avatar
ReaganChevalier Noir de l'Oiseau de Paradis
Chevalier Noir de l'Oiseau de Paradis

Date d'inscription : 06/07/2014
Nombre de messages : 294
Age : 21
Double Compte : Wolgorn

Revenir en haut Aller en bas
Sam 14 Mar - 17:19
La guerre était maintenant terminée et les Spectres l'avaient magistralement perdue. Hadès avait perdu toute énergie et s'était laissé enfermer par Athéna dans une jarre, entamant un nouveau cycle de sommeil. Les présumés fautifs du conflit entre les Marinas, le Sanctuaire et l'armée infernale allaient quant à eux être jugés pour leurs torts. Comme par hasard, il s'agissait manifestement de Minos et de deux Étoiles Terrestres trop bavardes. Pourtant, il semblait selon les rumeurs qu'il s'agissait en premier lieu d'un caprice de Poséidon, qui avait saisi le prétexte le plus invraisemblable pour rosser les Spectres. Quelle honte... tout ça parce qu'au final les serviteurs du Monarque Infernal avaient plus roulé des mécaniques que réellement agit. La prochaine fois, ils s'investiront plus dans l'élimination de l'humanité que dans sa sauvegarde. Certes, ils retourneront dans leur rôle de punisseurs haïssables, mais au moins ils n'auraient pas l'air débile en se faisant poignarder dans le dos après un effort si notable.
 
Custodio remuait sa frustration et ses griefs depuis la tourelle dont il avait la charge. Heureusement, ils avaient conservé leur indépendance et leur territoire, mais l'honneur des Spectres avait été sévèrement mis à mal. Il était néanmoins hors de question de renoncer à toute velléité : la prochaine fois, ils allaient massacrer tout le Sanctuaire et organiser une soirée poisson grillé. Le Colombien restait aussi vexé par le demi-triomphe contre Orion, qui était trop fragile psychologiquement pour conserver sa combativité en Enfer. Même un rustre comme le Peryton pouvait observer que le Bélier avait les chocottes malgré sa dégaine flamboyante et orgueilleuse. Pour avoir osé se lancer dans la bataille sans le mental adéquat, il avait jeté son cadavre dans le fleuve Achéron, histoire qu'il ne s'ennuie pas trop sur les berges. La noyade et l'eau glaciale revigoreraient sans aucun doute cet esprit indécis pour l'éternité de supplices à venir.
 
L’Étoile du Châtiment, au détour d’un juron salé, repensa à la jeune Prayer. La gamine s’était vraisemblablement fait exploser la citrouille par le Kraken pendant qu’il martyrisait le Gold Saint. Dommage pour elle, mais elle n’avait pas assez de puissance pour assumer sa cruauté et s’était donc fait dessouder. Aussi triste soit son décès pour la plupart, c’était la guerre dans tout ce qu’elle avait d’impitoyable et elle n’y avait pas coupé. Personnellement, Custodio s’en foutait complètement qu’elle se soit fait buter, mais il s’interrogeait plus sur ceux qui lui avaient réglé son compte. Les soi-disant défenseurs de la Justice et de l’humanité ne devaient-ils pas se montrer cléments face à un enfant, aussi monstrueux soit-il ? Au final, ils ne valaient pas mieux que d’autres sous leurs beaux principes. Les Spectres, quant à eux, feraient mieux de perdre patience et de se remettre à réfléchir sérieusement à l’extermination de l’humanité afin de retrouver les bonnes habitudes. En attendant, le Colombien n’allait pas courir après les Marinas pour venger la Chauve-souris : elle s’était fait allumer, point barre.
 
L’heure était maintenant non pas à la reconstruction des Enfers, mais plutôt au redressement vigoureux et agressif ! Les troupes spectrales allaient filer droit, arrêter de se pavaner et faire preuve d’énergie et de rigidité. Le Peryton, même s’il se savait toujours en mauvaise position pour commander, allait s’investir pour décoller les Squelettes de leur niveau de chochottes. En plus, ça lui permettrait de se défouler et de se sentir supérieur à moindre frais, surtout qu’il pouvait leur faire gober le récit truqué de ses exploits guerriers. Réfléchissant à son programme, il alluma un cigare et le fuma pour se détendre, la fumée s’élevant dans le ciel nuageux du Château de Pandore.
avatar
AmarokBranche de Niflheim
Branche de Niflheim

Date d'inscription : 10/08/2013
Nombre de messages : 441
Age : 29
Double Compte : Ephraem, Asling

Revenir en haut Aller en bas
Ven 20 Mar - 14:16
Les sensations que procurait le surplis étaient différentes d'une armure d'or. Une touche d'obscurité caractéristique des Enfers, un soupçon de puissance brute et une grande dose de sensations d'invincibilité. Une chose encore le perturbait, il n'avait pas l'habitude de porter une grande paire d'ailes dans son dos. Sargas se demanda comment les ailes fonctionnaient. Elles faisaient parties intégrante de l'armure, mais pouvait se mouvoir à la volonté du porteur. Sortant du palais de Perséphone, le Bénou se prépara à partir voir les dégâts causés par la guerre. Le décollage du Spectre créa une immense colonne de feu pourpre derrière lui. En partant des profondeurs des Enfers, le garçon pouvait voir l'avançait complète des forces. Beaucoup de dégâts étaient visibles, même depuis sa hauteur. Juste avant la sortie des Enfers, l'oiseau se posa sur les terres sombres, pour constater la souffrance des êtres infernaux. La guerre n'avait pas touché que les armées, mais aussi les habitants des Enfers. Pourquoi tant de destruction se demandait-il. Certes, il avait lui même détruit beaucoup de chose dans sa vie de Saint, surtout pendant la Guerre Sainte qu'il avait mené il y a 300 ans. Pourtant, il ne se souvenait pas d'avoir détruit une partie du territoire ennemi, ni même d'avoir causé du tort aux habitants des Enfers.


- Si je ne me trompe pas, je dois être près du palais de Pandore...


Dans un nouveau tourbillon de flammes, le Bénou reprit son envol, afin de sortir des Enfers. Du palais, il ne restait que ruines. Qui avait pu détruire un si bel ouvrage ? Non loin de là où se posa Sargas, se trouvait un Spectre. S'approchant de lui, le Bénou espéra qu'il ne restait rien de son cosmos de Saint, préférant qu'on ne voit plus qu'un Spectre en lui.


- Excuse moi mon ami, qui a détruit ainsi le palais de Pandore ?
avatar
ReaganChevalier Noir de l'Oiseau de Paradis
Chevalier Noir de l'Oiseau de Paradis

Date d'inscription : 06/07/2014
Nombre de messages : 294
Age : 21
Double Compte : Wolgorn

Revenir en haut Aller en bas
Dim 22 Mar - 14:04
Depuis sa sentinelle, le Peryton guettait le moindre mouvement suspect à l'horizon et quittait parfois son poste pour patrouiller dans son secteur. Il fallait aussi inspecter le début des travaux de la forteresse et botter les fesses des laquais au besoin. Passablement résigné, il constatait bien que ça prendrait du temps avec toute cette eau qui refluait des murs et des sous-sols. Le château était inondé et peu de Spectres pouvaient supporter de vivre dans l'humidité, à part quelques insectes et bestioles gluantes du lot. Du moment que l'eau ne l'empêchait pas de fumer sa Havane, il pouvait survivre mais qu'est-ce que ça pouvait être emmerdant !

Custodio continuait de grommeler dans son coin et se disait qu'il allait faire une autre tournée dans le château pour se défouler sur quelques troufions. Soudain, il sentit un souffle chaud à proximité de lui et se mit sur ses gardes avant de regarder ce qu'il en était. Fausse alerte, l'intrus était en fait un Spectre ailé qui avait atterrit dans son périmètre, rien de plus. Le Colombien le dévisagea d'un œil mauvais comme il le faisait toujours avec un individu qui s'invitait brusquement près de lui. Il retira son cigare de sa bouche, le tapota de son index pour verser des cendres puis le remis entre ses lèvres. Décidément, il avait beau regarder, la trombine de ce collègue ne lui revenait pas, il ne savait pas pourquoi. De toutes façons, ce n'était pas comme s'il appréciait la tronche d'une seule personne sur Terre. Enfin, puisque le zigoto s'interrogeait sur l'état du Palais de Pandore, l’Étoile Terrestre devait bien lui répondre.

"C'est Poséidon et sa clique... On a livré bataille contre eux et on s'est fait rétamer."
dit-il en substance.

En plus de ça, c'était un nouveau qui arrivait comme une fleur après la tempête. C'était une véritable poisse qu'il se soit manifesté si tard, à en croire le ton parfaitement innocent de sa question. Custodio détestait l'idée de lui expliquer en long et en large ce qu'il s'était passé et il avait bien envie de le laisser sur cette brève réponse. Au lieu de cela, il s'enquit plutôt de son état dans l'armée d'Hadès d'un grincement :

"Tu viens d'être enrôlé, je parie ?"


Le Colombien n'apprécierait pas qu'il lui réplique qu'il était en train de bayer aux corneilles pendant la guerre. Néanmoins, toute personne normalement constituée n'oserait donner une réponse aussi suicidaire, surtout si un supérieur était en guise d'interlocuteur. A bien l'observer, ce type devait être soit du même rang que lui ou une Étoile Céleste ordinaire. Sur cette seconde option, il prit un air renfrogné, peu désireux de faire des courbettes pour couronner le tout.
avatar
AmarokBranche de Niflheim
Branche de Niflheim

Date d'inscription : 10/08/2013
Nombre de messages : 441
Age : 29
Double Compte : Ephraem, Asling

Revenir en haut Aller en bas
Dim 22 Mar - 15:09
En voyant comment réagissait le Spectre, Sargas devina qu'il était comme le big boss dans le coin. Il avait la dégaine des mafieux que sa famille avait fréquenté durant des années. Ne pouvant donc pas s'imposer comme cela, le Bénou ne s'occupa pas du ton que prenait son interlocuteur. Le garçon regarda autour de lui, shootant dans un caillou de temps à autre.


- C'est exact, je viens d'être enrôlé... mais j'ai passé pas mal de temps à m'entraîner avant de pouvoir être choisi et venir soutenir les forces infernales... dommage d'arriver si tard par contre.


Sargas voulait s'amuser un peu, voir comment aller réagir le Spectre. Il avait besoin de savoir qui dirigeait les Enfers.


- Hadès n'a pas bougé pendant que son frère attaquait le royaume ? Pandore elle même n'a pas défendu le royaume avec l'aide des juges ?


Visuellement, Sargas faisait celui qui était offusqué par ce qui s'était passé, mais en réalité, il s'amusait de la situation. Il devait faire en sorte que les Spectres suivent Perséphone, le suivent lui. Il devait reconstruire les Enfers, transformer les Spectres, pour qu'ils utilisent leur immortalité dans une meilleure cause, que celle de purifier le monde en le réduisant en un tas d'esclaves morts. Avec le temps et les jeux divins qu'il avait vu, se rendant compte que les guerriers n'étaient que des pions entre les mains des dieux, Sargas comprit qu'il ne fallait pas lutter pour un camp, mais pour un tout. Il fallait pas lutter pour un dieu, mais pour son propre désir de justice. Pourquoi les Spectres auraient ils le rôle de méchant, alors qu'eux aussi ont des rêves, mais qu'ils ne font que suivre les envies d'Hadès.


- Oh... j'ai oublié de me présenter, j'espère que tu me pardonneras cette impolitesse. Je suis Sargas du Bénou, de l'étoile céleste de la violence et bras droit de sa majesté Perséphone...
avatar
ReaganChevalier Noir de l'Oiseau de Paradis
Chevalier Noir de l'Oiseau de Paradis

Date d'inscription : 06/07/2014
Nombre de messages : 294
Age : 21
Double Compte : Wolgorn

Revenir en haut Aller en bas
Lun 23 Mar - 22:58
Custodio écoutait attentivement ce que lui racontait son coreligionnaire, bien qu'il préférait le silence. Il leva son mono-sourcil de désapprobation quand il l'entendit dire qu'il était tranquillement en train de s'entraîner durant la guerre. Le Peryton ne savait pas s'il était sincère dans la candeur qu'il mettait dans ses phrases ou s'il se foutait tout simplement de sa gueule. Le Spectre inconnu poursuivit ce qui paraissait être aux oreilles du Colombien des provocations à l'encontre du reste de l'armée. Oser lui demander si Hadès et Pandore avaient moufté pendant la bataille, c'était le summum du culot ! Qu'est-ce qu'il devait lui répondre ? Qu'ils cuisinaient des gaufres pendant que les sbires se faisaient dessouder ? Soyons raisonnable, bien qu'ils aient officieusement baissé les bras. En attendant, l'olibrius marquait inconsciemment un point et il lui était difficile d'éluder la question sans devenir désagréable.

Embarrassé, l’Étoile du Châtiment fit mine d'ignorer l'autre emplumé, une insulte au bout de la langue. Le cigare l'aidait à décompresser, mais le soulagement qu'il pouvait procurer avait ses limites. Contre toute attente, l'inconnu lui donna l'occasion de lui refourguer une réplique percutante. Son ardeur aurait pu être douchée par le titre d’Étoile Céleste que ce Sargas s'attribuait, mais il ne pouvait plus résister. Sous l'irritation, la Havane se consuma entièrement et Custodio recracha ce qui restait avant que cela ne lui brûle les lèvres. Il se leva donc, lui qui était assis sur le créneau de la tourelle et fit face au Bénou.

En premier lieu, il arborait une expression effrayante, la figure distordue par des rides monstrueuses. Néanmoins, le Peryton se força à offrir un visage plus pacifique ainsi qu'un large sourire, les yeux plissés. Puisqu'il s'amusait à cirer les pompes de la matrone Perséphone et à s'essuyer sur l'Empereur des Morts, Pandore étant quantité négligeable, autant se montrer à la hauteur. Le Colombien tapota l'épaule de Sargas et persifla pour détourner son énervement :

"Hélas, sa Magnificence et Madame ont dû perdre le feu sacré par excès d'affliction. Mais qu'en est-il de la Señora Perséphone ? Nous ne l'avons pas beaucoup vu si no me equivoco..."

Coré, l'épouse de l'Olympien infernal, n'était bonne selon lui que pour soutenir son mari dans sa dure tâche de gestion des damnés. Jamais elle ne pourrait prétendre à la même place que son époux, elle qui venait d'un lieu baigné de lumière et d'abondance. Toute déesse qu'elle était, elle devait faire profil bas face à ceux qui étaient forgés par les ténèbres, en particulier un Mâle Abyssal. Le Colombien, qui feignait sournoisement l'humilité, se courba et embraya sur la conclusion de ses railleries :

"Mais ce serait blasphémer que de lui en vouloir. Après tout, il n'a jamais été question pour elle de se battre... la Reine Perséphone est d'une beauté trop délicate pour un si vil ouvrage."


Ayant terminé, il fit une révérence et recula en conservant un visage aimable. Quand il s'immobilisa puis se redressa, Custodio recouvra aussitôt son expression habituelle, vicieuse et maussade. Sentant qu'il avait oublié quelque chose de capital devant un supérieur, il se corrigea instantanément :

"Custodio du Peryton de l’Étoile Terrestre du Châtiment, pour vous servir, Señor Sargas."


Cette fois, il l'avait dit de manière plus sèche, montrant qu'il ne se laisserait pas si facilement marcher dessus.


Dernière édition par Custodio le Ven 27 Mar - 23:08, édité 3 fois
avatar
DanteasProtecteur du Kraken | Modérateur
Protecteur du Kraken | Modérateur

Date d'inscription : 29/12/2010
Nombre de messages : 662
Age : 25
Double Compte : Yggdrasil

Revenir en haut Aller en bas
Lun 23 Mar - 23:06
Cela faisait un moment que Mandalore avait quitté son lieu de vie paisible et naturelle dans l'immensité des Fjords de Norvège depuis qu'il était devenu le premier spectre de la prise. Un peu perdu sur le chemin qu'il devait prendre pour rejoindre les siens, le guerrier d'Hadès fût vite guidé par le grand esprit de l'anaconda et il prit ainsi la longue route qui le mènerait en Allemagne.


Le surplis porté sur ses vigoureuses épaules, le jeune homme de 18 ans traversa l'Océan Atlantique sur un de ces navires que l'on appelait ferry, une traversée marine qui était loin d'être désagréable d'ailleurs. L'air marin comportant l'iode salée était très apprécié du Norvégien qui se ressassait sans cesse ses démons qui n'étaient autres que ces souvenirs douloureux.


N'aimant que trop peu la compagnie des hommes qui n'avaient plus la valeur d'antan, le garçon au tatouage maori de l'anaconda partant de son épaule gauche jusqu'à son bras gauche restait le plus loin possible de toutes compagnies autres que la sienne. D'ailleurs, il n'hésitait une fois revenu sur terre, à emprunter les routes forestières, qui lui servait de gîtes et garde manger.


Ce n'est que quelques semaines plus tard que Mandalore atteignit ce fameux palais de Pandore. Le hic, c'est qu'il n'en restait lus grand chose, mis à part des débris de pierres et de poussières. Intrigué, le spectre pouvait ressentir en ces lieux des maux de souffrances, de dévastations et de morts, une chose était sur, une terrible bataille s'était produite ici contre les armées de Sa Majesté Hadès.


Avançant un brin perdu dans les décombres, le jeune homme aux cheveux couleurs de la neige ressentit une source de puissance assez impressionnante. Sur ses gardes, il revêtit son surplis terrestre puis s'avança avec méfiance vers ces sources cosmiques. Derrière une colonne titanesque de marbre effritée, le norvégien tomba nez à nez avec deux hommes qui revêtait aussi des surplis, il était donc à ne pas en douter des Spectres d'Hadès eux aussi. C'est alors qu'il s’immisça dans leur conversation :

" Messieurs, je vous salue. Je me présente, je suis Mandalore, spectre terrestre de la prise  de l'Anaconda, je me suis éveillé depuis peu. Il semble que le chaos s'est emparé de ces terres, vous pourrez peut-être m'en apprendre d'avantage ? "

Accoudé à un débris de roche, les yeux fermés et l'air confiant, Mandalore attendait beaucoup du premier contact de sa nouvelle famille, lui qui n'était qu'un jeune éveillé parmi la force des Spectres d'Hadès. Il n'était pas pour autant naif et savait que sa force n'était pas assez grande pour être, pour le moment, reconnu dans le royaume des ombres.
avatar
AmarokBranche de Niflheim
Branche de Niflheim

Date d'inscription : 10/08/2013
Nombre de messages : 441
Age : 29
Double Compte : Ephraem, Asling

Revenir en haut Aller en bas
Mer 25 Mar - 18:15
Sargas s'amusait déjà, il était sur d'avoir fait le bon choix en devenant un Spectre. Il décida de faire encore un peu l'insouciant, marchant sur une ligne comme un enfant.


- Dame Perséphone n'est pas une combattante, elle ne pouvait pas aller affronter son oncle en personne. Même si elle est une des enfants chéries de son père, elle ne reste pas moins une déesse mineure et n'a aucun pouvoir sur le dieu des océans. En revanche, elle peut avoir ses propres guerriers, qu'elle peut aussi ramener à la vie. Ils peuvent ainsi combattre pour elle pour... bah pour la vie. Bien sur, elle ne force personne hein.


Le Spectre se présenta à Sargas, comme étant le Custodio du Peryton. Il n'avait pas l'air d'aimer Sargas et celui s'en fichait complètement. Il n'était pas là pour se faire des amis, mais pour regrouper des Spectres, pour en faire une vraie armée. Pour cela, il devait aussi les convaincre que combattre pour Perséphone était une meilleure cause que celle d'Hadès. Après tout, Hadès voulait quoi ? Tuer tout le monde sur terre ? Et pour faire quoi ensuite ?


- Dame Perséphone a de meilleurs plans pour son armée que le Seigneur Hadès. Je ne peux les révéler ainsi, mais ils valent forcément mieux que de tuer l'humanité et se retrouver avec BEAUCOUP trop de travail sur les postes frontières des Enfers. Tu as vraiment envie toi, d'être obligé de surveiller des milliards d'âmes car il n'y a même pas assez de squelette pour garder le troupeau ? Si vraiment c'est ce que tu veux, libre à toi, personnellement, je préfère un avenir plus grandiose et plus... libre...


Avant de pouvoir ajouter autre chose, un nouveau Spectre fit son entrée. Le Bénou du donc se présenter une nouvelle fois.


- Bienvenu dans la famiglia mon ami, je suis Sargas, Spectre du Bénou. Tout comme toi, je suis une des nouvelles recrues du royaume, mais j'ai l'avantage de savoir qu'il s'agit de l'œuvre de Poséidon. Hum... je laisse les bons soins à notre camarade de te faire le topo, pendant que je vais fouiller un peu par là...


Doucement, Sargas s'éloigna du duo, sans pour autant partir loin, à fin d'entendre ce qui pourrait se dire.
avatar
ReaganChevalier Noir de l'Oiseau de Paradis
Chevalier Noir de l'Oiseau de Paradis

Date d'inscription : 06/07/2014
Nombre de messages : 294
Age : 21
Double Compte : Wolgorn

Revenir en haut Aller en bas
Sam 28 Mar - 12:22
Le Bénou était naïf dans des proportions agaçantes, mais cette fois il ne paraissait pas jouer aux idiots. Par son air supérieur, Custodio sentait progressivement qu'il se payait sa tête. L’Étoile Céleste prétendait donc être un fidèle de Perséphone et en plus de cela, osait affirmer qu'elle changerait le but de l'armée d'Hadès. Les révélations de ses intentions irritaient le Colombien au plus haut point tant Sargas étant pédant et ignorant du véritable objectif du Monarque Infernal. Apparemment, cet emplumé n'avait pas entendu parler du concept de long et court terme ni du Jugement Dernier. Si l'humanité entière était détruite cela ferait certes un travail colossal pour les Enfers, mais ce serait la dernière épreuve avant un monde parfait. Le cycle de production de malfaisance serait enfin brisé au prix d'efforts acharnés et les Spectres et les justes pourraient finalement accéder au Paradis auprès de leur Seigneur.

Certes, le Peryton n'était pas dans une conception aussi égalitaire quant à l'ascension aux Cieux, lui qui d'entre tous les humains voulait se tenir le plus près de l'Olympien Obscur par sa puissance et sa gloire. Hélas, maintenant que son souverain était parti, il se sentait traverser un gouffre spirituel et ne savait plus trop que faire. Si Custodio voulait atteindre le sommet, il aurait voulu que cela soit aux côtés de son maître. Qu'importe, Hadès n'était qu'enfermé et pouvait par conséquent toujours revenir et l’Étoile du Châtiment devait se motiver à poursuivre son chemin vers la gloire jusqu'à son retour. Il parviendrait bien à se hisser auprès de lui et à atteindre la grandeur et la pureté qu'il recherchait, quel qu'en soit le prix et les atrocités à perpétrer.

Cette réflexion mise de côté, il trouvait toujours aussi ridicule et enfantine la vision qu'avait ce Bénou sur son propre camp et son idéologie. La prison, c'était la Terre et ses habitants, que personne ne voulait assumer comme une erreur qui allait pourrir le Cosmos entier. Théoriquement, c'était en s'en débarrassant et en regagnant le monde de l'esprit que les âmes et les dieux seraient libres. Le zigoto parlait de manière suspecte et bien irrévérencieuse face à la cause des Spectres, à croire que l’Étoile de la Violence était trop attaché à cette planète nécrosée... Puis encore, c'était quoi tous ces babillages sur la femme de l'Empereur des Morts ? Depuis quand elle avait le droit à des fonctions de commandement, même si elle était une déesse ? Elle n'avait jamais existé pour l'armée infernale et leur lutte ! Que ce Sargas ne le fasse pas rire : il était sûr qu'il ne servait qu'un fantôme, un mandat sans valeur !

"Vous, les serviteurs de Perséphone, êtes à l'image de votre maîtresse !" aboya le Peryton à l'adresse de son supérieur. "¡ Ustedes son demasiado compasivos !"

Il ponctua son sermon d'un rire tonitruant, conscient qu'il était inutile de perdre son temps en débats philosophiques avec un gosse. Mieux valait laisser cet arrogant s'écraser pitoyablement sur le mur de la réalité. De plus, un autre personnage attirait son attention sous la forme d'un soldat fraîchement débarqué. Le Colombien n'avait pas saisi son patronyme dans la discussion mais il se rattraperait en l'informant de l'état de leur faction. En espérant que celui-ci ne jouerait pas à l'imbécile avec lui, il avait déjà donné. Custodio s'avança donc vers son nouveau collègue après s'être assuré que le Bénou était parti voir ailleurs. Quand il fut suffisamment près pour le jauger et lui parler, il entama la conversation avec lui :

"Spectre de l'Anaconda, hein ? Désolé si je n'ai pas retenu ton nom, j'étais occupé con el Señor Sargas, amigo. Pour ma part je suis Custodio du Peryton de l’Étoile Terrestre du Châtiment. Me alegro de conocerte..."


L’Étoile du Châtiment fixa son confrère et le décortiqua visuellement de haut en bas puis sourit. Il s'approcha un peu plus, lui offrit sa main à serrer et lui glissa perfidement :

"N'écoute pas ce bellâtre, il est indéniablement fort mais il y a meilleur que lui ici. Il est au service d'un mirage, tu n'as pas à lui prêter attention."

Alors qu'il allait expliquer à l’Étoile de la Prise le déroulement de la guerre tout en ajoutant son grain de sel dans le récit, il fut interrompu par un message télépathique. Simultanément, un cosmos titanesque jaillit du Puits des Âmes et enveloppa le Palais de Pandore, renforçant l'impact de cette intervention psychique. C'était vraisemblablement une manifestation divine, aussi le Peryton ne résista pas au flot d'informations qui lui parvenait. D'après ce qui était dit et l'aura qu'il ressentait, l'incarnation d'Hypnos s'était emparée du trône infernal et se proclamait Reine des Spectres.

Custodio, pendant un instant estourbi, considéra l'événement ainsi : la mauvaise nouvelle était qu'une femelle s'était auto-couronnée, mais la bonne était que ce n'était pas Perséphone. S'il s'agissait d'un avatar du Sommeil, l'Inframonde resterait entre les mains d'une divinité ténébreuse et c'était là l'essentiel. Ayant assimilé le contenu du message, le Colombien sortit de son état de concentration pour se focaliser sur l'Anaconda. Puisqu'un nouveau monarque avait été couronné, autant aller lui rendre une visite de courtoisie et préparer le terrain.

"As-tu entendu, amigo ? Hypnos est devenu notre suzerain ! Je m'en vais immédiatement lui payer hommage ! Que dirais-tu de venir avec moi ?" lança l’Étoile du Châtiment avec fougue. "Je pourrais t'expliquer le reste en chemin."

Il accompagna ses phrases avec des gestes lyriques et solennels afin de persuader son collègue de l'accompagner. Cependant, il ne pouvait pas l'obliger à le suivre car il était son égal, ça allait de soi. Peut-être que l'envie de se faire bien voir prendrait le dessus et qu'il irait se faire lustrer volontiers le Surplis comme le premier à participer au redressement des Enfers. Le Peryton esquissa un sourire vachard en pensant à Sargas, qui allait certainement tomber des nues.


Dernière édition par Custodio le Mer 17 Juin - 19:18, édité 1 fois
avatar
DanteasProtecteur du Kraken | Modérateur
Protecteur du Kraken | Modérateur

Date d'inscription : 29/12/2010
Nombre de messages : 662
Age : 25
Double Compte : Yggdrasil

Revenir en haut Aller en bas
Dim 29 Mar - 22:50
Je détestais la majorité des Hommes, ces êtres impies, querelleurs, égoïstes, méchants et aveuglés par l'argent qui peut les rendre pire que les bêtes sauvages tels que les loups ou les fennecs. En rejoignant les forces de l'armée infernales d'Hadès, j’espérais trouver en ces frères d'armes ce que je n'ai jamais retrouvé chez les humains : la solidarité, la compassion, une famille en somme.


Alors que je rencontrais les deux premiers spectres de ma vie, un certain Sargas et Custodio, je fus assez déçu de cette première approche. En effet, les deux guerriers des enfers semblait se quereller. Sargas semblait être un homme solitaire et dégageait une très grande puissance, tout comme Custodio, cet homme à l'accent latin sympathique qui possédait une grande puissance.


En les écoutant tous les deux se charrier, je contemplais toute cette destruction engendrée par la puissance de Poséidon, le seigneur des Océans. J'étais envahi de frisson à l'idée de peut-être un jour, affronter une de ces divinités. J'étais certes plus puissant que chaque êtres humains, mais je n'étais rien face à ces entités divines, ceux qui nous créèrent.


D'ailleurs, en parlant de dieux, une voix inconnue vint hanter mon esprit. Regardant autour de moi et scrutant les alentours, je compris rapidement que ce qui se passait n'était autre que de la télépathie. Sans reconnaître cette voix, je pouvais comprendre aisément que le seigneur Hypnos, divinité du sommeil, s'était rendu maître des enfers. Mais qu'en devenait-il d'Hadès ? Avait-il péri ? Avait-il était déchu ? Il me manquait tellement de réponses à mes questions ...


C'est alors que l'ami Custodio qui n'avait pas retenu mon nom, qui n'était pourtant pas compliqué, me fit une proposition intéressante : Le suivre pour aller rendre hommage au nouveau souverain des Enfers et obtenir toutes les réponses à mes interrogations. Il était clair que j'allais me joindre à mon camarade qui portait un surplis que je ne connaissais pas. Cependant, j'étais un serviteur d'Hadès et non d'un autre dieu, il était donc hors de question de servir Hypnos. M'approchant alors de mon interlocuteur, je pris la parole :

" Custodio, je me nomme Mandalore. N'oublie pas mon nom cette fois ci ! " Disais-je en rigolant.

" Par curiosité, j'accepte de t'accompagner. Moi qui ne connais pas le monde infernal, tu seras mon guide. Et puis tu pourras répondre à mes questions ! Je te suis ! "

Voyant Sargas partir, je lui décocha un geste de la tête amical, et j'espérais le revoir très vite. J'attendais alors l'ami Custodio, j'étais prêt à le suivre et découvrir mon nouveau monde avec grande impatience !

Les Spectres après la bataille