:: Zone Guerre Sainte :: Cercle Polaire Arctique :: Les Royaumes d'Yggdrasil :: Asgard :: Le Cimetière des DéchusAller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Master of the GameMaitre du jeu

Date d'inscription : 27/04/2006
Nombre de messages : 53

Revenir en haut Aller en bas
Lun 30 Mar - 15:38

Vali avait réussi à passer inaperçu. Il devait faire montre de prudence dans ce territoire gorgé de fidèle d’Odin.

On n’avait pas donné de but précis au Fléau hormis celui de troubler l’équilibre du royaume. Son idée s’était donc portée sur un lieu tout à fait approprier pour cela : le cimetière d’Améthyste. Ce lieu était hautement symbolique pour les partisans de Polaris vu qu’il représentait une période des plus sombres de leur histoire. Pour les fidèles d’Octantis par contre, ce lieu était considéré comme un bien précieux.

Le Fléau s’approcha de ce qu’il savait être la porte d’entrée du monde ténébreux de Hèl. Bien loin de ce qu’était la région qui portait ce nom et qui n’était qu’un territoire d’humain, le véritable Heilhem était la demeure éternelle de morts qui n’avaient pas eu l’honneur de mourir en tant que guerriers. Toutes ces âmes considérées comme faibles et qui ne cherchaient qu’à se venger…

Vali sortit un petit flacon de sa poche et contempla un instant le liquide carmin qu’il contenait. Le sang de sa sœur… Avec seulement quelques gouttes, il pourrait ouvrir les portes et les morts se déverseront sur les terres d’Odin. Il déboucha lentement le flacon et le renversa sur la statue représentant Garm, le gardien. Dans un crissement ressemblant à un hurlement horrible, un vortex d’énergie commença à se créer…
avatar
KeiyanGuerrier Divin d'Alpha
Guerrier Divin d'Alpha

Date d'inscription : 16/05/2011
Nombre de messages : 8604
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas
Lun 30 Mar - 18:32
    Les évènements prenaient une tournure pour le moins étrange, avec l’attaque du Royaume d’Asgard par un ensemble de forces semblant plus que s’opposer à la présence du peuple élu d’Odin sur ces terres du Grand Nord.

    Tandis que ses confrères et camarades étaient partis lutter contre les Géants et autres créatures belliqueuses, Keiyan s’était donné pour mission d’éclaircir les choses et de comprendre quelle puissance, quelle qu’elle soit, pouvait bien se cacher derrière les faits. Les faits, troublants, qui avaient lieu de part et d’autre du Royaume. La protection de ces terres était devenue le but de sa vie depuis longtemps, et avoir une personne plus particulière à protéger était devenue sa force. Cela, Keiyan commençait seulement à le comprendre.

    Remontant le chemin probable des envahisseurs sur le territoire du Palais, Keiyan sentit soudain quelque chose gronder à l’intérieur même du sol, comme si une force étrange était à l’œuvre. Un sombre pressentiment, voilà ce qu’il ressentait en cet instant tandis qu’un frisson remontait le long de sa colonne vertébrale pour venir lui titiller la nuque. Une force sombre et puissante était à l’œuvre non loin de sa position, et il semblait être le seul à ressentir les effets de sa puissance. Ou de ses intentions, il n’aurait su le dire.

    Avançant plus lentement, de façon plus mesurée, c’est presque sans avertissement qu’un cri guttural, horriblement inhumain, lui parvint. Une voix sombre, puissante, porteuse de malheur, venait de se réveiller pour faire trembler les Ases sur leurs bases.

    Accélérant soudainement, Keiyan se précipita vers l’origine de cette voix. Vers ce lieu dont il avait entendu les légendes les plus folles, l’histoire la plus sombre. Le cimetière d’Améthyste et ses tombeaux translucides. Le cimetière d’Améthyste et son lien avec le Royaume des Morts mythologique.

    Keiyan n’avait plus un instant à perdre tandis que ses pas le menaient vers le danger, vers le conflit, vers la mort.


[Hj: Entrée de Keiyan en scène
Au plaisir d'avancer dans cet Event =) ]
avatar
Master of the GameMaitre du jeu

Date d'inscription : 27/04/2006
Nombre de messages : 53

Revenir en haut Aller en bas
Ven 3 Avr - 15:42

La porte continuait de s’agrandir alors que Vali commençait à ressentir les énergies qui cherchaient à s’échapper du monde des morts. Lorsque le vortex fut suffisamment important, des mains griffues firent leur apparition. Anciennement humain, les membres ne ressemblaient plus qu’à un amas de chairs décomposés reposant sur des os blanchis.

Les morts luttèrent encore un instant, et enfin les premiers purent pénétrer dans le monde des vivants. Leur aspect était terrifiant, plus rien de les rattachait à leur humanité perdue. Aujourd’hui, marquait l’aube d’une nouvelle ère. Aujourd’hui, les morts prendraient leur revanche.

Vali les observa se réunirent en souriant : bientôt, les enfants de Loki obtiendraient vengeance !
HRP a écrit:

Les morts sortent par petit groupe du monde de Hèl. Pour ne pas qu’ils puissent déferler sur le monde des vivants selon leur grés, il faut refermer le passage grâce au sang qui reste dans la fiole que porte Vali.
Attention : même s’ils sont morts, les revenants restent des guerriers farouches et forts. Ils ne seront pas facile à tuer mr Red le retour

avatar
KeiyanGuerrier Divin d'Alpha
Guerrier Divin d'Alpha

Date d'inscription : 16/05/2011
Nombre de messages : 8604
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas
Sam 4 Avr - 10:55
    Très vite, ses pas le menèrent vers le lieu où semblaient avoir lieu les «festivités mortuaire» tel qu’il se le disait en lui-même. Lié à cette terre d’Asgard par le sang aussi bien que par le destin, Keiyan avait très vite ressenti qu’une force obscure s’était acharnée, visiblement avec succès, à rouvrir les portes du monde des morts. Un bien mauvais présage selon lui.

    Le sang versé du félon sur le portail des morts entrainera la chute et la venue…

    Les dernières paroles de cette prophétie antique avaient disparues, mais Keiyan ne pouvait pas ne pas douter que les évènements les plus terribles se produiraient s’il ne mettait pas rapidement un terme au retour prématuré de ces êtres qui n’étaient pas tombé sur le champ de bataille. Des êtres qui ne comprenaient pas la douleur à porter le fardeau de la puissance. En Asgard sans doute plus qu’ailleurs, le pouvoir ne pouvait naitre que des responsabilités, et non pas l’inverse.

    Arrivé face à ce qui était la statue de Garm, du gardien, Keiyan ne put que constater que les anciennes prophéties étaient en marche. Qui qu’il soit, un être venait de verser le sang d’un dieu félon sur les terres sacrés d’Asgard, provoquant le retour d’âmes tourmentées et se repaissant sans doute du spectacle. Frissonnant à l’idée qu’un désastre plus grand pouvait menacer les terres qu’il chérissait, Keiyan ne perdit pas de temps pour invoquer sur lui le pouvoir de son armure. L’heure n’était plus aux discussions à mots feutrés. Mais à la guerre et au combat.

    Déjà, il laissait la nature violente et glaciale de son aura se répandre autour de lui, envahissant le Cimetière d’Améthyste, formant colonne et mur de protection, gelant les membres et ralentissant la progression des forces ennemies. Dans le même temps, il concentrait sa puissance pour mieux réussir à l’exploiter, ses traits prenant une allure écailleuse tandis qu’il se faisait plus menaçant encore.

    Sans perdre de temps, Keiyan commença très vite à se déplacer parmi les morts, frappant de toutes ses forces, réussissant à créer vers le centre de son tourbillon de poings et de pieds un amalgame de morts-vivants. Sans leur laisser le temps de se relever, il lançait déjà sa première attaque. Un souffle de glace et de givre qui vint les frapper, meurtrissant d’abord, puis détruisant ensuite les chairs de ces êtres qui n’avaient pas su accepter leur destin.

    Porter l’une de ses attaques les plus puissantes, voilà comment il pouvait montrer son respect pour ceux de ses pairs qui n’avaient pas eu la chance de mourir au combat. Peut-être pourrait-il les apaiser. Un peu.


[Actions du tour :
Terrain + Masque Elémentaire
Attaque Moyenne
Si besoin je lancerais le dé si tu veux qu’on le mette en staté =) ]
avatar
Master of the GameMaitre du jeu

Date d'inscription : 27/04/2006
Nombre de messages : 53

Revenir en haut Aller en bas
Ven 10 Avr - 10:30

Le terrain se refroidit dès que le Guerrier Divin arriva sur les lieux. Sans la moindre considération pour Vali, ne prenant même pas la peine de se présenter, il attaqua les morts qui venaient de sortir de la bouche de Hèl. Son attaque réduit en miette les corps décharnés qui s’opposaient à lui mais leur nombre était toujours grossissant.

A mesure que l’Ase vainquait ses adversaires, la bouche déversait toujours plus d’adversaire. Le plus dangereux demeurait néanmoins le fils de Loki mais ce dernier ne semblait pas vouloir prendre part au combat pour le moment. Il observait, jugeant la puissance du guerrier. Il possédait surtout plus d’une carte dans sa manche et il savait quel type de créature était prêt à sortir du vortex. Celles-ci ne tardèrent d’ailleurs pas.

Un groupe de trois créatures à l’aspect canin sorti en hurlant. Leur taille était purement gigantesque pour des simples chiens et leur aspect n’était pas sans rappeler l’animal qui accompagnait l’héritier de Surt à tout moment. Les trois fils de Garm, voilà ce que Keiyan avait en face de lui. Tout en crocs et en griffes, les trois créatures grognaient à son encontre, les babines recouvertes d’une bave épaisse.

Vali souriait. Il espérait recevoir des renforts de cette trempe et il n’était pas déçu.

_ Tu n’arrêteras pas les morts, esclave d’Odin ! Notre avènement était écrit, l’heure de Ragnarok est arrivé !

Les trois chiens hurlèrent à déchirer les tympans et se précipitèrent à l’encontre de Keiyan.

HRP a écrit:

Pas de stat, je ne vais pas faire un kit pour un event non mais ho XD
On est pas là pour faire des math mais pour s’amuser ^^


avatar
En ligne
WulfFléau de l'Ulfark | Modérateur
Fléau de l'Ulfark | Modérateur

Date d'inscription : 31/01/2014
Nombre de messages : 719
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 16 Avr - 11:54
Ce n’était plus un secret, Asgard était en état de siège. Les nouvelles affluaient de partout à ce propos. On parlait d’attaque de Jotunns, de magnagarm et de bien d’autres créatures. Certaines de ces rumeurs  (souvent amplifié par le bouche à oreille) paraissaient irréelles, même pour une contrée comme Asgard. Toutes ces histoires s’étaient répandue dans le royaume aussi vite que l’une des tempêtes de neige qui agitaient régulièrement le climat d’Asgard, même Wulf, malgré l’isolement qu’il s’imposait (autant pour éviter les contacts que pour s’entrainer), avait finis par les entendre. Certains mots revenaient régulièrement dans ces récits : Fimbulvetr, Ragnarök, l’ultime bataille, le temps du loup… Il était clair pour Wulf que la population aurait beaucoup de mal à accepter une quelconque réforme du royaume dans cette atmosphère où les dieux semblaient les avoirs abandonné (et donc reporteraient naturellement la faute sur ceux qui les gouvernent).

Assez vite, Wulf brossa un rapide tableau de ce qui se racontait, plusieurs régions du royaume avaient déjà subies des attaques, et de nombreux civiles avaient perdus la vie. Pour l’instant, le cœur du royaume semblait relativement sûr, sans aucun doute au prix de grand effort de la part des guerriers du dieu borgne. D’autre rumeurs assez inquiétante étaient aussi arrivé à ses oreilles, peut-être étaient-elles infondé, dû à l’angoisse qui s’était emparé de la population, mais il semblait que des guerriers servant d’autres divinités avaient été vus en Asgard. Wulf, en partisan du fait qu’Asgard n’avait pas besoin du monde extérieur (bien que de plus en plus, il se posait la question sur le bien-fondé de cette conviction), n’appréciait que peu cette idée.

Il décida de lui aussi se rendre sur le front, mais il sentait également qu’une force était à l’œuvre, bien plus près de sa position. Même lui, malgré son manque d’entrainement en la matière, était capable de sentir cela, bien qu’il ne pouvait identifier ce dont il s’agissait. Il devait aller s’assurer que ce n’était pas une menace, juste au cas où les autres attaques seraient des diversions. Il se dirigea donc en direction de cette puissance.

Lorsqu’il arriva sur place, il regretta d’être venu. Le cimetière d’Améthyste, le domaine du guerrier de Delta. Ce lieu avait une sinistre réputation, en effet il était réputé être un avant-goût de Helheim, le monde des morts. La brume, les squelettes emprisonné, les bruits inquiétant au loin et un froids qui gelait jusqu’aux os étaient déjà plus que suffisant pour lui mettre les nerfs à fleur de peau, prêt à attaquer au moindre mouvement, mais à cela s’ajoutait l’aura qui imprégnait à présent les lieux et qui l’avait poussé à venir ici, cette aura omniprésent qu’il pouvait clairement ressentir à présent : ténébreux, froid, sinistre, macabre, funeste… voilà les mots qui lui venait à l’esprit. Voilà donc ce qui attendait les parjures, les lâches et les criminels comme lui après la mort ?
Plus il avançait, et plus les bruits se précisaient… On se battait là-bas ! Wulf accéléra le pas, puis s’arrêta net face au spectacle qui s’offrit à lui.  Une statue de Garm « le Hurleur », l’Ensanglanté, le Gardien du monde des morts se dressait à cet endroit. À côté, une personne que Wulf ne connaissait pas se tenait debout. Wulf vit avec effrois le portail d’où émergeait des cadavres ambulant en continu.

-          Odin,… des Draugrs ?! Chez les vivants ?

Et en face, il pouvait voir Keiyan, le guerrier d’Alpha, se dresser contre eux. À ses pieds, Wulf pouvait voir que Keiyan s’était déjà débarrassé d’un certain nombre d’ennemis. Pour sa part, bien qu’il n’en montrait rien, Wulf sentait la peur étreindre son coeur, ce qui se passait-là n’avait rien de naturelle et donc rien de rassurant. Mais en même temps, il sentait une excitation monter en lui, celle qu’il éprouvait à chaque fois qu’un combat s’annonçait. Il pouvait sentir les battements de son cœur s’accélérer, ses muscles se tendre, prêt à agir, l’adrénaline montée…. Wulf continua sa progression, et plus il approchait, plus il sentait sa peur s’évanouir au profit de la soif de combat qui l’habitait.

Il se préparait déjà à bondir dans la mêlée, laissant tomber les considérations sur s’il y avait moyen de tuer les morts, lorsque de nouveaux arrivant firent leurs apparitions. Des chiens des enfers venaient de sortir du portail, prêt à déchiqueter ceux qui se porteraient à leur rencontre. Ils poussèrent ensuite un terrible hurlement, auquel Wulf faillit répondre signe que sa bête était en train d’émerger, pour ensuite se jeter vers Keiyan. À ce moment, Wulf laissa éclater son cosmos et fonça en direction des monstres, à peu près au moment où il arriva au niveau de Keiyan il se jeta sur la créature la plus, utilisant le bouclier de son armure comme un bélier pour maximiser l’impact. Ce dernier survint au niveau de l’ « avant-bras » et du « coude » de la bête dans le but de les briser, ou d’au moins déséquilibré le monstre pour qu’il s’écroule. En suivant le mouvement  il porta un coup renforcé avec son cosmos au niveau de la gorge de la créature. Puis il se tourna vers ses autres adversaires potentiels, prêt à poursuivre le combat. Son visage arborait un sourire carnassier reflétant son envie  d’en découdre, son casque cachant le reste de sa tête. Il recula d’un pas pour s’écarter du chien qu’il avait attaqué et se préparer à riposter. Si la peur était encore présente, elle ne servait plus qu’à nourrir sa rage.

( voilà, posté, si problème avec ce qui est fait n'hésiter pas à mp)
Locke

Date d'inscription : 15/09/2013
Nombre de messages : 178
Age : 36
Double Compte : Hruodland / Izanagi

Revenir en haut Aller en bas
Lun 20 Avr - 16:44


Olrik aperçut enfin la lumière de la brèche. La liberté était toute proche. Il ne savait pas encore à quoi il devait s’attendre à l’extérieur mais il s’en moquait. Tout ce qui comptait était d’échapper à Hèl et de pouvoir retrouver le monde des vivants.
Dans un saut d’une force issue de son désespoir, l’Héritier de Surt franchit la brèche lumineuse reliant le monde des morts à celui des vivants.

Le retour à la réalité fut violent. La lumière aveugla Olrik, les odeurs submergèrent son esprit et il se retrouva à terre cherchant son souffle. Il avait passé beaucoup de temps dans le monde de Hèl et le retour au monde normal fut un choc réel. Malgré cela, Olrik savait qu’il ne pouvait se permettre de demeurer ainsi en faiblesse alors qu’un assaut d’envergure avait lieu autour de lui. Le guerrier se releva avec difficulté et fut frappé de la vision qui s’imposa à lui. Partout, des êtres à l’aspect cadavérique se déplaçaient. Une véritable vision d’horreur.

Olrik parvint enfin à reprendre contenance et analysa au plus vite la situation. Hormis les cadavres vivants, son regard fut tout de suite attiré par la meute de créatures gigantesque qui faisait face à deux guerriers en armures. Il reconnut l’armure d’Alpha sur l’un d’entre eux mais la seconde lui était inconnue. Il avait donc facilement retrouvé les fils de Garm. Un peu à l’écart, devant la statue qu’il connaissait si bien pour en avoir porté l’armure dans une autre vie, un homme au cosmos monumental observait les choses un sourire aux lèvres.

Olrik aurait pu attaquer l’homme seul mais il avait fait une promesse à Garm. Il se dirigea donc vers les deux guerriers combattants les fils du Hurleur. Une fois à leur hauteur, il reconnut le porteur de la god robe d’Alpha : Keiyan. La dernière fois qu’il l’avait vu, il ne portait que l’Eclat Divin de Fafnir, il avait pris du galon.

- Keiyan… Je suis content de te revoir. Si vous pouviez éviter de faire du mal aux toutous, ça m’arrangerait au fait.




avatar
Master of the GameMaitre du jeu

Date d'inscription : 27/04/2006
Nombre de messages : 53

Revenir en haut Aller en bas
Lun 4 Mai - 11:39

L’un des fils de Garm chuta lourdement au sol sous l’impact de Wulf. Les deux autres grognaient encore davantage et étaient prêt à charger.

Vali pesta intérieurement : il avait espéré que son action passerait suffisamment inaperçu pour ne pas avoir à combattre mais voilà qu’il avait deux guerriers divins en face de lui. La chose l’énervait passablement et il espérait que les fils de Garm et les morts, seraient assez efficaces pour s’occuper d’eux.

Celui qui avait été touché par le soudain assaut du second guerrier divin, se relevait déjà. Il écumait une bave sanglante et semblait des plus énervé. Les trois ensembles étaient prêts à passer à l’assaut quand une nouvelle interruption se fit. Un être que jamais Vali n’aurait cru revoir dans le monde des hommes venait de faire irruption. L’héritier de Surt était donc parvenu à se libérer de la prison de Hèl et venait rejoindre la lutte. Les choses allaient de mal en pis pour le fils de Loki et il allait finir par devoir combattre lui-même.

_ Que vous soyez trois ou cent, cela ne changera rien ! Vous n’arrêterez jamais l’explosion de notre puissance. Même toi Héritier, tu ne feras pas la différence.

Dévorez-les !


Le dernier ordre avait été destiné aux fils du Hurleurs qui ne semblaient attendre que ça pour attaquer. Dans un cri à glacer le sang, ils se jetèrent sur les guerriers divins pour les déchiqueter de leurs crocs.
HRP a écrit:

Keiyan tardant à poster, j’enchaine ^^

Les bêtes semblent comme être posséder et vouloir à tout prit vous dévorez mais il serait bien plus dangereux de les tuer que de les laisser vivre huhuhu


avatar
En ligne
WulfFléau de l'Ulfark | Modérateur
Fléau de l'Ulfark | Modérateur

Date d'inscription : 31/01/2014
Nombre de messages : 719
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas
Mer 6 Mai - 19:07
L’action de Wullf semblait avoir eu l’effet escompté, la bête était au sol et ses congénères s’étaient arrêtés dans leur élan. Mais il dut déchanter lorsque la créature d’Helheim se releva et se tourna vers lui, la colère pouvait se lire dans ses yeux. L’excitation du combat l’ayant gagné, Wulf sentait l’adrénaline circulé en lui et son assurance augmenter. Alors que les chiens des enfers aboyaient férocement, Wulf répondit en frappant sur son bouclier.
 
-          Et alors ? C’est tout ce que vous pouvez faire les descentes de lit ?
 
Provoquer ces monstres n’était probablement pas la chose la plus intelligente à faire, mais Wulf n’en avait cure. À ce stade, bien qu’il ne s’était pas encore abandonner au « Wod », la fureur sacrée, mais son esprit était déjà suffisamment prit dans l’action pour ne plus se soucier de l’éventualité d’une mort prochaine et violente. Tout ce qui lui importait là maintenant, ce serait le prochain coup qu’il porterait. De tout son être exhalait une fureur à peine contenue, prête à se déchainer.
 
Dans sa position, face à la progéniture du Hurleur, dans une zone infestée de draugrs Wulf n’avait pas vraiment le temps de relâcher son attention. Il ne pouvait regarder derrière lui ce que faisait Keiyan et espérait donc qu’il ne le gênerait pas dans sa prochaine action. Mais il était néanmoins encore capable d’observer ce qui se passait dans son champ de vision. Le nombre de mort qui sortait  du vortex continuait d’augmenter. Cela posait problème, car même s’il ne doutait pas que des guerriers divins étaient capables d’affronter ces créatures, leur nombre risquait de devenir problématique, sans compter qu’il était presque sûr qu’une partie des serviteurs de Hel profitait de la situation pour s’enfoncer dans les terres d’Asgard. Si ne serait-ce qu’une poignée leurs échappaient, il était presque sûr qu’avant qu’ils ne soient rattrapés et détruit, plusieurs habitants d’Asgard auraient perdu la vie. Il y avait aussi ce type qui se tenait près de la statue. Wulf ignorait encore de qui (ou quoi) il s’agissait, mais il n’avait pas l’air d’être de leur côté. Mais pour l’instant, il devait ramener son attention à ses adversaires plus directs.
 
Alors qu’il continuait de défier les chiens d’enfers quelque chose attira du coin de l’œil son attention. Un nouvel arrivant venait de sortir du vortex, et il paraissait être vivant celui-là. Au début, Wulf ne s’attarda pas plus dessus, se disant qu’il s’agissait juste d’un draugr mieux conservé que les autres. Mais un doute le saisit lorsque celui-ci leur adressa la parole, une première venant du tas de cadavre ambulant, en plus qu’il semblait connaitre Keiyan. Mais ce qui le surpris le plus fut sa demande… « éviter de faire du mal aux toutou… ??? ». L’espace d’un instant, Wulf détourna son attention des crocs des « toutous » pour  se tourner avec étonnement en direction du guerrier.
 
Toute suite après, fusèrent les menaces venant de l’individu qui se tenait près du vortex, ce qui réglait la question de quel bord il était. Sur son ordre, le trio des enfants de Garm se jetèrent à l’attaque une nouvelle fois. Le stress s’empara de Wulf à ce moment, il n’était plus en position de réagir immédiatement à la menace. Son champ de vision se rétrécit brutalement, son esprit ne se concentrant plus que sur les monstres qui lui chargeait dessus, le reste de l’environnement devint flou. 
 
Wulf chargea à son tour mais lorsque l’impact vint, il fut jeté au sol par la violence de celui-ci et avant qu’il ne puisse se relever le chien qu’il avait attaqué plus tôt en profita pour lui sauter à la gorge. Wulf en dut sa survie qu’à un réflexe salutaire, celui de coller son bouclier à la gorge de la créature. Ce coup n’avait pas pour but de blesser le fils du hurleur, mais en maintenant la pression dessus, il empêchait la gueule de celui-ci de se refermer sur sa carotide. Wulf contractait ses muscles au maximum pour maintenir la tête de son adversaire loin de lui, tandis que ce dernier ruait de plus belle pour le faire lâcher. Wulf avait en plus de cela droit à un gros plan sur l’intérieur de la gueule de la créature, il sentait le souffle de la créature ainsi que la bave qui allait avec.
 
Finalement, pour se dégager de cette situation, Wulf administra un solide coup de boule à la créature en hurlant, puis profitant que le clebs se remettait du coup, il enchaîna avec un puissant coup de pied dans la mâchoire pour lui permettre de s’éloigner et de se relever.
 
Wulf ne put même pas reprendre son souffle que déjà la créature attaquait à nouveau. Cette fois-ci, elle mordit Wulf à l’épaule et ses crocs se plantèrent dans la chair. Elle aurait probablement arraché le bras tout entier sans la protection de l’armure ainsi que l’épaisseur de la peau d’ours qu’il portait en permanence. Wulf resta un moment immobile, réprimant un cri de douleur. Il sentait son sang s’écouler sous son plastron vers le sol, souillant la blancheur de la neige. Il sentait en lui l’énergie montée, sa fureur s’intensifier, son esprit basculer vers un état plus bestial. Il lui semblait que même son armure hurlait de rage. D’un coup, il fit exploser son cosmos et sa rage. Ignorant la douleur, il commença à recouvrir ses poings de son cosmos pour ensuite donner un puissant coup dans les flancs de la bête pour la faire lâcher.

Une fois dégagé, Wulf fit à nouveau face à la créature. Mais à présent, Wulf laissait sa bête intérieure s’exprimer. Son comportement et sa démarche avaient clairement changé et faisait de plus en plus penser à ceux d’un ours enragé.  Il montrait les crocs, émettait un grondement sourd, prenait la posture de la bête, repliant ses doigts comme des griffes et se dressant de toute sa hauteur pour paraître plus intimidant. Sentant ses forces décupler sous l’effet du « Wod », il était prêt à se jeter à nouveau sur la créature si elle faisait seulement mine de vouloir s’approcher.



hrp: "Voyons, un mec que j'ai jamais vu, qui sort d'une porte donnant sur le monde des morts d'où plein de mort vivant sortent et qui me demande de ne pas faire de mal à des bestioles géantes avec des crocs et passablement énervée qui veulent me bouffer.... aucune raison de ne pas lui faire confiance !!!" ^^
Locke

Date d'inscription : 15/09/2013
Nombre de messages : 178
Age : 36
Double Compte : Hruodland / Izanagi

Revenir en haut Aller en bas
Mer 6 Mai - 22:40


L’être qui se trouvait près de la statut de Garm prit la parole lorsqu’il vit Olrik. L’homme savait qui il était et confirmait donc qu’il devait travaille pour ou avec Hèl. Cela ne faisait que renforcer l’envie de le tuer qu’Olrik avait développé dès son retour dans le monde réel. Par ses paroles, il incita les fils de Garm à continuer le combat et l’Héritier de Surt comprit les craintes qu’avaient le Hurleur : ses fils étaient totalement manipulés.

Le Guerrier Divin inconnu fut la première cible des chiens gigantesques. L’impact fut rapide et violent, mais Olrik n’eut guère le temps d’y consacrer plus d’attention qu’un autre canidé se jetait sur lui aussi. L’ancien sbire de Loki n’eut pas le temps d’éviter la charge mais tacha d’accompagner le choc en se laissant tomber en arrière. Il fit une roulade afin de se dégager et se prépara à la suite. Son corps sembla s’embraser d’un coup et il se conçu une sorte d’armure de feu afin de se protéger et empêcher le chien d’approcher.

Les flammes semblèrent faire leurs effets mais elles n’empêchèrent pas l’assaut. En une poignée de seconde, la bête fut sur lui au contact du feu qui l’entourait. Cette fois-ci, Olrik était prêt et il put éviter la charge. D’un cou de point, il éjecta le monstre à distance de lui.

- Assez !

Le cosmos de l’héritier explosa et un véritable mur de feu s’érigea entre eux. La bête se tapit sur le sol, effrayé par l’élément. D’un autre geste, il lança une gerbe de feu entre Wulf et son adversaire afin d’y créer aussi un mur de feu.

- Bon tout le monde va se calmer maintenant. J’ai promis à leur papa qu’il ne leur arriverait rien d’irréversible.

Olrik observa un instant son acolyte inconnu et constata qu’il semblait totalement disjoncté.

- Whoo, tu grognes autant qu’eux. Tu mords aussi ?

Les bêtes se tenaient à distance du feu, semblant effrayées. Vali tentait de les inciter à attaquer mais leur peur était plus grande.

- Bon, il va être temps de rentrer chez papa les petits.



avatar
En ligne
WulfFléau de l'Ulfark | Modérateur
Fléau de l'Ulfark | Modérateur

Date d'inscription : 31/01/2014
Nombre de messages : 719
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas
Lun 18 Mai - 22:30
Wulf avait toujours son attention fixée sur le fils du hurleur, mais au moment où il s’apprêtait à reprendre les hostilités il ressentit une grande puissance explosé puis un mur de flamme se dressa entre lui et sa cible. Il stoppa net, reculant même l’espace d’un instant en sentant la chaleur des flammes. En suivant les flammes, il vit le type qui était sorti par le portail menant à Helheim. Il était donc à la source de cela. Alors qu’il parlait (mais si les sons résonnaient dans sa tête, il n’arrivait pas à leur donner un sens), le premier instinct de Wulf lui commanda de l’attaquer, mais il se maîtrisait encore assez pour savoir qu’il n’était pas sa cible. Il se contenta de répondre par un grognement.
 
En reportant son regard face à lui, il distinguait  les chiens d’enfer qui n’en menaient pas large et refusaient d’avancer malgré les invectives de leur maître.  Wulf s’approcha des flammes et tendis la main vers elles, avant de brusquement la retiré sentant les flammes lécher sa peau. Il regarda un moment sa main et souria à pleine dents, il ne sentait aucune douleur. Son envie de faire couler le sang le poussait à vouloir tenter sa chance en traversant les flammes. Il s’approcha d’un pas décidé vers le mur de feu, augmentant son aura au passage, son agressivité  était de plus en plus présent dans son aura. Soudain, au moment même où il posait un pied dans les flammes, il ressentit un choc violent dans son dos. Par réflexe, il se retourna en donnant un coup de bouclier envoyant au sol le draugr qui l’avait frappé par derrière, heureusement pour Wulf, son armure était assez solide pour encaisser l’attaque.
 
Un grand nombre de draugrs s’étaient dirigés en direction des combats pour se joindre à ceux-ci. Wulf ne se fit pas prier, car même s’ils n’étaient pas sa première cible il restait une nuisance à éliminer aussi il ne se fit pas prier pur se jeter sur ces créatures, ombres de ce qu’ils furent de leurs vivants.  Il administra un violent coup d’épaule  au premier adversaire, fracassa d’un coup de poing le bouclier du second avant de le pousser sur le troisième. Il continua à frapper les morts qui s’approchaient, ces derniers manquant de vélocité pour pouvoir tenir face à un éveillé. Mais sa rage lui faisait baisser sa garde et plusieurs coups l’atteignirent bien que la plupart furent déviés par son armure, ou simplement ignoré.
 
Un coup d’épée l’atteignit au visage et lui fit perdre son casque dévoilant son visage, déformé par la rage. Ses lèvres étaient retroussées, laissant paraître ses dents dont certaines ressemblaient à des crocs, ses yeux étaient emplis de fureur et de haine et des veines étaient apparentes. Il releva lentement la tête vers celui qui était responsable de ce coup. Lorsqu’il le vit, sa rage augmenta, il reconnut (ou crut reconnaitre) les traits de l’un des pillards qui avaient menacé son village, le dernier souvenir qu’il avait de celui-là était ses pleurs, lui demandant de l’épargner. Il remarqua que d’autre draugr ressemblait à ces pillards. Son cosmos et sa colère explosèrent d’un coup, il se jeta sur le premier et le renversa à terre avant de le frapper avec le tranchant de son bouclier qui lui fracassa le poitrail en deux avant de se planter profondément dans le sol. Wulf resta bloquer un moment avant d’arriver à détacher le bouclier de son armure. Puis il reprit ses attaques avec encore plus de fureur, ses coups arrivant même à briser certains os, il en vint même à prendre son casque au sol pour frapper certains ennemis. Au fur et à mesure du combat, son aura s’épaissit faisant prendre à son corps une forme de plus en plus bestiale. Lorsqu’il s’attaqua aux derniers draugr à sa portée, son aura le faisait vaguement ressembler à un ours, même ses doigts semblaient ressembler à des griffes. Il fondit en rugissant sur ses adversaires et passa derrière eux en les renversant, leurs laissant au passage de profonde marque, comme si de vrais griffes avaient frappé.
 
Après cela, il se tourna vers la statue du hurleur. Il s’avança en direction de celle-ci, décidé à attaquer la première chose qui se présenterait à lui. Son esprit ne faisait plus la différence entre les alliés des ennemis, tous étaient des adversaires, et donc des cibles,  potentiels. Son aura augmentait toujours plus, il avait rabattu sa capuche, et là ou jadis se trouvaient les yeux de l’animal, une lumière rouge semblait apparaitre. De plus, on pouvait voir se matérialiser dans son aura un humanoïde gigantesque, manifestement un Jotunn, équipé de la tête au pied pour la guerre. Son corps quant à lui n’accusait que quelques marques des coups portées par les cadavres et son visage arborait le regard d’un prédateur cherchant sa prochaine proie


hrp:
 
Locke

Date d'inscription : 15/09/2013
Nombre de messages : 178
Age : 36
Double Compte : Hruodland / Izanagi

Revenir en haut Aller en bas
Mar 26 Mai - 14:26


Les paroles d’Olrik ne semblaient pas atteindre le Guerrier divin. L’Héritier de Surt avait déjà rencontré ce type de phénomène chez certains guerriers qui se laissaient totalement contrôler par leur énergie. On les appelait Berzerker… Pour Olrik, ils étaient surtout des inconscients.

Tandis que son acolyte de fortune se débattait avec les revenants, le maître des flammes pouvait se concentrer sur les fils de Garm. Son mur de feu s’étendit encore, formant un demi-cercle autour d’eux. Les chiens géants étaient totalement effrayés par le feu et grognaient bavant mais étaient obligés de reculer vers le portail toujours actif. Le but d’Olrik était de les amener suffisamment proches de l’ouverture pour que Garm puisse les attraper. A côté du portail, Vali fulminait de voir les choses déraper de la sorte. Il pensait son plan parfait, mais il n’aurait jamais imaginé que l’ouverture du portail lui apporterait un adversaire de plus.

Les flammes repoussaient toujours les canidés, il ne restait que quelques instants avant qu’ils soient avaler par le gouffre.

- Allé les petits, vous saluerez votre père pour moi.

Avec encore un effort, Olrik les força à reculer de quelques pas de plus. Une patte gigantesque surgit alors de l’ouverture et les faucha tous trois. Ils disparurent dans le gouffre sans un cri. Un problème de taille était réglé, maintenant, il fallait refermer ce portail.

Olrik repéra le Berzek à proximité de la statue de Garm. Vali s’y trouvait toujours et il regardait le guerrier qui s’approchait de lui. Wulf était impressionnant par la folie qui l’habitait. Son cosmos prenait la forme d’un géant à mesure que son énergie augmentait. L’héritier de Surt commençait à se demander s’il n’était pas encore plus dangereux que l’engeance de Loki. A son tour, il se dirigea vers la statue de Garm en dissipant ses murs de feu. Vali allait se retrouver prit entre deux feux, ses chances de victoire diminuait de plus en plus.

- Vali ! Abandonne, referme ce portail et fuit tant que tu le peux.

_ Abandonner ? Alors que vous n’êtes que deux en face de moi ? Je crois que ton séjour en Hèl t’as fait perdre la raison Héritier.

Vali regarda de nouveau Wulf qui avançait vers lui.

_ Par contre, je pense qu’il y a plus amusant à faire que de t’affronter. Si je quitte les lieux, vous ne pourrez pas refermer le vortex et ton ami ici présent voudra certainement passer ses nerfs sur quelqu’un, tu me parais totalement approprié pour cela.

Le fils de Loki partit dans un rire de dément alors que son cosmos s’intensifiait. Son corps s’enveloppa d’une aura pourpre avant de disparaitre dans une gerbe de lumière. Olrik n’avait pas pensé que Vali agirait de la sorte. Son but en arrivant était de renvoyer les fils de Garm chez eux mais maintenant, il ne pouvait pas laisser le portail ouvert de la sorte.

- Hey grognon, t’aurais pas une idée pour fermer ce machin ? A moins que tu ne saches que grogner hein…

En plus du petit problème que représentait le passage pour le monde des morts, Olrik avait un guerrier divin moitié fou sur les bras…




avatar
En ligne
WulfFléau de l'Ulfark | Modérateur
Fléau de l'Ulfark | Modérateur

Date d'inscription : 31/01/2014
Nombre de messages : 719
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas
Mar 26 Mai - 21:35
Wulf continuait à avancer en direction de la statue. Plus rien de ce qui l’entourait n’avait d’importance pour lui sauf sa nouvelle cible. Il voulait faire couler le sang, il voulait lui briser les os et éclater son crâne. Le reste, le froid, les draugrs, le portail, les chiens des enfers ou les autres guerriers, plus rien n’avait d’importance.
 
Au moment où l’individu intensifia son cosmos, Wulf fit exploser le sien et chargea vers son adversaire avant de bondir pour essayer de le frapper. Mais il ne put l’atteindre avant qu’il ne disparaisse. Son coup se perdit dans le vide et men même temps l’image du guerrier Jotunn disparut. Wulf hurla de rage à ce moment, puis tourna frénétiquement sur lui-même en espérant repérer où son ennemi se trouvait, il fouillait les environs par des coup-d ’œil rapides et semblait même humer l’air, mais il ne repéra rien. Quand il s’arrêta, sa respiration plus lourde, il tourna finalement lentement la tête en direction du portail. Il ne sentait plus la présence des fils du Hurleur.
 
Ses yeux se posèrent finalement sur le guerrier qui maîtrisait le feu. On pouvait néanmoins se demander comment il faisait pour voir, ses yeux étant révulsé, Wulf semblait être en transe. De son aura émanait une violence primale et aveugle, semblant presque aussi ancienne qu’Asgard elle-même. Les sortes de « veines » qui parcouraient son armure semblaient s’enflammer en réponse à la rage de son propriétaire. La tête d’ours qui lui servait de capuche semblait presque reprendre vie.
 
Sans répondre à Olrik, il se contenta d’avancer vers lui. Son visage était fermé, ne laissant sortir qu’agressivité et rage. Il n’émettait plus de grognement, il était silencieux. Son cosmos avait diminué après qu’il avait loupé son attaque, mais à chaque pas qu’il faisait son cosmos augmentait à nouveau, le géant réapparut au bout d’un moment. Lorsqu’un draugr s’interposa, Wulf se contenta de le repousser avec un violent coup de poing de revers sans arrêter d’avancer. Il éjecta de sa route les quelques autres revenants qui passèrent à sa portée avec la même violence.
 

Finalement, quand il fut plus qu’à quelques pas de l’héritier, il émit un grognement de défi en retroussant ses lèvres pour faire apparaître ses dents. Et soudainement, il fit exploser son cosmos et bondit en hurlant comme une bête enragée (ce qu’il était un peu). Le Jotunn dans son aura semblait pousser un cri de guerre en échos. Wulf avait fait prendre à ses mains la forme de griffe et visait clairement la gorge d’Olrik, son coup avait vraiment pour but de tuer.


hrp:
 
Locke

Date d'inscription : 15/09/2013
Nombre de messages : 178
Age : 36
Double Compte : Hruodland / Izanagi

Revenir en haut Aller en bas
Mar 2 Juin - 19:01



Wulf semblait réellement absent. Sa transe guerrière était totale et les paroles d’Orlik ne parviendraient pas à l’atteindre désormais. Seule la violence pourrait avoir un impact sur lui. C’est d’ailleurs par cette voie que le bersek choisit de répondre à l’Héritier de Surt. Son cosmos jaillit de plus belle et il se jeta dans un hurlement sur Olrik, les mains telles des serres prêtes à agripper son cou.

Olrik intensifia à son tour son cosmos et généra une aura de feu autour de lui afin de pallier l’absence d’armure pour protéger son corps. Lorsque Wulf parvint au contact, Olrik se pencha en avant afin d’esquiver les mains tendues et fonça épaule la première dans l’abdomen du berserk. Le choc contre l’armure fut violent et Olrik serra les dents afin de ne pas céder. Il augmenta son cosmos de nouveau et, à l’instar de Wulf, son aura pris la forme d’un géant. Les deux cosmos semblait s’affronter comme le faisait leurs propriétaires. L’héritier du brasier noir força encore un instant et finit par se dégager en roulant sur le côté.

Son aura était toujours aussi intense mais il avait conscience d’être désavantagé par son manque de protection sacrée. Wulf avait son armure et bénéficiait en plus de la rage animale qui l’habitait. Si Olrik se laissait aller de la même manière, il courait le risque de laisser à son sang de prendre le contrôle de lui-même. Il ne pouvait se le permettre.

- Hey, reprends toi ! On est dans le même camp je te rappelle !

L’Ase ne voulait pas faire du mal à un compagnon mais il avait conscience de l’inutilité des paroles en la circonstance. Il augmenta encore son cosmos et généra une boule de feu dans ses mains tendues droit devant lui.

- Ne m’oblige pas à te blesser berserk !





avatar
En ligne
WulfFléau de l'Ulfark | Modérateur
Fléau de l'Ulfark | Modérateur

Date d'inscription : 31/01/2014
Nombre de messages : 719
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas
Mer 3 Juin - 13:23
S’il l’avait pu, le berzerker aurait probablement été surpris par la réaction de son adversaire, mais dans son état, il se contenta de réagir à la charge de son adversaire en campant solidement ses pieds dans le sol pour arrêter de reculer. Alors que la lutte était engagée entre les deux guerriers, leurs cosmos s’affrontaient également sous la forme des deux jotunns. Cet affrontement devait être impressionnant vu de l’extérieur, le plus fort des géants de glace, luttant contre le roi des géants de feu. Le guerrier des flammes finis par rompre le combat en roulant sur le côté, laissant Wulf emporté par l’inertie.
 
Wulf avait beau n’avoir rien sentit de ce bref affrontement, ni les coups, ni les flammes, son armure conservait quand même quelques traces de l’affrontement. Par endroit, elle semblait avoir été noircie par la chaleur des flammes émisent par l’héritier. Wulf augmenta encore son cosmos en se tournant à nouveau vers sa cible. Ce fut à cet instant que quelque chose se produisit. Le signe du Hrungni Hjarta apparut sur la poitrine de l’armure. À ce moment, l’aura de Wulf se renforça, et l’on pouvait aussi sentir que quelque chose changeait dans l’aura de Wulf, il semblait perdre toute trace d’humanité pour faire place à quelque chose d’autre, quelque chose dont le de bien plus froid et inquiétant qu’une simple bête.


hrungni hjarta:
 

 
Etrangement, il ne réagit pas lorsque l’héritier s’adressa à lui, il se contenta de fixer son adversaire, ainsi que la boule de feu qu’il créait, pendant quelques instants. Puis, il prit la parole, mais avec une voix profonde et déformée, semblant tout droit sortie d’une caverne, une voix qui semblait à peine humaine.
 
-   Blòd til Gûds ! Einherjar til Ölfadir !!
 
Il ponctua sa phrase par un grognement de défis. Il s’était exprimé en vieil Asgardien et le ton employé était chargé de menace et de malédiction. L’aura qui l’entourait s’était encore épaissit, les traits de son visage semblaient de moins en moins discernables. On avait l’impression que le berserk était en train de ne faire plus qu’un avec la peau de la bête qui le recouvrait. Wulf envoya une vague de cosmos vers Olrik, mais il ne s’agissait pas d’une attaque, la manœuvre créa une véritable rafale de neige, qui cachait les mouvements de Wulf à son adversaire tel un mur. Wulf en profita pour contourner sa cible pour l’attaquer sur le flanc droit. Il surgit du blizzard qu’il avait créé en rugissant, non seulement sa vitesse avait augmentée mais son cosmos semblait lui avoir fait changer d’apparence, ses traits étaient devenus bestiaux à un point qu’on avait du mal à distinguer s’il s’agissait encore d’un homme… ou une bête à silhouette humaine. C’est ainsi qu’il fondit sur Olrik en frappant au niveau du torse, des griffes de cosmos semblait remplacer ses doigts. Il atterrit de l’autre côté de son adversaire, dispersant son aura et reprenant son apparence. Directement il se retourna pour frapper à nouveau son adversaire… mais il s’immobilisa en plein mouvement.
 
Il sentait autour de lui une… non, plusieurs présences familières. Il détourna son attention de sa proie, observant autour de lui. Il percevait clairement, trop clairement pur l’état où il était, les visages qui apparaissaient sporadiquement dans les flocons de neiges qui volaient dans le vent. Bjorn, son mentor, Erik, son ami, Thorilde, Ulrik, … les visages des siens, de ses victimes… Hallucinations ? Ou étaient-ils vraiment-là ?
 
Wulf recula d’un pas en grognant, fixant les environs, regardant les visages apparaître fugacement dans les airs. Il secoua la tête et se remit en position de combat, prêt à charger à nouveau. Mais au moment où il allait charger, il se sentit comme retenu, il n’arrivait pas à attaquer, même son aura, s’il restait présent, s’il contenait toujours autant d’agressivité, semblait vaciller par instant. En hurlant, il se prit la tête entre les mains, hurlant à s’en éclater les poumons.
 

-  SORTEEEEZ !!!!!!!!!
Locke

Date d'inscription : 15/09/2013
Nombre de messages : 178
Age : 36
Double Compte : Hruodland / Izanagi

Revenir en haut Aller en bas
Ven 5 Juin - 15:45


Comme prévu, les mots n’avaient aucun poids face à lui. Olrik allait être forcé de recourir à la force s’il ne voulait pas se retrouver de nouveau en Hèl. Son adversaire n’était pas le plus fort qu’il avait affronté mais il s’agissait d’un compagnon d’arme, même s’ils ne se connaissaient pas, l’Héritier rechignait donc à risquer de le tuer. Mais l’attitude de Wulf ne lui laissait guère le choix. Le guerrier nordique se mit à parler dans une langue rugueuse. Olrik reconnut l’Asgardien antique et comprit qu’il faisait référence à Odin. Même s’il ne parlait pas cet ancien langage, il avait suffisamment de connaissance pour comprendre la phrase « Du Sang pour les Dieux ! Des Champions pour le Père de Tout! »

Le Berserk passa de nouveau à l’attaque. D’une vague d’énergie, il créa une rafale de neige afin de cacher ses manœuvres. Olrik lâcha sa boule de feu qui fit fondre la plus gros de l’énergie glacé. Cette légère perte de temps suffit à Wulf pour venir au contact. L’héritier du brasier noir ne pouvait plus esquiver l’attaque et il reçut le coup de griffe en pleine poitrine. Sa résistance naturelle et l’aura de feu qu’il générait en permanence autour de lui, lui permirent de restreindre les dégâts mais il gagna cinq belles entailles sur la poitrine et sa tunique n’était plus que haillon. Olrik se prépara à un nouvel assaut mais il fut surpris de voir que Wulf s’était arrêté. Pourtant, le Berserk avait l’avantage jusque-là, il était étrange qu’il ne le pousse pas plus loin.

Une sensation étrange se propageait dans le cimetière d’améthyste. La mort était présente, de manière bien plus flagrante qu’à l’habitude. L’ancien porteur de l’armure de Garm avait conservé un lien avec le monde des esprits et avait l’habitude de ressentir les fluctuations de ce type mais elles n’avaient que rarement été aussi fortes, et elles étaient toutes concentrées autour de Wulf. L’héritier n’eut que peu de difficulté à imaginer ce qu’il pouvait se passer : le portail ouvert par Vali permettait aux âmes de ressurgir du néant. Il avait lui-même déjà vécu une situation similaire alors qu’il se trouvait dans les ruines de sa demeure familiale à Muspelheim et il n’en gardait pas de bons souvenirs.

Quoi qu’il en soit, il ne pouvait pas laisser passer cette chance. Wulf n’était plus concentré sur lui et ne semblait plus en mesure de combattre. Olrik concentra son énergie et des flammes apparurent autour de lui. Il les concentra toutes dans ses mains et généra un pont de feu au-dessus de lui. Le feu circula un instant entre ses deux mains avant qu’il ne projette une gigantesque gerbe de feu en réunissant ses deux mains droit devant lui.

- BURNING CREMATION !

Il avait modéré la puissance fournie à l’attaque afin de ne pas tuer son adversaire du moment mais l’assaut restait conséquent…




avatar
En ligne
WulfFléau de l'Ulfark | Modérateur
Fléau de l'Ulfark | Modérateur

Date d'inscription : 31/01/2014
Nombre de messages : 719
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas
Dim 14 Juin - 13:18
Wulf se tenait toujours la tête, il sentait toujours la présence des esprits autour de lui, il sentait que ces derniers agissaient sur son esprit. Il voyait des images se succéder dans son crâne, sans liens apparents entre elles. Il voyait son village, un guerrier armé d’une lance, une statue représentant une créature, l’ombre d’un ours, un flacon, une grotte… Tout cela le déconcentrait.
 
Soudains, il vit les flammes se diriger vers lui. Par réflexe, il se protégea le visage avec ses bras. La chaleur des flammes ne lui arracha pas un rictus de douleur. Wulf commença à avancer malgré le torrent de flamme, mais il le faisait avec difficulté, chacun de ses pas lui arrachait un grognement d’effort ainsi qu’une augmentation de son aura. Malgré les dégâts, Wulf semblait résister, lorsque soudain, il sentit à nouveau son être assaillit par autre chose. Cela suffit à briser sa garde et Wulf subit le reste de l’attaque de plein fouet. Il fut emporté et finit sa course contre l’un des cristaux d’améthyste qui parsemait le cimetière, qu’il renversa au passage.
 
Immédiatement, Wulf se releva, son armure avait noircie, une partie de la fourrure qu’il portait était en train de brûler, et certains de ses cheveux commençaient également à prendre feu. Lui-même arborait de légère brûlure par endroit. Mais son visage arborait toujours la même expression de rage pure, comme si tout cela ne lui avait rien fait. Alors que Wulf  recommençait à avancer, son aura augmenta nettement l’espace d’un bref instant, dissipant les flammes qui étaient encore présentes, avant qu’il ne s’arrête une nouvelle fois, sentant à nouveau la présence des siens. Wulf se raidit, et sentit en même temps sa rage perdre de son emprise, l’espace d’un très bref instant. À présent, il se dressait immobile face à sa cible, le fixant du regard, comme s’il cherchait une faiblesse.
 
Il se passa cependant une chose inattendue, la main de Wulf se dirigea vers le haut de sa protection, à chaque seconde où son bras se déplaçait, son cosmos augmentait progressivement, comme s’il s’agissait de pulsation. Finalement, Wulf détacha son plastron qui tomba lourdement sur le sol, désormais la seule chose qui protégeait le haut de son corps était l’habit qu’il portait, une simple chemise de cuir, en assez mauvaise état. Il ne devait pas être aisé à comprendre pourquoi le berserk se débarrassait ainsi de sa protection. Était-ce un défi ? Une manière de faire comprendre qu’il ne craignait pas le coup de son adversaire, quel qu’en soit la nature ? Est-ce que les esprits l’entourant l’avait poussé à retirer sa protection pour venir en aide à son adversaire, à moins que ce ne soit une décision du « vrais » Wulf ? Cela pouvait aussi être simplement une action irrationnelle, preuve supplémentaire de la folie du guerrier-fauve.
 


L’instant qui suivit l’instant où l’armure avait touché le sol, son énergie explosa comme jamais auparavant. Partant dans un hurlement vers le ciel. L’effet fut radical, s’il existait encore des doutes à propos que Wulf était ou non toujours posséder par sa  transe, ils n’avaient plus lieu d’être. Par la même occasion, les esprits semblèrent disparaitre, comme soufflés par la nouvelle arrivée d’énergie. Une nouvelle fois, il chargea droit vers l’héritier, ne se souciant de rien d’autre que de sa cible. Lorsqu’il arriva à portée, il frappa avec un coup ascendant les mains jointes en direction de la mâchoire de son adversaire. Encaisser ce coup revenait à encaisser un coup de massue. Il enchaîna directement avec un coup de genoux en direction du ventre de son opposant puis continua avec une suite de coups de poings. Ses coups étaient d’une violence extrême, renforcé par sa transe et par le cosmos, mais dans ce déchainement de sauvagerie Wulf négligeait totalement sa défense, laissant de nombreuses opportunités pour l’attaquer. Le berserk n’en était probablement  pas conscient, et même n’en avait cure, seul la destruction lui importait et de toute façon il ne ressentait aucune douleur. À un moment, Wulf fit un petit bond en arrière, non pas dans une éventuel retraite, mais pour concentrer son énergie dans ses bras, sa prochaine attaque risquait d’être la plus violente de toute.


hrp:
 
Locke

Date d'inscription : 15/09/2013
Nombre de messages : 178
Age : 36
Double Compte : Hruodland / Izanagi

Revenir en haut Aller en bas
Lun 22 Juin - 16:42


L’attaque porta mais encore une fois le Berserk se releva sans avoir réellement souffert. Son état le rendait insensible à la douleur. Si Olrik voulait en finir, il lui faudrait frapper encore plus fort. Sans qu’il ne comprenne pourquoi, l’Héritier du Brasier Noir vit son adversaire du moment se débarrasser de son armure. Quelle folie pouvait-il le pousser à retirer la seule chance qu’il avait de résister au pouvoir du feu ? Quoi qu’il en soit, le simple fait de se débarrasser de son armure sembla augmenter encore son cosmos. Sa puissance était grande, allant bien au-delà de ce qu’Olrik s’attendait. Ce guerrier pouvait être un allié de poids, s’il parvenait à se contrôler.

La charge fut rapide. Olrik, encore engourdi de son séjour en Hèl, ne parvint pas à se déplacer assez vite pour esquiver les premiers assauts. Il encaissa ainsi un coup violent à la mâchoire puis un coup de genoux au ventre qui le plia en deux. Dans un sursaut de vitesse, il esquiva le coup suivant et parvint à se mettre en garde. Durant de longues minutes, les deux adversaires échangèrent une série de coups violents tentant de percer les défenses de l’autre.

Au fur à mesure de l’échange, Olrik accéléra ses assauts afin de surpasser son adversaire. Malgré la rage bestiale de Wulf, Olrik lui restait d’un niveau supérieur et prit petit à petit l’ascendant. Le furieux s’en aperçut-il au moment où il se recula pour mieux attaquer ? Ce fut aussi à ce moment que l’Héritier de Surt choisi d’augmenter son cosmos à l’extrême. L’affrontement durait depuis trop longtemps, les morts continuaient de se déverser sur la terre malgré les flammes qu’Olrik générait pour les stopper. Durant l’affrontement, le guerrier avait continué de surveiller le vortex et avait généré une barrière de feu afin d’empêcher les Draugr de déferler dans le monde des vivants. Mais il fallait en finir pour de bon.

- Allé, viens !

Totalement entouré de flamme, Olrik invectivait Wulf à l’attaquer. Les deux Cosmos irradiaient des corps comme jamais, l’assaut serait rude. L’Héritier commença à avancer vers son adversaire en tendant ses deux bras vers l’avant, la puissance jaillissait de son corps.

- FIRE STORM !

Un déluge de feu jaillit alors du cops d’Olrik et vint virevolter à l’encontre du Berserk…




avatar
En ligne
WulfFléau de l'Ulfark | Modérateur
Fléau de l'Ulfark | Modérateur

Date d'inscription : 31/01/2014
Nombre de messages : 719
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas
Mar 23 Juin - 18:13
Le corps de Wulf commençait à accuser les coups qu’il avait dû encaisser durant la bataille bien qu’il n’en laissait rien paraître. Hormis la présence des marques de l’affrontement, Wulf semblait nullement en souffrir ni même sentir une quelconque gêne par rapport à ces blessures. Alors que son cosmos continuait à augmenter, celui de son opposant en faisait de même et de manière impressionnante. Instinctivement, les traits du visage de Wulf se modifièrent, il semblait presque sourire… La soif de combat qui l’habitait se trouvait pleinement satisfaite par cet affrontement. Et lorsque le torrent de flamme fondit dans sa direction, on aurait pu croire qu’il allait se mettre à rire, mais il partit dans un hurlement de défis.
 
Pendant le temps où son énergie s’était concentrée, des images c’étaient mises à défiler dans son esprit. Un territoire dévasté, deux guerriers, les plus puissants de leurs races se faisant face, un marteau et un rocher…. Un choc d’une puissance inouïe….
Au moment où il poussa son hurlement, Wulf fonça droit dans les flammes, frappant comme si ses poings formaient la tête d’un marteau, faisant éclater son cosmos au moment même où il entrait au contact des flammes. Une véritable vague d’énergie prit forme et heurta le feu invoqué par son adversaire. Une lutte commença, Wulf était à présent totalement enveloppé par la tempête incandescente déclenché par l’Héritier, protégé uniquement par son aura et tirant parti de son attaque pour essayer d’avancer, ou plutôt de résister à la puissance de son adversaire. Wulf n’arrivait pas à maintenir la puissance de son attaque et perdait pied dans l’affrontement. Il résista l’espace d’une seconde sans problème… deux secondes, son avancée était stoppée nette… Trois, on pouvait l’entendre émettre un grognement d’effort pour se maintenir sur ses appuis… Quatre, son grognement se muait en rugissement de rage alors que son aura protectrice commençait à faiblir et que les flammes commençaient à lui caresser la surface du corps, … Et cinq, Wulf céda et, une nouvelle fois, fut emporté par la puissance de l’attaque.
 
Le berserk s’écrasa avec violence plusieurs mètres plus loin, contre les arbres morts parsemant l’endroit. Celui conte lequel il se cogna s’écroula pendant que la zone subissait quelque chose s’approchant du souffle d’un dragon, dévastant le peu qu’il y avait à dévaster. Avant même que son adversaire puisse se poser la question de l’éventuel survie de Wulf, ce dernier relacha son énergie créant autour de lui une onde choc qui détruisit un peu plus les arbres ( et les tombes d’améthyste ainsi que les rocher) et qui parcourut le cimetière tel une bourrasque avec une rare violence.
 
Wulf, s’était au passage libéré de la souche qui s’était en partie effondré sur lui et se traina hors de sa zone de chute. Il apparut aux yeux de son adversaire ainsi, s’extirpant de la fumée en rampant. Ses mains agissaient comme des griffes pour lui permettre d’avancer. Il essaya ensuite de se relever, son cosmos continuait à croître au gré de ses vagues de fureur, mais semblait perdre en stabilité, son aura semblait devenir de plus en plus chaotique. Mais à chacune de ses tentatives de se relever il échouait, il avait beau enfoncer rageusement ses poings dans le sol pour s’en servir comme appui, il n’arrivait pas à se soulever. Son regard exprimait toujours la même fureur, sa mâchoire était serrée à l’extrême, un filet de bave et de sang s’écoulait de ses lèvres. Son esprit voulait continuer le combat mais son corps ne suivait plus, il était vaincu. Il finit par s’effondrer après plusieurs tentatives, son corps s’immobilisant au sol. Son énergie sembla pendant un instant s’agiter, ces mouvements étaient semblables à ceux d’un animal sauvage tentant de s’échapper de sa cage, avant d’elle aussi s’évanouir. Le corps de Wulf se détendit d’un seul coup, il était couvert de brûlure en plusieurs points et il ne donnait plus guère signe de vie, sa cape le recouvrant désormais comme une sorte de linceul.
 
Mais Wulf était toujours en vie. En lui, il sentait la tempête disparaitre et comme à chaque fois, une inexplicable amertume l’envahissait. Il revoyait aussi en boucle les images que les esprits lui avaient fait voir.
 
La main de Wulf se remit à bouger faiblement, le guerrier se retrourna difficilement sur le dos. À peine conscient, il émit difficilement quelques sons semblant incohérents.
 
-  Le gar…gardien de pi…erre. Le sang de… des morts.
 


Sa main bougea imperceptiblement pour désigner la statue de Garm, avant de retomber dans l’inconscience.
Locke

Date d'inscription : 15/09/2013
Nombre de messages : 178
Age : 36
Double Compte : Hruodland / Izanagi

Revenir en haut Aller en bas
Ven 26 Juin - 16:49


La fin… enfin. Le dernier coup d’Olrik avait su faire les dégâts nécessaires afin que son adversaire reste au sol. Ce dernier avait bien tenté de contrer le déluge de feu que l’Héritier avait généré mais il avait fini par céder. Céder avec panache. L’explosion d’énergie qu’il avait créée en s’écroulant avant été intense, digne de la puissance d’un Eclat Divin. Olrik s’était protégé avec ses flammes pour dissiper la bourrasque violente qui s’abattait sur lui.

L’Ase attendit que la fumée générée s’atténue afin de distinguer de nouveau son adversaire d’un jour. Celui-ci rampait sur le sol, semblant ne pas vouloir baisser les bras et continuer le combat. Mais son corps en avait décidé autrement et après plusieurs tentatives, il finit par s’immobiliser. Olrik attendit quelques secondes pour être bien sur avant de se détendre et de laisser son feu s’estomper. Il ne maintint en place que les murs de flammes qu’il avait générées pour empêcher les morts de se disperser dans la forêt.

- Bon, tu as été plutôt coriace l’ami. Maintenant, je pense que tu vas devoir te reposer un moment. Qu’est-ce que je vais faire de toi hein ?

Alors qu’il le pensait inconscient, il le vit de nouveau bouger et entendit sa voix faiblement. Les paroles qu’il prononça étaient très nébuleuse mais le geste qu’il fit pour désigner la statue du Gardien fut bien plus clair. La clef pour fermer le portail était l’objet. Ca, Olrik s’en était douté par contre il ne saisissait pas bien cette histoire de sang des morts. Fallait-il vider de son sang l’un des revenants qui s’agitait autour d’eux ? L’Héritier du Brasier Noir ne pouvait pas espérer plus d’aide de la part du Berserk : ce dernier s’était réellement évanoui cette fois ci. Olrik était donc seul face à son problème.

Conscient du danger que représentait un être ainsi assoupi en terrain hostile, il alla auprès de Wulf et commença à le déplacer. Le soulevant du mieux possible, le guerrier pesant son poids, il passa l’un de ses bras autour de son cou et l’emporta de l’autre côté de l’un des murs de feu afin de l’allonger contre un arbre. Une fois celui qu’il n’aurait jamais dû combattre à l’abri, il put retourner dans l’arène.



avatar
Eris

Date d'inscription : 06/05/2010
Nombre de messages : 7274
Age : 28
Double Compte : Gareth

Revenir en haut Aller en bas
Mer 1 Juil - 21:40
Après avoir récupérer une partie de ses forces la jeune guerrière d’Asgard quitta la gorge sans mot dire. Les terres du nord exigeaient une protection de tous les instants, elle remonta le royaume en direction de Magnir à la recherche d’une zone non expurgée de ses envahisseurs.

Parvenue au cimetière d’Améthyste elle obliqua dans une direction contraire, un cosmos qu’elle imaginait ne jamais revoir. Il ne lui fallut qu’une dizaine de minutes pour rejoindre le cœur des effluves cosmiques. Physiquement elle trouva Olrik à son apogée, l’héritier de Surt l’avait toujours plus ou moins attiré. Malgré leur allégeance commune elle demeura à bonne distance, méfiante.

-« ça fait longtemps… » La jeune femme détourna le regard en direction des morts avant de le poser sur le guerrier divin qui gisait un peu plus loin. « Ces brulures… son état est de ton fait ? Je ne savais pas que tu laissais les loyalistes en vie ? »

Tout en gardant ses distances, la jeune femme fit le tour de l’arène sans quitter Olrik des yeux. Il était le bras droit de Loki, un modèle pour les troupes du fils banni et pourtant une différence notable empêchait Eydis de le considérer en frère.

-« Ou étais-tu ? » lui demanda la jeune femme en serrant autours de son poignet le gantelet d’or.

S’il s’avérait être le traitre qu’elle imaginait alors ce jour pourrait voir la mort d’un renégat à la cause et la chute d’un loyaliste… Les morts environnants, ce portail étrange et les violents combats qui avaient eu lieux ici lui fourniront un alibi solide.
Locke

Date d'inscription : 15/09/2013
Nombre de messages : 178
Age : 36
Double Compte : Hruodland / Izanagi

Revenir en haut Aller en bas
Lun 6 Juil - 14:54


Une vois retentit derrière Olrik et le surprise. Il n’aurait jamais cru réentendre ce timbre arrogant s’adresser à lui. L’Héritier se retourna lentement et fit face à la jeune fille.

- Je n’ai que bien trop tué d’innocent sous les ordres du fourbes, Eydis.

Olrik n’était pas dupe. Malgré l’amure qu’elle portait, il savait parfaitement qu’elle n’était en rien une servante d’Odin. Elle n’était qu’une esclave de Loki comme lui-même l’avait été durant bien des années. Lui avait su ouvrir les yeux sur la vérité, elle… était toujours perdue dans les ténèbres.

- En quoi le lieu où je me trouvais t’intéresse-il ? Si tu veux réellement le savoir, je me trouvais dans un lieu charmant nommé enfers. C’est la fille de ton maitre qui maintenait prisonnier. Et toi, pourquoi n’es-tu pas en train de lécher les bottes de Loki ? Ne me dis pas qu’il t’a chassé ?

L’agressivité de l’Asgardien était évidente. Eydis faisait partie des proches du fourbes et en tant que tel, elle était une ennemie naturelle. Olrik s’était juré d’anéantir tous les partisans d’Octantis, Eydis n’en ferait pas exception.

- A moins que tu ai enfin ouvert les yeux et que tu ne sois plus une fidèle de cette fripouille. J’en doute vu que ton Cosmos n’a pas changé d’un iota. Tu dois pourtant bien savoir que Neiya est morte et qu’Octantis n’est plus ? Ubar a tout changé pour Asgard. Même si les troupes de Polaris ont été vaincus, c’est la défaite de Loki que la guerre à engendrer. Et tu ne peux pas savoir à quel point cela me fait plaisir.
Beaucoup de chose ont changé depuis qu’on s’est vu, je ne suis plus du même camp. J’ai découvert la vérité sur les exactions du perfide et durant toute ces années, ma vengeance était tournée du mauvais côté.


Les flammes qu’Olrik généraient ne faiblissaient pas. Elles entouraient les deux protagonistes, les séparant des morts vivants qui continuaient de sortir du vortex.




avatar
Eris

Date d'inscription : 06/05/2010
Nombre de messages : 7274
Age : 28
Double Compte : Gareth

Revenir en haut Aller en bas
Lun 6 Juil - 17:43
Si Eydis avait écouté ses émotions, l’héritier de Surt serait mort sur l’instant. Ce traitre ne méritait pas mieux et pourtant elle se retint, soutenant le regard de l’ardent personnage sans ciller, sans faillir. Elle se devait d’accomplir sa mission, infiltrer les loyalistes devenir l’une des leurs et faire tomber Odin au moment opportun.

Pourtant, la belle et jeune femme ne savait plus réellement pour qui se battre Loki ou elle-même ? Si son aversion pour les suppôts d’Odin demeurait intacte, l’attirance démesurée de Loki pour la pomme d’or l’inquiétait également. Elle pourrait très bien la garder pour elle seule ? Suffit de savoir sur qui l’utiliser.

Eydis se força un peu et son visage pu délivrer un sourire avenant à Olrik, à ce stade du jeu autant tenter le tout pour le tout, elle savait bien qu’Olrik ne la croirait pas, qu’il afficherait un doute raisonnable, elle s’attendait même à être testée.

-« Fort bien, je suis heureuse que tu te sois rangé, tu suis ta véritable nature. Je ne savais pas que Hell te retenait contre ton grès, elle a toujours été des plus particulières. » Eydis observa les morts à travers les flammes… « Qui est derrière cette attaque ? J’ai combattu un groupe de Jötuns au Nord avec deux loyalistes et ces derniers sont toujours en vie… Au cas où cette question te viendrait à l’esprit. »

Elle s’approcha doucement des flammes en prenant toutes les précautions nécessaires, l’ancien adepte du Fourbe pourrait avoir une remonté « d’old school » et essayer de la faire frire. « Le cosmos est lié aux émotions et, contrairement à toi, je n’ai jamais été une grande émotive… Tu servais Loki par besoin de vengeance, je suis certaine que tu ne croyais pas à sa cause. Notre différence est là, je crois à sa vision d’Asgard et tout comme toi je suis fidèle à ces terres. Tu ne crois pas qu’on devrait d’abord refermer cette faille avant de régler nos différents ?»

Lui dire tout de go qu’elle avait renié Loki ne servirait pas ses intentions, elle devait lui jouer un tout autre jeu et donc elle convint, avec elle-même, de se décrire comme une guerrière de Loki sur le chemin de la repentance.
Locke

Date d'inscription : 15/09/2013
Nombre de messages : 178
Age : 36
Double Compte : Hruodland / Izanagi

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 9 Juil - 12:08


- Pourquoi ? Perso, j’aime assez nos échanges d’amabilités.

Un sourire hargneux étira les lèvres d’Olrik mais il savait qu’Eydis avait pour une fois raison. A dire vrai, il n’avait rien à lui reproché de particulier hormis le fait qu’elle continuait de servir Loki alors que lui avait ouvert les yeux. Mais ça, ça la regardait. Et puis, elle affirmait avoir travaillé main dans la main avec des adeptes de Polaris et les avoir laissé vivants, peut-être avait-elle un peu changé quand même.

- T’as tords quand tu dis que je ne croyais pas à Loki. A une époque, je pensais réellement qu’il souhaitait le bien d’Asgard mais j’ai depuis réalisé qu’il ne souhaitait que son propre bien. Nos terres glacées ne sont pour lui qu’une étape dans sa conquête mondiale. Plus encore que ma vengeance, c’est l’empêcher d’arriver à ses fins que je souhaite obtenir. Et cette attaque, est à coup sûr l’un de ses projets tordus. C’est Vali qui a ouvert ce portail et il a pris la fuite sans me dire comment le refermer. Si t’as une idée je suis preneur d’ailleurs ? Le fourbe ne t’aurait pas parlé de ses plans ?

Même s’il était prêt à accepter que ses intentions étaient d’aider, l’Héritier ne comptait pas faire une confiance absolue à la jeune fille. Elle était tout à fait dans le genre à planter un coup dans le dos à une vieille infirme tout en faisant croire qu’elle l’aidait à rentrer chez elle. Olrik indiqua le corps étendu de Wulf.

- Mon ami caractériel ici présent, à parler du “sang des morts” pour pouvoir fermer le portail. J’avoue que je me suis demandé s’il fallait par vider l’un de ces cadavres sur la statue pour l’inonder de son sang. Ou alors, il préférait du sang plus frais, comme le tien… ou le mien… Sinon, il nous reste aussi la force brute. Une attaque conjuguée suffirait peut être.




avatar
Eris

Date d'inscription : 06/05/2010
Nombre de messages : 7274
Age : 28
Double Compte : Gareth

Revenir en haut Aller en bas
Dim 19 Juil - 10:09
« Je n’ai plus vu Loki depuis son enfermement… Tu sais peut-être ou il est retenu ? »

Elle mentait mais ne voulait pas qu’Olrik découvre que les cadavres calcinés non loin de Loki étaient de son fait. Quand bien même elle mentait au sujet de sa rencontre avec le Fourbe, ce dernier n’y était pour rien dans l’invasion d’Asgard.

« Je ne crois pas que cette invasion soit de son fait… Là ne sont pas ses méthodes. Le seigneur Loki préfère les voies indirectes. »

Eydis n’avait pas répondu à Olrik sur le sujet de ses croyances, autant laisser les discutions sur son ancienne affiliation de côté. Son ancien allié ne faisait pas preuve de retenue lorsqu’il évoquait le sujet. Quant aux morts ? Ils continuaient d’affluer depuis le portail et les flammes d’Olrik les maintenaient à distance même si certains d’entre eux tentaient leur chance en essayant de les traverser.

-« Le sang des morts tu dis ? Je suppose que c’est le leur. A moins que ce ne soit le tien, tu as été enfermé en enfer non ? » Lui dit-elle en souriant puis en reprenant sur un ton atone « trêve de plaisanterie, je suggère que tu modifies le tracé de tes flammes pour approcher ces morts le plus possible du portail. Ensuite je me lance dans l’arène et je les éviscère. »

[Event ] - Les morts se joignent à la fête !

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» [Event ] - Les morts se joignent à la fête !
» event coupe du monde la semaine prochaine
» Tuto pour peindre les morts.
» [morts vivants] WIP de fond de tiroir
» Haiti/cyclone : Le bilan des victimes de Hanna passe à 61 morts

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya :: Zone Guerre Sainte :: Cercle Polaire Arctique :: Les Royaumes d'Yggdrasil :: Asgard :: Le Cimetière des Déchus-