avatar
MalakodaGénéral de Lyumnades
Général de Lyumnades

Date d'inscription : 27/11/2011
Nombre de messages : 345
Age : 40
Double Compte : DC Minos

Revenir en haut Aller en bas
Ven 28 Mar - 22:07
Un bruit de goutte a goutte, l'eau qui tombe lentement dans l'obscurité inquiétante d'une grotte profonde, on perçoit le bruit de la mer a quelques pas, cette rumeur comme un sourd murmure. Brusquement, un nuage opaque se forme lentement, puis une silhouette parait dans la sombre alcove naturelle. Cette silhouette évolue vers la sortie de la grotte et dans la lumière se découpe bientot les écailles des Lyumnades. Elle a changé cette parure dorée, elle est désormais plus découpé et recouvre un peu moins le corps du général de l'arctique:la lourde armure précédente a laissée place a des écailles ciselées et une ésthétique dépouillée et soignée; ainsi le casque a laissé la place a un masque dont les yeux représentant ceux de la salamandre peuvent désormais recouvrir ceux du général de Lyumnades, rendant l'apparencce de ce dernier plus inquiétante plus dure, tel le chasseur d'ames qu'il est.
Ainsi Malakoda sortit de la grotte et se mit en route vers le sanctuaire non sans avoir guetté les alentours . Sa démarche était régulière et d'allure plutot lente. Il arriva bientot en vue des édifices du sanctuaire; les statues majestueuses, quelques monuments partiellement en ruine et puis cet éscalier interminable qu'on devine parmi les rochers.
Malakoda ne souhaitait évidemment pas apparaitre hostile malgré sa nature ambigue aussi ota t il la visière de son maque qui cachait partiellement son visage avant d'aller plus avant. Il arriva bientot en vue de deux gardes armés de long pieux. Il s'arreta et se posta droit comme un I avant d'arriver a leur hauteur. Un des homme l'interoogea sur son identité et le pourquoi de sa présence, aussi Mlakoda répondit sur un ton neutre et délié

Je viens en ambassade des océans, allez quérir un de vos éminent guerrier afin d etre reçu sans délai au sanctuaire!

Malakoda n'aimait guère ces hommes aux traits et attitudes belliqueuses qui se tenaient ainsi devant lui mais il demeura sans émootion, sans bruit, sans meme bouger, il allait faire les choses comme il fallait avec sérénité. Aussi observa t il les deux gardes qui ne semblaient trop savoir que faire.
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27662-thanatos
ThanatosDieu de la Mort | Administrateur
Dieu de la Mort | Administrateur

Date d'inscription : 27/12/2012
Nombre de messages : 2078
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas
Ven 11 Avr - 9:49
- Ce ne sera pas nécessaire.

La silhouette d'Arsiesys apparut à leur hauteur, en directe provenance de la première maison. Caparaçonné dans son armure d'or, il avait rallié l'entrée sans faire de détours. Il n'en avait pas eu le temps. Il doutait fort que le visiteur aurait apprécié qu'il prenne celui d'aller poser ses affaires dans la onzième maison avant de redescendre l'accueillir. Par bonheur, ses possessions étaient minces. La seule chose qu'il avait laissé derrière lui en venant était sa Pandora Box – ainsi que la cape de voyage qui la recouvrait. Si le discernement n'étaient pas leur fort, les soudards devaient au moins être suffisamment qualifiés que pour la faire mener en sa demeure. D'aucuns auraient délaissé leur armure pour paraître moins sur le pied de guerre et de fait plus avenants. Pour sa part, il n'en ferait rien. Ni maintenant, ni jamais.

Non seulement parce qu'ils étaient véritablement en situation de crise, mais aussi parce qu'il convient de porter les couleurs d'un camp lorsque l'on se targue d'en être le porte-parole. Et quel meilleur moyen de le faire que de se doter de son habit d'or et de lumière ? Bien qu'il n'y soit pas encore accoutumé, c'était à son sens une marque de respect que d'arborer la Cloth qui lui avait été donnée – un moyen de faire comprendre aux émissaires qu'il ne les prenait pas à la légère. Ce n'était peut-être que subtilité diplomatique mais chaque détail peut y aller de son  importance quand il s'agit de gagner la paix... Ou de déclencher la guerre. Et c'était ainsi qu'il voyait les choses. Qu'il les avait toujours vues. Qu'il les avait enseignées. Mais encore fallait-il espérer que le Marina partage cette philosophie.

La vue des teintes chaudes de sa Scale le conforta sur ce point. Moins flavescentes que leurs propres armures, elles se caractérisaient par des nuances automnales, donnant raison à ses soupçons sur son allégeance s'il en était encore besoin. Son ultime souvenir des séides de Poséidon n'était pas des meilleurs, et aurait voulu qu'il se montre prudent. Cependant, le Gold Saint choisit non pas de n'en rien montrer, mais de n'en tenir nul compte. C'était du passé. Un autre temps. Une autre vie. Les choses avaient changé depuis lors, et il eut été bien mal avisé de leur imputer les fautes de ceux qui les avaient précédé. Mieux valait reprendre depuis le début. C'était une nouvelle rencontre. Une nouvelle chance. Tout ce qu'il pouvait souhaiter était qu'ils ne le déçoivent pas une nouvelle fois.

- Je suis Arsiesys du Verseau. Il porta la main à son torse pour se désigner. Puis-je connaître les raisons de ta présence en ces lieux ?

La familiarité avec laquelle il s'était adressé à lui n'était point une irrévérence, mais une façon de le mettre en confiance : puisse-t-il faire la différence. Il aurait aussi bien pu se répandre en formules de politesse, mais le héraut n'avait déjà que trop attendu. Sans doute lui serait-il gré d'écourter le chapitre des présentations. Une brise éphémère vint mourir à son côté, effleurant son visage et caressant une mèche de sa chevelure. L'importance accrue de cette dernière le perturbait encore. Sans doute aurait-il besoin de quelques temps pour s'y faire – les couper au risque de déplaire à ceux qui lui avaient permis d'être ici n'était pas une option. Toutefois, tout voué qu'il soit à devenir un maître du froid, le soleil grec ne l'épargnerait pas. Préférant traiter seul avec leur invité, il congédia les vigiles d'un geste de la main.

Ne restait plus qu'à parler.
avatar
MalakodaGénéral de Lyumnades
Général de Lyumnades

Date d'inscription : 27/11/2011
Nombre de messages : 345
Age : 40
Double Compte : DC Minos

Revenir en haut Aller en bas
Lun 14 Avr - 16:36
Le démon des eaux patientait; de temps a autre il observait les gardes appuyés sur des pieux de bois, immobiles devant le danger potentiel généré par sa présence. Soudain un cosmos effleura les sens du démon des eaux, un cosmos froid, puis un personnage apparut: un chevalier d'or! celui ci se présenta comme le chevlaier du Verseau et il ne semblait pas fort a l'aise face au visiteur: dans son regard le démon des eaux sondeur des ames ressentit des effluves du passé qui créaient une prudence proche de la crainte....Malakoda se réjouissait plutot de cela mais d'un autre coté sa mission d'ambassade risquait d'en souffrir. Qu'importe, le général, inclinant légerement la tete répondit a son comité d'accueil:
 
Je suis le général de l'océan arctique, mander par le maitre des océans pour une mission d'ambassade auprès du sanctuaire
 
La voix du démon des eaux était protocolaire: sans émotion particulière; a la vérité il se méfiait lui aussi des réactions du Verseau. Il hocha la tete et reprit
 
Le gardien de la onzieme maison du zodiaque? serait ce un hasard qu'un chevalier des glaces soit devant moi?
 
A cet énoncé le général de l'arctique esquissa un sourire en coin
 
Bien, dois je m'expliquer plus avant ou aurais je l'honneur et le privilège d'une ambassade avec sa majesté Athéna peut etre? 
 
Malakoda se savait ambitieux dans sa demande mais il se devait de mesurer le degré de confiance qui s'instaurait et par ailleurs il se devait de transmettre un message important, des négociations diplomatiques qui pouvaient influer drastiquement sur l'avenir de la planète
avatar
Ja'farChevalier d'Or du Cancer
Chevalier d'Or du Cancer

Date d'inscription : 18/02/2014
Nombre de messages : 48
Age : 28
Double Compte : ~ Net ~

Revenir en haut Aller en bas
Sam 19 Avr - 15:56
Athéna ? À l’ambassadeur on envoie un ambassadeur, non ? fit une voix morne dans l’ombre.

S’engouffrant entre les différents piliers brisés, Ja’far sortit de sa pénombre, toujours dans sa tenue civile. Il avait attendu et réfléchi très patiemment avant de savoir où aller. Si les cris des âmes en peine à Rodorio fusaient toujours autant, il avait décidé de faire confiance à la sagesse et à l’expérience d’Arsiesys. Il était vrai que celui-ci était bien plus âgé que lui et connaissait le Sanctuaire mieux que n’importe lequel de ses vétérans. De plus, le Mercenaire aux Morts devait avouer ressentir un certain pincement à l’approche des Douze Maisons. Peut-être était-ce le fruit d’une certaine intimidation mais il ne se voyait pas les monter seul. Pas la première fois.

Enfin, le Quatrième Gardien arriva au même niveau que ses interlocuteurs. La personne qui lui faisait face était vêtue d’un habit éclatant. Si d’apparence, la matière semblait similaire à l’armure d’or que portait le Dernier Centurion, les reflets cuivrés de la protection de l’ambassadeur des mers offraient une toute autre atmosphère, moins chaleureuse peut être mais tout aussi impressionnante. Cependant, le lugubre cosmos de Ja’far arrivait là telle une tâche dans ce décor de feu et de soleil. Son visage laissait à peine entrevoir un rictus tant ses traits étaient imperceptibles et surtout ombragés par sa chevelure ou peut être par le voile macabre qui le nimbait continuellement. Très lentement, l’Emissaire des Enfers en vint à lever les bras. Si cette action (à l’allure passive) paraissait être un signe belliqueux, il n’en était rien puisqu’enfin, il en venait seulement à décrocher de son dos l’énorme boîte emmitouflée dans divers monceaux de tissus, sa Pandora Box afin de la déposer sur un rocher plus proche.

C’est peut être pas lourd, mais ça prend de la place.

Si les mots voulaient apporter une certaine chaleur entre les individus, son ton hélas ne sonnait guère de la même façon tant il était désintéressé. Bien plus rapidement cette fois-ci, Ja’far courba le dos et tira ses bras vers l’avant de façon à s’étirer maintenant qu’il n’avait plus à se tenir aussi droit que coutume à cause de la Pandora Box.

Alors c’était un Marina. Ja’far n’en avait jamais vu et ne les connaissait finalement que de nom. Il les savait responsable du déluge qui avait frappé la terre lors de sa jeunesse seulement mais savait qu’il y avait eu rédemption de leur part. Après tout, bien que d’un service très éloigné et secret, le clan de Ja’far avait toujours été affilié au Sanctuaire d’Athéna.

Je suis Ja’far, il orienta alors sa tête vers Arsiesys tout en laissant ses prunelles améthyste fixées sur Malakoda, chevalier, aussi.

Il n’avait clairement pas l’habitude des présentations et des affiliations de ce genre et finalement, inconsciemment, garder un certain mystère sur sa position en devenait presque un jeu malsain. Evidemment, la première pique hautaine qu’il avait lancé dans l’ombre était toujours d’actualité et même s’il s’y connaissait très peu –voire pas du tout, dans la politique de sa nouvelle faction, le Cancer voyait mal comment une audience avec la Déesse serait possible et d’ailleurs, le Saint d’Or ne savait même pas si celle-ci était toujours sur Terre. Enfin, il laisserait pourtant à Arsiesys le loisir de juger sa demande mais tout d’abord, conscient de son rang, bien qu’il soit inconnu de l’Illusionniste des Eaux, toujours sur ce même ton désinvolte, Ja’far s’intéressa aux dires de Malakoda.

Personnellement, je veux bien que tu t’expliques plus.

Cancer le toisait du regard, de haut en bas, des doigts à sa coupe de mauvais goût, tout y passait. Il le jugeait bien évidemment et ne se privait pas de le montrer, bien au contraire. Lorsqu’il était encore chef de clan, Ja’far était de ces hommes qui ne cachaient beaucoup mais parlaient peu. Tout ce faisait dans le regard. Ce n’était pas pour rien si cette immense cicatrice faciale traversa son œil droit.
avatar
MalakodaGénéral de Lyumnades
Général de Lyumnades

Date d'inscription : 27/11/2011
Nombre de messages : 345
Age : 40
Double Compte : DC Minos

Revenir en haut Aller en bas
Dim 27 Avr - 17:10
Le démon des eaux allait entamer son discours diplomatique quand une voix l'interrompit dans sa prise de parole. Il s'agissait cette fois du gardien de la quatrième maison du zodiaque: Malakoda posa son regard percant de chasseur d'ames sur le nouvel arrivant; celui ci le dévisageait, le toisait avec un certain aplomb. A cette vue le démon des eaux eut un sourire en coin narquois

tiens donc, serait ce une attention a mon égard: un crabe pour accueillir un marinas?

puis il tourna son attention sur le premier arrivant

A moins que ce comité d'accueil ne soit une marque de votre manque de confiance.... peut etre dois je attendre que tout le haut comité des Saints soit là et que je tienne conférence?

Malakoda n'attendait pas de réponse et étouffa un rire désabusé, il trouvait en effet singulier cette nouvelle arrivée mais cela ne devait pas entraver sa démarche diplomatique aussi reprit il très vite une posture fermée et d'un ton plus protocolaire il reprit

Peu importe; je vais en arriver au but de ma visite: vous savez sans doute que des divinités issues de l'Inde lointaine ont décidées de s'en prendre a la terre et peut etre meme au delà. J'ai personnellement pu constater les pouvoirs destructeurs et les desseins belliqueux de ces entités: des iles entières ont été investies, des territoires détruits et je ne parle pas des humains qui vivaient là....aussi le maitre des océans m'envoie pour demander si sa nièce, sa majesté Athéna voudrait en cette occasion joindre ses forces aux notres afin de circonvenir au mieux la menace qui pèse sur toute forme de vie. En tant que chevaliers d'or j'imagine que vous pourrez me répondre a moins que vous ne souhaitiez tenir conseil a ce sujet: je suis pret a attendre délibérations

Malakoda se tut et considéra tour a tour ses deux interlocuteurs avec gravité attendant une réponse, il était sceptique quant a une réponse enthousiaste mais il ne désespérait pas cependant de pouvoir compter sur une inquiétude légitime des Saints quant au sort des humains dans cette guerre. Dans tous les cas le général ne comptait pas faire de vieux os en Grèce, terre qui l'avait pourtant vu naitre jadis, mais il souhaitait vivement éxercer d'autres talents que celui de diplomate surtout considérant l'accueil qui lui était réservé.
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27662-thanatos
ThanatosDieu de la Mort | Administrateur
Dieu de la Mort | Administrateur

Date d'inscription : 27/12/2012
Nombre de messages : 2078
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas
Sam 10 Mai - 23:49
L'azur surnaturel de ses prunelles n'en finissait plus d'examiner le Marina sous toutes les coutures, sans pour autant faire preuve de la moindre hostilité. S'il ne savait comment le considérer, même la morgue de ses paroles n'aurait su le persuader de ne s'en référer qu'aux conflits d'antan. L'histoire ancienne – fut-ce la veille pour lui – n'était pas forcément mauvaise conseillère, et pouvait même s'avérer éclairée, mais cela ne pouvait être sans soupeser avec la plus grande minutie le moindre élément apporté. Si instruit soit-il, c'était une opération qu'il ne se sentait pas en état de mener dans l'immédiat – pas avant d'avoir comblé les trop nombreuses lacunes que ses connaissances autrefois infaillibles avaient accumulé au fil des siècles.

À commencer par le récit de ce que les siens avaient traversé. De ce qui faisait qu'aujourd'hui encore, après tant d'années, l'humanité continuait d'exister. Chevalier des Glaces, l'était-il ? Il fallait croire que oui. La roue du destin l'avait non seulement dépouillé de son arc mais il lui était de surcroît impensable de trahir les espoirs que fondaient en lui les défunts gardiens de la onzième maison. Il était porteur de leur héritage et lui ferait honneur de ce jour jusqu'à celui de sa mort - encore. Même si se débarrasser des techniques qu'il avait lui-même peaufiné tout au long de son passage sur cette Terre pour réapprendre les bases d'une tout autre manière n'était pas sans l'émouvoir, c'était pratiquement une piété filiale qui l'animait aujourd'hui.

- Tout n'est que fatalité en ce monde. Les coïncidences n'existent pas.

Arsiesys se prit à sourire quand il sentit Ja'far arriver dans son dos. Alors que rien ne l'obligeait à le suivre, son bienfaiteur ne s'en était pas fait prier. Et c'était là quelque chose que le guerrier réincarné savait apprécier. Peut-être n'était-il pas le plus à son aise dans cet environnement radicalement différent de tout ce qu'il connaissait depuis toujours, mais il ne demandait qu'à apprendre. Apprendre ce que c'était que d'être un Saint. Et si contrairement à sa notoriété d'antan le Chevalier du Verseau n'avait pas la prétention d'être un exemple, lui servir de modèle dans la mesure de ses moyens était bien la moindre des choses au vu de ce qu'il lui devait.

Il s'en serait fallu de peu que sa bonne volonté lui fasse oublier que sa situation n'était guère plus enviable que celle de Karas. Si ce dernier était du point de vue du héros de légende à rapprocher d'un enfant-soldat, il ne fallait pas oublier que le responsable de sa présence en ses lieux n'avait quant à lui qu'une connaissance infime de l'endroit au sein duquel il évoluait désormais. Qu'une Cloth ait pu jeter son dévolu sur lui malgré sa méconnaissance du monde dans lequel il venait d'entrer de plein pied avait en effet de quoi le peiner, tant cela revenait à le jeter dans l'arène sans même lui avoir enseigné à tenir une épée.

Il ferait de son mieux pour y pallier, mais tout le monde n'aurait pas la même chance.

Que les Armures elles-même en viennent à élire des candidats forcés à l'hécatombe ne lui disait rien qui vaille. Ce Sanctuaire qu'il croyait arpenter la veille encore à l'aube de sa dernière bataille était resté le même d'un oeil extérieur, mais il ne pouvait désormais plus se voiler la face : les choses avaient changé. Mais à quel point ? Cela, seul le fait d'y demeurer pendant quelques temps lui permettrait de s'en faire une idée. Qu'il était ironique de se dire que ses fonctions l'y avaient autrefois enchaîné et que maintenant qu'il était libre d'aller et venir à loisir, c'était de son plein gré qu'il allait s'y enfermer...

- Tu as entendu mon confrère comme moi. ajouta-t-il d'un air affable. Je te prierai de satisfaire sa demande.

Ce que fit Malakoda sans se faire prier.

Leur rang était similaire. Quelle qu'ait un jour été sa position, ses accréditations et sa légitimité n'étaient en rien supérieures aux siennes. Aussi la primeur ne lui revenait-elle aucunement dans le choix de la manière dont traiter la demande de leur « invité ». Le gardien de la troisième maison avait préféré la spontanéité à la courtoisie, mais il ne pouvait lui en vouloir. Les persifflages des Lyumnades en auraient décontenancé plus d'un. Fervent amateur de diplomatie et de surcroît rompu à supporter les invectives de toutes sortes, le Gold Saint y était de marbre, mais tout le monde ne jouissait pas de la même immunité. Celle que seul le temps qui passe pouvait créer.

Les propos du général firent écho au peu que la Licorne avait pu leur en dire avant de venir à sa rencontre. Cet élan de loquacité et de franchise présumée le firent quelque peu remonter dans l'estime d'Arsiesys, où il avait commencé à drastiquement chuter à compter du moment où les provocations s'étaient mises à fuser. Qu'il ne se laisse pas affecter ni ne daigne y répondre ne voulait pas dire qu'il n'en tenait nul compte - et la solidité de sa mémoire n'était plus à prouver, si bien que le suivant de Poséidon aurait fort bien pu finir par un jour le regretter. Indulgent comme il l'était - et c'était bien là sa plus grande faiblesse -, le Dernier Centurion ne put s'empêcher d'y voir un pas dans leur direction et d'y répondre aussi positivement qu'il pouvait raisonnablement le faire.

- Pour ne rien te cacher, nous venions nous-même de regagner le Sanctuaire lorsque tu es arrivé. Nous n'avons pas encore pu voir la déesse Athéna, et j'ignore si elle serait en mesure de te recevoir dans l'immédiat. Ce que je peux te dire en revanche est que nous n'ignorons pas quelle menace plane sur le monde. C'est la raison pour laquelle tu trouves le Sanctuaire bien désert en cette heure.

Arsiesys laissa son soliloque en suspens, lui laissant le loisir de sonder les parages si ce n'était déjà fait. Le Gold Saint avait choisi de jouer cartes sur table, même s'il aurait fort bien pu s'en rendre compte par lui-même. Il avait beau ignorer combien de Chevaliers d'Or se trouvaient au Sanctuaire en cette heure, les propos de Karas étaient plus qu'il n'en faut pour être certain que le général ne trouverait pas grand chose à se mettre sous la dent à part eux. Et puis, il pouvait sentir à son armure que les Douze n'étaient pas encore réunis, que ce soit en ces murs sacrés ou de par le monde. L'émissaire du Dieu des Mers n'avait cependant pas besoin de connaître ce genre de détail. Il reprit donc :

- Dans une telle situation, je ne doute pas que vous ayez vous aussi à prendre des mesures et qu'il serait préjudiciable pour toi de rester ici jusqu'à ce qu'elle puisse t'accorder audience. Ma proposition est donc la suivante : mon camarade et moi-même nous engageons à lui rapporter les termes de votre proposition au plus tôt. Nous dépêcherons alors un messager pour vous faire connaître sa réponse. C'est hélas la meilleure solution que je puis vous proposer, vous m'en voyez désolé. conclut-il sans ciller.
avatar
MalakodaGénéral de Lyumnades
Général de Lyumnades

Date d'inscription : 27/11/2011
Nombre de messages : 345
Age : 40
Double Compte : DC Minos

Revenir en haut Aller en bas
Dim 11 Mai - 14:41
Le chevalier du Verseau prit la parole et délibéra sur la situation: Malakoda l'écouta avec attention, sans bouger un cil mais en gardant du coin de l’œil le Cancer qui se tenait toujours là et dont le regard méprisant rendait décidément le démon des eaux  un peu nerveux ou plutôt agacé: "Il veut mon poster lui?" se demandait il en son fort intérieur. Aucune surprise dans la réponse faite par le représentant d'Athéna qui invitait le marinas a s'en retourner et qu'une réponse serait faite aussitôt que le conseil d'Athéna serait donné dans ce sens.
Le général hocha la tête, acquiesçant ainsi  a ces propos.

Fort bien, je m'en retourne donc; mais j'ose espérer que cette réponse de votre part ne tardera pas: le conflit lui ne s’arrêtera pas et en outre je n'ai pas évoquer les réactions des autres factions vis a vis de cette situation de chaos et de ce qui pourrait en résulter.... mais j'imagine que la déesse de la Sagesse sera avisé dans son choix de stratégie a suivre

Malakoda fit un geste de salutation de sa main

Messieurs! A vous revoir!

Le démon des eaux n'attendit pas de réponse et ne souffrirait aucun autre délai, aussi se remit il en marche avant de disparaitre lentement dans un épais brouillard duquel on pouvait percevoir les rires cristallins et angoissant des Lyumnades , résonnant en échos au delà de ce nuage épais dans lequel la silhouette de Malakoda achevait de se dissiper
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t26008-oblivion En ligne
OblivionSpectre de la Mante Religieuse
Spectre de la Mante Religieuse

Date d'inscription : 15/02/2013
Nombre de messages : 1105
Age : 20
Double Compte : Ntikuma

Revenir en haut Aller en bas
Sam 31 Mai - 19:44
-> Temple des Gémeaux

Je ne tente pas de courir pour trouver mon chemin dans le labyrinthe. Je sais qu'il n'y a pas de sortie, essayer est inutile, mais pourtant je dois faire quelque chose! À cause de l'illusion, je ne peux pas ressentir les cosmos de Sargas et Vermalis, mais j'ai peur que leur état ne se déteriore. Et je suis persuadée que je ne pourrai pas trouver d'aide au Sanctuaire et le temps que je me rende en Asgard et revienne avec quelqu'un ayant un pouvoir sur le froid, il sera trop tard. Je dois agir maintenant. Mais pour faire quoi?

Une idée me vient. Je vais tenter de m'extraire de l'illusion en exposant mes sens à autre chose. Faire une sorte de reset, en quelque sorte.

J'ai une petite idée de comment accomplir cet exploit, mais non seulement ça va être difficile, ce sera aussi risqué. Ça voudrait dire m'apprendre une nouvelle technique sur le moment, et je pourrais finir dans un coma permanent, si je ne meurs pas. Mais si je ne tente pas ça, je pourrais ne pas réussir à trouver de l'aide à temps. Je dois au moins essayer.

Je me tiens bien droite, attrape ma lyre et au moment où je commence à jouer, le labyrinthe commence à disparaître. Je suis maintenant devant la sortie, et bien qu'au fond j'en suis soulagée, je ne parviens pas à ignorer ma frustration. Ça veut dire que Gareth m'a échappé, et ce timing pourtant excellent me fait croire que personne ne me fait assez confiance pour me laisser me débrouiller seule. Je jette un dernier coup d'oeil au Scorpion et à la Couronne Australe et je repousse ma rancune à plus tard pour sortir du temple en courant.

En peu de temps, je rejoins l'entrée du Sanctuaire. Il n'y avait bien évidemment personne, mais c'est juste en sortant du premier temple que je ressens un autre cosmos. Et quand j'apercois l'armure d'or, je m'arrête brusquement. L'homme porte l'armure du Verseau.

-C'est...

Je regarde le Saint avec effroi. Ce n'est pas possible, celui qui portait l'armure c'était...

-... Dégel...

Ainsi donc, il a disparu pour de bon. Et quelqu'un d'autre a pris sa place. Ça a pris si peu de temps... Je baisse la tête pour cacher ma tristesse, respire un bon coup, puis adresse enfin la parole au nouveau Saint de façon cohérente et surtout, urgente:

-Pas le temps de vous expliquez, mais j'ai besoin de votre aide. Vous devez venir avec moi au temple des Gémeaux, tout de suite.

Je suppose que ma détresse est apparente. Ma propre façon d'attirer la pitié me dégoûte, mais ce n'est pas le temps d'y penser. Je fais signe au Verseau de me suivre et rebrousse chemin en direction du temple. Je lui expliquerai là-bas, je décide.

Quand nous arrivons, je me précipite vers le corps de Sargas. Il ne va pas tenir longtemps. Je lève un regard paniqué vers le Verseau.

-Il a été victime d'une malédiction... seul le froid intérieur pourra le sauver, mais sinon il mourra...
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27662-thanatos
ThanatosDieu de la Mort | Administrateur
Dieu de la Mort | Administrateur

Date d'inscription : 27/12/2012
Nombre de messages : 2078
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas
Mer 11 Juin - 7:44
Dégel.

On l'appelait même s'il ne l'entendait pas. Il tourna la tête sans savoir pourquoi. Il ne le saurait jamais. C'était l'une de ces vérités qu'on n'apprend que quand on ferme les yeux sur le monde pour la dernière fois. Manque de chance, bien qu'il l'ait déjà quitté par une fois, il avait déjà oublié tout ce qui se cachait sous le lourd couvercle de sa boite à secrets. Ce n'était pas un mot, c'était un nom. Ça aussi, il le savait, et ça non plus, il n'en connaissait pas les raisons. Il reconnut immédiatement la Cloth de la personne sur laquelle il s'était retournée.

Celle de la Lyre. Il n'avait jamais entretenu de relation particulière avec ses porteurs successifs mais avait pu plus d'une fois apprécier les magnifiques mélopées qu'ils étaient à même d'en tirer. Un simple coup d'oeil à l'éclat dont brillait fièrement l'Armure d'Argent lui indiqua qu'elle ne devait pas avoir à rougir de son propre talent. Elle ne portait pas de masque. La règle était-elle restée abolie depuis son époque ou avait-elle dû être à nouveau supprimée ? C'était quoi qu'il en soit une sage décision – ne fut-ce que pour la beauté des traits de la jeune femme.

Des traits où s'entrechoquaient la peine et la peur, la perte et la douleur.

Le choc qu'elle avait eu à sa vue ne lui avait pas échappé, lui non plus, et pour cause : il le connaissait bien. Mais bien qu'il sache de quoi il s'agisse - ou plutôt parce qu'il le savait – il eût été inconvenant de faire la moindre remarque à ce sujet. L'urgence paniquée dont faisait montre la demoiselle était contagieuse – bien qu'elle se changeât chez lui, mise sous contrôle, en frénésie consciencieuse. Il prit tout de même le temps de lui poser la main sur l'épaule pour la calmer, espérant lui transmettre un peu de l'aplomb qui semblait la fuir. Calme-toi, semblait dire la fine auréole de cosmos doré qui les nimba tout deux. Calme-toi.

- Ne t'en fais pas. Je m'occupe de tout.

Le genre de mot qu'on n'emploie le plus souvent pour rassurer sans vraiment les penser... Mais que ce soit dans cette vie ou dans l'autre, le Dernier Centurion ne faisait pas dans la langue de bois. Qu'importe ce dont il était question, il avait la réelle conviction que tout se passerait pour le mieux. Et ce parce que ce n'était pas lui qui le disait mais une voix cachée au fin fond de son âme. Il lui adressa un sourire dépourvu de toute anxiété, reposant et réconfortant, identique à ceux que l'on sert à un enfant qui s'éveille en hurlant dans la nuit. Ce sourire qui prouvait à lui seul qu'il savait ce qu'il faisait et - à plus forte raison - ce qu'il disait. Qu'on pouvait avoir foi en lui, en sa parole.

Car, justement, il est encore temps de croire.

Il eut un regard de connivence pour Ja'far. Bien qu'il ne sache que peu des choses des règles de la Chevalerie, il devrait pouvoir se débrouiller. Savoir qu'il pouvait le laisser derrière lui sans remords était tout ce dont il avait besoin avant de s'élancer à la poursuite de la musicienne qui, déjà, remontait les marches quatre à quatre. L'inquiétude qui hantait son visage rajoutait au compteur de l'âge une poignée d'années, mais il s'était bien rendu compte malgré le peu de temps qu'il avait eu pour la regarder en face qu'elle était extrêmement jeune. Et l'ex-Grand Pope ne s'en refusait que davantage à voir ces cicatrices de l'angoisse devenir indélébiles.

Il était encore trop tôt pour que les tragédies fassent sur elle leurs ravages.

Un sceau des Saints

 Sujets similaires

-
» Un sceau des Saints
» Sceau et blason du Comté
» 5.Sceau et blason des villes
» Kurumi ... Une fille possédant un sceau. [Terminée]
» Le Camp des Saints

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya :: Zone Guerre Sainte :: Europe :: Le Sanctuaire :: Entrée-