avatar
ReaganChevalier Noir de l'Oiseau de Paradis
Chevalier Noir de l'Oiseau de Paradis

Date d'inscription : 06/07/2014
Nombre de messages : 394
Age : 23
Autres comptes : Wolgorn

Revenir en haut Aller en bas
28.01.15 23:30
Officier au Purgatoire était moins harassant que de bosser dans les autres secteurs des Enfers, mais y répéter inlassablement les tâches quotidiennes restait exténuant. Comme le service était long et les pauses rares, il fallait profiter au maximum des quelques congés pour se reposer ou se défouler comme on l'entendait. A travailler plus dur que des ouvriers d'une usine tayloriste, les Spectres avaient besoin de se dérouiller les muscles, surtout Custodio, le plus énervé de tous. Cet individu assoiffé de grandeur piaffait à force de végéter dans un endroit aussi ennuyeux et expulsait sa frustration par l'entraînement. Ce qu'il souhaitait était de devenir un flamboyant guerrier, pas un fonctionnaire, fut-il infernal !

Le Peryton avait rassemblé de lourds blocs générés par la malfaisance des suppliciés qui furent purgés de leurs péchés. Le poids des fautes était tel qu'il s'en servait pour ses exercices physiques, leur valeur spirituelle s'étant convertie sur le plan matériel. Il s'était installé dans un coin tranquille, à proximité du mur de flamme afin de ne pas être dérangé par un importun ou un supérieur. La température y était suffocante pour quiconque n'avait pas reçu la grâce d'Hadès et à peine moins pour qui la possédait. Custodio, bien que torse poil, ruisselait de sueur et se sentait cuire, mais hors de question qu'on le surprenne à se plaindre.

Cela faisait depuis une heure qu'il avait entamé son entraînement dans la fournaise, à soulever les blocs noirs à la force de ses bras. Ceux-ci étaient gros comme des frigidaires mais autrement plus pesants. Sous l'effort que le Colombien s'imposait, ses muscles devinrent aussi tirés que les rides précoces de son visage. Vraisemblablement, ce genre de flexions ne lui réussissaient pas, du moins pour le moment : ce serait se comporter en fillette que d'abandonner si tôt ! Le compteur à testostérone ne devait pas descendre sous le seuil qu'il s'était fixé dans cette atmosphère torride.

Craignant sur la durée de se déchirer les biceps ou autre chose, il décida de passer à un autre exercice. Cette fois, il allait s'attaquer aux pompes avec deux de ces blocs placés sur le dos, le problème étant que ceux-ci devenaient brûlants sous la chaleur. Qu'importe, le Peryton devait supporter au minimum pendant trois heures la difficulté que lui posait son matériel de culture physique. Il s'était relâché une fois à cause de la douleur, il devait s'améliorer pour faire honneur à son titre de Spectre et surtout à son incommensurable virilité. L’Étoile du Châtiment tenait absolument à démontrer que les Terrestres n'étaient pas quantité négligeable et que du bas de l'échelle pouvaient apparaître les meilleurs soldats. De plus, savoir qu'une femme donnait des ordres en second pour Hadès lui restait en travers de la gorge : Custodio pensait à remédier à cela.
avatar
ReaganChevalier Noir de l'Oiseau de Paradis
Chevalier Noir de l'Oiseau de Paradis

Date d'inscription : 06/07/2014
Nombre de messages : 394
Age : 23
Autres comptes : Wolgorn

Revenir en haut Aller en bas
03.02.15 23:04
Au bout d'un certain temps et après avoir dépassé les mille pompes, Custodio avait complètement perdu le compte. Ce fut au moment où il sentit que ses vertèbres commençaient à demander grâce qu'il arrêta les frais pour cette phase. Son dos était endolori et il ne pouvait enchaîner sur l'exercice suivant, il devait donc se reposer, sans pour autant se la couler douce. Le mieux était par conséquent de s'atteler à maîtriser sa respiration et le flux de son cosmos. Le Peryton avait beau en vouloir pour son argent, il n'arriverait à rien s'il investissait son énergie n'importe comment. Pour détruire son adversaire, il devait se montrer aussi vif que brutal et méthodique.

Le Colombien effectua toute une série d'étirements et de flexions pour se remettre des poids puis entama les exercices respiratoires. Il s'assit en position du lotus et inspira profondément, canalisant son cosmos dans sa poitrine pour ensuite le faire descendre et le concentrer dans son estomac. L'application qu'il mettait à faire circuler son énergie dans la moindre de ses fibres régénérait ses muscles meurtris. Les Éveilles étaient connus pour avoir développé une capacité de récupération hors-norme, mais Custodio considérait que les Spectres allaient plus loin, car eux avaient vaincus la mort. Néanmoins, ils restaient des fantômes et il leur fallait cultiver leur immortalité pour parvenir à leur ascension au statut divin auprès d'Hadès.

L’Étoile du Châtiment s'étant quelque peu ressourcé, il se releva en s'interrogeant sur quoi il allait bien pouvoir travailler. Un contingent de Squelettes passa alors dans son champ de vision, apportant avec eux un groupe de suppliciés. Les troufions étaient plutôt fièrement bâtis pour des laquais et leur caporal était une vraie bête. Un animal de foire, certes, mais toujours un soldat de troisième zone qui savait maladroitement user de son cosmos. Le Peryton jugea ainsi bon de se mesurer à eux pour tester ses capacités martiales et faire autre chose que des haltères et de la musculation. Son programme défini, il héla le détachement spectral avec hargne :

"Hé ! Vous là-bas ! Ramenez vos miches ici !"

Tétanisés par l'appel de leur supérieur, les Squelettes mirent quelques secondes avant de se décoller de leur position mais s'empressèrent de courir vers Custodio. Arrivés auprès de lui, ils pantelèrent puis se corrigèrent en se mettant au garde-à-vous, ce qui satisfaisait son ego. Le Colombien, pour le plaisir de voir les subalternes stresser, fit une tournée d'inspection, relevant avec acidité le moindre signe d'imperfection sur leur uniforme. Quand il eut achevé de les cuisiner, il entra dans le vif du sujet :

"Muy bien, bande de mollassons ! Vous vous empâtez à répéter machinalement les mêmes tortures, alors vous allez faire un peu de sport !"

Ceci dit, le Peryton pointa son index droit vers le sol, signifiant qu'il voulait fissa quelqu'un à cet endroit, pour gueuler :

"Je veux qu'un volontaire s'avance, tout de suite !"

L'un des laquais infernaux, peu soucieux d'irriter l'irascible Étoile Terrestre, prit l'initiative d'obéir instamment, ce qu'il regretta aussitôt. Effectivement, le pauvre hère fut récompensé par un direct brutal dans le nez qui le projeta à une centaine de mètres. Hébétés face à cette scène effroyable, les Squelettes alternèrent leurs regards entre leur collègue fracassé et leur supérieur qui arborait un visage contrarié.

"Non, non, non et non ! Je veux des adversaires pour un sparring, pas des punching-balls ! Montrez un peu vos cojones et ne discutez pas !"
vociféra-t-il.

"Un sparring ? Mais..." tenta de protester l'un des troufions.

"Aucune contestation n'est tolérée ! En position !"
répondit Custodio tout aussi sec pour couper court à d'éventuelles revendications.

Joignant le geste à la parole, il se mit en garde et banda ses muscles en embrasant son cosmos, prêt à se ruer sur ses subordonnés. Bien que ces derniers sentaient la rouste qu'il allait assurément leur flanquer, un ordre aussi culotté qu'il soit était un ordre. Le caporal des larbins pensait toutefois que s'ils y mettaient du cœur, ils parviendraient à rétamer ce sous-officier arrogant. S'encourageant mutuellement à franchir cette terrible épreuve ensemble, ils se mirent à leur tour en position. Le combat d'entraînement allait pouvoir débuter.
avatar
ReaganChevalier Noir de l'Oiseau de Paradis
Chevalier Noir de l'Oiseau de Paradis

Date d'inscription : 06/07/2014
Nombre de messages : 394
Age : 23
Autres comptes : Wolgorn

Revenir en haut Aller en bas
23.02.15 23:32
Des effusions de flammes jaillissaient autour de Custodio et des Squelettes qu'il avait réquisitionné pour son entraînement. Les laquais infernaux étaient au nombre de sept et encerclaient le Peryton, prêts à l'assaillir d'une seconde à l'autre. Cependant, à leur niveau, ils ne distinguaient aucune faille dans la garde de leur supérieur et hésitaient. Le plus costaud du groupe fondit sur lui, tentant de créer une ouverture par laquelle ses camarades pourraient s'engouffrer. Le Colombien hélas fut plus véloce et cala son coude d'une charge aérodynamique dans l'estomac du malabar. Il enchaîna en agrippant sa jambe et en faisant tournoyer la carcasse massive du Squelette afin de balayer ses comparses.

Après avoir démonté trois troufions avec cette tactique, Custodio largua le colosse sur un quatrième. Désormais, il ne restait plus que deux participants à l'entraînement, en espérant qu'ils se montreraient digne d'un combat malgré leurs piètres moyens. Ce n'était pas pour dire, mais les six autres étaient franchement décevants et ils avaient intérêt à se remuer la rondelle.

"Allez vous deux, montrez ce que vous avez dans le ventre ! Du nerf !" les invectiva-t-il.

Craignant un châtiment pire que le tabassage en règle qu'ils allaient subir en affrontant le Peryton, les sbires infernaux n'eurent d'autre choix que d'obéir. Ils enflammèrent le peu de cosmos qu'ils possédaient et foncèrent sur l’Étoile Terrestre, l'un portant un crochet du droit et l'autre faisant tournoyer sa faux. Le Colombien évita la première attaque et bloqua du bras l'arme du second opposant pour lui coller une baffe. Il arracha ensuite la faux de la main du Squelette et s'en servit pour parer un direct de son compère. Ainsi, il décocha un uppercut à son subalterne qui s'envola en l'air pour s'écraser contre le sol volcanique. Le laquais privé de sa faux, ayant résisté à la gifle, essaya tant bien que mal de se défendre face au sous-officier.

C'est alors qu'un des sbires précédemment rétamé se releva derrière Custodio et l'enserra grâce à ses bras musculeux. Profitant de l'occasion, l'autre Squelette lança un coup de pied qui fut malheureusement contré par son supérieur. Il écopa donc pour son insolence d'une latte à l'entrejambe qui l'étala aussi sec. Le Peryton s'occupa du troufion dans son dos en lui chopant la tête avec ses mains et en le larguant par dessus son épaule. Alors qu'il tombait, il le cueillit avec un coup de genou au crâne pour lui remettre les idées en place. Maintenant il n'y avait plus personne en lice et c'était bien dommage : dire qu'il commençait tout juste à s'amuser.

Déçu de la faiblesse manifeste des Squelettes, l’Étoile Terrestre cracha par terre mais relativisa en se disant qu'il était de toute évidence bien trop fort. Au moins, il s'était bien échauffé et vu le temps qu'il y avait passé il devait s'être suffisamment entraîné pour la journée. Demain, il demanderait sûrement à un confrère de son niveau de partager une session avec lui, histoire d'avoir un vrai partenaire. Custodio s'épongea donc le front avec une serviette contenue dans le plastron de son Surplis déposé au sol et enfila sa protection. Le travail sérieux mais ô combien ennuyeux l'attendait.
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

[FB Entraînement] Músculos y machismo