avatar
En ligne
WulfFléau de l'Ulfark | Modérateur
Fléau de l'Ulfark | Modérateur

Date d'inscription : 31/01/2014
Nombre de messages : 903
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas
12.05.14 16:36
Wulf se tenait dans l'une des cours du palais. Un certain temps s'était écoulé depuis qu'il était arrivé au château en compagnie d'Andrew et de Keiyan. Wulf avait été impressionné par l'édifice, il l'avait parfois aperçu de loin par le passé, mais même là il n'avait jamais pu imaginer la majesté des lieux.  
 
La grande prêtresse ne semblait pas être présente et en son absence Wulf s'adressa à d'autres prêtres pour leurs posés ses questions, mais ils ne purent pas l'aider. Lorsqu'il leurs demanda pour son jugement, la plupart d'entre eux lui répondirent que peu de Thing accepterait de le juger de par le fait qu'il aie été désigné par une des armure, peu de tribunaux se jugeraient apte à juger un guerrier divin.
 
En attendant de trouver une autre solution, Wulf avait pris l'initiative d'aller chercher des informations dans la bibliothèque du palais. Il avait passé des heures entre les parchemins et les grimoires en passant par des plaques de pierre couvertes de runes gravées, relatant l'histoire et les légendes d'Asgard, les exploits des guerriers divins des générations précédentes,... . Wulf ne s'était pas vraiment sentit dans son élément, car bien qu'il sache lire, ce n'était pas comme s'il avait eu accès à beaucoup de lecture dans son village, il n'y était vraiment pas habitué. Tout au plus, il s'était amusé à lire les stèles runiques qui étaient éparpillées autour du village et qui décrivaient certaine légende ou haut-fait de ceux qui avaient habité le village auparavant. De plus, les connaissances sur les berserkers étaient au mieux, fragmentaires.
 
À force de patience, il avait réussi à réunir certaines informations, notamment qu'il était l'un des premiers berserk à se manifester en Asgard depuis plus de 800 ans. Mais aussi que la disparition des berserkers d'Odin avaient été assez brusque... Pour le reste, il y avait beaucoup d'informations qu'il connaissait déjà, ou qui tenait plus de la légende que des faits. Ce qui était bien peu, mais ça souleva des interrogations en Wulf. Pourquoi était-il le premier Berserker d'Odin depuis tout ce temps ? Est-ce que cela signifiait quelque chose? Et qu'est-ce qui avait fait disparaître les Berserkers ?
 
Pour le reste, Wulf évitait autant que possible de se mêler aux autres et, en règle général, évitait de rester trop longtemps dans un lieu peuplé, de toute façon, sa cape d'ours n'incitait pas les gens à l'approcher, ce quel évoquait inspirait la méfiance, mais peut lui importait, moins les gens l'approchaient, mieux c'était.
 
Wulf était occupé à s'entraîner de son côté. Björn avait beau lui avoir enseigné comment se battre, il s'agissait essentiellement du métier des armes. Wulf aurait largement préféré se battre avec une arme à la main, mais le style de combat à mains nues avais ses avantages, on ne se retrouvait jamais désarmé. Wulf répétait les mouvements de combat qu'il connaissait, il avait appris notamment la Glìma, un art martial ancien très pratiqué dans les pays où le nom d'Odin était ou avait été révéré... les maîtres mots étaient la domination de l'adversaire, l'attaque à outrance, l'utilisation de l'environnement et surtout, ne jamais rester au sol, toujours se relever...
 
Wulf s'entraînait  face à un mannequin en bois, il ne s'agissait probablement pas de l'adversaire le plus terrible qu'il risquait de rencontrer, mais il ferait l'affaire pour l'instant. Au fur à mesure qu'il frappait le mannequin, imprimant la marque de ses poings dans le bois, qu'il parait les "coups"de son "adversaire", Wulf faisait le vide dans son esprit. Il ne se sentait pas gêné par la brise glacée d'Asgard, ni par les coups qu'il recevait, le monde autour de lui ne comptait plus... Dans son esprit, seuls quelques questions revenaient sans cesse. Comment maîtriser le cosmos ? Comment servir au mieux Asgard ? Les guerriers divins avaient-ils bien fait de l'épargner ? Pourquoi n'avait-il pas été assez fort pour maîtriser cette rage ? Pourquoi est-ce qu'il n'avait pas put empêcher le massacre ? Au moment même où cette pensée traversa son esprit, son aura apparut. La frustration de son échec, la haine qu'il éprouvait contre lui-même et la violence qu'il possédait en lui firent surface. Instinctivement, Wulf la concentra dans son poing et donna un coup d'une grande violence. La partie supérieure du mannequin qui lui faisait face se décrocha du reste et alla se fracasser contre un mur plus loin.
 
Wulf respira quelques secondes, regardant fixement son poing, le cosmos l'entourant disparut aussi vite qu'il était apparu. La sensation qui l'avait accompagné était familière au jeune guerrier, il l'avait déjà ressentit auparavant... lorsqu'il s'était battu pour l'armure, pour empêcher les pillards de l'avoir, lorsqu'il s'était laissé absorbé par la sauvagerie du combat... il ne manquait plus que l'odeur du sang et ça aurait été exactement la même chose.
avatar
AndrewServant de Fenrir
Servant de Fenrir

Date d'inscription : 15/12/2013
Nombre de messages : 398
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas
13.05.14 15:05
Comme il l'avait promis, Andrew suivit son ami à travers les forets jusqu'à ce qu'il soit en vue du palais de la représentante d'Odin. La palais Polaris était somptueux. Il ne ressemblait pas du tout à l'image des palais que se faisait habituellement Andrew.

Pour Andrew un palais était un lieu ou le faste et l'ostentatoire régnaient en maître, mais ce n'était nullement le cas pour le palais Polaris. Ce palais était en faite somptueux par ce manque de " Regardez-moi " sa présence dans le décor suffisait à le rendre magnifique.

Lorsqu'ils arrivèrent à l'entrée du palais les 3 comparses se séparèrent. Keiyan avait semble-t-il des affaires importantes à régler et Wulf avait des questions à poser. Malheureusement, il n'y avait pas d'autorité suprême en ce moment au palais et Wulf dut se contenter des quelques pretres présents.

Alors que son ami tenté de trouver réponse à ses questions, Andrew ressentit le besoin de méditer. Il avait déjà lu pas mal de livre, parchemin et autres grimoires dans la bibliothèque du village, mais rien ne lui avait apporté de réponse.

Aussi se rendit-il dans la cour d'entrainement du palais. C'était là que les gardes et guerriers d'Asgard en poste dans le palais venaient pour garder leur condition physique ainsi que leurs techniques de combat.

Andrew n'avait pas encore pensé à tout ça, certes il avait été tout proche de combattre Wulf lors de leur rencontre, mais si tel avait été le cas il n'aurait su quoi faire... Mais ça, il l'avait gardé pour lui. 

Andy était donc décidé à observer les différents guerriers qui viendraient s’entraîner en ce lieu. Malgré l'air glacé d'Asgard, LE jeune écossais ne ressentait quasiment plus les rigueurs du climat. Son cosmos agissait-il tel un radiateur? Il ne savait pas et à vrai dire, pour l'instant il s'en fichait.

Il s'installa dans un coin de la cour, là ou il pourrait avoir une vue d'ensemble et commença par se concentrer sur lui même, laissant une infime partie de son aura en s'échapper. Il était désormais a l'écoute sur le plan cosmique, lentement il rouvrir les yeux et observa les guerriers qui se trouvaient dans la cour, leurs mouvements, leur façon d'utiliser leu cosmos. Et il essaya d'assimiler toutes les informations.

Au bout de quelques heures, un homme vêtu d'une cape en peau d'ours entra dans la cour et s'isola dans l'un des coins de la cour, face à un mannequin. Il semblait faire le vide en lui tout en frappant sur le mannequin.

Andrew se concentra sur lui, il avait bien sûr reconnu son ami Wulf, mais il voulait savoir dans quel état d'esprit il se trouvait. Tout comme Andrew le jeune berserk se cherchait lui même. Après quelques minutes d'entrainement, le jeune homme décocha un coup de poing qui fit voler en éclat le mannequin. L'espace d'un instant, Andy avait ressenti ce cosmos sauvage qui sommeillait en Wulf. Il était prêt à réagir si son ami venait à perdre le contrôle. Mais fort heureusement, cela n'arriva pas.

Devait-il aller à sa rencontre? 
*S'il à besoin de parler, il viendra de lui même.*

Andy ferma les yeux un instant, afin de reporter son attention sur tous les guerriers présents. Si Wulf venait vers lui ils parleraient sinon il attendrait patiemment de ressentir un cosmo divin ou celui d'un de représentant pour pouvoir jurer fidélité à sa nouvelle patrie.
avatar
En ligne
WulfFléau de l'Ulfark | Modérateur
Fléau de l'Ulfark | Modérateur

Date d'inscription : 31/01/2014
Nombre de messages : 903
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas
13.05.14 18:42
Wulf ferma les yeux un instant, il ne devait pas laisser sa rage sortir, surtout pas ici. Comme à chaque fois que sa rage redescendait, il voyait en flash certaines des actions qu'il avait fait lorsqu'il était enragé. Les souvenirs des moments où il perdait le contrôle lui revenait toujours au fur et à mesure, ça faisait à présent partie de sa vie. Lorsqu'il ouvrit à nouveau ses yeux, il regarda le mannequin, complètement détruit. Forcément, il marchera beaucoup moins bien maintenant. Wulf se mit alors à regarder autour de lui, cherchant autre chose pour s'entraîner, ou se défouler. Cet à ce moment qu'il aperçut Andrew. Il lui adressa un signe de tête pour le saluer puis se dirigea vers les râtelier où les gardes rangeaient leurs armes d'entraînement.

Pendant un instant, il observa les haches, les épées, les couteaux et les lances rangées devant lui. Tous avaient été fabriqués avec talent, parfaitement équilibré et entretenue... Wulf ne doutait pas qu'elles étaient efficaces. Il finit par empoigner l'une des épée et à faire quelques moulinets, testant l'équilibre, le poids, la souplesse,... il écoutait le sifflement que la lame produisait en fendant l'air, signe que le tranchant était correctement affûté, le tout en répétant les mouvements issus de son entraînement. Il arrêta brusquement le dernier moulinet, et la lame s'arrêta, son poids étant suffisamment bien répartit pour ne pas risquer de déséquilibré son possesseurs. Il rangea finalement l'épée après avoir admiré le tranchant une dernière fois. Wulf esquissa un sourire, c'était toujours un plaisir de manier une bonne arme.

Tout cela lui avait permis de mettre un peu d'ordre dans ses idées. S'il était vraiment un berserk et que le fait d'en être un avait le moindre sens dans les plans du borgne, cela ne pouvait signifier qu'une chose. Une période d'affrontement s'annonçait pour Asgard, après tout, le combat était la seul chose auquelle servait les berserkers, ils ne savaient rien faire d'autre que apporter plus d'âmes à Odin, que faucher plus de vie en son nom. Il tourna à nouveau son regard vers Andrew, il admirait le calme dont ce dernier faisait preuve. En y réfléchissant, Wulf se dit qu'il avait probablement encore beaucoup à apprendre sur ce qu'était un guerrier divin. Il avait beau être reconnaissant envers Andrew et Keiyan pour ce qu'ils avaient fait pour lui, il savait que s'il avait été confronté à la même situation, il aurait probablement exécuté sur le champ la personne pour qu'il ne puisse pas nuire au peuple d'Asgard.

Avant qu'il ne puisse aller plus loin dans sa réflexion, Wulf le sol trembler sous ses pieds. Cela le surprit car Asgard avait beau ne pas être une terre des plus hospitalière, le soleil apparaissant rarement, le froid étant constant et le sol aussi dur que l'acier d'une hache, mais le tremblement de terre n'étaient pas chose courante. Immédiatement après, un immense cosmos se fit ressentir. Celui de Wulf réagit immédiatement, s'élevant comme s'il répondait à un défi. Wulf sentit sa rage revenir, il sentit la bête en lui se réveiller et agiter ses chaînes bien que celle-ci tinrent bons. Le regard de Wulf affichait une sauvagerie prête à se libérer. Wulf serra les dents, il avait mal au crâne d'un coup, une vive douleur était apparue. Mais il n'avait pas cédé. Il sentit aussi que son armure réagissait à tout ça depuis l'endroit où il l'avait entreposé.

-" Que Mjollnir me fracasse !"

Wulf venait de lâcher ce juron de surprise. Il regarda rapidement autour de lui, mais ne vit rien qui pouvait être à l'origine de tout ceci.  Il échangea rapidement un regard avec Andrew pour voir s'il comprenait quelque chose à ce qu'il se passait.  Puis s'élança vers l'escalier le plus proche et monta sur le mur en direction de l'endroit où semblait émaner ce cosmos.

Une fois sur place, il fixa son regard dans cette direction essayant de repérer le lieu précis d'où ça venait.

-"Mais, c'est quoi ce truc !!!"

Instinctivement, Wulf passa ses doigts sur son amulette, une représentation en métal de Mjollnir, pour chasser le malheur. Les vieilles superstitions avaient la vie dure. Il ne pouvait identifier à qui appartenait le cosmos en question, mais il était sûr d'une chose. Quoique c'était, ce n'était pas un simple éveillé, en tout cas il en doutait. Cela pouvait être un dieu, tout autant qu'un Jotunn (de plus, le froid émanant de ce cosmos lui faisait craindre qu'il ne s'agisse d'un géant des glaces, les pires de tous) ou une autre créature de légende. Quoi que ce soit, il ne fallait pas être un grand érudit pour se douter qu'un changement était en marche pour Asgard. Restait à savoir si ce serait en bien ou en mal.
avatar
AndrewServant de Fenrir
Servant de Fenrir

Date d'inscription : 15/12/2013
Nombre de messages : 398
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas
14.05.14 16:03
Après quelques minutes, Andy vit que Wulf parvenait à garder le contrôle de lui même. Une bonne chose s'il en est. Lorsque le jeune guerrier l'aperçut, il lui fit un signe de tête. Il ne devait pas encore être prêt à parler et puis pour dire quoi? Qu'il ne savait toujours pas ce qu'il était? 

Non, Wulf n'était pas du genre à parler pour ne rien dire, du moins pour ce qu'Andrew en savait. Aussi le jeune berserk continua à s’entraîner en maniant une arme forgée en Asgard.

Pendant ce temps-là, Andrew se concentra sur lui même. Il avait observé pas mal de style de combat différent, mais aucun qui ne lui plus réellement. LE fait est que le combat n'était pas vraiment sa tasse de thé. Il savait qu'il devrait un jour ou l'autre affronter les ennemis d'Odin et il était décidé à le faire... Mais le combat ne serait jamais que son dernier recours. LA violence pour la violence ne lui parlait absolument pas. Au final, Andrew avait toujours cru que les mots étaient plus forts que les muscles... Était-ce un tort pour un éclat divin? Comment le savoir?

Si Wulf voulait savoir s'il était "normal" de ressentir ces pulsions de destruction, le jeune Andrew, lui, voulait savoir si l'inverse était "normal"

Imperceptiblement, Andy laissa son aura s'étendre, elle n'était pas visible et cela ne sembla pas perturber les autres guerriers qui s’entraînaient en ce lieu. Après tout, la méditation était une forme d'entrainement comme les autres pour eux aussi.

Lentement il prit conscience de ce qui l'entourait, chaque homme ou femme, chaque animal, il tenta d'aller plus loin encore, mais il ne parvenait pas encore à déceler la conscience des insectes et autres habitants de l'infiniment petit.

Alors qu'il était maintenant concentré à l'extrême, il ressentit le sol trembler puis quelques instants plus tard, il fut submerger par une vague de cosmos d'un niveau bien supérieur au sien... Très supérieur au sien même.

Dans la seconde même, son propre cosmos sembla entrer en écho, la surprise fut telle qu'il n'aurait pu dire quelle sensation il avait ressentie. Il ouvrit immédiatement les yeux pour constater que Wulf, l'obersevait avec la même interrogation dans les yeux.

Sans même prononcer un mot, Andrew se jeta à sa suite, lorsque le jeune berserk se rua sur les remparts afin de déceler la provenance de cette déferlante d'énergie.

Quand Wulf posa la question que tous se posèrent, il répondit, le regard tourné vers l'horizon et les sens aux aguets:


"- Je ne sais pas mon ami... un tel cosmos ne peut provenir que d'un être supérieur...  Ami/ Ennemi? Impossible à dire pour l'instant... la question est de savoir si nous attendons que cet être approche, ou allons nous à sa rencontre?"
avatar
En ligne
WulfFléau de l'Ulfark | Modérateur
Fléau de l'Ulfark | Modérateur

Date d'inscription : 31/01/2014
Nombre de messages : 903
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas
14.05.14 21:30
Wulf ne pouvait détacher son regard de l'horizon. Quelque chose en lui voulait se rendre là-bas et affronter ce qui produisait cet aura. Mais d'un autre côté, il était clair que quoique ce soit, c'était puissant. Wulf tenta de se concentrer, dans l'espoir d'arriver à se faire une idée précise de ce que c'était. Dieu ? Jotunn ? Menace ? Dragon ? ... Il était incapable d'identifier ce à quoi il faisait face.

Il entendit Andrew poser sa question. Et pour tout dire, Wulf n'en savait vraiment rien. Il était incapable de dire si le fait d'aller à la rencontre de ce cosmos servirait seulement à quelques choses. Ses 2 mains, appuyé contre les créneaux, se fermèrent. Que faire ?

-"Si seulement on savait à quoi on avait à faire."

Wulf avait plus parlé pour lui-même plus qu'autre chose. Il se sentait littéralement dépassé par tout ça. Il se dit que si c'était à ce genre de problème que les guerriers d'Odin étaient confrontés en général, ils avaient encore plus de mérite qu'il ne l'imaginait. Il devait se ressaisir, le doute et la peur ne devaient en aucun cas le guider.

Rassemblent ses pensées, Wulf commença à réfléchire. Y aller ? Rester ? Dans le premier cas, ils devraient affronter l'origine de ce pouvoir, de plus, il n'était pas sûr de pouvoir se contrôler et courait donc le risque de perdre à nouveau le contrôle. Mais dans le deuxième cas ? Il se défilait et courrait le risque de laisser des habitants d'Asgard se faire massacrer s'il s'agissait d'un ennemi, cette simple idée le révoltait. Une chose cependant le turlupinait, s'il s'agissait d'un ennemi, pourquoi manifester ainsi sa présence ? C'était le meilleur moyen d'attirer tous les guerriers divins traînant dans le coin sur sa position. Une diversion ? ça paraissait très gros comme diversion. Un piège pour vaincre les guerriers divins ? Il ne pouvait imaginer quoi que ce soit d'assez puissant pour cet exploit. Non, soit cet aura s'était enclenché de manière involontaire (et Wulf était bien placé pour savoir que ce genre de chose présageait rarement quelque chose de bon), soit ce qui émettait cet aura ne cherchait pas à cacher sa présence (pour signaler sa présence, ou par simple arrogance).

-"Je ne sais pas ce que t'en pense Andrew, mais moi je ne crois pas que rester ici servira à grand-chose. "

En disant cela, Wulf arbora un grand sourire, mais pas un sourire spécialement rassurant. Il s'agissait d'un sourire carnassier, comme celui d'un loup qui humait une proie potentiel, bien que celle-ci semblait particulièrement puissante, si combat il y avait ça pourrait être mémorable. Son propre aura se mit aussi à grandir, de même que la lueur dans ses yeux. Tout signe d'hésitation semblait être bannis de son visage.

-"Quoi qui nous attendes là-bas, il serait aussi inutile que fou de se défiler face à la volonté d'Odin."

Wulf ne pouvait dire ce qui l'avait poussé à dire ces paroles. Était-ce par sens du devoir ? Était-ce le souvenir des siens ? Refusant de voir ce malheur se répéter. Wulf était toujours hanté par sa culpabilité, pas plus tard qu'il y a une heure, il avait cru voir dans un mur le visage de Leif, le doyen de son village. Où était-ce à cause de sa rage ? Celle-ci montant lentement, exploitant chaque faille de son esprit, chaque moment où il laissait son esprit s'emballer, chacune de ses défaillances.

En attendant la réponse d'Andrew, Wulf se hissa sur les créneaux, laissant le vent d'Asgard soulever sa peau d'ours,  observant le paysage, les mouvements dans la forêt, estimant la distance qui le séparait avec l'endroit où il estimait que se trouvait l'origine de tout ceci, à l'affût du moindre signe qui pourrait lui donner un indice sur ce que c'était tout ceci...
il était prêt à passer à l'action
avatar
AndrewServant de Fenrir
Servant de Fenrir

Date d'inscription : 15/12/2013
Nombre de messages : 398
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas
15.05.14 13:00
Les deux guerriers avaient donc la même idée en tête. Que se passait-il là-bas? Aucuns des deux ne le savaient tout ce qu'ils savaient était qu'un grand pouvoir venait de s'élever en Asgard. Dans le meilleur des cas un dieu... Peut-être Odin lui-même s'était éveillé. Si tel était le cas, il pourrait faire ce qu'il venait faire ici... Rencontrer un être supérieur.

Si par contre le mal les attendait... Ils le combattraient, afin de préserver les habitants d'Asgard.

Intensifiant son cosmos énergie, Andrew appela à lui son armure. Dans un éclair de lumière, l'armure apparut et vint se placer sur son porteur.

"Je sais que tu ne l'aimes pas encore... Mais ton armure pourrait-être utile si nous avons à faire à un jotun ou autre joyeuseté du genre...
Concentre ton cosmos en pensant à ton armure cela devrait fonctionner"

Sans même prendre le temps d'écouter la réponse de Wulf, Andy s'élança dans les airs, pour retomber plusieurs mètres plus loin et plus bas. Déjà Geri et Freki l'attendaient.

Lorsqu'il entendit un plop, il comprit que Wulf l'avait suivi et ensemble ils s'élancèrent dans la direction de ou provenait cette puissante.


Autour d'eux le paysage semblait évoluer, là où la glace avait laissé place à de la roche et de la terre commença à appaitre d'énormes congères de glace. Plus ils s'approchaient et plus le froid se faisait intense. Au fond de lui, Andrew commençait à être convaincu qu'ils ne verraient pas encore Odin aujourd'hui.

HRP/ Un peu court; mais je suis pris par le temps ;-)
avatar
En ligne
WulfFléau de l'Ulfark | Modérateur
Fléau de l'Ulfark | Modérateur

Date d'inscription : 31/01/2014
Nombre de messages : 903
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas
15.05.14 19:27
L'esprit de Wulf était tout entier tourné vers l'action à venir concentrer sur le cosmos qu'il ressentait au loin, d'ailleur probablement que tout Asgard devait le ressentir, mais n'y en avait-il qu'un seul? Wulf avait la vague impression de sentir un autre cosmos tout aussi puissant au même endroit mais n'en était pas sûr. Lorsque Andrew fit appel à son armure, Wulf sut qu'ils avaient pensé à la même chose. Andrew s'adressa à ensuite à Wulf, lui conseillant de faire appel à son armure pour le combat, mais ce fut à peine si Wulf écouta, tant l'excitation du combat était en train de le gagner.

Sans attendre de réponse, Andrew passa par-dessus les créneaux et sauta. Wulf le suivit quasi-immédiatement et se laissa à son tour tomber, ne prêtant pas attention aux cris de surprise émit par les personnes qui les entouraient. Wulf se laissa tomber vers le sol, arborant toujours le même sourire, laissant la vitesse de la chute faire son office, sa cape et ses cheveux se levant sous l'effet de la chute. Laissant son cosmos se déployer librement.

De son côté, l'armure de Wulf réagit au cosmos de son possesseur. Elle se désassembla et les différentes parties de l'armure filèrent. Alors que Wulf venait de sauter, l'armure passa à son tour par-dessus le mur et recouvrit Wulf alors que ce dernier était encore en train de chuter.

Wulf atterrit finalement dans la neige, soulevant celle-ci lors de l'impact. Lorsque la neige retomba, Wulf était debout, équipé de son armure, et la peau d'ours qu'il portait était toujours attaché dans son dos, par-dessus l'armure, la capuche pendait à l'arrière, ayant cédé la place au casque de l'armure, cachant la moitié supérieure de son visage, cachant ses yeux aux regards de tous lui donnant un air presque inhumain...

Il remarqua qu'Andrew avait été rejoint par ses deux loups, Geri et Freki, Wulf ignorait la véritable nature du lien les unissant à Andrew mais ça semblait plutôt efficace. Sans attendre, sans avoir besoin d'échanger une parole, ils s'élancèrent en direction de leur objectif.

Au fur et à mesure qu'ils se rapprochaient, l'air devenait de plus en plus froid, la neige de plus en plus épaisse voir l'apparition d'amas de glace. Wulf mit alors à profit les années qu'il avait passé en Asgard, lorsqu'il chassait avec les siens dans les bois, pour maintenir sa vitesse sans être ralentit par les différents obstacles. Qu'importait à Wulf ce qu'ils allaient y trouver, que lui importait que ce soit une terrifiante créature, un puissant dieu ou des guerriers éveillés, il était tout entier prit par sa soif du combat. Plus il s'approchait, plus son corps et son esprit se conditionnait en prévision d'un affrontement, rapidement sa démarche ressembla à celle d'un guerrier-fauve, sa sauvageries commençaient à lui aveugler l'esprit.  Que lui importait d'y laisser la vie, il ne craignait plus la mort, dans son esprit, il avait déjà une place réservé à Helheim, autant s'y présenter la tête haute, sans peur.
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

période calme (ou presque)