InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
22.12.14 11:34
Le village de Magnir était animé en cette fête du Solstice d'hiver. C'était un grand moment de réunion pour le peuple ase. Malgré les sacrifices qu'ils s'imposaient pour le salut de la Terre, malgré l'inquiétude que suscitaient les conflits qui secouaient le monde, ces célébrations apportaient un peu de lumière au coeur de la nuit glaciale. Aussi chacun avait participé aux préparations du banquet et les vêtements des grandes occasions avaient été sortis des armoires. Pour l'heure, tout le monde avait bravé la tempête de neige pour la distribution des étrennes de la Prêtresse aux enfants d'Asgard.

Cette année le traîneau du palais peint aux couleurs des deux corbeaux d'Odin et de l'étoile Polaris était conduit par une dame à l'opulente chevelure noire toute vêtue de dentelles et de fourrures blanches. En guise d'introduction, Garnet qui trônait au milieux des friandises et des joujoux charmait les villageois de la chanson de Solveig tandis qu'une dizaine de personnes costumées en elfes et fées dansaient au son de sa voix. Lorsque cela fut fini, le chef du village s'approcha du traîneau et exprima son étonnement à la diva diabolique.

" Vraiment magnifique, vous avez vraiment enchanté les enfants cette année, et je crois que nous ne pourrons pas assez remercier la bonté de Sa Majesté. Mais où est l'Intendant du château ? C'est lui qui est chargé habituellement de conduire le traîneau et je pensais qu'il le ferait encore cette année. "

" Malheureusement, Monsieur l'Intendant doit veiller sa mère malade, et Odin seul doit savoir combien cela est triste en un jour de fête comme celui-ci. Cependant, la fête ne doit pas s'arrêter pour autant et même si nous sommes de tout coeur avec lui, il serait injuste d'enlever la joie des cadeaux aux enfants. Mais j'ai encore beaucoup de surprises en réserve, vous me remercierez à la fin de la représentation. "

Le rossignol des Enfers gratifia le représentant de la bourgade d'un sourire mielleux qui finit de le calmer ses interrogations avant de poser son regard sur les enfants d'Asgard. Ceux-ci avaient les yeux brillants d'admiration à la vue l'extraordinaire chargement du traîneau, fascinés au point d'en oublier le froid. Ils étaient presque intimidés par tant d'opulence, même si quelques cris de joie et des bavardages joyeux sortaient des rangs. Une petite fille qui ne devait pas avoir plus de 7 ans s'approcha du traîneau avec ses grands yeux innocents et tira la robe de cette très belle dame du traîneau.

" Tu es qui madame ? "

Une mère poussa un petit cri d'émotion en voyant que son enfant avait échappé à sa surveillance et osait être si familière avec cette personne qui devait faire sans nul doute partie de la noblesse. Garnet ne sembla pas s'offusquer et au contraire se laissa glisser sur le sol, son atterrissage amorti par la blanche et molle poudreuse tombée du ciel. La cantatrice posa sa main sur le front de la fillette et elle lui répondit d'une voix envoûtante de conteuse :

" Je suis la Fée Dragée de Konfiturenbourg, et je viens récompenser les enfants sages.  As-tu bien écouté tes parents, aidé aux tâches de la maison, pris soin de ta poupée ? "

L'enfant hocha vigoureusement de la tête pour confirmer les dires de Garnet, les yeux toujours aussi ronds d'émerveillement. Puis naïvement, elle ajouta :

" Est-ce que le Hans Trapp va venir ? Mon frère Hagen est méchant, il me tire souvent les cheveux. "

Un grognement de protestation sortit de la foule, mais Garnet hocha négativement de la tête :

" Chaque chose en son temps angioletto, il recevra des remontrances en temps utile si cela est nécessaire. Au fond, je sais que malgré tout vous êtes tous de bons enfants et que vous avez tous mérité la gratitude des dieux d'Asgard pour votre courage. "

Et cela n'était pas faux. En Asgard, Garnet savait qu'elle allait trouver ce qu'elle cherchait : des enfants éveillés au cosmos et particulièrement vertueux, loin d'être aussi gâtés que dans d'autres peuples qui vivaient dans l'insouciance. Une jeune fille blonde, sans doute une suivante de Garnet, choisit un joujou, un très joli soldat casse-noisettes rouge et vert, et le tendit à la cantatrice qui commença la distribution des cadeaux en chantant au son du violon de son jeune valet aux yeux bandés.

" Mon beau sapin
Roi des forêts
Que j'aime ta verdure ... "
avatar
Clara

Date d'inscription : 24/05/2005
Nombre de messages : 3949
Age : 33

Revenir en haut Aller en bas
23.12.14 1:43
Clara ne se souvenait pas la dernière fois qu'elle avait marché autant... et pourtant elle avait l'impression d'avoir passé sa vie à marcher, peut-être fuir plutôt... Cette fois, ce n'était pas le cas, du moins l'espérait-elle. Son armure sous son épais et ample manteau aux teintes boisées, la nouvelle guerrière d'Odin se dirigeait vers Asgard, ce continent à l'extrême nord de l'Europe.

Son chemin avait été empreint de solitude, comme toujours, mais, cette fois-ci, il lui semblait qu'elle n'était plus tout à fait seule. Bien qu'elle ait trouvé l'armure du Reginleif, elle n'arrivait pas encore à se considérer comme une guerrière d'Asgard. En même temps, elle ne connaissait pas grand-chose de la région, même si Olivia lui en avait un peu parlé. Elle se sentait encore tellement étrangère... Mais cette sensation disparaîtrait-elle un jour ou restera-t-elle l'éternelle exilée ?

Elle approchait du village en contrebas du Palais de Polaris, sa destination. Elle ne le vit pas tout de suite, pourtant il s'érigeait là, sur une paroi glacée, immense, comme un fantôme se détachant de l'obscurité du ciel. Il semblait être une prolongation de la montagne, comme s'il était lui-même composé de glace. Avant le dernier bout droit, Clara décida de s'arrêter dans une auberge, histoire de se restaurer un peu.

L'activité du village la surprit avant même d'y être entrée : de nombreuses personnes, notamment des familles, s'y dirigeaient et une atmosphère heureuse semblait flotter dans l'air. Dans le village, cette sensation n'était que plus forte et Clara comprit pourquoi : c'était un jour de fête. Elle réfléchit quel jour il pouvait être... Le 20 ou 21 décembre ? Quelque chose comme ça... un peu avant Noël en tout cas. S'agissait-il de la fête du Solstice d'hiver ? Et Clara qui arrivait à ce moment-là, où les températures étaient les plus froides, les jours inexistants... Car, oui, il faisait nuit. Mais, vu l'activité du village ainsi que la quantité de commerces ouverts, il ne devait pas être tard.

Clara entra finalement dans une auberge, bondée de monde. Finalement, ne trouvant pas de place où se poser, elle sortit, un peu contrariée. Heureusement, dehors, il y avait de nombreux stands vendant des objets de toute sorte : bijoux, jouets, objets de décoration, boissons et nourriture. Ah ! tout de même ! Elle pourrait enfin se rassasier ! Seulement... là aussi il y avait beaucoup de monde, des queues partout, en particulier aux stands de nourriture. Il devait être l'heure du repas... Enfin, Clara prit son mal en patience.

Elle devait admettre que l'ambiance avait quelque chose de féerique, toutes ces personnes se promenant, l'air ravi pour la plupart. Des éclairages avaient été disposés tout le long de la rue principale où la walkyrie se trouvait et, à plusieurs stands, avaient été accrochés des lampions dans des tons enflammés. C'est alors qu'elle vit un stand de vin chaud et elle aurait sans doute été tentée par en boire un si elle ne devait se présenter au palais plus tard. Ou alors, idée qui lui traversa l'esprit, elle pourrait profiter de faire la fête et se rendre au palais que le lendemain... Depuis combien de temps n'avait-elle pas bu d'alcool ? Quelque chose lui disait que, ici, elle en aura besoin...

Alors qu'elle allait passer sa commande, elle vit un cortège défilé devant elle. A l'honneur, un traîneau rempli de cadeaux et conduit pas une jeune femme à la chevelure abondante. Curieuse Mère Noël... En tout cas, les enfants étaient très excités à la vue de ce spectacle et attendaient visiblement de recevoir un cadeau.

Sa commande passée et payée, Clara dégusta goulûment son hamburger tout en assistant au spectacle. La conductrice du traîneau commença alors à chantonner un air de Noël. Ah, ces périodes de fêtes... Où qu'elle aille, elle n'y échapperait pas.
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
26.12.14 17:47
La foule était désormais attentive à l'attraction de la troupe de Garnet et grossissait d'instant en instant. De gestes élégants et lestes, la cantatrice orchestrait les actions de ses sbires qui se démenaient à jouer leur rôle d'elfes à la perfection. Les noms des enfants s'égrenaient l'un après l'autre tandis que le chargement de jouets et de confiseries s'amenuisait sur le traîneau. Ils s'appelaient Erik, Aricia, Wolf, Andrej, Ilkor ou Sighrune et faisaient la fierté de leurs pères et mères.

Avec patience, la cantatrice infernale faisait bonne figure, même si quelqu'un qui la connaissait réellement aurait sû deviner qu'elle préparait soigneusement quelque chose de mauvais. Les yeux alertes, elle repérait déjà ceux qui réagissaient peu au charme maléfique de sa manipulation. Ils étaient quelques-uns, et son regard s'arrêta particulièrement sur une jeune femme aux longs cheveux bruns. Etait-ce à cause de ses origines étrangères qu'elle semblait réticente à participer à la fête ou se protégeait-elle de l'influence de son cosmos qui éveillait une insouciante euphorie chez le reste des spectateurs parce qu'elle était initiée ? Il allait falloir tirer cette impression au clair.

A peine le dernier cadeau fut-il distribué que, obéissant au signal de sa Bienfaitrice, Tourmaline jaillit au milieu du cercle que formait l'attroupement en costume de prestidigitateur. La blondinette faisait tournoyer une baguette magique dans sa main avec une agilité déconcertante, sortait de ses mains une multitude de foulards décorés d'étoiles dorées et sortit de son chapeau haut-de-forme un harfang des neiges qui s'éloigna à tire d'ailes sous les murmures d'amiration. Garnet expliqua alors de sa voix claire et sonore que pour célébrer la fête de Yule, on se devait de raconter l'histoire du roi de Houx et du roi de Chêne.

" Cependant, pour faire toute la lumière sur ce vieux récit qui n'est guère plus qu'une légende dans la bouche des anciens, nous allons avoir besoin de vous, les enfants, afin de ranimer le feu des anciens temps. Aidez notre magicienne à faire jaillir l'étincelle du merveilleux, car vous êtes les seuls à en avoir aujourd'hui le pouvoir ! "

Avec des gestes aussi fluides que du vif-argent, le jewel de l'électricité eut tôt fait de rejoindre un jeune garçon entouré de ses amis qui se portait volontaire, plus hardi que les autres. Garnet l'encouragea en l'appelant par son nom : elle avait soigneusement retenu celui de chaque enfant, et celui-ci s'appelait Romuald. Tourmaline croisa les doigts dans un sens, puis dans l'autre, fit apparaitre un éventail de cartes qu'elle confia à Romuald sous les applaudissements du public et alors qu'il avait les mains occupées, en profita pour tapotter la tête de l'adolescent de sa baguette, et tirer de derrière son oreille une bougie. Le garçon ouvrit des yeux ébahis et lorsque que Tourmaline lui fit signe de souffler sur la mèche, il obéit sans réfléchir, allumant de ce fait la première chandelle.

Chalcedony qui avait été improvisé assistant plaça la bougie dans une grosse lanterne magique posée sur le traîneau, composée de lentilles de cristal, de jeux de miroirs complexes et de plusieurs lamelles de métal qui projeta les silhouettes ténues d'un théatre d'ombres dans un jeu de lumières irisées. On comprit rapidement dans la foule que pour animer la lanterne, il faudrait la chaleur de plusieurs bougies et certains enfants furent poussés en avant et encouragés à participer.

Les tours de magie s'enchaînaient, les bougies apparaissaient et étaient allumées de façons plus improbables les unes que les autres, avec un cerceau, sous le ruissellement d'un arrosoir, grâce à l'étincelle obtenue par deux bâtons de sucre d'orge frottés l'un contre l'autre, ... Plus nettes, les ombres fantastiques vacillaient désormais sur les façades des maisons, prêtes à se mettre en mouvement.

" Il ne manque qu'une seule bougie, une seule flamme pour que l'histoire commence. Et cette flamme devra venir de quelqu'un qu'il faudra convaincre de la réalité de cette magie. "

Ayant décrété cela d'un ton théâtral, Garnet promena son regard vert émeraude sur l'assistance avant de s'arrêter sur la jeune femme qu'elle avait vue tout à l'heure. Un sourire se dessina sur les lèvres rubis de la diva des Enfers qui apostropha de sa voix musicale la spectatrice remarquablement différente des autres.

" Notre merveilleux public pourrait-il savoir quel est votre nom mademoiselle ? Quand avez-vous reçu votre dernier cadeau de Heimdall, des Aesirs et des Elfes ? Ne voulez-vous pas y croire en cette soirée, rien qu'en cette soirée, pour ces chers enfants qui ont été admirables pendant toute cette année ? "

Pendant qu'elle disait cela, les regards s'étaient tournés vers Clara, et les enfants que Chalcedony asseyait sur le traîneau afin qu'ils aient une meilleure vue sur le spectacle d'ombres encourageaient la jeune femme à se prêter au jeu en applaudissant en rythme. Tourmaline s'avança et tendit une rose blanche à la valkyrie qui pouvait décidément se répéter qu'elle n'y échapperait pas.
avatar
Clara

Date d'inscription : 24/05/2005
Nombre de messages : 3949
Age : 33

Revenir en haut Aller en bas
06.01.15 1:18
Clara devait avouer que le spectacle était vraiment impressionnant ! En fait non, plus que ça : envoûtant. Il n'y avait qu'à voir tous les enfants qui s'agitaient, souriaient, rigolaient lors des différentes phases de la prestation de la séduisante jeune femme qui, on ne pouvait le nier, était une animatrice exceptionnelle. La lumière tamisée du début avait fait place à une multitude de points lumineux, instaurant une atmosphère féerique. Ça parlait d'étranges créatures que la walkyrie ne connaissait même pas, ça dansait, ça chantait. Clara n'aurait jamais cru assister à un spectacle si impressionnant !

Pourtant, quelque chose intriguait la jeune femme, quelque chose venant de la diva plantureuse. Car, il fallait bien le dire, on ne voyait qu'elle, sorte de Mère Noël jeune et sexy, emmitouflée dans une séduisante fourrure blanche comme la neige. D'ailleurs, lorsque les lueurs des bougies glissaient sur sa tenue, la séduisante animatrice semblait luire, lui donnant une dimension presque sacrée. Cela semblait presque irréel et peut-être était-ce à cause de ça que Clara était quelque peu mal à l'aise.

Alors qu'elle venait de terminer son casse-croûte, Clara se vit aveuglée pendant quelques secondes, le temps qu'elle habituât ses yeux sombres à cette lueur qui l'inondait. Alors elle vit la présentatrice s'avancer vers elle. Sa longue chevelure d'ébène ondulait sur ses épaules immaculées au fur et à mesure qu'elle s'approchait. Ses yeux brillaient comme deux émeraude à la lueur des bougies. Cette couleur... La même que cet enfant qu'elle avait abandonné. Mais un regard tout différent, inquiétant, mystérieux, sombre.

Clara ne comprit pas tout de suite ce qui se passait. Il fallut que l'intrigante animatrice l'invite (ce qui s'apparentait à une invitation qu'elle ne pouvait refuser pour la walkyrie) à se joindre au spectacle pour que Clara réalise dans quelle position inconfortable elle se trouvait à présent.


" Euh... Eh bien... " furent les seuls mots qui parvinrent à émerger de sa bouche.

Que faire ? On lui tendait déjà une rose blanche pour qu'elle la prenne, tout ça sous le regard impatient des bambins, bien évidemment. Clara était restée inexpressive, tiraillée entre un certain agacement et... et quoi au juste ? De l'étonnement ? Sans doute... Peut-être était-ce le fait qu'on la mît pied au mur qui l'énervait, elle ne l'avait jamais supporté. Elle n'avait qu'à s'en aller, même sans un mot, ça n'aurait pas été la première fois. Cependant, elle ne désirait pas partir, elle voulait voir la suite, son instinct le lui dictait. Alors quoi ? Jouer le jeu ?

Les différents points lumineux semblaient encercler les deux femmes. Après de longues secondes sans mot dire, Clara émit un petit sourire en regardant droit dans les yeux sa lumineuse interlocutrice.


" Très bien, impressionne-moi ! "

Finalement, qu'avait-elle à perdre si ce n'est un peu de temps ? Elle n'était pas pressée et, qui sait ?, ce spectacle pouvait s'annoncer plein de surprises.

Clara tendit sa main et récolta délicatement la fleur aux pétales opalin entre ses doigts. Une rose, si belle et pourtant si dangereuse pour qui n'y prend pas garde. Un peu comme cette étrange jeune femme...


Dernière édition par Clara le 20.03.15 1:16, édité 1 fois
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
08.01.15 21:40
La jeune femme à la chevelure brune bredouilla quelques mots pour éviter les questions gênantes. A vrai dire, elle n'avait même donné son nom. Il était perceptible qu'elle ne se sentait pas à l'aise quand il s'agissait de parler devant un public, ou du moins devant ce public. Il fallait avouer que cette méridionale était particulièrement isolée au milieu de tous ces grands blonds. Sans doute aurait-elle souhaité passer inapperçue. Néanmoins, elle se força à faire bonne figure et à participer à la fête, pour le plus grand bonheur des spectateurs. Sitôt que l'inconnue tint la rose entre ses mains, les enfants qui pour certains n'avaient jamais vu une aussi jolie fleur dans leur pays s'enhardirent à approcher pour mieux voir. Sans y penser, ils tirèrent même le manteau de l'étrangère pour lui demander de lui montrer la plante merveilleuse.

La contemplation fut de courte durée, car obéissant à un coup de baguette magique de Tourmaline, ce qui semblait être une rose se désagrégea en une multitude voltigeante. Les papillons de papier provoquèrent des cris de surprise et des applaudissements qui redoublèrent lorsque le jewel attira l'essaim en une colonne droite sur sa main grâce à son contrôle de l'électricité statique et fit apparaître dans cette colonne une nouvelle chandelle. Encore un abracadabra, et un gros papillon gris accroché aux vêtements de l'étrangère quitta son refuge pour lourdement rejoindre la mèche de la bougie où il s'enflamma. Garnet reprit la parole et encouragea encore le public dans son ovation :

" Merci, merci beaucoup pour votre inestimable concours, mademoiselle ! Tout le monde l'applaudit bien fort ! "

Chalcedony le jewel aux yeux bandés déposa la dernière lumière à l'intérieur de la lanterne magique, et la cantatrice infernale récclama d'un geste le silence aux spectateurs qui se laissèrent à nouveau captiver par la voix de miel du rossignol des Enfers.

" Amour, renaissance, déchéance. Ces mots sont au coeur de cette légende oubliée qui pourtant se réalise une fois de plus à l'heure où je vous parle. La roue tourne continuellement, sans que personne ne s'en apperçoive. Et pourtant, elle est le gouvernail de la vie de tous, petits et grands, jeunes et vieux d'ici ou d'ailleurs ... "

" Rapprochez-vous de la lumière. A l'heure où je vous parle, les cavaliers fantômes de la chasse d'Odin préparent leurs montures. N'entendez-vous pas les mors qui cliquètent, les rênes qui claquent ? Il ne vaut mieux pas se trouver sur leur chemin ... Tout commença le jour où la Déesse, lors de l'une de ses promenades au bord du lac, fit une rencontre qui devait bouleverser à jamais l'ordre des choses ..."


Les images colorées projetées par la lanterne magique s'animaient et illustraient l'histoire que Garnet racontait aux villageois. Enchanteresses, les ombres opéraient un charme quasi hypnotique sur le public. La déesse rencontrait le roi houx et se laissait séduire par sa sagesse, mais finissait par se brouiller avec lui, partait avec le roi chêne, si amusant et rieur. Au bout de six mois, lassée par les excentricités de son époux estival, elle retrouvait le roi houx et se réconciliait avec lui. Puis venaient les duels entre les deux rivaux, à chaque solstice, pour l'amour de la déesse et la suprêmatie sur la forêt. Les imposantes ombres des deux personnages végétaux engagèrent un affrontement sur la surface des chaumières tandis que les elfes danseurs les accompagnaient d'une chorégraphie savante.

" Qui vaincra ? Le seigneur des ténèbres hivernales ? Le roi de la lumière du soleil ?! Le combat est sans mercie, d'une violence inouïe ! Et pour cause : ils sont tous deux aussi puissants l'un que l'autre. Seul l'épuisement sera décisif dans la confrontation des deux titans. Encouragez le roi Chêne, car c'est désormais son heure ! "

Le nom du personnage légendaire était scandé désormais par les ases, enchantés par le spectacle. La clameur prit étrangement une drôle de tournure. La joie cédait petit à petit à une sombre agressivité. Soudain, des cris de colère et de peur éclatèrent ici et là dans l'assemblée. Tout dégénéra rapidement. Les pacifiques habitants du blanc pays s'en prirent les uns aux autres dans un mouvement de folie collective. Ils n'étaient plus eux-mêmes car sous l'emprise d'une illusion. Chalcedony avait atteint leur psychisme, et ils ne voyaient plus que des démons en lieu et place de leurs voisins, leurs parents et leur compagnons. Les enfants quant à eux étaient terrifiés et obéirent sans résister au chant maléfique de la diva infernale :

Venez mes pauvres enfants, venez sous ma protection,
Car les aînés ne sont plus conscients de leurs actions
Venez auprès de Garnet la bienfaitrice, à l'abri sur son traîneau
Je vous en fais la promesse : tout s'arrangera, tout ira mieux bientôt !
avatar
Clara

Date d'inscription : 24/05/2005
Nombre de messages : 3949
Age : 33

Revenir en haut Aller en bas
23.01.15 14:59
L'ambiance était féerique : la dernière flamme s'était embrasée, permettant à une lanterne d'entretenir une douce lumière dorée. Mais ce n'était pas tout ! Des formes provenaient également de la lanterne, matérialisant la légende nordique contée par la mystérieuse jeune femme. C'était une belle histoire, expliquant la venue des saisons sur Terre, idéale pour le solstice d'hiver.

Clara n'était pas à l'aise. Le comportement des nordistes l'inquiétait : si les enfants restaient fascinés par le spectacle qui se déroulait sous leurs yeux, bientôt ils commencèrent à s'inquiéter du comportement des adultes, ces derniers se comportant de plus en plus étrangement. En effet, jusque-là assez calmes, les aînés commencèrent à se brutaliser entre eux. Le phénomène semblait général et, soudain, la walkyrie entendit des bruits de fracas. Elle regarda derrière elle : une femme s'était vautrée sur un stand de boissons, renversant tout ce qui s'y trouvait. Celui qui semblait responsable du stand poussa alors la femme au sol, cherchant à la blesser visiblement. En fait, tout le monde agissait comme lui et, bientôt, un autre bruit assourdissant se fit entendre : les vitres de l'auberge avaient été brisées, plusieurs personnes saignaient. Si les adultes ne semblaient pas trop s'en soucier, les enfants, eux, étaient terrorisés et cherchaient à se protéger même de leurs parents.

Alors, la mystérieuse jeune femme vêtue de blanc les appela, les incitant à monter sur son traîneau pour échapper à la folie des adultes. D'un regard noir, Clara fixa cette femme, qui semblait la responsable de tout ceci.


" Non, les enfants, ne montez pas sur son traîneau ! "

Des lampions tombèrent, les lumières vacillèrent. La si belle place où était arrivée Clara il y a de cela quelques minutes s'était transformée en un véritable capharnaüm. Presque plus aucun stand n'était dressé, des banderoles jonchaient le sol et deux femmes cherchaient même à s'étrangler avec un long cordon.

Clara s'approcha d'elles, les sépara en les poussant chacune d'un côté. Le regard... il était comme fou, la voyaient-elles seulement ? Clara se dirigea alors vers l'animatrice lorsqu'un homme bien habillé, plutôt âgé, débarqua sur la place, venant apparemment du château. Il était accompagné d'une dizaine de gardes. En constatant ce qui s'était passé, il en resta sans voix durant quelques secondes, avant de retrouver sa voix.


" Que... que signifie ceci ? Que c'était-il passé ici ? Gardes, occupez-vous des villageois ! "

Puis, remarquant finalement la présence de l'animatrice, il reprit :

" Que faites-vous là ? Qui êtes-vous ? "

Apparemment, ce spectacle n'avait pas été prévu. Quoi qu'il en soit, il n'était plus désiré. Clara fixa la comédienne.

" Ton petit numéro est fini. Arrête ça maintenant ! "


Dernière édition par Clara le 20.03.15 1:16, édité 1 fois
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
25.01.15 12:32
Presque tous les enfants du village avaient été placés sur le traîneau. Garnet dirigeait les opérations avec ce petit rictus froid qu'elle arborait lorsqu'elle avait l'assurance d'un plan se déroulant à merveille. L'agitation ambiante laissait insensible le spectre du Drak que ni les hurlements ni les scènes de violence ne faisaient ciller. Spectatrice et actrice d'une barbarie grandissante au fil des siècles, l'antique femme-dragon n'avait qu'un froid regard reptilien pour ces scènes d'hystérie collective. Elle avait vu la Saint-Barthelemy, le Tres de Mayo, les massacres de Scio. En comparaison cette confusion ressemblait à une farce. Un voix émergea de la foule, à l'adresse des enfants, pour tenter de les rappeler à eux.

" Quelle surprise. Tu es finalement un peu plus loquace et rebèle que tu en as l'air. Mais  Je crains qu'il ne soit trop tard pour essayer de les raisonner. Ils n'écoutent que ma voix désormais, et ils veulent m'accompagner ! "

Le rossignol des Enfers considérait la jeune femme brune avec une expression ironique. Garnet n'en savait pas davantage sur l'inconnue, mais il était peu probable que celle-ci constitue une véritable menace, même protégée par sa maîtrise du cosmos. La foule était en panique, les jewels terminaient la collecte des enfants, d'autres alliés étaient à sa disposition derrière leurs masques et leurs costumes. Devant ce vain élan de colère, la cantatrice de l'Achéron ne put retenir un ricanement de triomphe et de jubilation. Comme pour provoquer l'insensée qui osait s'interposer, elle encouragea encore les enfants à se presser de la rejoindre.

" Vieni con me sui monti,
godrai vasti orizzonti ... "



Elle changea néanmoins de ton lorsque Tourmaline lui indiqua les gardes qui faisaient irruption dans la ville. Ils avaient l'air entraînés, et leur chef ne devait sûrement pas être pris à la légère. La diva diabolica fronça des sourcils avec contrariété lorsqu'il la prit à partie. Ces imprévus dans le déroulement de son plan pouvaient déranger le timing. Elle avait donné rendez-vous à Flint dans la forêt afin que l'embarquement des enfants pour les domaines infernaux se fasse le plus rapidement possible. Leur véhicule n'était pas ce qu'il y avait de plus discret, et elle ne voulait pas avoir tout Asgard aux trousses pendant l'opération.

" Tu me demandes qui je suis, militaire ? Quelqu'un à qui tu devrais t'adresser avec un peu plus de prudence ! On ne s'oppose pas à Garnet du Drak sans en payer le prix ! "

La jeune femme brune renchérit en sommant la cantatrice de cesser cette folie.

" Ne crois pas que tu peux tirer le rideau sur le spectacle sans avoir la corde entre tes mains ! "

La soprane maléfique avait persiflé ces mots avec agressivité : elle avait vu que certains guerriers ases contenaient le mouvement de foule au milieu de la rue et bloquaient le passage. La troupe de Garnet ne pouvait s'évader sans tourner dangereusement le dos à ces opposants.  Comme on dit, la meilleure défense est parfois l'attaque. La cantatrice de l'Achéron s'assit sur le siège avant du traîneau et prit les rennes, se préparant à partir.

" Tourmaline, mia cara, il semblerait que nos amis n'aient pas eu leur compte de tours de magie et d'étincelles. Il est temps pour toi de conclure avec le clou du spectacle !  "

Le jewel blond se laissa glisser du traîneau, survolté à l'idée de pouvoir briller à peu de frais devant sa bienfaitrice. Ces ases n'avaient pas l'air très puissants, il suffisait de voir à quel point ils étaient désorientés et peu à l'aise dans une situation d'attaque. Un cosmos phosporescent enveloppa sa silhouette pendant qu'il choisissait qui de ces deux fous téméraires allaient payer leur affront. En tout cas, il n'aimait pas la façon de la fille de s'adresser à dame Garnet

" Héhé, cela va chatouiller un peu ! DAZZLING VOLTAGE ! "

Des éclairs d'électricité bondirent en arcs fulgurants qui cernèrent sa cible, et à chaque impact laissaient une trace de noir calcinée. La foule oublia un instant sa terreur et recula, frappée de stupeur. Certains qui étaient restés trop près tombèrent inanimés au sol ...
avatar
Clara

Date d'inscription : 24/05/2005
Nombre de messages : 3949
Age : 33

Revenir en haut Aller en bas
30.01.15 0:36
L'arrivée des gardes sembla contrarier quelque peu la sombre jeune femme qui s'apprêtait à fuir, ayant rassemblé une grande quantité d'enfants sur son traîneau. Des paroles de leur chef ainsi que de celles de Clara, la diabolique Mère Noël n'en avait cure. Reprenant les choses en main, elle demanda à son assistante, qui avait auparavant participé en grande partie aux différents tours de magie, de se charger des différents opposants.

* Si elle pense m'échapper comme ça... *

Alors, dans un défilé d'étincelles, la jeune fille laissa s'évader des multitudes d'éclairs qui s'abattirent sur la population. Avant que ce carnage ne se poursuive, Clara passa à l'action. Intensifiant son cosmos, elle retira son manteau, qui échoua à quelques mètres, pour laisser apparaître une armure d'un blanc éclatant. Levant les mains en direction des cieux, elle concentra son énergie au-dessus de ces mains et un bouclier doré se matérialisa, augmentant de volume jusqu'à recouvrir toute la place, protégeant ainsi la population des attaques électriques. Le souvenir de son entraînement lui vint alors à l'esprit. Elle se trouvait sur une vaste plaine verte, Olivia était là. C'était la première fois qu'elle utilisait cette technique, elle lui venait de son maître. Le but était de concentrer son cosmos en un point précis et de l'utiliser comme un bouclier pour qu'aucune attaque ne la touche. Il avait fallu des mois et des mois pour que Clara réussisse à se concentrer et à garder cette concentration pour augmenter son cosmos et en faire ce qu'elle désirait. C'était Clara qui avait demandé à Olivia de lui enseigner en priorité une technique de défense. Elle avait déjà échoué à protéger la personne qu'elle aimait, il ne fallait pas que cela se reproduise. Un chevalier devait être capable de protéger, c'était primordial pour elle.

Le bouclier s'était étendu jusqu'à Tourmaline, ce qui court-circuita son offensive. Une fois cela fait, Clara profita de ce répit pour s'occuper de la fuyante.


" Reste ici ! "

Concentrant son cosmos au bout de son index, elle émit un fin rayon éblouissant qui coupa net les rênes tenues par la conductrice du traîneau, stoppant son avancée.

La place était dans un état pitoyable : stands renversés, s'ils n'étaient pas détruits, sol lacéré des éclairs émis par Tourmaline, quelques personnes jonchant le sol, plus encore couvertes de sang. Les gardes, quant à eux, semblaient se porter plus ou moins bien.


" Occupez-vous de rapatrier les habitants ! " ordonna Clara aux militaires présents.

Leur chef les incita également à ne pas perdre de temps et Clara s'occupa à nouveau de la mystérieuse Garnet, puisque tel était son nom selon ses dires. Il devait d'agir sans aucun doute d'un chevalier, mais d'où venait-elle ? Son titre ne lui disait rien...


" Eh bien... tu pars comme une voleuse. Tu me déçois... "

Clara avait pris un air cynique, ce qui contrastait avec son attitude antérieure. Elle voulait jouer ? Très bien, mais elle allait lui montrer qu'elle n'était pas la petite souris que son adversaire imaginait.

Reprenant une once de sérieux, Clara poursuivit :

" D'où viens-tu ? Et pourquoi cherches-tu à emmener tous ces enfants avec toi ? "

Clara se tenait prête à entamer le combat, sans pour autant perdre de vue l'avancée des secours ainsi que les acolytes de Garnet. La place était à présent totalement baignée par les rayons argentés de la pleine lune, éclairant toutes les personnes présentes. Les choses intéressantes allaient pouvoir débuter...


Dernière édition par Clara le 20.03.15 1:15, édité 1 fois
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
11.02.15 22:44
A l'instant où il allait frapper aveuglément comme le Destin, l'orage cosmique de Tourmaline rencontra une résistance. C'était un éclat d'or pâle qui s'irisait sur toute une surface bombée, grandissante. Le bouclier étendit sa portée jusqu'à forcer la garde de la blondinette. Garnet vit sa protégée se raidir, impuissante devant cet impressionnante manifestation de cosmos. Puis la magicienne d'une soirée poussa un petit cri, sa technique retournée contre elle, et tressauta sous l'impact de la foudre, avant de tomber en arrière dans la neige, inanimée.

Quelques mètres en arrière, la cantatrice infernale réfléchissait à toute vitesse. Tourmaline était pour le moment hors combat, mais il était évident qu'elle n'aurait jamais pu faire le poids seule face à cette jeune femme. Et il en était de même avec Chalcedony, qui se tenait silencieusement en retrait sur le traîneau. Averti de son expérience millénaire, le Drak savait  qu'elle-même, avec l'aide de tous ses alliés, aurait beaucoup de difficultés à tenir tête à cette inconnue. L'armure immaculée de la guerrière était forgée pour être portée par une combattante d'élite, cela ne faisait aucun doute.

N'étant pas revenue de cette mauvaise surprise, Garnet n'eut pas la présence d'esprit de parer l'attaque fulgurante de la combattante en armure blanche et se retrouva avec les rênes sectionnés et désormais inutilisables dans les mains. La cantatrice infernale ouvrit la bouche de surprise avant de lancer un regard noir à celle qui lui lançait l'injonction de rester. On ne traitait pas impunément Garnet du Drak de manière aussi cavalière. La guerrière avait donné des ordres aux soldats ases et entendait désormais lui faire la morale. La réponse, doucereuse et venimeuse, ne tarda pas :

" Je suis ... mortifiée d'apprendre que je déroge aux règles de politesse de votre charmant petit pays, mais voyez-vous je suis une femme très occupée. Cependant si vous insistez, je resterai faire un brin de causette, rien que pour vous, mia bella. "

" Mais croyez-vous réellement que je révèle mes projets, mes rêves, mes aspirations aux personnes dont je ne connais pas même le nom ? Quelle délicieuse candeur. Et apparemment, vous vous faites aussi des illusions sur le contrôle que vous croyez avoir de la situation."

Rengorgée jusqu'au menton dans son manteau de foisonnante fourrure blanche, Garnet défiait désormais la jeune femme de toute son arrogance. Le rossignol des Enfers était persuadé qu'un peu de ténacité permettrait de se sortir de ce mauvais pas. En tout cas, il n'était pas question de renoncer aussi facilement à ses desseins, simple question de fierté.

D'un geste théâtral, Garnet claqua des doigts, signal pour Chalcedony qu'il était temps de ranimer la malédiction de l'énorme lanterne magique qui trônait toujours sur leur véhicule. Le jewel des illusions raviva la technique. Les habitants de Magnir se relevèrent malgré leurs blessures pour se quereller comme des forcenés. La soprane eut un sourire triomphant : tant que la machine à ombres chinoises fonctionnait, le peuple de Magnir était sous l'emprise des jewels et de leur sort de terreur. Il était peu probable que quelqu'un ose la détruire, les enfants se trouvaient à côté de la machine infernale, gardés par les mystérieux danseurs qui accompagnaient la soprane.

" Les choses auraient pû se passer si facilement si vous n'étiez pas intervenue. Je crains qu'à cause de votre entêtement vous n'ayiez bientôt à porter la responsabilité d'un carnage sanglant. A moins que dans un esprit de sacrifice vous laissiez ces gens se débarasser de la trouble-fête que vous êtes. Hahahaha ! "

Dans un éclat de rire sardonique, la sorcière de l'Achéron désigna du doigt la jeune femme qui s'opposait si héroïquement aux suppôts des Enfers, encourageant de ses chants démoniaques la foule à lyncher l'obstacle qui se dressait entre elle et son but. La folie redoubla tel un incendie alimenté par un vent vigoureux. On montra les dents pour mordre, les ongles pour griffer, on arracha des planches pour s'en servir comme gourdins, et des pavés pour lapider à tors et à travers dans la fureur la plus totale, au son de la voix de cantatrice infernale.

Odio, furor, dispetto
dolor, rimorso e sdegno
vengon nel punto estremo
tutti a squarciarmi il petto :
ardo, deliro, e fremo,
ho cento smanie al cor.


> Aria d'Armida : ''Odio, Furor, Dispetto'' <
avatar
Clara

Date d'inscription : 24/05/2005
Nombre de messages : 3949
Age : 33

Revenir en haut Aller en bas
20.03.15 1:13
La mystérieuse conductrice de traîneau était visiblement contrariée par l'action de Clara. Que croyait-elle ? Pouvoir s'échapper si facilement ? Elle ne savait pas à qui elle avait affaire apparemment. Cela dit, la walkyrie non plus ne savait à qui elle faisait face. En tout cas, quelque chose de très noir émanait d'elle. Cela ne découragea pas Clara, bien au contraire : il fallait qu'elle sauve les enfants que cette diabolique femme avait pris avec elle sur son traîneau. D'ailleurs, les enfants commençaient à s'inquiéter : l’enthousiasme avait fait place à l'inquiétude, voire à la peur chez certains d'entre eux.

Alors que la walkyrie était sur le point de les rassurer après les paroles de la sensuelle Mère Noël, la lanterne qui fonctionnait tout à l'heure avait été réactivée. Dès lors, la frénésie combative s'empara à nouveau de la foule. Il fallait détruire cette maudite lanterne ! Une fois que ce sera fait, la ravisseuse n'aurait plus le pouvoir de contrôler les villageois. Mais Clara ne pouvait détruire instantanément cet objet, car ce dernier se trouvait lui aussi sur le traîneau, à côté des enfants. Que faire ? La walkyrie fixa rageusement la diabolique cantatrice qui s'extasiait de la situation.


" Espèce de lâche ! Tu n'as pas le droit de jouer avec la vie des autres de cette façon ! "

La walkyrie évita du mieux qu'elle pouvait les attaques bestiales de la foule. Elle tenta également de chercher une solution à son problème : comment libérer les habitants de l'effet de la lampe ? Elle ne pouvait se permettre de mettre la vie de qui que ce soit en danger. Elle ne décolérait pas, il devait bien y avoir une solution ! Elle refusait d'abandonner, une nouvelle fois.

" Arrête ça tout de suite ! " hurla-t-elle.

Sa rage était telle que son cosmos doré s'intensifia jusqu'à envahir l'ensemble du village.


" Tu me le paieras ! "

Elle ne lui laissera pas faire ! Elle était allée trop loin !

Alors, sans s'en être rendu compte tout de suite, aveuglée qu'elle était par la colère, elle s'apercevait que tout l'espace était plongé dans la puissante lumière de son cosmos, ce qui avait bien entendu fait disparaître les silhouettes de la lanterne. Elle regarda autour d'elle : les habitants, les soldats... ils se couvraient les yeux, éblouis qu'ils étaient. Clara en profita !


" Les enfants, venez derrière moi ! La lumière vous protégera. Ne restez surtout pas sur le traîneau avec cette femme ! "

L'écouteront-ils ? Ça semblait être le cas, déjà des voix d'enfants semblaient s'approcher.

" On dirait que tu te surestimes aussi tes moyens, adressa Clara à son interlocutrice. Mettons fin à ce petit jeu : affrontons-nous, rien que nous deux. Ou bien, aurais-tu peur ? Je ne vois pas d'autre explication pour prendre des personnes en otage, en contrôler d'autres ou bien demander à tes esclaves de faire le boulot à ta place pendant que tu t'enfuies. "

Clara attendait que l'infernale dame blanche s'habitue à la lueur environnante, qui était encore très intense. Les habitants, quant à eux, avait repris connaissance apparemment. Les soldats aussi, pour leur part, et s'affairaient déjà à s'occuper des blessés ainsi qu'à se mettre de part et d'autre de la walkyrie, menaçant la fuyante.

" Affrontons-nous, comme dans ton conte ! Ça peut être un joli spectacle, qu'en dis-tu ? "

Clara était en position, prête à débuter le combat.

" Si tu veux savoir qui je suis, je m'appelle Clara, la Walkyrie de Reginleif. Et toi, qui es-tu ? "
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
24.03.15 18:38
Il semblait que l'étrangère se fâchait sérieusement, son aura en était décuplée. Garnet la considérait avec un sourire de royal mépris du haut de son traîneau. Les personnes en colère avaient souvent tendance à monter dans les aigüs. Cette jeune femme savait donner de la voix, elle devait le reconnaître. Mais pour impressionner la soprane de l'Achéron, il allait falloir monter de quelques gammes plus haut que ça. La cantatrice éxécuta une nouvelle vocalise. Dans la cohue, les villageois et les soldats se blessaient sans s'en rendre compte, comme anesthésiés par la voix infernale du spectre du Drak.

" Que ... ? "

Garnet avait cessé de chanter. La lumière qui émanait de son adversaire était de plus en plus intense, à la limite du supportable. La cantatrice laissa échapper une plainte et tenta de se cacher les yeux, car le cosmos de la Valkyrie leur causait une vive douleur. Instinctivement le spectre du Drak déploya les ailes de dragon de son surplis, car même ses mains et ses bras échouaient à bloquer les rayons dorés surnaturels.

Lorsque l'onde lumineuse perdit de sa force, Garnet réapparut. Son visage exprimait la fureur. Nul besoin pour elle de demander à Chalcedony s'il avait toujours le contrôle sur la foule. Le maître des illusions était particulièrement sensible à la lumière, et ce n'était pas le mince bandeau qu'il portait sur les yeux qui l'aurait préservé. Un bruit de chute non loin d'elle confirma ses prévisions. Ainsi donc, elle était la seule encore debout. Que cette Clara lui dise ce qu'elle devait faire l'agaçait profondément, mais il n'y avait pas d'autre alternative possible que le combat, il fallait en convenir.

Avec une violence que l'on n'aurait jamais soupçonnée chez une femme comme Garnet, l'étoile céleste des larmes donna un coup de pied en arrière et fit basculer la lanterne sur les trois enfants qui avaient tardé à s'échapper du traîneau. Le poids de l'artéfact infernal piéga les pauvres jeunes victimes qui se mirent à crier et à pleurer de douleur. Sans donner l'impression de s'émouveoir, Garnet sauta dans la neige, et s'avança derrière les derniers fuyards comme à l'abrit d'un rempart vivant. Un méchant rire l'accompagnait, qui n'augurait rien de bon. Dénuée de son manteau et de sa robe, simplement vêtue de son justaucorps et de son surplis, Garnet avait l'air tout sauf aimable.

" Alors comme ça, tu as un nom ? Je commençais à croire que tu n'étais qu'un figurant destiné à retourner dans l'anonymat aussi vite qu'il avait été propulsé sur le devant de la scène. Clara, c'est un nom tellement charmant. Il me fait penser à l'héroïne de ce chef-d'oeuvre immortel du divin Tchaïkovsky, le ballet du Casse-Noisette. Je devine que tu dois adorer danser ... "

La sorcière se campa devant Clara et rassembla ses mains devant son coeur en un mouvement plein d'élégance avant de lancer un chant qui se répercuta en échos singulièrement mélodieux, les bras écartés comme pour une offrande. Aussitôt, les mystérieux danseurs qui étaient restés passifs jusque-là, dévoilèrent leur véritable nature.

Les willis étaient là, fantômes des jeunes filles vierges condamnées pour avoir trop aimé danser à s'adonner à ce qui était pour elles autrefois un plaisir, dans la souffrance et le ressentiment, jusqu'à la fin des temps. Leurs serres cadavériques happèrent les bras de Clara pour l'entraîner dans leur ronde de supplices, s'entredéchirant son corps, la malmenant de gauche et de droite sans repos, la crucifiant dans leur ballet de douleur. Les connaissant, Garnet savait qu'elles ne relâcheraient leur victime que sous la forme d'un macchabée. Voyant la Valkyrie à sa mercie, Garnet se permit quelques fourbes commentaires.

" Tu ne peux échapper aux Willis une fois qu'elles t'ont en leur pouvoir. Le Menuet des Enfers t'enverra sur les rives de l'autre monde. C'est une manière très esthétique de rendre l'âme, qu'en dis-tu dolcezza ? Mais laisse-moi au moins te dévoiler l'identité de celle qui te fait mourir, en guise de cachet pour le beau spectacle que tu nous offres. Je suis Garnet du Drak, étoile céleste des larmes et spectre au service des divinités de l'Achéron. Pour t'être opposée à mes initiatives et par là même au bien de leurs altesses, je ferais moisson de sang dans ce village et étancherai leur courroux ! "

Exaltée par sa position de force, la Vouivre éclata d'un rire démoniaque. La Valkyrie allait payer. Elle devait être à bout de force désormais, une cible facile même pour une femme comme Garnet. La cantatrice avait envie de se faire la main sur cette fille, et laissa son chant s'éteindre de lui-même. Les Willis relâchèrent leur emprise et laissèrent place à la cantatrice infernale. Le premier coup de griffes visa le lumineux et aimable visage de la jeune femme, les suivants les épaules, le ventre, rapidement suivi d'un coup de poing sec destiné à arrêter le coeur. Les yeux rouges d'une cruelle méchanceté, Garnet semblait avoir perdu le contact avec la réalité.
avatar
Clara

Date d'inscription : 24/05/2005
Nombre de messages : 3949
Age : 33

Revenir en haut Aller en bas
27.03.15 1:48
La frénésie agressive avait pris fin. Lorsque Clara aperçut à nouveau les alentours, elle porta son regard sur la cantatrice. Celle-ci semblait contrariée, c'était le moins qu'on pouvait dire. Avant de descendre du traîneau, elle fit tomber la lanterne inutilisable se trouvant derrière elle sur des enfants qui crièrent de douleur, coincés sous ce lourd objet. Cette femme semblait d'une grande cruauté, malgré son air chaleureux lors du spectacle. D'ailleurs, ce n'était plus la même femme. Retirant son manteau blanc immaculé, elle dévoila ses formes recouvertes tout de même d'une armure aux teintes très sombres, ténébreuses. Avant que Clara ne puisse réagir, la plantureuse jeune femme entreprit des gestes bien précis avec ses mains et ses bras, toujours avec une extrême élégance. Un son fut émis, comme un coup de tonnerre. Sur la défensive, Clara se rendit compte que ce n'était pas une attaque, mais une sorte de réveil qui anima des pantins qui commencèrent à s'approcher d'elle tout en entreprenant une danse morbide, une danse macabre... Avant qu'elle ne comprenne ce qui se passait, voilà que la walkyrie était emportée dans ce rituel, mortifiée par ces espèces de cadavres. Les gestes disloqués avaient quelque chose de terrifiant, mais aussi d'envoûtant curieusement. Comment s'en défaire ? Plus elle tentait de résister, plus ses douleurs s'intensifiaient. Pendant ce temps, la cantatrice exultait et avait enfin révélé son identité, un spectre.

Au bout d'un moment, la danse s'arrêta et c'est alors que Clara sentit plus vivement la douleur. Du sang coulait de ses bras, ses membres la faisait atrocement souffrir et inutile de dire qu'elle avait le visage en sueur, peinant à reprendre son souffle. Sur le point de s'effondrer, elle sentit plusieurs coups de griffes lui lacérer la chair et un coup porté près de son cœur qui lui coupa la respiration l'espace d'une seconde. Dans un geste presque instinctif pourrait-on dire, Clara s'agrippa au poing de Garnet, ce qui lui permit de ne pas tomber en arrière. Cette douleur dans le cœur... Elle l'avait déjà senti, il y a si longtemps...


Souvenir...:
 

Son cosmos s'était intensifié, baignant la walkyrie et le spectre dans une aveuglante lumière dorée. Clara faisait toujours face à son infernale adversaire. Elle plongea son regard dans ses yeux vert, aussi déterminée que face au dragon.

" Disparais Spectre ! "

Sans crier gare, un jet de lumière arriva depuis le ciel en direction de Clara, transperçant au passage la Drak, et se fichant au creux de la main gauche de la walkyrie. Un jet de sang éclaboussa alors les deux guerrières, mais ce sang n'était pas celui de Clara. En effet, après quelques secondes, on pouvait voir dans la main de la jeune guerrière d'Odin une lance dorée, assortie à son armure blanche et d'or. Garnet, la moitié de visage en sang après le passage de l'objet sacré, comprenait-elle ce qui venait de se passer ?

Clara recula alors d'un bond, prenant ainsi une distance de sécurité par rapport à son adversaire. Elle retourna ensuite son arme, pointant de son tranchant le Spectre.


" J'avoue avoir été surprise, mais ne me sous-estime plus ! J'ai déjà combattu des créatures plus redoutables que toi. "

Ne lui laissant pas le temps de reprendre ses esprits, elle manipula avec habileté, rapidité et une grande précision sa lance, visant à chaque offensive une partie du corps de Garnet, en commençant par une jambe, puis le bras opposé, ainsi que le ventre jusqu'à recouvrir son corps de sang.
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
30.03.15 18:32
Prise dans son élan d'inspiration meurtrier, Garnet s'acharnait sans pitié sur son adversaire qu'elle déchirait de ses impitoyables griffes, sans se soucier des réactions de Clara. Tout ce qu'elle désirait était de mettre en charpie celle qui avait osé s'opposer à elle et ses fidèles jewels. Appliquée à sa funeste tâche, elle ne remarqua pas le sursaut de la Valkyrie, la flamme cosmique dorée qui se rallumait. Sa négligence devait lui coûter cher.

Le rayon lumineux traversa de part en part la mâchoire de Garnet. La moitié du visage délicat de la cantatrice fut emporté dans un flot de sang noir. Un ignoble gargouillis jaillit de sa gorge en lieu et place de sa voix suave et elle porta ses griffes vers l'origine cuisante de sa douleur, tressaillante de peur et de colère. Pas un seul coup de lance qui lui était porté ne put être arrêté ou évité par l'étoile céleste. C'était à son tour d'être à la mercie de son adversaire.

La tête rentrée dans les épaules et les bras cachant son visage noyé dans sa chevelure ensanglantée, la sorcière titubait en arrière, visiblement appeurée par la lance de lumière. Les rares témoins du spectacles regardaient le terrifiant Drak périr sous les coups de cette archange envoyée par les dieux pour repousser le mal. Le cauchemar serait bientôt fini.

Non.

Le glacement d'effroi fut général lorsque d'une poigne de fer, la monstrueuse femme s'arc-bouta en opposition à la Valkyrie tirant la hampe de la lance au-dessus de leurs têtes. Il y eut une odeur de clair brûlée.

Le visage de la diva infernale se planta à quelques centimètres de celui de l'élue de Reginleif et elle fit remonter de sa gorge un rugissement inhumain. Le spectacle était horrible à voir. Une partie de son visage avait vieilli d'une vingtaine d'années tandis que la partie qui avait été touchée par la lance était formée de lambeaux de chairs qui se ressoudaient laidement sur le squelette de sa mâchoire. Les pauvres villageois croyaient voir une apparition de Hel en personne, la déesse mi-succube, mi-cadavre.

"Hinhinhin .... HYAAAAAAAA !"

Profitant de l'effet de surprise, Garnet porta un violent coup de genoux dans l'abdomen de la Valkyrie et la projeta en arrière. Garnet avait lâché la lance. Même si elle n'en avait rien laissé paraître, elle avait souffert le martyr en la touchant. Même protégée de son surplis elle supportait mal l'influence de l'artefact divin. Seule la volonté de faire du mal à sa persécutrice lui avait donné la force de s'en emparer l'espace d'une seconde. Narquoise, elle se remit à lui parler d'une voix rauque sortant d'un visage à moitié régénéré.

" Je me demande quel genre de voyou local tu as bien pû affronter pour te sentir si sûre de toi, mais tu fais une sotte erreur en me confondant avec ceux-là. Crois-tu réellement que je suis de la piétaille de l'armée d'Hadès ? De la simple chair à canon ? Si tu savais de quel divinité je suis le bras droit, tu tremblerais de seulement oser porter la main sur moi."

L'hideux sourire de la cantatrice présageait le pire. Son regard était à cet instant rouge comme les baises du fourneau le plus noir des enfers.

" Il sera bientôt parmis nous. Ce temps de troubles est propice pour son retour, il n'a plus besoin que d'un hôte. Seul un enfant pieux et obéissant pourra l'accueillir, un enfant comme ces cherubini adorabili que tu tentes de soustraire à son choix divin. Cela ne va pas lui plaire. "

Malignement, elle laissait planer le doute. Etait-il réellement parmi eux, comme elle le laissait à penser ? Il pouvait alors frapper quand bon lui semblerait et se débarrasserait facilement d'une Valkyrie même aussi zèlée et talentueuse que Clara. Garnet passa un doigt sur sa joue défigurée et la chair sembla renaître. Elle ne mentait pas quand elle disait qu'elle était protégée par un dieu : en temps normal jamais elle n'aurait pû résister face à la Valkyrie dont la puissance devait égaler celle des chevaliers d'or.

"Tu veux savoir comment je fais ça ?"

La cantatrice étendit les bras et son cosmos s'éleva à nouveau, luisant comme un incendie toxique.

" Comme il faudrait toujours l'apprendre aux enfants, ce que l'on casse, on le répare ... "


AMBER SHIELD !




Des myriades de gouttelettes poisseuses s'amoncelèrent sur l'armure de Clara pour s'agglomérer et nourrir la croissance de cristaux d'un jaune fauve. Lorsque Garnet se redressa, elle ouvrit la main d'un geste théâtral en direction de son adversaire. Brusquement, les forces de Clara semblèrent lui manquer. Le spectre des limbes ricana de la déconvenue de la belle Valkyrie.

" Tu vas me rendre la beauté que tu m'as enlevée. L'ambre qui se trouve sur ton corps va lentement absorber ton cosmos pour réparer les dommages que tu m'as causés. Je te ferais plier les genoux devant moi, Valkyrie ! "

Et Garnet serra le poing et enflamma son cosmos pour accélérer le processus de vampirisation, attendant que son ennemie sombre dans les ténèbres de l'inconscience.
avatar
Clara

Date d'inscription : 24/05/2005
Nombre de messages : 3949
Age : 33

Revenir en haut Aller en bas
09.04.15 0:29
Clara avait pris l'avantage... durant quelques secondes. L'effet de surprise passé, la cantatrice des enfers avait désarmé la walkyrie et semblait comme prise de folie. Il faut dire que son visage à moitié arraché contribuait à lui donner un aspect très effrayant. Envoyé violemment à plusieurs mètres par la diabolique guerrière, Clara put tout de même remarquer que la chair se reconstituait sur la mâchoire de son adversaire. Il n'y avait plus de doute possible : cette femme était bien une protégée du Dieu des Enfers. D'ailleurs, c'était pour son dieu que le Spectre avait tenté d'enlever des enfants : l'un d'eux devait être choisi comme réceptacle à l'âme de la funèbre divinité. Clara sentit venir l'attaque, ce qui la sauva peut-être : le cosmos ténébreux de Garnet s'intensifia et l'attaque toucha la walkyrie avant que celle-ci ne puisse se mouvoir. Des cristaux d'ambre se formaient alors rapidement sur l'armure de l'Asgardienne qui ne put faire un pas, l'ambre recouvrant déjà tout son corps.

Le son du rire diabolique de Grenat et les cris d'effrois des spectateurs qui assistaient impuissants à cette horrible scène... ce fut tout ce qu'entendit Clara avant d'être entièrement recouverte par le cristal doré. Elle sentit alors rapidement ses forces la quitter. Cette position immobile l'angoissa un instant, elle avait l'impression d'étouffer et, bientôt, n'avait même plus la force de respirer. Elle se reprit : si elle continuait comme ça, dans quelques secondes, elle serait morte et elle laisserait libre-court à son adversaire pour faire ce qui lui chantait avec les villageois, les massacrer, anéantir le village, s'emparer de ce qu'elle voulait, choisir un réceptacle pour Hadès... Non, elle ne pouvait laisser cela arriver ! En tant que walkyrie, elle devait les protéger.

Le rythme de sa respiration avait baissé, les pulsations de son cœur devenaient moins fréquente. Elle se sentait calme, si calme. Rien n'importait plus : passé, futur... son esprit était focalisé sur le présent, sur elle. Elle sentait son énergie se répandre doucement dans chaque partie de son corps endolori par l'attaque qu'elle avait subi. Elle ressentait bientôt chaque parcelle de son corps qui laissa échapper son cosmos doré. C'était comme si son cosmos la recouvrait à présent, comme si son corps s'était désolidarisé de cet espèce de cercueil de cristal créé par Garnet.

C'est à cet instant que la lance de Clara transperça la prison de la walkyrie, lacérant de toutes part le cristal doré, provoquant une explosion d'infimes particules d'ambre dans l'air, comme un nuage doré devant la guerrière des glaces. Cela ne dura que quelques secondes jusqu'à ce que la walkyrie se libéra de l'emprise du cristal. La poussière dorée était encore fortement présente dans l'air, la walkyrie en profita pour s'emparer à nouveau de son arme et porter une nouvelle attaque cosmique à Grenat, lui lacérant fortement le bras droit cette fois. Profitant de l'effet de surprise et de la douleur fulgurante qu'éprouvait la guerrière des enfers, Clara effectua une rotation avec sa lance, découpant au passage l'autre partie du visage du Spectre. La rotation terminée, elle pivota encore de 180 degrés son arme, portant un violent coup au ventre de son adversaire avec le pommeau de l'arme sacrée, la faisant s'effondrer sur le dos.

Clara se remit en position défensive.


" Pauvre folle ! C'est toi qui vas payer pour ce que tu as fait à ce village ! Regarde dans quel état tu l'as mis ! Pour qui te prends-tu ? "

La colère de la walkyrie était palpable. Son cosmos était presque aveuglant à nouveau, intensifié par sa colère. Des sortes de flammes semblaient alors émaner de la guerrière. Les Ases devenait redoutable si on provoquait leur colère. Peut-être était-ce déjà là un aspect que Clara avait très tôt partagé avec les Asgardiens.

" Tu ne peux rien contre moi... Regarde-toi : tu es dans un sale état. Tu n'as même pas pu t'emparer de mon arme plus de quelques secondes. Tes pouvoirs ténébreux sont inefficaces face aux miens. Ma lance... elle est comme une prolongation de mon être. Elle fait partie de moi à présent... "

Elle éleva alors la lance au-dessus d'elle, concentrant son cosmos enflammé sur l'arme sacrée.

" Je vais faire disparaître ces ténèbres qui sont en toi... "

La lance s'illumina soudain et, d'un geste vif, Clara tendit ses bras devant elle, projetant un faisceau de lumière éclatant de son arme qui s'abattit sur le Spectre, toujours au sol.
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
13.04.15 14:52
Une grande nuit gagnait petit à petit le cosmos perceptible de Clara de Reginleif, prisonnière à présent d'un immense cristal d'ambre. Une lueur de délectation traversa le regard de Garnet. Grâce à la protection de son sombre maître elle était parvenue à avoir le dessus. Certains guerriers en auraient rougi et leur fierté en aurait pris un coup. Mais pour la cantatrice de l'Achéron l'éthique guerrière n'était qu'un pitoyable moyen de tranquilliser sa conscience à l'heure du déchaînement de la violence du combat. Seule comptait la victoire.

La diva se redressa avec morgue, le teint ravivé par l'immense quantité de cosmos qu'elle était parvenue à dérober à la Valkyrie. Pendant que Clara se dépérissait dans son cercueil, le spectre des larmes revivait. L'énergie vampirisée fut rapidement plus que suffisante et Garnet cessa la saignée. D'un air mesquin elle considéra les rares villageois qui restaient dans les décombres de la grande place. Ceux qui ne s'étaient pas enfuis n'en avaient tout simplement pas eu la capacité, blessés ou assommés par toutes ces visions d'horreur.

Reginleif était décidément trop bien protégée par son armure pour pouvoir mourir d'une technique cosmique de Garnet. La cantatrice était assez honnête pour se le reconnaître. Alors mûe par la contrariété, la sombre soprane prit la décision de réduire à néant ce qui faisait la force de Clara, à savoir les habitants de ce village pour lesquels elle montrait tant d'attachement et d'empathie. Elle lui ferait goûter à la sombre amertume des remords et du désespoir. Mais d'abord elle devait remplir son devoir envers son maître. Il était là à l'observer, sa présence froide planait comme un vol de corbeaux sur un charnier. Autant ne pas le décevoir.

Le Drak réveilla ses fidèles serviteurs, les jewels. Chalcedony se releva en titubant, son sens de l'espace était mis à mal. Tourmaline quant à elle mit moins de temps à se remettre. La violence de l'attaque du bouclier de lumière l'avait assommée mais ses blessures étaient beaucoup plus superficielles. Garnet leur ordonna de rassembler les quelques enfants qui restaient dans les parages. Pendant ce temps, la cantatrice entonna un autre chant qui s'éleva comme une plainte lugubre, un appel au ténébreux au-delà.

" Nos plans sont changés. Flint va venir nous retrouver ici même. Rassemblez rapidement les enfants. Hâtez-vous ! J'ai l'intention de rayer ce grazioso villagioletto de la carte juste avant notre départ. "


Tourmaline s'arc-bouta sous la lanterne qui tenait prisonnier trois enfants. L'un était évanoui, les deux autres trop terrifiés pour oser bouger ou s'enfuir. Chalcedony attrapa les conscients par la mains tandis que sa compagne d'armes chargea le troisième enfant dans ses bras. Garnet fixait elle l'horizon dans l'attente de quelque chose qui devrait arriver du ciel. Un sursaut d'effroi la prit lorsqu'elle entendit le bris du cercueil d'ambre. Elle eut à peine le temps de se retourner que son ennemie surgissait du nuage de cristal et l'attaquait par surprise. Comment Clara avait-elle réussi à s'en sortir malgré la proximité de son ennemie ? Le cercueil n'était fragilisé que par éloignement de son artisan.

Le spectre du Drak essaya de se protéger en contrant les coups de lance de revers du bras et du poings mais ne parvenait pas à les arrêter. La puissance et la vitesse de Clara étaient décuplées par la colère. Très rapidement Garnet tomba en arrière, les membres lacérés par l'arme divine. Son souffle était court. Elle regarda la pointe de la lance dirigée vers elle, accusatrice. Ainsi donc c'était la fin de ses tribulations en ces temps de guerre sainte. Elle allait rejoindre le néant et n'en ressortir que lorsque les étoiles maléfiques seraient à nouveau libérées.

" Dame Garnet ! "

Les jewels y passeraient sans doute eux aussi. La diva savait qu'ils n'auraient rien pû faire. La vitesse d'attaque de Clara dépassait sans doute la vitesse de la lumière estimait l'étoile céleste. Elle-même, Garnet du Drak, n'avait sû qu'approcher le Graal de la rapidité sans pouvoir l'atteindre il y avait plusieurs réincarnations de cela. On ne pouvait plus désormais arrêter la Valkyrie de Reginleif et la lumière qui émanait de son armure maintenant insoutenable pour les yeux de la soprane infernale. Mais sa langue de vipère elle n'était pas paralysée.

" Pour qui je me prends ? Haha ... Ah. Certainement pas pour une héroïne qui changera le cours de la Fatalité. Ce village aura le destin de tous les villages, de tout ce qui existe sur cette Terre. Il finira un jour par mourir et tu ne pourras rien y faire. Tu crois que ce monde est fait de lumière, mais en réalité la lumière ne fait que caresser la surface des choses. Elle n'y est que tolérée ! Tout finit par se putréfier et ce qui survit ne le fait qu'en se nourrissant du massacre débauché et perpétuel de la vie. "

Excédée par la cantatrice infernale, la Valkyrie éleva sa lance au-dessus d'elle. Elle prétendait détruire les ténèbres qui habitaient le spectre. Un rictus épuisé se dessina sur les lèvres ensanglantées de Garnet.

" Je voudrais bien voir ça ... "

Maintenant que l'arme incandescente brillait de mille feux au-dessus d'elle, Garnet avait comme un doute. Elle se sentait littéralement écrasée au sol par cette aura. Peut-être disparaîtrait-elle définitivement cette fois-ci, s'effraya t-elle subitement. C'est alors qu'un long sifflement résonna dans la vallée. Un souffle monstrueux passa au-dessus de Garnet, comme l'haleine de souffre du Béhémoth. Clara fut violement projetée sur le côté tandis que se faisait entendre le grincement atrocement discordant des freins d'une locomotive.

Spoiler:
 

Le coup de lance fut dévié et n'entama qu'une partie de l'avant-bras de Garnet. Malgré tout la brûlure faillit lui faire perdre connaissance de douleur. Les voix des jewels la retinrent dans la réalité et elle se releva, l'esprit encore embrumé par le choc. Flint avait ralenti au pas le train du royaume des morts dans l'allée principale du village. A grand peine Garnet se dirigea avec ses jewels vers le wagon principal tandis qu'aux commandes, Flint leur faisait de grands signes pour leur faire comprendre qu'ils ne devaient pas attendre de peur que la machine ne refroidisse et ne puisse plus repartir.

La diva avait besoin de deux soutiens pour être rapatriée dans le train. Aussi les jewels abandonnèrent-ils leurs jeunes victimes pour sauver leur bienfaitrice. L'atmosphère était lourde d'une colère divine devant l'échec de la cantatrice des Enfers. Elle allait certainement payer cher sa défaillance. C'est ainsi que Clara put être témoin de la débâcle de l'ennemi qu'elle avait sû repousser, première victoire pour une valkyrie destinée à protéger un peuple des ténébreuses menaces grâce à son cosmos de lumière.
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

[FB] L'Etrange Veillée des Enfants d'Asgard