avatar
LilithSpectre de la Succube
Spectre de la Succube

Date d'inscription : 14/03/2014
Nombre de messages : 312
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas
Ven 3 Oct - 17:14
Le décès du père de Katsu avait bouleversé énormément cette dernière et cela faisait deux jours que je n’avais plus eu de nouvelles d’elle. La dernière fois que j’avais eu la chance de la voir, c’était le jour de l’enterrement de son père et pour être honnête, je préférais la croiser dans d’autres circonstances. Dans ma chambre, je tournais en rond, portant parfois mon regard sur mon portable et j’hésitais à l’appeler. Je m’allongeais sur mon lit, fixant le plafond et je réfléchissais sur certaines choses car je souhaitais être avec elle en ce moment.

« Elle souhaite être seule et ne veut voir personne… Je ne dois pas la déranger… »
Marmonnais-je entre mes dents.

Je me retournais sur le côté et je commençais à avoir une envie, me lever et me rendre au temple où vivait Katsu pour la réconforter. Après quelques secondes d’hésitation, je décidais de sortir de mon lit pour enfiler mes chaussures et me rendre à l’habitation de la jeune femme. Durant le trajet, je réfléchissais à plusieurs choses et surtout à la manière que j’allais utiliser pour réconforter ma meilleure amie. Sans m’en rendre compte, des larmes commencèrent à couler le long de mes joues et des passants s’étaient rapprochés de moi pour savoir si j’allais bien.

-Est-ce que ça va mademoiselle ?

« Hein… Euh… Oui, merci… »

J’effaçais mes larmes avec ma main droite avant de me mettre à courir pour m’éloigner de ses personnes et je retrouvais une marche normale deux cents mètres plus loin. J’étais assez proche du temple de Katsu et je m’arrêtais quelques instants pour m’adosser contre un mur afin d’être à nouveau le jeune femme habituelle, Minami la cool. Seulement, les sentiments que j’éprouvais pour Katsu, montraient une autre facette de me personne et il fallait avouer que c’était la seule à réussir un tel exploit. Finalement, je reprenais la route pour me retrouver quelques minutes plus tard devant la porte de l'immense bâtisse. Observant la porte, je décide de faire sonner la cloche pour annoncer ma présence à ma meilleure amie.
avatar
Katsu

Date d'inscription : 09/11/2012
Nombre de messages : 750
Age : 32
Double Compte : Freyja/Alia

Revenir en haut Aller en bas
Ven 3 Oct - 18:35
Il était mort sous mes yeux, devant mon esprit impuissant, je pouvais revoir cette nuit dans mes cauchemars, l’entendre m’appeler pour que je vienne l’aider. Mon corps, chaque nuit, restait figé regardant ce spectacle morbide se jouer devant moi. J’essayais de bouger ne fusse qu’un bras ou une jambe, mais il restait de marbre, puis dans un sursaut je me réveillais criant après lui, je pouvais entendre les pas précipiter de ma mère, venant voir si tout allait bien et à chaque fois je lui répondis que tout allait bien afin de la rassurer.

Elle n’était pas dupe, elle savait, le sentais ma peine et ma douleur, car elle aussi la ressentait. Je lui avais caché soigneusement suzaku, le premier jour, puis aux secondes, jours, lors du petit déjeuner, sans me prévenir.

« Tu n’as pas obligé de le cacher. Nous savions qu’un jour elle referait surface. »

Ma tête se releva, regardant ma mère incrédule, ne sachant que dire. Elle était au courant de ce tatouage qui ornait désormais mon dos depuis la mort de mon père. Elle savait ce qu’il représentait, ce que cela signifiait. Elle me regarda avec ce regard triste, sachant ce que désormais l’avenir m’attendait, ce que le monde me réservait. Un simple « Comment ? » sortis de ma bouche, étonner abasourdis et calmement elle me répondit.

« Quand tu es née, il est apparu dans ton dos, et est resté quelques jours, puis il a disparu. À partir de là, ton père et moi savions que tu avais été choisie. »

Elle marqua une pause, posant ses baguettes, puis se levant. Elle se dirigeait vers moi, me demandant de retirer ce pull que j’avais mis et dont je n’avais pas l’habitude de porter. Je m’exécutai, puis elle vient dans mon dos, relevant mes cheveux afin de regarde Suzaku qui était tranquillement installé, sans dire un mot. Puis à nous je lui demandais.

« Ces hommes ? Est-ce… »

Elle m’interrompit, alors que je sentais sa main sur mon dos.

« Oui, ces hommes pensaient certainement que nous cachions l’armure dans le temple. Dans un sens cela est vrai, mais dans l’ordre des nyorais, les armures se logent dans leur porteur et non dans une boite comme les autres ordres. Suzaku est en toi depuis ta naissance. »

Elle prit le temps de m’explique, de m’apprendre que mes entrainements était dû ce que j’étais. Elle s’excusa du poids qui était désormais sur mes épaules, m’avouant qu’elle avait espéré que jamais Suzaku ne se réveille. Elle avait pris du temps pour m’expliquer les choses et au fur et à mesure je voyais mes projets, mes rêves s’envoler, s’éloigner de moi. Je me levais donc brusquement, renversant presque cette petite table pour retourner dans ma chambre d’un pas précipiter, ne voulant plus entendre ses mots. Je pouvais sentir son regard attrister, me regarde. Pour moi, cela faisait beaucoup trop, mon père était mort, me protégeant corps et âme, cette chose s’était révélée à moi, et mon rêve s’était envolé dans sa foulée.

Je regardais au tour de moi, voyais le tonkiri, ma guitare et mon piano dans cette chambre, je voyais mes partitions dans un coin, des feuilles vierges qui n’attendait qu’une chose que je pose une mélodie sur elles. Alors que pendant ce temps, la cloche sonnait, et ma mère allait ouvrir à Minami qui venait me rendre visite. Pendant qu’elle l’invita, lui disant que cela me ferait du bien.

Je laissais échapper un peu de mes flammes, les dirigeant vers ses feuilles vierges qui m’appelaient, puis prenant ma guitare la lançant de toutes mes forces hors de ma chambre, puis ce fut autour du tonkiri, brulant de vieille partition de film, ou de musique classique, alors que les larmes coulèrent sur mon visage. Ma chambre devait la scène d’un désordre peu commun, moi qui avais été toujours ordonnée. Puis je me retournais et vis ma meilleure amie à l’entre de ma chambre, elle avait du voir cette crise de colère, cette folie passagères qui m’avait traversée, voir mon dos et suzaku. Et dans un souffle tout ce que je pouvais lui dire ce fut un simple

« Minami »
avatar
LilithSpectre de la Succube
Spectre de la Succube

Date d'inscription : 14/03/2014
Nombre de messages : 312
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas
Ven 3 Oct - 19:34
Attendant patiemment qu’on vienne m’ouvrir, je pouvais sentir mon cœur battre très fort et j’espérais que cela soit Katsu qui vienne m’ouvrir. Malheureusement, c’était sa mère et je lui adressais un doux sourire car j’étais tout de même ravie de la voir.

« Bonjour madame Nishimura. »

-Bonjour Minami et depuis le temps, tu peux m’appeler Keiko.

« Vous avez raison… Katsu est là ? »

-Oui, elle est dans sa chambre et cela lui fera certainement plaisir de te voir.

« D’accord, j’y vais de suite dans ce cas. »

La saluant d’un signe de la main, je me pressais de me diriger vers la chambre de la belle Katsu. Arrivée non loin de cette dernière, je pouvais entendre que ma meilleure amie était entrain de se défouler sur ses propres affaires. D’ailleurs, sa guitare passa non loin de moi et je sursautais suite à cette surprise. Me rapprochant un peu plus de sa chambre, j’observais l’intérieur qui était en piteux états, il fallait le reconnaître. J’avais également remarqué le tatouage qu’elle avait dans son dos, chose que je n’avais jamais vu auparavant. Continuant de la fixer, je me rendais compte que le décès de son père l’avait affecté plus que je ne le pensais. J’attendais patiemment qu’elle se calme et lorsqu’elle remarqua ma présence, elle laissait mon nom s’échapper de ses lèvres.

« Katsu… »

Je voyais cette peine sur son visage et je ne pouvais empêcher les larmes de voir le jour sur le mien. Je m’approchais rapidement d’elle pour la prendre dans mes bras, je la serrais fortement contre moi sans pour autant l’étouffer et je me mettais à sangloter. Même si ce n’était pas mon père qui venait de décéder, j’éprouvais énormément de peine à voir Katsu dans un tel état. Une fille qui était très joyeuse et qui était toujours de bonne humeur. J’aimerais souffrir à sa place car cela me déchirait le cœur et je n’avais qu’une envie, c’était de la consoler du mieux que je pouvais.

« Je suis là Katsu… Je serai toujours là pour toi ma belle… » Lui avouais-je d’une voix tremblante.

Je remontais une main dans sa chevelure pour la caresser avec douceur, continuant à verser des larmes tandis que je pouvais sentir mon cœur battre la chamade parce qu’elle était contre moi. D’ailleurs, je souhaitais lui avouer la vraie nature de mes sentiments à son sujet mais cependant, ce n’était pas le moment de le faire même si je prononçais ses mots à l’instant.

« Je t’aime tellement Katsu… et te voir dans cet état me déchire le cœur… » Marmonnais-je doucement, à peine audible pour la jeune femme.
avatar
Katsu

Date d'inscription : 09/11/2012
Nombre de messages : 750
Age : 32
Double Compte : Freyja/Alia

Revenir en haut Aller en bas
Ven 3 Oct - 20:25
Je me laissais aller complètement pleurant sans retenue dans ses bras. Je ne pouvais m’arrêter, elles coulèrent sans quand je ne fasse aucun effort. Mon corps se laissait tomber sur le sol de ma chambre, laissant Minami me prendre dans ses bras, mes mains venant recouvrir mon visage. Je ne savais que faire, je ne savais quoi penser. Mon esprit était totalement perdu, il refusait le sacrifice que l’ont me demandait, mais en même temps il l’acceptait sans condition. Il se disait
que si c’était ce que les Dieux voulaient de nous, alors je devais l’accepter.

Mais ce rêve, ce rêve que depuis le collège nous aspirions Minami et moi, je voulais le réaliser, je voulais vivre de ce dont que ma mère m’avait transmis. Je voulais pouvoir faire entendre le son de mes mélodies. Maintenant, devais-je laissais tout ça derrière moi ? Je ne pouvais guère me consacré à la musique, sachant que j’étais amenée à combattre, je ne pouvais m’imaginer affrontant la mort et revenir par la suite chantant tranquillement devant une foule de milliers de personnes.

Je continuais à pleurer, sangloter sans m’arrêter. Pour la première fois dans ma vie, je ne savais où mes pieds allaient m’emmener, je ne savais où mon avenir allait me diriger, même si une seule voie s’offrait à moi. J’allais surement reprendre la suite de mon père, devenir prête comme lui, assumer le rôle que les dieux avaient choisi pour moi. J’allais regarder dans les rues les magazines parlants de Kaito et Minami, les regarder à la télé donner des interviews. Ces éveillés n’avait pas que tué mon père, il avait volé mes rêves, et inlassablement je n’arrêtais pas répéter.

« Que suis-je censée faire ? Que suis-je censée faire ? »

Je ne parvenais pas à entendre les paroles de mon amie, je pouvais juste sentir sa main caressant mes cheveux, la sentir attendre que je me calme, mais cela prenait des heures. Puis quand les larmes cessèrent de couler, je m’écartais de mon amie, frottant mes yeux, allant me mettre dans un coin de ma chambre sans dire un mot. Je restais là, la regardant dans le vide pendant quelques minutes, avant de dire, calmement.

« Merci. »

J’avais complètement oublié le simple fait qu’elle pouvait voir la tête de Suzaku qui était grave sur mon épaule. À vrai dire, en cet instant, je m’en fichais, les pleurs était partie laissant place à un sentiment étrange comme si plus rien ne comptait, comme si tout ce que je ressentais avait disparu d’un seul coup. Puis sans prévenir.

« Je vais quitter le groupe. »

Les mots étaient sortis, la raison avait pris le dessus. Cela était la seule chose à faire, le seul chemin qui m’était alors possible de prendre. Je regardais Minami, le regard triste, jamais je n’aurais cru dire un jour ces mots, jamais je n’aurais cru renoncer à ce que j’aimais le plus au monde. À ce qui m’avait fait connaître Kaito, m’avait fait aimer cette personne à qui je n’avais jamais avoue un seul instant mes sentiments pour lui. Un sourire triste se dessina sur mon visage, une voix tremblante se fit entendre.

« C’est la seule chose à faire. »

Elle ne pouvait comprendre, mais cela n’était pas grave pour l’instant.
avatar
LilithSpectre de la Succube
Spectre de la Succube

Date d'inscription : 14/03/2014
Nombre de messages : 312
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas
Ven 3 Oct - 23:33
Je la serrais contre moi tandis qu’elle sanglotait énormément et comme elle, je ne pouvais pas retenir ma peine. Alors qu’elle se laissa tomber sur ses genoux, je l’accompagnais pour ne pas rompre le contact. Malgré certaines révélations, elle ne sembla pas réagir suite à ce que je venais de lui dire et c’était une bonne chose. Effectivement, quelques instants plutôt, je venais de lui avouer indirectement mes sentiments pour elle et cela m’avait mis légèrement mal à l’aise d’avoir fait une telle chose. Surtout que ce n’était pas bien de ma part de vouloir profiter de cette situation et de la peine de Katsu. J’ignorais combien de temps nous étions restées dans cette position et à un moment, j’avais remarqué la présence de Keiko qui était venue jusque la chambre pour voir si tout se passait bien. Au bout d’un certains temps, elle décida de se libérer de mon étreinte pour se réfugier dans un coin de la chambre. Nos regards se croisèrent et un silence s’était installé depuis quelques minutes. Finalement, elle décida de le rompre pour me remercier.

« Il n’y a pas de quoi. » Avec un fin sourire.

Visiblement, la jeune femme s’était calmée et c’était une bonne chose mais la révélation qui s’en suivit, me laissa sans voix. Elle m’annonça qu’elle souhaitait quitter le groupe et je faisais un non de la tête tandis que je prenais la parole.

« Tu ne peux pas quitter le groupe… Ce groupe, nous l’avons monté ensemble et sans toi, cela ne sera plus la même chose ! »

Sur le coup, il fallait avouer que j’étais envahie par la tristesse et la colère car je ne souhaitais pas qu’elle confirme sa décison.

« Non, ce n’est pas la seule chose à faire… On a besoin de toi pour continuer et tu as besoin de nous… »

Je tombais sur les genoux, abattue par cette décision et au fond de moi, je savais parfaitement que mes paroles n’allaient pas la faire revenir sur son choix.

« Tu ne peux pas faire cela… » Ajoutais-je d’une voix tremblante. « Je ne veux pas que tu nous quittes… que tu me quittes… »

Je frappais mes deux poings sur le sol tandis que des larmes firent à nouveau leurs apparitions sur mon visage.

« Ne nous abandonnes pas… Je t’en supplie… »

C’était vraiment des paroles d’une jeune femme désespérée que je venais de prononcer après la décision de celle que j’aimais.
avatar
Katsu

Date d'inscription : 09/11/2012
Nombre de messages : 750
Age : 32
Double Compte : Freyja/Alia

Revenir en haut Aller en bas
Sam 4 Oct - 9:20
Elle ne pouvait comprends, elle ne pouvait savoir. Je souriais en voyant son attitude, en voyant à quel point elle voulait que je continue à jouer. Mais en cet instant, l’envie de jouer avait disparu, l’envie de chanter s’en était allée, elle aussi. Je murmurais quelques mots inaudibles. « Tu ne peux pas comprendre. » Je la laissais prononcer ces supplications, la laissais sortir tout ce qu’elle ressentait en ce moment même. Mon regard la fixait tristement, mon esprit aurait voulu céder à sa demande. J’aurais voulu partir avec eux, vivre cette aventure que nous nous étions

« Je vais reprendre la suite de mon père. Devenir prêtre Shinto »

Je pouvais comprends son incrédulité, cette incompréhension dans cette décision qui semblait bien excessif. Mais je ne pouvais maintenant, suivre mes désirs, j’allais devoir vivre hors de tout ce dont j’avais rêvés, faire passer mes désirs après ceux des autres, après ceux de notre dieu. Il me faudrait du temps pour l’accepter, du temps pour que je puisse oublié cette sensation que j’éprouvais jouant de la guitare.

« Crois — moi si je pouvais faire autrement je le ferais. Tu sais combien tout ceci est important pour moi, combien j’ai rêvé de tout ça ? Alors, crois-moi c’est plus dur pour moi de devoir renoncer à tout ça. »

Je me levais, alla chercher cette guitare que j’avais lancée de toute les forces, alors que je pouvais entendre Suzaku essayant de me rassurer, me disant qu’un jour elle comprendra, je lui murmurais, alors que je prenais ma guitare. « Je doute qu’elle puisse comprendre. » Je regardais dans le couloir et vis ma mère. Un simple regard et nous nous étions comprise. Je revenais dans la chambre, faisant glisser mes doigts sur les cordes de la guitare.

« Vous trouverez quelqu’un. Je ne suis pas la seule guitariste dans le coin, et je suis sûre qu’ils joueront tout aussi bien, voire même mieux que moi. »

Je la reposais sur son socle, puis me dirigea vers mes partitions, vers ses musiques que j’avais créées passer des nuits à les faire prendre vie. Je les triais, pris quelques un les mis dans une pile, et certaines dans un autre. Puis je pris dans une des piles et les donnai à Minami.

« Tiens, j’avais prévu de voir ces musiques avec vous. Donne-les à Kaito et Kiosuke et jouez-les. Je les avais créés pour le groupe. »

Je regardais Minami avec un léger sourire.

« Crois-moi, je voudrais vous suivre. Mais il y a des choses qui ne me permettent plus de vous suivre… Vous jouerez pour moi… »

En lui donnant ces partitions, je laissais partir mon rêve et mes aspirations.

« Je t’en pris, ne rends pas cette décision plus difficile. »
avatar
LilithSpectre de la Succube
Spectre de la Succube

Date d'inscription : 14/03/2014
Nombre de messages : 312
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas
Sam 4 Oct - 12:58
Je ne comprenais pas la décision qu’elle venait de prendre, nous tourner le dos alors que c’était son rêve de pouvoir parcourir le monde afin de jouer notre musique. Peut-être trouvait-elle que nous n’étions pas assez bon pour pouvoir réaliser une tournée ? Si c’était le cas, elle me le dirait avec franchise, du moins, c’était ce que je supposais. Il y avait certainement une autre raison derrière cette décision et peut-être que le décès de son père y était pour quelque chose. Malgré toutes mes paroles, Katsu ne changea pas d’avis et il me fallait me résigner. Ses nouvelles paroles me faisaient comprendre qu’elle n’avait pas le choix de nous quitter et je me contentais d’hocher légèrement la tête.

« Dans ce cas… Je quitte le groupe également… » Marmonnais-je entre mes dents.

Il était vrai que le groupe comptait énormément pour moi mais Katsu comptait beaucoup plus et l’idée d’être séparée de cette dernière, me brisait le cœur. Elle alla chercher sa guitare qu’elle avait lancé dans le couloir et je la suivais du regard tout en restant silencieuse. Je ne pouvais rien dire, ni rien faire pour la faire changer d’avis. Elle suggéra que nous devions la remplacer et peut-être que cette nouvelle personne pouvait être plus performante que Katsu.

« Personne ne joue comme toi… Tu es la meilleure des meilleurs… »

Finalement, grâce à ses paroles et les partitions qu’elle venait de me confier, elle me faisait changer d’avis sur le fait d’abandonner le groupe également.

« Tu peux être certaine qu’on va les jouer ma belle… »

Elle m’adressa un fin sourire tandis qu’elle m’expliqua une nouvelle fois qu’elle n’avait pas le choix et elle avait raison. Remplacer son père ne pouvait pas lui permettre de parcourir le monde pour faire des concerts et elle me demanda de jouer pour elle.

« Oui, on jouera pour toi, je te le promets… »

A nouveau les émotions venaient de prendre le dessus et des larmes coulèrent le long de mes joues. Je la serrais de nouveau contre moi, ne pouvant m’empêcher de penser que j’étais sur le point de la perdre et je lui chuchotais quelques mots au creux de l’oreille.

« Je ne veux pas te perdre… »

Suite à mes mots, j’approchais mon visage du sien et au lieu de lui déposer un baiser sur la joue, c’était le coin de ses lèvres que je touchais avec les miennes.
avatar
Katsu

Date d'inscription : 09/11/2012
Nombre de messages : 750
Age : 32
Double Compte : Freyja/Alia

Revenir en haut Aller en bas
Dim 5 Oct - 11:15
Elle finit par accepter ces décisions si douloureuses, je ne pouvais m’imaginer malgré tout vivre ma vie sans eux, devoir les observer accomplir ce dont j’avais toujours rêvé. Mais je devais accomplir un devoir qui passait avant mes désirs, avec ce que je voulais au plus profond de moi. Je regardais les partitions, d’un air triste, à croire que je ne pouvais que ressentir cette sensation. J’essayais de plaisanter, de chasser ce sentiment qui s’était installé en moi. Je lui faisais des plaisanteries, lui disant que je ferai partie de ses groupies au premier rang, criant après eux. Cette image était amusante, mais quelques peut triste, car je savais que ma place n’aurait pas été auprès de ses fans hystériques, mais sur cette scène avec eux.

« Tu ne me perdras pas, où que tu sois. Mais je veux un souvenir pour chaque ville où vous aller. »

Puis j’allais vers mon piano, jouer quelques notes qui me trottais dans la tête, je commençais par une mélodie à la fois douce et triste, alors que les notes ses succédèrent la mélodie devenait de plus rythmes donnant cette impression de colère, donnant cette impression que tout échapper à la personne qui jouait. Je pouvais libérer toutes les frustrations que je ressentais en ce moment. La musique avait toujours été pour moi un moyen de me m’exprimer, de dévoiler mes craintes et mes aspirations. Puis, elle s’arrêta brusquement.

« Je n’aurais jamais cru qu’un jour j’arrêterai tout ça. Depuis quand on en parle ? Le collège ? »

Je me levais, sortis de ma chambre sachant que Minami allait me suivre. J’allais dehors, m’avançant un peu plus dans le temple que mon père avait gardé et dont désormais j’en serais la gardienne. Je regardais l’héritage qu’il m’avait laissé.

« Et quand tu te marieras, je ne veux pas que t’ailles voir un autre prêtre que moi, d’accord. C’est moi qui célébrerai ton mariage. »

Je me tournais vers Minamie, avec un léger sourire. Je continuais à lui dire toute qu’elle ne devait pas faire avec un autre prêtre. J’avais encore du mal à réaliser qu’à la fin de cette année nos chemins allaient se séparer, que j’allais rester entre ces pierres ancestrales et qu’eux allaient parcourir le monde. J’étais sure que j’allais regarde leur interview, m’imaginant ce que ma vie aurait été que je serais jalouse de ses groupies qui allait coller Kaito et rien qu’à cette penser je fronçais les sourcils.

« Par contre tu feras attention à ce que Kaito ne prenne pas trop la tête… Je veux que tu me téléphones, pour me raconter tout, d’accord. Que ce soit tes conquêtes ou encore celle de Kiosuke. »

J’évitais sur ce sujet de parler de Kaito, car je ne voulais pas savoir, je n’avais aucune envie de savoir s’il avait rencontré une fille, qu’il en était tombé amoureux.

« Et puis je veux vos CD avant tout le monde compris ? Et ne soyez pas trop dure avec le guitariste que vous allez embaucher. »

Je continuais à lui sourire faisant bon figure fasse à cette histoire.
avatar
LilithSpectre de la Succube
Spectre de la Succube

Date d'inscription : 14/03/2014
Nombre de messages : 312
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas
Dim 5 Oct - 18:46
Accepter la décision de Katsu n’était pas du tout facile mais avais-je le choix ? Pas du tout et mon cœur me faisait atrocement mal car j’allais être séparée de la femme que j’aimais. Même si la célébrité nous tendait les bras, intérieurement, j’allais souffrir énormément vu que Katsu ne serait pas à nos côtés. La belle essayait de me remonter le moral à sa façon et également le sien. Je la regardais, lui souriait parfois de façon assez triste avant de plonger à nouveau dans mes pensées. J’en sortais lorsqu’elle m’avouait que je n’allais pas la perdre et qu’elle souhaitait un souvenir dans chaque ville où nous allions jouer.

« C’est promis, je te les enverrais moi-même. »

Je la suivais du regard lorsqu’elle se dirigea vers son piano pour jouer un morceau et je l’écoutais tandis que je pouvais sentir la tristesse m’envahir à nouveau. Je remarquais qu’elle faisait passer toutes sortes de sentiments durant cet instant et elle m’avoua qu’elle n’arrivait pas à y croire concernant son abandon du groupe.

« Oui, on a commencé à en parler à partir du collège… »

Lorsqu’elle se leva de son siège pour sortir de la chambre, je la suivais pour nous rendre un peu plus dans le temple de son père et quand elle m’avoua qu’elle souhaitait me marier le jour où cela allait se présenter, je toussais légèrement. Si elle savait à quel point je l’aimais et qu’elle était la femme de ma vie. Je secouais légèrement la tête pour chasser ses idées et ne pas montrer à nouveau ce que je ressentais pour elle pour répondre à ce qu’elle venait de me dire.

« Oui bien entendu, je n’irai pas vers un autre pour ce jour. »

Il me fallait profiter du reste de l’année pour rester en sa compagnie car après cela, nous allions commencer notre tournée dans le monde entier. D’ailleurs, elle me demanda de veiller sur Kaito afin que ce dernier ne prenne pas la grosse tête et je souriais légèrement. Elle voulait également savoir sur nos futures conquêtes à Kiosuke et moi-même. La seule relation amoureuse que je souhaitais à voir, était avec elle et personnes d’autres.

« Je ne pense pas qu’on aura le temps pour avoir des conquêtes mais promis, je te tiendrai au courant sur tout. »

Je remarquais qu’elle n’avait pas énoncé Kaito pour les conquêtes et je préférais garder cela pour moi. Je souriais lorsqu’elle me demanda de lui donner nos cd avant tout le monde et de ne pas être trop dure avec son remplaçant.

« C’est noté et comme pour les autres choses, je t’enverrais le tout et pour ce qui est de ton remplaçant, on essayera de ne pas trop le martyriser. »

[FB] Tentatives de réconforts made in Minami. [Pv Katsu]