avatar
LargoGuerrier des Ombres de Persée
Guerrier des Ombres de Persée

Date d'inscription : 20/10/2009
Nombre de messages : 3000
Age : 36

Revenir en haut Aller en bas
Dim 30 Nov - 12:10
Largo avait réussi, ce soir-là, a pénétré à l'intérieur d'une salle de réception de luxe. Grâce à sa force de persuasion sur les vigiles à l'entrée. Comme ça, pas besoin de s'emmerder avec de la Carte VIP, et encore moins de patienter dans une quelconque file d'attente.
En clair, pour le retour d'une Star mondialement connue, -dont on ne citera pas le nom- une grande fête était organisée en son honneur. Et comme par hasard, le gars y avait mis le paquet. Il fallait apparemment au moins ça pour revenir sur le devant de la scène, surtout après avoir disparu au cours d'une longue pause.
Vous savez ce que c'est, hein ? Le con avait dû s'enfermer dans l'alcool, les nanas souples des rotules, et la drogue... et hop ! Il y aurait forcément un moment où, quand on dépense sans compter, on finissait au fond du gouffre.

Sur ce, il avait donc besoin de remonter la pente. Alors, vas-y que je t'amène tout le gratin des médias, du cinéma, et autres riches qui adoraient se faire remarquer. Bien sapés et bien accompagnés. Quant aux festivités en elles-mêmes, on pouvait comparer ça au cliché parfait d'un classique James Bond.
Donc, tu entrais seulement à l'intérieur à condition d'avoir la classe, et d'avoir du fric à dépenser. Car oui, dans l'antre de la bâtisse réservée aux bourges de la haute société, tu étais ensuite quitte à casquer bonbon pour le resto, les boissons, les jeux, les chiottes, et même la piste de danse !
Bah quoi ? Pour que tout tournait du feu de dieu, il fallait aussi engager le meilleur personnel de serveurs, de musiciens, de croupiers et tout le toutim.

Enfin voilà. C'est ainsi que Largo finit par se retrouver au bar, assis sur un tabouret, en train de boire pépère son cocktail alcoolisé. Non pas qu'il regrettait déjà de s'être embarqué dans tout ce foutoir bondé et assourdissant... mais pas loin. Il y avait un moment où il fallait faire une pause dans un coin plus ou moins isolé, penser à autre chose, et attendre que son bocal dégonflait. Ça, ou alors escalader jusqu'aux balcons des étages supérieurs et se jeter dans le vide, hein.

Ah oui ! Et au fait, pour ce qui est des sujets de conversation... ahem ahem ! Le blondinet s'en carrait profond évidemment, en prime de ne pas avoir la même culture générale. Mouarf ! Et puis, de là à se vanter qu'il coupait plutôt des têtes, ou qu'il était capable de briser des montagnes à mains nues, euh... question crédibilité, tu pouvais repasser !
Ici, on jazzait surtout à coups d'engins sophistiqués, d'affaires montées, et tous ces trucs qu'on avait besoin d'énumérer pour savoir qui avait la plus grosse.

Pour la peine, quand Largo se fit accoster une première fois, il dut se forcer à sourire. Mais puisque l'autre tenta ensuite de lui tenir la grappe plus longtemps que prévu, le rebelle chopa son verre à moitié vide et balança le contenu à la face de l'autre morpion en costard.
Manque de bol, une minute plus tard, déjà repéré par quelqu'un d'autre derrière lui, ce nouvel interlocuteur -qui s'avérait être le principal organisateur de cette soirée de ouf- ne put s'empêcher d'aller à la rencontre du Black Knight habillé sur son trente-et-un.

_ Bouuuh ! Alors il paraitrait qu'une demoiselle en détresse possède en fin de compte un certain tempérament farouche ? Hmmm, j'aime ça.
_ Dégage, répondit cash Largo, toujours de dos.
_ Vous me plaisez déjà, en tout cas. Pourrais-je connaître votre petit nom, si je vous offrais une coupe de champagne ?

Ouais, je sais ! Comment ce clampin avait fait son compte pour ne pas remarquer que le blondinet aux cheveux longs ne possédait même pas la moindre robe, le moindre bijou, par exemple ? Déjà aveuglé par l'amour, pfff ?

_ Tu... me... les... casses ! Récita Largo, en insistant bien sur chaque mot.

Le jeune homme pivota lentement sa tête vers l'autre quichon qui l'importunait. Sauf que quelques mèches blondes s'effacèrent pendant cette simple rotation. Résultat, qu'arriverait-il si, tout à coup, une assiette épaisse et quelque peu magique, exhibant le portrait d'une créature monstrueuse, se mettait à ouvrir les yeux ?

Exact ! Un, deux, trois, soleil ! Un flash illuminerait alors instantanément la victime visée, telle une bête photo prise par un appareil. Cependant, à défaut de cracher le portrait figé de la personne comme avec un Polaroid, c'était le sujet lui-même qui terminerait scellé à tout jamais. Et avec ceci ? Coincé dans la pierre.
Par chance, personne d'autre dans le champ de vision n'eut droit au même sacrifice. Au pire, on penserait juste à un néon, une boule à facettes, ou un photographe de tel magazine people. À moins que...? Une infime trace de cosmos était susceptible d'être perçu par une insolite espèce d'élue du Seigneur dans les parages ?

Bref, ce fut un retour sur scène de courte durée. Heureusement qu'on avait inventé les musées !
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t26008-oblivion
OblivionSpectre de la Mante Religieuse
Spectre de la Mante Religieuse

Date d'inscription : 15/02/2013
Nombre de messages : 1160
Age : 21
Autres comptes : Ntikuma

Revenir en haut Aller en bas
Lun 1 Déc - 2:58

Entre nous, je me suis toujours demandé où le Sanctuaire trouvait son argent. Bien qu'il serve pour une bonne cause, demander pour aller à une soirée et me voir attribuer un billet VIP, de quoi m'acheter ce que je veux et un transport, je ne sais pas si on peut se permettre ça... je ne voulais que la permission, je suis sure que j'aurais pu me débrouiller toute seule après. Mais bon, tout est là, je me sentirais mal de le gaspiller, alors j'embarque dans l'avion et part pour Los Angeles.

Mon don pour la musique est apparemment une chose unique, ou presque, dans le monde des éveillés. Normal, nous avons tous nos spécialités. Sauf que pour les humains normaux, la musique est une partie intégrante de leur vie, bien plus que pour nous. Alors quand par pur hasard j'ai entendu parler du retour d'une star dans le monde du média, ça a piqué ma curiosité, surtout qu'une grande fête allait être donné. Est-ce que toute les célébrités sont traitées comme ça? Je me demande comment les gens réagiraient si je quittais le Sanctuaire très, très longtemps... Probablement qu'ils ne verraient rien. Ou alors quelques supérieurs en colère puisque je n'étais pas disponible pour aucune mission. Qui sait?

Je passe donc la journée à me promener en ville, à magasiner et à me préparer pour la soirée. J'arrive à la fête bien habillée, coiffée et maquillée, trimbalant toujours ma lyre dans une petite valise qui fait plus professionnelle. L'ambiance me gène un peu, ça fait bizarre de me retrouver au milieu de ces gens riches qui discutent de sujets auquel je ne peux pas vraiment m'intégrer, faute de réelles connaissances en la matière. J'ai réussi à me trouver un verre de champagne, c'est pas rien, et je bois tranquillement dans mon coin en écoutant l'orchestre... C'est pas mal du tout.

Je finis par apercevoir la star de la soirée. Par curiosité plus que par réel fanatisme, je fais quelques pas en l'interpellant, mais il m'ignore complètement et se dirige plutôt vers une femme au long cheveux blonds, qui porte pourtant des habits masculins, et la drague assez lourdement. Voyant cela, je retourne là où j'étais, frustrée.

*Les hommes, pas moyen de leur parler, ça prend toujours une femme plus jolie pour tout gâcher!*

Je termine mon verre d'un trait et un employé m'en apporte un autre. J'observe le reste de la scène avec attention, constatant qu'au moins l'autre concernée ne semble pas apprécier du tout, mais le monsieur ne lâche pas prise. Je retiens, les célébrités ont trop la grosse tête. Je ne veux pas être comme ça.

Et c'est là qu'on retrouve un de ces grands retournements de situation, qu'on ne sait jamais trop comment prendre pendant les premières secondes: la "femme" se retourne brusquement et j'entends à sa voix qu'il s'agit en effet... d'un homme.

Sur le coup, j'arrive pas à y croire. L'autre imbécile, il a rien vu, et moi non plus d'ailleurs. À croire que la jalousie est bien plus ridicule qu'on n'est porté à le croire. Juste à y penser, j'éclate de rire. C'est vraiment n'importe quoi.

Mais ça ne reste évidemment pas si drôle. Il y a un flash, juste au moment où je commence à détourner le regard, et quand je regarde pour voir ce que c'est, autre surprise: la star est maintenant une statue de pierre.
Je reste interdite plusieurs secondes sans comprendre. Quelqu'un crie et on appelle les agents de sécurité. La musique cesse et la plupart des gens tentent de fuir. Je m'éloigne des portes rapidement, décidée à ne pas être coincée dans la foule, et surtout concernée par le cosmos que je ressens. On dirait que le boulot se montre quand je le veux pas, et uniquement quand je le veux pas.

-C'est pas drôle... y a pas moyen de prendre une journée de congé...

Je saisis ma lyre et m'approche encore plus. Dommage, j'aurais même pas le temps de finir mon verre de champagne... pour une fois que j'ai le droit de boire.
avatar
LargoGuerrier des Ombres de Persée
Guerrier des Ombres de Persée

Date d'inscription : 20/10/2009
Nombre de messages : 3000
Age : 36

Revenir en haut Aller en bas
Mer 3 Déc - 13:08
_ Hey ! Mais attendez ! J'peux vous signer un autographe, si vous voulez !

Mouais bof. Pas sûr que dans ces conditions, les invités avaient du temps à perdre pour venir admirer la longue chevelure de Largo, ou encore sa toute dernière performance. Pourtant, ça aurait pu le faire, l'espace d'un instant. Vu comment les gens couraient et s'extasiaient à crier, on n'était pas loin de l'acclamation envers l'artiste.

Mais non. Un mec qui finissait pétrifié aussi rapidement que euh... un et un font deux, ça avait également le chic pour vous refiler aussitôt les chocottes. Résultat, toute la marmaille de cette soirée se dirigea toute en choeur vers les sorties les plus proches. Certains se bousculèrent pour être le premier à se sauver, d'autres se marchèrent carrément dessus comme lorsqu'il y avait des soldes dans tel magasin.
Néanmoins, dans un second temps, Largo put aussi bientôt avoir droit à la petite horde de vigiles. Les grands baraqués brandirent leurs flingues tout en l'encerclant avec prudence. Autant que possible, en tout cas, car le bar n'arrangeait pas leurs affaires.

_ Désolé les gars. Mais je peux vous assurer que c'est pas de ma faute. C'est l'autre qui m'a confondu avec une nana.

N'ayant pas de balcon à gigoter, le blondinet se concentra évidemment sur quelques secousses à vide de sa longue chevelure.

Le club des gros bras armés n'en eut cure et, à la place, ne cessa d'ordonner au jeune homme de se rendre bien gentiment. Largo, lui, soupira la seconde d'après, déjà blasé de la situation. On savait tous comment le futur proche de ses messieurs lambdas pouvait dégénérer encore d'un cran ou deux, si ces cons n'en faisaient qu'à leur tête. Croyant être les plus à même de mettre fin à cette tragédie, d'être les plus forts, solidaires et assez nombreux par-dessus le marché !

_ Mais regardez sa tronche au moins ! Vous voyez comment il me reluquait comme un crevard ?

Si si ! Le pire, c'est que la pétrification avait pu figer la vie de la célèbre star dans une posture assez étonnante. Son visage avait gardé ce petit côté vicelard, d'une part, notamment au niveau de la bouche et des mains. Tandis qu'à hauteur des yeux et sourcils, le type commençait à sentir la peur et la stupéfaction monter jusqu'à sa cervelle, d'autre part.

Après quoi, le rebelle esquissa un dernier demi-tour vers le bar pour récupérer une paille. Puis, de nouveau face à ses fans, il vida ensuite le verre de champagne toujours coincé dans la main du prisonnier de la pierre.
Derrière tout ce chambardement, la cohue battait toujours son plein. On ne savait plus trop si c'était de la vaisselle ou des vitres qui éclataient, mais bonjour le festival ! Et pour le bouquet final, un pauvre innocent fut visiblement poussé par ses cogénères, quelques étages plus haut. Celui-ci se mit alors à crier pendant tout le temps de sa chute, et s'écrasa sur une table embellie par un plat de caviar, du coin restaurant.

Splotch ! C'est de cette manière que Largo remarqua pour la première fois, la silhouette d'une autre personne, en arrière plan. Debout mais étrangement pas affolée comme le reste de la foule. Le BK n'aperçut pas tout de suite l'instrument de musique qu'elle avait à la main, car les sbires de la sécurité lui servait toujours de petite muraille. À part peut-être lorsqu'ils portèrent illico leur attention sur le sale incident résonnant dans leur dos.
D'ailleurs, et si c'était également la bonne occasion pour les assommer, ces guignols ? Adjugé ! Ni une ni deux, coup du lapin en série pour les ploucs au pistolet. Et hop ! Dodo !

_ Tiens, garde-moi ça, toi.

Largo avait ramassé les armes des gaillards endormis, et les entreposa dans chaque poche du veston de la statue. Pourquoi ? Et pourquoi pas !

À présent, qu'est-ce qu'il y avait encore à glander dans ce trou réservé à la bourgeoisie ? En tant que Chevalier Noir, on pouvait toujours récolter quelques sous-sous ici et là, va savoir. Ou manger à sa faim, sans être dérangé. Et tant qu'à faire, avant que la police ne se pointe elle aussi.

_ Ah, désolé, s'excusa-t-il pour de faux, une fois plus près de la seule et unique personne encore intéressante de ce carnaval pour gens huppés. Je t'ai privé du concert de ta carrière, c'est ça ? Ou tu as toujours rêvé de faire un selfie avec l'autre crétin du show-business ?

Largo agita vaguement les mains, pour mimer que ce serait désormais impossible. Sauf s'il accordait deux secondes supplémentaires à la démoiselle, afin de lui insinuer qu'elle pourrait toujours emporter la satue avec elle. Beh oui ! Entre deux posters de Justin Bieber, la jeune fille avait peut-être encore moyen de décorer sa chambre avec ?


/hrp: et hop ! Et la prochaine qui devrait trinquer, c'est... hmm... suspense ? Enfin, à suivre, quoi. Razz (euh... et pas trinquer, dans le sens "j'ai envie de porter un toast, alors buvons ensemble, et santé !") mr Red le retour
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t26008-oblivion
OblivionSpectre de la Mante Religieuse
Spectre de la Mante Religieuse

Date d'inscription : 15/02/2013
Nombre de messages : 1160
Age : 21
Autres comptes : Ntikuma

Revenir en haut Aller en bas
Sam 6 Déc - 4:37
Oh non! Peu importe le nombre de gardes de sécurité, contre un éveillé ils pourraient se faire tuer! Ce dernier ne semble pas bien inquiet, bien que vraies ses justifications ne sonnent pas très convaincantes, la star un peu enfoirée l'a pris pour une fille d'accord, mais de là à le transformer en pierre? Un bon coup de poing et une bagarre, ça aurait pas suffi? Oh bon, ça devrait se régler facilement.
Sauf que pour ça, il faut intervenir. Je vais pour le faire, au moins l'immobiliser et ensuite on verra bien, mais à cause de la panique général quelqu'un tombe de quelques étages et s'écrase pas trop loin de moi. 

Sur le coup, je n'arrive pas à réagir, trop surprise, mais je me reprends et m'approche de la victime, au moins pour voir si elle est encore en vie. Elle l'est, mais je ne sais pas si je peux la soigner sans trop me vider de mon énergie. Mine de rien, je vais probablement devoir combattre, j'ai besoin de toutes mes forces pour le faire. Seulement, je ne peux pas laisser personne mourir non plus. 

L'autre éveillé passe à l'action et engage le combat contre les agents. Pendant cette "distraction," j'envoie une légère vague de cosmos dans le corps du malheureux qui fut victime de la chute, pas assez pour le soigner, mais juste assez pour le garder en vie. Les secours plus conventionnels feront l'affaire par la suite.

Cela étant réglé, je me retourne pour voir l'autre chevalier s'approcher. Les gardes sont KO, et pour x raison il leur a retiré leurs armes. Pourquoi il vient me voir et me parle si normalement, je sais pas trop, mais je ne crois pas qu'il ignore que je suis aussi une éveillée. J'ose même pas lui demander c'est quoi un selfie.
Mais trêve de bavardage, si la police arrive ça risque de mal finir même pour moi, alors mieux vaut en finir rapidement.
Je me gratte la tête, soudainement bien embêtée.

-Ah non, ne vous embêtez pas pour ça, je trouverai bien autre chose pour ma carrière.

Je fronce les sourcils en laissant mon cosmos augmenter, puis tends les bras devant moi. La vague d'énergie le repousse plus loin et j'en profite pour attraper un verre de champagne au hasard et le boire d'une traite. J'en ai bien besoin pour terminer tout ça.

-Par contre c'est pour la vôtre que je m'inquiète.

Pour accompagner mes paroles, je joue quelques notes de ma lyre. C'est à ce moment-là qu'après un super build-up j'enfile mon armure et dévoile mon identité, sauf que là y a comme un truc qui fonctionne pas. Je réalise.

Merde. J'ai oublié mon armure au Sanctuaire.

Je l'ai même pas emmené en Amérique! Comment j'ai pu être aussi stupide? Je porte une main à mon front en soupirant de découragement, puis tente de me rattraper un peu.

-Euh, j'ai pas mon armure, alors juste pour info je suis Oblivion, chevalier d'argent de la Lyre, et j'avais pas prévu que j'allais finir cette soirée en combattant un homme qui se fait prendre pour une femme.

Il passe deux secondes et je retiens un rire. Je suis une Sainte, j'en ai vu des trucs bizarres dans ma vie, mais ça les battait tous.

Oui, je suis encore révoltée par l'homme transformé en pierre et l'autre qui a sauté en bas du building et je compte bien les venger, sauf que là j'ai un fou rire. Je contrôle juste pas.
Je respire profondément et reprends mon calme et mon sérieux. 

-Heum... je veux dire... je ne compte pas vous laissez partir d'ici en un seul morceau. En garde!

Je sonne vraiment bizarre... y a pas moyen de se soûler avec trois verres de champagne, si?
avatar
LargoGuerrier des Ombres de Persée
Guerrier des Ombres de Persée

Date d'inscription : 20/10/2009
Nombre de messages : 3000
Age : 36

Revenir en haut Aller en bas
Mar 9 Déc - 13:30
Ça se précisait donc. Si la fillette n'avait pas autant les chocottes comme la plupart des autres affolés, c'est bien parce qu'elle ne faisait pas partie du même monde : celui des faibles, évidemment. Par ce simple constat, il ne restait ensuite plus qu'à en déduire une dernière chose. Éveillée ou pas ?
Beh oui ! Dans ce monde de brutes, il n'y avait pas non plus trente-six choix possibles... à part peut-être les mutants, les machines, et les aliens ? Bref, puisqu'elle dégageait quelque chose de si spécial, il y avait fort à parier pour que ce soit ce genre de personne qui porte une armure et tout le toutim, en général.

_ Hin hin hin ! Piailla Largo, légèrement prétentieux.

Paraitrait-il que le Chevalier Noir devait craindre pour sa vie ? C'était la meilleure, ça !

C'est vrai, quoi ! Comment une nana, qui n'allait pas tarder à composer quelques notes sur sa lyre, pourrait avoir le dessus sur le Tout-dur de Death Queen Island ? Bon d'accord... la cosmo-énergie, qu'elle ne se priva pas d'exprimer aussitôt après, pouvait peut-être donner du quelconque fil à retordre dans un futur proche...
Ou peut-être pas, en fin de compte.

_ Mouhahaha ! S'exclaffa le blond, tout à coup.

La dénommée Oblivion, décidée auparavant à rétablir la justice dans la salle, venait d'annoncer que sans son armure, elle perdait un peu beaucoup en crédibilité.
Du moins, c'est ainsi que Largo le retranscrivit dans sa cervelle. Moralité, il se voyait donc déjà être le plus fort.

Après quoi, le con faillit s'étrangler. Sans doute à cause d'un restant de boisson dans le fond de sa gorge, pfff. Il s'empressa alors de se râcler la gorge, puis de se ressaisir pour faire bonne figure.
Manque de bol, ce fut la nana qui prit le relais du fou rire, l'espace d'un instant. Qu'à cela ne tienne ! Mettons ça sur euh... son taux d'alcoolémie déjà bien élevé ? Allez savoir... qui sait si quelques mecs au lourd portefeuilles n'avaient pas essayé de la soudoyer pour qu'elle ne joue pas simplement de la musique, une fois embarquée sur leur banquette arrière de limousine ?

_ Une Sainte ? S'étonna finalement Barbie. Ici ?

Il serra brièvement les dents par contre, lorsque Oblivion le considéra comme une personne du sexe féminin... comme elle, quoi, grossomodo. Puis, il fit craquer ses phalanges avant de reprendre la discussion, plus zen.

_ Moi, c'est Largo. Chevalier Noir de Persée. Mais c'est plutôt toi qui vas le regretter. On aurait pu en rester là, puisque l'autre dragueur a déjà eu ce qu'il mérite. D'ailleurs, merci qui, hein ? Parce que si ça tombe, t'aurais pu être la suivante dans les petits papiers de ce petit goujat, quand on y pense ?

Le rebelle fit style de réajuster son costume, tout en repositionnant sa longue chevelure dans son dos, tout bien comme il faut. Peut-être une manière de dire que lui aussi n'avait pas son armure dans les parages, ni même qu'il aurait eu l'intention de l'utiliser.
Tous les deux étaient des Chevaliers, après tout. Donc, tous ces trucs sur l'honneur et compagnie, ça devait signifier quelque chose. Il resterait donc sur un même pied d'égalité. Et si la demoiselle gardait justement sa lyre, lui continuerait avec son bouclier. Toujours caché entre ses deux omoplates, pour le moment, bien sûr.

_ Ouais ! Conclut-il. En garde !

Depuis le début de la soirée, Largo aussi n'en était plus à son premier verre. Cependant, sur le coup de l'initiative à vouloir porter la première salve contre l'ennemie, ça lui donna en quelque sorte un second souffle pour aller de l'avant. Surtout contre une combattante mieux entraînée que les gens lambdas.

Mais aussitôt à quelques centimètres de la Sainte, est-ce que celle-ci ne comatait pas déjà un chouïa ? Enfin, tant pis. Pour l'heure, Largo l'envoya directement valser en arrière sur la première table des environs, via un méchant coup de boule. Le choc engendré fit voler couverts et assiettes, à l'abandon depuis que ces tafioles de convives s'étaient tous faits la malle.

Après l'avoir rejoint à son chevet, Le BK voulut ensuite enchaîner avec du coup de poing facile, mais ça aurait été le meilleur moyen de tout éclater, avant de s'encastrer dans le carrelage. Résultat, il opta pour une autre technique étrange. Continuer de faire boire le champagne à sa victime. Tatatam !
Et comme de par hasard, il y avait justement une bouteille entamée, toujours à portée de bras dans le coin. Ainsi, il ne resta plus qu'à s'en emparer en un éclair, et de la caser entre les dents de Oblivion.

_ Portons un toast ! Plaisanta-t-il. À cette foutue star de je-ne-sais-quoi... il aura vécu, euh... mais maintenant, c'est fini. Heureusement, Hadès lui trouvera bien un autre petit boulot une fois dans l'autre monde, héhé !

Bon, en fait, la pétrification donnait un certain sursis plus ou moins long au pauvre prisonnier de la pierre, avant que son âme se taille pour de bon. Mais de combien ? Bonne question.

Toujours est-il qu'en attendant, fier de son petit effet, Largo prenait un malin plaisir à regarder la bouteille en train de se vider dans le gosier de la donzelle.


/hrp: vala. On commence en douceur, huhu. Enfin, euh... tout est relatif, bien sûr. Et glou, et glou, et glou ! Razz
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t26008-oblivion
OblivionSpectre de la Mante Religieuse
Spectre de la Mante Religieuse

Date d'inscription : 15/02/2013
Nombre de messages : 1160
Age : 21
Autres comptes : Ntikuma

Revenir en haut Aller en bas
Mar 20 Jan - 17:07
Non mais, qu'il arrête de rire! C'est pas drôle! Je reste une Sainte même sans mon armure, je peux le battre sans problème! OK, sur que l'alcool aide pas, mais je vais me concentrer assez fort et ça devrait aller. Il va payer pour ce qu'il a fait.

Mais bon... je vais prendre cher avant. Un coup de boule et je suis projetée contre une table dans un grand cri de surprise. Les éclats de vaisselle qui me percent la peau, le nez qui saigne abondamment, ça commence pas bien du tout, et ce n'est pas pour s'améliorer. L'autre gars s'est approché, trop vite pour que je puisse réagir et ma lyre trop loin pour que je puisse riposter, et ce n'est pas long que tout le reste de la situation dérape: il me plante une bouteille dans la bouche et le champagne commence à me couler dans la gorge. Je ne sais pas si ça vous est déjà arrivé, et si non n'essayez pas, mais ça fait limite mal: plus de souffle, ça brûle, c'est pétillant... c'est pas cool. Y a vraiment de quoi paniquer, ce à quoi je m'applique mais malgré mes tentatives pour l'écarter et retirer la bouteille, rien à faire, je suis clairement en désavantage. Ça ne prend qu'une seconde d'inattention, rien qu'une...
Et ce moment arrive bien heureusement et c'est avec l'énergie du désespoir que j'arrive enfin à écarter la bouteille loin de mon visage. Ce faisant, je recrache tout le champagne que j'avais dans la bouche en prenant soin de viser mon adversaire. Un prêté pour un rendu, le plus possible. Je peux maintenant m'étouffer et recracher le reste qui est encore dans ma gorge en paix.

-Ah...

Je me redresse, la figure toute rouge sous le coup de la colère. Je n'ai jamais été aussi ridiculisé, et cette fois je compte bien lui rendre la monnaie de sa pièce. J'attrape ma lyre et gratte doucement les cordes, tremblante de rage.

-Espèce de... de... de... espèce de moron! Tu vas me le payer!

Je frappe violemment les cordes de mon instrument, qui s'allongent et ligotent le chevalier noir. Il lui sera difficile de bouger sans être coupé et donc blessé, ce qui veut dire qu'il est à ma merci. D'habitude je ne fais pas ça, je n'aime pas faire du mal aux gens alors que c'est si facile de régler ses problèmes autrement... mais là il me cherche! Je ne peux pas laisser passer ça. 

J'attrape la bouteille qui s'est retrouvé par terre et sans aucune hésitation, la lui fracasse sur la tête. C'est déjà un bon début, ça défoule bien. C'est ensuite une assiette qui y passe, puis une autre, ensuite un bol, et je finis avec ces espèces de plats en métal qui servent à transporter les verres de champagne, ce genre de truc. Ce n'est pas très efficace, j'aurais surement pu arriver à de meilleurs résultats avec mon cosmos et ma lyre, mais pour passer mes nerfs y a pas mieux. 

-T'as la tête dure, toi!

Je prends plusieurs pas de recul et tire violemment sur ma lyre. Étant enroulé dans les cordes et pas attaché, le BK tourne sur lui-même comme une toupie pendant quelques secondes, et d'un bon coup de pied je l'envoie au tapis. 

-Là tu vois, j'avais pas envie de faire ça, t'avais même l'air pas trop méchant. Alors voilà ce qu'on va faire, si tu ramène le monsieur là-bas à la normale, on repart chacun de notre côté et on oublie tout. Ça te va?
avatar
LargoGuerrier des Ombres de Persée
Guerrier des Ombres de Persée

Date d'inscription : 20/10/2009
Nombre de messages : 3000
Age : 36

Revenir en haut Aller en bas
Sam 14 Fév - 13:58
Vous savez ce que c'est... un goulot de bouteille, c'est comme euh... enfin, comme le disait si bien Franky Vincent : Alice, ça glisse ! Bon d'accord, mauvais exemple.
Quoi qu'il en soit, la jeune femme réussit tôt ou tard à se dépatouiller du piège de verre planté dans sa bouche. Alcool, bave... tout ça mélangé faisait qu'en cherchant continuellement, et avec rage, à se débattre, elle put retrouver bientôt sa liberté. Ainsi, première chose qui s'imposait de faire : asperger la tronche du capitaine de soirée. Et sa longue tignasse, en cadeau bonus.

On assista ensuite alors à un concours de grimaces. Celui qui grognerait le plus, visiblement. Tandis que la Sainte faisait pratiquement style de vomir ses tripes, Largo, lui, se frottait le visage et se recoiffait tant bien que mal.

_ Merde ! Flûte, crotte, chier ! Pleurnicha-t-il, entre autre. J'suis tout mouillé maintenant !

Malheureusement, avec ou sans armure, avec ou sans attaque cosmique, leur dispute restait avant tout un terrible combat entre deux éveillés. Si si ! Le duo savait donc intimement, au fond d'eux, que perdre une demi-seconde de leur face à face pouvait s'avérer fatal. Classique cas d'école, quoi !

Résultat, le Chevalier Noir, dépourvu de ses protections d'orichalque sombre, ne mit pas longtemps à en faire les frais. Pris au piège soudain entre une dizaine de cordes ultra aiguisées, l'andouille se retrouva très vite ficelé, impuissant. Voilà, c'est ça ! Comme une paupiette de veau. On pourrait alors se dire qu'au vu de la réception donnée en honneur à telle star du showbiz, ça restait dans le thème du repas de fête. Mais la réalité...

_ Haaa ! Haann ! Hmmm !

Eh ouaip, Barbie ne pouvait que se plaindre... pour changer. Sauf que cette fois-ci, ça faisait vraiment mal. Ses liens avaient déjà pris un malin plaisir à lui taillader ses fringues de soirée, et à présent ils s'acharnaient à lui marquer sa chair. Premières blessures sanguinolentes à la clé, donc.

Et comme si ça ne suffisait pas ? Un deuxième service lui fut dédicacé dans la tronche. De la simple vaisselle pour banquet de riches à se farcir sur le nez, certes, mais l'humiliation battait son plein. Surtout pour un rebelle de sa trempe. Finir comme du vulgaire ôtage pourri, contre une nana en prime, il y avait de quoi déglutir sept fois en silence, pour prendre son mal en patience et espérer se venger dès que l'occasion se présenterait.

_ Et j'ajouterai même... rétorqua-t-il dès qu'il put. La tête dure comme de la pierre, mouhahaha !

Ah ouais, quand même ! Qu'est-ce qu'il ne fallait pas tout entendre, hein ? La frime du macho, sans doute.

Mais aussitôt la joute verbale balancée, on libéra le zouave aux cheveux longs en le faisant tournoyer sur lui-même. De cette façon, le monde autour de lui défila devant ses yeux à toute vitesse... pire que dans un parc d'attraction ou lors d'une interminable vrille sur patinoire.
Au final, comme il ne savait plus où donner de la tête, il ne retrouva pas non plus tout de suite la position exacte de la fautive de ce sale tour. Le jeune homme commença alors à insulter quelque chose au loin, dans le vide, avant de penser à se retourner dans la bonne direction.

_ Boarf, t'excuses pas, se rattrapa le Tout-dur de DQI, pourtant encore bien endolori et sonné. Tu as plutôt de la chance qu'en me faisant danser à l'instant, mon Bouclier n'en ait pas profité pour te rigidifier tout le corps, héhé !

Est-ce qu'il bluffait pour ne pas avouer son erreur précédente ? Ou pouvait-il vraiment réussir à pétrifier sa victime, même en valsant comme un "gue-din", avec son arme rangée derrière sa longue chevelure virevoletante ?

Quoi qu'il en soit, Oblivion devait payer, primo pour tout ce champagne donné de bon coeur, et deuzio pour toutes les blessures qu'elle lui avait infligées. Il faudrait donc lui réserver un gros spectacle qui en vaille la peine. Encore plus impressionnant qu'un bête écoulement nasal, qui lui donnait tout de même une tête de clown.

Mais alors quoi ? Pourquoi pas quelques lustres accrochés au plafond pour s'échauffer ?

_ Medusa Slash ! Piailla alors le BK grave rancunier, tandis que ses blessures se réveillaient pendant sa brève chorégraphie. Ose encore dire que j'ai pas l'air trop méchant, après ça !

Son tranchant de la main fendit l'air, de bas en haut, et tant qu'à faire dans la trajectoire de la fille. Comme ça, si elle ne bronchait pas dans la foulée, elle pouvait dire adieu à un pan de ses vêtements... voire peut-être même subir une belle césarienne jusqu'à sa gorge, dans le pire des cas.

Et dans un second temps, la lame cosmique du BK partit décapiter de l'imposante lanterne de verre au sommet. La Sainte s'en était-elle aperçue ? Dans tous les cas, pareil à un obus largué d'un avion, la grosse lampe de qualité explosa en millions de morceaux. De quoi repeindre le carrelage en vaste champ de confétis assez piquants.
Largo mit un terme à son chef-d'oeuvre, tout simplement en donnant un coup de poing dans le vide. Ça n'eut aucun effet apparent au début, mais le souffle qui se produisit lors de la fraction de seconde suivante provoqua une sorte de violente bourrasque, entre lui et Oblivion.

Résultat, tous les grains affûtés répandus au sol ne mirent pas longtemps à se soulever, puis foncer sur la fidèle d'Athéna. Si le plan se déroulait à merveille, tout ce remue-ménage devrait donner dans la perforation de masse.


/hrp: je sais, c'est long. J'crois que j'ai trop relaté au début, pour y foutre mes réactions et/ou mon interprétation. Désolé d'avance.
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

le retour de (la) star cosy !