InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
22.04.14 17:50
Blue Graad. C'est bien là que je me situe après avoir effectué un long détour pour parvenir jusqu'au royaume d'Odin. C'était et c'est l'un des trajets les plus simples qui me suit venu à l'esprit pour rejoindre ma destination finale. Bien sûr, j'aurais pu passer par les chaînes montagneuses se trouvant bien plus au nord, mais je souhaite me délecter une dernière fois d'une vie éphémère qu'est celle d'une simple visiteuse dans la cité à l'histoire nourrie par cette bibliothèque imposante enfouie au centre de Blue Graad. Vêtu d'une armure légère portée sur un débardeur noir, mon uniforme se compose d'un papillon bouclé qui détient deux couches de Spallières sur les épaules et une porte-épée située entre le bassin et ma cage thoracique de la colonne vertébrale. Une longue cape recouvre la totalité de mon dos et elle tombe jusqu'en dessous de mes cuisses ! Mais, le glaive qui surplombe mon dos est exposé à travers ses extrémités dont la seule cape ne parvient pas à recouvrir.

Or, les rares natifs de Blue Graad ne semblent guère étonnés de cette arme en ma possession et s'attardent davantage sur mes courbes efféminées. Des moqueries et propos sexistes navrants de stupidité s'élevèrent ici et là tels des brouhahas dont j'en attache que trop peu d'importance. Aucune surprise jusque-là puisque ce comportement est similaire en de nombreux aspects aux autres villages dont j'ai eu récemment à traverser. Une jolie dame aux courbes bien définies et mises en valeur sous un mince vêtement moulant ne pouvait pas laisser indifférents une horde d'hommes exilés de leur foyer durant les longues périodes de garde. Autrement, c'eût été tellement étrange que ça m'aurait créé une inquiétude presque palpable. Or, parmi ces rares civils dont leurs lointains ancêtres furent les Blue Warriors, une source d'énergie, un Cosmos que je saisis et que je suis comme happée par un instinct de chasseuse.

Fermant les yeux l'espace d'un instant alors que mes poumons se remplissent abondamment. Je les maintiens à pleine capacité durant quelques instants, presque douloureusement, puis j'expire, comme un long soupir exaspéré, refermant ma mâchoire en un large sourire. J'ouvre les yeux et d'un pas rapide, mais pas dans une course effrénée et sachant exactement où me rendre. Je sors de Blue Graad pour pénétrer la sombre et froide forêt en périphérie du petit village, dernier lieu avant de pénétrer au lieu de cette source infime de Cosmos. Le vent souffle d'une mélodie macabre tandis que les arbres dansent au gré du souffle glacial. Et dans cette danse, je suis une ombre parmi les ombres guettant le moindre mouvement.

Et à l'issue d'une recherche infructueuse, mes pupilles aiguisées distinguent une fine silhouette et d'un sourire épuisé. Je reste passive à guetter les mouvements de cette demoiselle. Patientant pour reprendre un semblant de souffle est jaugé ladite individu. Je patiente, sans mot dire. Aucun mouvement trahit ma présence et derrière l'un de ces mélèzes de Sibérie. Seule mon ombre trahit ma présence jusqu'à ce que je me décide à clamer à voix haute.

" Drôle de lieu pour croisé qui que ce soit ! "

Je m'avance de quelques pas, suffisamment pour être visible par cette jeune femme. Sans trop montrer de méfiance, ni de défiance, le regard de biais, le visage incliné ...  Je semble sur ses gardes mais pas très ouvertement.

" Je me nomme Miria et à qui ai-je l'honneur ? "
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t26008-oblivion
OblivionSpectre de la Mante Religieuse
Spectre de la Mante Religieuse

Date d'inscription : 15/02/2013
Nombre de messages : 1190
Age : 21
Autres comptes : Ntikuma

Revenir en haut Aller en bas
01.05.14 23:41
Brr... Quand je pense que l'endroit m'a paru intéressant... mais visiter le partie Nord du monde, là où vivent les Ases plus précisément, avait eu l'air d'une bonne idée! Me voilà au milieu de nul part, au beau milieu d'un désert de neige, bien emmitouflée dans une tunique et un pantalon moulants, mais très chaud, une cape en peau de je ne sais quel animal et une écharpe cachant assez mon visage pour rendre n'importe quelle femme respectant encore la loi du masque jalouse. Non pas que je souhaite garder mon identité secrète, je n'ai rien à cacher, mais j'espère seulement m'éviter des engelures. Le froid ne me réussit pas du tout et c'est avec envie que je repense au chaud soleil de la Grèce. Pas d'armure, la Cloth de la Lyre est en sureté dans le Temple du Scorpion, et rien de semblable car je n'en ai pas besoin. Pas d'arme non plus, sauf ma lyre, attachée à mon avant-bras gauche grâce à des lanières de cuir. Ça, hors de question de partir sans.

Le vent m'empêche de bien entendre et je n'aime pas ça. Je marche depuis plusieurs heures déjà et c'est maintenant que je commence à apercevoir des arbres. Il doit y avoir de la civilisation pas loin. Je soupire.

-Le chemin le plus court, qu'ils disaient... vous serez là en très peu de temps, qu'ils disaient...

Non, je ne râle pas après les civils qui m'ont servi d'informateurs et qui eux sont habitués à suivre cette route et connaissent le chemin, mais après moi-même qui n'a pas été capable d'attendre un meilleur moment pour visiter le Grand Nord et qui a refusé un guide pour pas déranger ce dernier. Là, je suis probablement perdue.

Le vent se calme un peu et je commence à ressentir quelque chose de familier. Du cosmos. Il doit y avoir un éveillé dans les environs, et possiblement en train d'épier mes moindres faits et gestes. Si des visiteurs peuvent être les bienvenus, je ne sais pqs ce qu'il adviendra d'une visiteuse servant une autre divinité, bien que je ne sois pas là en tant que Saint, mais en tant que simple personne souhaitant voir le monde.

J'entends la voix de l'éveillé avant de le voir, caché comme il est entre les mélèzes. D'ailleurs, il ne s'agissait pas d'un éveillé mais bien d'une éveillée. Une femme, vêtue de façon un tantinet plus légère que moi, mais avec armure et arme. Je pense bien malgré moi qu'une simple armure n'arrêtera rien, mais que son glaive est trop menacant à mon goût. Aussi, je me demande si je devrais retirer ce que j'ai dit au sujet des visiteurs. Elle n'a pas l'air très accueillante. Elle n'hésite d'ailleurs pas à me faire remarquer qu'il est très étrange de rencontrer quelqu'un ainsi, seul au milieu de nul part. Ça me confirme que je me suis probablement perdu et que j'ai dévié de ma route, sinon elle n'aurait peut-être pas été aussi méfiante. Mais je ne peux pas lui en vouloir, juste la rassurer quand à mes intentions.



-N'est-ce pas? Je commençais à croire que je ne verrais jamais personne!

Je ris un peu, puis découvre mon visage. Contrairement à la femme, qui reste froide et fermée, je déborde de joie de vivre malgré le fait que je respire bien plus profondément et rapidement pour reprendre mon souffle et que le froid me déplait encore plus, maintenant je mon visage en est la cible. Je suis vraiment heureuse, en ce moment, j'ai espoir de découvrir un truc enrichissant. Mais bref. Elle s'appelle Miria. Bon à savoir.

-Les gens m'appellent Oblivion. Je tente de me rendre à Blue Graad, auriez-vous l'amabilité de me montrer le chemin?

Je ne lui dit pas tout de suite que je suis une éveillée, encore moins que je suis une Sainte, mais si elle pose des questions à ce sujet, indirectement ou non, je répondrai honnêtement. Je n'ai rien à me reprocher.

[FB] Miria - Oblivion : La route vers l'inconnu !