme étions venu pour célébrer notre nuit de noce. Et allez savoir pourquoi, une fois notre union consommée, nous nous sommes retrouvés dans cette état.
Moi mort et l'âme de ma femme prisonnière de cette lanterne.


Thresh désigna sa lanterne qui commença à luire de plus belle comme pour justifier la véracité de propos du spectre aux deux marinas.

-" D'après ce que m'a dit un certain Charon, notre union n'était pas accepté par beaucoup de personne et surtout par des personnes malfaisantes et ayant des pouvoirs...particuliers.
Jeune gens, je souhaite prendre aux mots la jeune demoiselle en bikini et aidez-nous !


Thresh déposa sa lanterne sur la table se trouvant face à lui, et prit soin de tourner sa lanterne en direction d'un mur :

-" Pour lever cette malédiction et faire en sorte que nos âmes reposent en paix, il me faut "tout simplement" retrouver le prénom de ma femme.
En effet, on a effacé son doux prénom de mon esprit et apparemment son prénom serait la clef de notre salut"


Subitement la lanterne projeta des portraits de cinq personnes sur le mur qui se trouvait en face d'elle :



-" Les seules indices que j'ai en ma possession sont ces photos ! Je ne les connais pas mais apparemment celà m'aiderai à retrouver son prénom. Ah...et j'ai oublié, vous n'avez droit qu'à deux erreurs, au delà de ça, il me faut attendre un an avant de pouvoir retenter ma chance.

Êtes-vous toujours prêt à nous aider ? "
avatar
HakonProtecteur du Kraken | Modérateur
Protecteur du Kraken | Modérateur

Date d'inscription : 08/12/2013
Nombre de messages : 1660
Age : 42
Autres comptes : Yasuha

Revenir en haut Aller en bas
Ven 14 Mar - 8:52


**********
Gentillesse, ton âme est des plus nobles,
La culpabilité envahit mon cœur déchiré.
Attirance, mes sens vibrent à l’unisson,
Le destin nous a réunis que trop tard.

Etrange invité, une histoire incroyable,
Tragédie, un amour à jamais interdit.
Douloureux passé, une blessure latente,
Fatalité, l’Amour rime avec souffrance.

Mythologie, la Grèce antique s’éveille,
Un nom aux consonances funestes.
Amnésie, les dieux sont parfois cruels,
Un fantôme amoureux d’une lanterne.

Apparitions, une étrange piste se dévoile,
D’illustres inconnus nous sont révélés.
Résolution, le malheur doit être conjuré,
L’Amour triomphera, le malheur s’éteindra…
**********

Une fois que la représentante de l’Atlantide eut terminé sa phrase, l’insolite apparition se présenta enfin : Tresh était son nom. Ce dernier était donc un spectre accompagné d’une lanterne, possédant visiblement une volonté propre. Hakon était stupéfait ; le surnaturel avait fait irruption, sans prévenir, et la scène défiait l’imagination. Toutefois, le guerrier de Poséïdon écoutait silencieusement le récit du spectre aux volutes verdâtres.

Alors que le damné racontait le triste dénouement de son histoire d’amour avec « la lanterne », Hakon ne put réprimer sa tristesse, tandis qu’une larme coulait le long de sa blanche joue. Les faits énoncés lui remémoraient la tragédie ayant causé la perte de son amie Ahranya : un amour qui aurait pu être, mais qui ne sera jamais à cause de la malfaisance de quelques êtres néfastes. Bien que son attention se focalisait de nouveau sur la scène improbable, les quelques instants d’évasion de ses pensées avait provoqué une réaction de son Cosmos. La température avait brutalement chuté dans la pièce et du givre était apparu sur les vitres et miroirs présents.

« Je vous prie de me pardonner pour ceci », prononça Hakon d’un air confus.

« Votre malheur m’a profondément touché, je n’ai pas su maîtriser mes sentiments… », ajouta-t-il, l’air penaud, avec une pointe de reproche personnel dans la voix.

Le jeune homme s’assura que Calysto se portait bien, puis écouta attentivement la suite de l’histoire de Tresh. Cet être espérait visiblement beaucoup de la part des deux atlantes ; son discours semblait sincère et n’était pas avare d’informations. Le nom de « Charon » avait été énoncé : Hakon connaissant la légende du batelier du fleuve Achéron, il put aisément en déduire que l’implication des rejetons du seigneur des enfers, dans cette triste affaire, était plus que probable. Les images projetées par l’étrange lanterne, quant à elles, n’évoquaient rien de précis pour le jeune protecteur, hormis que la plupart des portraits représentait des éveillés.

« Cher Kresh, votre histoire m’a personnellement affecté et je tiens à vous apporter tout mon concours que vous puissiez, vous et votre compagne, être de nouveau réunis. », s’exclama le jeune homme, un sourire bienveillant aux lèvres.

Il se mit à réfléchir quelques instants, silencieusement, avant de poursuivre son discours d’une voix directe et assurée :

« Pourriez-vous nous en dire un peu plus sur la vie que vous meniez, vous et votre amie, avant de vous marier ? Car je pense, que cet acte ne peut avoir été dicté que par la jalousie ou la volonté de punir un manquement à une parole, ou peut être à un devoir … »

« D’autre part, même si les individus projetés sur ce mur ne vous sont pas familiers, peut-être pourriez vous nous renseigner sur leurs origines. Je suis un éveillé récent et je ne suis pas au fait des us et coutumes des autres factions, mais peut être que vous connaissez l’appartenance des armures ou vêtements portées par ceux-là ? »

Hakon espérait que l’étrange bonhomme puisse se souvenir de quelques détails insignifiants, mais pouvant aiguiller le stratège sur quelques pistes intéressantes. Il se tourna vers sa compagne pour solliciter son soutien, ainsi que son aide :

« Calysto, ma chère, disposerais-tu d'un appareil photographique dans tes bagages ? Prendre un cliché de ces visages serait plus qu’utile pour la suite de nos investigations. Voudrais-tu t’en charger, s’il te plait ? »

Dans le pire des cas, un hôtel comme celui-ci devrait bien posséder une boutique à souvenirs…

avatar
Ex PerséphoneDéesse des Enfers
Déesse des Enfers

Date d'inscription : 11/10/2013
Nombre de messages : 368
Age : 31
Autres comptes : Athéna

Revenir en haut Aller en bas
Ven 14 Mar - 11:06
Les petites menaces que je venais de prononcer, fît éclater de rire le spectre et une légère moue se dessina sur mon visage. Effectivement, je n’étais pas capable de faire le moindre mal même envers une créature d’outre tombe à moins que cette dernière se montrait menaçante. Cependant, j’étais capable de guider les âmes vers un monde meilleur et si ce spectre souhaitait notre aide pour cela, je l’aiderais du mieux possible. L’âme venait de prendre à nouveau la parole, avouant ainsi qu’il sentait plus de retenu de la part d’Hakon que moi. Il était vrai qu’Hakon me plaisait, je ne pouvais pas le nier et ne voulant pas attirer les soupçons, je préférais rester silencieuse à ses divulgations.

Le spectre fît un petit monologue avant de se présenter à nous et je le saluais d’un signe de tête. Il fallait reconnaître qu’il était impressionnant mais cependant, il ne semblait pas hostile et c’était une bonne chose, il fallait l’admettre. Il commença à nous raconter son histoire et nous expliquer sa malédiction. Cela s’était passé lors de leur nuit de noce et d’après ce dernier, leur union n’avait pas été acceptée par des êtres aux immenses pouvoirs. Néanmoins, je retenais le nom de Charon, j’avais entendu parler de ce dernier ainsi que de l’Achéron.

Alors que je ne m’y attendais pas du tout, je commençais à avoir froid et je frottais légèrement les bras pour tenter de me réchauffer un peu. Visiblement Haky avait été touché par cette histoire, moi aussi, je ne pouvais pas le nier mais il avait laissé ses sentiments prendre le dessus. Je remarquais également une larme sur ses joues et j’esquissais un triste sourire. Lorsque le général du Kraken prît la parole, je décidais de me rapprocher de sa personne pour lui effacer la larme sur ses joues d’un revers doux de la main et je posais une main réconfortante sur sa joue avant d’écouter la suite de l’histoire du spectre. Lorsque ce dernier eut fini, je laissais Hakon s’exprimer sans l’interrompre, écoutant attentivement ses paroles sans en perdre une miette.

Le jeune homme souhaita aider le spectre et sa compagne, nous partagions donc le même sentiment sur cette histoire. Je portais mon attention sur les portraits projetés sur le mur avant d’être sollicitée par mon gardien. Il me demanda si je disposais d’un appareil photo pour pouvoir l’utiliser sur les portraits et j’acquiesçais d’un léger signe de tête.

« Je vais le chercher de suite. » Répondais-je avec une voix remplie de douceur.

Je me dirigeais vers mes bagages pour en sortir l’appareil et je me rapprochais pour immortaliser les différents visages projetés sur le mur grâce à la lanterne. Observant attentivement les personnes, je pouvais en conclure que deux d’entre elles, étaient des spectres au service du monarque des enfers, Hadès.

« Si je peux me permettre, cet homme là,… » pointant Minos « …et celui là… » pointant Rhadamantys. « …Ce sont des spectres au service d’Hadès à en juger par l’armure qu’ils portent… Pour ce qui est des autres, je n’ai aucune idée de qui ils sont. »
avatar
MJ GSMaitre du jeu

Date d'inscription : 26/04/2008
Nombre de messages : 346

Revenir en haut Aller en bas
Mar 18 Mar - 20:53
Spoiler:
 

La mâne qui était incapable de ressentir la chaleur fut émerveillé de voir les vitres de la chambre se teinter de flocons comparables à de micro-diamant qui fondit tout aussi rapidement.
Les yeux de Thresh semblaient briller d'admiration face à ce spectacle involontairement donné par le marina de glace.

« Pourriez-vous nous en dire un peu plus sur la vie que vous meniez, vous et votre amie, avant de vous marier ? Car je pense, que cet acte ne peut avoir été dicté que par la jalousie ou la volonté de punir un manquement à une parole, ou peut être à un devoir … »

- « D’autre part, même si les individus projetés sur ce mur ne vous sont pas familiers, peut-être pourriez vous nous renseigner sur leurs origines. Je suis un éveillé récent et je ne suis pas au fait des us et coutumes des autres factions, mais peut être que vous connaissez l’appartenance des armures ou vêtements portées par ceux-là ?

Thresh se tapota la tempe comme pour réveiller d'ancien souvenir trop profondément enfoui dans sa mémoire avant de répondre :

-" A vrai dire ma femme et moi nous nous connaissions depuis notre enfance. Une histoire trop commune bien que la fin soit quelque peu particulière.
Nous étions voisin, nos familles se connaissaient. Nous nous séparâmes à l'adolescence, moi étant partit en France pour faire mes études, elle étant partit à Bristol.
Nous nous retrouvâmes après quelques années et là ce fut une évidence ! "


La lanterne vibra alors et sa flamme devint soudainement plus rouge comme si elle rougissait. Thresh rit alors de ce même rire d’outre-tombe, gutturale et entrecoupé par de cliquetis métalliques.


-" Nous nous sommes clairement retrouvés. Nous nous sommes aimés et nous nous sommes mariés. Il ne doit logiquement avoir aucune entrave à notre mariage mais je ne sais pour quelle raison ma femme et moi furent victime de cette malédiction. "


Alors que la jeune femme disparut de son champs de vision, le fantôme poursuivit :



-" Je ne reconnais aucune de leur visage. Mais je suis certain que le fait de connaitre leur prénom nous aidera à découvrir le prénom de ma femme et ainsi nous libérer !
 "


« Si je peux me permettre, cet homme là,…et celui là… …Ce sont des spectres au service d’Hadès à en juger par l’armure qu’ils portent… Pour ce qui est des autres, je n’ai aucune idée de qui ils sont. »

Le regard de l'apparition spectral s'illumina alors. Teinté de plaisir et d'espoir, ses yeux brillaient littéralement de milles feux alors que la lanterne vibra alors encore plus.



- "Oui ! Oui, vous avez raison ! L'armure de certain d'entre eux ressemble à s'y méprendre à celui de Charon.
Vous...vous avez une piste ! Oui, je pense que connaitre leur prénom ! La seule chose que mes années d'errance m'ont permis de deviner est que l'ordre des portraits est aussi important que leur identité"
conclus-t-il

avatar
HakonProtecteur du Kraken | Modérateur
Protecteur du Kraken | Modérateur

Date d'inscription : 08/12/2013
Nombre de messages : 1660
Age : 42
Autres comptes : Yasuha

Revenir en haut Aller en bas
Mer 19 Mar - 8:45


**********
Chagrin, les temps passés me harcèlent,
Mon cœur pleure cette tragique perte.
Douceur, sa main est tel un pansement,
Sa chaleur apaise mon ineffable peine.

Etrangers, votre secret sera dévoilé,
L’amour devra s’élever au firmament.
Indice, elle dévoile une piste sérieuse,
Ma sagacité aura raison de ce mystère.

Espoir, spectre et lanterne seront réunis,
Puzzle, tu me livreras bientôt tes secrets.
Unis, nous sommes Holmes et Watson,
Atlantis, tes ressources nous serviront.
**********

Alors que la représentante de Poséïdon prenait les clichés de l’étrange tableau projeté par la lanterne, Hakon écoutait attentivement l’histoire du revenant. Aucun détail ne permettait de justifier le déclenchement de cette malédiction. Le jeune homme ne pouvait que se résoudre à l’évidence : fouiller le passé de ces deux bougres demanderait beaucoup trop d’efforts, comparativement aux maigres chances de déceler un indice exploitable.

Les portraits ! Ces images représenteraient donc la clé permettant de démêler ce sac de nœuds ? Cette sombre histoire affichait des allures de tragédie à la française. L’un de ces individus, ou peut être la totalité, était impliqué dans cette sale affaire ; le général de l’Atlantide se devait de rétablir la justice pour ces deux amants maudits… Il s’interrogeait sur la meilleure alternative pour débuter l'enquête, lorsque la divine Calysto fit une remarque des plus pertinentes :

« Ma chère amie, tu es merveilleuse ! J’aurais presque envie de t’embrasser… », s’exclama spontanément le jeune guerrier, le regard pétillant et le sourire léger.

Réalisant les mots qu’il venait de prononcer, Hakon adopta un profil bas, espérant que personne ne remarquerait la teinte rosée de ses joues. Ce dernier était toutefois excité par la nouvelle progression de cette investigation : les spectres d’Hadès étaient donc de la partie… Se tournant vers l’apparition aux émanations verdâtres, il allait prononcer sa résolution, quand son interlocuteur énonça des vérités nouvelles.

Prénom… Ordre… Importance…

L’esprit de déduction du protecteur de l’Arctique s’illumina soudainement. En effet, il avait compris le sens de cette énigme. Des données essentielles étaient encore à découvrir, mais la serrure était trouvée ; ne manquait plus que la clé. D’un ton enjoué, il s’adressa à l’assemblée d’une voix haute et intelligible :

« Ces individus ne sont pas importants, leur seul nom suffira à lever le voile entourant nos deux amoureux spectraux. Si mon esprit ne me fait pas défaut, je pense que l’identité de notre amie la lanterne n’est guère plus qu’un acronyme à cinq lettres, formé à partir du nom de chacun des cinq portraits projetés sur ce mur. »

Reprenant son souffle, Hakon observa lentement son auditoire, afin de prendre la mesure de l’effet provoqué par son annonce. Deux options s’offraient désormais au jeune Atlante : poursuivre les investigations vers le château, conformément aux instructions de l’Empereur des sept mers, ou retourner vers New Atlantis, afin d’obtenir le concours du service des archives de la grande bibliothèque atlante. Fixant sa compagne dans les yeux, le jeune homme lui afficha son plus beau sourire. Puis, il la questionna sur un ton doux et amical :

« A ton avis, que doit-on faire maintenant ? »

Nul doute que cette interrogation était une mise à l’épreuve…
avatar
Ex PerséphoneDéesse des Enfers
Déesse des Enfers

Date d'inscription : 11/10/2013
Nombre de messages : 368
Age : 31
Autres comptes : Athéna

Revenir en haut Aller en bas
Mer 19 Mar - 16:46
Tout en prenant les différents clichés, j’écoutais attentivement la suite des paroles du Spectre. Résoudre ce mystère n’allait pas être une chose aisée, j’en avais bien peur mais je ne perdais pas espoir car j’étais certaine que nous allions réussir à aider ce couple de malheureux. La solution à cette énigme était devant nous, il suffisait de trouver le nom de la compagne pour pouvoir les libérer. Après avoir analysé un peu plus les différents portraits, je venais de suggérer, pour deux d’entre eux, leurs appartenances aux enfers. La réaction du spectre fut positive et j’esquissais un fin sourire avant d’écouter la réaction d’Hakon. Suite à cette dernière, je ne pouvais m’empêcher de rougir car il avait presque envie de m’embrasser.

« Ne t’en prives pas… » Marmonnais-je à voix basse.

Je n’en revenais pas que j’avais osé de prononcer de telles paroles. Mes joues venaient de rougir un peu plus et je m’étais détournée pour cacher cette gêne. Durant ce moment d’égarement, j’étais rêveuse, imaginant certaines choses en compagnie d’Hakon. Secouant légèrement la tête, ce n’était pas le moment d’avoir ce genre de pensées et puis, il était amoureux d’une autre femme. Soupirant légèrement, je me ressaisissais pour me pencher à nouveau sur cette énigme, scrutant les portraits tout en réfléchissant.

Hakon s’exprima à nouveau et je l’écoutais attentivement. J’étais focalisée sur sa voix très mélodieuse et des nouvelles pensées furent leurs apparitions dans ma tête. Portant mon regard ailleurs, je ne cessais de penser à ses précédentes paroles, qui m’avaient visiblement très troubler et je ne savais plus où me mettre. Pour revenir à cette énigme, j’écoutais les paroles d’Hakon tout en évitant de le regarder car je n’osais plus le faire. L’identité de ses personnes n’allaient pas être simple à trouver même si nous savions que deux d’entre eux étaient des spectres. Il me demanda ce que nous devions faire à présent et je portais mon attention sur lui tout en réagissant de façon étrange.

« Ah… Euh… Je ne sais pas… Je reviens… »

Complètement ailleurs, je me dirigeais vers la salle de bain afin de me rafraîchir un peu avant de m’observer dans le miroir. Quelques minutes plus tard, je décidais de ressortir pour retourner auprès du groupe afin de m’exprimer dans un ton calme et posé.

« Il est évident que notre mission est très importante pour nous mais cependant, nous ne pouvons pas abandonner ce couple de cette façon. Il faudrait qu’on retourne à New Atlantis afin de faire des recherches au sujet de ses différentes personnes… Maintenant est-ce que nous avons le temps de faire ce voyage ? Je l’ignore… »

Une légère moue se dessina sur mon visage tandis que je guettais la réaction des individus présents dans la chambre.
avatar
MJ GSMaitre du jeu

Date d'inscription : 26/04/2008
Nombre de messages : 346

Revenir en haut Aller en bas
Dim 23 Mar - 16:13
Les deux jeunes marinas étaient mignons dans leur parole et leur geste qu'ils avaient l'un pour l'autre. Si ce n'est de l'amour, ça ressemble à de l'amitié voir à une relation ambiguë où affection et désir semblent y être melés.

« Ces individus ne sont pas importants, leur seul nom suffira à lever le voile entourant nos deux amoureux spectraux. Si mon esprit ne me fait pas défaut, je pense que l’identité de notre amie la lanterne n’est guère plus qu’un acronyme à cinq lettres, formé à partir du nom de chacun des cinq portraits projetés sur ce mur. »

Le spectre claqua alors des doigts puis se tapota la tempe comme pour faire sortir de sa mémoire effacée, des brides enfouis dans les méandres de ses souvenirs :

-"Oui ! Oui..grâce à vos paroles, cela me reviens. Le prénom de ma femme n'était composé que de deux syllabes. Clara ? Sophie...non Chléo ! Aaarh...non...non...je n'ai pas envie de me tromper et de devoir attendre une année entière "


Alors que la jeune femme s'était dirigée dans la salle de bain et que le jeune homme semblait perdu dans ces pensées que la lanterne vibra encore :

-"Mon ange, je sais que tu désires qu'on puisse enfin être libéré de ce sortilège. Je désire plus que tout te retrouver mais...et si dans un sens notre destinée est que notre amour se doit d'être éternel sans que la mort puisse nous séparer ?  "

L'artefact vibra encore comme si elle larmoyait :

-" Cette malédiction est peut-être une réelle bénédiction ? Ne pas pouvoir te toucher, t'embrasser mais pouvoir toujours être à tes cotés... "

La lanterne brilla alors de milles feux pendant quelques millisecondes avant de remuer, de dodeliner sur place :

-"Oui tu as raison...a moins que la mort serait celle qui nous libérera de cette prison  "

C'est alors qu'après quelques minutes, la jeune marina revint de la salle de bain et reprit une conversation avec le guerrier de Poséidon :

« Il est évident que notre mission est très importante pour nous mais cependant, nous ne pouvons pas abandonner ce couple de cette façon. Il faudrait qu’on retourne à New Atlantis afin de faire des recherches au sujet de ses différentes personnes… Maintenant est-ce que nous avons le temps de faire ce voyage ? Je l’ignore… »

La mâne remarqua alors que les deux guerriers étaient là en mission expliquant alors leur présence en ces lieux de personnes maitrisant le cosmos.
 
-" Si je puis me permettre, quelle est donc cette mission qui vous préoccupe tant ? Peut-être pourrais-je vous être utile ? "
avatar
HakonProtecteur du Kraken | Modérateur
Protecteur du Kraken | Modérateur

Date d'inscription : 08/12/2013
Nombre de messages : 1660
Age : 42
Autres comptes : Yasuha

Revenir en haut Aller en bas
Lun 24 Mar - 8:40


**********
Calysto, tes gestes me troublent,
Le jeu guide-t-il encore ta pensée ?
Irina, ton odeur imprègne mon âme,
Mon cœur ne saurait aimer une autre.

Troublante présence, ma peau frémit,
Puissant désir, mon corps te protégera,
Divine parole, mon cœur s’embrase,
Profond serment, ma vie sera tienne.

Kresh, ton destin se nomme injustice,
Si bel amour, tu ne saurais t’évanouir !
Résolution, la vérité effacera l’ombre,
Sur ma vie, votre futur sera radieux !

Puissance, les éthers résonnent là-bas,
Un château est empreint de tourments.
Présence, une énergie peu commune,
Mon énergie résonne avec harmonie.
**********

Hakon commençait à éprouver une vive sympathie pour la représentante du Dieu des océans. Bien qu’un peu espiègle, cette dernière était tout simplement sublime, possédait un humour et une répartie plutôt agréables, tout en dégageant une puissante aura de bienveillance. De toute évidence, il aurait pu l’aimer, si son cœur ne s’était déjà ouvert à la douce Irina : un Ange était descendu sur terre pour le tirer de son glacial sommeil. Alors que la mort rodait, elle l’avait aidé ; alors que la folie guettait, l’amour l’avait sauvé…

Bien que le couple spectral fût victime d’un destin peu agréable, le jeune Marinas ne put s’empêcher de les envier. Ces deux êtres étaient ensemble, là où lui demeurait seul avec ses regrets et ses espoirs… Ahranya était définitivement perdue et Irina vivrait loin de lui, probablement à jamais. Seule une promesse, prononcée au milieu d’un ballet de flocons, le retenait encore dans le monde des vivants…

Lorsque Calysto revint de la salle de bain, le général du Kraken lui adressa un timide sourire. Ce geste était une façon bien maladroite de lui signifier sa sympathie ; il éprouvait un vide immense et tentait de dissimuler, avec grande peine, son besoin de réconfort. Lorsque le spectre scintillant questionna les deux atlantes sur leur mission, Hakon réfréna son air maussade et répondit à l’apparition sur un ton sincère :

« Les divinités hindous Skanda et Kali se sont réveillées et ont mis à mal des territoires peuplés d’innocents. Beaucoup de femmes et d’enfants sans défense sont morts, en priant probablement pour que quelqu’un vienne les sauver… Personne n’est venu, le carnage a été bien trop rapide. »

« Notre mission ? Elle est simple : stopper ces furies orientales, avant que d’autres ne subissent le même sort que la Havane. Cette région d'Europe renferme vraisemblablement une piste sérieuse, sinon notre souverain n’aurait pas prit soin de nous guider en ces lieux… »

Alors que le jeune homme terminait sa phrase, il se figea, comme paralysé par une force invisible. Durant quelques interminables secondes, il ne dit mot, pas plus qu’il n’esquissa le moindre mouvement : le temps semblait avoir interrompu son cours. Puis, sa cosmo-énergie se mit à croître, libérant une légère brise glaciale dans la pièce. Le phénomène cessa aussi rapidement qu’il avait débuté ; Hakon dévisageait l’assemblée d’un air inquiet :

« Une puissante force vient de se manifester dans la direction du château de Lochranza. L’individu qui vient de se dévoiler est comme moi, son aura est marquée par la glace ! », dit-il d’une voix teintée, à la fois par l’hésitation et l’excitation.

« Je dois me rendre là-bas au plus vite… »

Ces paroles prononcées, le jeune guerrier pivota vers le balcon. Il se préparait à sauter…

avatar
Ex PerséphoneDéesse des Enfers
Déesse des Enfers

Date d'inscription : 11/10/2013
Nombre de messages : 368
Age : 31
Autres comptes : Athéna

Revenir en haut Aller en bas
Lun 24 Mar - 17:48
Hakon me mettait mal à l’aise, je n’avais plus la même assurance qu’au départ, j’étais troublée par cet homme. Cependant, nous avions une mission où plutôt deux missions vu qu’on avait décidé d’aider le spectre et sa femme. Malgré que j’échangeais quelques regards avec Hakon ainsi que quelques sourires, je savais parfaitement que nous n’irions pas plus loin que l’amitié et cela me suffisait vu qu’il aimait une autre femme. Je devais freiner mes sentiments et me concentrer sur nos missions. J’avais raté une partie de la discussion et je me contentais de sourire tout simplement avant de prendre la parole concernant notre mission. Le spectre voulait savoir la nature de cette mission et d’après ses dires, il pouvait être utile. Effectivement, une aide supplémentaire n’était pas de refus et je laissais Hakon s’exprimer sur la raison de notre venue en ses lieux.

Je l’écoutais attentivement, le sourire aux lèvres avant de ressentir cosmos puissant qui semblait émaner du château de Lochranza. Qui pouvait disposer d’une telle puissance ? A part une divinité, je ne voyais rien d’autres. L’inquiétude pouvait se lire sur mon visage surtout que ce cosmos ne m’était pas familier. Durant ses quelques instants, je songeais à notre mission et il fallait dire que nous n’avions pas prévu de tomber sur un être aussi puissant. Je portais mon attention sur le général du Kraken qui fît part de son ressenti à ce sujet. Il souhaitait se rendre là-bas et je ne pouvais pas le laisser y aller seul.

« Hakon, le cosmos que nous venons de ressentir est supérieur au tien et également du mien… Je ne peux te laisser y aller seul, je me dois de t’accompagner. »

Je m’avançais vers le balcon avant de me retourner vers le spectre pour m’excuser de notre départ précipité.

« Veuillez nous excuser Thresh, nous allons nous rendre immédiatement au château afin de savoir ce qui se passe là-bas. Je vous demande de nous attendre afin que nous puissions vous aider par la suite… Ne vous en faites pas, nous faisons vite pour revenir. »

Je sautais tout en intensifiant mon cosmos et le bikini que je portais, laissa place à ma tenue de représentante. J’avais pris les devant et je ne me souciais pas pour Hakon qui devait être derrière moi.
avatar
MJ GSMaitre du jeu

Date d'inscription : 26/04/2008
Nombre de messages : 346

Revenir en haut Aller en bas
Mer 26 Mar - 21:22
[Désolé du retard, je pensais que vous étiez parti sans forcément attendre mon post]

Thresh sentit subitement que les deux marinas semblaient comme accaparés et troublés par une manifestation cosmique dont il n'en connaissait pas l'identité.
Alors que sa lanterne et lui s'échangèrent quelques mots que la représentante de Poseidon dans un scintillement éphémère quitta son habit "estival" pour prendre un autre beaucoup plus habillé.

Les deux guerriers quittèrent les lieux alors qu'en son fort intérieur la mane espérait que ceux-ci allait revenir pour l'aider.
avatar
HakonProtecteur du Kraken | Modérateur
Protecteur du Kraken | Modérateur

Date d'inscription : 08/12/2013
Nombre de messages : 1660
Age : 42
Autres comptes : Yasuha

Revenir en haut Aller en bas
Dim 6 Juil - 9:52


=====> en provenance de lieu



**********
Départ, Eléonore à l’écaille dansante,
Je te confie la mission de l’Empereur.
Promesse, l’honneur me guide ailleurs,
L’amour s’élèvera jusqu’au firmament.

Asgard, un souvenir bien désagréable,
Mon cœur palpite pourtant de regrets.
Irina, devoir et divinités nous séparent,
Notre passion parviendra-t-elle à éclore ?

Silence, l’océan apaise mes souffrances,
Le chant des baleines berce mon âme.
Lochranza, les retrouvailles approchent,
Une importante promesse sera honorée…
**********

L’affaire était entendue : Eléonore chaperonnerait le blondinet et le loup du grand Nord. Hakon se sentait soulagé de l’arrivée impromptue de sa consœur Générale. Celui-ci n’ignorait pas que le Dragon des mers avait siégé, à travers les âges, au sommet de la hiérarchie atlante. Sa puissance était sans commune mesure dans les royaumes sous-marins, même si les porteurs de cette écaille mythique se caractérisaient bien généralement par une instabilité psychique ou comportementale, plus ou moins prononcée selon les individus. Les deux zigotos pensaient avoir gagné au change ; le jeune albinos était loin d’en être convaincu…

Sans perdre plus de temps, le gardien de l’océan Arctique embrasa sa cosmo-énergie et rejoignit les eaux glaciales des côtes boréales à la vitesse de l’éclair. Ondulant avec grâce parmi les baleines et autres habitants des mondes abyssaux, il retrouva une certaine sérénité : non pas qu’il en oubliait les fâcheux évènements du palais de Polaris, ou encore les retrouvailles providentielles avec son Ange, mais ses pensées devenaient moins confuses dans cet élément dominé par l’Empereur Poséïdon et ses sept Généraux. Il était chez lui…

Quelques heures plus tard, le Marinas émergea des eaux de la mer d’Ecosse. L’hôtel mystérieux était tout proche. Afin de ne pas attirer plus que de nécessaire l’attention, il se sépara de son écaille et se rendit à pied au Country Hill. Une fois sur place, il s’adressa à la réceptionniste avec un sourire charmeur :

« Mademoiselle, mon amie et moi-même avons du quitter précipitamment l’hôtel avant-hier. Pourriez-vous me fournir la même suite pour cette nuit, je vous prie ? La réservation était au nom d’Evans et le compte de facturation sera identique. Je prendrai un repas au salon plus tard. »

Une fois les formalités administratives terminées, il se rendit vers la porte de la suite nuptiale et pénétra dans la pièce, une légère pointe d’appréhension lui pinçant le cœur : il n’aurait pas le droit à l’erreur…

« Kresh, je suis de retour comme promis. Calysto et moi-même avons récolté de précieuses informations qui, je l’espère, nous permettront de vous délivrer de cette horrible malédiction… »

Le Général du Kraken avait prononcé ses paroles tout en sortant le dossier, reçu un peu plus tôt des mains de la belle gardienne de l’Atlantique nord…

avatar
MJ GSMaitre du jeu

Date d'inscription : 26/04/2008
Nombre de messages : 346

Revenir en haut Aller en bas
Dim 6 Juil - 19:06
Les orbites vides de Thresh se mirent à s'enflammer lorsqu'il vit le général du Kraken. Enlaçant alors sa lanterne qui était posée sur la table basse de la chambre, il ne cessa de murmura :

"- Tu avais raison ! Tu avais raison ! Ils sont revenus ! Ils sont revenus" comme à la fois soulagé et surpris de voir que des hommes pouvaient tenir parole.

Brandissant sa lanterne à bout de bras et plongeant son regard à travers elle, un sourire qui s'était depuis longtemps effacé, commença à apparaitre sur son visage. L'artefact vibra alors.
Le visage de Thresh devint subitement plus morne et triste.

"- Espérons que tu ais tort et qu'ils arrivent à te délivrer de ce maléfice." dit-il en aparté à sa lanterne.

Le spectre se dirigea alors vers le général de Poséidon. Il voulait y croire ! Il espérait qu'ils aient trouvé des indices voir même le prénom de sa bien-aimée. En même temps, il redoutait de donner une mauvaise réponse, ce qui aurait pour conséquence de repousser la libération de l'âme de son épouse.

"- Mon ami, valeureux guerrier au cosmos glacial, je t'en prie, fait que nos âmes puissent reposer en paix. Je suis tout ouïe et n'attends que tes paroles." conjura presque l'ectoplasme qui se tenait la poitrine de sa main comme pour comprimer les battements d'un cœur qui n'existait plus.
avatar
HakonProtecteur du Kraken | Modérateur
Protecteur du Kraken | Modérateur

Date d'inscription : 08/12/2013
Nombre de messages : 1660
Age : 42
Autres comptes : Yasuha

Revenir en haut Aller en bas
Mar 8 Juil - 10:28


**********
Amitié, de chaudes retrouvailles,
Un spectre ne m’attendant plus.
Parole, mon honneur est tout,
Un doute me frappant au cœur.

Maudits, un nom porteur d’espoir,
Mon erreur serait votre fardeau.
Nostalgie, des amours lointaines,
Ma belle Irina me manque tant.

Indices, mon cerveau bouillonne,
Un anathème devant être conjuré.
Puzzle, les pièces dévoilent la clé,
La passion finira-t-elle par vaincre ?
**********

L’apparition ectoplasmique et sa lanterne animée étaient présentes dans la suite nuptiale. La surprise affichée par Kresh arracha une légère moue au Général du Kraken. Il était de ces hommes dont l’honneur avait quelque importance.

« N’avais-je point donné ma parole, cher ami ? Je suis de retour avec des indices pouvant éclairer notre lanterne… Sans vilain jeu de mots. », annonça le jeune homme, un sourire jovial remplaçant bien vite sa mine boudeuse.

L’épopée boréale avait été mouvementée, sentimentalement parlant, mais la lueur d’espoir apportée aux amants maudits lui réchauffait le cœur. Un seul mot de sa part, un prénom pour être plus précis, apporterait rédemption (ou souffrance) aux deux entités d’outre-monde…

Consultant les indices récoltés lors des dernières quarante-huit heures, Hakon put constater que trois noms étaient désormais en sa possession : Olrik le transfuge, Minos et Rhadamanthe les juges des Enfers. Aucune information n’avait pu être obtenue sur les deux premiers portraits. Les capacités d’analyse du Marinas œuvraient déjà à la résolution de ce casse-tête au but des plus cruciaux.

L’ordre était primordial ; l’énigme avait un rapport avec l’identité des cinq. L’utilisation de la première lettre ne donnait rien de bien probant, à moins de posséder des goûts plus qu’exotiques en matière de nommage. Les minutes défilaient, alors que la concentration de l’albinos était à son paroxysme : des gouttes de sueurs perlaient le long de ses tempes…

Au bout d’une bonne demi-heure, l’esprit du jeune Général avait décelé une potentielle logique dans la suite étudiée : et si l’ordre impactait aussi le rang de la lettre à utiliser pour résoudre le mystère de la lanterne ?

« Je vérifie une dernière hypothèse, mais je crois avoir découvert la clé de votre liberté. », prononça le jeune finlandais, un tremblement perceptible au fond de la voix.

Hakon réfléchit encore dix bonnes minutes, avant de pointer du doigt la lanterne verte et de s’exclamer d’un ton enjoué :

«  Ma chère amie, il existe encore de faibles probabilités que je me trompe, mais j’affirme haut et fort que votre nom est en réalité… »

Le jeune homme s’interrompit soudainement, afin de ménager un certain suspens chez son auditoire. Guère plus de deux secondes plus tard, il annonça le mot tant attendu :

«  S.O.N.I.A., Sonia ! »

Après la séparation forcée par Freyja, le gardien de l’océan Arctique avait besoin d’un réconfort sentimental, que la dissipation de la présente malédiction pourrait assurément lui apporter. C’est le cœur serré qu’il attendait la suite des évènements…

avatar
MJ GSMaitre du jeu

Date d'inscription : 26/04/2008
Nombre de messages : 346

Revenir en haut Aller en bas
Lun 14 Juil - 9:47
L'ectoplasme fixa les lèvres du général des mers de par ses orbites vides mais enflammées.
Alors que le marina réfléchissait, Thresh se saisit de sa lanterne et la serra contre lui comme serrerai une amante.

-" «  S.O.N.I.A., Sonia ! » conclut alors le guerrier de Poséidon.

Prenant fébrilement sa lanterne à bout de bras, Thresh rapprocha ses lèvres de la douce lueur de son artefact et murmura :

"- Ma bien-aimée...ton prénom est Sonia.

Une lueur étincelante et immaculée jaillit alors de la lanterne et irradia la chambre d’hôtel. Une lumière aveuglante dans laquelle se mêla des teintes bleutées.
Lorsque la lueur s'estompa petit à petit, le général des mers pouvait voir un jeune couple se tenir face à lui. Un jeune et beau couple qui se tenait par la main et qui avait l'air autant heureux qu'apaisé.
Le jeune homme brun et aux yeux bleus lâcha la main de sa compagne et s'avança en direction de Hakon.
Thresh, qui  en était presque méconnaissable, posa la main sur sa propre poitrine et dit :

"- Nous te remercions Hakon d'être venu à notre secours et d'avoir libéré nos âmes de cette malédiction..

Un halo quasi-divin commença à estomper les formes spectrales du couple. La jeune et belle rousse qui se trouva derrière Thresh et qui ne pouvait être que Sonia était restée en retrait. Elle s'inclina également remercier son libérateur.
Ils allaient enfin connaitre un repos mérité après ces décennies à errer sur cette Terre.

Soudainement les deux âmes levèrent leur tête vers les cieux comme s'ils avaient entendus un appel. Sonia se colla contre son amant et mari et lui prit la main.
Ils sourirent l'un à l'autre avec connivence.

Alors qu'ils allaient rejoindre l'Outre-Monde, Thresh désigna la lanterne vide qui se trouva à ces pieds. Prison inanimée, elle n'était devenue qu'une coque vide et sans intérêt.

"- Prend là avec toi mon ami. Quelques choses me dit que tu en auras besoin.".

La douce voix de Sonia retentit alors :
"- Et allez à Bombay"

La lanterne s'illumina alors d'une douce lumière blanche. Contrairement à la lueur habituelle représentant l'âme de Sonia, là il semblait que la source de cette énergie était le bonheur et l'amour que se portait le couple maudit.
La lanterne métallique et froide se transforma en un doux foyer générant une chaleur apaisante et une lumière réconfortante.
Leur âme disparut petit à petit pour être totalement happée par l'Outremonde.

[Attention : Le fait de toucher la lanterne, téléporte toutes les personnes (ayant un cosmos) présentes dans la pièce au pied de la statue de Rama (Rama-Chandran, pas celui de Parashi-Rama) située au sein de la Mandrove Godrej qui se trouve à quelques dizaines de kilomètre de la ville de Bombay]
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

[EVENT] Lochranza, trois minutes d'arrêt !!!

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» le dix-neuf juin à seize heure et trois minutes
» Comment se déboucher les narines en trois minutes, démonstration.
» Main Event secondaire 2° nuit: Mais arrêtez ce fou!
» Pourquoi la PNH arrête-t-elle des bouzins quand des bandits occupent la rue ?
» Les Trois Mousquetaires

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya :: Zone Guerre Sainte :: Europe :: Château de Lochranza-