:: Zone Guerre Sainte :: Cercle Polaire Arctique :: Les Royaumes d'Yggdrasil :: Asgard :: Le Cimetière des DéchusAller à la page : Précédent  1, 2
Locke

Date d'inscription : 15/09/2013
Nombre de messages : 178
Age : 36
Double Compte : Hruodland / Izanagi

Revenir en haut Aller en bas
Mar 21 Juil - 11:01


Par ses paroles, Eydis apprit à Olrik l’enfermement de Loki. Le guerrier divin n’avait pas eu de nouvelles du fourbe durant sa période d’enfermement et il était resté persuadé qu’il était libre de ses mouvements et qu’il avait organisé tout le malheur qui frappait Asgard à ce jour. Malgré cela, l’Héritier choisi de ne pas révéler son ignorance à son interlocutrice. D’ailleurs, elle n’avait pas tort sur les méthodes employées par le Dieu malin en général. Il n’aimait pas agir en pleine lumière, c’était plus le genre de sa fille… Donc si Loki n’y était pour rien, il était à peu près sûr que Hèl était coupable. Avec la présence de Vali, Olrik comprit que la descendance du fourbe avait décidé de prendre les choses en main.

- J’ai certes passé plus d’années en enfer que dans le monde des humains dans ma vie mais je ne suis pas mort donc, je doute que mon sang soit le bon. Ton idée est sympa mais pas sur la durée. Si on ne ferme pas le portail, il y aura toujours plus de mort vivant et on finira débordé. Mes flammes ne les retiennes que difficilement déjà.

Olrik fit une pause et soupira un grand coup.

- Mais au moins, c’est un début de plan. Aller, je trouve la voie ne me déçois pas !

Les yeux d’Olrik se mirent à luire de manière dangereuse mais il n’était aucunement question d’attaque. Les flammes obéirent à sa volonté avec facilité et s’ouvrirent afin de permettre le passage d’Eydis sans danger. Il créa ensuite une sorte d’entonnoir pour forcer les morts à se diriger vers la gueule du vortex.

- Voilà c’est fait. Vas-y je te suis !




avatar
Eris

Date d'inscription : 06/05/2010
Nombre de messages : 7274
Age : 28
Double Compte : Gareth

Revenir en haut Aller en bas
Lun 27 Juil - 21:44
Olrik avait rassemblé leurs adversaires, tout en ouvrant la voie vers le portail. La jeune femme prit une profonde inspiration et traversa les morts. La plupart d’entre eux n’offraient pas de lourde résistance mais leur nombre était une force à ne pas négliger. Eydis jouait des coudes et des poings pour acculer certains morts contre le portail…

L’un d’entre eux tenta de se jeter sur son dos, en augmentant sa puissance physique elle lui saisit le crane et l’ôta du corps qui retomba derrière elle. Olrik n’était pas loin derrière, mais elle souhaitait évoluer seule, le corps à corps était son domaine, son expertise… Le vieil Olrik devait savoir qu’elle n’était plus aussi fragile que jadis.

Trop méfiante elle fit en sorte de ne pas se servir de la pomme d’or, bien qu’elle se demanda si cette dernière avait la puissance nécessaire pour refermer le portail ? A quelque mètre du portail elle envoya un mort à terre et lui ouvrir le vente d’un violent coup de pieds pour asperger l’ouverture dimensionnelle de sang…

-« Combien penses-tu qu’il en faut ? » demanda-t-elle à Olrik en tentant de couvrir le vacarme du combat.

Encerclée la jeune Asgardienne luttait pour ne pas tomber. La rage au ventre elle versait le sang ennemi sur le portail, elle-même en était couverte des pieds à la tête… Alors qu’elle se trouvait à quelques centimètres de la porte infernale, un bras l’agrippa et la fit chuter. La jeune femme tenta en vain de se tirer de ce mauvais pas…

-« Olrik ! »
avatar
En ligne
WulfFléau de l'Ulfark | Modérateur
Fléau de l'Ulfark | Modérateur

Date d'inscription : 31/01/2014
Nombre de messages : 719
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas
Lun 27 Juil - 23:05
Alors que son corps gisait inconscient dans le cimetière d’améthyste, sa conscience errait dans les méandres de son esprit. Qui il était ? Ce qu’il était ? Une créature dominée par une violence aveugle, condamné à une existence où il risquait en permanence d’abattre ceux qu’il avait juré de protéger, comme il avait juré, puis abattu les siens. Wulf se rendit compte que d’une certaine manière, il prenait goût à ses crises de rage, plus de remord, plus de souvenir, plus rien que le combat, l’adrénaline… l’acceptation de sa véritable nature, peut-être qu’après tout que lâcher prise était ce qu’il y avait de mieux à faire pour lui. Sa vie serait intense et ne prendrait fin que le jour ou un autre guerrier mettrait fin à son existence. Mais une autre partie de lui rejetait cette éventualité, cette partie refusait de jeter aux orties les valeurs dans lesquels il avait été éduqué, d’oublier ceux qui n’étaient plus, de fuir les responsabilités qu’il avait accepté de prendre, de lever la main sur ce qu’il considérait être les siens.
 
Alors, une image se forma. Wulf fut soudain à nouveau dans son corps. Il était affalé sur l’une des tables de la grande salle, mais il n’entendait pas de chant, il avait mal à la tête, comme s’il avait trop bu, mais la corne qu’il tenait était vide et sèche. Il était de retour au village, mais il ne sentait pas d’autre présence que la sienne dans les environs. Que faisait-il ici ?
Soudains, il sentit une paire de main l’attraper puis le soulever avec force pour ensuite le jeter contre le mur. Wulf se releva péniblement et en regardant, il crut que sa vision lui jouait des tours. Un homme se tenait devant lui, il faisait à peu près la même taille que lui et était solidement bâtît. Une longue chevelure brune lui tombait autour de la nuque.
 
- Erik ?! 
 
Il s’agissait bien de son ami, mais il avait quelque chose de changer, l’étincelle passionné qui brûlait usuellement dans ses yeux bruns était devenue un brasier, il avait l’air grand et terrible et une tempête semblait l’habiter.
 
-  Alors tu abandonnes comme ça ?
 
Il s’était exprimé avec colère. Wulf, s’appuyant contre le mur se contenta de jeter sa corne par terre, il avait l’air d’une épave comparé à son ami.
 
- Qu’est-ce que ça peu te faire ? Tu es mort de toute façon. Non, je ne sais même pas pourquoi je te parle, tu n’es probablement qu’un rêve.


- Ce que ça peut me faire ?


La mâchoire d’Erik se serra et il frappa Wulf dans le ventre. Il attrapa ensuite le berzerk par les cheveux d’une main pour le forcer à regarder son autre main. Elle arborait une cicatrice.


- NOUS SOMMES FRERE DE SANG !!! NOUS NOUS SOMMES JURE DE VEILLER L’UN SUR L’AUTRE ET DE TOUJOURS NOUS CONDUIRES COMME DE VRAIS FILS D’ASGARD !!


A ce moment, la cicatrice sœur de celle-ci, sur la main de Wulf, celle par laquelle son sang avait coulé lors du rituel qui les avait liés, commença à le brûler. La douleur fut intense et Wulf tomba à genoux. Sa Vision se troubla autour de lui.
 
Lorsqu’il rouvrit les yeux, il était sur le terrain d’entrainement, la neige tombait en abondance et Erik avait disparu. Wulf sentait les blessures dont son corps était affligé et ne bougeait qu’à grand peine.  Il vit au loin la silhouette de celui qu’il considérait comme son mentor, celui qui l’avait formé.


- Bjorn ? Mais qu’est-ce qui se passe ici ?


L’intéressé se retourna alors. Wulf fut horrifié de voir à quel point il semblait avoir vieillit de nombreuses années, ses traits étaient tirées, ça chevelure semblait sur le point de quitter son crâne… et il semblait emplit de tristesse. Il tenait dans ses mains une épée, celle qu’il lui avait jadis offert pour fêter son passage à l’âge adulte.


Wulf, tu as été l’un de mes meilleurs apprentis. Te souviens-tu de ce que je t’ai dit quand je t’ai offert cette arme ?


Wulf était perdu, était-ce un rêve ?


Que mon courage égalerait toujours la solidité de sa lame.


A ce moment, Bjorn lâcha ll’arme qui chuta lentement vers le sol. Wulf aurait put la rattraper mais il n’y arrivait pas, il était comme hypnotisé. Quand la lame toucha le sol, elle se brisa en mille morceaux, comme si elle avait été faite de cristal. Wulf n’en croyait pas ses yeux.
 
Est-ce donc là ton courage, Wulf ? Est-ce donc ça que tu présenteras au Père de Tout ?
 
La vision de Wulf s’assombrit à nouveau, à présent il était sur la place du village. Celui-ci brûlait et Wulf chercha du regard où était les villageois. Il finit par trouver Thorilde. Cette dernière était habillée comme lors de leur dernière rencontre : prête pour le combat. Elle était belle et terrible, d’une résolution à toute épreuve. Elle se contenta de dévisager Wulf alors que ce dernier approchait. Wulf s’immobilisa à porter de bras, silencieux, ne sachant que faire. Et si sa bête s’éveillait, et si il lui faisait du mal. La détermination sur le visage de Thorilde céda à la tristesse, des larmes se mirent à couler sur ses joues. Wulf ne savait que faire, il sentait que les choses lui échappaient.


-  Celui que j’ai aimé n’aurait jamais abandonné un combat, même s’il ne pouvait le gagner. Et surtout pas face à un animal.


Elle se retourna et s’avança sans hésiter vers les flammes. Wulf se jeta en avant pour l’empêcher de rejoindre le brasier, mais la distance qui le séparait d’elle grandit soudainement et il ne put qu’impuissant assisté à la disparition de Thorilde dans les flammes. Wulf tomba à genoux, il se retenait à grand peine de pleurer. Un grondement attira son attention, des flammes quelque chose prenait forme et s’élevait dans les airs. Il s’agissait d’un ours géant. Wulf n’eut pas la moindre réaction face à cela, même quand la créature s’abattit sur lui.








 
Wulf ouvrit les yeux. Son corps était endoloris, il sentait avec intensité les brûlures que lui avait laissé son combat, mais il n’y avait pas une parcelle de son corps qui ne soit pas endolori. Il s’agissait du contrecoup de sa Rage, le prix à payer pour faire appel à la puissance de la bête qui l’habitait. Péniblement, il prit de la neige pour atténuer les brûlure qu’il ressentait. Ses  souvenirs étaient floues il se souvenait vaguement du combat, mais pas de la raison de celui-ci, il se souvenait des chiens… Des Draugrs et … Du portail !!!
 
Il devait se lever, il ne pouvait pas rester comme cela. Cependant, il n’arriva pas à se relever son corps refusait le moindre effort. Wulf serra les dents et se fit violence pour forcer son corps à se relever, chaque instant lui était douloureux mais il se refusait de lâcher ne serait-ce qu’un gémissement. Son aura apparu à ce moment-là, atténuant la douleur au fur et à mesure qu’il grandissait. Wulf faisait à nouveau appel à sa Fureur pour ne plus sentir la douleur, mais l’ampleur n’était que l’ombre de celle qu’elle était lors du combat, Wulf gardait le contrôle de son corps. Une fois qu’il fut relevé, il tourna le regard en direction du portail.
 
Celui qu’il avait affronter plus tôt menait toujours le combat contre les morts, aidé par une guerrière que Wulf ne connaissait pas. Il ne distinguait pas grand-chose de plus, sa vision restant floue, et sa perception du cosmos semblait presque inexistante. Il avait la désagréable impression d’être aveugle. Son corps semblait fatigué, mais son visage n’exprimait pas le moindre signe de douleurs, car il ne la ressentait plus, et son regard semblait vide, signe que son esprit n’avait pas encore totalement « réintégré » son corps. Il fixa un moment le mur de flamme, sans vraiment le voir, il était là, immobile.








Hrp:déso pour la taille du post, mais bon y avait du retard à rattraper
Locke

Date d'inscription : 15/09/2013
Nombre de messages : 178
Age : 36
Double Compte : Hruodland / Izanagi

Revenir en haut Aller en bas
Lun 3 Aoû - 12:52


Eydis s’était engouffrée dans la brèche ouverte par Olrik. Le combat qu’elle menait était ardu, pas par la puissance de ses adversaires mais par leur nombre élevé. Le combat tourna vite en faveur de la jeune fille, l’héritier l’épaulant néanmoins à distance avec son feu. Elle parvint même à recouvrir la statue du sang des morts de manière à ce qu’on ne voie même plus à quoi elle ressemblait.

- Autant que tu peux je pense. En espérant que ce soit ce sang là, qui soit nécessaire…

Olrik avait dû crier pour parvenir à se faire entendre malgré le tumulte. En l’observant, il vit qu’elle était aussi recouverte de sang que la statue de Garm et c’est peut-être ce qui la perdit. Alors qu’il finissait de répondre, il la vit chuter au sol et entendit faiblement son appel au secours. Les morts s’agglutinaient autour d’elle, désirant l’entrainer dans leur royaume.

Le Guerrier divin hésita un instant : devait-il aller lui porter secours ? Eydis semblait avoir changé, pour preuve elle n’avait pas tué les loyalistes avec lesquelles elle avait combattu auparavant. Et elle risquait sa vie actuellement pour refermer le portail… La décision n’était en fait guère compliquée ! Olrik s’élança donc, le corps entouré d’un feu des plus ardents. Il frappa les morts de ses poings enflammés, dégageant rapidement un espace autour de la jeune fille. Il dressa ensuite une nouvelle barrière de flammes entre eux et les morts afin de toujours plus les confiner vers la statue.

- Tiens donc, tu me demandes de l’aide maintenant ? C’est nouveau ça.

Il ne put s’empêcher de se moquer un peu d’elle. La situation s’y prêtait fort bien.

- Aller, il faut en finir avec tout ça ! Frappons ensemble de toute notre puissance. La statue n’y résistera pas !

Olrik diminua l’intensité du feu qui maintenait érigés les différents murs afin de concentrer tous son pouvoirs. L’attaque serait puissante, les dégâts seront importants…




avatar
Eris

Date d'inscription : 06/05/2010
Nombre de messages : 7274
Age : 28
Double Compte : Gareth

Revenir en haut Aller en bas
Lun 3 Aoû - 21:40
Eydis planta ses doigts dans le sol, une partie de son corps était prise dans la dimension parallèle. Olrik la tira de ce mauvais pas, non sans considérer une satisfaction personnelle… Laisser un ennemi en vie n’est pas une faiblesse qu’elle se serait permise à son encontre. Cependant, elle apprécia sa protection, le temps pour elle de recouvrer ses forces. Elle haletait, suffoquait sous le poids des coups mais tenait bon…

-« Très bien si tu crois que ça suffira… » Elle tendit son bras à son ancien frère d’arme qui l’aida à se relever.

Pour appuyer Olrik Eydis concentra son cosmos dans son bras droit et le tendit vers la porte… En tant qu’adepte du corps à corps elle n’utilisait pratiquement plus de projection cosmique. Peu habituée à ce type d’attaque elle imita son compagnon et visa la porte… Ensemble ils déchargèrent le cosmos qu’ils avaient pu concentrer jusqu’alors.

Le cosmos des deux Asgardien conjugué au sang sur la porte entraîna une formidable déflagration. La porte explosa et les morts tombèrent par dizaines. Eydis fut projetée contre un mur et mit plusieurs minutes à se relever… Avec douleur elle parvint à se placer assise contre le mur, un rictus de douleur déforma son visage lorsqu’elle passa une main sur son épaule gauche.

Wulf s’était réveillé… « Merci pour le coup de main » lui lança ironiquement Eydis avant de tousser et de cracher une gerbe de sang. Un calme reposant régnait à présent sur le cimetière d’Améthyste. Elle se concentra sur ses jambes et réussit à se lever complétement.

« Ce fut un plaisir de te revoir Olrik… A bientôt. » Puis elle s’éloigna laissant les deux guerriers divins derrière elle.

[Je vous laisse les enfants. Désolé d'avoir un peu jouer pour toi Colonel Olrik, mais j'avais besoin de me libérer de ce rp pour continuer à avancer^^]
avatar
En ligne
WulfFléau de l'Ulfark | Modérateur
Fléau de l'Ulfark | Modérateur

Date d'inscription : 31/01/2014
Nombre de messages : 719
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas
Mer 5 Aoû - 12:02
Il était à présent au milieu de la brume la plus épaisse qui lui avait été donné de voir. Autour de lui, il entendait de nombreux sons. Il n’arrivait pas à les identifiés mais il lui paraissait familier. Où les avaient-ils entendus ? Ce rythme, et les incantations qui l’accompagnait, ces percussions, ces crépitements, ce bruit continu qu’est-ce que c’était encore ? Le crépitement, il s’agissait de torches, en grand nombre, peut-être un feu même. Le bruit, le vent  qui balaie les cotes d’Asgard au milieu de la nuit. Wulf s’assit pour essayer de mieux se concentrer. Les incantations, il n’arrivait pas à les comprendre, mais il reconnaissait la voix, elle portait le poids des années mais restait forte et autoritaire… Helga, la Volva du village !! Les percussions, le même bruit de quand on frappe sur un bouclier de manière répétée. Le rythme il s’agissait du tout dans son ensemble. Ou avait-il encore entendu cela ? Helga… elle s’exprimait en vieille Asgardiens, il reconnaissait les consonances typique mais pourquoi ? Personne ne parlait plus cette ancienne langue… Sauf lors des rites. C’était cela, il entendait un souvenir, une cérémonie auquel il avait assisté celle qui était donnée lors du solstice d’hiver.
 
Il se demandait ce que signifiaient ces paroles. Il ne parlait pas l’Asgardien ancien, bien qu’il en connaisse quelques mots, dans cette incantation, les mots « errance », « secret » et « chemins » revenaient fréquemment. Pourquoi voyait-il cela ? Soudain, la brume commença à disparaitre devant lui, sans pour autant que le souvenir auditif ne cesse. Wulf vit alors une caverne. Elle se dressait face à lui, et un sombre aura en émanait. Wulf était à la fois attiré par cette aura et à la fois désirait s’en éloigner le plus possible. La caverne elle aussi lui paraissait familière. Soudains, un grondement se fit sentir.
 
 
Wulf reprit soudainement ses esprits pour constater ce qui se passait. Il vit le combat qui se déroulait devant lui ; flammes, sangs, os brisés… un violent combat se déroulait sous ses yeux entre les draugrs et les deux asgardiens. Wulf eut à peine le temps de remarquer que ces derniers s’apprêtaient à faire une action conjuguée.
 
Puis, le choc. Lorsque l’explosion de la statue et du portail eut lieu, Wulf plaça son pied gauche en arrière et croisa ses 2 mains face à lui pour encaisser le choc de l’explosion. Quand celui-ci arriva, Wulf tendit ses muscles et tint bon, les flammes qui le séparait du lieu du combat, déjà affaiblie, furent soufflées. Une fois que ce fut passé, il put voir que la statue avait volée en éclat et le calme était revenu sur le cimetière.
 
Wulf resta de marbre lorsque la jeune femme lui adressa la parole, il se contenta de garder le silence, bien que brièvement une lueur belliqueuse était passée dans son regard. Il avança en direction du lieu des combats et silencieusement récupéra les pièces de son armure éparpillée un peu partout et s’en revêtit… manuellement.
 
Les mots de la fille lui trottèrent dans la tête. Effectivement, il n‘avait pas été d’une grande aide  et comme il avait perdu le contrôle à un moment, il était même probable qu’il avait au contraire empiré la situation. En observant le champ de bataille, il ne vit parmi les corps aucun qui ne ressemble à celui de l’individu responsable de tout cela, il aurait donc fuit ?
 
Il se tourna vers le guerrier qui contrôlait le feu, le saluant d’un hochement de tête au passage, il remarqua au passage que l’autre combattante s’était éclipsé.
 
-  Je crois que je dois vous remercier, elle et toi pour avoir réussi à gérer la situation. Je n’ai pas l’esprit encore très clair, mais il me semble avoir souvenir que je me suis laisser emporter.
 
Wulf sentit à nouveau une douleur le lancer dans le  dos. D’instinct, il augmenta légèrement son aura pour faire taire cette douleur. Il tendit sa main en direction de son interlocuteur.
 
Je me nomme Wulf, de la rune de Hrungnir. C’est un honneur de rencontrer un guerrier comme toi.
 
Il était à présent sûr qu’il avait affronté l’homme face à qui il se tenait. Il avait remarqué la marque de griffe sur son torse et y reconnaissait la marque d’une de ses attaques… et ça expliquerait aussi les marques de brûlure que lui-même arborait.
 


Au passage, sais-tu où se trouve celui qui est à l’origine de tout cela ?
Locke

Date d'inscription : 15/09/2013
Nombre de messages : 178
Age : 36
Double Compte : Hruodland / Izanagi

Revenir en haut Aller en bas
Lun 10 Aoû - 11:15


L’énergie déployée par les deux Asgardiens étaient intenses. Eydis avait peut-être plus l’habitude du corps à corps que de l’utilisation pure du cosmos, mais sa puissance était bien présente. Pourtant, l’affrontement ne l’avait pas laissé indemne et sans l’intervention d’Olrik, elle aurait peut-être succombée aux morts qui l’assaillaient.

Ensemble, l’attaque fut un succès. Aussi résistant que soit le vortex, il ne put résister à l’assaut combiné et implosa en se refermant sur lui-même. La déflagration fut importante, les deux guerriers du nord furent projetés en arrière, Olrik atterrissant dans un arbre qu’il déracina par la force du choc. L’héritier se releva difficilement et constata que les morts avaient disparu lorsque le passage s’était refermé. Eydis se relevait elle aussi, sonnée. Mais la fidèle de Loki ne perdit guère de temps en palabres et quitta les lieux rapidement. Olrik se frotta la nuque en la regardant partir.

- Ouais… Un plaisir c’est ça.

L’Ase constata que le Bersek s’était réveillé et se dirigea alors vers lui.

- Alors tu vas mieux ?

La question était sincère. Olrik y était allé fort contre lui et s’en voudrait s’il avait été la cause de blessures sérieuses.

- Laisses tomber les remerciements. On a juste agit comme on le devait.

Je suis Olrik de Surtr, ancien porteur de la Rune de Surt. L’honneur est partagé, il est rare que l’on puisse résister à mes flammes comme tu l’as fait. L’état de transe dans lequel tu étais est dangereux, tu devrais soignés ça si tu ne veux pas blesser tes alliés. En plus, si tu te contrôlais, tu obtiendrais certainement plus de puissance que ce que tu as actuellement.


Olrik lui adressa un sourire en prononçant ses paroles. Il pouvait aisément comprendre à quel point perdre le contrôle comme cela devait être dérangeant. C’était d’ailleurs sa plus grande crainte, que Surt prenne son contrôle.

- Vali ? Non je ne sais pas où il est partit mais je suis certain qu’il est allé retrouver Hèl. Ils préparent quelques choses de grands et de dangereux mais je sens que le Divin Père de Tous est de retour. Le mieux pour toi, est d’aller retrouver les autres Guerriers Divins au palais de Polaris. Je ne pourrais pas t’y accompagner car je n’y suis pas le bienvenu, mon passé est un peu trouble.

Trouble ? C’était un euphémisme. Mais le fond était réel : Olrik ne pouvait pas se permettre de retourner au palais, tout du moins pas encore.

- Sois prudent Wulf, je ne sais pas ce que Hèl prépare mais elle est dangereuse. Je pense que l’on ne se reverra pas avant un moment alors adieu frère.

Olrik salua son compagnon du moment où, tout comme Eydis auparavant, prit la direction de la sortie du cimetière. Ses pas le dirigeaient à l’opposer du palais de Polaris, à l’opposer d’Odin mais il savait que c’était par là qu’il devait aller…



A suivre… Dans une autre vie…





HRP a écrit:
Fin du rp pour Olrik. Finalement, il va prendre une petite retraite pour un temps ^^
Wulf > le plus simple pour toi est de rejoindre les autres Ases au palais, à moins que tu ne veuilles encore en découdre avec des Dieux et que tu préfères aller auprès de Hèl à la Stavkirke du Ragnarök.

avatar
En ligne
WulfFléau de l'Ulfark | Modérateur
Fléau de l'Ulfark | Modérateur

Date d'inscription : 31/01/2014
Nombre de messages : 719
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas
Ven 14 Aoû - 12:42
Après le départ d’Olrik, Wulf resta un long moment à méditer sur ce qu’il venait d’entendre. Cela faisait un certain nombre d’informations en un coup. Au passage, il en profita aussi pour se  reposer un coup, son corps subissant encore les contrecoups de sa transe.
 
Cela lui fit d’ailleurs penser à ce qu’Olrik lui avait dit à propos de sa transe. Qu’il devait la « soignée ? ». À sa connaissance, la mort était le seul remède à son état. Mais il était vrais qu’il ne voulait pas rester comme cela, à perdre le contrôle à la moindre montée d’adrénaline et devenir un fou de guerre attaquant indistinctement allié et ennemis. Si les Nornes le voulait, s’il survivait à la guerre, il se jura d’aller faire des recherches pour trouver un moyen qui, à défaut de le guérir, lui permettrait de contrôler sa colère.
 
Il avait dit s’appeler Olrik, de Surtr, de la Rune de … Surtr évidement. Avait-il un rapport avec le guerrier qui aurait trahi Asgard pour Ubar lors de la dernière guerre ? Il avait du mal à croire qu’un « félon » aurait déployé autant d’effort à protéger le royaume auquel il aurait tourné le dos. Tout comme il ne voyait pas pourquoi ce « traître » lui aurait laissé la vie sauve et se serait présenté à lui sans chercher à dissimuler son identité. Était-ce vraiment le même individu ? Qu’importe, ce qu’il avait vu (enfin façon de parler) aujourd’hui, c’était un vrais guerrier avec le sens de l’honneur.
 
Il avait aussi mentionné que le responsable derrière tout cela était Vali.. Le fils de Loki ? Et qu’il serait aux ordres de Hel en plus ? Étaient-ils les seules divinités impliquées dans tout cela, ou y en avait-il d’autres ? Asgard  avait dû subir un assaut en règle, une incursion venue du monde des morts et d’après ce qu’il avait entendu auparavant il y aurait aussi eu des Jotuns et des Magnagarms qui auraient attaqué des villages dans d’autres régions du royaume. Combiens de villages avaient été victimes de ces déprédations ?  Combien d’autres attaques se préparaient en ce moment même ?
 
Mais par-dessus tout, il avait mentionné le retour d’Odin !! Wulf ne savait pas ce qu’allait impliquer le retour du Seigneur d’Asgard. Mais il y avait fort  à parier que l‘heure de l’offensive avait sonné. Il était aussi probable que les terres du Nord connaitraient de grands changements dans un avenir proche. Mais Wulf s’interrogeait. Le Père de Tout était-il simplement revenu pour protéger son royaume ou avait-il des projets à plus long termes pour Midgard dans son ensemble ? De toute façon, pourquoi se posait-il la question ? Il n’était qu’un simple guerrier, il ne lui appartenait donc pas d’interroger les desseins du Borgne.
 
Alors qu’il se dirigeait vers la sortie du Cimetière, une lueur dorée illumina le ciel d’Asgards. Wulf se protégea les yeux face à cette lueur aussi inattendue qu’intense. Il sentit aussi la puissance qui en émanait et elle dépassait tout ce qu’il avait déjà ressenti.
 
Je ne sais pas ce que c’est, mais il semble que ma prochaine destination soit toute indiquée.   


Ce qui le dérangeait plus, c’était que ce potentiel champ de bataille se trouvait assez loin à l’intérieur des terres. Pourvu qu’ils n’y aient pas de civiles dans les parages. Wulf chassa rapidement ce genre de pensée, dans une guerre, il y avait toujours des victimes civiles, on ne pouvait que prier les Nornes pour qu’elles soient les plus légères possible. Wulf se coiffa de son casque et se mit en chemin en direction de la source du signal. Au fond de lui, sans véritable raison, il bouillait d’impatience d’y être.

[Event ] - Les morts se joignent à la fête !

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» [Event ] - Les morts se joignent à la fête !
» event coupe du monde la semaine prochaine
» Tuto pour peindre les morts.
» [morts vivants] WIP de fond de tiroir
» Haiti/cyclone : Le bilan des victimes de Hanna passe à 61 morts

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya :: Zone Guerre Sainte :: Cercle Polaire Arctique :: Les Royaumes d'Yggdrasil :: Asgard :: Le Cimetière des Déchus-