avatar
KeiyanGuerrier Divin d'Alpha
Guerrier Divin d'Alpha

Date d'inscription : 16/05/2011
Nombre de messages : 8604
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 17 Juil - 8:28
    «Je crois que j'étais surtout terrifié à l'idée d'oser ne serait-ce qu'imaginer poser ce genre de question…» avoua le jeune homme, éclatant de rire à cette révelation.

    Puis, le jeune homme souriant avait simplement écouter et acquisé aux propos de sa déesse, comprenant que certaines informations lui avaient échappés. Malgré tout, il se disait que s'il croisait la route de leur divinité, il lui ferait la morale sur le sort réservé aux jeunes femmes du Royaume qui méritait mieux que se réveiller, d'un coup, avec l'identité et les devoirs afférents au rôle qu'était celui de Freyja en tant que déesse de l'Amour et de la Vie pour le peuple d'Asgard.

    «Un esprit humain est-il véritablement jamais prêt à se découvrir une nouvelle et divine identité ? J'en doute fortement, pour ma part, mais je suppose que les Dieux eux-même n'ont pas toujours le choix du moment même pour ces événements là. Surtout pour ces événements là.»

    Les explications de Freyja confirmaient les doutes que pouvait avoir Keiyan sur le rôle de Loki dans les problèmes rencontrés par le Royaume. Bien que se prétendant l'un de ses défenseurs, Loki ne pouvait pas plus empêcher sa soif de pouvoir de se manifester que Keiyan sa soif de justice veiller au bonheur du peuple qui était le sien depuis toujours.

    Gardant le silence quelques instants, Keiyan se risqua à caresser le dos du pelage de la louve, un geste de bonne volonté et une façon d'accueillir cette créature parmi la Fraternité des Guerriers Divins d'Asgard. Les mots de la déesse envers le nouveau venu étaient déjà, il ne s'en étonnait pas, empli de cet amour que la déesse Freyja se devait d'avoir pour son peuple et encore plus pour ceux protégeant le Royaume d'Asgard. Des mots sages, doux et calme, avant qu'elle ne se décide enfin à prendre un peu de repos en donnant à Ercih sa confiance en l'avenir.

    «Ma dame, c'est un honneur que de vous accompagner» lui répondit-il en souriant, conscient que certains rêves le resteraient, et que d'autres se verraient peut-être réalisé. «Je la protégerais soit en sur Ercih, tout comme toi et ta compagne» répondit-il au jeune guerrier.

    Quelques instant plus tard, la salle ne fut plus remplie que de Keiyan et Freyja.
    Ou de Keiyan et Asyn… Le jeune homme avait encore bien du mal à dissocier ces deux identités, à ne plus voir son amie dans le regard ou le sourire de leur déesse. Tout élément qui risquaient, à ses yeux, de rendre sa mission tout aussi problématique que douce-amère. Observant toujours la déesse, Keiyan s'avança quelque peu et vint s'approcher un peu d'elle et de leur compagne à fourrure. Il ne se souciait pas de ce qu'elle comprenait des mots des Hommes.

    «Je ne sais même plus comment t'appeler… Freyja ou Asyn ?» lui demanda t'il, d'un léger et légèrement taquin. Quoiqu'il en soit, il continuerait d'agir comme si son amie était toujours là et aussi adapta t'il sa posture pour se faire moins cérémoniel. Il n'était plus qu'un jeune homme discutant avec une jeune femme. Nul moment ne lui semblait plus précieux.
avatar
Asyn

Date d'inscription : 24/11/2008
Nombre de messages : 1253
Age : 33

Revenir en haut Aller en bas
Ven 18 Juil - 17:57
Cet homme avait le don de me faire sourire, je devais le reconnaître. Tout avait commencé comme pour Irina avec quelques différences, mais petit à petit moi la fille réserver je m’étais ouvert, et l’avais accepté comme ami. Et encore maintenant, alors que mon statut avait changé, alors que j’étais devenue déesse de ce royaume, il continuait à se comporter comme il en avait l’habitude, mais malgré tout avec un peu plus de respect. Et dans un sourire, le regardant droit dans les yeux alors qu’il m’aidait avancer, je lui disais sur un ton doux.

« Continue comme tu en as l’habitude, si te plait. »

Je n’avais aucune envie de perdre ce sentiment, cet aspect qu’il y avait entés nous.  J’avais envie de garder ce sentiment, que j’étais une personne des plus normale avec lui ou Erich. Nous avancions dans les couloirs du palais, en silence, je regardais Kana de temps à autre et parfois je pouvais sentir les siens. J’étais quelque peu gênée, de l’avoir près de moi et de discuter de manière si familière avec Keiyan, et en même temps de ne savoir quoi dire. Je savais que je pouvais laisser de côtes le rôle qui était le mien, être celle que j’avais toujours été, alors je tentais une approche, le taquinant sur cette dernière phrase qu’il m’avait avouée.

« Ainsi donc le grand Keiyan avait peur de s’imagine demandant femme. Est-ce que les femmes sont si intimidantes que ça, pour toi ? Je n’aurais pas cru ça de la part du grand guerrier Keiyan. »

Kana continuait d’avancer avec Keiyan et moi. Puis je m’arrêtais, tirais légèrement sur son bras pour l’arrêter. Je ne savais à nouveau quoi dire,  je regardais sur le côté évitant le regard du guerrier. J’avais honte de devoir lui  demander de l’aide, devoir compter sur lui et Ercih pour redresser le royaume d’Asgard. Je continuais d’éviter son regard, j’avalais un peu ma salive, alors que je pouvais entendre Kana me dire en penser.

« Vous lui dites ou pas. »

Je soufflais, faisant une légère moue à la réflexion de la louve. Je regardais à nouveau Keiyan  droit dans les yeux, un regard intense. Puis je me mis à lui demande sur un ton quelque peu gêner.

« Dis-moi… Est-ce que tu seras toujours là ? Pour moi?... Et pour Asgard ? »

Je tenais toujours son bras sans la moindre pression, le tenant d’une douce.

« J’ai besoin de toi... »
avatar
KeiyanGuerrier Divin d'Alpha
Guerrier Divin d'Alpha

Date d'inscription : 16/05/2011
Nombre de messages : 8604
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas
Sam 19 Juil - 9:39
    La conversation lui paraissait quelque peu étrange, Keiyan ne sachant trop s'il devait s'adresser à elle comme à une déesse ou à une amie. Une amie qu'il n'avait pas vu pendant de longues années. Malgré tout, elle restait une personne chère pour qui il n'aurait pas hésiter à donner sa vie. Mais, en tant que membre de la famille Guerrin, Keiyan était prêt à donner sa vie pour toute femme ou toute personne en danger, indépendamment de ses sentiments personnels. Toutefois, dans ce cas présent, il pressentait que la différence entre le devoir d'une action juste et la joie de donner sa vie pour un proche, la différence pouvait bien s'appeler l'amour. Aimer la déesse de l'Amour, un tel cliché amena un fin sourire sur son visage tandis qu'il entendit Freyja lui dire qu'il pouvait continuer de l'appeler Asyn. Ou Ma dame.

    «Super» s'exclama t'il à cette idée, laissant une partie de ses joies enfantines ressurgir pour exprimer sa joie toute simple à pouvoir continuer de considérer et traiter avec elle comme avec une amie chère. Du moins dans ces moments privés. Il restait conscient de leurs positions respective. Plus que jamais.

    Keiyan ne voulait plus jamais avoir peur de ce qu'il était. Ses peurs, ses faiblesses aussi bien que ses rêves et ses espoirs, tout cela faisait plus que jamais parti de lui et il ne pouvait pas espérer devenir ce à quoi il semblait destiner en fuyant constamment une partie de lui-même, masquant son identité profonde derrière un masque de trousse-jupon impudent.

    «Intimidantes oui, aujourd'hui plus que jamais d'ailleurs…» en laissant un silence s'installer entre eux, avant de reprendre «Je suppose que je cherchais surtout à fuir toute idée d'engagement, vers toi, envers mes devoirs. Mon maître à pris plus de temps à me faire entrer du bon sens dans le crâne qu'à me former correctement. Finalement, les événements récents m'auront fait prendre conscience de mon rôle et de qui je suis ici» en pointant un doigts sur son cœur.

    Il allait reprendre sa route quand il sentit la main de Freyja sur son bras, et son propre cœur manquait un battement à l'idée de cette proximité. Que pouvait-il dire ou faire pour elle ? Et que pouvait percevoir la jeune louve de ces échanges ? D'un coup, ces questions et bien d'autres emplirent l'esprit du guerrier comme une véritable tempête, le forçant à se concentrer sur les paroles de son amie pour éviter de se prendre la tête entre ses mains. Ces mots… ces mots lui firent louper, de nouveau, quelques battements de son cœur.

    «Je…»
    Que pouvait-il répondre… Oui tout simplement n'est-ce pas ? Il craignait de ne pas pouvoir tenir cette promesse. La guerre le happerait peut-être vers un destin funeste. Elle était déesse et lui ne resterait jamais qu'un simple humain… pouvait-il seulement se permettre de lui répondre selon son inclination, faisant fi de cette différence de rang entre eux ? «Je ne sais que répondre… mon cœur et ma tête ne s'accordent pas. Terrifié et émerveillé, j'ai envie de répondre que je ne saurais pas faire autrement. Le guerrier que je suis ne veut pas risquer de rendre ses proches malheureux. Mais...»

    *Allez dis le Keiyan* se dit-il en lui même

    «Oui je serais toujours là, bientôt vieux, usé, fatigué. Grabataire radotant sur le vieux bon temps où «c'était mieux avant», heureux de voir une ribambelle de gamins courir autour de mes jambes qui ne me porteront plus aussi bien que maintenant. Oui je serais là.
    Pour Asgard et… aussi pour toi»


    Sans s'en rendre compte, il avait pris sa main dans la sienne.
avatar
Asyn

Date d'inscription : 24/11/2008
Nombre de messages : 1253
Age : 33

Revenir en haut Aller en bas
Sam 19 Juil - 11:47
Sa main se glissa dans la mienne, mon regard avait suivi son mouvement, alors que mon esprit écoutait les paroles du guerrier. J’avalais ma salive, le regard toujours fixe sur la main de Keiyan ne savant que dire, alors que la louve c’était couché un peu plus loin attendant. Après cette déclaration, je ne disais plus rien, je pensais juste que mes propos avaient dû être ambigus, que mon hésitation avait dû renforcer cette impression. Je me demandais si maintenant tout ceci m’était autoriser, si je pouvais m’accorder ne serait-ce que quelques moments où je pouvais laisser tous ces soucis derrière moi, les cacher derrière un voile. Mon regard se posèrent sur les siens, ma bouche s’ouvrit, puis se ferma à nouveau. JE pouvais entendre Kana, soupirer disant que les humains étaient de drôles animaux, je ne faisais pas attention à ses paroles.

« Je.. »


Je lâchais sa main, le regarde avec un peu de tristesse, puis fuyant à nouveau son regard tout en humectant mes lèvres. Puis je repris notre marche, Kana elle s’était lev é, bâillant très fort. JE cherchais mes mots, essayant de mettre de l’ordre dans mes idées, tout en marmonnant que tout ceci était complètement fou. Je pris une grande respiration, puis expira fortement pour me retourner vers mon ami.

« Tout un peu confus, je suis désolée. »

Un niveau silence s’installe à nouveau. J’étais tiraillé à me laisser emporter par ces paroles prononcer et ce nouveau devoir. Je ne savais que faire que dire, comment réagir.

« Je… J’ai besoin de toi, ici en Asgard quand je ne suis pas sur nos terres… »

Un début de geste, voulant reprendre sa main, fit son apparition, mais s’arrêta aussi tôt. Mon regard se détourna encore une fois. Je demandais à Kana de nous laisser quelques instants seuls, ne voulant que personne ne puissent entendre cette conversation, même si c’était une louve qui m’avait promis de ne pas dire un mot.

« Keiyan… tout est si confus… Je ne sais pas si... »


Un sourire fugace se dessina sur les mes lèvres, fis un pas vers lui.

« Est-ce qu’une déesse a seulement le droit de s’accorder tout ça. »


Je continuais à regard ce guerrier, avec une certaine mélancolie.
avatar
KeiyanGuerrier Divin d'Alpha
Guerrier Divin d'Alpha

Date d'inscription : 16/05/2011
Nombre de messages : 8604
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas
Sam 19 Juil - 13:11
    «Aucune femme ne me résiste quand je déploie tout mes charmes pour la séduire…
    Enfin… aucune sauf toi»


    Etait-ce cela, la déception ?
    Se sentait-il déçu des paroles de son amie ? Pas tant en vérité. Il n'aurait plus put supporter de se regarder dans un miroir s'il n'avait pas osé faire face à certaines des vérités qu'il avait occulté de sa vie pendant de trop longues années.

    En réalité, Keiyan avait toujours su qu'une partie de ses devoirs, de leurs devoirs pouvait les tenir éloignés l'un de l'autre. Une réalité qu'il aurait put choisir de fuir, mais la fuite n'était plus une option pour lui. Plus depuis ce moment où il avait pris conscience de l'importance de ces sentiments qui étaient nés en lui. Quoiqu'il en soit, la dernière pensée cohérente de la louve lui parvint

    «Les loups n'ont pas de roi»

    Ce que la créature pouvait vouloir lui signifier par ces mots, Keiyan n'en avait pas la moindre idée. Tout juste comprenait-il que le devoir qu'il avait existerait toujours, de même pour sa dame. Un devoir qu'il acceptait avec joie, car il lui donnait un rôle à jouer dans la formation et la défense d'un Royaume qu'il aimait. En cet instant, Keiyan comprenait l'Amour que Freyja, en tant que déesse, pouvait porter à chaque créature vivant sur ses terres. Mais il comprenait aussi qu'en tant qu'homme, il se devait de ne pas fuir devant l'inconnu.

    «Trop tard pour t'excuser, je t'ai déjà pardonné» lui répondit-il, sur un ton presque de défi. Avant, toutefois, d'ajouter «C'est notre devoir à tous les deux, et pas que, de protéger ce Royaume. Tous les deux nous en sommes conscient, ce devoir est en partie ce qui nous réunit ici non ?» finit-il par lui demander, quelque peu mélancolique lui aussi.

    Il ne pouvait pas reprendre sa main comme ça. Non ? Le pouvait-il ? Il ne trouvait pas la force d'oser, au risque de la perdre de nouveau. Cette main. Tout. Tandis que la louve s'éloignait, il écoutait les mots de Freyja, laissant une bulle de silence grandir entre eux. Puis, finalement, il prit un risque. Posant délicatement une main sur son visage, il écarta une mèche de cheveux de ses yeux pour mieux y plonger. Il offrait sa confiance à sa dame. Sa confiance en l'avenir. En lui. En elle.

    «Et qu'est-ce qui l'en empêcherait ? Tu es une déesse et une femme.»

    D'un coup, il lui prit de nouveau les mains, s'ouvrant totalement à elle. Il n'avait jamais eu de don spécifique pour transmettre ses pensées. Mais, en cette occasion, il s'agissait plus de s'ouvrir que de communiquer, de montrer que de parler.

    «Je…
    Si je suis devenu qui je suis, c'est aussi pour pouvoir protéger ce qui m'est cher. Et ceci»
    en désignant le cœur de la jeune femme «est ce qui m'est le plus cher »
avatar
Asyn

Date d'inscription : 24/11/2008
Nombre de messages : 1253
Age : 33

Revenir en haut Aller en bas
Sam 19 Juil - 14:23
Je me laissais faire, le regardant, me posant toujours des questions, essayant d’éclaircir mes idées. Il déplaçait une de me mèches, mon regarde regardait dans un premier temps le sol, puis sur ses yeux. Il me parlait doucement, prononça des mots qui ne me laissaient aucunement insensible. Ses mains se glissèrent encore une fois dans les miennes, alors que je regardais encore ses yeux.

Je me disais que oui toute femme ne pourrait nullement résister, et ne comprenais pas pourquoi je tenais temps à mettre une barrière entre nous dans cette vie. J’en avais vécu de nombreuses, et vécu bon nombre de relation.  Je voulais répondre à ses sentiments, je voulais de tout mon cœur pouvoir lui offrir ce qu’il désirait à ce moment précis. Une de mes mains se détachait de la sienne, la posant sur la poitrine de Keiyan. Puis un sourire se dessina sur mon visage

« Les gens me considèrent comme la déesse de l’amour. Mais je dois avouer qu’en ce moment même je ne sais pas quoi faire, ni quoi dire, malgré toutes ces vies que j’ai vécu. »

Je m’éloignais des quelques pas de Keiyan, enlevant doucement ma main de la sienne ainsi que celle qui se trouvait sur sa poitrine tel une crasse. Je me retrouvais dos à lui, avançant des quelques pas, puis m’arrêta. Pourquoi dans cette vie je devais laisser de côté tout ceci, cacher ce que je ressentais en ce moment ? Pourquoi ici je ne pouvais succomber à ce guerrier, céder à ce qu’il voulait m’offrir ?

Je soupirai encore une fois, me retourna vers cet homme, le regarda avec un tout autre regard, un regard déterminer. Je regardais autour de moi regardant s’il y avait des gardes, des personnes qui aurait pu dévoiler ce qui était en train de se passer. Puis d’un pas décider, je m’avançais vers lui, pris son visage entre mes mains me mettant sur la pointe des pieds et posa mes lèvres sur les siennes.  

Je voulais au moins y gouter une fois, profité de cette faiblesse pendant quelques instants. Je voulais pour une fois penser ne serait-ce qu’un peu à moi et mes sentiments. Durant toute ma vie,  j’avais fait passer les autres avant moi, avait protégé ma famille et maintenant je devais protéger tout un peuple. Alors quel mal il y avait à penser à soi, de laisser de côté le rôle qui m’était incombé.  Et mes lèvres quittaient les sienne, alors que mes yeux se posaient sur le sien.

«Je n’aurai pas du, mais… »

Mais mains glissèrent dans les siennes, ma tête venait se poser sur son torse.

« J’en avais besoin. »
avatar
KeiyanGuerrier Divin d'Alpha
Guerrier Divin d'Alpha

Date d'inscription : 16/05/2011
Nombre de messages : 8604
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas
Dim 20 Juil - 15:05
    Ah les déesses et cette façon bien à elle de vous montrer leurs désirs.
    Non cela ne résumait pas l'état d'esprit du beau guerrier qui se sentait envoûte par l’île du plaisir que représentait la jeune femme. Pour une fois dans sa vie, le jeune homme avait choisit de se défaire de ses peurs, de ses masques et de laisser parler son moi-véritable. En cette occasion, Keiyan avait choisit de se laisser libérer par ce qu'il était, et ce qu'il portait et était prêt à donner plutôt que de tout garder pour lui. C'était sans doute cela, aimer une déesse. Lui donner non son cœur ou son âme, mais un lieu où être libéré de ses chaînes et entraves.

    «Ressent, choisis, agis» lui murmura Keiyan, sentant les hésitations de la jeune femme.
    Il n'était pas question de lui ordonner quoi que ce soit, juste de lui conseiller d'être honnête avec elle même et de ne pas craindre les élans de son cœur. Les sentiments qui s'exprimaient dans ces paroles, tenaient plus de l'acceptation de toute éventualité que d'une demande. C'était cela, pour lui, être l'homme d'une déesse. Lui donner une place dans son monde, non pas pour s'en faire obéir, mais pour s'y sentir accueillie comme dans un foyer chaleureux. Et, d'une certaine façon, c'était ce qu'il ressentait lorsqu'il lui tenait la main de cette façon : le sentiment qu'il avait trouvé une nouvelle façon d'exprimer sa place dans ce monde.

    Le regard déterminé de la belle avait quelque chose de sauvage, d'intense et de merveilleux. La douceur ne s'opposait pas à cette folie. Ni ne la tempérait. Il aurait du mal à cacher ce sentiment à ses camarades, il ne le cacherait pas en fait. Cette hésitation, pourtant, révélait la fragilité de la demoiselle à la fois en tant que femme et déesse. Bien sur, il espérait un baiser. Et avait peur de décevoir la demoiselle. Ou de l'intimider... Des peurs juvéniles lui revinrent en mémoire mais tout disparu dans la douce chaleur de cet instant envoûtant. Comme un vol sur un tapis volant, comme s'il ressentait une magie venue des nuits d'Orient.

    Peut-être est-ce pour cela qu'il ne lui répondit rien, laissant la demoiselle se lover contre lui et la prenant simplement dans ses bras. Il ne ressentait pas le besoin de s'exprimer par des mots, laissant les battements de son cœur parvenir à l'oreille de sa dame. Nul besoin de mot. Juste une présence qui reste là, accueillante et chaleureuse. Un cœur. Et puis, lentement, son sourire se fit plus malicieux tandis qu'une de ses mains remontait lentement le long du dos de la demoiselle, l'effleurant du bout des doigts. Cherchait-il à chatouiller la déesse femme ? Keiyan, sous la torture, nierait bien sur tout en bloc. Même si...

    «J'en avais envie, moi aussi» lui dit il en croisant son regard, ses yeux brillant de malice, de tendresse, mais sentant qu'il leur faudrait bientôt redevenir tous deux plus sérieux. Ce qui rendait ce doux moment d'autant plus précieux. Un Parangon de moment
avatar
Asyn

Date d'inscription : 24/11/2008
Nombre de messages : 1253
Age : 33

Revenir en haut Aller en bas
Sam 26 Juil - 14:33
Cela était étrange, j’avais tous ses souvenirs, ces vies dont j’étais tombée amoureuse à de mainte reprise et pourtant j’en savais si peut. Je ne savais comment me comporter avec Keiyan, quelle attitude adopter envers lui. Je gardais les yeux fermer, essayant de réfléchir quelques instants. Quand soudain, je sentis le bout de ses doigts effleurer mon dos, cela m’avait toujours provoquée de frissons, m’avait toujours fait contracter tous mes muscles face à cette sensation et cette fois-ci cela se fit. Tous mes muscles s’étaient contractés, mes yeux s’étaient ouverts d’un coup et comme par réflexe j’avais repoussé Keiyan comme par réflexe. Je regardais le guerrier, puis sur le côté,

« Désolée je ne suis pas habituée à ce genre de chose… enfin si dans mes autres vies. »

Je fis un pas vers lui, quand un garde arriva, demanda si tout allait. Je leur indiquais que oui, puis repris ma route en faisant signe à Keiyan de me suivre. J’avançais sans rien dire, alors que Kana nous rejoignait, elle ne disait pas un mot. Nos pas nous menèrent vers un vers une porte, je posais ma main dessus et la poussa doucement rentrant dans la pièce, suivit de Kana qui allait se coucher. Alors que moi, j’allais m’asseoir sur dans un siège, dos appuyer contre le dossier, coude sur l’accoudoir alors que ma tête se posait sur a main.

Je m’appropriais les lieux, comme s’ils m’avaient toujours, comme si j’avais toujours vécu ici. Je m’étais assise sur ce siège par réflexe, de la manière que cet endroit était le mien pour mon esprit, tout ce qu’il contenait aussi et rien n’avait changé, alors que les souvenirs de cette pièce refirent surface. Encore une fois mes sourcils se froncèrent, ma tête me fit à nouveau mal. Cela devenait de plus en plus pensant, de plus en plus difficile de rester concentré sur les événements qui étaient en action. Ma voix se faisait de plus en plus fatiguer. Je regardais Keiyan, qui était lui aussi rentré, après tous j’avais laisser ma porte de ouvert, comme pour l’invité à pénétrer dans ces appartements.

« Je vais devoir bouger, aller voir les autres factions. »

Je soupirais rien qu’à l’idée de partir d’Asgard, laisser le froid de ce royaume derrière moi.

« Pendant ce temps, j’aimerai que tu prennes en main Asgard. Je sais que tu ne fais pas partie de la caste des guerriers divins, mais des éclats. Mais tu es un des plus puissants des guerriers d’Asgard et un de ceux en qui j’ai le plus confiance ici. Je sais qu’avec toi le royaume sera entre bonnes mains. »

Je regardais le guerrier droit dans les yeux, un regard fatiguer, cachant mon envie d’être à ses côtés. Puis je repris.

« J’irai d’abord chez Poséidon, enterrer la hache de guerre comme on dit. Ensuite, je reviendrai. »
avatar
KeiyanGuerrier Divin d'Alpha
Guerrier Divin d'Alpha

Date d'inscription : 16/05/2011
Nombre de messages : 8604
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas
Mar 29 Juil - 13:31
    L'heure était revenue aux discussions sérieuses entre une déesse et son guerrier. Soit. Keiyan l'avait accepté dès l'instant où il avait compris qui était Asyn et ce qu'elle était devenue. Il lui faudrait dorénavant jongler entre ces deux rôles pour le bien de tous. Quoiqu'il en soit, il observait la demoiselle avec cette lueur de pur bonheur dans les yeux, tandis qu'il l'entendait déclarer vouloir se déplacer auprès des autres factions actuellement en éveil sur la terre.

    Sans dire un mot, il vint se placer derrière elle pour lui masser les épaules, geste affectif lui permettant de réfléchir à la situation et de trouver une réponse adéquate à cette déclaration. Mais en dehors d'une suggestion de repos pour les 18 prochaines heures, il ne lui venait pas grand chose à l'esprit. La remarque sur son statut au sein des forces Ases le fit sourire, lui qui ne s'en était jamais inquiétait jusque là. CE qu'il lui fit remarquer

    «Tu sais, je ne me suis jamais vraiment soucié de mon rang pour remettre quelqu'un à sa place...
    Mais peut-être serait-il bon d'acter ce rôle de façon plus officiel auprès de nos camarades et amis... Enfin, je suppose que notre cher Odin y pourvoira bien assez tôt non ?»
    sans se douter des changements subtils qui commençaient déjà à se faire jour autour de lui.

    Le sens de l'humour divin.
    Faire d'une tête brulée et sans motivation comme lui l'un des guerriers les plus puissants du royaume, faire d'Asyn la déesse de l'Amour de leur peuple. Le sens de l'humour d'Odin n'était pas des plus faciles à saisir pour Keiyan, qui jeta un regard désespéré vers la louve qui se trouvait tranquillement installée non loin d'eux, profitant du feu de la cheminée pour s'étendre comme une paresseuse. Ce qui, immédiatement, fit sourire Keiyan alors qu'il entendait les dernières paroles de son aimée.

    «Je crois me souvenir de quelque chose que m'avait dit mon maitre Okko à ce sujet...
    Déjà à son époque, il avait cherché à nouer des liens avec le monde sous-marin... A travers l'un des anciens Guerriers Divins devenus Marinas... Ha... Hagen je crois...»
    lui révéla Keiyan, qui continuait d'endormir sa déesse.

    «Tu devrais dormir maintenant
    Demain sera une journée assez longue et fatigante pour toi si tu dois te rendre chez les Marinas. Quant à moi... je crois qu'il est temps pour moi de découvrir ce que les Dieux me réservent comme futures nouvelles surprises.»
avatar
Asyn

Date d'inscription : 24/11/2008
Nombre de messages : 1253
Age : 33

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 7 Aoû - 15:28
Mon esprit s’éloignait déjà, bercer par ce massage que Keiyan m’apportait, je l’écoutais petit à petit d’une oreille, l’entendant me dire qu’il n’avait jamais recherché à être l’un des meilleurs. Je souriais à ses paroles, alors qu’une pensée sur son avenir traversait mon esprit. Je savais qu’il n’allait pas rester le guerrier de Fafnir, que son destin était bien plus grand qu’il ne pouvait l’imaginer. Je posais ma main sur celle du guerrier, écoutant ses dernières paroles. Je me levais, continuant à garde sa main dans la mienne.

« Tu as raison, je devrais aller dormir. »


Ma main glissait hors de celle de Keiyan, mon corps se dirigeait vers ce lit qui n’attendait que moi. Puis soudain ma tête se tourna brusquement vers la fenêtre, j’avançais vers les doubles fenêtres, les ouvrit et m’avançais vers le balcon, regardant vers Magnir. Je pouvais ressentir tout ce qui se passait sur les terres d’Odin, sentir toutes ses vies qui foulaient de leur pied ces terres enneiger. Je sentais le cosmos de ces êtres venu de l’enfer grec. Je laissais mon esprit parcourir les neiges, je laissais le froid d’Asgard m’envahir, laissant ces cosmos venir jusqu’à moi. Puis j’ouvris à nouveau les yeux, tournai la tête vers Keiyan avec un léger sourire


 « Nous avons des invités dans le village de Mignar. »


Je m’approchais de lui, posa ma main doucement sur sa joue telles une caresse, le regardant droit dans les yeux.

« Va les voir à ma place. Je n’ai pas encore les idées assez claires pour tenir une conversation diplomatique. Essaye de savoir ce qu’ils veulent, mais évite de parler de moi avant, qu’ils ne t’aient dit quoi que ce soit. »


Ma main, libre, venait se glisser dans celle du guerrier, ensuit mes lèvres se posèrent doucement sur les siennes, profitant plus longuement de ses lèvres.

« Fais attention. S’il y a le moindre problème, je serai là. »


Je laissais glisser, ma main le long de sa joue, mon autre main de la sienne alors que je me dirigeai vers ce lit qui m’attendait. Je n’avançais pas après pas, alors que l’armure qui m’avait recouvert disparaissait dans des cristaux de glace, puis je me glissais sous les draps. Je fermais les yeux et le sommeil m’emporta dans ses vies qui avaient été jadis miennes.   
avatar
KeiyanGuerrier Divin d'Alpha
Guerrier Divin d'Alpha

Date d'inscription : 16/05/2011
Nombre de messages : 8604
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas
Ven 8 Aoû - 5:13
    "Règle n°1: j'ai toujours raison
    Règle n°2: Quand je me trompe, retourner à la règle n°1"


    Une blague idiote, certes, mais de quoi détendre cette atmosphère tandis qu'il réalisait lui-même l'étendue des changements qui avait lieu en lui, et autour de lui. Cette puissance qu'il avait fait sienne scintillait différemment désormais. De même, il ne ressentait plus son lien avec l'armure de Fafnir de la même façon qu'avant, comme si une énergie d'influence divine s'était immiscée dans ce lien. Non. Pas que divine.

    Entendant les mots de Freyja sur la présence d'invités, Keiyan sentit qu'il allait devoir intervenir pour protéger les populations et déterminer les intentions de ces visiteurs malvenus. Tout cela sans quitter des yeux la déesse, la femme, et sans cesser de lui dédié son cœur. Le Royaume, et Asyn.

    "J'irais les voir ne t'inquiètes pas, et je m'assurerais qu'ils ne représentent nullement une menace pour notre peuple" lui déclara t'il, d'un ton résolu. Un ton qu'il n'avait plus employé depuis son combat contre Iblis sur les terres d'Ubar. Des terres dont ils n'avaient plus entendu parler depuis quelques temps déjà. Là aussi, il lui faudrait enquêter pour déterminer ce que cacher ce silence.

    Serrant une dernière fois sa main dans la sienne, tandis qu'il observait le sommeil gagner sa dame, il lui murmura, plus pour lui-même "J'ai de bonnes raisons de faire attention"

    Dès lors, il ne pouvait plus que la confier aux bons soiins d'une certaine louve, tandis qu'il quittait la pièce... Pour voir scintiller devant ses yeux, l'armure divine d'Alpha. Une armure qui vint immédiatement le recouvrir pour lui donner ses forces et une plus grande force défensive encore que précédemment. Oui, Keiyan comprenait mieux désormais ce qu'avait voulu Odin à son sujet. Le mettre à l'épreuve pour éveiller en lui l'âme de son plus grand et redoutable combattant.

    Il était temps pour lui de partir à la rencontre de ces nouveaux émissaires
~~> Emissaires Infernaux
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Naissance d'un nouveau mâle Alpha [Freyja]