InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Sam 15 Nov - 20:45
Encore trop faible. Encore trop jeune. Toujours trop de pas assez, avec moi. Trop de temps pour pas assez de résultat. Trop d'effort pour pas assez de succès. Trop de jeunesse pour pas assez d'expérience. Enfin, vous saisissez l'idée? Je suis toujours pas à la hauteur des attentes de Minos alors que je devrais l'être. C'est rageant. 

Je croyais m'entraîner assez, mais on dirait que je vais devoir en faire plus... pour plus, cette fois. Et dans mon cas, devenir plus forte, ça passe par mes pouvoirs psychokinésiques, avec le but ultime d'inverser ce rythme que je me suis infligé: faire moins pour plus. Voire même trop. Je préfère mourir d'une overdose de psychokinésie que de mourir d'une no-dose de psychokinésie. Mais passons.

Je me suis installée sur le bord de l'Achéron pour commencer cette séance d'entraînement intensif, en position du lotus parce que rester debout c'est nul. Je me demande si Charon va passer, si oui ça pourrait être drôle. Soulever des objets par la pensée, c'est facile, alors je m'étais entraînée à soulever des objets toujours plus gros et plus lourd. La force physique et la force mentale ne dépendent pas l'une de l'autre, heureusement, mais on peut les entraîner sensiblement de la même façon. Alors après un savon passé par Minos quand j'ai demandé la permission pour tenter de soulever son palais, j'ai tenté une autre approche: soulever plusieurs objets en même temps. C'était vraiment pas facile, mais maintenant je me suis amélioré, viendra un jour où je saurai manipuler plus de poids réparti différemment, et là ça va devenir dangereux.

Et là vient le temps où au lieu de repousser mes limites comme je suis supposée le faire, je commence à émettre des hypothèses bizarres en me parlant toute seule.

-Si je peux soulever deux trucs lourds, est-ce que je peux soulever des millions de trucs super trop légers? Et est-ce que je peux actionner des petits trucs dans des objets plus gros?

Ah bah maintenant c'est le meilleur moyen de le savoir! 

Je passe les mains au dessus du fleuves et me concentre. Je tente de ressentir chaque goutte d'eau qui circulent sous mes mains, jusqu'à pouvoir en saisir une, une seule. Je fronce les sourcils en voyant que je n'y arrive pas. C'est comme tenter d'attraper une mouche en plein vol. Le mouvement continu et rapide n'aide pas. Je ferme les yeux, me concentre encore plus jusqu'à en faire trembler mes mains, et...
Un choc de douleur me traverse la tête et je tombe par en arrière.

-Gyah!

Je cherche mon souffle, me tient la tête à deux mains, n'ose pas trop bouger, et quelques secondes plus tard ça va mieux. Je me redresse en grognant, comment ça peut être si difficile que ça?
OK, peut-être que je dois changer de stratégie.

D'un coup sec je m'arrache une mèche de cheveux et la dépose au creux de ma main. Un effort plus tard elle flotte doucement dans les airs. J'en rajoute une, puis une autre, et ainsi de suite jusqu'à ce que je me décide à ne pas m'arracher tous les cheveux de la tête. Tous flottent. Je fais un geste et les mèches se mettent à tourner autour de moi à grande vitesse. Je commence à rajouter des petites pierres au tourbillon, les rubans dans mes cheveux, des grains de sable, puis je projette tout plus loin. Je ne suis même pas épuisée. 
Alors pourquoi je ne peux pas attraper une goutte d'eau?

Je suis bête. C'est à cause du courant. Le temps que je choisisse ma cible, elle s'est déjà barrée. Je croise les bras sur ma poitrine et me mets à réfléchir vraiment fort. Comment faire?
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Dim 16 Nov - 22:10
C'est comme pêcher un poisson, au final. C'est la comparaison la plus nulle de tous les temps, mais c'est comme ça. Attendre le bon moment, y aller d'un seul mouvement, bref, précis et ne pas hésiter une seconde. Je ne m'en étais jamais rendu compte, mais je suis trop lente. Je ne peux pas me permettre d'y aller doucement et de m'assurer que j'ai une bonne prise mentale sur les objets avant de les manipuler. Ça doit se faire instantanément, mais parfaitement.

Je dois donc... charger mes pouvoirs?

Ça me semble sensé. Rassembler ma puissance à l'avance, sans viser quoi que ce soit, puis au bon moment tout relâcher sur ma cible et l'attraper sans lui laisser le temps ni de bouger, ni de résister. Enfin, ça c'est l'idée finale qui devrait s'appliquer aux adversaires, pas nécessairement à une goutte d'eau de l'Achéron, quoique... en parfaite débutante peut-être que oui.
Pour moi c'est très dangereux par contre. Je dois me servir régulièrement de mes pouvoirs pour ne pas qu'ils me consument complètement. Alors les laisser croître sans m'en servir... c'est suicidaire même pour une morte. À moins d'être suffisamment rapide pour le faire, si je dis pas de conneries.

Il faut que j'essaie, au moins. Je ferme les yeux et fais le vide dans ma tête. Graduellement je sens mes pouvoirs qui tentent de sortir, comme emprisonné dans mon crâne, et je continue à penser au vide, pour les empêcher de sortir. La pression monte, je réprime une grimace, encore un peu...

Je rouvre les yeux et projette mon cosmos brusquement vers le fleuve. L'eau est projetée partout et je recule pour ne pas être éclaboussée. Je ne fais pas confiance à cette rivière. L'eau retombe mais... pas dans le fleuve. Elle s'arrête juste avant, en parfaite lévitation. Comme de l'huile sur de l'eau.

Un large sourire me barre le visage et je retiens un cri de joie. Ce n'est pas parfait, mais c'est le début. Maintenant que j'ai assez de matériel avec quoi travailler...

Je fais un geste et l'eau s'avance lentement vers moi. C'est franchement plus compliqué, soulever des millions de petites gouttes d'eau en même temps, mais je peux encore le faire si je ne vais pas trop vite. J'agite les doigts et les gouttes d'eau se séparent avant de m'entourer aussi rapidement qu'une tortue, mais elles le font quand même. Je dois m'y habituer avant d'essayer d'être plus brusque, et j'ai tout le temps du monde. Car si je peux réussir ça, c'est quoi la prochaine étape avant de pouvoir manipuler du cosmos? Dévier des projectiles à grande vitesse? Créer des projectiles manipulables sans limite? C'est quoi au juste la limite? 
Je lève doucement les bras et les gouttes commencent à tourner un peu plus vite. Ça a peut-être l'air d'une scène d'un mauvais film d'art contemporain, mais pour moi c'est vraiment grandiose. Tant de progrès...
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Mar 18 Nov - 22:15
Plus ça va, plus c'est rapide. Je m'y habitue très facilement, mon cerveau semble se plier à l'exercice tout seul et faire l'effort supplémentaire sans que j'aie à me concentrer. Non, ce n'est pas le cas, mais l'effort est très subtil pour l'instant. Pour m'aider, je commence à gesticuler plus des mains, une pratique courante en psychokinésie comme tendre les bras qui pourtant ne fais rien. C'est un effet placebo. Ça aide à la concentration parce qu'on croit que ça fait quelque chose. La psychologie c'est très important.

Un mal de tête commence pourtant à se pointer. C'en est trop. Je dois arrêter. Le tourbillon commence à ralentir de lui-même malgré mes efforts pour le maintenir et je ferme les yeux pour rassembler mes forces. Malgré la douleur grandissante je me force à continuer, si je m'arrête juste parce que ça fait mal je ne peux pas être fiable! Je dois apprendre à l'ignorer!
Un sifflement retentit fort dans ma tête alors que la pression monte et je retiens un cri de douleur. Je peux endurer, je dois me convaincre que je peux endurer et si j'y crois assez fort, je pourrai endurer. Je prends de grandes inspirations, je me force à garder un bon niveau de puissance, même si je sens mon nez commencer à saigner... mais je continue, encore et encore, jusqu'à ce que...

Snap. Tout s'arrête. Les gouttes d'eau retombe, mon cosmos s'affaiblit de façon drastique et je m'écroule. Mes membres ne répondent plus, j'ai de la difficulté à penser et on dirait que mes cinq sens sont dans le coma.
Mais est-ce que je perds connaissance? Non, bien sûr que non. Je suis Prayer, tant qu'il y a quelque chose à dire je reste consciente, et si y a plus rien à dire j'en invente. C'est mon job, en plus de délivrer des messages et rapporter des ragots sur les autres camps! Euh... non, je fais que délivrer des messages, juré craché!
Encore une fois, passons. Je vois bien ce que Minos voulait dire, ce que tout le monde veut dire, quand il me trouve trop faible. Si ça ne prend qu'un peu de temps et de la douleur pour m'arrêter, je serai une cible facile et jamais je ne pourrai combattre de véritables adversaires. Au moindre signe de défi, ce serait la fin. Alors le voilà mon entraînement: ignorer la douleur mentale, la faire disparaître en devenant plus qu'endurante et en sachant m'en servir mieux qui quiconque. Il y a d'autres adeptes de la psychokinésie dans le monde. Je dois tous les surpasser. Devenir la fierté de mon maître.
Mais pas maintenant. Là je suis en mode légume par terre, pas encore évanouie mais très près de le faire. Je m'en remettrai. Je m'en remets toujours. C'est ce qui est cool quand on est déjà mort, ce qui est dangereux pour la vie on s'en fout.

Ceci dit, mes yeux se ferment d'eux-même et je perds enfin connaissance.
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

[FB ENTRAINEMENT] I see dead people