avatar
RogosSpectre du Dullahan | Modérateur
Spectre du Dullahan | Modérateur

Date d'inscription : 03/06/2014
Nombre de messages : 2335
Age : 25
Autres comptes : Andréa / Xing Huo

Revenir en haut Aller en bas
16.11.14 16:04
Chutant au milieu des ténèbres, se cramponnant au récipient contenant le sang du Juge, Rogos injuriait Poséidon et les Marinas. À peine rentrés de La Havane, bien loin d'être remis de leur échec, et voilà qu'ils devaient déjà retourner au combat. Il eut une pensée pour les occupants du Château, mais la chassa bien vite de son esprit. Après tout, dans son état, qu'aurait-il pu faire pour eux ? S'il était resté, il aurait tout simplement été balayé par la toute-puissance du Maître des Océans, voilà ce qu'il se serait passé !

Il se matérialisa au centre de l'une des nombreuses places de Dité, la cité infernale. En voyant l'air de panique sur son visage, les passants, des Squelettes pour la plupart, formèrent rapidement un attroupement autour de lui, attroupement qui se dispersa bien vite lorsque, ayant repris son souffle, le Dullahan hurla à la cantonade la raison de son arrivée précipitée :

« On nous attaque ! Poséidon est au château ! »

Aussitôt, ce fut le branle-bas de combat. Les Squelettes se ruaient à leurs postes, allaient prévenir leurs camarades, beuglaient des ordres indistincts. L'effervescence ne mettrait que quelques minutes à se répandre dans toute la ville, mais on n'était jamais trop sûr : Rogos invoqua toutes les Fées disponibles dans les parages, et les chargea de transmettre son message à tous les Spectres qu'elles pourraient atteindre. Voyant s'éloigner le vol de papillons de l'Au-delà, il ressentit à nouveau le poids de son impuissance : il ne pouvait qu'avertir ses camarades en espérant qu'ils régleraient le problème...

« Pourquoi il a fallu que ça arrive maintenant ? C'est vraiment le pire moment pour une attaque ! »

Réflexion stupide, il n'y avait pas de « bon moment » pour se faire attaquer, et les stratèges des Marinas avaient dû choisir ce moment précisément parce qu'il était mauvais pour les Spectres.

« J'aurais aimé te laisser te reposer, mais j'ai besoin de toi maintenant. », dit-il d'un ton sombre en appelant son Surplis. Les débris de l'armure du Dullahan émergèrent de l'ombre de leur porteur, et se rassemblèrent pour former les ruines du totem du cavalier sans tête. Rogos le contempla une seconde avec regret, puis se décida à utiliser le présent de Rhadamanthe. Même scellé dans son récipient, le sang de la Wyverne contenait un puissant cosmos dont l’Étoile Terrestre sentait les pulsations dans ses mains, comme si un cœur vivant se trouvait à l'intérieur... Le Spectre ôta le couvercle et, précautionneusement, de façon à ne pas gaspiller une seule goutte, versa environ la moitié de son contenu sur le Surplis, qui se mit immédiatement à briller d'une éclat froid et malveillant. Cependant, le sang seul ne pouvait régénérer le Surplis : l'armure de Squelette que portait Rogos se détacha de son corps, et fut absorbée par celle du Dullahan, cannibalisant les matériaux pour se reconstituer.

Quelques secondes plus tard, l’Étoile Terrestre de l'Ombre, à nouveau revêtu de sa sombre protection, s'élançait dans les ruelles de Dité, à la recherche du Bourreau dont il percevait le cosmos tout proche. Il lui donnerait l'autre moitié du sang du Juge, puis ils attendraient ensemble les ordres de leurs supérieurs. Se précipiter maintenant en première ligne serait suicidaire.


Dernière édition par Rogos le 18.11.14 21:23, édité 3 fois
avatar
En ligne
WolgornSpectre du Bourreau
Spectre du Bourreau

Date d'inscription : 14/01/2014
Nombre de messages : 763
Age : 23
Autres comptes : Reagan

Revenir en haut Aller en bas
16.11.14 19:37
Wolgorn marchait nonchalamment dans les rues ombrageuses et gothiques de Dité, décidé à se présenter devant ses supérieurs et à ne pas laisser son camarade porter toute la responsabilité. Toutefois, à peine avait-il terminé son entraînement qu'une grande clameur suivie d'une immense agitation s'empara frénétiquement de toute la ville. Apparemment, quelqu'un annonçait le branle-bas de combat. Des cloches commencèrent à résonner puis quelques instants après des Squelettes surgirent des bâtisses de la cité infernale et se mirent à courir dans tous les sens, affolés. Le Bourreau était tout aussi alarmé qu'eux et se mis pareillement à sprinter dans les allées de la ville, sans destination précise en tête, porté par l'urgence. Du moins, il s'en allait chercher celui qui avait sonné le tocsin et lui demander de quoi il s'agissait. L'armée de Poséidon n'était tout de même pas déjà là ? Non, il ne devait même plus avoir la faiblesse d'espérer un moment de détente. A la guerre, on ne pouvait baisser sa garde : combattre jusqu'à la fin était la seule option.

L'Exécuteur se dirigea vers une des tourelles de garde de Dité, se frayant un chemin à travers les Squelettes en ébullition. Cependant, il s'arrêta subitement en voyant Rogos au détour d'une avenue et le rejoignit derechef. Le Dullahan savait sans doute ce qui se passait précisément en Enfer. Il y avait certes une idée dominante et quasi-évidente concernant une attaque des Marinas dans l'esprit de tous, mais il valait mieux lui demander. Encore vermoulu, le Russe accosta donc son coéquipier et l'interrogea :

"Rogos ! Que signifie tout ceci ?!"

Wolgorn se rendit instinctivement compte que l’Étoile de l'Ombre avait elle aussi retrouvé son Surplis en assez bon état ainsi que de l'aplomb. Il avait dû de même surmonter promptement le gouffre de la défaite... mais de toute évidence, c'était parfait comme ça.
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
16.11.14 21:09
Je suis arrivé trop tard pour le Palais. Quand je suis arrivée, il était déjà en ruines.

Je n'ai même pas attendu pour faire demi-tour et prendre la fuite. Le voyage de retour a été long depuis New Atlantis, mes ailes me font mal et je commence à fatiguer, mais risquer de passer par là aurait été la pire idée de tous les temps. Par des moyens que je garderai donc secrets, discrétion obligée, j'ai emprunté un autre chemin pour enfin revenir à la maison.

Après ce que j'ai vu, je dois me rendre tout de suite au Giudecca, ou peu importe où se trouvent Hadès, Mohana, n'importe qui avec de l'autorité, pour leur faire un rapport qui me semble pourtant bien inutile maintenant. J'aurais dû être plus rapide. Si je n'avais pas été retenue... je retiens un cri de rage en repensant à Gareth. Il va me le payer, je le jure!

Je survole rapidement l'Achéron et croise Charon, puis décide à contrecœur de me poser sur sa barque quelques secondes. Il ne sait probablement ce qui se passe.

-Si j'étais toi, je planquerais la barque quelque part et je m'éloignerais du fleuve. On est en guerre, les âmes vont devoir attendre un peu.

Il me demande si ce sont des ordres officiels et je ne prends pas la peine de lui répondre, reprenant déjà ma route. Ce ne sont pas encore des ordres, je me suis permise de prendre de l'avance. Si ça se trouve il n'écoutera même pas. 
Je tente de trouver le cosmos de Mohana, sans succès. Elle doit bien se trouver quelque part! Je décide de m'arrêter dans la cité de Dité, quelqu'un doit bien savoir où elle se trouve! Et où sont les Juges? J'appelle mentalement les chauves-souris que je n'ai pas envoyé à NA, pour qu'elles me rejoignent le plus tôt possible et qu'elle se prépare pour envoyer les prochains messages. Elles passent plus inaperçues que des fées et sont plus fiables et résistantes.

Je ressens enfin les cosmos d'autres Spectres et me pose près d'eux en repliant mes ailes. Se faisant, je perds l'équilibre et doit poser un genou en terre pour ne pas tomber et reprends mon souffle en tentant de rassembler mes pensés. Je lève les yeux vers les deux Étoiles terrestres, que je connais de nom mais pas plus, en parfait messagère et Spectre modèle j'aime savoir avec qui je "travaille": Rogos du Dullahan et Wolgorn du Bourreau. Pas de titre à rallonge cette fois-ci, on a pas le temps.

-Poséidon... a détruit le Palais... ils arrivent... on est dans la merde...

Je me redresse lentement en m'épongeant le front. Mes jambes sont encore toute molles, mais ce n'est pas le temps de me reposer, pas encore. C'est encore moins le temps de devenir un poids mort pour qui que ce soit, surtout après ce qui s'est passé à NA. La réussite n'est même plus si réussie... 

-Où est Mohana? Minos, les autres Juges, où sont-ils? 

Un supérieur, quelqu'un? Un vrai de vrai, qui donne des ordres? Parce que moi mon job c'est de relayer les ordres et s'assurer que tout fonctionne. Rien d'autre.
avatar
RogosSpectre du Dullahan | Modérateur
Spectre du Dullahan | Modérateur

Date d'inscription : 03/06/2014
Nombre de messages : 2335
Age : 25
Autres comptes : Andréa / Xing Huo

Revenir en haut Aller en bas
16.11.14 21:44
Rogos fut rapidement rejoint par son compère le Bourreau, remontant le flot des Squelettes affolés, qui lui demanda de s'expliquer sur les raisons de ce tumulte. Il s'autorisa à se réjouir d'avoir retrouvé son compagnon puis s'inquiéta des multiples blessures qui parsemaient le corps de l'Exécuteur. Comment était-ce possible ? Lui aussi avait dû ressusciter pourtant, et recevoir une nouvelle enveloppe de Sa Majesté Hadès...

« Wolgorn ? Qu'est-ce qui t'es arrivé ? »

Le Dullahan avait bien une idée, mais il avait besoin de la confirmer. Connaissant la personnalité du Bourreau, celui-ci avait dû vouloir se punir de son échec, et évacuer sa frustration par la violence... S'il avait raison, la dévotion et le sérieux de son camarade étaient vraiment sans limites. Mais là n'était pas le sujet, il y avait plus urgent hélas. Il ne voulait vraiment pas annoncer cette nouvelle, pas après toutes les épreuves qu'ils venaient tout juste de subir, mais il n'avait pas le choix.

« Un séisme a frappé le Palais, provoqué par Poséidon. Impossible de confondre ce cosmos avec un autre. Je serais mort si j'étais resté, donc je suis revenu ici donner l'alerte... »

À peine avait-il fini sa phrase qu'une Spectre dans un Surplis aux allures de chauve-souris se posa auprès d'eux, et compléta son rapport par une nouvelle plus récente, et plus terrible : le Château d'Heinstein, la fière forteresse terrestre d'Hadès, n'était plus. En temps normal, Rogos aurait été surpris de voir une aussi jeune fille dans les rangs de l'armée infernale, mais le choc de l'information ne lui laissa même pas le loisir de se préoccuper de l'âge ou de l'apparence de leur interlocutrice. Il avait beau s'y être attendu, voir ses pires cauchemars se concrétiser ainsi...

« Oh oui, on est dans une merde noire... » commença-t-il avant de répondre aux questions de la messagère, d'une voix sombre et lourde : « La Prêtresse était dans le Palais, mais plusieurs Étoiles Célestes s'y trouvaient également, je ne peux pas croire qu'ils auraient laissé quoi que ce soit lui arriver. Nous avons été séparés de Son Excellence Minos à La Havane, nous ignorons ce qu'il lui est arrivé depuis, et je ne sais pas si le Seigneur Eaque a achevé son ambassade à Sparte. Quant à Son Excellence Rhadamanthe... »

Une pause. Le Dullahan fixa le récipient contenant le sang du Juge dans ses mains, et sous son masque, l'horreur se peignit sur ses traits à mesure qu'il réalisait les implications qu'auraient le geste de la Wyverne, et leur responsabilité dans son action... Rhadamanthe avait fait don d'une grande quantité de sang, il ne pourrait sans doute pas se battre convenablement après ça, même s'il revenait défendre les Enfers. La perte que représentait l'affaiblissement, même temporaire, du Juge ne pourrait jamais être compensée par deux pauvres Étoiles Terrestres.

« Son Excellence... par notre faute... » pensa-t-il, les larmes aux yeux, avant de se forcer à terminer la phrase entamée plus tôt à voix haute : « Son Excellence Rhadamanthe a quitté le Château pour Grenade, juste avant l'attaque. Mais même s'il revenait, dans son état, il ne pourrait que périr face à Poséidon. Il nous a fait don de son propre sang, Wolgorn, en récompense de notre lutte acharnée à La Havane ! »

L’Étoile de l'Ombre tendit le récipient au Bourreau, dans une posture presque suppliante. Le sang était déjà versé, il était trop tard : ils ne pouvaient pas le rendre au Juge, il fallait donc s'en servir, et user au mieux du pouvoir confié par leur supérieur pour combler le vide que son absence laisserait dans l'armée infernale.
avatar
En ligne
WolgornSpectre du Bourreau
Spectre du Bourreau

Date d'inscription : 14/01/2014
Nombre de messages : 763
Age : 23
Autres comptes : Reagan

Revenir en haut Aller en bas
16.11.14 22:55
Rogos répondit prestement à l'Exécuteur : effectivement, Poséidon avait bien et bel lancé l'assaut contre le Château de Pandore. S'il n'avait pas eu son casque, la stupeur se serait lue sur son visage, mais paniquer n'était pas la solution. Si tel était le cas, il n'avait plus qu'à partir défendre son suzerain et son royaume. Il serra ensuite les dents, furieux d'apprendre que le dieu des mers puisse se permettre un tel affront contre les Spectres. Dans un mélange d'inquiétude et de colère, il entrechoqua ses poings, prêt à partir au combat. Si les adversaires étaient aussi forts qu’Éléonore, il ne l'emporterait sans doute pas, mais dans le cas contraire, il se ferait un plaisir de les déchiqueter.

"Très bien, puisqu'ils veulent en découdre, ils auront affaire à moi !" s'exclama Wolgorn avec assurance.

Vint soudain depuis les airs une toute jeune fille, elle aussi portant un Surplis. Vraisemblablement, elle avait tout d'une Spectre, sauf l'âge, passablement inadéquat pour se battre. Rien qu'à la première impression, le Bourreau doutait franchement de sa potentielle utilité dans la féroce bataille qui était en cours. Seulement, on ne pouvait remettre en cause le jugement de sa Majesté Hadès, car s'il l'avait élue, ce devait forcément être pour une excellente raison. Mais pas le temps de faire la remarque, or la fillette apportait une mauvaise nouvelle : l'Empereur des Océans avait déjà détruit la forteresse infernale.

Le Russe restait figé tandis qu'il écoutait les échanges entre la gamine et le Dullahan. Mohana et les Étoiles Célestes étaient en première ligne face aux Atlantes et par conséquent en danger. Wolgorn se demandait s'ils seraient capables de retenir l'avancée de Poséidon suffisamment longtemps, mais puisque le palais n'était plus, ils ne pouvaient que se replier en Enfer. Dire qu'en cet instant critique Eaque et Minos n'étaient toujours pas revenus, quelle poisse ! Tant pis, les Spectres restant feraient bloc jusqu'à leur retour, quitte à périr.

Rogos en revint alors à l’Étoile de l'Exécution, cette fois en abordant le problème de Rhadamanthe. Ce dernier avait selon les dires de l’Étoile de l'Ombre donné son sang à titre de récompense pour leur combat à La Havane. La révélation de l'acte de la Wyverne rendit le Russe plus que confus et embarrassé... Ils avaient pourtant échoué à prendre la capitale cubaine, alors pourquoi donner de son auguste sang à des misérables de leur genre ? Ému par le geste généreux de la part d'une personne sévère comme l’Étoile Forte et Violente, il trahit dans ses yeux un profond sentiment de tristesse et de gratitude teintée de honte. Il lui fallait impérativement remercier le Juge en faisant don de sa personne comme jamais auparavant.

Wolgorn réprima son angoisse devant la responsabilité et la confiance que lui donnaient Rhadamanthe. Sans fléchir, il allait lutter jusqu'à la dernière braise de cosmos pour prouver sa valeur en qualité de serviteur du Monarque des Enfers et en tant que Bourreau ! Il plongea donc sa main dans le récipient que lui tendait le Dullahan et qui contenait le sang de la Wyverne. Ensuite, il appliqua sa paume sur le plastron de son Surplis pour l'imprégner de la précieuse substance. Un flux colossal d'énergie irradia alors de sa protection, qui fut régénérée de tous ses dommages et scintillait d'un éclat qu'il ne lui connaissait pas avant. Avec cela, il se sentait entièrement renaître et sa ferveur plus consolidée que jamais.

"Je vous ai entendu, ô mes frères ! Poséidon peut m'envoyer ses meilleurs combattants, je ne reculerai pas !" s'exclama l'Exécuteur.

Gonflé à bloc, il émettait une aura parme qui dansait autour de sa silhouette massive tel un brasier naissant et qui ne demandait qu'à consumer tous les ennemis qui s'approcheraient trop de l'Empereur des Morts.
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
17.11.14 2:55
Mohana était encore dans le Palais? Et si elle n'avait pas eu le temps d'en sortir? Ça expliquerait pourquoi je ne la trouve pas. La seule idée me fait trembler. Et personne ne sait où se trouve Minos... qu'est-ce qui pourrait être pire? J'ai confiance en mon maître, je sais qu'il reviendra, mais Mohana?

-Et si... et si elle n'avait pas eu le temps de s'échapper?

Alors nous n'aurions personne dans l'immédiat pour nous diriger, à l'aube d'une guerre dévastatrice. L'horreur de la situation est difficile à ignorer même pour moi. 
Une chauve-souris se pose sur mon bras. Je la rapproche de mon visage et lui murmure quelque chose à l'oreille:

-La guerre est commencée. Poséidon a détruit le Palais d'Heinstein et se prépare à attaquer les Enfers à tout moment. Tous les Spectres doivent se préparer à une contre-attaque immédiatement!

J'éloigne la petite bestiole et prononce cette fois à voix haute:

-Passe le message. Il vous faut retrouver les Spectres qui ne sont pas aux Enfers en ce moment et tous les prévenir. Trouvez aussi les fils d'Hypnos. Et si vous retrouvez la Prêtresse, prévenez-moi tout de suite. Va!

La petite chauve-souris pousse un grand cri et prend son envol. Qu'elles dérangent le Seigneur Hadès s'il le faut, on ne peut pas attendre éternellement pour des renforts, ils doivent arriver maintenant.

Minos est introuvable. Eaque se fait attendre. Et Rhadamanthe... je ne comprends pas. Il ne viendra pas? Il a été affaibli, mais par quoi? La seule chose que je peux conclure avec certitude c'est qu'il a fait cadeau de son sang à Rogos et Wolgorn. Le Dullahan en est très ému, le Bourreau très déterminé à ne pas gaspiller ce présent et moi... je les regarde en réprimant une jalousie naissante. Si seulement j'aurais pu être à la hauteur des attentes du Griffon, les choses auraient pu être très différentes. Je secoue la tête, ce n'est pas le moment de penser à ça.

-Alors... on fait quoi? J'ai dit à Charon de quitter l'Achéron en passant, y a déjà ça de fait, mais on peut pas espérer que ça freinera qui que ce soit bien longtemps. On sait que les Saints ont accepté de s'allier aux Marinas en parfait défenseurs de la justice qu'ils sont, mais le Grand Pope est encore à New Atlantis. Ça nous laisse un peu de temps, mais pas assez... à trois, on ira pas loin.

Quand on aura du temps va falloir que je demande pourquoi on se bat. Non, je le sais pas! Personne ne me l'a dit! Mais ça non plus, pour l'instant ce n'est pas important. Je ne suis qu'une messagère, après tout...
avatar
RogosSpectre du Dullahan | Modérateur
Spectre du Dullahan | Modérateur

Date d'inscription : 03/06/2014
Nombre de messages : 2335
Age : 25
Autres comptes : Andréa / Xing Huo

Revenir en haut Aller en bas
17.11.14 10:06
Rogos assista à la spectaculaire renaissance du Surplis du Bourreau grâce au sang du Juge, et fut heureux de voir que Wolgorn était à présent chargé à bloc, mais il allait lui falloir doucher ce bel enthousiasme.

« C'est bien de voir que tu es motivé, mais si on y va maintenant, on se fera massacrer ! L'avant-garde de l'armée Marina doit être composée de guerriers aussi puissants qu'Eléonore, sans compter Poséidon lui-même. Il vaut sans doute mieux se rendre utile d'une autre manière en attendant les ordres. »

Les ordres... et s'ils ne venaient jamais ? Les Juges n'étaient pas là, la Prêtresse n'avait peut-être pas pu s'enfuir... Le sentiment de détresse du Dullahan fit écho à celui de la messagère, alors qu'elle envoyait des chauves-souris contacter les autres Spectres. Il avait lui-même dépêché des Fées, mais deux précautions valent mieux qu'une, et il ne savait pas encore que le Palais avait été détruit quand il les avait envoyées. Il écouta attentivement la petite Spectre faire le rapport de ce qu'elle avait fait en venant, et fut soulagé d'apprendre qu'elle avait demandé au Passeur d'arrêter les traversées du fleuve : après tout, n'était-ce pas lui qui avait laissé embarquer les Saints sur sa barque lors de la précédente Guerre Sainte ? Comme le fit remarquer la messagère, cela ne ralentirait pas bien longtemps les envahisseurs, mais il ne fallait pas non plus leur faciliter la tâche.

« Bon, comme le dit la demoiselle, nous avons un peu de temps devant nous, mais ils vont bien vite débarquer en franchissant le Puits des Âmes. » Le Puits des Âmes... le Dullahan s'était toujours demandé à quoi pouvait bien servir ce trou béant dans les entrailles du Château : après tout, les Spectres n'en avaient pas forcément besoin pour passer d'un monde à l'autre, mais pour leurs adversaires par contre, cet orifice était un boulevard menant au territoire ennemi. « Saleté... Pourquoi on a pas pensé à le piéger, ce truc ? Pourquoi on a rien prévu pour le refermer ? »

Il ne pouvait que pester, l'air aussi perdu que ses camarades, en considérant l'avenir de la Guerre Sainte la plus stupide de l'Histoire des Enfers. Quelle raison Poséidon avait-il de les attaquer ? Rogos ne put s'empêcher de penser que tout cela aurait peut-être pu être évité s'ils ne s'étaient pas rendus à New-Atlantis, s'ils n'avaient pas échangé des insultes avec le plus notoirement capricieux et colérique des Olympiens. Si l'origine de cette folie se situait dans leur mission... Et voilà qu'en plus les Saints rejoignaient le combat. « Évidemment, tout le monde se ligue contre les méchants Spectres. Tas d'hypocrites. »
avatar
En ligne
WolgornSpectre du Bourreau
Spectre du Bourreau

Date d'inscription : 14/01/2014
Nombre de messages : 763
Age : 23
Autres comptes : Reagan

Revenir en haut Aller en bas
17.11.14 22:38
Wolgorn écouta Rogos tempérer son ardeur guerrière en tirant une tronche dépitée, renvoyé à son échec à La Havane. Distraitement, il entendit aussi la petite Spectre se lamenter dans son coin et parler à ses chauve-souris... Des chauve-souris ? Spécial comme type de familier. Cependant, il la vit leur donner des instructions et leur faire prendre leur envol vers on ne sait où. Vraiment très spécial, mais sans doute moins qu'un gaillard musculeux en train de s'amuser avec des papillons mauves qui scintillent. Se détournant de cette distraction, il rétorqua avec contrariété au Dullahan :

"Peut-être, mais le temps qu'on attende les ordres, l'ennemi sera déjà descendu aux Enfers."

La fillette interrompit la conversation entre le Bourreau et son camarade en leur demandant ce qu'ils pouvaient faire en cet instant. Le Russe lui aurait bien répondu au taquet qu'ils devaient foncer dans le tas jusqu'à ce qu'elle leur dise que les Saints s'étaient acoquinés avec les Marinas. Cette information estomaqua l'Exécuteur, offusqué que les prétendus défenseurs de la Terre fassent cause commune avec le mégalomaniaque et capricieux Poséidon.

"Impossible !" s'indigna-t-il.

Ainsi, Athéna et Poséidon s'étaient alliés dans leur médiocrité, la première dans son amour perdu pour l'humanité et le second pour conquérir la Terre et la soumettre à sa tyrannie. Même si le Roi des Océans recréait le monde, celui-ci s'effondrerait de nouveau, car gouverné par un dieu immature et orgueilleux. Hadès était le seul à se soucier du bien du Cosmos et à vouloir mettre définitivement fin à cette sinistre farce. Les vertueux serviteurs du Monarque des Enfers combattraient contre cette injustice et rétabliraient la paix véritable quitte à se noyer dans le sang des pécheurs ! En ce moment même, l'Exécuteur bouillonnait de rage, écœuré par ces vermines sans noblesse qui osaient étouffer leur cause supérieure. L’Étoile de l'Ombre semblait parfaitement d'accord avec lui sur ce point et il ne pouvait qu'approuver ses ruminations.

"Hum ! Les cloportes sont teigneux de nos jours, mais nous les écraserons sous nos bottes." grogna Wolgorn.

Ce dernier croisa les bras, néanmoins décidé à écouter ses collègues. Ils seraient effectivement plus efficaces s'ils organisaient un temps soit peu leur stratégie de riposte et faisaient le point sur les troupes disponibles. L’Étoile de l'Exécution  lança alors une suggestion au Dullahan et à sa consœur :

"Bien. Si nous ne pouvons nous jeter tête baissée à l'assaut, il nous faudrait au moins prendre position, non ?"
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
18.11.14 3:32
Devant la réaction incrédule du Bourreau, je hausse automatiquement le ton.

-J'étais juste là quand le Grand Pope l'a déclaré! Et crois-moi que le Pope si je le recroise...

À quoi d'autres pouvions-nous nous attendre de toute façon? Maintenant même la sécurité de l'humanité doit être mise au second plan et ne devenir qu'un slogan, une façade, pour enfin se débarrasser des gros méchants Spectres et ce à n'importe quel prix. Non mais est-ce qu'on a déjà vu plus stupide?

Mais Wolgorn finit par se faire à l'idée et la réflexion reprend. Rogos rappelle que le Puits des Âmes est une entrée extrêmement facile pour nos adversaires et qu'il n'est pas piégé. Je croise les jambes et m'assois dans le vide, soulevée par mes pouvoirs, pour y réfléchir.

-Si on ne peut pas les empêcher de passer, on devra les arrêter avant ou après. Et vu l'état du Palais, ça ne nous laisse qu'une seule solution.

Plusieurs stratégies me traversent la tête, toutes agrémentées de ces comparaisons pourries dont j'ai le secret, et la plupart pourraient peut-être fonctionner. L'avantage de se battre aux Enfers, c'est que c'est en territoire connu pour nous et pas autant pour eux. Et le désavantage... bah c'est qu'on est encore que trois! Ce n'est pas assez! Si seulement Minos était là... il saurait quoi faire.

-Vérifions donc s'il n'y a pas moyen de bloquer n'importe quelle entrée possible qui n'est pas le Puits des Âmes! Ça leur laissera peut-être une porte évidente, mais ils seraient obligés de passer par là, donc plus vulnérables et ça évitera les coups par derrière.

Je considère surtout que si nous on peut venir sans passer par le Puits, rien n'est impossible. C'est pour ça que les autres Spectres devraient arriver le plus tôt possible. Maintenant serait parfait.

-Vous pourriez partir en éclaireurs pour repérer ces entrées. Le sang du Seigneur Rhadamanthe vous a aidé à vous rétablir tous les deux, mais j'ignore si vous êtes pleinement aptes à combattre quand même, d'après mes chauves-souris c'était intense, ce qui s'est passé à la Havane.

C'était pas mes chauves-souris, mais une des miennes est passée tout près, a entendu les rumeurs portées par des chauves-souris normales et m'a tout raconté lors de mon retour en Europe. Elle est trop forte la messagère!

-Quant à moi... je vais rester ici pour faire un briefing aux Spectres dès leur arrivée, et transmettrai les "ordres"... enfin, ce qui aurait pu être un ordre, le temps que quelqu'un commence vraiment à en donner.

Pire. Disciple. De tous les temps! Je pense quand même à désobéir pas juste à mon maître, mais à tous mes supérieurs à vie, moi la simple Étoile terrestre, qui va se permettre de donner des ordres en utilisant mon rôle de messagère pour les rendre legit! Mais est-ce que j'ai vraiment un sens moral?
Oui. La seule idée de le faire me donne envie de me jeter à genoux devant mon maître pour lui demander pardon. Mais si personne ne le fait... s'il n'y a personne pour le faire, on est foutus d'avance. C'est un risque, je n'ai aucune autorité aux Enfers, et pour ça si je fais n'importe quoi, je serai la seule qui devra être tenue responsable. Je ne peux même pas me battre. Mais je ne peux pas me permettre de ne rien faire.
Et puis, il y a le masque...

Si seulement ma soeur était en état de se battre... on attaquerait par derrière elle et moi, ce serait trop épique, et ça prendrait tout le monde par surprise. Mais c'est pas possible. À moins de tenir suffisamment longtemps, mais même là, c'est une chance sur laquelle on ne peut pas se fier. Le temps est contre nous. Tout semble contre nous.

Pourvu que les renforts arrivent bientôt...
avatar
RogosSpectre du Dullahan | Modérateur
Spectre du Dullahan | Modérateur

Date d'inscription : 03/06/2014
Nombre de messages : 2335
Age : 25
Autres comptes : Andréa / Xing Huo

Revenir en haut Aller en bas
18.11.14 12:35
L'Exécuteur n'avait pas l'air très content, mais au moins acceptait-il l'idée que foncer à l'aveugle n'apporterait rien de bon, c'était déjà ça de pris. Restait à trouver un plan pas trop bancal pour renforcer les défenses des Enfers en attendant leurs supérieurs : ils ne pouvaient pas rester à se tourner les pouces, chaque instant était crucial. Rogos se mit à réfléchir tout en écoutant distraitement la messagère maudire le Grand Pope. « Et tu lui feras quoi au Pope, si tu le recroises ? C'est sûrement un chevalier d'Or, t'as aucune chance... » pensa-t-il pendant que la jeune fille faisait son intéressante en choisissant de méditer en lévitation.

Cela dit, la petite demoiselle n'avait pas tort, leurs options étaient limitées après la destruction du Palais. Le Dullahan rechignait à suivre les ordres d'une gamine visiblement du même rang que lui, surtout si elle voulait rester derrière, mais elle apportait des informations et était la seule à proposer des idées concrètes... Dans leur situation, l'indécision était leur pire ennemie.

« Pour ce qui est des autres entrées des Enfers... C'est nouveau pour moi, j'ignorais qu'il y en avait d'autres, je veux dire, normalement, seuls les Spectres et les Fées peuvent passer d'un monde à l'autre, et ceci uniquement grâce au pouvoir de Sa Majesté. La seule exception à ce principe, c'est le Puits des Âmes. » Et puis il s'aperçut qu'il se trompait. Il y avait bel et bien une autre entrée, en plus de la « porte de service » de l'Au-delà que représentait le Puits des Âmes, et cette autre entrée était... « Merde, on oublie le Yomotsu Hirasaka ! »

C'était pourtant évident, tellement évident en fait qu'on pouvait aisément ne pas s'en rendre compte : après tout, la Pente aux Morts n'était normalement empruntée que par les défunts. Seulement, contrairement au Puits, ce passage n'avait aucune existence tangible dans le monde physique et faisait déjà partie du Monde Souterrain, ceux qui le traversaient n'étant que les ombres des décédés, dont l'âme était aspirée dans une autre dimension à leur mort. Logiquement, il n'y aurait pas eu lieu de s'inquiéter, d'autant plus que le gouffre du Yomotsu Hirasaka débouchait sur la rive de l'Achéron, tout comme le Puits des Âmes. Mais comme tout avait tendance à tourner le plus mal possible ces temps-ci, on ne pouvait négliger cette éventualité.

« Petite, » commença-t-il faute d'un meilleur terme, « est-ce que tu sais s'ils ont quelqu'un qui peut les emmener au Yomotsu Hirasaka ? Enfin, ça ne changerait pas grand chose, comment voudriez-vous qu'on bloque cet immense gouffre ? »

Il allait finir par céder au défaitisme, à ce train-là... Ce n'était pas bon du tout, il devait se reprendre. Le trop-plein de confiance en soi était un défaut, mais l'excès inverse dans le pessimisme ne ferait que le démotiver inutilement.
avatar
En ligne
WolgornSpectre du Bourreau
Spectre du Bourreau

Date d'inscription : 14/01/2014
Nombre de messages : 763
Age : 23
Autres comptes : Reagan

Revenir en haut Aller en bas
18.11.14 21:36
La fillette rabroua le Bourreau en lui signifiant que le Grand Pope était déjà sur le sentier de la guerre. Contrarié par cette verte réplique, il s'enferma dans le mutisme et croisa les bras. Néanmoins, il ne put étouffer un gloussement en notant que celle-ci voulait se frotter à un tel personnage. L’Étoile de l'Ombre, comme à son habitude, refroidit cette fois les ardeurs de la gamine. C'était à partir de là que le festival de la chocotte débuta...

Il écouta alors pendant un long moment les tergiversations de la demoiselle et du Dullahan. Ces deux-là étaient en train de paniquer et de s'affoler sur tout et n'importe quoi. A les entendre, les Enfers étaient complètement poreux et ils emplissaient les parages d'une atmosphère défaitiste, ce qui avait le mérite d'agacer Wolgorn. Même si le Patriarche des Saints s'impliquait directement dans le conflit, ils avaient toujours quelques atouts pour faire front. Sur la question du Yomotsu Hirasaka, abordée par Rogos, il lui semblait que seul un détenteur du pouvoir de l'Amas du Cancer pouvait accéder à ce passage indemne.

Finalement, il en avait soupé de les entendre piailler, en particulier celui qui s'était pourtant battu dignement à ses côtés. Après avoir mené un tel affrontement contre Éléonore, il pensait le voir plus endurci. Pour continuer, la jeune Spectre lui paraissait un peu trop revêche et mettait en cause ses facultés martiales. Triturer indéfiniment le couteau dans la plaie ne lui plaisait guère, surtout si c'était le sienne. C'est ainsi qu'il concentra sa force entre ses deux mains et les claqua violemment l'une contre l'autre, produisant une onde sonore d'une puissance ahurissante. Pour sûr que ça allait avoir de l'effet sur ces deux gus, surtout avec la donzelle et ses chiroptères.

"Bon, on se calme !" mugit le Bourreau avant de désigner le Dullahan puis la fillette. "Rogos, tu vas me faire le plaisir d'arrêter de te pisser dessus, pigé ? Quant à toi, je suis le seul habilité à affirmer si je suis en état de me battre !"

Quitte à engueuler quelqu'un, autant avoir un nom à coller à son sermon, c'était plus pratique. Mais pour l'heure il n'avait ni le temps ni la présence d'esprit pour demander à l'enfant son nom et son titre. A la place, il ponctua ses propos en faisant craquer ses jointures, montrant son impatience face à la perspective de distribuer des beignes. Cependant, s'il y avait bien une chose sur laquelle il était d'accord, c'était l'assignation des tâches par la demoiselle, sans la remarque sur ses dispositions physiques. Elle, par contre, il ne donnait pas cher de sa peau...
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
19.11.14 0:27
-Prayer. Mon nom est Prayer.

Et le prochain qui m'appelle "petite" je lui arrache les... hum... 'fin bref, on m'appelle pas petite. Mais au moins le Dullahan semble partager ne serait-ce qu'un peu mes inquiétudes, puisqu'il me propose des trucs et soulève des problèmes possibles. Quand il me parle du Yomotsu, j'y réfléchit et secoue la tête.

-À part le Saint du Cancer, je ne crois pas. Et je n'ai rien vu ni ressenti qui lui ressemble. De toute façon, bloquer le Yomotsu ce serait arrêter la mort elle-même. On ne peut pas faire ça peu importe l'urgence de la situation.

Reste qu'on est limité. Je ne sais pas par où commencer, qui est là, qui ne l'est pas, sur qui nous pouvons compter. J'essaie de ne pas montrer ma peur, mais je ne sais pas si on va pouvoir s'en sortir. Et je ne l'ai pas rappelé à mes camarades, mais... si les Saints sont contre nous... ont-ils le Rosaire? Pouvons-nous mourir? Je m'efforce à ne pas trembler en y pensant.

Mais le Bourreau fait des siennes encore. Quand il tape dans ses mains, le son cosmique me frappe de plein fouet et je tombe durement au sol, trop occupée à avoir mal pour me concentrer. Je me couvre les oreilles en gémissant, puis me relève lentement, tremblante de colère. Il me lance qu'il est le seul capable de juger de sa force. Je serre les poings.

-Je vais te montrer moi si t'es en état de te battre!

Je m'apprête à le projeter contre un mur et engager le combat, quand une chauve-souris se pose sur mon épaule. Elle a l'air paniquée. Je la laisse se rapprocher encore plus de mon visage, puis elle me communique ce qu'elle a vu. J'en reste figée. L'assaut a déjà commencé. Le regard dans le vide, je fais part aux deux Spectres de la nouvelle.

-Trop tard. Ils sont déjà ici.

La petite bestiole me décrit les assaillants: il n'y en a qu'un, mais il y a quelque chose d'étrange chez lui. Je chasse la chauve-souris d'un geste de la main et croise les bras en signe de frustration.

-OK, on laisse tomber la sécurité et les entrées. On a plus le temps. Toi le colosse, tu voulais combattre, bah va falloir y aller!

Quitte à y laisser nos vies déjà éteintes. Si on ne peut pas gagner, au moins on peut perdre avec un semblant de dignité. Et puis, je ne sais pas comment les Saints réagiront quand viendra le temps de combattre des enfants. Je n'aime pas jouer de ça, je déteste ça même, mais si on peut rendre la raison à quelques uns en les prenant par les sentiments... et puis, Moha est très jeune aussi. Contre Poséidon, ça ne voudra rien dire, mais chez les Saints... urgh, même là on ne peut compter que sur ça. Mais nous n'abandonnerons pas. Je repense au masque. Je dois m'occuper de ça aussi. Ça ne semble pas important, mais si ça peut nous assurer un allié, ou au moins quelqu'un qui n'aura pas envie de nous défoncer la gueule, c'est mieux que rien.
avatar
RogosSpectre du Dullahan | Modérateur
Spectre du Dullahan | Modérateur

Date d'inscription : 03/06/2014
Nombre de messages : 2335
Age : 25
Autres comptes : Andréa / Xing Huo

Revenir en haut Aller en bas
19.11.14 10:01
Ainsi donc la petite messagère s'appelait Prayer, et elle confirmait ses suspicions : le Yomotsu, on ne pouvait rien y faire, mais là encore il s'y était attendu. Du coin de l’œil, Rogos remarqua l'énervement du Bourreau, croissant visiblement à la manière de la pression dans une cocotte-minute, jusqu'à l'explosion. Ah, ça, le Dullahan ne fut pas déçu : un bruit de tonnerre retentissant mit fin à sa conversation avec la Spectre ailée, qui ne semblait pas supporter le son assourdissant, puis Wolgorn exprima le fond peu flatteur de sa pensée.

« Je tente simplement d'aborder le problème avec la gravité qu'il mérite et de rester ouvert à toutes les possibilités, même les plus improbables. Je ne me pisse pas dessus, je réfléchis, tu devrais essayer de temps en temps. » répondit-il aux accusations de l'Exécuteur. Ce n'était pas en s'excusant platement comme une lavette qu'il allait remonter l'opinion que son camarade avait de lui. Il aimait bien le russe, mais force était de constater que celui-ci avait souvent un balai dans le fondement.

Le Dullahan avait l'habitude des réprimandes du Bourreau et il ne s'en formalisait guère, mais ce n'était pas le cas de la demoiselle, qui voulut démarrer les hostilités avant de se raviser à l'approche d'une de ses chauves-souris. Encore une fois, une mauvaise nouvelle : leurs ennemis avaient posé leurs sales pattes sur le sol des Enfers, ce qui eut pour conséquence d'avorter le projet de Prayer. Ils avaient désormais d'autres priorités.

« Bon, si on consacrait toute cette belle énergie aux Marinas plutôt qu'à nous disputer, vous voulez bien ? Il faudrait déjà qu'on commence à chercher nos supérieurs, au lieu de rester plantés là à les attendre. C'est à nous de venir à eux, pas le contraire, qu'ils sachent sur quels effectifs ils peuvent compter pour formuler leur stratégie. Nous sommes des soldats je vous rappelle, et les soldats, c'est fait pour obéir aux ordres. »

Néanmoins, ils en mettaient du temps les gradés... ça ne pouvait pas être si long de sauter dans le Puits des Âmes, si ? Ou alors ils étaient réapparus ailleurs, et il faudrait s'en remettre aux chiroptères de Prayer pour la communication.

« Ce serait pas mal de savoir combien ils sont en face aussi, et ce qu'ils ont dans le ventre, je suppose que je n'ai pas besoin de dire à mademoiselle Prayer de les garder sous surveillance constante... avec des Fées aussi, parce que moi je ne parle pas chauve-souris, et on aura pas de temps à perdre à aller te chercher pour traduire les informations de tes petites bêtes. »


Dernière édition par Rogos le 19.11.14 22:11, édité 1 fois
Aiolia

Date d'inscription : 03/06/2014
Nombre de messages : 287
Age : 26
Autres comptes : Mandalore

Revenir en haut Aller en bas
19.11.14 16:38
Alors qu'il s’apprêtait à rejoindre Grenade pour rencontrer cette voyante qui pouvait lui accorder des pouvoirs plus féroces selon le conseiller de dame Pandore, le juge des Enfers fût stoppé dans son envole par le ressenti d'une force à la puissance sans fin, plus puissante que la sienne, c'était pour dire ! Cette puissance divine se rapprochait de plus en plus du château de Pandore, et semblait hostile, dégageant de la haine et de la colère.


Perché en haut de la plus haute tour du château, Rhadamanthe observa d'assez loin grâce à sa vue semi divine les deux assaillants qui se rapprochaient à pas de géants, il avait, pour habitude, la mauvaise surprise de reconnaître la personne qui possédait cette puissance, c'était celle de son oncle, l'instable Poséidon, l'ébranleur de la terre. Bien qu'il pensa l'arrêter, il fut vite ramener à la réalité, sachant qu'il se fera tuer en quelques secondes par ce dieu dont même Hadès craignait.


Sans perdre un instant, le juge s'envola de ses sublimes ailes infernales et rejoignit le monde d'Hadès, ne pensant qu'à une chose, établir une stratégie de contre envers le dieu des Océans, certainement en colère par le jugement dernier que lui-même avait établi au Cap Sounion. " Quel dieu fier et colérique" se disait-il, lui avait certainement hérité de sa colère ..

Alors qu'il survolait la voûte infernale, il pensa à ses compagnons ainsi que sa prêtresse en intérim, Mohana, qui étaient restés dans le château ... Bien qu'il ne s'inquiétait pas pour ses hommes, il se demandait s'il pouvait réussir à survivre à la fureur d'un dieu Olympien ... mais le temps n'était pas au doute, il devait rester concentrer pour établir la contre attaque !


C'est alors qu'il observa des forces au niveau de la porte de la cité de Dité qu'il survolait actuellement, sans perdre un instant, il exécuta une tête piqué en direction de ce lieu pour y rejoindre ces hommes déjà rassemblés. Alors qu'il s'écrasa sur le sol poussiéreux de la cité, écrasant la terre sous ses pieds, il y retrouva Rogos, qui avait survécu à l'attaque, ainsi que son compère Wolgorn et une spectresse discrète qui semblait se nommer Prayer. Sans perdre de temps avec les bonnes manières, le juge des enfers insuffla son cosmos au sein de toutes les cités comme un flambeau qui brûlerait, signifiant l'appel des spectres disponibles au ce lieu.

" Spectres et spectresse, on ne joue plus. Poséidon nous attaque de son courroux le plus terrible, les voûtes célestes vont trembler. Nous allons nous organiser pour contre-attaquer. Les autres spectres présents en Enfer ne vont pas tarder, tenez vous prêt à recevoir vos ordres, personne ne doit ressortir du monde des Enfers. "
avatar
En ligne
WolgornSpectre du Bourreau
Spectre du Bourreau

Date d'inscription : 14/01/2014
Nombre de messages : 763
Age : 23
Autres comptes : Reagan

Revenir en haut Aller en bas
19.11.14 22:07
Les réactions outrées de Rogos et de la dénommée Prayer fusèrent sur le Bourreau. Le Dullahan prétendait être seulement en train de réfléchir et non pas de paniquer. Fort bien, mais il y mettait un peu trop de précipitation et de nervosité. La gamine voulait quant à elle tester ses facultés. C'était à ses risques ses périls et de toutes manières il n'avait pas le temps pour ces enfantillages. Retrouvant un semblant de stoïcisme, droit comme un pilier, Wolgorn répondit au taquet à ses deux collègues :

"Fais attention de ne pas mettre de ta réflexion partout, Rogos."

Se tournant vers la fillette, il se courba pour mieux jauger sa frimousse, un sourire en coin. L'Exécuteur s'apprêta à l'envoyer balader verbalement avant de le faire physiquement jusqu'à ce que l'aura de Prayer n'esquisse une perturbation. Manifestement, quelque chose clochait et il put lui-même s'en rendre compte : un cosmos étranger s'était infiltré en Enfer. La remarque de la Spectre confirma que les Marinas étaient finalement entré dans le Royaume d'Hadès. Wolgorn se jura alors que ce serait à leurs risques et périls, tout particulièrement qu'ils allaient en souffrir atrocement.

"Ils veulent aller en Enfer ? Faisons qu'ils y restent pour l'éternité." dit le Russe.

Prayer le tacla sèchement sur son agressivité, lui enjoignant de partir au combat. Même s'il voulait se jeter dans la tumulte, il discernait clairement le soupçon d'ironie déplaisante dans le ton. L’Étoile de l'Ombre intervint pour essayer de calmer les tensions et leur rappeler qu'ils devaient toujours suivre les ordres. Ce dernier leur conseilla de d'abord évaluer les forces ennemies, mais le Bourreau ne voyait pas comment ils le pouvaient sans se faire tanner le cuir. La seule option qui leur restait selon lui était de partir au front et pas de patienter jusqu'à ce qu'ils atteignent la Giudecca.

Soudainement, une auguste présence interrompit la passionnante réunion de travail des Étoiles Terrestres. Rhadamanthe de la Wyverne était apparu devant les soldats infernaux, impérial comme à son habitude. En dépit de son volontarisme et de sa bravoure affichée, le malaise de ses collègues fut très contagieux mais l'arrivée du Juge le remotiva. Ils avaient désormais à disposition l'autorité compétente pour recevoir leurs ordres et l'Exécuteur ne se priva pas de la solliciter. C'était pile l'occasion pour le rembourser de ce généreux don de sang.

"Dans ce cas Monseigneur, que pouvons-nous faire ? Moi, Wolgorn du Bourreau, suis disposé à me sacrifier pour vous et sa Majesté Hadès !" déclara Wolgorn de vive voix.

Dans pareille situation et en présence de son bienfaiteur, il n'avait plus à hésiter. Il joignit le geste à la parole en cognant son torse du poing, émettant le son vibrant du plastron.
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
22.11.14 19:27
Rogos s'interpose entre moi et le Bourreau pour nous calmer et je croise les bras comme pour bouder. Il a raison, se battre entre nous à l'aube d'une guerre n'est pas une bonne idée. Néanmoins, dès qu'il tourne le dos, je tire la langue en direction de Wolgorn avant d'écouter les suggestions de son... "camarade."

-Surveiller, je peux le faire. Mes chauves-souris peuvent les observer dans la plus grande discrétion.

Quand il parle de laisser les fées intervenir, je le regarde longuement.

-Mes chauves-souris comprennent les humains et peuvent répondre par mon intermédiaire. Comme ceci.

La dernière phrase n'a été entendue par personne d'autre que Rogos. Avec raison, j'ai parlé directement dans son esprit. En recevant des rapports mentaux de mes chauves-souris, je peux lui relayer l'information à lui comme à n'importe qui d'autre très facilement. J'ai d'ailleurs bien hâte de recevoir le rapport de New-Atlantis.
Ce que je ne rajoute pas c'est que les chauves-souris sont un peu en guerre contre les fées... elles nous vole de la business, ces petites...
Ahem!

Un violent cosmos s'approche de nous et la seconde d'après, un Spectre s'écrase avec dignité tout près de nous. Je suis surprise de constater qu'il s'agit de Rhadamanthe. Vu les dires des deux autres Spectres, je n'aurais pas cru le revoir de sitôt. Et pourtant il est là. Ça voudrait dire que Minos...

-Avez-vous vu mon maître, Seigneur Rhadamanthe?

Avant de me répondre, il nous donne un début d'ordre: attendre les ordres. Mais blague à part, il nous ordonne de ne plus quitter les Enfers. Sur le coup, ça ne me dérange pas, mais après coup je réalise ce que ça implique: je ne peux pas retourner voir ma soeur. Je suis une messagère enfermée. J'ai justement fui New-Atlantis pour échapper à ça!

-Mais...

Avant que je ne puisse protester, je reçois un message d'une de mes chauves-souris, celle qui surveille le premier envahisseur. Quelqu'un a répondu à son défi et s'apprête à l'affronter: il s'agit de Minos.
Sur le coup, j'ai envie de quitter le petit groupe et de partir combattre à ses côtés, mais je m'en retiens. Le Griffon est super puissant, je ne serais qu'un fardeau. Je ne suis qu'une messagère, combattre n'est pas ma priorité.

Ma priorité est de nous trouver quelqu'un capable de combattre.

Sans attendre, je déploie mes ailes et commence à m'éloigner des autres Spectres. Direction la forge.

-Vous m'excuserez, j'ai quelque chose à faire. Vous savez comment me rejoindre.

Et je me mets en marche. Si je réussis ça, ma soeur ira mieux. Et si elle va mieux, elle pourra nous aider. Je sais bien que les Saints sont nos ennemis aussi, mais Oblivion n'acceptera jamais de nous faire du mal. Si elle ne combat pas, elle tentera de négocier. Je sais pas trop si ça va fonctionner, mais je peux compter sur elle. C'est sa mission.
avatar
RogosSpectre du Dullahan | Modérateur
Spectre du Dullahan | Modérateur

Date d'inscription : 03/06/2014
Nombre de messages : 2335
Age : 25
Autres comptes : Andréa / Xing Huo

Revenir en haut Aller en bas
22.11.14 21:24
Rogos était ravi d'apprendre qu'il n'était pas forcément nécessaire de garder la petite demoiselle sous la main afin de bénéficier des informations de ses familiers, mais il fut beaucoup moins amusé par la manière dont elle le lui démontra, en parlant directement à l'intérieur de sa tête. Une télépathe, merveilleux. Même si un tel pouvoir était très utile, le Dullahan espérait qu'il se limitait à la communication et n'avait pas d'autres applications plus « intrusives », il tenait à sa vie privée et à sa liberté de penser du mal des gens sans qu'ils ne le sachent.

« Ce n'est pas très poli de s'introduire dans l'esprit des gens comme ça, tu aurais au moins pu prévenir avant... » grinça-t-il entre ses dents. Enfin, il laisserait couler pour cette fois, après tout ce qu'avait fait la petite n'était pas bien grave, et puis justement, il n'allait pas s'énerver contre une gamine. Cela dit, ils resteraient dépendants de Prayer pour traduire et relayer les messages des chauves-souris, et même si la messagère allait sans doute éviter de prendre part aux combats pour se concentrer pleinement sur son rôle de « centre de transmissions », il n'aimait pas l'idée de voir leur réseau d'information dépendre autant d'une seule personne.

« On enverra des Fées quand même, juste pour être sûrs. On ne sait jamais, il pourrait t'arriver quelque chose, et honnêtement ce ne serait pas surprenant avec la chance qu'on a. »

Alors qu'il achevait cette phrase, leur rassemblement de stratèges à la petite semaine reçut la visite impromptue du Juge Rhadamanthe en personne. Son arrivée choqua tous les présents, Rogos en tête : il avait vu de ses yeux la quantité de sang sacrifiée par le Juge et ne pouvait croire que malgré cela la Wyverne, n'écoutant que son devoir, soit aussi vite revenue se joindre à la bataille. Le spectacle d'une telle force de caractère ne commandait qu'une seule réaction : le respect le plus profond.

Autour d'eux, les Squelettes qui jusque-là couraient dans tous les sens dans la plus grande confusion se mirent en rang et au garde-à-vous en quelques secondes, produisant la surprenante vision d'un ordre impeccable émergeant du chaos total par la seule magie de l'apparition du Juge. La voix de Rhadamanthe s'éleva, et ses paroles amplifiées par son cosmos ardent firent de la nouvelle de l'invasion une réalité pour tous, tout en remotivant les troupes. Le Bourreau ne perdit pas une seconde pour proposer ses services à la Wyverne, bientôt suivi par le Dullahan.

« Votre Excellence, nous ferons honneur à votre générosité en répandant le sang des Marinas ! »

Ce genre de déclarations martiales, c'était plutôt le style de Wolgorn, les mots sonnaient bizarrement dans la bouche de Rogos. Quant à la messagère ailée, elle semblait contrariée par les ordres du Juge et ne tarda pas à déserter l'assemblée, laissant ses camarades et son supérieur derrière elle. Le Dullahan esquissa un mouvement pour la rattraper, la ramener devant leur commandant, puis se figea en se disant qu'il commettrait ce faisant le même genre d'impolitesse que la gamine.

« Où vas-tu comme ça ? » parvint-il tout juste à demander.
Aiolia

Date d'inscription : 03/06/2014
Nombre de messages : 287
Age : 26
Autres comptes : Mandalore

Revenir en haut Aller en bas
24.11.14 1:01
Alors que l'arrivé du juge fût encore une fois spectaculaire, elle semblait avoir, néanmoins, interrompu une discussion entre les trois spectres qui se tenaient, prêt à recevoir leurs instructions pour défendre les enfers du Monarque Hadès. la venu d'un des membres de la triade infernal attira l'attroupement des gardes squelettes, qui dans un remue ménage pas possible, tentaient avec succès de se mettre en ordre, avec un alignement impeccable pour saluer la venue de Rhadamanthe, qui, savaient qu'il exigeait un respect et une politesse impeccable.


Le juge, content de revoir quelques têtes qu'il connaissait bien comme le duo infernal à l'honneur dont on connaissait tous à présent dans le monde d'Hadès, le courageux Rogos et l'imposant Wolgorn, ainsi qu'une nouvelle tête, une spectresse bien agité qui semblait être une messagère, Prayer, une belle femme à la chevelure brunâtre. Décidément, se disait le juge, Hadès recrutait de nouvelles têtes depuis son réveil, lui qui ne connaissait plus grand monde si ce n'était ses deux frères.


A ce propos, Prayer questionna sans vergogne et sans signe d'un respect apparemment, qu'avaient eux montrés le duo infernal, mais il n'avait pas de temps à perdre avec des détails, la situation était grave. La question portait sur des renseignements de la situation de son frère Minos.

" Non petite, je ne sais pas ce qu'est devenu mon frère, Le rassemblement n'étant pas complet, je ne sais même pas ce que sont devenus Grenat, Mohana et Tahitoa. Notre préoccupation reste la défense des terres d'Hadès de toute façon.

Mais aussi tôt que le juge répondit à sa question, la spectresse fit encore une fois preuve d'aucun respect envers le juge, et s'éclipsa, prétextant qu'elle avait quelque chose à faire, désertait t-elle ? Ou avait elle une missive à transmettre ? Le juge fût en tout cas ébahis par sa réaction. La voyant partir, Rhadamanthe se tourna vers Rogos, un spectre en qui il avait toute confiance, puis il s'adressa à lui:

" Quelle curieuse personne ... En tout état de cause c'est une messagère, Rogos, suis la et protège la dans sa mission. Si elle déserte, tue la et rapporte moi sa tête.

le juge attendait une réaction vive et rapide de son soldat. Une fois cela réglé, il ne resterait plus que lui et le grand Wolgorn, et il réflichissait déjà à ce qu'il allait lui attribuer comme mission .. cependant, par précaution, il s'adressa à son deuxième soldat de qualité:

" Spectre Wolgorn, t'a ton attribué une mission avant mon arrivé ? Ou tu restes disponible et prêt à agir à mes instructions ? "

Le juge préférait prendre les renseignements avant de se lancer dans les stratégies, après tout peut-être que ses frères ou Mohana avaient déjà donné des instructions bien précise. Et il était bien connu le juge des enfers, il n'aimait commander que son escouade d'élite en qui il avait une confiance et un respect sans faille.
avatar
En ligne
WolgornSpectre du Bourreau
Spectre du Bourreau

Date d'inscription : 14/01/2014
Nombre de messages : 763
Age : 23
Autres comptes : Reagan

Revenir en haut Aller en bas
25.11.14 15:05
Rogos discutait avec Prayer des habilités de cette dernière et Wolgorn les écoutait d'une oreille distraite. La jeune fille cherchait elle aussi à savoir où se trouvait le noble Minos et le Bourreau espérait que la Wyverne ait la réponse à leur interrogation. Toutefois, lui-même n'avait aucune idée de la localisation du Griffon. Que pouvait-il lui être arrivé ? Était-il tombé sur un adversaire bien trop puissant pour lui ou une tâche autrement plus urgente l'avait-elle appelé ? Aucune réponse ne lui venait en tête pour l'instant, ce qui devenait fort préoccupant.

Tout à coup, un éclair lui traversa l'esprit : une aura familière avait rejoint les Enfers. Ce n'était certainement pas celle d'un ennemi, mais bien d'un Spectre. Néanmoins, l'Exécuteur, au beau milieu de la tourmente, avait grande peine à en distinguer le propriétaire. Mais si ce cosmos lui avait ainsi frappé l'esprit, ce devait être pour une bonne raison. Se pourrait-il que ce soit Minos, qui aurait répondu à leur appel intérieur ? Mieux valait encore s'en assurer, mais la présence ressentie était imposante, essentielle pour le Royaume d'Hadès.

Alors que le Dullahan annonçait son désir renouvelé de combattre, Prayer annonça son départ, ce qui interloqua les Étoiles de l'Ombre et de la Force. Wolgorn espérait qu'elle ne se cherchait pas un prétexte pour se planquer mais il lui fit confiance. De toutes façons, elle était trop frêle pour affronter les armées d'Athéna et de Poséidon réunies. Même s'il était d'accord sur la nécessité d'une sanction exemplaire pour les déserteurs, il se sentait mal à l'aise à l'idée de devoir punir une enfant. Rhadamanthe, après s'être adressé à Rogos, se tourna vers le Russe, le tança puis lui demanda s'il était réellement disponible. L'attaque de La Havane étant un fiasco total, il était effectivement libre pour une autre mission, en priant que cette fois il la réussisse.

"Je suis actuellement libre votre Excellence !" affirma le Bourreau en se mettant au garde-à-vous. "En ce jour, je suis prêt à honorer votre confiance !"

Droit et imposant telle une sculpture de marbre, l’Étoile de l'Exécution ne chercha pas à fuir le regard autoritaire de son supérieur. Il devait soutenir le poids de la responsabilité qui lui incombait par l'entremise du Juge. Sur cette bataille, il allait lutter en son nom !
Aiolia

Date d'inscription : 03/06/2014
Nombre de messages : 287
Age : 26
Autres comptes : Mandalore

Revenir en haut Aller en bas
26.11.14 19:41
Wolgorn était exactement le type de Spectre que le Wyvern estimait: fier, puissant, respectueux des gradés .. un parfait soldat ! C'est ce qui manqué aux enfers selon lui, ce régime discipliné et strict ... ce n'était pas le cas il fût un temps malheureusement, surement à cause de l'absence du grand et magnifique Hadès dont l'imposante puissance prônée au respect.


Même s'il ne montrait pas ses sentiments, Rhadamanthe n'en pensait pas moins, et il se faisait un plaisir de voir des sujets comme les squelettes avoir peur à ce point, même si cette phobos était d'un côté justifié, lui qui était un des spectres les plus puissants des enfers..


Regardant vers l'horizon, le juge des enfers explosa son cosmos, puis déploya ses ailes, provocants un flux d'air qui balaya tous à proximité, sauf le spectre Wolgorn qui par sa puissance resta immobile. Puis il prit la parole d'une voix sans vie et froide.

" Viens, suis moi, nous nous rendons dans la forêt sombre, nous allons voir ce qu'il s'y passe la-bas. "

Puis à la fin de ses mots, le juge disparu dans le ciel écarlate des enfers.
avatar
SylphideSpectre du Basilic
Spectre du Basilic

Date d'inscription : 02/06/2005
Nombre de messages : 20603
Age : 33

Revenir en haut Aller en bas
01.12.14 19:25
La cité de Dité.

Citadelle aux murs de plusieurs dizaines de mètres de haut dont la paroi léchée par des flammes éternelles, lui donnait un être encore plus terrifiant.
Ce Royaume qu'on surnomme "la Demeure de l'Ange déchu porteur de Lumière" - Lucifer - comprenait en son sein des prisons ou moleboges où étaient torturées les âmes les plus infâmes.
Au pied de la bâtisse se jetait le fleuve Archéron nourrit par deux effluents : le glacial Cocytus et le brulant Phlégéthon.

Des corps désincarnés brulèrent continuellement dans le Phlégéthon. Les suppliciés imploraient la grâce et le pardon de leur bourreau; Alors que le Cocytus charriait des blocs de sang et peaux congelés.
Les spectres n'accorderont le pardon qu'une fois la peine expiée. Telle est la sentence pour une vie dissolue et emplie dans le péché. Une géhenne de quelques siècles voir de millénaire pour une vie humaine passée dans les plus pires péchés.
En effet, la Cité de Dité est la demeure où sont punis les hommes ayant suivi une des sept péchés capitaux.

Le juge Rhadamanthe et le bourreau Wolgorn quittèrent les lieux sous les acclamations des spectres-gardiens de la Cité et sous les cris d'agonie des âmes torturées.

Le spectre du Lycaon fit accoster une luxueuse barque sur les rives de l'Archéron afin de permettre à Rhadamanthe, à Wolgorn et une escorte de spectres-gardes de traverser le fleuve maudit.

Du haut de la Citadelle, sur une tour, se tenait une ombre ailée dont le regard perçant scrutait le départ des spectres vers le front de bataille.
Il était assis à même la pierre. Les flammes léchèrent ses jambes qui pendaient dans le vide.
Au contrebas déambulèrent les Érinyes, démones divinisées, qui hantèrent les lieux tel des âmes en peine.
Le juge avait confié au spectre du Basilic une mission importante : Assurer la sécurité de la Citadelle du Chaos où sont enfermés les vils âmes damnées.

Au loin, les forges de la Cité battirent le rythme au son des bottes de garde-squelette. Les surplis de seconde classe étaient forgées à tour de bras, de façon mécanique, quasi-industrielle. Une armée faite de démons et d'humains réincarnés revêtirent la protection du dieu des Enfers.

A ces cotés, trônait tel un garde-fou la statue dorée de l'Archange Michel.
avatar
En ligne
WolgornSpectre du Bourreau
Spectre du Bourreau

Date d'inscription : 14/01/2014
Nombre de messages : 763
Age : 23
Autres comptes : Reagan

Revenir en haut Aller en bas
11.12.14 22:21
HRP- C'est la débandade colonel ! -HRP

Le Bourreau était enfin parvenu à atteindre la Cité de Dité après une longue course effrénée, ruisselant de sueur et le souffle court. Il n'attendit même pas que les Squelettes lui ouvrent la porte entrée, l'enfonçant dans la précipitation. Son parcours se poursuivit jusqu'au quartier des forgerons, où étaient réunis le plus de sbires infernaux. Parmi cette foule de laquais qui ne cessaient de turbiner et d'échanger les instructions comme les insultes, il devait bien y en avoir qui pouvaient le renseigner sur la présence de Spectres compétents dans les parages. Wolgorn accosta donc un troufion au hasard en le prenant par l'épaule et l'interrogea d'un ton bourru et pressé :

"Hé ! Où sont passés tous les officiers ?"

Le Squelette qu'il avait appréhendé transportait des épée emballées et se tourna vers lui, la figure peu avenante. Néanmoins, l'expression désobligeante qu'il arborait se changea très vite en frayeur en voyant à qui il avait affaire et il s'empressa de répondre à son interlocuteur :

"Euh... J'crois qu'on a le Basilic qu'est perché au sommet d'là Citadelle ! Il y a aussi deux larrons qui s'baladent dans le coin mais 'chais pas où ils sont !"

"Deux larrons ? Qui ça ?" insista l'Exécuteur.

"Deux Étoiles Terrestres si j'me goure pas ! Mais j'vous jure qu'chais pas où ils s'trouvent." dit le larbin en essayant de se dégager de la poigne du Russe.

Il le relâcha finalement, relativement satisfait de sa réponse et peu désireux de perdre plus de temps. Premièrement, il devait commencer avec le Basilic -une Etoile Céleste si sa mémoire était bonne- étant donné qu'il était le seul qu'il pouvait précisément localiser. Wolgorn avait une petite idée sur l'identité des deux autres, mais il ne pouvait les repérer dans toute cette confusion. Tant pis, il les chercherait après avoir dépêché l’Étoile de la Victoire à ses côtés. Il n'y avait ainsi qu'une chose à faire : direction la forteresse centrale de la ville.

Arrivé dans le noyau urbain de Dité, le Bourreau se dirigea vers le château qui régissait toute la structure. Sur l'une des tourelles de garde, il aperçut la silhouette d'un monstrueux oiseau de proie qui s'avéra être le Basilic qu'il recherchait. Afin d'attirer son attention, le Russe intensifia brutalement son cosmos puis héla de vive voix son collègue en levant les bras. Quand il fut assuré qu'il avait été repéré par son confrère, il lui gueula :

"Basilic ! Nous avons besoin de tous les Spectres présents pour reformer un nouveau front ! Le Seigneur Rhadamanthe a été vaincu et l'ennemi avance ! Il faut nous hâter !"

En mentionnant le Juge, ses entrailles se mirent à remuer violemment tant le choc et l'affliction causés par sa disparition lui avaient été pénibles. Son Surplis se lamentait en son âme pour cette perte déchirante, ayant été régénéré par son auguste sang. L'Exécuteur ne pouvait laisser le meurtre de son bienfaiteur impuni et il ne pouvait que se repaitre des tripes des Marinas et des Saints pour se venger d'un tel sacrilège. Chaque fois qu'il y repensait, la peur qu'il avait éprouvé en se confrontant à Poséidon se dissipait pour laisser progressivement place à la fureur. Tant qu'il avait sa haine et l'Empereur Hadès derrière lui, il pouvait toujours se relever de la terreur abyssale que lui inspirait le Roi des Mers.
avatar
SylphideSpectre du Basilic
Spectre du Basilic

Date d'inscription : 02/06/2005
Nombre de messages : 20603
Age : 33

Revenir en haut Aller en bas
13.12.14 13:49
- HRP - Meuuuh non, c'est là que ça va devenir intéressant mr Red le retour

La Citadelle grouillait de plus en plus de spectres-soldats qui s'organisèrent petit à petit comme un seul homme sous les vociférations des gardiens de la Cité.

Un amas de spectre armé de leur outil de travail s'amassait au niveau de la Porte de la Forteresse.
Le spectre pouvait le voir, la signature cosmique du guerrier qui venait de pénétrer dans l'enceinte était d'une autre trempe que celle de la majorité des guerriers présents en ces lieux.

Au contrebas, il vit la silhouette du spectre du Bourreau se fondre à travers les soldats et forgeron et s'avancer jusqu'à lui. Son aura cosmique semblait trouble comme s'il fut porteur de nouvelles qui ne ravirai pas le Basilic.

Bien qu'il l'eut croisé à quelques rares reprises, il n'avait jamais discuté avec Wolgorn. Sa voix tonitruante et son accent fortement marqué lui ont permis de deviner l'origine russe de son interlocuteur.

"Basilic ! Nous avons besoin de tous les Spectres présents pour reformer un nouveau front ! Le Seigneur Rhadamanthe a été vaincu et l'ennemi avance ! Il faut nous hâter !"

Le Juge Rhadamanthe a été vaincu.
Les paroles de Wolgorn résonna dans sa tête et son esprit jusqu'à en couvrir le brouhaha sans nom de la Cité. Le visage du juge vint jusqu'à troubler la vision de Sylphide. Des larmes commencèrent à naitre dans ces yeux mais refusèrent de couler sur sa joue.


Le Juge Rhadamanthe a été vaincu.
Lui, le terrible et puissant guerrier qui fut son mentor et à vrai dire également la seule personne dont il avait une confiance absolue, venait de tomber sous les coups de ses ennemis.

Le Juge Rhadamanthe a été vaincu.
Lui, le terrible et puissant guerrier qui fut son mentor et à vrai dire également la seule personne dont il avait une confiance absolue, venait de tomber sous les coups de ses ennemis.

Le Juge Rhadamanthe a été vaincu.
L'injustice de sa mort et l'affront causé par les marinas devaient être puni par un éternel châtiment.
Rhadamanthe renaitra d'entre les morts. Mais quand ? Où ?
Le juge n'aurai jamais du combattre et aller sur la ligne de front ! Le grand et puissant spectre de la Wyvern aurai du envoyé un de ses lieutenants et non comme à l'accoutumé vouloir se confronter directement à l'ennemi.
Le spectre serra des poings. Il était autant énervé par la présence de ces impies mariners et saints qui souillaient littéralement les terres infernaux; que par le sacrifice de son mentor.


Son regard scruta l'horizon. Pour la première fois depuis sa renaissance, son don évolua et devint plus terrifiant.
La haine, la tristesse et le besoin de punir ses ennemis venaient de réveiller le véritable pouvoir du Basilic.
Pour la première fois, ces deux yeux se transformèrent simultanément lui donnant un air quasi-démoniaque.
Les iris d'aspect reptiliens semblaient déborder d'une énergie mystique. 

Perk & Antiperk a écrit:

Respect et Loyauté envers Rhadamanthys
Sylphide est un guerrier solitaire et assez mystérieux. Seul le juge Rhadamanthe a réussit à le canaliser dans une lointaine vie. Depuis lors, il voue un respect sans faille envers son supérieur.

Le spectre marmonna des paroles peu compréhensible du fait de l'agitation ambiante :

-"Une légende Infernale dit que la renaissance du Basilic n'est possible que lorsque la vie de la Wyvern s'estompe".


Il se tourne brusquement vers le spectre du Bourreau. Pris appuis sur la pierre sur laquelle il était assis et bondit pour se retrouver sur le "sol" et s'avança vers Wolgorn.
Tout comme lui, il semblait à la fois terrassé et désireux de venger le juge. Le spectre pointa son index et approcha son doigt vers le surplis du russe. Il ne le toucha pas mais il descella dans l'essence de son menton dans les fibres même de sa surplis.

Finalement sa main puissante mais réconfortante se posa sur l'épaule de Wolgorn, le Basilic lui dit alors :

-"Bourreau ! Ces chiens doivent périr ! Faisons en sorte que leur sang abreuve le fleuve coulant au pied de cette Cité"


Sylphide n'était pas un homme qui adorait parler. Il fit comprendre à son interlocuteur qu'il respecterai la volonté de Rhadamanthe : Protéger les Enfers et arrêter les envahisseurs au niveau du Styx.
avatar
En ligne
WolgornSpectre du Bourreau
Spectre du Bourreau

Date d'inscription : 14/01/2014
Nombre de messages : 763
Age : 23
Autres comptes : Reagan

Revenir en haut Aller en bas
13.12.14 22:14
Le Basilic resta immobile pendant un long moment, Wolgorn l'observant en contrebas, dans l'expectative. Il ne savait pas s'il l'avait réellement entendu où s'il avait été secoué par la nouvelle de la mort de Rhadamanthe. Finalement, l’Étoile Céleste descendit de la tourelle sur laquelle il était juché pour se mettre au niveau du Bourreau. Il pouvait sentir en son confrère bouillir une profonde colère, plus forte encore que celle qui le consumait. L'Exécuteur, encore plus affligé par cette vision, le regarda sans broncher poser sa main sur son plastron, sondant son Surplis. Sans doute était-il furieux contre lui pour avoir ainsi tourné les talons après la défaite du Juge, mais il en avait parfaitement le droit. Ô combien le comprenait-il dans son immense et juste courroux... Nulle punition en Enfer ne serait assez dure pour châtier son comportement misérable.

"Pardonne-moi, j'ai été impuissant."
se confessa piteusement le Russe.

Il ponctua ses paroles en abaissant la tête, les yeux empreints d'amertume. Combien de temps pouvait-il encore fuir de la sorte ? Qu'était-il advenu du noble Minos, resté en arrière ? Pouvait-il au moins venger ses deux supérieurs, même au prix de sa propre mort ? L'unique but qui devait animer Wolgorn était de protéger Hadès et de porter l'étendard de son idéal de paix et d'ordre, mais la rage et les regrets qui l'habitaient lui pesaient trop sur le cœur. Il n'était encore qu'un Spectre indigne des faveurs de sa Magnificence s'il devait assouvir des désirs d'une telle brutalité... Mais qu'il en soit ainsi ! Que le Dieu des Morts lui pardonne, car l'heure de la repentance viendra inéluctablement !

L'Exécuteur, ayant entendu les souhaits de revanche formulés par l’Étoile de la Victoire, acquiesça et saisit la main sur son épaule. Réconforté et motivé par l'énergie que dégageait le Basilic, il retrouva de son courage et un semblant de consistance intellectuelle, mise à mal par la terreur divine. Toujours déterminé à lever une escouade pour bouter les envahisseurs hors des Enfers, le Russe déclara dans un grondement à son collègue :

"Nous devons rejoindre les Spectres qui se trouvent aux tréfonds de nos terres... C'est en regroupant les meilleurs d'entre nous que nous vaincrons !"

Aussi galvanisés étaient-ils par leur colère partagée, deux Spectres comme eux constituaient encore un effectif bien insatisfaisant. Si l'armée d'Hadès voulait repousser la coalition des Saints et des Marinas, elle devait rester soudée et faire bloc. Les voir s'écraser sur le Mur des Lamentations ne serait que faire trop d'honneur à cette vermine pécheresse, fut-elle commandée par un dieu ! C'était  sur le mur des forces spectrales que leurs ennemis allaient se heurter et si ça ne leur suffisait pas, s'empaler !
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Le tocsin résonne, la Garde se rassemble.