avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t25901-sargas
EphraemChevalier d'Or du Taureau | Modérateur
Chevalier d'Or du Taureau | Modérateur

Date d'inscription : 04/10/2013
Nombre de messages : 3153
Age : 29
Double Compte : Asling, Amarok, Gaïus

Revenir en haut Aller en bas
Lun 3 Nov - 20:28
( viens d'ici )

[Rome - Mai 2015]


Rassemblant ses affaires, pour les installer sur la moto, Ephraem se prépara à partir. Il suivrait le conseil du vieil homme, pour prendre la direction du Caire. Pour éviter un encombrement superflu, le chevalier décida de laisser l'armure ici. Enfin... pas vraiment dans la villa familiale, mais plutôt dans la salle secrète, qu'il savait comment ouvrir maintenant. Il jeta un dernier regard à la villa, mit son casque et démarra. Il ne le savait pas, mais à cette instant, il fit comme l'un de ses ancêtres, il mit en route la musique qu'il pouvait entendre directement dans son casque. La route serait longue, même avec un véhicule aussi rapide, mais le Taureau avait le temps. Si l'on avait besoin de lui au Sanctuaire, on l'appellerait. Après tout, le Sanctuaire était beaucoup moins vieux qu'on pourrait le penser. Les fonds de l'entreprise que possédait l'ancienne Athéna, appartenaient maintenant au Sanctuaire et permettaient ainsi de développer les moyens de communications du Sanctuaire.


[Le Caire – Mai 2015]


Après trois jours de voyages, traversant plusieurs pays, le chevalier arriva enfin au Caire. Avant de commencer toute recherche, il devait trouver un hôtel confortable, où il pourrait séjourner pendant quelque temps. Le chevalier de chercha pas longtemps et s'arrêta au Saphir Hotel Cairo et y prit une suite pour une personne. Le prix n'était pas un soucis, Ephraem avait caché à Gareth et au reste du Sanctuaire, mais il avait hérité d'une très grosse fortune de sa famille. Deux siècles d'argent récolté par la prostitution, le trafic d'armes, de drogue ou d'être humain. Bien sur, tout cela était fini maintenant et ça rassurait le chevalier, qui ne voulait pas continuer dans une voie aussi triviale que la mafia. À peine le Saint avait posé son sac, qu'un groom frappa à la porte. Le Taureau lui ouvrit, pour recevoir une lettre, aussi étrange que le comportement du conservateur, plusieurs jours plus tôt. En ouvrant la lettre, le gardien du second temple reconnu la même écriture que dans la missive reçu au Sanctuaire.


'' Si vous tenez cette lettre entre vos mains, c'est que vous êtes bien au Saphir Hotel Cairo, comme je l'espérais. Vous êtes comme vos parents, vous avez un certain goût du luxe. Mais vous êtes en même temps différent, vous avez une noblesse qui n'est pas la leur, tout en montrant la bestialité qu'ils vous ont apprise. Peut importe les efforts que vous ferez, il y aura toujours une bête en vous, c'est à vous de la dompter, pour la faire surgir au bon moment.


Mais passons, cette lettre n'est pas pour vous parler de ça, mais de ce que vous devrez chercher. La tâche ne devrait pas être compliquée. Il vous suffit de vous diriger dans ma maison familiale. Vous trouverez l'adresse au dos de cette lettre. Ensuite, à vous de jouer, je sais que vous en êtes capable. ''


Dernière édition par Ephraem le Dim 16 Nov - 20:26, édité 1 fois
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t25901-sargas
EphraemChevalier d'Or du Taureau | Modérateur
Chevalier d'Or du Taureau | Modérateur

Date d'inscription : 04/10/2013
Nombre de messages : 3153
Age : 29
Double Compte : Asling, Amarok, Gaïus

Revenir en haut Aller en bas
Dim 16 Nov - 20:25
Le chevalier trouvait le conservateur de plus en plus étrange. Cependant, il décida de lui faire confiance, mais pour le moment, il avait besoin de repos. Après une courte nuit de sommeil, le Taureau se plaça sur le balcon, pour admirer la ville s'étendre sous ses pieds. Il faisait encore noir et les lumières de la ville polluaient la majesté de ce qui restait de l'ancienne ville, que l'on pouvait voir au loin. Ephraem savait qu'il devrait se rendre là bas, dans la vieille demeure du conservateur. Tout en prenant une douche rapidement, le chevalier réfléchissait à ce qu'il trouverait dans la maison. Ses pensées se dirigèrent lentement vers le Sanctuaire, son maître surement en train de draguer une jeune femme, dans une taverne de Rodorio. Non loin de là, à la Palestre, Nephtys se demandait peut être où était passé le Taureau. Ils ne s'étaient pas revu depuis sa nomination en tant que chevalier d'or du Taureau. Sortant de sa torpeur, le Saint se prépara, ne prenant qu'un sac, avec un nécessaire de spéléologie et des vivres. La prudence avant tout se disait-il. La lumière de la chambre éteinte, la fenêtre ouverte, Ephraem couru vers le balcon, posa son pied sur la rambarde en poussant légèrement et décolla de la chambre, en direction de la vieille ville.


Le chevalier trouva rapidement la maison en ruine, marquée du même sceau que les lettres du conservateur. L'intérieur de la demeure était aussi pitoyable que l'extérieur. Personne n'avait entretenu cette maison depuis bien longtemps. L'escalier menant à l'étage s'était écroulé, ne permettant pas à une personne normale d'y accéder. Malgré toutes les pièces en ruines, le Taureau reconnaissait la maison. Il avait grandit dans une demeure semblable en tout point. Il trouva même un escalier de pierre, menant à un mur servant de passage secret, exactement au même endroit qu'il l'avait trouvé chez lui. Connaissant déjà le code, le jeune homme appuya sur les quatre pierres servant clés. Alors qu'Ephraem s'attendait à l'ouverture de la porte, une trappe s'ouvrit sous ses pieds. En cela, la demeure était différente de la sienne. Écartant les bras pour les poser sur les parois, le Saint du finalement se résoudre à utiliser une nouvelle fois la gravité pour amortir la chute. Enfin, l'arrêter juste devant l'entrée du tunnel, sans se faire transpercer par les pieux se trouvant deux mètres en dessous de lui.


- Super... voilà que je risque la mort à tout moment maintenant...


Appuyant de toutes ses forces les murs pour se maintenir, le Taureau balança ses pieds en avant, puis en arrière pour appuyer sur le troisième mur et se propulser dans le couloir devant lui. À peine avait-il touché le sol, qu'il dû utiliser un mur de gravité pour stopper les flèches qui fusèrent vers lui. Il resta ainsi au sol pendant cinq minutes, le temps que les flèches arrêtent de pleuvoir. Autour du chevalier ne restait plus que des morceaux de bois, de plume et de fer. Le sol complet du couloir était un détecteur de pression et les flèches avaient toutes était guidées par un mécanisme simple. Quand on appuyait sur la dalle, la pression inclinait les dispositifs de tirent à l'aide de cordes. Ephraem se dépoussiéra un peu, avant de reprendre son chemin. Le reste du trajet ne fut pas complexe, voir même décevant pour le Saint qui aurait voulu un peu plus d'action. Après avoir tourné pendant des heures, le chevalier entra enfin dans une pièce, où ne se trouvait qu'un sarcophage non ouvert, portant le même symbole qu'à l'entrée de la maison. En effleurant la pierre de la tombe, une étrange lueur se dégagea du fond de la pièce, avant que n'apparaisse un animal à tête d'homme, corps de lion et ailes d'aigle. Reconnaissant de suite un sphinx, le jeune homme se demanda pourquoi une telle créature était enfermée ici. La réponse se fit d'elle même, quand le sphinx prononça ses paroles.
avatar
PNJ1 GSMaitre du jeu

Date d'inscription : 26/04/2008
Nombre de messages : 346

Revenir en haut Aller en bas
Lun 17 Nov - 18:31
-" Qui vient me réveiller de mon sommeil millénaire ? " dit le Sphinx de sa voix caverneuse et semblant venir de l'outretombe.

Le sphinx tourna son regard vers le chevalier du Taureau qui avait réussit à déjouer les pièges de ce temple caché et dans un état de délabrement avancé.
La chimère après quelques secondes de réflexion vint à la conclusion que le jeune humain qui se trouvait face à lui avait pu déjouer les protections du temple mais aussi réussit à activer les sceaux ayant permis son isolement.

-" Humm...il existe donc dans ce monde, un être capable de puissance et de courage pour venir me voir. Ta force est grande, guerrier. Mais as-tu assez d'intelligence pour résoudre mon énigme ?  "

Le sphinx battait ces ailes d’excitation soulevant au passage la poussière qui s'était accumulée après tant d'année d'inactivité. Le monstre mythique avait suffisamment de pouvoir pour terrasser son adversaire. Le chevalier d'or pouvait clairement le ressentir.
A vrai dire, après tant d'année de sommeil, la créature avait même une légère fringale.
On apprend aux jeunes enfants de ne pas jouer avec la nourriture, mais le sphinx n'était pas un enfant et encore moins un humain. Tel un félin voulant jouer avec sa proie, il voulut tester les connaissances du Saint du Taureau.
Une chose était certaine : Si le saint se trompait, il finirai dans les entrailles du Sphinx.

-" Humain, je te propose de résoudre une de mes énigmes. Ta réussite sera synonyme de victoire. Dans le cas contraire, tu nourriras mon corps. "

La chimère intensifia son cosmos. Les murs du temple commencèrent à trembler sous la vibration de son aura.
Lorsque le sphinx pointa son index crochu sur l'un des murs du temple, des hiéroglyphes alors invisibles apparurent alors.

-" Un objet a été utilisé pour me sceller dans ce sarcophage. Quel est-il ? Pour t'y aider, voici ces trois inscriptions qui te permettront de déterminer l'artefact ayant permis mon emprisonnement  "

Trois inscriptions apparurent alors :

-" Un objet a été utilisé pour me sceller dans ce sarcophage. Quel est-il ? Pour t'y aider, voici ces trois inscriptions qui te permettront de déterminer l'artefact ayant permis mon emprisonnement  "


-" Cet cartouche désigne le dieu-soleil. Attention ! L'oie de Thèbes est un dieu secret mais sincère."


-" Cet cartouche désigne le dieu-Nil. Le dieu bélier fait partie de la triade d'Elephantine et est garant de la vérité"


-" Cet cartouche désigne le vil dieu du Désert. Attention, ce chien fratricide est un dieu trompeur et l'écouter te amènera à ta perte ! "

Le sphinx fit apparaitre finalement une ultime cartouche qui brilla de lettre d'or. Il conclut en disant alors :


-" Quel est donc cet objet ? Parle ou tu mourras en ces lieux ! "

La créature n'attendit qu'une seule et unique réponse et espérait que le saint d'or se trompe pour pouvoir se délecter de sa chair et de son cosmos.
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t25901-sargas
EphraemChevalier d'Or du Taureau | Modérateur
Chevalier d'Or du Taureau | Modérateur

Date d'inscription : 04/10/2013
Nombre de messages : 3153
Age : 29
Double Compte : Asling, Amarok, Gaïus

Revenir en haut Aller en bas
Sam 22 Nov - 14:41
La créature était majestueuse, mais avait aussi l'air d'avoir un gros appétit. Le genre à vouloir manger un taureau en une fois, sans même laisser les os. Si la créature avait était scellée ici, c'est qu'il y avait une bonne raison. Soit elle était extrêmement dangereuse, ce qui ne faisait aucun doute, soit elle gardait ce que venait chercher le Saint. Comme le disent les légendes, le sphinx était joueur. Il aurait pu dévorer le chevalier immédiatement, mais préférait s'amuser avant. Si le Saint perdait, il ne perdait pas seulement un jeu, mais aussi la vie. En revanche, la créature ne devait pas le dévorer s'il réussit. Souriant comme un diable, Ephraem toisa la chimère.


- Je suis le chevalier d'or du Taureau, Ephraem Divinatus. Et je relève le défi... mais ne crois pas que je me laisserai manger si facilement...


Sur un des mur apparu alors des cartouches, tous constitués de hiéroglyphes. Pour chaque cartouche, le sphinx décrit un dieu qui y correspondait. Quand au dernier cartouche, il permettait de trouver l'objet qui avait servi à sceller la créature.


- Voyons voir... le premier correspond au dieu soleil... on est en Égypte, donc ça doit être Rê... mais l'oie de Thèbes, si je me souviens bien, correspond à Amon, le roi des dieux égyptiens...


Le chevalier était un peu perplexe sur cette première identité et décida de se pencher sur la suivante.


- Le second cartouche alors... le dieu du Nil... il y en a tellement, mais qui a une tête de bouc, je n'en vois qu'un seul... c'était comment déjà... Kroum, Kchoum... ah non, je sais, Khnoum !


Maintenant, qu'il avait à peu près trouvé les deux premiers cartouches, Ephraem pouvait s'attaquer au troisième.


- Celui pas de doute, la description est simple et je n'en connais qu'un qui lui correspond... et c'est Seth, le dieu vil... mais je dois trouver un objet avec c'est trois là ? Complexe, mais pas impossible... le Saint se rappela ce qu'il avait pu lire sur les dieux d'Égypte et sur les gravures qu'il avait pu trouver. Si je ne me trompe pas, les quatre dieux que j'ai pu repérer ont des attributs communs... ils portent tous la double couronne d'Égypte, un Ânkh et un sceptre... comment retrouver le bon avec ça...


Le chevalier étudia les cartouches pendant une bonne heure, cherchant une traduction qui ne venait pas ou même un rapport avec les hiéroglyphes. Plus le temps passé et moins de chevalier était patient dans sa recherche d'indice. Ephraem sorti alors une feuille de papier pour recopier les cartouches et écrire leur signification en dessous. C'est alors qu'il se rendit compte d'une chose. En écrivant Rê sous le premier cartouche, il ne voyait pas le rapport, mais en écrivant Amon, il vit que le nombre de lettre correspondait exactement avec le nombre de hiéroglyphe. Puis pour Khnoum et Seth, il pu voir que le nombre correspondait aussi. Il ne lui restait plus qu'à trouver l'objet correspondant.


- Hum... j'adore ton énigme mon petit pigeon, mais je crois avoir trouver la solution.


Le chevalier laissa planer un silence, avant de prendre l'objet qu'il pensait être le bon et se placer devant l'hybride.


- L'objet est ce sceptre, n'est ce pas ?


Le Taureau restait planté devant la créature, sans peur, ni en étant hostile. Même en ayant donné une réponse, il ne pouvait pas être sur de ce qu'il avançait. Il se préparait donc mentalement à reculer et à lancer un assaut sur le monstre, si celui ci essayait de le dévorer.
avatar
PNJ1 GSMaitre du jeu

Date d'inscription : 26/04/2008
Nombre de messages : 346

Revenir en haut Aller en bas
Sam 22 Nov - 19:11
Le saint du Taureau se présenta et releva le défi que lui avait imposé le Sphinx.
Ephraem analysa les différents cartouches afin de pouvoir révéler les secrets qu'elles cachaient.

La créature mythique se délectait d'avance. Le chevalier se concentra, fit appel à ses connaissances et à sa mémoire pour tour à tour déchiffrer les hiéroglyphes. Une telle réflexion devait surement libérer une quelconque hormone attendrissant les chairs.
Le sphinx s'en lécha même discrètement les babines pendant que le Taureau lui focalisait son esprit dans la résolution de l’énigme.

Ephraem énonça tour à tour les noms des divinités qu'il pensait correct, ce qui avait pour but d'effacer petit à petit le gigantesque sourire de la Créature.

Le formidable Sphinx voyait son repas s'éloigner de lui. Il n'avait qu'une parole, si ce dernier répondait correctement à son énigme, il laisserai partir le chevalier du Taureau.


- Hum... j'adore ton énigme mon petit pigeon, mais je crois avoir trouver la solution.

Le sphinx se prépara à bondir sur sa proie. Jusqu'à maintenant, Ephraem faisait preuve d'une belle réflexion et semblait avoir trouver la solution. Il s'avança un peu plus. Toujours un peu plus afin de pouvoir donner un coup de croc bien placé afin de se délecter du sang et du cosmos du saint. Le Sphinx semblait menaçant.

- L'objet est ce sceptre, n'est ce pas ?

La chimère s’arrêta subitement. Il demeura immobile pendant un laps de temps suffisamment long pour paraitre inquiétant. Son sourire quasi hautain venait de s'effacer.


- "Que dis-tu ? Un sceptre ? Ai-je bien entendu...un sceptre ?!
dit-il d'une voix qui semblait se plaindre.

Le Sphinx se devait de se rendre à l'évidence. Il replia ces ailes, baissa les yeux et dit d'une voix quasi-suppliante :

- "J'y avais cru. J'y avais presque cru. Pourquoi..."
un grognement sourd se fit alors entendre des entrailles de la chimère.

- "...mais pourquoi personne n'arrive à résoudre cette énigme ?"

A peine eut-il dit cela que Ephraem put voir une bouche gigantesque et exagérément démesurée se refermer sur lui. Son corps bien que compressé ne semblait avoir subit aucun dégât, mais par contre son cosmos s'échappait de son corps et vient nourrir le Sphinx.
Les canines de la créature avaient suffisamment égratignées le corps du Saint que du sang en coulait.
Une langue chaude et rapeuse lécha le saint.

Il entendit un grognement de plaisir.
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t25901-sargas
EphraemChevalier d'Or du Taureau | Modérateur
Chevalier d'Or du Taureau | Modérateur

Date d'inscription : 04/10/2013
Nombre de messages : 3153
Age : 29
Double Compte : Asling, Amarok, Gaïus

Revenir en haut Aller en bas
Sam 22 Nov - 22:38
Ephraem aurait du s'en douter, c'était beaucoup trop facile. D'un, il n'avait pas trouvé la réponse à cette stupide énigme, mais en plus, il servait maintenant de repas au sphinx. Le Saint n'avait qu'un conseille à donner. Se faire dévorer vivant, c'était dégoûtant, l'hygiène dentaire de la chimère était inexistant, son haleine sentait la vieille moufette en décomposition, sa langue était aussi râpeuse qu'une râpe à fromage rouillée et ses dents aussi aiguisées que la technique des Capricornes. En gros, c'était tout sauf une partie de plaisir. Et en plus ça, le chevalier se faisait drainer son cosmos petit à petit.


- J'en ai connu des grandes gueules, mais tu es la plus grande que j'ai vu jusqu'à maintenant... et comme tu as l'air d'avoir très faim, je te propose un bon repas...


Le Saint perdait son sang et son énergie, mais il n'avait pas l'intention de mourir maintenant. Le Taureau amplifia alors son sombre cosmos tentant de créer une overdose chez la créature. Mais son appétit était supérieur à ce que pensait le chevalier. Le plan devait donc changer avant qu'il ne soit à court d'énergie. Se concentrant sur une multitude de petites zones, Ephraem ouvrit de micro trou noir à l'intérieur du corps de la créature. Le chevalier détester utiliser une technique aussi fourbe, mais il n'avait pas le choix s'il voulait ressortir. Les dégâts n'étaient pas énorme et n'avaient pas demandé beaucoup d'énergie. En revanche, elles donnèrent un violent mal d'estomac au sphinx, qui se retrouva contraint de recracher son repas. Le Saint était un peu étourdi, mais il se releva rapidement, s'éloignant de l'hybride dans un bond en arrière. Mais le sphinx ne voulait pas en rester là, il avait énormément faim et poursuivit le chevalier. Celui ci était déjà en train d'utiliser la gravité pour courir sur le mur, afin de s'échapper par le passage qu'il avait emprunté pour entrée. Malheureusement la sortie s'était refermé, au plus grand plaisir de la créature.


* Tss prit au piège... j'espère au moins que le piège s'est rechargé, comme celui de Rome, pensa t-il *


Le Taureau eu rapidement sa réponse en voyant le sphinx marcher tranquillement sur le sol, sans qu'une pluie de flèches ne s'abattent sur lui. Ne voulant pas que le créature s'avance d'avantage, le chevalier lança toute les attaques qu'il avait.


- Gravitas nulla... Fluctus Obscura... Malleus Dei... Ostium di Merzeh...


Mais aucune des attaques ne toucha sa cible. À chaque fois, la chimère la puissance cosmique qui les composait, pour augmenter sa propre puissance. Cependant, le chevalier ne baissa pas les bras, un sourire malsain se dessina même sur son visage.


- J'espère que tu as bien mangé...


Le Taureau relâcha soudainement la pression gravitationnelle qu'il s'infligeait en permanence. Il chargea alors le sphinx à pleine vitesse, pouvant se déplacer plus vite que beaucoup d'autre, sans utiliser son cosmos. Le Saint abattit son poing sur la bête dans son élan. La puissance de la frappe était colossale, à un tel point que la cage thoracique craqua sous le coup, laissant un filet de sang s'échapper de la gueule de l'animal. Le sphinx s'écrasa au sol, n'ayant pas d'espace pour déployer ses ailes ou fuir. Ephraem se tenait devant lui, le regard sombre, et posa sa main sur la tête de la créature.


- Un jour, peut être que toi et tes semblables arrêterez de sous estimer la race humaine... ce sont des humains qui ont réussi à t'enfermer ici, et moi je vais t'en délivrer... requiscat in pace...


De la main du chevalier jailli alors un trou noir de taille moyenne, qui englouti le sphinx en peu de temps. Maintenant que le combat était terminé, le chevalier pouvait enfin retourner dans l'autre salle, pour y chercher la clé.
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t25901-sargas
EphraemChevalier d'Or du Taureau | Modérateur
Chevalier d'Or du Taureau | Modérateur

Date d'inscription : 04/10/2013
Nombre de messages : 3153
Age : 29
Double Compte : Asling, Amarok, Gaïus

Revenir en haut Aller en bas
Dim 7 Déc - 14:15
La salle avait légèrement changée, les inscriptions sur le mur avaient disparues et le sarcophage s'était renversé pendant la lutte. Le chevalier du fouiller le contenu maintenant sur le sol, heureux de voir que le mort, momifié, était resté dans son cercueil. Ephraem regarda le sceptre qu'il pensait être la bonne réponse de l'énigme, avant de le reposer. Il détailla chaque objet qu'il trouvait, cherchant un indice sur la clé qu'il devrait trouver dans toute cette assemblée d'objets divers et variés. Les morts de l'ancienne Égypte avaient le droit à un grand respect, puisque ce peuple croyait en une seconde vie après la mort. D'un seul coup, le Taureau vit un objet qui l'intrigua et y reconnu la réponse à l'énigme ( hrp: oui, j'ai trouvé la réponse plus tard, mais comme promit au pitit MJ, je ne donne pas la réponse ^^ ). Il prit alors l'objet, qu'il brisa au sol, comme pour briser définitivement la prison du sphinx. À l'intérieur se trouvait un objet étrange, ressemblant à un casse tête millénaire ( hrp: non, c'est pas celui là... je met pas des références aussi... Yugiohtesque Razz ). Comprenant qu'il s'agissait de la clé, même s'il devrait en résoudre le secret une fois sortie, le Saint prit la décision de sortir du tombeau. Cependant, il savait qu'il ne pouvait pas sortir par le même passage par lequel il était entré. Ephraem chercha donc le second passage du tombeau, passage toujours existant, permettant à l'âme de sortir du tombeau.


La nouvelle recherche ne dura pas longtemps, la sortie était presque indiqué. Pourquoi presque ? Tout simplement parce qu'il fallait comprendre un minimum les hiéroglyphes présent sur les murs. Ou tout simplement ce dire que le seul mur, n'ayant aucun hiéroglyphes, était plus que suspect. Enfin, chacun sa méthode, vous avez bien compris. Le plus dur était maintenant d'ouvrir le passage, qui avait était scellé de l'extérieur de la salle. Et pas scellé n'importe comment, ce n'était pas un mécanisme comme pour l'entrée, mais quelque chose de plus ancien encore. Une magie semblable à celle qui avait enfermée la créature. Celui qui avait utilisé cette magie devait être puissant, une prêtresse ou un prêtre haut rang. Même si les éveillés étaient spécialistes pour les phénomènes étranges, eux ne pouvaient utiliser la magie. Leurs pouvoirs venaient d'une maîtrise de ce qui les entouraient. On pourrait prendre l'exemple des utilisateurs de glace, qui en réalité ralentissent les molécules qui les entourent. Ou bien les manipulateurs de foudre, qui eux, accélères les molécules, pour créer un dégagement d'électron important. Quand à Ephraem, il ne faisait que manipuler la gravité déjà existante ou récupérer les micros particules de matières noires existant tout autour de nous. Le cosmos n'était finalement qu'un outil, permettant de manipuler des éléments déjà existant dans le monde. Mais la magie était différente, les éléments venaient de nul part, mais cet art avait disparu avec le temps. Certes, la magie n'existait plus pour aider Ephraem, mais il était chevalier d'Athéna, déesse de la sagesse et de la stratégie guerrière. Et si le chevalier n'avait rien d'un sage, il savait utiliser le terrain à son avantage. S'il ne pouvait briser le sceau de l'intérieur, ce n'était pas le cas de la pierre qu'il avait devant lui. Posant sa main droite sur le mur, il laissa la matière noire tracer le contour de l'ouverture. Il ordonna ensuite à cette matière de doucement absorber ce qui avait servi de mortier à la pierre. Une fois fait, il encra un point sur la porte et se décala. Il encra un second point à l'autre bout de la pièce, sur un mur non fragile et appliqua son don de gravité sur les ancrages. La grande dalle se déplacement alors, doucement, en direction du mur opposé, et laissa ainsi un passage au chevalier. Le sceau était toujours présent, mais maintenant à porté de main. Sa main en avant, Ephraem avança, jusqu'à ce que sa main rencontre une surface lisse et invisible. Le sceau devait pouvoir laisser passer les esprits, mais pas les corps physiques. Une assurance supplémentaire, pour que le sphinx reste enfermé ici pour longtemps. Une forte pression ne suffirait donc pas à détruire la barrière, mais peut être pouvait elle être détruire par la matière noire. Le chevalier essaya donc, laissant la matière parcourir l'obstacle invisible. Mais quand il ordonna à la sombre matière de détruire le sceau, une force le repoussa, lui faisant percuter le sarcophage.


Le Taureau avait était sonné pendant une bonne heure, avant de se relever lentement. Il se massa l'avant bras et la main, encore douloureux. Il n'avait pas comprit ce que s'était passé, mais il était sur de ne pas recommencer. Il devrait donc trouver un autre moyen de sortir d'ici, mais lequel ? Ne trouvant pas la solution, le chevalier ressorti alors la clé. Il commença à s'attaquer au casse tête pour se détendre, se disant que même s'il trouvait la solution, il ne pourrait tout de même pas sortir. Déplaçant un premier bloque, un cliquetis se fit entendre, puis un second et enfin un dernier. La solution avait était simple, il suffit de mettre les hiéroglyphes les un en face des autres, pour obtenir le nom de quatre divinités Égyptiennes. Une idée vint alors au Taureau, peut être la sortie n'était elle qu'un leurre, une fausse issue, faite pour tromper tout le monde. Ce qui expliquerait pourquoi cette pièce n'avait pas était découverte avant, à part par la mystérieuse descendance de Romulus. En analysant les murs de nouveau, le chevalier se rendit compte qu'il y avait, par endroit, des trous, bien circulaires, pas plus grand qu'un trou de souris. Il y avait exactement quatre trous, comme si on devait y placer des leviers. Mais il n'y avait pas de leviers dans la pièce, et les seuls objets pouvant être placés dans les trous, étaient quatre sceptres. Comprenant ce qu'il devrait faire, le Taureau plaça chacun des sceptres, avant de se demander comment il allait pour faire maintenant. Il avait entendu un léger bruit en m'étant le dernier sceptre, qu'un mécanisme s'était débloqué, mais il fallait être quatre pour actionner le tout. Ephraem attrapa tout de même l'un des sceptres, comme une simple barre et poussa de toute ses forces. Il sentait que les murs voulaient se déplacer de façon circulaire, mais rien ni faisait. Le Taureau n'avait pas assez de force pour déplacer le mécanisme. Il utilisa donc de nouveaux points d'encrages sur les trois autres leviers, et tout en poussant sur le sien, appliqua une gravité sur les autres, pour l'aider à tourner. Un quart de tour suffit pour révéler un nouveau passage, à l'endroit même où se trouvait le sceau juste avant. Sans plus attendre, le chevalier se précipita, attrapa son sac dans son élan. Les murs venaient de pivoter de nouveau, pour reprendre leur place d'origine, laissant le chevalier dans un grand couloir sombre, un mur derrière lui. Sortant une lampe torche de son sac, Ephraem pu avancer sans crainte. La marche dura une éternité tellement le chevalier était fatigué par les efforts qu'il avait du faire. Et c'était avec joie qu'il accueilli la brise en sortant enfin. La nuit était toujours là, mais une journée était passée. Il reconnu sans soucis le lieu qu'il venait de rejoindre. Il venait de ressortir près de l'immense statue du sphinx, à plusieurs kilomètres de son entrée. Ne cherchant pas plus loin la logique du lieu, il partie en direction de l'hôtel, pour pouvoir s'y reposer et retourner au Sanctuaire. Il chercherait les autres clés plus tard, il sentait qu'on avait besoin de lui.

[hrp: suite de la quête dans le présent, Sur les traces de Rome (troisième partie)]

Sur les traces de Rome ( seconde partie ) [FB libre]