:: Zone Guerre Sainte :: Cercle Polaire Arctique :: Nordheims :: Asgard :: Le palais de ValhallaAller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Katsu

Date d'inscription : 09/11/2012
Nombre de messages : 750
Age : 33
Autres comptes : Freyja/Alia

Revenir en haut Aller en bas
Mer 4 Juin - 23:16
Ma marche était des plus lentes et mon nouvel ami avait la gentillesse de me suivre sans dire un mot. Nous passions cette forêt qui avait gardé les stigmates de ce combat entre un père et un fils arrivant devant les plaines de neige, nous continuions notre voyage, avançant toujours d’un pas lent.  Cela m’exaspérait et je n’espérais qu’une chose pouvoir chevaucher cette moto que j’avais achetée aux États-Unis. JE voulais repartir dans ce monde, voir à nouveau ses merveilles.
 
Je voulais retrouver Gwenan, lui demande pourquoi il était parti laissant derrière lui son armure. Par moment je pouvais encore sentir l’air de la mer d’Australie, ou les fleurs de cerisier japonais. Je laissais vagabonder mon esprit dans ces souvenirs d’une époque que j’avais laissés derrière moi.

Et nos pas nous faisaient entrer dans ce village ou j’avais grandi, avec ses ruelles et ces maisons en bois recouvert par la neige. Au loin, je pouvais voir ma mère qui me regardait avec un air intriguer, comme ces passants qui me voyait en compagnie du général et je lui fis un sourire pour la rassurer. Je le savais angoisser, et mort de peur en son for intérieur, la vue de mon corps meurtri l’avait terrifié et chaque jour elle priait les Dieux pour leur corbeau soit sain et sauf.

Nous arrivions petit à petit au palais, et ce fut à ce moment qu’il me parla d’une autre affaire. Il me montra des photos sur un portable, je regardais les premières lui disant que leur visage ne me disait rien. Puis un visage apparu, auquel je fronçais mes sourcils et repris ma marche tout en lui disant.

« Il y en a bien un qui ne m’est pas inconnu. »

Ce visage était celui qui avait trahi Odin, qui s’était rallié à cette déesse qui m’avait infligé ces meurtrissures. Je pouvais le revoir assis dans ce palais écoutant la princesse de ces lieux. Je raclais ma gorge, commençait à pénétrer dans le palais, alors qu’un garde me demandait si ma jambe allait mieux. Je lui fis un sourire, lui disant que oui tout en continuant ma marche. Et je lui répondis, d’un ton détaché.

« Je connais un homme dans vos photos. Il se nomme Olrik, ancien chevalier d’Odin… Maintenant il est du côté d’Éris à l’heure actuelle…Allons dans la salle du trône, nous attendrons là-bas »
avatar
Lilith_oldEn Test RP

Date d'inscription : 17/02/2014
Nombre de messages : 133
Age : 31
Autres comptes : Calysto / Minami

Revenir en haut Aller en bas
Ven 6 Juin - 10:36
==>Je viens d'ici

Un autre guerrier fût son apparition alors que je venais de m’adresser à Wulf et je détaillais un instant ce dernier tout en gardant la masse entre mes mains. Il avait demandé à l’autre guerrier de se calmer et ils semblaient se connaître tous les deux. Le nouveau venu m’interrogea, souhaitant savoir si Loki et Freya s’étaient affrontés. J’acquiesçais d’un signe de tête avant de prendre la parole pour en dire un peu plus sur la situation.

« C’est exact et en ce moment, ils continuent de s’affronter. As… Freyja a décidé de combattre Loki ailleurs, histoire d’éviter d’autres pertes. »

Suite à mes mots, mon regard se posa sur les victimes et je retournais dans mon silence tout en ne quittant pas les corps des yeux. Le guerrier décida de se présenter ainsi que son compagnon et je relevais la tête vers eux pour leurs donner mon nom.

« Je me nomme Irina… J’aimerai continuer cette discussion avec vous mais Freyja m’a confié une mission que je dois remplir immédiatement. »

Posant mon regard sur les corps, je reprenais la parole pour suggérer quelque chose aux personnes présentes.

« Est-ce que vous pouvez enterrer les corps ? J’aurai aimé m’en charger mais je n’ai pas de temps pour le faire… »

Saluant les différents guerriers d’un signe de tête, je m’élançais à vive allure vers le palais de Polaris, l’endroit où Freyja m’avait demandé d’apporter la masse. Traversant la forêt d’Asgard assez rapidement, je ne m’étais pas arrêtée en chemin, je n’en avais pas besoin et cela serait me mettre en danger si il y avait d’autres ennemis dans le coin. Cependant, je repensais à ce moment où j’avais eu l’impression de ressentir le cosmos d’Hakon mais c’était impossible, il ne pouvait pas être ici. Le palais était en vu et lorsque j’arrivais devant les portes de ce dernier, je m’arrêtais net en sentant ce cosmos si familier.

« C’est lui… »

Durant un court instant, je manquais de lâcher la masse mais je resserrais mon emprise sur cette dernière. Je m’élançais dans le château, me dirigeant ainsi vers l’endroit où se trouvait cette personne que je n’avais plus revu depuis une éternité. Entrant dans la pièce, je remarquais une guerrière et l’homme que j’aimais. Je restais figée durant tout ce temps et seul son nom se glissa hors de mes lèvres.

« Hakon… »
avatar
HakonChevalier d'Or du Verseau | Modérateur
Chevalier d'Or du Verseau | Modérateur

Date d'inscription : 08/12/2013
Nombre de messages : 1846
Age : 43
Autres comptes : Yasuha

Revenir en haut Aller en bas
Sam 7 Juin - 6:17
Musique d'ambiance:
 





**********
Mon ami, ton destin sera bientôt changé,
Point question de reprendre ma promesse.
Un nom, chevalier dont l’honneur vacille,
La première pièce du puzzle est acquise…

Destination, nous sommes arrivés au Palais,
Architecture témoignant d’une gloire passée.
Silence, une salle du trône bien trop déserte,
L’attente de nos hôtes se révèle interminable.

Un souffle, le temps et l’espace se figent en moi,
Une réminiscence du passé proche me saisit.
Mon cœur, un malaise étrange me submerge,
Est-ce réalité ou illusion qui approche de nous ?

Frisson, le sang se glace dans tout mon corps,
Je me souviens de l’enivrante odeur de ta peau.
Doute, ma conscience s’emplit de mes douleurs,
Toute la mélancolie refoulée envahit mon âme.

Destin, parfois si cruel et pourtant imprévisible,
Tu me ramènes à mon amour perdu jusqu’alors.
Passion, mes sentiments explosent tel un big bang,
Mon être et mon âme sont tien, mon précieux Ange.
**********

Hakon semblait très satisfait de la réponse de la guerrière blessée. Un des portraits, projetés sur le mur par l’étrange lanterne consciente, venait d’être nommé, symbolisant ainsi un premier succès vers la conjuration de la sinistre malédiction.  Bien que l’histoire du dénommé Olrik n’ait que peu d’importance dans l’affaire le liant au spectre, le Marinas prit bien soin de mémoriser l’information fournie dans un coin de sa mémoire.

« Je vous remercie pour votre aide si précieuse, ma chère amie. Deux âmes sœurs séparées vont peut être pouvoir reposer ensemble grâce à vous. », prononça le jeune homme, un large sourire de reconnaissance illuminant son visage.

La fin du transit vers le palais de Polaris se déroula sans encombre. Un village avait été traversé ; le Général pouvait observer la vie simple, mais paisible, des habitants des contrées de la froide Asgard. Il remarqua également que la frêle Silke était connue et respectée dans les environs, marque d’un statut certain et d’une attitude juste et sincère… Le château paraissait ancien et dénué de toute fioriture, sans que Hakon ne puisse pour autant douter de sa robustesse ou de la puissance du symbole représenté par cet édifice. La salle du trône était teintée du même paradoxe : simple et majestueuse à la fois.

« Cette pièce est étonnamment déserte. J’imaginais qu’il y aurait eu un peu plus d’effervescence au cœur même du sanctuaire du grand Nord. », s’étonna le gardien de l’océan Arctique.

Il était évident que le duo improvisé devrait patienter en ces lieux pour une durée indéterminée. Cette situation ne dérangeait pas tellement le chevalier des mers, lui qui avait été scellé toute une année dans un cercueil de glace. Sa conscience et son âme furent alors prisonniers de son corps, le conduisant à une lutte interne de chaque instant pour ne pas succomber à la folie. Désormais, il était libre de ses mouvements et en bonne compagnie : il pourrait aisément engager la conversation pour satisfaire sa curiosité naturelle…

« Dites-moi, Silke, d’où proviennent ces blessures ? Elles me semblent très… »

Hakon ne put terminer sa phrase, une étrange sensation le déconnectant momentanément de la réalité. Une cosmo-énergie franchissait la porte derrière lui ; il aurait pu la reconnaitre entre mille. Les frissons parcourant son épiderme étaient tangibles, ce qui était un comble pour un chevalier des glaces… La confusion embrouillait l’esprit de ce dernier, ses sentiments remontaient à la surface et brouillaient le lac limpide qu’était encore son âme, il y a quelques secondes. Ses certitudes s’envolèrent : le destin était-il clément avec lui, ou essayait-on de le duper pour mieux le défaire ?

Lentement, le Kraken pivota sur lui-même, afin de faire face à la porte d’entrée de la salle du trône. Une créature majestueuse se tenait dans l’encadrement de la porte. Tel un Ange descendu des cieux, une magnifique femme en armure avait fait son apparition. Le cœur du Général s’emballa, alors que tout son être était envahi par une décharge d’énergie enivrante : la passion chassait peu à peu ses doutes et sa souffrance intérieure.

Tandis que les larmes se formaient au bord de ses yeux, il s’élança d’un bond vers la nouvelle venue. Le choc du contact fit tomber les deux éveillés au sol. Hakon scella ses lèvres sur celles de sa bien-aimée, laissant ainsi s’exprimer ses sentiments au travers de cet intense baiser. Silke, Freyja, la masse mythique : plus rien d’autre n’avait d’importance, en ce moment précis où le temps et l’espace avaient cessé d’exister…

avatar
WulfFléau de l'Ulfark | Modérateur
Fléau de l'Ulfark | Modérateur

Date d'inscription : 31/01/2014
Nombre de messages : 872
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas
Lun 9 Juin - 18:33
Wulf resta silencieux pendant tout le trajet. Il se demandait ce qu'impliquerait le retour de Freyja en Asgard. En apparence, cela semblait être une bonne nouvelle, mais d'expérience, Wulf savait qu'il fallait se méfier de ce qui semblait être bon, il y avait régulièrement  un revers à la médaille. Lorsqu'ils franchirent les portes du palais, Wulf retira son armure via son cosmos, la renvoyant sous sa forme totem, une fois ceci fait, il rabattit sa capuche (la tête d'ours de sa cape). Il avait retiré son armure aussi bien parce qu'il ne s'en estimait toujours pas digne que pour une autre raison plus pratique. Dans le cas où il perdrait le contrôle, il voulait faciliter au maximum sa neutralisation.

Lorsqu'ils entrèrent dans la salle, Wulf fut étonné par le "spectacle" qu'Irina et un homme qu'il ne connaissait pas offraient. Il vit aussi une autre femme dans la salle, celle-ci portait des pansements et s'appuyait sur une béquille. Il l'identifia comme étant l'éclat divin des corbeaux d'Odin, il avait en effet entendus parler d'elle par les gardes et de l'état dans lequel elle était revenue de la dernière guerre. Wulf l'interrogea du regard, ne sachant pas vraiment où il devait se placer dans l'affaire.

Wulf reporta ensuite son attention sur l'inconnu, ou plutôt sur son armure. Il ne pouvait pas identifier cette dernière, mais quelque chose attira son attention. La matière de l'armure, l'éclat duquel elle brillait, il ne s'agissait pas d'or, à vrais dire Wulf aurait été bien en peine d'identifier le matériau utiliser, mais cela rappela quelque chose à Wulf. Il mit rapidement le doigt sur ce que c'était, se souvenant des évènements que lui avait compté Björn (qui avait été garde à l'époque de la guerre contre Athéna), bien que l'apparence de l'armure différait sur bien des points à celle qui lui avait été décrite, le matériaux la composant y correspondait belle et bien, la même couleur, le même éclat. Ses yeux s'écarquillèrent en comprenant qu'il s'agissait d'une des protections que portait les serviteurs de Poséidon.

Le regard de Wulf s'assombrit soudainement, ses poings se serrèrent au point de faire blanchirent ses articulations, ses traits se durcirent. Il faisait partie des Asgardiens qui n'avaient pas pardonné les manipulations de Poséidon. Pour lui, les Marinas étaient des lâches, des êtres sans honneurs qui n'avaient pas eu le courage d'affronter directement leurs adversaires et qui avaient manipuler sa patrie pour qu'elle se charge de la sale besogne. Pour tout cela, il les méprisait.  Son regard affichait clairement son état de pensée. Il estimait que le nouveau venus n'était pas le bienvenu et ne le cachait pas, on  pouvait même y lire une certaine animosité et une agressivité latente.

S'il avait écouté son instinct, il aurait probablement déjà attaqué le marina. Mais plusieurs points le firent se retenir. Le premier point était que le marina était en présence de deux guerrières d'Odin, avant qu'il n'arrive et aucune des deux ne semblaient l'avoir considéré comme une menace, il ne devait donc pas être là avec des attentions néfastes envers Asgard.  Le second point venait de ses propres valeurs, selon toute vraisemblance le marina présent n'avait pas participé aux événements de l'époque et n'avait donc rien à voir avec la manipulation, Wulf se devait donc de lui laisser le bénéfice du doute. Et enfin le troisième point, il n'était pas sûr de savoir garder le contrôle de ses actes s'il attaquait et il ne voulait pas s'attaquer à ses semblables.

-"Hum, hum. On vous dérange pas trop j'espère ?"

Wulf décida finalement de signaler sa présence. Il était en effet curieux d'entendre ce que l'étranger avait à dire. Pourquoi il était en Asgard ?
avatar
AndrewServant de Fenrir
Servant de Fenrir

Date d'inscription : 15/12/2013
Nombre de messages : 398
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas
Lun 9 Juin - 20:11
LE voyage de retour vers le palais Polaris lui parut plus court que le voyage vers le temple des valkyries. Pourtant, il était exactement identique, et ce, en tout point.

La différence? Lorsqu'ils, Wulf et lui, était parti en direction du temple, il ne savait pas à quoi s'attendre? Ennemi, Ami? Dieu, Démon? L'indécision avait ce don de faire paraître le temps long.

Désormais ce n'était plus le cas. Andy avait appris qu'une déesse marchait de nouveau sur le sol sacré d'Asgard. Il savait aussi que Loki le fourbe la combattait et que quoi qu'il se passe, le destin du peuple du nord était sur le point de changer radicalement.

LA majestueuse demeure du père de toute chose n'avait pas changé. Andy s'arrêta un instant pour l'admirer. Et il vit Wulf le dépasser, celui-ci ne s'arrêta qu'une fois aux portes du palais. Il renvoya son armure et pénétra dans le palais.

Andrew avait promis de le suivre jusqu'au palais, afin de le protéger contre lui-même et le cas échéant mettre fin à ses jours. Cette promesse n'avait pas été exactement explicite. Mais tant Wulf qu'Andrew en étaient conscients.

Aussi il se lança à la suite de son ami. Contrairement à lui, il ne quitta pas son armure, elle était pure elle le symbole de son appartenance au peuple du nord qu'il venait à peine de rejoindre.

Lorsqu'il rentra dans la salle du trône, quelques personnes s'y trouvaient déjà... Irina qui offrait un spectacle romantique avec un émissaire étranger qu'Andy identifia comme un général des mers, et ce, grâce à sa lecture des annales guerrières Asgardienne, il pouvait reconnaître la plupart des armures en effet, l'auteur avait largement illustré ses descriptifs des armures des différents dieux connus. 
Il y avait aussi Silke, l'éclat divin des corbeaux d'Odin, qu'il salua d'un signe de tête et bien sûr il y avait Wulf.


Andrew se plaça à la droite de Wulf, attendant que la situation évolue, il espérait n'être qu'un observateur aujourd'hui. L'avenir nous dirait si son souhait se réaliserait ou non.
avatar
Asyn

Date d'inscription : 24/11/2008
Nombre de messages : 1252
Age : 33

Revenir en haut Aller en bas
Lun 9 Juin - 23:48
Un vent glacial, transportant des cristaux de glace, parcourait asgard, il voguait sur ces terres enneiger cherchant un endroit ou se poser, il passa par la forêt d’epsilon marque par les stigmates d’une guerre entre un père et son fils, il passa par le plein au tapis blanc d’asgard ainsi que par ce village au pied du palais de Polaris. À son passage il souleva quelques capes, puis il continuait sa route, virevoltant jusqu’au Palais. Il rentra dans ce couloir, voyageant de pièce en pièce, puis passa sous une porte, amenant le froid avec lui, ce qui provoqua quelques frissons à ces personnes étant dans cette pièce. Le vent s’en alla près du  trône que devait occuper la représentante d’Odin.

À cet endroit il tournait sur lui même provoquant une petite tornade, et les cristaux qu’il transportait commençaient à se réunir pour former une statue de glace. Irina pouvait reconnaître les traits de cette personne qui un jour, alors que les vents froids d’Odin s’étaient abattus sur Asgard, l’avait ramené chez elle. La statue de glace qui prenait mes traits commençait à marcher, et petit à petit elle prit la couleur d’un être de chair et sang.

« Alors voilà Hakon, ton disciple. »

Le son de ma voix était comme à mon habitude, neutre et sans aucune colère, aucune froideur. Je regardais les deux tourtereaux allonger sur le sol du palais, puis regarda l’ecalt divin d’Hugin et Munin, puis la rune Hrungnir et l’eclat divin de Geri et Freki. Je les saluais, leur souhaitant la bienvenue dans ces lieux.  La jeune femme avait posé un genou à terre, bien difficilement

« Relève-toi. Il n’y a pas si longtemps j’étais une guerrière au service d’Odin comme toi. Alors ne t’as genouillé pas devant moi. Qui plus est dans ta condition cela doit être douloureux, oublions le protocole.»

Cela était étrange devoir ces gens qui était il y a quelques secondes mes égales, me montrer tant de respect. Il y avait quelques choses de gênant dans tout cela, au même titre qu’Irina qui m’appelait maître. Puis je me retournais vers Irina et son général des mers.

« Hakon,  es-tu là pour voir simplement  Irina ou es-tu ici pour autre chose ? Cette masse peut-être »

Je regardais Hakon, simplement avec un regard neutre, alors que je demandais à Irina de m’apporter cette massa.

« Tu peux me l’apporter, si te plait. »

[hrp: oublier de le dire mais elle a quelques brûlures, au bras et à la joue droite]
avatar
Lilith_oldEn Test RP

Date d'inscription : 17/02/2014
Nombre de messages : 133
Age : 31
Autres comptes : Calysto / Minami

Revenir en haut Aller en bas
Mar 10 Juin - 11:46
Hakon se trouva dans la même pièce que moi, après tout ce temps à être séparée de lui, nos routes se croisèrent à nouveau. J’étais figée sur place tandis que les émotions commencèrent à prendre le dessus et les larmes firent leurs apparitions. Il était rare de me voir dans cet état vu que je cachais mes sentiments et c’était donc avec une expression neutre que l’on pouvait me voir la plupart du temps. Aujourd’hui, c’était très différent, l’homme que j’aimais, était là à quelques mètres de ma personne et à peine que je venais de prononcer son nom, il se jeta sur moi. Lors du contact, nous tombions tous les deux par terre et il scella ses lèvres aux miennes pour échanger un baiser très passionné.

A partir de ce moment, plus rien ne comptait pour moi si ce n’était mes retrouvailles avec mon Hakon. J’avais l’impression d’être dans un rêve car je n’arrivais pas à croire qu’il était là contre moi et le baiser me prouva parfaitement qu’il s’agissait de la réalité. D’ailleurs, durant cet échange, je n’avais pas remarqué l’arrivée des protagonistes que j’avais croisé au temple des valkyries. Lorsque je séparais mes lèvres des siennes pour reprendre mon souffle, je le regardais tandis que les larmes coulèrent le long de mes joues.

« Tu m’as tellement manqué… » Lui murmurais-je à voix basse.

La question de Wulf me força à tourner la tête vers eux pour remarquer leurs présences et je plissais légèrement les yeux car je n’aimais pas être dérangée dans un moment aussi intense avec mon amour. Cependant, il fallait l’admettre que le lieu n’était pas fait pour ce genre de chose et j’invitais Hakon à se relever. Cependant, je restais proche de lui car je n’avais plus du tout envie de le quitter et de me retrouver à nouveau séparer de son être. Posant mon regard sur la masse, je penchais pour ramasser cette dernière et je portais mon attention sur les guerriers divins durant quelques secondes sans pour autant répondre à la question.

L’arrivée de Freyja me mît légèrement mal à l’aise car elle avait certainement assisté à nos échanges amoureux. Son entrée était magistrale et j’inclinais la tête en guise de respect. Elle nous regarda et s’adressa à moi pour annoncer le nom d’Hakon.

« Oui Freyja, c’est lui. » Avouais-je tout en lançant un regard amoureux à ce dernier.

Malgré son état, Silke s’était agenouillée devant la divinité et cette dernière lui demanda de se relever. Freyja s’adressa ensuite au général des mers, lui demandant la raison de sa venue et en y réfléchissant bien, il ne savait pas que j’étais une guerrière d’Asgard. Quelle était la vrai raison de sa venue ? La déesse me demanda d’apporter la masse et j’acquiesçais d’un signe de tête.

« Oui As… Freyja. »

J’avais du mal à me faire à un tel changement, celle que je considérais comme mon maître, comme une grande sœur, était devenue une divinité. Arrivée à ses côtés, je lui tendais la masse et je remarquais les blessures sur son corps.

« Souhaites-tu… » Me rattrapant. « Souhaitez-vous que je m’occupe de vos blessures ? »
avatar
HakonChevalier d'Or du Verseau | Modérateur
Chevalier d'Or du Verseau | Modérateur

Date d'inscription : 08/12/2013
Nombre de messages : 1846
Age : 43
Autres comptes : Yasuha

Revenir en haut Aller en bas
Mer 11 Juin - 9:01


**********
Enivrante chaleur, ton corps m’a manqué,
Mon désir pour toi demeure sans limites.
Eternel baiser, tes lèvres m’emprisonnent,
Ton amour soigne les plaies de mon cœur.

Vulnérable, mon esprit s’évade de la réalité,
Je demeure enlacé sans veiller au présent.
Harmonie, je sens ton cœur contre le mien,
Nos corps entremêlés résonnant à l’unisson.

Glaciale énergie, te voilà arrivée parmi nous,
Notre éphémère étreinte déjà doit s’évaporer.
Divine présence, un rare spectacle intimidant,
Mon insatiable curiosité reçoit enfin réponse.

Mythique masse, le devoir se rappelle à moi,
Mon Seigneur a accordé sa totale confiance.
Sombres Dieux, vos méfaits doivent cesser,
Voici venu l’heure des âpres négociations…
**********

Le couple était enlacé depuis quelques minutes, lorsqu’une cosmo-énergie puissante et glaciale pénétra dans la salle du trône. Les sens du Général des mers se mirent en alerte, le poussant à relacher doucement son étreinte amoureuse. Elle était enfin arrivée, celle qui l’avait devancé à Lochranza et s’était, selon les dires de Silke, éveillée à son état de divinité. Il était toutefois déçu que ses retrouvailles soient si vite interrompues.

Lorsque sa belle Irina l’y invita, Hakon se releva en époussetant son écaille. Il remarqua immédiatement les deux nouveaux venus, lesquels n’avaient assurément pas réussi à attirer son attention, lors de ce moment si magique avec son irrésistible amoureuse. Il leur adressa, sans mot dire, un signe de tête cordial, puis retourna toute son attention vers la divine Freyja.

« Mes respects, Dame Freyja. Je suis votre obligé pour l’hospitalité reçu sur les terres ancestrales d’Asgard. Je me présente : Hakon, Général du Kraken et Protecteur de l’océan Arctique. », énonça-t-il sur un ton très protocolaire, tout en posant un genou au sol.

« Je vous prie de m’excuser pour les effusions dont vous venez d’être témoin. Ma tendre Irina n’y est pour rien, je n’ai pas su faire preuve de retenue dans l’expression de mes sentiments envers elle… », ajouta-t-il, les joues légèrement rosées et le regard gêné.

Lorsque son malaise fut estompé, il détailla la divinité des yeux : il pouvait constater que cette femme n’était pas spécialement une « beauté fatale », Calysto la dépassant largement dans ce domaine, mais elle n’en demeurait pas moins resplendissante, attirante et naturellement jolie. Le plus marquant était son charisme hors du commun, magnétisant la moindre attention de la part des personnes proches d’elle. Cette caractéristique la rendait d’autant plus dangereuse ; Hakon devrait redoubler d’attention et de concentration pour ne pas se laisser subjuguer. La présence d’Irina décuplait sa détermination, son amour étant un rempart aux éventuelles tentatives de séduction ou de manipulation de la part de le Déesse.

Lorsque Freyja l’interrogea sur ses motivations et intentions, le jeune Marinas sut que son verbe scellerait désormais l’issue de la mission confiée par le Monarque de l’Atlantide. Il ne saurait être question de le décevoir, ou de permettre aux divinités hindoues de provoquer plus de ravages sur la terre des hommes. Depuis que Silke avait évoqué le réveil de la divinité, Hakon sut qu’il devrait négocier avec elle. Aussi avait-il mis à profit sa randonnée au travers les terres du Nord se préparer à cette entrevue. C’est le cœur serré, mais l’esprit déterminé qu’il s’adressa à la puissante présence ; il parlerait distinctement, lentement, afin que ses paroles trouvent écho :

« Dame Freyja, je suis effectivement sur les terres d’Asgard en quête de la masse mythique, actuellement en votre possession. Au cas où vous l’ignoreriez, les dieux Hindous Skanda et Kali sont éveillés, débutant une campagne de destruction et de saccage massifs de territoires placés sous l’égide des divinités grecques. Des centaines d’innocents ont déjà péri à cause de cette folie. L’arme que vous détenez est vraisemblablement une clé pouvant nous offrir l’opportunité de sceller les deux furies destructrices, avant que plus de victimes ne soient à déplorer. »

Le jeune homme fit une pause de quelques secondes dans son récit, afin de reprendre son souffle et d’observer les éventuelles réactions de l’auditoire. Lorsqu’il jugea que l’intermède était suffisant, il reprit son plaidoyer :

« Dame Freyja, j’en appelle à votre bonne volonté et à votre considération de l’humanité. En me remettant cet objet millénaire, vous serez indirectement assurée d’avoir sauvé bon nombre de vies humaines. De plus, Asgard ne semble pas être la cible des foudres hindoues ; il me semble que le moment ne serait pas le plus opportun pour que votre territoire et votre peuple soit victime du fléau dont nous furent victimes… Et c’est pourtant une occurrence plus que probable, si ces dernières venaient à découvrir que vous êtes en possession de cet artefact. »

Le stratège n’était effectivement pas dupe : Skanda et Kali ne laisseraient pas un moyen de leur nuire entre les mains d’un peuple, fut-il neutre et bienveillant à leur égard. Pas plus que la situation d’Asgard ne lui avait échappé : une terre dévastée, des dieux se déchirant, l’absence de représentant divin et de guerriers de premier ordre, des chevaliers blessés… Assurément, ces terres du Nord lui faisaient peine, ce qui lui inspirait subitement un angle d’attaque nouveau :

« Dame Freyja, je ne vous demande pas de me croire sur parole. Je vois bien que votre situation actuelle n’est pas des plus enviables, ce qui m’inspire à vous proposer la chose suivante : confiez-moi cette masse et mandatez Irina pour m’accompagner dans ma quête. Elle pourra ainsi veiller sur vos intérêts, en s’assurant que j’emploie bien cet artefact pour bannir la menace hindoue et non pour vous nuire. Si cela n’est pas suffisant, je peux m’arranger pour que chacun de vos guerriers désignés soit placé en binôme avec un de mes confrères. Même si je pense que la défense de votre territoire devrait être une priorité, partir sur une quête commune permettrait de nous découvrir mutuellement. Si les choses se déroulent bien et que des affinités se créent, pourquoi ne pas penser à d’éventuels accords diplomatiques par la suite ? »

Hakon sourit intérieurement. Une telle proposition ne pouvait pas être traitée à la légère par Freyja. Le royaume des Océans avait certes payé le prix fort pour la trahison de Kanon, mais il était désormais reconstruit. Poséïdon et ses Marinas représentaient dorénavant une pièce maîtresse sur l’échiquier de l’équilibre divin, une pièce pouvant faire basculer une guerre sainte par sa seule présence…

avatar
Harald

Date d'inscription : 12/03/2013
Nombre de messages : 397
Age : 38

Revenir en haut Aller en bas
Mer 11 Juin - 9:46
Caché derrière une colonne des nombreuses colonnes massives qui peuplaient la salle, Harald sorti de l'ombre pour s'afficher au regard de tous. Bien sûr, il n'avait rien loupé des paroles de chacun. Harald allait suivre jusqu'au bout sa mission, non pas parce qu'il le voulait mais parce qu'il se sentait obligé de la faire, soumis par une force inconnue ... le sceau de Loki sur son omoplate s'illumina discrètement, marque du contrôle du fourbe sur le chevalier....

"... Et bien le bonjour tout le monde...." dit Harald d'un air narquois, le sourire en coin.

Harald s'approcha du groupe d'individu mais demeura à distance, appuyé sur une colonne, les bras croisés et en ayant pris soin que sa cape, signe de son appartenance à la haute chevalerie soit visible de tous. Il avait repéré l'arme que le chevalier noir était en quête, et pour laquelle il avait failli finir pétrifié à jamais. Il posa aussi son regard sur celle qui se faisait appelé Déesse Freyja; un immense pouvoir émanait d'elle....une chaleur douce et réconfortante, mais Harald ne voulait pas se laisser amadouer ....

"... Voilà donc cette fameuse arme divine dont tant de monde convoite....Si je peux me permettre, chère déesse Freyja.... ma mission est de protéger le royaume d'Asgard et je ne vois pas d'un bon oeil de fournir cette arme à ce renégat de Poseïdon qui a causé la perte de notre royaume il y a de cela quelques années.... souvenez-vous de l'anneau et d'Hilda!"

Les mots d'Harald avaient été prononcés fort de sortes à ce que tout le monde se remémore les évènements de jadis.

" Je préconise de garder précieusement cette masse. De laisser les divinités Hindoue défaire Poseïdon et les autres dieux si cela leur chante..... Nous serions bien à notre aise avec cette arme si les Dieux Hindoux venaient ici en Asgard..."

Harald finissait son intervention:

" Seriez-vous prête à prendre le risque de voir le royaume d'Asgard disparaitre parce que nous n'aurions plus l'arme en notre possession? En chemin j'ai même croisé un chevalier noir qui est en quête de cette arme....Imaginez la puissance d'Asgard si nous la gardions pour nous ..."
avatar
WulfFléau de l'Ulfark | Modérateur
Fléau de l'Ulfark | Modérateur

Date d'inscription : 31/01/2014
Nombre de messages : 872
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas
Mer 11 Juin - 18:35
Alors que les deux amants se relevaient, Wulf ressentit brusquement un vent froid entré dans la salle. Ce qui le frappa, ce fut que malgré qu'il ait vécus dans le climat glacé d'Asgard et le supportait même plutôt bien, il ressentit des frissons lui parcourir le corps. Lorsque une forme de glace commença à apparaître à côté du trône, Wulf eut un léger mouvement de recul en voyant cela. Lorsque une femme en émergea, Wulf avait pu reprendre son calme et observa la suite des évènements, ses sens aux aguets. Assez rapidement, Wulf envisagea qu'il s'agissait de Freyja, ce qui fut confirmé par Irina. La déesse l'aurai donc emporter sur le Fourbe ?

Lorsque l'éclat divin d'hugin et Munin s'agenouilla pour l'accueillir, Wulf hésita à en faire autant. Il se contenta finalement d'incliner respectueusement la tête. Intérieurement, il était curieux de voir si la fille de Njordr, le père des Vanes, serait à la hauteur des légendes. Wulf commençait néanmoins à sentir une douleur s'insinuer dans son crâne, une sorte de migraine. Il se sentait oppressé dans cet endroit, entouré de tout ces cosmos. Il savait que ce n'était clairement pas un bon signe. Il sentait en lui les premiers spasmes indiquant que sa bête intérieur se réveillait.

-"Non... pas... maintenant."

Wulf recula de quelques pas pour s'adosser au mur, tentant du mieux qu'il pouvait de rester naturel malgré un bref et furtif tic nerveux au niveau de l'œil droit. Espérant, qu'il ne perdrait pas le contrôle, pas ici, pas maintenant.

-"Odin, Tyr, Thor... donnez-moi la force."

Son regard se posa un bref instant sur Freyja. Il n'avait qu'une envie, lui confesser ses crimes et se soumettre à son jugement. Il voulait en finir avec ça, il voulait s'assurer que les esprits des siens pourraient trouver la paix. Cependant, il ne le fit pas. Les affaires d'Asgard primait sur ses états d'âmes.

Concernant le général des mers, il s'appelait Hakon et se revendiquait être le général du Kraken et le protecteur de l'océan Arctique. Il était venu en Asgard pour s'emparer de la masse qu'Irina venait de remettre à la déesse et il confirmait qu'Irina et luise connaissait de longue date (ce point là Wulf l'avait "bizarrement" déjà deviné). Concernant la masse, Wulf ne pouvait que se questionner sur sa nature et son origine.

Il écouta silencieusement le général du Kraken expliquer la situation, après tout, ce qui allait se décider n'était pas de son ressort, il n'était pas un guerrier divin. Il ne put s'empêcher de manifester sa surprise en apprenant l'attaque des hindous.

-"Deux dieux ? Deux dieux seulement on put mettre à mal la puissance des Olympiens ?"

Il n'en revenait pas, jamais il n'aurait cru qu'une force aussi réduite, même constitué de dieux, aurait pu ainsi mettre en échec les forces des olympiens. Il n'était même pas sûre que les dieux de son propre panthéon auraient été capable de cette prouesse (à nombre égal). Il écouta la suite de l'exposé d'Hakon sans intervenir. Ce dernier savait manier habillement le verbe, comme un forgeron maniant son marteau ou musicien son instrument. Mais Wulf savait aussi qu'il fallait se méfier de ceux pour qui l'éloquence étai un art, c'était parmi eux que se trouvait les meilleurs manipulateurs. À l'intérieur de ses veines, le sang de Wulf bouillait littéralement lorsque les derniers propos d'Hakon parvinrent à ses oreilles. Cette proposition le révoltait, car il avait l'impression que l'envoyé de Poséidon semblait les prendre pour des sortes de vassaux, qui serviraient d'appoint à leurs propres troupes et qu'il avait le culot d'appeler ça une collaboration. Wulf tentait à grand peine de rester objectif, conscient que sa fierté d'Asgardien pouvait le pousser à mal interpréter les propos qui étaient échangés.

Ce fut à se moment qu'un nouveau protagoniste fit son entré. Wulf ne le connaissait pas, mais il reconnu l'armure. Il s'agissait de la légendaire armure divine de Delta, une des armure portée par les plus puissants serviteurs d'Odin et protecteurs d'Asgard. Bien que l'air narquois de ce dernier poussait Wulf à la prudence, ne sachant pas ce que cet homme avait derrière la tête.

Lorsque le guerrier de Delta prit la parole, il fut vite évident qu'il semblait être parfaitement au courant de la situation. Il semblait même en savoir plus qu'il ne devrait. Par contre, ses paroles concernant les actes de Poséidon à l'époque de la prêtresse Hilda trouvèrent un écho en Wulf. Son mal de tête se fit plus insistant et on pouvait clairement voir dans son regard que l'argument avait fait mouche. Wulf tenta de se calmer du mieux qu'il put alors que le guerrier divin finissait son discours. Une fois que cela fut fait, Wulf se redressa, s'avança de quelques pas et prit la parole.

-" Je n'ai beau ne pas connaître ton nom mon frère, j'ai le même désir de protéger Asgard que toi et comme toi je ne peux oublier ni pardonner ce qu'il s'est passé il y a 30 ans ! Je suis incapable d'éprouver autre chose qu'un immense mépris envers celui qui se fait nommer le seigneur des mers et ses méthodes ! De plus, il est vrai que nous n'avons pas de raison personnelle de nous attaquer aux Hindous, après tout, ils ne nous ont pas attaqué. Mais il me semble que tu mises sur cette masse pour nous protéger dans le cas où ceux-ci nous attaqueraient. Sais-tu comment l'utiliser ? Ou même si ça suffira ? Car même si je crois en la force des guerriers d'Asgard, je dois reconnaître que si les Olympiens et leurs guerriers n'arrivent pas à les vaincre, qu'elles sont nos chances ? Où serait notre honneur si nous nous contentions de nous cacher dans notre  royaume en priant pour que ces divinités étrangères ne nous prennent pas pour cible ? "

Tout comme le guerrier divin, Wulf avait parlé d'une voix forte pour que tous puissent l'entendre. Il parlait sans vraiment savoir si tout ce qu'il disait était correct, mais même s'il était globalement favorable à ce que disait le guerrier de Delta, il voulait être sûr que ce dernier ne s'exprimait pas par simple amour propre ou ambition personnelle. Il se tourna ensuite vers Hakon.

-"Pour te dire la vérité, Hakon du Kraken, je ne t'accorde aucune confiance et lorsque je t'ai vu ma première pensée a été de t'attaquer. Cependant, je ne l'ai pas fait, car tu ne m'as donné aucune véritable raison de douter de ton honneur ou de ta sincérité et tu n'étais pas présent lors des évènements qui sont à la source de cette rancune. Mais laisse-moi te poser une question. Les mots qui sont sortis de ta bouche, sont-ils ceux de ton maître, ou les tiens ? T'exprimes-tu au nom de Poséidon ?  Ou est-ce une idée que tu as eu par toi même ? Dans ce cas, qu'est-ce qui nous assurerait que ton maître aura la même position ? Pour moi, ton dieu à tenter de nous asservir il y a 30 ans, c'est tout ce que je sais de lui. Pour moi, tes prédécesseurs n'ont pas eu le courage d'affronter leurs ennemis en face, il y a 30 ans. Donne moi une raison d'accepter de coopérer avec les tiens."

Wulf avait décidé de parler avec franchise sans langue de bois. Le ton de ses propos n'avait rien d'amical. Dans son regard, brillait une lueur inquiétante et sur son front la veine au niveau de sa tempe était visible. Il attendit les réactions à ses propos, regrettant déjà de ne pas l'avoir bouclé.

(Déso pour le pavé)
avatar
AndrewServant de Fenrir
Servant de Fenrir

Date d'inscription : 15/12/2013
Nombre de messages : 398
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas
Mer 11 Juin - 19:33
Le niveau de cosmos semblait se remplir telle la testostérone dans une salle de boxe. Plus les protagonistes arrivaient et plus le niveau augmentait. L'atmosphère était plus lourde de puissance.

Lorsque la déesse de la vie pénétra dans le palais, certains et certaines s'agenouillèrent d'autres non. Andrew suivit le premier groupe. Mais il ne s'agenouilla pas tête base en signe de soumission comme le ferait un serviteur face à son maître.

Non, il posa genou au sol en s'appuyant dessus de son bras, le regard vers celle qui les honorer de sa présence. C'était là pour lui une marque de respect tel que le Grand Nord le concevait.

Hakon, tel était le nom du général qu'Andy avait déjà reconnu plus tôt. Dire qu'il semblait y avoir une relation particulière entre Irina et lui eut été un doux euphémisme et la Valkyrie le confirma bien vite. Ce qui ne sembla pas choqué la Freyia aussi, Andrew passa'-il au dessus de ce détail.

Le discours du Général du Kraken semblait être franc, mais il ressemblait trop à ces politiciens en campagne qu'il avait déjà vus à la télévision... Mettre en avant ses avantages, rejeter les fautes passées sur ses prédécesseurs... Trop simple, beaucoup trop simple.

Cependant, grâce au discours du Kraken, L'éclat divin apprit que deux divinités hindoues marchaient à la surface du monde, semant mort et désolation sur leurs passages et apparemment les dieux grecs n'avaient pu répondre à la menace.

Alors qu'il se levait pour intervenir, un autre homme apparu... Harald... Andrew fut étonné de le voir. Il aurait dû ressentir sa présence grâce à l'éclat de pierre qu'il lui avait offert. Il sortit la gemme de son armure, celle-ci luisait, mais pas du même éclat que le jour où il lui avait offert... Mais ce n'était pas le seul détail qui avait changé. Il ne portait plus un éclat divin, mais il était désormais détenteur d'une armure divine, protecteur d'un des saphirs divin. Quelque chose avait changé et au gout du guerrier pas forcément dans le meilleur des sens.

Il fut tellement absorbé par ces pensées qu'il dû attendre la fin de l'intervention de wulf pour s'exprimer.

Ses premiers mots furent pour la déesse

"- Freyia, J'entends les arguments de mes frères et je suis assez en accord avec eux. Les armées de Poséidon ne m'inspirent pas confiance, cependant nous ne pouvons regarder le monde en proie à la destruction. Quoi qu'il en soit, mon bras  et mon coeur sont au service d'Asgard."

Il n'avait pas encore prêté allégeance à la déesse après tout, il ne la connaissait pas encore. Pour l'instant il se contenterait de se battre pour Asgard ayant pour seul juge sa conscience. 

Il se tourna vers Hakon.

"-Hakon, les actes passés de tes prédécesseurs ne peuvent être effacés par de belles paroles. Cependant, l'histoire nous apprend que la rancune n'est pas bonne conseillère. Alors, sache que pour ma part je n'ai aucun ressentiment envers ton dieu ou tes frères. Pour moi tu es tel un inconnu qui appelle à l'aide... S'il le vaut, je t'aiderai, mais ne te ferais pas confiance pour autant... Sache-le."

Finalement, il se dirigea vers Harald et lui tendit le bras.
"-Mon frère, nous voici face à face, cela me fait plaisir. Je te félicite pour l'acquisition de ta nouvelle armure."
Quelque chose dans le regard d'Harald, dans son maintien et même le ton de sa voix avait changé.
"Les récents événements nous ont tous changés, quand tout sera fini, il faudra que nous discutions autour d'une chopine, mon ami".


Avait-il eu raison de prendre la parole ainsi? Seul l'avenir le dirait, mais en Asgard il valait mieux mourir pour ses principes que de vivre pour ceux des autres.
avatar
Asyn

Date d'inscription : 24/11/2008
Nombre de messages : 1252
Age : 33

Revenir en haut Aller en bas
Ven 13 Juin - 9:50
Ma disciple, ma sœur de cœur, ne savait plus comment m’appeler, troubler par ces changements qui s’étaient récemment produits. Je devais avouer que cela était étrange pour moi, j’étais à la fois celle qui partait dans le froid d’Asgard en quête de proie pour la survie de ma famille. J’étais celle qui avait recueilli une soirée d’hivers une étrangère, l’avait entrainé et en avait fait une guerrière d’Odin. Je l’avais pris sous mon aile, voyant la détresse, et petit à petit elle s’était installée en moi comme une sœur qui m’était chère. Je la regardais avec un sourire pour la rassurer, alors qu’elle m’apportait cet objet tant convoiter, me demandant si elle devait me soigner

« Non ça va, je te remercie. Tu peux continuer à m’appeler Asyn, Irina. »

Et je récupérais ce que l’enfant loup et moi-même avions gagné pendant ce combat. Alors que l’amant de sœur me montrait le respect qui m’était dû, maintenant. Mon regard se posait sur lui l’examinant chaque trait de cet homme qui avait sur voler le cœur d’Irina, mes oreilles écoutaient ses paroles, sans que ma bouche ne dise un mot. Mais alors que ses paroles se déversaient, mon regard s’assombrissait, le regardant sévèrement. Ces paroles devenaient de plus en plus insolant, envers Asgard. Je n’eus pas le temps de lui répondre, que d’un coin d’ombres surgissait un guerrier divin, à l’air arrogant et manquant cruellement de respect qui arborait fièrement les signes de son appartenance. Ces paroles n’étaient qu’insolence, j’étais en train de poser ces questions, me demandant si tous les chevaliers d’Asgard quand un autre pris la parole donnant ses craintes, posant ses questions au Général.  

Je comprenais leur sentiment, je comprenais leurs craintes, mais cela n’était plus, cette partie d’histoire faisait partie du passé. Et alors que Andrew donnait son avis, l’éclat divin d’Hugin et Munin me regardait comme pour me demander de s’approcher, je lui fis signe de la tête, et elle vient à mes côtés me disant à voix basse que ce chevalier arrogant ne semblait plus lui-même. Elle avait combattu avec cette personne, la connaissait, mais ici en ce moment elle ne le reconnaissait plus. Et avant qu’il ait eu une nouvelle intervention, ma voix résonnait dans la salle du trône, ainsi que mon cosmos. Je me retournais vers cette arrogante qui faisait partie de l’élite de nos guerriers, le regardant d’un air glacer et lui parlant d’une voix froide.

« Cela suffit ! Me voilà à peine éveiller, et qu’est-ce que j’entends de ta bouche ! Tu laisserais des innocents mourir pour la toute-puissance d’Asgard, laisser ces vies par millier mourir en espérant que seul Asgard survive. Et tout ça pourquoi ! Pour une vieille querelle ! Tu oserais faire passer la vie de ces personnes qui n’ont eu aucune connaissance de ce démêler entre nos deux camps, après ta propre survie, les laisser se faire massacrer par ces dieux. Depuis quand les guerriers divins qui servent Odin sont-ils devenus indifférents face au sort d’innocent ? Et affiche cette arrogance que tu nous montres en ce moment même, sans montrer de respect à ceux qui se trouvent dans cette pièce. »

Et alors que je continuais mon sermon, un trainer de sang commençait à couler sur la tempe droite, ainsi que sur la main, alors que des égratignures fit leur apparition. Je m’approchais du guerrier divin, le regardant droit dans les yeux.  

« Vous voulez tous remettre notre peuple en avant, le remettre là où il doit se trouver. Vous êtes tous des guerriers des grands froids qui ne reculent pas devant un combat, qui ne l’évite pas. Alors chevalier, je te demande, me demandes tu sincèrement de jouer au couard, rester retrancher derrière les neiges et glaciers d’Asgard. Nous faire passer pour un peuple apeurer par l’adversité et dont la rancœur a pris possession de nos terres. Où alors mettre Asgard là où elle doit se trouver, dans ces peuples qui surpasse les évènements du passer et dont le courage surpasse ceux des autres peuples. Un peuple qui bien qu’il ait subi de lourde perte, est toujours prêt à se battre pour les hommes ! »  

Et après ces paroles je me retournais vers Hakon, mon disciple par l’intermédiaire d’Irina, le regardant sévèrement, parlant avec cette même voix.

« Quant à toi General du kraken. Je vois qu’Irina ne t’a pas appris à tenir ta langue. Il est mal venu de la part d’un général des mers de me donner des conseils pour le bien d’Asgard, alors que votre ancien général du Dragon des mers est en partis responsable de ces 30 années de trouble en Asgard. Dois-je rappelle que la foi en vers les Polaris a été ébranlé par l’acte de trahison dont vous avez vous-même été victime. Que part la faute d’un des votre, le peuple d’Odin a perdu fois en leur représentante. Les Asgardien pour la plupart n’ont pas oublié et ses évènements et se sont marqué dans les plus jeunes, comme tu peux le voir par ses paroles tenues. Surveille tes paroles, Hakon du Kraken, car un simple exposé des faits actuels sur ces dieux hindous aurait suffi. »

Je regardais toujours Hakon, puis Irina, et mes yeux se fermèrent, alors que je poussais un léger soupire. J’aurais voulu laisser Irina partir avec cet homme leur accord de plus longues retrouvailles. Mais leurs sentiments état pour moi dangereux pour qu’il puisse faire une telle mission ensemble. Ma voix reprit un ton normal, un ton tout à fait neutre.

« Je sais et comprends que tu aies envie qu’Irina t’accompagne, et ne doute pas qu’elle en a envie aussi. Je suis sûre que tu feras tout pour la protéger, et elle de même. Mais elle ne partira pas avec toi. »

Je regardais les guerriers qui étaient présents, réfléchissants qui allaient suivre ce serviteur de Poséidon. Je regardais Silke, blessée, elle ne pouvait donc y aller, d’ailleurs j’avais d’autres projets pour elle. Wulf, bien qu’il se maitrisait je ne voulais prendre aucun risque, et ce guerrier de Delta j’avais des doutes sur cet homme. Il n’y avait donc plus d’autre choix Andrew, le moins hostile après Irina et Silke.

« L’éclat divin de Geri et Freki t’accompagnera… Il est temps pour Asgard de sortir de ses contrées et de se montrer »


Je m’approchais de l’éclat divin, lui remis cette masse tout en lui disant d’une voix douce

« Sois prudent, ne prends pas de risque inconsidéré. »

Puis d’Hakon, lui demandant la même chose.

« Ainsi que toi, Hakon. Quand tout ceci sera fini, toi et moi devons parler. »




[Hrp: C'est un gros pave avec encore plein de fautes désole je le corrigerai ce soir.]
avatar
Lilith_oldEn Test RP

Date d'inscription : 17/02/2014
Nombre de messages : 133
Age : 31
Autres comptes : Calysto / Minami

Revenir en haut Aller en bas
Ven 13 Juin - 11:38
Tandis que je m’étais rapprochée d’Asyn pour lui donner la masse, je proposais de lui soigner ses blessures car son combat contre Loki avait certainement du être rude. Je me montrais très polie avec elle et j’avais énormément de mal à l’appeler Freyja. Après tout, cela faisait peu de temps que la divinité s’était réveillée et il allait me falloir un petit temps d’adaptation. Je la regardais lorsque cette dernière s’adressa à moi, n’ayant pas besoin de soins et elle me permît de toujours l’appeler Asyn, ce qui me fît sourire légèrement.

« D’accord, Asyn. »


Me plaçant à ses côtés, j’observais Hakon tout en restant silencieuse car ce dernier venait de prendre la parole et s’exprima sur la raison de sa venue en ses lieux. D’ailleurs, j’en profitais pour lui envoyer un petit baiser du bout des lèvres accompagné d’un clin d’œil. J’essayais de me montrer discrète pour éviter d’attirer l’attention sur ma personne et je restais droite tout en écoutant sagement comme une grande fille. Il fallait avouer que j’avais du mal à me contenir car l’envie de lui sauter dessus pour le recouvrir de baiser était bien présente. Regardant ensuite Asyn, je remarquais que cette dernière ne sembla pas apprécier lorsque Hakon parla d’Asgard de cette façon et je restais de marbre en prenant mon air neutre comme à mon habitude. Un autre guerrier divin fît son apparition et se montra très insolent dans ses paroles. A peine arrivé et il commença déjà à m’énerver suite à la façon de s’exprimer et à déverser son venin de cette façon. Même si il avait en partie raison, il pouvait le dire d’une autre façon. Lentement, la couleur de mes yeux passa à l’orange et je commençais à serrer mes poings.

« Evites de manquer de respect envers Freyja… si tu ne veux pas avoir des problèmes. »


Je m’adressais à ce guerrier divin après m’avoir calmé car je ne voulais pas montrer ce côté caché à Hakon et à nouveau, je restais silencieuse pour laisser les autres guerriers s’exprimer. Des doutes ainsi des questions venaient d’être prononcés par Wulf et Andrew. Il était vrai que lors de ses événement énoncés par mes confrères, je n’étais pas présente mais les dires étaient fondés, malheureusement. C’était autour de Freyja où plutôt Asyn de prendre la parole pour dire son ressenti surtout ce qui venait d’être prononcé. Elle se montra très dure envers Harald et c’était mérité, il fallait l’avouer. Lorsque la divinité s’adressa à Hakon, je faisais une légère moue vu qu’il était un peu mon disciple à cause de l’entraînement qu’il avait subit en ma compagnie. Par contre, j’étais déçue lorsqu’elle refusa la proposition d’Hakon pour me permettre d’accompagner ce dernier.

« Je… »

Je m’abstenais de poursuivre mes paroles, je ne voulais pas me dresser contre elle, pas après ce qu’elle avait fait pour moi. Cependant, elle avait parfaitement raison, j’étais capable de sacrifier ma vie pour lui et cela devait être réciproque. Finalement, elle confia la masse à Andrew et ce dernier allait accompagner le général du Kraken. Je portais mon regard sur Hakon, une légère tristesse pouvait se lire sur mon visage car je voulais être à ses côtés pour cette mission.
avatar
Harald

Date d'inscription : 12/03/2013
Nombre de messages : 397
Age : 38

Revenir en haut Aller en bas
Ven 13 Juin - 16:28
Mon intervention avait causé bon nombre d'animosité à mon égard.... Pourquoi? je ne faisais que protéger le royaume contre des menaces auxquelles il ne devait pas être confronté. Certes, je laissais les gens s'exprimer car ils faisaient parti de mon camp après tout ....

     C'était la première fois que je rencontrais toutes ces personnes; Celui qui se faisait appeler Wulf semblait être plus ou moins d'accord avec mon discours bien qu'il ait des doutes quant à ma sincérité....je ne pouvais lui ne vouloir. Je décelais en lui une rage intérieure et sombre que je pourrais utiliser à mon avantage dans l'avenir....

     Ensuite un dénommé Andrew s'approcha de moi...Etrangement cet homme semblait me connaitre; au moment où il sortit une étrange pierre en pendentif de son T-shirt, la même pierre autour de mon coup entra doucement en résonnance; une intense migraine gagna mon esprit. Sous la douleur je fus obligé de m'appuyer sur Andrew afin de ne pas choir sur le sol; les images de ce qui ressemblait à notre première rencontre fusèrent dans ma tête. Pourquoi ne m'en étais-je pas souvenu ?? Je remerciais brièvement Andrew puis me redressa fièrement pour encaisser une nouvelle attaque verbale qui cette fois venait de Freyja elle-même. Je fus vite au courant de son avis sur le sujet; elle ne voulait plus qu'Asgard soit refermée sur elle-même mais au contraire un des acteur principaux en ce monde. Ainsi donc elle faisait fi du passé et était même prête à ouvrir sa confiance à des étrangers....

     Tout le temps où Freyja m'adressait la parole et me fixait de son regard, je sentis son pouvoir divin pénétrer en moi.... Elle semblait à la recherche de quelque chose ou de quelqu'un d'autre que moi.... En tout cas je pouvais ressentir que chaque atome de mon corps étaient scannés.....

"Très bien déesse Freyja.....Je vous aurais prévenu. Si un problème survient, vous serez entièrement responsable.... Mais vous pourrez compter sur moi pour défendre nos intérêts." dis-je pour apaiser la situation.

     Enfin, ce fut Irina qui m'agressa verbalement pour le manque de respect dont j'avais fait preuve. Elle alla même jusqu'à me proférer des menaces. Je n'avais rien fait d'autre que narrer notre tumultueux passé.... Pour qui se prenait-elle?

"Dis donc Irina....C'est bien ton nom? Sais-tu que tu t'adresses à une Etoile divine d'Asgard. Je suis le chevalier Delta, détenteur d'un saphir d'Odin. Je ne me vois pas lever la main sur un compagnon car nous défendons la même cause .... mais si tu m'y contrains ...." dis-je d'un air calme. Il ne servait à rien d'envenimer la situation. La déesse Freyja était là et je ne souhaitais pas subir son courroux pour l'instant.

     Au vue des forces en présence, je décidais de calmer mes ardeurs. A cet instant, Freyja confia une mission importante à Andrew; escorter le marina avec l'arme divine. Les pensées qui m'étaient revenues en tête au sujet d'Andrew confirmaient que cet homme était mon allié et mon ami. Peut-être allais-je le suivre discrètement pour assurer sa protection..... Et il ne fallait pas que l'arme ne tombe entre de mauvaises mains ....
avatar
HakonChevalier d'Or du Verseau | Modérateur
Chevalier d'Or du Verseau | Modérateur

Date d'inscription : 08/12/2013
Nombre de messages : 1846
Age : 43
Autres comptes : Yasuha

Revenir en haut Aller en bas
Sam 14 Juin - 0:58


**********
Nouveau venu, un guerrier de premier ordre,
Son apparence n’a d’égal que son persiflage.
Odieuses insultes, un divin honneur bafoué,
Ma colère naissante se doit d’être réfrénée.

Confiance brisée, tous ressassent le passé,
Un peuple n’ayant pas réussi à avancer.
Sincère pitié, le déclin d’Asgard me touche,
La trahison de Kanon est toujours ancrée.

Décision, tes mots me brisent le cœur,
Mon Ange m’est de nouveau arrachée.
Compromis, la masse m’accompagnera,
Un jeune compagnon m’est alors assigné.

Irrespect, ton affront est impardonnable,
Pour mon Seigneur, je calme mes esprits.
Menace, ma tendre Irina se voit bafouée,
Les glaces éternelles se rappellent à moi.
**********

Hakon avait été particulièrement agacé par l’intervention du guerrier divin. Non content d’avoir commis l’offense d’intervenir sans se présenter, ce dernier avait ensuite proféré une insulte des plus graves à l’encontre de l’Empereur des mers. Conscient de l’importance de sa mission, le jeune Marinas conserva cependant son silence et réfréna les instincts de colère naissant en son sein.

Le Général conserva le silence et écouta les argumentaires des uns et des autres. Le ressentiment était toujours très fort depuis les évènements liés au traître Kanon : les blessures du passé étaient profondément incrustées dans le cœur des hommes du grand Nord. La fierté, voire leur ego, avait pris le pas sur la raison et déformaient les justes propos tenus par le jeune guerrier. Mais il s’attendait à ces réactions de la part des mortels ; Freyja le surprit un peu plus. Cette dernière s’exprima avec plus de retenue que ses serviteurs, mais ses réactions étaient bien trop humaines et dénuées du recul si caractéristique des divinités. L’espace d’un instant, il se demanda même si la personne présente devant lui était réellement la déesse nordique de l’amour et de la guerre.

Le porteur du Kraken remarqua la blessure entachant le joli visage de la Déesse, ainsi qu’il constata le lien spécial semblant l’unir à sa tendre Irina. Asyn était son ancien nom… La décision prise n’enchanta guère Hakon, il serait de nouveau séparé de sa dulcinée pour une durée indéterminée, mais le choix n’était pas si mauvais. Andrews serait donc son compagnon d’infortune…

« Bien… »

L’Atlante n’eut pas le loisir de s’exprimer, le guerrier de Delta ayant jugé opportun de l’interrompre pour déverser à nouveau ses inepties. Lorsque le pantin de Loki proféra des menaces envers Irina, l’agacement de Hakon commença à se transformer en une rage incontrôlable : son Ange était plus importante que sa propre vie… Son esprit fut soudain envahi par les visions d’Isaac et de son combat contre Hyoga : son prédécesseur concentrait son énergie en une petite boule d’un froid des plus intenses. Lorsque que le porteur de l’écaille reprit conscience, il fut troublé et confus…

Les spectateurs nordiques commencèrent à ressentir une vague de froid intense, irradiant du corps du Général et provoquant un contraste de température plus que flagrant avec l’extérieur. L’air ambiant se cristallisait subitement sous forme de flocons de glace, aussi acérés que des rasoirs ; le sol et les murs se recouvraient de givre. L’aura glaciale, proche du zéro absolu, se mua bientôt en un arc-en-ciel de volutes colorées, semblables aux aurores boréales du cercle arctique. Tous purent constater l’étincelle de puissance pouvant être déployée par un des grands Généraux des sept mers. Puis tout cessa quelques secondes plus tard, alors que le guerrier reprenait le contrôle de ses émotions. D’une voix tremblante, il prononça les mots suivant à l’attention de la première valkyrie :

« Dame Freyja, je vous laisse le soin de juger du sort de ce triste sire. S’il arrivait malheur à ma chère Irina, je ne lui pardonnerais jamais. Il est désormais l’heure pour ce cher Andrews et moi-même de partir. Je vous remercie pour votre patience et votre sollicitude ; je regrette sincèrement que vous ayez du assister à ce lamentable spectacle… »

Adressant un dernier regard à son Ange, c’est avec les larmes aux bords des yeux que le jeune Hakon tourna les talons et quitta la pièce. A défaut d’avoir eu gain de cause pour Irina, il accomplirait sa mission et, en prime, reviendrait à Atlantis avec une mine d’information très précieuse sur Asgard.



HRP:
 


avatar
WulfFléau de l'Ulfark | Modérateur
Fléau de l'Ulfark | Modérateur

Date d'inscription : 31/01/2014
Nombre de messages : 872
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas
Sam 14 Juin - 14:35
Wulf avait écouté les arguments d'Andrew sans dire un mot. Ce dernier avait été fidèle à lui-même; sincère dans ses paroles et beaucoup plus réfléchis qu'il ne l'avait lui-même été. Wulf continuait à sentir ses migraines et ne percevait plus tout ce qu'il se passait autour de lui, il ne vit pas Silke s'adresser à Freyja, pas plus qu'il ne perçut le bref changement de pigmentation d'Irina.
 
Concernant le guerrier de Delta, il s'appelait Harald et Andrew semblait bien le connaître. Au moment même où Andrew s'était approché, Harald sembla soudains avoir un léger malaise et chancela légèrement, avant de se reprendre. Wulf nota également que le général des mers n'avait répondu à aucune des questions qui lui avaient été posés. Les ignorait-il ? Avait-il choisi d'éviter d'y répondre ? Ou ne connaissait-il pas les réponses ? Wulf eut quand même la nette impression qu'il s'agissait de la première hypothèse, ce qui ne contribua pas à le rendre plus sympathique à ses yeux.
 
L'intervention de Freyja surprit le guerrier. La voix de la déesse remplit la salle sur un ton qui tranchait nettement avec le ton neutre sur lequel elle s'était adressée à eux jusqu'à maintenant. Son intervention accentua aussi la pression cosmique (et diminua la température) ce qui augmenta aussi la douleurs que Wulf ressentait, il avait l'impression que son crâne était entrain d'être écrasé par la poigne d'un Jotunn. Il serra les dents, tentant de garder les idées claires. Il entendit Freyja sermonner Harald, bien qu'il sentait que ce sermon était en partie valide pour tous les guerriers divins. Elle fit un discours inspiré sur le fait qu'elle refusait de laisser des innocents mourir, sur son désir de rendre à Asgard et son peuple leur place dans le monde. Wulf adhérait sur certain point, avait des doutes sur d'autres, mais le point qui lui posa le plus problème était celui de passer outre sur ce qui s'était passé. Le jeune guerrier savait que c'était ce que la raison dicterait, mais il savait aussi que, pour sa part, il ne s'agissait pas d'une chose qu'il pourrait faire facilement. Il était même sûr qu'il ne pourrait pas laisser de coté le ressentiment qu'il éprouvait, et que beaucoup d'autres Asgardiens éprouvaient également, du moins tant qu'on ne lui aurait pas donné une raison de revenir sur son jugement. Pour Wulf, cette idée de passer outre leur passé était certes noble, mais ceux qui oublient le passé se condamne à le voir se répéter.
 
Une fois que Freyja en eu finis avec Harald elle se tourna vers l'envoyé de Poséidon. Lui aussi eu droit à sa part de reproches venant de la déesse. Elle lui rappela le mal que ses semblables avaient fait à Asgard, bien qu'un nom en particulier fut désigné, le général du Dragon des Mers, et il semblait qu'il avait aussi trahi les siens. Ce détail fit un peu réfléchir Wulf sur son attitude, n'avait-il pas été injuste ? Mais d'un autre côté, les généraux ne s'étaient à sa connaissance pas opposer à ce plan. La déesse réprimanda aussi le général sur le fait qu'il avait cru "bon" de donner son avis sur comment gérer notre terre. Pour finir, Freyja décida que ce ne serait pas Irina qui accompagnerait Hakon, peut-être car ils étaient trop proches tous les deux. Elle confia la masse à Andrew, ce serait lui qui accompagnerait le général des mers dans la guerre contre les hindous. Un choix sage s'il en était. Wulf s'avança pour féliciter son camarade, lui tendant la main pour le saluer, tout en tentant de ne pas lui montrer qu'il luttait intérieurement pour conserver le contrôle de ses actes.
 
-" Félicitations Andrew, je suis sûr que ça fera une bonne saga à ton retour. Que Thor guide ton bras mon frère!"
 
Le général ne sembla pas vraiment  être satisfait par l'issu des négociations, mais s'en contenterait. Mais lorsque Harald menaça Irina, tout s'emballa. Le Kraken éleva son cosmos diminuant encore la température à des extrémités jamais atteinte même dans Asgard. Faisant apparaître des cristaux de glace dans les airs, plaçant une couche de givre sur toute la salle. Des aurores boréales se formèrent à l'intérieur. Wulf réagit aussi à cette augmentation de cosmos. D'un coup, il fit exploser son cosmos, laissant son agressivité s'exprimer.
 
-"C'EST QU'IL NOUS ATTAQUE, CE TYPE!!!!!!!!!"
 
Wulf fit appel à son armure qui vint recouvrir son corps. Mais le froid ambiant commença à geler son armure alors qu'il tentait de s'approcher, seul son cosmos l'empêchait de perdre totalement sa capacité de se mouvoir. Il se mit en position de combat, près à charger sur le général. Mais au moment même ou le général reprit son calme, Wulf s'arrêta. Il resta quelques instant immobile avant de reprendre un semblant de calme. Sa respiration restait cependant assez lourde, son aura mit quelques instant à se dissiper. Alors que Hakon s'excusait pour son comportement, Wulf utilisait son cosmos pour détruire la couche de glace sur son armure, en maugréant une série de juron.Une fois la glace enlevée, il vit que plusieurs fissures étaient apparues sur son armure à cause de sa brève exposition à ce froid mordant.
 
Il resta silencieux pendant un moment tentant de reprendre son calme, quittant lentement sa position d'attaque. Il finit par reculer pour se tenir à l'écart du groupe et s'asseoir sur l'un des bancs de pierre se trouvant dans la salle. Il n'était pas passer loin de totalement perdre le contrôle. Il regarda le général du Kraken s'en aller. Il n'avait pas gardé une bonne impression vis-à-vis de ce dernier, mais il ne savait toujours pas grand-chose sur lui, l'avenir lui dirait si son avis changerait. Une fois qu'il fut relativement calmé, il lâcha à l'adresse de Freyja.
 
-"Pour quelqu'un qui vient juste de se réveiller, vous êtes plutôt active, déesse."
 

Wulf n'était pas encore sûr non plus de quoi pensée de la déesse, mais en cette occasion, elle avait prouvé qu'elle avait du caractère.
avatar
AndrewServant de Fenrir
Servant de Fenrir

Date d'inscription : 15/12/2013
Nombre de messages : 398
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas
Sam 14 Juin - 18:52
La scène qui se déroulait actuellement était très particulière pour Andrew. Il y a n'y à pas encore longtemps de cela, il n'était encore qu'un ado parmi les autres. Enfin autant qu'il pouvait se fondre dans la masse, lui l'écossais des bois vivant parmi les citoyens français. En 16 ans il n'avait jamais été réellement accepté en France tout au plus il était toléré.

En Asgard, tout était différent, il n'était là que depuis quelques mois, pourtant il se sentait chez lui et comble du bonheur, malgré ses origines étrangères au pays nordique il n'était pas considéré comme un étranger. Non, il était un membre à part entière de ce pays et tous lui faisait ressentir cela et Dieu que c'était bon.

Mais revenons-en à nos moutons. Harald avait semble'il oublié sa première rencontre avec Andy, le seul élément qui lui rappela cette rencontre fût l'éclat de gemme qu'il lui avait offerte. A la vue de la pierre, il sembla être pris d'un malaise et l'espace d'un instant la gemme brilla comme ce fut le cas à l'époque. Puis le guerrier de Delta reprit pied et la pierre sembla s'éteindre.

Puis Freyja pris la parole, la déesse reprocha aux guerriers Divin leur enfin de confinement d'Asgard. Fermer les frontières n'était pas une solution viable sur le long terme et la déesse en était convaincue. Et à dire vrai, Andy était du même avis.

Mais qu'elle ne fut pas sa surprise lorsque la déesse s'approcha de lui et lui tendit la masse. Lui donnant pour mission de la porter et d'agir de la façon qu'il jugerait la meilleure. Il prit la masse, et croisa ses bras sur sa poitrine et inclina la tête.

"Je tacherais d'être digne de la mission que vous me confiez. J'agirais pour le mieux d'Asgard"

Pourquoi Freyja l'avait-elle choisi lui? Alors que pléthore de guerrier du nord était prés à se sacrifier sur l'ordre de la déesse. Une seule hypothèse était réellement envisageable. La rancune que les guerriers nordiques avaient pour les hommes du dieu des mers et qui n'existait pas dans le cœur d'Andy.

Andrew n'avait pas vécu la dernière guerre sainte, en faite lors de la dernière guerre sainte, personne n'était encore au courant de l'existence des dieux tel que le monde les connait aujourd'hui. De ce fait son ressenti n'était pas comme celui des autres guerriers divins. Ce qu'il savait de la trahison de Kanon, il l'avait appris dans les livres. De ce qu'il avait compris, un homme avait pris le contrôle sur les océans en se faisant passer pour le général du dragon des mers.

Il reprit en regardant Harald.

"- Je sais que je n'ai pas le même passé que ceux qui sont nés en Asgard, mais d'après mes lectures, Poséidon a été trompé par un homme... le frère de Saga des Gémeaux... Alors pourquoi ne sommes-nous pas aussi en froid avec Athéna? Après tout, ce sont ces chevaliers qui ont exterminé la caste des guerriers divins lors de cette guerre sainte."

L'intervention d'Andrew n'avait pas pour but de lancer une guerre contre Athéna, non, 3 dieux avaient été victimes de la traîtrise d'un seul manipulateur. Un seul homme avait réussi à faire s'entre-tuer des dizaines de guerriers.

Alors qu'il allait poursuivre son argumentation, Harald, sembla calmer le jeu, mais cela ne dura que quelques phrases. Son attaque verbale ne s’arrêta pas au général des mers, mais visa sa douce. Ce qui eut pour effet de plonger le Kraken dans une colère froide, colère qu'il parvint à contrôler, mais qui faillit finir très mal. Andy l'avait vu, Wulf avait failli perdre son calme il avait fallu l'intervention divine de Freya pour le calmer.

Andy s'approcha d'Hakon.

"Général. Comme je l'ai dit tout à l'heure, si vous avez besoin d'aide, je répondrais présent. Notre déesse semble penser que Poséidon a besoin d'aide aussi, je vous aiderais."

Il inclina la tête vers Irina et poursuivit.

"Je n'ai pas changé d'avis par rapport à tout à l'heure. Je n'ai qu'une confiance limitée envers les étrangers... J'espère que nous apprendrons à nous connaître général."


Il tendit la main vers celui-ci, dans l'espoir qu'il lui rendrait l'appareil. Après tout, il devrait peut-être risquer leur vie ensemble dans très peu de temps. Alors autant commencer sur de bonnes bases.
avatar
KeiyanGuerrier Divin d'Alpha
Guerrier Divin d'Alpha

Date d'inscription : 16/05/2011
Nombre de messages : 8604
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas
Dim 15 Juin - 17:29
    La situation était grave.
    Bien qu'il se refuse à admettre leur défaite face aux forces d'Eris, Keiyan ne pouvait que constater que les forces du royaume d'Asgard n'étaient pas, vraiment pas, ce qu'elles auraient du être si tous les guerriers du Royaume s'étaient éveillés. Et de savoir que l'un d'eux pouvait perdre la raison à chaque instant, cela lui donnait le sentiment d'une responsabilité qu'il n'avait jamais désirée.

    Pour ces raisons, il avait suivi Wulf et Andrew, sans se cacher. Et il en profita pour observer la scène, découvrant la nouvelle incarnation de la déesse Freyja. La conversation avec le Général des Mers fut des plus divertissante, et Keiyan apprécia la façon dont sa déesse répondit à la menace tout juste voilée de son vis à vis. Non, le royaume ne pouvait faire confiance à une personne usant de ce genre de mots pour tenter d'emporter avec lui un objet qui semblait attirer les convoitises.

    Jaillissant à son tour, Keiyan laissa son esprit et son cosmos imprégner les lieux, tentant par la même de calmer les animosités qui pouvaient naitre.

    «Puis-je me permettre ?
    Il est vrai que notre peuple s’enorgueillit de ses guerriers fiers et puissants. Notre Royaume, il est vrai, souffre depuis des millénaires pour maintenir l'équilibre de ce monde... Notez, Freyja, qu'il ne s'agit pas de mon opinion profonde mais je pense que chacun ici s'est demandé ici s'il ne fallait mieux pas pour nous choisir de... et bien de laisser chaque peuple dans ses propres ennuis et renforcer nos positions. Jusqu'à présent, ces divinités ne s'en sont pas prises à nous. Soit... Malgré tout, je suis obligé de reconnaître un point à cet Hakon quand il dit que cela pourrait changer. Quoi qu'il en soit, le choix ne m'appartiens pas et je me rangerais à votre décision Majesté.»

    Puis, baissant la voix pour que seule Freyja puisse l'entendre

    «Pour ma part, je pense qu'il est également nécessaire de lancer un nouvel appel à nos guerriers pour qu'ils s'éveillent tous à leur destin. Sans cela, notre Royaume finira par disparaître dans les conflits de ses voisins»

    N'ayant plus rien à dire, Keiyan redescendit les quelques marches qui le séparait de ses pairs, avant de poser la main sur Wulf pour l'aider un peu plus à se calmer, et insuffler du calme à la pièce. La présence de Keiyan restait puissante, signe pour chacun des hommes présent qu'ils avaient tous le devoir de se montrer respectueux et disciplinés en ces lieux.
avatar
Asyn

Date d'inscription : 24/11/2008
Nombre de messages : 1252
Age : 33

Revenir en haut Aller en bas
Mer 18 Juin - 22:45
Il avait à nouveau manqué de respect,  que ce soit dans son attitude ou dans ses paroles. Je ne le quittais pas des yeux, je continuais à la regarde avec de cet air sevrèrent, alors qu’il continuait a déversé ses paroles. JE pouvais sentir un cosmos en lui, quelque chose qui l’influençait. J’avais les dires de Silke, me disant qu’il n’était plus celui qu’il était . Puis il manqua de respect à Irina, aux Valkyries, osant lui faire remarque qu’elle n’était rien comparer à lui guerrier divin. Mais cet ordre, mon ordre, n’avait d’ordre à recevoir de nul autre qu’Odin ou de moi-même, même la représentante n’avait pas le droit de les commander, sauf si ni Odin ou moi n’étions pas là, cela était le seul cas ou les Valkyries recevaient leur ordre de la représentante.

Mon cosmos, voulait sortir à nouveau, montrant sa colère face à ces paroles, mais alors qu’il ne s’était guère manifesté, le froid pris cette salle, le flocon dansait dans l’air, et tout mon être se retourna vers le général du kraken. Je ne pouvais permettre cela, le laisser partir hors de mes terres sans lui avoir faire remarque que cela n’était guère intelligent de sa part. Les guerriers auraient pu prendre cela pour une attaque, et sans le vouloir il nous aurait plongés dans une nouvelle guerre. Et c’est ce qui se passa, Wulf avait appelé son armure, pensant que le général passait à l’attaque. Alors d’une voix plus forte et dégageant plus de puissance, je l’appelais d’une voix forte afin de le faire revenir à la raison

« Hakon ! »

Et soudain, comme si mon appelle l’avait fait réagir, tout cessa, la salle repris doucement ses couleurs, les flocons cessèrent de voler dans l’air et Hakon partis s’excusant pour sa perte de contrôle, je lui adressais un léger sourire pour qu’il ne s’inquiète pas, mais je ne pouvais quand même pas le laisser partir. Trop de choses avaient été dites, trop d’éléments qui auraient pu provoquer bien plus que cette simple perte de crontôle. Mais pour l’heure je devais m’occuper de ce guerrier qui ne s’était nullement présenté, j’attendis qu’il soit parti avec Andrew. Demanda à une garde de venir, lui demandant d’aller retrouver le général, pour lui dire mot pour mot que je souhaitais le voir avant qu’il ne parte définitivement d’Asgard. Pendant ce temps Silke parlait au chevalier Delta.

« Harald ! Mais qu’est-ce qui te prend ! Je ne te reconnais pas, Tu es différent de celui qui m’a ramenée chez moi après qu’Éris m’a vidée d’une partie de mon cosmos, ni celui qui a combattu à mes côtés contre sa fille Elvira et qui m’a ramenée ici en vie ! »

Je posais ma main sur l’épaule de la guerrière, et pris le relais tout en demandant aux autres guerriers de ne pas intervenir. Je m’approchais de lui, tout en répondant aux menaces qu’il avait prononcées à l’égard d’Irina.

« Irina est une Valkyrie, elle ne reçoit d’ordre ou de menace que d’Odin et moi même. Que tu sois un Guerrier divin ne change rien. Tu n’as pas à lui parler de cette manière, à elle ou qui que ce soit qui fait partie de son ordre, même la représentante n’a aucun ordre à leur donner quand je suis en Asgard ou qu’Odin soit là. Mais, avant tous tu n’as pas à parler de cette manière à un guerrier d’Asgard qu’elle soit Valkyrie ou non…»

Je continuais à m’avancer, montrant un cosmos de plus en plus menaçant envers le guerrier de Delta, le regardant comme s’il n’était qu’une proie qui ne pouvait s’échapper.

« Mais le plus grave, c’est que tu manques non seulement de respect à tes compagnons, mais à ta déesse. Tu arrives, sans te présenter, sans montrer le moindre respect. Essayant de semer la haine dans le cœur des autres. Alors Chevalier c’est à moi de te demander. Sais-tu à qui tu t’adresses Chevalier ?! »

A mes mots mon cosmos s’était fait ressentir, fort et puissant,  aussi froid comme nos contrées, alors que des chaines apparues à ses poignets pour éviter qu’il ne puisse partir. Je contournais le chevalier posa ma main sur son omoplate, lui insuffla ce froid en lui. Il venait entourer le sceau de celui que j’affrontais. Il venait geler la mauvaise influence dont il était victime, alors que j’approchais ma bouche de son oreille et d’une voix froide, digne d’un prédateur.

« Loki peut être effrayant, mais crois-moi chevalier, mais je peux l’être davantage. Alors tu ferais mieux de réajuster ton comportement envers moi et tes compagnons.»

Mon cosmos continuait son œuvre, scellant doucement le sceau de Loki, me vidant petit à petit de mon énergie, je ne laissais rien transparaitre. Puis d’une voix plus douce je lui murmurai.

« Maintenant redeviens, celui que tes compagnons connaissent. »

Et à ses mots le sceau fut scellé, il ne l’était pas totalement, mais mon combat contre Loki me prenait une grande partie de mon pouvoir et pour l’instant je ne pouvais faire plus. Ma main se retira  du dos du guerrier, et je revenais auprès de Keiyan, Silke et Irina. Pris la parole pour répondre à Wulf tout en lui souriant,  puis à celui que j’avais rencontre bien avant que je devienne Valkyrie ou même Freyja.

« C’est que vous me donnez beaucoup de travail. Wulf je voudrais que tu restes ici, maitriser ce rage qui est en toi, avant de t’envoyer en mission. Pas que je n’ai pas confiance en toi, mais je ne veux pas qu’il t’arrive quoi que ce soit… Keiyan j’entends te paroles, elles sont sages et je suis d’accord. Mais si cela ne te dérange pas et si tu le veux bien, j’aimerai que tu aides Wulf, avant tout. »

Je me retournais vers l’éclat d’Hugin et Munin, et à son tour je lui demandais à son tour de le prêter mains fort.

« Quant à toi Silke. Après ta convalescence j’aimerai que tu partes parcourir le monde, me tenir au courant de ce qui s’y passe comme tes corbeaux le font pour Odin. Je veux que tu sois les yeux d’Asgard, que tu nous dises là où on a besoin de notre présence. Maintenant je dois voir le général seul à seul pour calmer les esprits… Irina ne part pas trop loin, j’aurais besoin de toi pour une mission. »
avatar
Harald

Date d'inscription : 12/03/2013
Nombre de messages : 397
Age : 38

Revenir en haut Aller en bas
Ven 20 Juin - 16:07
[EDITE]

Andrew et le marina quittèrent l'enceinte du palais. Je pouvais ressentir les deux cosmos s'estomper au fur et à mesure qu'ils s'éloignaient; le plus puissant des cosmos, dégagé par Hakon, était digne des généraux de poséïdon. Celui d'Andrew était plus faible mais on pouvait ressentir un très grand potentiel en lui ...que sais ce que nous réserve l'avenir à son sujet ....

     Tout en regardant mon pendentif de Blue Graad perdre de sa luminosité, une guerrière vint à ma rencontre:

« Harald ! Mais qu’est-ce qui te prend ! Je ne te reconnais pas, Tu es différent de celui qui m’a ramenée chez moi après qu’Éris m’a vidée d’une partie de mon cosmos, ni celui qui a combattu à mes côtés contre sa fille Elvira et qui m’a ramenée ici en vie ! »

     Décidément aujourd'hui, ils avaient tous décidé de me causer un mal de tronche; si bien que je n'avais vraiement aucun souvenir d'elle. Je posais un air ahuri sur elle .... Profitant de ce moment de faiblesse évident, Freyja en profita pour s'approcher de moi. D'un geste de la main, des chaines de cosmos émergèrent du sol pour venir emprisonner mes poignés et me privant de tout mouvement. Freyja me toisa de son regard divin puis vint se poser derrière moi. Impuissant face à sa puissance je ne pu rien faire lorsqu'elle apposa sa main sur mon omoplate.

     Une douleur intense me traversa similairement à un éclair qui pourfend le ciel, m'arrachant un cri qui résonna dans la salle. L'armure de DELTA quitta mon corps pour se reformer en totem. Ensuite, mon T-shirt vola en éclat, mettant à jour le sceau maléfique de Loki qui marquait ma chair. Un éclair de cosmos liait la main de Freyja à la marque maudite. Freyja était tout simplement en train de combattre Loki une deuxième fois.....

     Quelques secondes après je tombais à genou, et au même moment, une seconde marque enserrant la première apparut sur mon omoplate gauche. Cette seconde marque portait la signature de Freyja, bénéfique et inhibant le pouvoir de la marque de Loki. Une fumée magique s'en échappa et Freyja s'exprima:

« Maintenant redeviens, celui que tes compagnons connaissent. »

    " Freyja....est ce vous? Silke! que fais-tu ici! Je suis content de te voir saine et sauve!" dis-je. Mes entraves aux poignets disparurent et je pu me lever pour me blottir dans les bras de Silke.

"J'ai l'impression qu'un grand mal à quitté mon corps...."

     Et de suite je me souvins du vil Loki et de son pacte qui m'avait privé de mon jugement et de certaines parties de ma mémoire.... Je me posais à genou devant la déesse visiblement épuisée par son acte.

"Déesse Freyja.....je suis désolé d'avoir causé autant de tords à notre faction.... Loki a profité de ma faiblesse pour me corrompre. Je vous remercie de votre bonté et de m'avoir libéré de son étreinte démoniaque. Pour cela, je vous confie ma vie et je jure sur mon armure de vous servir".

     A ces mots, un grand doute m'envahit....mon armure....Eikthyrnir.....non ce n'était plus elle.....mais une autre....celle justement confiée par Loki lui même..... Allait-elle réagir positivement à ma présence à présent??
 
     L'armure divine de Delta, était à quelques pas de moi. Je me levais et tout doucement j'approchais ma main pour parvenir à ce contact....Je n'avais qu'une peur...que celle-ci me rejette!
     Pareillement à ce que j'avais fait en Ubar, je m'approchais de l'armure afin de la toucher de ma main mais cette dernière me repoussa si violemment que je fut projeté quelques mètres en arrière devant les yeux ébahits de l'assemblée. Durant ce bref contact je pu ressentir que l'armure ne me reconnaissait plus.

Est ce que Freyja avait lavé l'armure de l'emprise de Loki et que celle ci soit désorientée au point de me rejetter?

     Encore étonné par ce lien qui n'existait plus entre moi et l'armure de Delta, hébété, je repris conscience de mon environnement proche. Je posai les yeux sur Freyja et je pense qu'elle put percevoir mon désarroi et mon appel à l'aide à travers mon regard.

"Vous tous ici présent, je m'excuse pour mon comportement qui ne réflétait pas ce que je suis vraiment....A présent presque tout semble être rentré dans l'ordre...à peu de chose près car il semblerait que je ne suis plus un chevalier car je suis sans armure. Je suis à présent votre allié et au service de Freyja..... si elle veut bien de moi en l'état..."

Harald regarda ses nouveaux alliées et il sentait, à la vue des sourires, que tous étaient ravis qu'il se soit présenté de la sorte mais aussi tous chagriné par la réaction de l'armure au saphir d'Odin.

Qu'allais-je faire à présent? Intérieurement je ne voulais pas baisser les bras car il me fallait reconquérir cette armure au péril de ma vie. Même s'il fallait que je demande l'aide de Freyja....


Dernière édition par Harald le Jeu 26 Juin - 17:18, édité 2 fois
avatar
Lilith_oldEn Test RP

Date d'inscription : 17/02/2014
Nombre de messages : 133
Age : 31
Autres comptes : Calysto / Minami

Revenir en haut Aller en bas
Sam 21 Juin - 11:57
Finalement, j'étais à nouveau séparée d'Hakon et la tristesse m'envahît de nouveau. Pourquoi le sort s'acharna sur nous? Je venais de le retrouver et on me l'arracha de nouveau. Tandis que j'étais plongée dans mes pensées, je ne faisais pas attention aux personnes qui m'entourèrent. Après plusieurs minutes de réflexions, je décidais de quitter le palais sans me retourner tandis que des larmes coulèrent le long de mes joues.

(C'était mon dernier post, bonne continuation pour la suite)
avatar
WulfFléau de l'Ulfark | Modérateur
Fléau de l'Ulfark | Modérateur

Date d'inscription : 31/01/2014
Nombre de messages : 872
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas
Sam 21 Juin - 16:36
Wulf était toujours assis sur son banc, retirant son casque pour s'aérer les idées. Les images de la brève période environnant sa récente perte de contrôle lui revenait en flash, comme à chaque fois. Les souvenirs reviendraient avec le temps et ce serait seulement à ce moment-là qu'il pourrait prendre la mesure de ses actions. Heureusement, ce coup-là il ne semblait pas y avoir eu vraiment d'impact.
 
Très vite, un nouveau cosmos se fit sentir, remplissant la salle, celui-ci était puissant mais plein de sérénité. Puis une voix retentit et celle-ci lui parut familière. Tournant la tête, Wulf reconnu rapidement Keiyan. Les paroles qu'il adressa résumèrent assez bien ce qui avait été dit durant la réunion avec le général. Cependant, au-delà de ça, cela fit prendre conscience à Wulf d'une chose. Il trouvait que ce serait vraiment trop stupide de laisser les hommes massacrés par une quelconque menace alors qu'en Asgard ils se sacrifiaient chaque jour pour empêcher les terres de sombrer sous les flots. Une fois qu'il eut finit de parler à Freyja, Keiyan se dirigea vers lui, pour l'aider à se calmer.
 
Wulf eut du mal à suivre ce qui se passa par a suite, son esprit encore légèrement groggy. Silke semblait, elle aussi, connaître Harald ou, du moins, croyait le connaître, mais le guerrier de Delta ne semblait pas se  souvenir de leur rencontre. Rapidement après, Freyja prit les choses en main et le guerrier divin en reprit un coup pour son grade et, ce coup-là, il semblait déguster ferme. Pour finir, Freyja passa à l'action, élevant son cosmos. Influence de Keiyan permit à Wulf de ne pas réagir à cette montée de cosmos, mais lorsque Freyja enchaîna Harald, Wulf fit mine de se relever pour intervenir. S'il était d'accord que Harald avait grandement manqué de respect dans ses paroles envers Irina, est-ce que ça justifiait vraiment ce traitement ? Cependant, l'attitude calme mais ferme de Keiyan poussa Wulf à se raviser. Ce qui suivit fut encore  moins claire pour le jeune Berzerk. Freyja était réellement effrayante alors qu'elle continuait sa manœuvre, et Harald semblait vraiment prendre dans les dents au vus des cris qu'il poussait...
 
Puis... plus rien. Le guerrier de Delta était tombé à genoux et Freyja finit son rituel enlevant par la même occasion les chaînes de glace. Harald se releva quelques instants plus tard et semblait complètement métamorphoser. Le guerrier s'excusa et expliqua rapidement son histoire, Wulf pour sa part n'était pas vraiment sûr d'avoir compris ce qui s'était passé, mais il avait comprit l'essentiel. Wulf restait de marbre devant tout cela, ne sachant pas vraiment comment réagir ni que croire.
 
Ensuite, Freyja s'adressa à lui. Elle lui demanda de rester en Asgard pour apprendre à maîtriser sa rage.
 
-"Votre sollicitude me touche, déesse. Cependant, je m'inquiète plus du sort de ceux qui m'entoureront que pour la mienne. Je suis un guerrier, la mort est désormais une possibilité avec laquelle il faut vivre. Cependant, il est vrai que je ne peux prétendre être un guerrier divin si je demeure une menace pour notre peuple."
 
Wulf se releva alors de son banc. Remettant son casque. Son armure portait encore les stigmates de son exposition au froid, preuve , s'il le fallait, qu'il existait des pouvoir bien puissant que les siens.
 
-"Ce qu'il vient de se passer prouve ce que je craignais. Même en tentant de me maîtriser, je reste un danger potentiel pour tout ceux qui me fréquente, je vais donc me retirer, loin des lieux habités par mes compatriotes. Je vais suivre vos directives et tenter de maîtriser ma rage."
 
Wulf avait de sérieux doute quant à la possibilité de ne serait-ce qu'espérer dompter cette fureur qui l'habitait, mais il garda cela pour lui, la Première Vakyrie et les protecteurs du royaume avaient déjà suffisamment de soucis en tête. Il s'adressa ensuite à Keiyan.
 
-" Si tu me cherches, je serai près du lieu de mon plus grand crime."
 
Alors qu'il était sur le point de partir, Wulf s'arrêta un moment et se retourna.
 
-"Harald, tu dis êtres redevenus celui que tu étais ?  Je ne suis pas sûr de comprendre la portée de tes parole, à quel point tu est différent. Je ne te connaissais pas avant aujourd'hui cela n'a donc que peu de sens me concernant, mais il semble que ce soit une bonne chose. Si tu considère avoir causez du tord envers Asgard par tes paroles, sache que tu n'es alors pas le seul à avoir faillit. J'ai adhéré à tes paroles face à l'envoyé du dieu des mers, et si celle-ci t'ont été inspiré par le Fourbe, dans mon cas je n'ai pas ce genre d'excuse."
 
Wulf ne pouvait expliquer clairement pourquoi il avait dit ces paroles. D'un côté, il n'était pas homme à fuir la responsabilité de ses actes ou ses paroles, d'un autre, il pensait s'en être tiré plutôt à bon compte par rapport à Harald pour ses paroles et ce dernier devait avoir assez souffert d'avoir vu sa vie volée par le dieu du mensonge, il voulait qu'Harald sache que la faiblesse était en chaque âme.
 
-" Déesse, une fois que les choses se seront calmés, il faudra que je vous confesse mes crimes pour que vous sachiez exactement à quoi vous avez affaire. Silke, puisse Eir, la soigneuse, hâter ta guérison."
 
Ce fut sur ces mots que Wulf quitta la pièce. Il continua à marcher vers la sortie du palais et s'enfonça ensuite dans le blizzard qui recouvrait Asgard. Au loin, Wulf pouvait voir des aurores boréales se former. Étaient-elles annonciatrices de la nouvelle ère qui s'ouvrait pour Asgard ? Était-ce un présage d'espoir ? Ou au contraire montraient-elles le calme avant la grande tempête ?


(bon en gros je fait sortir mon perso, et comme je vais êtres absent pendant 1 mois à partir du 27, si il y a quelque chose le concernant qui doit se passer on règle ça à mon retour (en FB ou autre c'est = ) sur ce salut et bonne vacances ou quoi que  vous fassiez en juillet)
avatar
AndrewServant de Fenrir
Servant de Fenrir

Date d'inscription : 15/12/2013
Nombre de messages : 398
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas
Sam 21 Juin - 17:41
Keiyan était apparu à son tour dans la salle du palais. Lui qui avait déjà rencontré Wulf et andrew n'avait pas l'air de voir changé. Son Franc parlé et ce côté sur de lui était toujours présents. Et le fait de le voir prendre la parole comme il l'avait n'apportait qu'un peu plus à sa prestance.

Mais nous nous égarons encore un peu de notre sujet. Andrew avait sa mission et après avoir saluer tous les guerriers présents dans la salle. Il s'adressa au général des mers.

"- Je vous attendrai à la lisière de la forêt d’Epsilon général."

Laissant tout ce petit monde derrière lui, il sortit du palais et se dirigea vers la forêt. Là Geri et Freki l'attendaient, les loups d'Odin seraient du voyage et Andrew se demandait comment le prendrait le Général de l'Arctique. 

Lorsqu'il eut réuni quelques affaires de rechange dans un sac, ainsi que quelques vivres, il s'installa confortablement et profita de cette attente pour méditer quelque peu. Les événements récents avaient un peu chamboulé Andy et il avait besoin de mettre un peu d'ordre dans ses pensées.

La masse entre les mains, il déploya un léger cosmos et commença à méditer.


[RP un peu court, mais je ferais mieux demain promis Wink Andrew va ==> Ici
avatar
Asyn

Date d'inscription : 24/11/2008
Nombre de messages : 1252
Age : 33

Revenir en haut Aller en bas
Ven 4 Juil - 21:25
Les évènements se calmaient, Harald avait retrouvé celui qu’il était. Le combat avec le fils de mon cher ami, m’épuisait, avoir sceller ce saut me faisait tirer dans mes réserves, cela devenait trop pour moi qui venais à peine de prendre conscience de celle que j’étais. Mais mon visage affichait toujours ce visage neutre, masquant cette fatigue qui me tenaillait. Je cherchais des yeux Irina et la vis sortis, en moi-même je savais qu’elle n’avait pas supporté d’être séparé encore une fois de son bien aimer. Mon envie voulait la rattraper, lui expliquer ma décision, lui dire que cela n’avait été aucunement contre elle et lui. Mais je ne pouvais partis ainsi laissant l’autre guerrier seul, et je savais que cela serait la dernière fois que je la voyais au fond de moi.

Harald c’était approché de son armure, voulut la toucher, mais celle-ci n’avait pas oublié la fourberie de Loki et n’avais pas apprécié qu’on la force à accepter quelqu’un. Je soupirais, regardais le guerrier.

« L’armure de Delta ne t’a pas accepté d’elle-même. Loki la forcer à te prendre comme protecteur, il va falloir que tu la convaincs que tu es digne d’elle chevalier. »

Alors que Wulf, lui, attendit la fin de mes paroles pour me répondre face à la proposition que je venais de lui faire. Il exprimait sa gratitude, et ces craintes, il me demanda une oreille plus tard pour les crimes qu’il avait commis et à ses mots j’avais hoché la tête, après quoi il quitta la salle du trône. Puis ce fut le tour de Silke qui s’excusa auprès de moi et pris congé tout en disant à Harald qu’elle était contente qu’il soit redevenu lui même.

Alors que mon corps réclamait à mon esprit du repos, je regardais Harald, lui adressa quelques mots avant de le congédier pour quelques minutes, le temps de me reposer quelques minutes.

« Harald, en attendant de trouver une solution, va récupérer des forces, car ton épreuve sera difficile. »

Je laissais le temps au chevalier de sortir de la salle du trône. Puis il n’y avait plus que Keiyan, cet homme que j’avais rencontré loin de nos terres. Je m’avançais vers le trône, quand des images de mes vies passer refirent surface. Je pouvais voir ces lieux remplis de guerrier, ce siège occuper par une Polaris. Je m’appuyais sur un des accoudoirs, ma respiration s’était de plus en plus rapide. Les images se succédèrent, forçant mon corps à poser un genou à terre. Et d’une voix fatiguer, tout en me releva et me retournant vers Keiyan.

« Cela fait longtemps depuis cette rencontre dans les neiges, Keiyan… Je suis contente de te voir.»

Je continuais à repousser la fatigue qui venait me narguer, essayant de garder cette prestance que j’avais affichée jusqu’à présent.
avatar
MyraChevalier Noir du Caméléon

Date d'inscription : 17/08/2006
Nombre de messages : 12648
Age : 26

Revenir en haut Aller en bas
Mer 9 Juil - 20:29
L'étoile du guerrier divin d'Epsilon, celle-ci semblait dégager une onde étrange ce soir là, Ercih avait quitté la jeune guerrière avec qui il avait obtenue une arme étrange à Lochranza, il s'était rendus après son départ au château de la représentante d'Odin et avait obtenue de sa part le rang de chef des armées, maître des nouvelles recrues, ce n'était pas tout elle lui avait permis d'acquérir un puissant lien avec les loups en effet il pouvait désormais communiquer avec eux par pensés et il semblerait qu'une louve avait beaucoup de choses à lui apprendre sur son sinistre passé, cette louve blanche au croissant de lune portant le nom de Kana.

Mon fidèle amis, je peux enfin te révéler ce qui te tourmente... Sache que ce que tu vas entendre peux te faire basculer du côté des ténèbres, ton passé, ton enfance des amis, ma mère tout est lié à un seul mot qu'est la mort, tu a vécus au coeur des ténèbres sans même le savoir, écoute donc ce que j'ai à te dire, c'est ton histoire, l'histoire de ta vie...

Il y a des années, celui qui fut le maître de ma mère et également le mien gérait un réseau de trafic d'enfant, les couples isolés avaient la malchance d'être les élus du père d'Eléna je te laisse deviner pourquoi ... Isolé, il fallait beaucoup de temps pour trouver un coupable, la plupart du temps il n'y avait d'enquête, Asgard est un beau pays certes, mais il y a des tas de choses à revoir, Aäricia me permet de t'aider à y voir plus clair, nous pouvons communiquer désormais.

Ercih ne répondit pas aux premières paroles de sa fidèle amie, il avait déjà appris plusieurs choses, la mère de Kana était également au milieu de cette enfers et il est fort probable qu'elle soit morte aujourd'hui, il avait connu horreur et traumatisme, tout comme Kana à vrai dire, il n'était pas le seul à avoir souffert et une larme vint couler le long de ça joue, il avait lutté pour recoller les morceaux de son passé aux côtés de Kana sans même se douter qu'elle aussi avait beaucoup souffert, il ne dit rien et laissa la brise glaciale briser le silence qui durât quelques secondes.

Après ce crime donc tu as été élevé par notre belle « famille » ma mère s'occupait de toi et des autres enfants comme s'ils avaient toujours fait partie de la meute qu'elle fut forcée de quitter, meute que mon père dirigeait auparavant. Quand tu as enfin un sept ans ton calvaire à commencer, tu n'étais là que dans l'objectif de rapporter de l'argent, je naquis peut après, ma mère perdue la vie dans de mystérieuses circonstances, une morsure sur la main de l'homme à la cicatrice laissa penser qu'elle s'était rebeller, je n'étais pas présente à ce moment-là, je dormais et fut réveillé par le bruit d'une balle et le hurlement morbide qu'elle put émettre, c'est depuis ce jour que j'ai souhaitais quitter à mon tour cet enfer et un enfant allait m'y aider, la fille de se tordu, la belle et douce Elena.

Nous avions envisagé ensemble mille et une possibilité de fuir les lieux en amenant le maximum de personne avec nous, mais toute tentatives étaient vaines, elle était hélas trop surveillé et profité du temps qu'elle avait pour venir vous voir, vous aider... Il y avait quelque chose d'étrange avec elle, elle me comprenait tout comme on ce comprends aujourd'hui, je pense qu'elle était une éveillé sans même le savoir.

Ercih eut un léger choc en entendant cela, il retint sa respiration un instant et Kana poursuivit.

Elena avait un coup de coeur pour toi c'est bien comme ça que vous dites les vous les humains non ? Elle m'avait dit-être amoureuse d'un des prisonniers et elle allait donner sa vie pour lui, pour toi Ercih... Tu as été torturé et à assister à plusieurs morts jusqu'à tes quinzes ans, le jour ou il fallait te vendre aux enchères Elena ne le supporta pas, et je ne pouvais vous voir mourir devant moi trop de sang avait déjà coulé et un lien semblait déjà nous unir...

Des années plus tard, a commencé ton amnésie nous avons vécu dans ce monde sauvage, mais lié tous les trois durant plusieurs saisons, jusqu'au jour ou l'homme à la cicatrise refit surface et tu connais la suite, son odieux chantage nous a brisé le coeur une nouvelle foie, si tu ne mets pas fin à tes jours, je tue Elena, ma fille. Tu n'as pas hésité à te jeter de cette falaise et avant même que je ne puisse te rejoindre pour te sortir de l'eau qu'il eut appuyer sur la détente et mettre un terme à la vie d'Elena...

Voilà ton histoire, je t'épargne les détails, car tu en sais suffisamment, ne laisse pas la colère prendre le dessus et retiens cette rage qui t'anime, j'ai réussi à le faire et tu dois parvenir à faire de même...


La louve au croissant de lune ce tus alors ressentant le cosmos grandissant d'Ercih, ces vérités, cette haine qu'il éprouvait envers le monde en cet instant n'avait d'égal il fut également déçut l'or qu'il fixa sa fidèle louve qui lui cachait quelque chose, il le compris rien qu'en plongent son regard dans ceux des yeux bleues du fauve. Kana troublait n'avait d'autre choix que de lui faire une révélation, une annonce qui changerait le loup des steppes à tout jamais, lorsque la louve pénétra l'esprit de son ami pour lui parler de nouveau, l'armure d'Epsilon ce mit à briller étrangement, pourtant la louve entama le dialogue, voyant les morceaux de l'armure des dieux quitter un à un Ercih pour une destination inconnus, en écoutant ceci, n'était il plus digne de porter une armure des conquérants ?

Sais tu où nous sommes ? ... Un hurlement, puis un autre et enfin une meute de loup vint surgirent de toute part en hurlant la mort, la lune tout comme l'étoile d'Epsilon semblait éclairer cet endroit où se trouvait les deux protagonistes sur cette falaise qui des années plus tôt vint détruire leurs vies, Ercih ne dit rien et semblât impuissant il ne reconnu le lieu que lorsqu'il penchât sa tête dans le vide où il s'était jeté, il ré-entendus le bruit de l'arme tirer sur sa belle et fut pris d'une violente crise il oublia Asgard un instant et tout ce qu'il était pour faire surgir la bête qui sommeillait en lui. Il déploya son cosmos jusqu'à son paroxysme et atteint le septième sens et s'agenouilla sur ce sol qui contenait une partie de sa vie, il écrasa une seule et unique foie sa tête dans celui-ci laissant visible que des morceaux d'armure qui vinrent le quitter à jamais et une quantité abondante de sang qui s'échappé de son front ; la falaise qui faisait obstacle à ces souvenirs étaient détruite, il chuta de nouveau de celle-ci de nouveau comme il y a des années, mais cette fois-ci il n'entendit pas de coup de feu et il sourit dans sa chute en effet ce cauchemar était terminé, la louve le sortis de l'eau comme elle le fit avant et vis sourire son amie comme jamais. Après tant de révélation elle n'y croyait que peu, mais pourtant... Elle vint alors lécher le front de son ami l'aidant à cicatriser ces plais et aperçut au loin une ombre qui lui glaça le sang, l'homme à la cicatrice, le père d'Eléna était toujours en vie, il vint sourire à la louve et s'éclipsa au loin, Kana savait que le cauchemar n'était pas terminé, mais qu'il était temps d'aller de l'avant, l'histoire d'Ercih le guerrier divin d'Epsilon amnésique n'était plus, commencer une nouvelle erre, celle d'un guerrier chef des armés qui allaient de l'avant en accordant sa confiance au peuple bien qu'un jour il devrait faire face à son passé... C'est au palais que ce réveillerait Ercih blessé amené par Kana le chant des loups c'était éteint lorsqu'il tomba inconscient laissant place à d'étrange rugissement, quelque chose planait autour du duo, ils allaient bientôt savoir de quoi il s'en retourne...





C'est vers leur amie commune que la louve vint trouver refuge, en effet elle amena Ercih au palais elle ressentit la présence de celle qu'elle avait rencontré plus tôt, Ercih lui repris ces esprits et ce mit un peu de neige sur le front laver par la louve, ceci fait il s'avança peu à peu au sein du palais, il ne portait plus Epsilon qui semblait l'avoir quitté lorsqu'il perdit ces esprits, son armure l'avait t-elle rejetée ? Surement oui, quelques secondes il n'avait plus mérité le titre de guerrier divin à moins que ce ne soit une autre raison... Quoi qu'il en soit il était de nouveau prêt à aller de l'avant et c'est ici que son nouveau parcours commencé celui d'un meneur, il poussa l'immense porte et vint entrée dans la sale de conférence, il se demandait ce qui l'attendait en effet Kana lui avait dit qu'elle l'amenée à Asyn et en y réfléchissant après son départ du temple Ercih avait ressentit deux étranges cosmos, celui d'Asyn en faisait partie puisque sa flamme cosmique semblait ne plus rien dégagé pour ensuite devenir ... divine... Quelque chose c'était passé en son absence et il le compris en ouvrant la porte, Asyn était là changé, mais bien présente, elle dégagé un cosmos divin, elle est la déesse de la vie était donc une seule et même personne...

L'Alioth salua de la main le guerrier présent sur les lieux et s'avançât vers son ancienne amie, il se demandait comment agir dans cette situation il revenait là sans armure et découvrait qu'Asyn était en réalité la déesse de la vie... Il ne fit rien et resta figé face à la jeune femme Asyn était elle seulement présente ou Freyja avait bien pris sa place il n'en avait aucune idée, Kana par contre comprit ce qu'il ce passé et elle se rendit aux côtés de la belle brune...



[ HRP : Retour dans le rp donc j'espère ne pas avoir fait d'erreur ou créer un soucis de logique si question MP ^^ ]
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

[EVENT]rencontre et retrouvaille

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Retrouvaille
» Retrouvaille inattendue [pv Zarathos]
» Retrouvaille entre soeurs...|feat Rhéa-Gaïa O'Brain
» Retrouvaille!!! (PV Ryofu Itô) HENTAï
» Retrouvaille inattendue [ouvert à tous ^^]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya :: Zone Guerre Sainte :: Cercle Polaire Arctique :: Nordheims :: Asgard :: Le palais de Valhalla-