avatar
AndréaSpectre de la Liche | Modérateur
Spectre de la Liche | Modérateur

Date d'inscription : 14/08/2014
Nombre de messages : 710
Age : 25
Autres comptes : Rogos, Xing Huo

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 11 Sep - 15:50


La file de voitures avançait laborieusement dans les rues tortueuses d'une ancienne banlieue industrielle londonienne. Dans le véhicule de tête, James Hopkins ne cessait de remonter ses lunettes rondes et de passer la main sur son crâne calvitié, tout en arborant son air pincé coutumier. Il était impatient de savoir si le message reçu par son bureau à la BBC était vrai, ou si ce n'était qu'un énième canular.

En effet, James Hopkins dirigeait le service d'informations sur les Dieux et éveillés, se situant quelque part entre celui des correspondants de guerre et celui des journalistes culturels et politiques. Ce bureau avait été mis en place trente ans auparavant après l'allocution d'Athéna, dans l'espoir d'informer le monde sur les activités des éveillés... En vain. Les Dieux et leurs serviteurs préféraient généralement se faire discrets, et le temps que des journalistes arrivent pour couvrir les événements auxquels ils prenaient part, tout était fini. Quant au gouvernement, à l'armée et au MI6, ils faisaient la sourde oreille et refusaient de délivrer la moindre information, en admettant que leur mutisme soit réellement dû à une volonté de protéger le secret plutôt qu'à la simple ignorance. En trente ans, le bureau était donc passé du statut d'organe prometteur à celui de placard où l'on remisait les vieux journalistes.

Mais tout cela était en train de changer, du moins il l'espérait... Ces derniers temps, les manifestations divines avaient été plus fréquentes, d'une plus grande ampleur... et plus tragiques aussi. Il se rappelait encore les images du massacre de La Havane, les témoignages hystériques des rescapés qui avaient vu s'abattre une pluie de sang sur la ville, avant la tuerie. Et puis, il y a quelques jours, la résurrection en masse de toutes les victimes. Des victimes qui affirmaient avoir vu à quoi ressemblait l'au-delà. Ces événements étaient incontestablement d'origine divine et renvoyaient aux oubliettes les arguments de ceux qui prétendaient que les prétendus Dieux n'étaient que le fruit d'une conspiration internationale. Si seulement ils pouvaient trouver quelqu'un à interviewer pour cela... Et le matin précédent, ils avaient reçu un message : un éveillé désirait les rencontrer, et se disait prêt à répondre à leurs questions. Son vœu était exaucé, en supposant que ce ne soit pas une des plaisanteries qu'on leur faisait de temps en temps, ou encore des gens persuadés d'entendre la voix des Dieux ou de posséder des pouvoirs paranormaux.

Ce qui l'avait décidé à prendre l'histoire au sérieux, c'était le joyau présent dans la lettre. Une gemme d'un rouge captivant, dans laquelle dansait une flamme minuscule. « Une Pierre qui n'existe qu'en Enfer », disait le message, et effectivement le laboratoire à laquelle ils l'avaient envoyée en express s'était montré incapable de l'analyser ou d'expliquer son origine. Ils avaient donc fixé un rendez-vous à l'aide du numéro de téléphone inclus dans la lettre, afin de déterminer si l'expéditeur était bien ce qu'il prétendait.

Les voitures s'arrêtèrent finalement dans la cour devant un entrepôt abandonné, et les journalistes en descendirent, suspicieux, chacun d'eux portant une caméra cachée. Ils ne virent personne, se dirent qu'on s'était moqué d'eux. Puis une voix les héla. Ils levèrent les yeux, et virent une jeune fille, négligemment allongée sur une poutrelle métallique surplombant la scène, qui les saluait. Ils n'eurent pas le temps de s'étonner, car la jeune fille sauta alors à leur rencontre. Il y eut des cris d'effroi, la chute serait fatale à cette hauteur !

Au lieu de cela, la jeune personne frappa le sol du poing au moment de l'impact, fissurant le goudron sur plusieurs mètres, avant de se relever en époussetant calmement la poussière sur ses vêtements. Toute l'assistance était secouée par ce qu'elle venait de voir, mais James se devait de garder son calme. Il était un professionnel, il devait s'assurer qu'ils ne venaient pas juste d'être victimes d'un astucieux trucage.

« Je suis James Hopkins, du département d'enquête sur les Dieux et éveillés de la BBC. À qui ai-je l'honneur ? » demanda-t-il en conservant son flegme.

« Andréa Kochtcheï, Spectre de la Liche, Étoile Terrestre de l'Immortalité. Excusez le titre à rallonge, c'est le protocole. » répondit-elle en souriant.

Hopkins détailla brièvement son interlocutrice. Une personne visiblement en manque de soleil, arborant plusieurs piercings, toute de noir vêtue... qui se présentait comme une envoyée d'Hadès, Dieu des Morts. Non vraiment, cela n'allait pas suffire.

« Mes excuses mademoiselle, mais il va falloir faire mieux pour nous convaincre. On ne passe pas si facilement à la BBC, surtout en ce moment, avec une actualité aussi chargée. »

« Je comprends, vous avez une réputation à maintenir, vous voulez du sérieux. Mais vous vous trompez sur un point, ce n'est pas moi qui veux une interview, c'est mon supérieur. Il déteste se déplacer pour rien cependant, c'est pour ça que je suis celle chargée de vous convaincre. »

Ayant terminé de lui répondre, la jeune fille recommença sa démonstration. Il y eut un bang retentissant et une puissante onde de choc alors qu'elle disparaissait de leur vue pour réapparaître au fond de l'entrepôt, une fraction de seconde plus tard. Un autre déplacement trop rapide pour que l’œil puisse suivre, et elle était revenue à leurs côtés. Un assistant déglutit bruyamment, et se mit à déblatérer fiévreusement :

« Bang sonique ! Alors c'est bien vrai, les éveillés peuvent se déplacer à la vitesse du son ! »

Hopkins rabroua sèchement le jeune homme, avant de regarder la suite. Il avait pris ses précautions, il avait demandé à plusieurs experts en trucages et illusions diverses de l'accompagner en prévision de ce moment, mais eux aussi regardaient le spectacle bouche bée. Devant eux, la Liche faisait apparaître de nulle part des nuées de papillons fantasmagoriques, soulevait de lourdes poutrelles comme si de rien n'était... Le clou du spectacle fut quand elle généra un miasme noir qui s'étendit dans toute la cour. À son contact, les nombreuses plantes qui poussaient là mouraient, se desséchaient et tombaient en poussière en quelques secondes. Le journaliste se tourna vers les experts en mystification de sa suite. Ils ne voyaient pas quel pouvait bien être le « truc ». C'était du solide, il pouvait y aller :

« Vous avez gagné mademoiselle, nous vous croyons. Cependant, puis-je m'enquérir des raisons qui poussent les Spectres à vouloir se dévoiler ainsi ? »

Il montrait une façade indifférente, mais intérieurement, il exultait. Une interview d'un véritable envoyé des Dieux, en exclusivité mondiale ! Voilà qui marquerait à jamais l'histoire du journalisme, et leur ferait battre des records d'audience. Et puis, la BBC avait été choisie, les Dieux eux-mêmes reconnaissaient la qualité de leur travail ! Pour lui qui avait passé toutes ces années à tourner en rond, relégué dans ce « placard » de la chaîne, il n'y avait pas de plus belle récompense. La jeune Spectre prit la parole :

« Et bien, il y a trente ans, Athéna s'est adressée au monde, et a révélé à tous l'existence des Dieux et des éveillés. Mais vous n'avez entendu que sa version de l'histoire, ce n'est pas très correct. Il est temps que les gens sachent ce que sont réellement les idéaux et la volonté des Enfers. Nous sommes tout à fait prêts à vous fournir toutes les preuves que vous voudrez... d'ailleurs si j'étais vous, j'avertirai certaines équipes à l'étranger d'ouvrir l’œil. Nous aurons une belle surprise pour vous. »

Hopkins accepta la réponse. Il promit d'arranger au plus vite une interview, à une heure de grande audience, le soir-même s'il le pouvait. Il n'allait pas laisser passer cette occasion, et les images des caméras cachées lui serviraient à convaincre ses supérieurs. Alors qu'il remontait dans la voiture, excité comme une puce, et repartait vers le siège de la BBC, ses assistants le regardaient avec des yeux incrédules.
avatar
RakkanEtoile divine de Sigma

Date d'inscription : 18/05/2006
Nombre de messages : 2738
Age : 41

Revenir en haut Aller en bas
Ven 12 Sep - 16:08
Une belle voiture noire, lustrée mais point luxuriante s’arrêta devant les studios de la BBC , se garant avec soin. Au dehors le ciel était gris mais aucune pluie ne tombait, les trottoirs cependant étaient humides, trahissant les récentes averses tombées sur la capitale Britannique. Le conducteur descendit rapidement de la voiture, se rendit a l'arrière et ouvrit la porte passager.
Alors Minos descendit, vêtu d'un costume élégant noir, portant cravate assortie et chemise blanche: tenue élégante mais sans ostentation. Debout au dehors il tendit la main vers l'intérieur de la voiture d’où sortit alors une ravissante jeune femme dont les longs cheveux bruns tombaient sur ses épaules. Elle aussi était vêtue sans ostentation mais avec un charme indéniable a l'image de son physique qui ne pouvait pas échapper aux regards tant elle était belle et élégante. Minos, main dans la main avec la jeune femme entra dans les locaux de la BBC et se présenta

Je suis Le professeur Basile, et voici mon assistante Sophia, je suis attendu pour une interview par monsieur Hopkins, prévenez le donc je vous prie

Ceci fut fait et quelques minutes plus tard le professeur et son assistante était introduit auprès de l'équipe de tournage et on les amena rapidement a être préparés: maquillage et autres précautions et usages préalable au passage devant les caméras. Hopkins cependant ne souhaitait pas rencontrer les spectres avant l'interview; il souhaitait garder selon ses associés, le mystère de la première rencontre surtout lorsqu'il s'agissait du mystique, de l'extra temporelle.
Minos, devenu ainsi le professeur Basile, ne se formalisa pas de cela, il avait changé son nom de son coté pour ne pas livrer son identité ainsi en pature aux médias humains et puis.... Basile vient du Grec Basileus qui signifie Roi or Minos étant humain n'était il pas roi de Crète?  Et puis Sophia? Ah cette assistante était la surprise, la cerise sur le gâteau qui aiderait dans l'entreprise spectrale auprès des humains: la femme dans son charme et sa beauté attire les regards et l'attention et Sophia possédait tout les atouts pour réussir a cet égard sans pour autant ressembler a une réplique de poupée Barbie elle avait un regard et une apparence qui ne laisserait ni homme ni femme insensible.
Ainsi Minos était prêt, il aimait faire l'acteur, lui le marionnettiste infernale, et cette pièce le plaisait tout a fait. Il jetait des regards complices a son assistante avant d'entrer sur le plateau

N'oubliez pas les fleurs Sophia

avait il murmurer en quittant la loge: eh oui, un invité bien élevé ne vient pas les mains vides chez son hote surtout quand il vient de si loin...
On donne les dernières consignes sur le positionnement les caméras ... et l'obscurité se fait: Le professeur et son assistante entrent en scène! ils ressemblaient a un couple de stars habitués au monde des médias, saluant le journaliste avec une poignée de main solide et un sourire amicale tandis que Sophia inclinait légèrement la tête et serrait la main de ce même journaliste qui dés lors aurait de la peine a quitter cette belle brune des yeux!
Un jingle musicale un peu gothique annonça le début de l'émission et tout le monde s'assit pour commencer l'interview sous les lumières brulantes des spots. Hopkins lança alors l'émission

Mesdames messieurs, aujourd'hui un numéro exceptionnel je dois dire dans notre émission, je dirais même extra ordinaire puisque nous accueillons des représentant s de hauts rangs du monde par delà le monde: les enfers! Eh oui, ils veulent nous parler aujourd'hui et j'ai accepté de les recevoir et je vous les présente puisqu'ils sont deux en effet

Hopkins invita du regard le professeur a se présenter ce qu'il fit

Je suis le professeur Basile monsieur Hopkins et je suis venu avec mon assistante Sohpia qui m'assiste pendant ce séjour et cette interview parmi vous, j’espère que vous ne m'en voudrez pas de sa présence en ma compagnie

Hopkins allait balbutier se confondre dans un non gêné mais le juge l'interrompit

Je n'en doutais pas chez monsieur Hopkins, et si vous le permettez, d'emblée je veux vous dire que la raison de notre venue est simple: il s'agit en effet d'opérer un changement drastique dans la mauvaise réputation, mauvaise perception qui est la notre de la part des humains, de votre part monsieur Hopkins car je suis persuadé que vous étiez sceptique n'est ce pas a l'idée de nous recevoir? sans doute avez vous douté puis craint cette rencontre? et quelque part je vous comprend fort bien cependant je suis là pour vous dire que les humains doivent nous faire confiance et considérer que nous œuvrons dans le sens de la pureté humaine, nous secondons la vertu et refoulons le malin.

Minos se tut et considéra le visage quelque peu défait de son contradicteur qui se reprit et interrogea

Mais les spectres, les enfers punissent les humains, votre royaume est celui des damnés?

Minos sourit

En effet, mais laissez moi vous poser une question: votre enfant fait une bétise: que faites vous? vous le félicitez ou vous êtes plus enclin a le punir?

Une fois encore le juge ne laissa pas de temps de réponse

Eh bien il en va de même pour l'équilibre de l'humanité il faut que les torts soient soulignés, relevés, et corrigés .... n'est ce pas? évidemment vous me rétorquerez que les méthodes sont dures, insoutenables, violentes.... j'en conviens mais on ne circonvient pas aux péchés aux esprits méchants avec des fleurs. Donnerez vous des fleurs a un brigand qui vous détrousse ou un maraudeur qui vous agresse physiquement? non bien-sur 


Hopkins racla sa gorge et reprit la conversation



Mais sur terre quel est votre stratégie, votre objectif?

Je vois dans votre regard la crainte, de nouveau vous vous dites que l'enfer arrive sur terre... non, rassurez vous. Nous ne sommes et ne serons jamais des saints, nous répondrons a la violence par la violence mais nous souhaitons aider les humains a juguler leurs propres faiblesses directement ici, cela leur épargnera, a certains en tous cas, un désagréable voyage dans nos locaux. Car ne vous trompez pas; il ne s'agit pas de nier qui nous sommes; les enfers sont les enfers et le resteront pour l'équilibre même de ce monde; cependant nous souhaitons montrer que nous ne sommes pas des sauvages au seul dessein de détruire et de tourmenter, nous voulons aller dans le sens d'une humanité assagie monsieur Hopkins


Le journaliste rétorqua


Etes vous en train de nous expliquer que nous devons vous considérer comme des rédempteurs vous qui tourmentez les damnées ? avouez que c'est difficile a croire!

C'est difficile a croire sans doute, mais nous ne sommes pas des rédempteurs en tant que tel, nous laissons cela aux garants de la vertu, non nous sommes .... des croisés , nous engageons une croisade pour assagir l'humanité.

Mais ne pensez vous pas que d'autres serviteurs, défenseurs de l'humanité se montreront au moins aussi sceptique que moi de cette manœuvre, de cette opération ?

Les humains sont toujours sceptiques lorsque l'ordre établie est légèrement bousculée, que les acquis sont ébranlés.... a eux de faire preuve de pragmatisme et de s'adapter comme nous!

Mais concrètement comment va se traduire cette croisade?

Par des opérations de plus ou moins grande envergures dans lesquelles nous nous efforcerons de repousser, de vaincre ce qui entrave l’âme humaine: terrorisme, vandalisme, corruption.... autant de failles a combler!

Et cette croisade démarre quand?

Minos hocha la tête vers son interlocuteur avec un regard complice

Elle a déjà commencée....

puis se tournant vers les caméras

Et vous entendrez et verrez bientôt chers amis la croisade spectrale va soulager le lourd fardeau qui entrave votre évolution , faites nous confiance

Une pause se fit, quelques autres paroles sans intéret furent échangées préparant chacun a en terminer et a se retirer. Bientot Minos se tourna vers Sophia

Chère Sohpia veuillez donner a monsieur Hopkins notre petit présent

A cet instant Sophia découvrit un large bouquet de fleurs contenu dans un vase finement ciselé et décoré. elle se leva et le posa délicatement sur le bureau derrière lequel se tenait Hopkins a la façon d'un Larry King Americain. Ce faisant, elle adressa un large sourire au journaliste et expliqua d'une voix de sirène

Ces fleurs ne sont pas ordinaires: elles n'ont nul besoin d'eau et resteront en vue autant que vous même. Il suffit de la laisser dans un endroit a température ambiante, ni trop chaud ni trop froid. 

Devant la mine gêné du journaliste Minos reprit

Si vous ne souhaitez pas le conserver par devers vous, donnez le a votre épouse, n'ayez crainte elles ne sont ni carnivores ni empoisonnés

Un éclat de rire général éclata dans le studio et bientôt l'interview s'acheva tandis que chacun se serra la main avec chaleur.
Quelques heures plus tard Minos et Sophia se dirigeait vers la tour de Londres, endroit et le juge, esquissant un sourire satisfait

Monsieur Hopkins a été fort courtois, et je dois vous féliciter ma chère de vos offices

Sophia arbora un air réjouie

Merci seigneur , mais nous avons négligés de dire a ce monsieur que le fleurs ne sont pas empoisonnées certes mais recèlent un pouvoir hypnotique des plus puissant

Minos et Sophia s’échangèrent alors le regard de deux enfants satisfaits de leurs fourberies avant d'éclater tout deux d'un rire qui en disait beaucoup sur leurs actions récentes: après tout l'enfer est pavé de fleurs et celles ci pousserait le journaliste de la BBC a etre un agent médiatique des plus dévoué a la cause infernale sur terre! Les deux spectres s'évanouirent bientôt dans l'obscurité,satisfaits de leur voyage Londonien.
avatar
RakkanEtoile divine de Sigma

Date d'inscription : 18/05/2006
Nombre de messages : 2738
Age : 41

Revenir en haut Aller en bas
Ven 26 Sep - 20:43
Un oiseau immense plane dans la nuit Londonienne; un vol lent, irrégulier dans sa trajectoire.... cet oiseau se pose brusquement aux abords des quais de la tamise .... cet animal est un griffon, le griffon des enfers qui, après un premier voyage sous les traits d'un éminent professeur a pris sa véritable identité, paré de son vrai costume et il semble errer ça et là parmi les entrepôts, dans les quartiers malfamés et sales de la capitale Britannique.
Pendant ce temps Sofia est revenue elle aussi, mais cette fois elle se rend dans les pubs, les bars et les boites de nuits afin de séduire les malfrats locaux  et obtenir des informations sur leurs activités avant .... de les quitter.
Et c'est ainsi que Minos se trouve dans un entrepôt, il parvient sans difficulté a l'intérieur; là de nombreux cartons et caisses de transports. Le juge des enfers a tôt fait de découvrir les contenus les plus suspects: drogue, contrefaçons.... poussant un profond soupir il entreprend..... de cercler tout ces colis de fils du destin, ces fils quasi invisibles et aussi coupant que des fils a couper le beurre . Ainsi fait il la même chose dans de nombreux entrepôts, pendant des heures il sévit ainsi. il semble semer des fils de parques sur ces maudits contenus, ces entreprises criminelles sont ligotées.
La nuit s'achève : Sofia,l'air ravie, une démarche chaloupée de panthère, approche du griffon. Celui ci hoche la tête avec un sourire: les deux spectres ont terminés cette fois définitivement leur travail sur ces terres. Minos adresse un message satisfait a sa comparse

Voilà notre œuvre achevée, bientot nombre de criminelles,voulant s'emparer de leurs maudites marchandises, briseront leurs propres destins en coupant les liens que j'ai fait avec soin un peu partout dans ce cloaque!
Et vous ma chère avez pris soin d'achever de précipiter les ames des dirigeants et autres truands vers leurs jugements et leurs punitions ultimes

Et Minos de hausser les épaules

Décidément les humains pourront nous remercier, nous sommes plus efficace que leurs autorités et forces de l'ordre

Éclatant alors d'un rire sardonique le juge disparut alors avec sa complice, cette fois la mission était bien achevée, le reste allait suivre son court et Minos de se rendre près des siens
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Les Enfers font le buzz