avatar
DezbaChevalier d'Or du Cancer
Chevalier d'Or du Cancer

Date d'inscription : 25/05/2014
Nombre de messages : 111
Age : 28

Revenir en haut Aller en bas
Lun 18 Aoû - 9:26
« Quinze ans… ça n’a pas beaucoup changé ». Vêtue de son ancienne tenue d’entraînement aux armes d’Athéna, Eléonore gagna l’entrée du sanctuaire. Elle jeta de nombreux coups d’œil furtifs et s’essaya aux marches qui menaient vers le premier temple.

Le sanctuaire n’avait pas répondu aux demandes d’alliances formulées quelques temps plus tôt, Poséidon aurait apprécié faire différemment mais l’heure était à l’urgence. C’est pourquoi le Général du dragon des mers se trouvait ici, incognito avec pour seul objectif : obtenir le rosaire sans révéler ses allégeances actuelles.

Pour l’instant la mission se déroulait comme prévue, la tenue qu’elle portait lui permis de franchir les premiers postes de sécurité situés au niveau de Rodorio et les gardes ne l’avaient pas arrêté lorsqu’elle avait obliqué vers les douze temples. La seule incertitude demeurait le troisième temple et son gardien… Le seul qu’elle espérait éviter. Quant aux autres chevaliers qu’elle pourrait rencontrer ? On verra bien.

Eléonore appréciait la situation, seule, libre de ses mouvements elle menait la mission selon ses volontés. Elle concentra son cosmos entre ses doigts et tenta d’ouvrir une faille dimensionnelle, mais la portée trop courte de cette dernière la força à la fermer. Comme prévue les limites opéraient, elle n’était plus une guerrière d’Athéna et le sanctuaire le savait « en cas de danger ça suffira… ». Eléonore serra les sangles de sa tenue, remonta légèrement son sac à dos et continua d’arpenter les premières marches. Elle réfléchissait à ce qu’elle allait bien pouvoir dire pour passer les temples sans encombre.
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t25953-le-sagittaire-brille-
Atano

Date d'inscription : 01/11/2013
Nombre de messages : 539
Age : 17

Revenir en haut Aller en bas
Mar 19 Aoû - 23:26
Quelle journée… Cela avait été très différent de tout ce qu’il avait vécu… La Havane, Rio de Janeiro, Bombay, toutes ces villes qui avaient été sous l’influence des dieux Hindoues. Mais le pire était surement avoir rencontré le dieu Vishnou, dont les avatars avaient parlé aux autres personnes présentes devant la stèle. Le Lion Noir Takeya, Les Ases, et même un Spectre. Takeya avait même combattu et montrer son pouvoir contre l’avatar du Créateur lui-même.


Toutes ces rencontres, dans les trois villes de leurs périples, avaient été des personnes qui se battaient soit contre eux ou dans le même camp, leurs avaient donnés des indications sur les dieux, jusqu’à arriver devant Vishnou, dieu extrême du panthéon hindou et créateur de la vie. Alors qu’un de ses avatars allait poser une énigme au Saints, un cosmos si puissant et si brulant que Rafarunto l’avait ressenti. Aelys et Atano furent donc ramenés dans le Sanctuaire par leur ainé, et ce dernier s’empressa d’arriver dans le temple du Pope, le Sagittaire étant resté quelques dizaines de minutes à Rodorio pour aider les habitants et voir l’étendue des dégâts… Cette ville avait réellement été détruite sauvagement par Skanda, et il espérait que ce genre de massacre soit fini.


A l’entrée du Sanctuaire, le brun sentit le poids de son armure dans sa Pandora Box pesait sur son dos. Elle qui était si robuste, si imposante, elle avait semblé si fébrile devant le cosmos si gigantesque des dieux et du Lion Noir. Ceci l’avait comme blessé, si il n’arrivait même pas à supporter le cosmos de personnes aussi dangereuses, comment pouvait-il un jour protégé Athéna d’une Guerre Sainte ? Il lui fallait donc s’entrainer, faire tout ce qui était possible pour repousser les limites de son pouvoir et enfin atteindre un niveau digne de ses maîtres.


Alors qu’il repensait à tout ça, la présence d’une personne le fit d’abord détourner son regard vers elle. C’était une jeune femme, habillé en tant qu’apprentie du Sanctuaire. D’abord étonné de la voir, il se demanda ce qu’elle pouvait bien faire près des Temples, un des Chevaliers d’Or était donc son maître ? Le jeune homme vint donc entrouvrir ses lèvres pour articuler quelques mots, d’une voix douce mais quelque peu en garde.



 - Sans paraître indiscret, que faîte vous dans la route des 12 Temples ? C’est une voie logiquement interdite, et même si vous faites partis du Sanctuaire vous devez avoir une raison pour passer…
avatar
DezbaChevalier d'Or du Cancer
Chevalier d'Or du Cancer

Date d'inscription : 25/05/2014
Nombre de messages : 111
Age : 28

Revenir en haut Aller en bas
Mer 20 Aoû - 0:36
Tiens un chevalier… Eléonore tourna les talons pour lui faire face, il était jeune, beaucoup plus jeune qu’elle si l’on se réfère à ses trente-sept années passées. La guerrière de Poséidon lui dédia un sourire discret, tout en remarquant une pandora box en or, dont elle ne put déceler le signe distinctif. Consciente du statut qu’elle souhaitait afficher, Eléonore s’inclina et posa un genou à terre « comme à l’entraînement hein ? ». Le général du dragon des mers baissa la tête, considérant alors qu’elle maîtrisait la servilité à la perfection…

-« Oh c’est interdit ? Je ne savais pas… » Feint-elle d’ignorer.
Et pour agrémenter son jeux d’actrice, l’autre Gémeaux passa une main sur ses yeux, plusieurs larmes coulèrent le long de ses joues. Larmes qu’elle essuya aussitôt…

-« Comment je vais faire ? » dit-elle la voix entrecoupée de sanglots. « Hier je me trouvais dans le temple de la vierge avec mon maître et j’y ai perdu un collier… Il appartenait à ma mère, j’ai absolument besoin de le récupérer. »

Elle jugea la génuflexion suffisamment longue et se releva pour observer le jeune Atano. Le visage d’Eléonore rosit sous l’effet des larmes. Son apparence juvénile renforçait le coté dramatique de la scène, comment résister à une jeune femme qui vient s’émouvoir dans vos bras ? Elle s’approcha encore un peu du jeune guerrier, pesant chacun de ses pas, contrôlant la moindre émotion, le jeu devait être parfait sous peine de devoir procéder différemment. Et quand Eléonore entend différemment elle veut dire violemment.

-« Vous êtes un chevalier ? Vous allez peut-être pouvoir m’aider à retrouver ce collier ? »

Elle offrit à Atano un regard émouvant, poignant, attachant (façon Chat Potté dans Schrek). Avec lui à ses côtés il serait alors aisé d’atteindre le septième temple, une fois le rosaire en sa possession elle se débarrassera de lui et quittera les lieux ni vu, ni connu.
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t25953-le-sagittaire-brille-
Atano

Date d'inscription : 01/11/2013
Nombre de messages : 539
Age : 17

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 21 Aoû - 23:18
Une apprentie du Sanctuaire, qui lui souriait et qui s’approchait de lui, venait commencer à prendre  un air triste et surpris, pendant que les larmes coulaient sur son visage. Que c’était étrange, voir une jeune fille ainsi pleurer et être en détresse, juste pour quelque chose de si idiot… Les sentiments étaient une chose qu’il n’arriverait donc jamais à comprendre, comme la fragilité d’une personne à cause d’une seule petite tournure dans la vie.


Le jeune homme se sentait comme le sauveur de cette dame quand elle l’implora pour reprendre ce collier, mais quand elle prononça les mots « Temple de la Vierge », une sorte de doute vint en lui. Il ne se rappelait pas d’un Chevalier d’Or de la Vierge quand il était partit en mission, alors comment la jeune fille disant qu’elle était avec son maitre dans le temple la veille le fit d’abord être en doute.


Cependant, Atano avait bien sûr compris que cette lumière avait signifié l’élection du Grand Pope, homme des plus importants dans le Sanctuaire, et donc cela signifiait que tous les Chevaliers d’Or avaient été présent aux Sanctuaire. Enfin, à part ceux partis en mission. La Vierge pouvait donc avoir été présent la veille, ce qui pourrait rendre cette histoire vérace. De plus, l’apprentie était en larmes et sanglotait, ce qui était plus que sincère.


Quelques petits cafouillements se firent entendre des lèvres du Saint, c’était tellement dur de ne pas pouvoir résister à ce regard complétement désespéré, et de lui interdire le chemin. Qu’auraient pensé ses maitres ? Seiya, il aurait surement laissé la jeune fille passer en l’amenant. C’était la meilleure et le choix sentimental qui la rendrait heureuse. Pourquoi ne pas écouter le maitre qui lui avait donné l’Armure d’Or du Sagittaire et également ce rang si important dans le Sanctuaire ?


Alors qu’il allait enfin ouvrir les lèvres pour dire à la demoiselle qu’il allait l’amener, une pensée effleura son esprit. Elle n’effleura pourtant que quelques secondes le jeune brun, mais cette pensée le fit écarquiller les yeux et reculer en une seconde. Getsu… Son premier maitre, qui était surement le plus rationnel. C’est sûr qu’écouter son cœur était bien, mais il fallait respecter les règles du Sanctuaire. Sinon, être considéré comme un traitre, comme un ennemi de son clan allait être l’impact… L’ancien Samouraï qu’était Getsu en était le cas, et c’était les bases de son entrainement… Ecouter sa raison pour imposer les lois, et ainsi protéger les gens d’un danger possible.


Son regard changea radicalement. D’un regard juvénile et assez faible un regard bien plus sage mais froid se montra. Du haut de ses 18 ans, il savait bien sûr qu’il n’était point aussi avisé que ses prédécesseurs, mais il fallait bien sur l’être le plus tôt possible ! Alors, Atano avança devant la Marina pour lui bloquer la route, et prononça quelques phrase d’une voix calme mais également stricte.



- Je pensais avoir été clair … Cette route est interdite à tous ceux qui ne sont ni le Grand Pope, ni Athéna, ou même les Chevaliers d’Or… Même si votre raison est louable, vous ne passerez pas cette porte. Des Saints bien plus qu’illustres étaient considéré comme des traitres d’entrer dans ce lieu et de traverser les Douze Maisons, alors vous ne passerez pas ! Si le Chevalier de la Vierge est réellement revenu, il viendra vous rendre en main propre votre collier… Repartez maintenant, ou attendez donc que la foudre du Sagittaire vous transperce en vous prenant pour une ennemie…



Il voulait bien sur lui montrer qu’elle ne passerais pas, mais surtout une sorte d’impression naquit en lui. Ce cosmos… Il lui faisait étrangement pensé à celui qu’Ondine et Calysto avaient. Que c’était étrange, une apprentie au cosmos familiers à ceux des Marinas. De plus, ce cosmos était ressemblant à celui de l’explosion du Sanctuaire, crée d’après le Lion par le Nouveau Grand Pope. C’était une grande énigme, qui s’éclaircissait de plus en plus.
avatar
DezbaChevalier d'Or du Cancer
Chevalier d'Or du Cancer

Date d'inscription : 25/05/2014
Nombre de messages : 111
Age : 28

Revenir en haut Aller en bas
Sam 23 Aoû - 8:37

Qu’ils sont énervants ces chevaliers et leur règlement. Eléonore aurait apprécié ne faire qu’une bouchée du jeune guerrier, mais elle décida d’orienter sa stratégie sur un autre versant. Lentement, sans aucune violence le second protecteur des gémeaux, libéra son cosmos, pour l’instant il n’était pas utile d’engager le moindre affrontement. Elle essuya les larmes qu’elle sut faire venir…

-« Je suis désolée, je ne devrai pas… »

La jolie française s’approcha d’Atano, se colla à lui, elle lui prit délicatement le bras pour le placer dans son dos et glissa l’une de ses mains sur épaule et l’autre dans sa main. Ensemble ils entamèrent une valse guidée par la délicate demoiselle.

Le décor s’estompa lentement, une musique d’avant-guerre roucoulait à leurs oreilles. Ils n’étaient plus au sanctuaire, mais au cœur d’un bal populaire, Atano portait un uniforme militaire et Eléonore une robe élégante ses cheveux tombèrent en cascade sur ses épaules. Les escaliers n’était plus, ils valsèrent ensemble au cœur d’une place d’un paisible village du Languedoc, le printemps au crépuscule d’une soirée merveilleuse. La guerrière de Poséidon mit un point d’honneur à rendre l’endroit le plus réaliste possible. Les petites maisons, le puit au centre de la place et quelques lanternes. Les différentes générations de l’endroit se retrouvèrent pour danser ensemble, les anciens, les jeunes et les moins jeunes ainsi que plusieurs enfants qui gambadèrent ici et là. Ils se retrouvèrent au centre de l’assistance, elle était la belle du village, l’innocente et lui son délicat fiancé rentré de la guerre. Les autres danseurs suivirent le rythme qu’imposait Eléonore à Atano. Espérant secrètement que ce dernier ne soit pas un maître en illusions.

Le général du dragon des mers entama une chanson des temps passés… Le charme délicat d’Eléonore augmentait alors qu’elle déclamait les paroles de la Môme.

-« Je ne sais pourquoi j'allais danser
A Saint-Jean au musette,
Mais quand un gars m'a pris un baiser,
J'ai frissonné, j'étais chipée
Comment ne pas perdre la tête,
Serrée par des bras audacieux
Car l'on croit toujours
Aux doux mots d'amour
Quand ils sont dits avec les yeux
Moi qui l'aimais tant,
Je le trouvais le plus beau de Saint-Jean,
Je restais grisée
Sans volonté
Sous ses baisers. »

L’illusion prit vie, le cosmos de la belle n’était plus perceptible. Tout en jouant avec l’esprit d’Atano elle agrémenta le bal de nombreux protagonistes, la scène était saisissante de réalisme. S’ajoutèrent aux décors imaginés de nombreux passants et passantes, quelques amant s’enivrèrent et s’écartèrent pour se retrouver seuls. Comment déceler l’illusion de sa réalité ? Les rôles s’inversèrent, la voici en amant redoutable et lui en naïf trompé.

-« Sans plus réfléchir, je lui donnais
Le meilleur de mon être
Beau parleur chaque fois qu'il mentait,
Je le savais, mais je l'aimais.
Comment ne pas perdre la tête,
Serrée par des bras audacieux
Car l'on croit toujours
Aux doux mots d'amour
Quand ils sont dits avec les yeux
Moi qui l'aimais tant,
Je le trouvais le plus beau de Saint-Jean,
Je restais grisée
Sans volonté
Sous ses baisers. »

Elle plongea un regard amoureux dans les yeux d’Atano, une beauté des temps anciens, frêle et fragile. Elle s’assura que le guerrier du sanctuaire était entièrement sous sa coupe, puis s’esquiva en secret. Il lui fallut moins d’une seconde pour que le Sagittaire se retrouve à danser avec une illusion de la belle. Le chant quant à lui lança son dernier couplet…

-« Mais hélas, à  Saint-Jean comme ailleurs
Un serment n'est qu'un leurre
J'étais folle de croire au bonheur,
Et de vouloir garder son cœur.
Comment ne pas perdre la tête,
Serrée par des bras audacieux
Car l'on croit toujours
Aux doux mots d'amour
Quand ils sont dits avec les yeux
Moi qui l'aimais tant,
Mon bel amour, mon amant de Saint-Jean,
Il ne m'aime plus
C'est du passé
N'en parlons plus.

Le chant cessa et avec lui l’illusion imposée. Il se retrouvait seul, la belle Eléonore était partie en direction du premier temple dissimulant ses effluves cosmiques…

[Hrp : Pour ce post je fais appel à l’un des dons RP d’Eléonore à savoir : « les arts gemini » lui permettant d’imposer une illusion. Cette dernière n’a aucun coût particulier puisque le rp en question n’est pas un event.]

Un colis pour Poséidon