avatar
ReaganChevalier Noir de l'Oiseau de Paradis
Chevalier Noir de l'Oiseau de Paradis

Date d'inscription : 06/07/2014
Nombre de messages : 378
Age : 22
Autres comptes : Wolgorn

Revenir en haut Aller en bas
Ven 1 Mai - 14:25
Depuis son dernier entraînement au Purgatoire, Custodio avait prévenu les Squelettes qu'ils devaient être préparés au cas où il les réquisitionnerait pour un combat. Il avait aussi augmenté ses exigences personnelles et il pouvait passer une journée entière à s'exercer. S'il le pouvait, il se démènerait pendant une semaine sans discontinuer tant sa soif de puissance était pressante. Cependant, le travail l'appelait toujours très vite et il devait reporter son entraînement à un autre jour. Le Peryton se montrait compulsif à ce sujet et recherchait la perfection autant dans son cosmos que dans son physique. Il voulait trouver sa technique, celle qui lui permettrait de vaincre et d'humilier son adversaire de la pire façon imaginable.

Le Colombien commençait par de longues et intenses séances de musculation afin de réveiller son corps et mieux sublimer son cosmos. Torse nu comme à son habitude et ruisselant de sueur, il tirait deux énormes blocs infernaux attachés à des chaînes. Celles-ci étaient enroulées autour de ses bras et de ses mains et passaient par dessus ses épaules. Les pierres noires qu'il tractait étaient déraisonnablement lourdes : Custodio endurait leur poids du mieux qu'il pouvait mais leur déplacement était laborieux. Ses pieds commençaient à labourer le sol et les chaînes à entamer sa chair. Néanmoins, il ne désarmait pas et il usa de tout son cosmos pour tonifier sa musculature. A partir de là, les blocs furent tirés avec moins de difficulté, mais le poids des péchés était encore trop lourd à porter. Si le Peryton voulait se hisser au dessus des damnés, il devait impérativement disposer avec aisance de leurs fautes.

Plus tard, il se mis à cogner sur un bloc plus massif et dense que les autres. Ses poings frappaient sans discontinuer la surface obscure du minéral qui se teintait déjà de sang. Le Colombien voulait fissurer voire éventrer ce rocher mais celui-ci ne cédait pas. L'électricité, les ombres, le cosmos et la force brute, rien de tout cela ne fonctionnait. Si même le cosmos était inutile, c'était parce qu'il n'était ni assez puissant ni assez affiné. Tant pis, sans doute le Spectre devait-il revenir à des blocs plus légers et s'assurer qu'il les soulevait avec la plus grande facilité. Il avait beau pousser son cosmos à son paroxysme, rien n'y faisait, il lui fallait encore du temps. Cette pensée le frustra, lui qui voulait aller toujours plus loin et encore plus vite. Mais puisqu'il en était ainsi, il devait se résigner temporairement.

Custodio repartit donc sur une série de pompes, de flexions et d'étirements dont la plupart étaient accompagnés de blocs maléfiques. Il entraîna ainsi durant des heures chacun de ses muscles, les échauffa et les développa sans relâche. Mais le but n'était pas de devenir un culturiste mais de se doter du corps le puissant possible. Or, pour garder suffisamment de fluidité et d'agilité il s'attelait aussi à la course et à la méditation. Pour cette dernière il ne s'agissait pas de trouver la paix intérieure, qui était le privilège de ceux qui détenaient le pouvoir suprême, mais de nourrir son ambition dévorante en attisant sa hargne et sa frustration. Il éveillait et cultivait chaque pensée négative qui lui venait à l'esprit et en faisait un moteur. Sa quête de puissance pour Hadès et son glorieux destin était tout ce qui lui importait et chaque composante de son être devait avoir une utilité. Si ce n'était pas le cas, il devait s'en débarrasser, comme la sensiblerie ou la pitié.
avatar
ReaganChevalier Noir de l'Oiseau de Paradis
Chevalier Noir de l'Oiseau de Paradis

Date d'inscription : 06/07/2014
Nombre de messages : 378
Age : 22
Autres comptes : Wolgorn

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 14 Mai - 14:26
Le Peryton se concentrait depuis plus d'une heure sur son ombre pour la propager aussi loin qu'il le désirait. Grâce au pouvoir de son Surplis, il était capable de manipuler son ombre et de s'en servir comme d'une arme. La bête qui le représentait apparaissait afin de déchiqueter quiconque oserait l'affronter, mais c'était insuffisant. Custodio sentait qu'il y avait d'autres capacités à développer à partir de celle-ci et il s'employait à fructifier son don. Ainsi, après la musculation, il travaillait à améliorer sa maîtrise des énergies obscures. En qualité de Spectre, le physique surhumain que lui conférait sa protection n'était pas le seul atout dont il disposait. Ce serait dommage de le gâcher.

Toujours torse nu, le corps poussiéreux et trempé de sueur, le Colombien étirait péniblement son ombre jusqu'à un rocher. Quand il l'aurait atteint, il essaierait de le pulvériser à distance. Néanmoins, la tâche semblait compromise tant l'exercice était compliqué. Chaque fois que le Peryton essayait d'allonger son ombre, il sentait sa musculature se tendre jusqu'au point de craquer. Son cosmos ne cessait de s'embraser mais sa portée ténébreuse demeurait limitée. Il ne pouvait même pas parcourir une centaine de mètres avec ça, c'était minable ! Cette résistance que lui opposait son ombre tel un élastique trop tendu énervait l’Étoile Terrestre, dont les veines commençaient à se dessiner sur le front.

Malheureusement, l'exercice ne fut pas très concluant et Custodio abandonna à contrecœur. A trop désirer de puissance il était complètement lessivé et pantelait à genoux, les mains à terre. Les gouttes de sueur perlaient abondamment sur le sol et le Colombien se sentait complètement desséché. Même pour son organisme, la chaleur combinée aux efforts soutenus devenaient plus qu'éprouvants. L'heure était donc venue de se mettre à la méditation et au travail sur la respiration. Avec cela, il pourrait récupérer assez d'énergie pour l'entraînement martial contre les Squelettes et renforcer ses facultés pulmonaires. Cependant, le Spectre voulait améliorer la durée de ses performances physiques et cosmiques sans passer par cette pause. Hélas, il s'agissait pour l'instant d'un passage obligé, tant qu'il n'aurait pas acquis plus de puissance.

Custodio s'assit alors en tailleur et inspira profondément, faisant gonfler ses poumons au maximum. Son torse se souleva anormalement tant la quantité d'air qu'il emmagasinait était conséquente mais celui-ci se dégonfla lorsqu'il expira. Le souffle balaya le sable et la poussière qui se trouvait devant lui et il poursuivit pendant un long moment. Le Peryton redistribuait son cosmos dans la moindre fibre de son corps pour le soigner et affinait sa musculature surentraînée. De cette façon, il conservait son agilité sans négliger sa puissance physique brute. Il devait être aussi léger que fort et coriace car c'était ainsi qu'étaient conçus les prédateurs de son espèce. Ceux qui savaient frapper avec rapidité, brutalité et efficacité avaient le plus de chance de l'emporter et de survivre.
avatar
ReaganChevalier Noir de l'Oiseau de Paradis
Chevalier Noir de l'Oiseau de Paradis

Date d'inscription : 06/07/2014
Nombre de messages : 378
Age : 22
Autres comptes : Wolgorn

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 21 Mai - 13:48
Quatre heures plus tard, Custodio avait réuni des Squelettes vigoureux pour le sparring. Les larbins étaient au nombre de dix, triés sur le volet et prêts à en découdre avec ce sous-officier vaniteux. Ceux-ci encerclaient le Peryton et le fixaient d'une mine patibulaire, guettant le moindre geste de sa part. Le plus courageux de la bande se rua sauvagement sur lui, une hache à la main. Surpris mais amusé par cette attaque impromptue, le Colombien para de justesse l'attaque du sbire avec son avant-bras. Il lui bourra ensuite les côtes de coups avec son poing droit, lui agrippa les bras et le jeta violemment au sol. Un autre arriva juste derrière lui et tenta de frapper son supérieur au crâne d'un crochet. Cependant, l’Étoile Terrestre le sentit venir et se baissa pour le faucher d'une balayette.

Sous le regard surpris mais amusé de leur supérieur, les Squelettes se relevèrent et repartirent directement à l'assaut. Les coups fusèrent tous azimuts mais Custodio les esquivait avec plus ou moins de facilité. Il mit finalement les deux laquais hors-combat d'un direct au foie et d'un uppercut pour se focaliser sur les autres, qui fonçaient déjà sur lui. Trois d'entre-eux agrippèrent le Peryton par la taille tandis qu'un quatrième bondit pour lui asséner un drop-kick. Le Colombien se défendit en encaissant le choc avec ses bras mais le trio de troufions qui l'enserrait enchaîna sur une seconde offensive. Profitant du recul provoqué par le drop-kick, deux des Squelettes attrapèrent les bras du sous-officier et l'amenèrent brutalement vers le troisième. Ce dernier exécuta un lariat pour le mettre à terre, emporté par l'élan. Le quatrième larbin voulut achever le combat d'un plaquage en comptant sur sa forte corpulence.

L’Étoile Terrestre ne mit pas longtemps à émerger de la collision et tendit ses jambes pour flanquer ses pieds dans l'estomac de l'impudent en plein largage. Dans un salto, il projeta le troufion en arrière, qui s'écrasa lamentablement contre la roche volcanique. Dès que le Peryton atterrit au sol, il retourna instantanément à la baston, fracassant le trio de sbires avec inventivité. Puisque ces gugusses croyaient l'impressionner avec leurs prises de catch, il allait leur montrer qui était le patron. Il effectua un double choke-slam pour une paire de crétins puis un flap-jack pour le dernier. Désormais, il restait à peine la moitié des effectifs de départ et l'affrontement commençait à éprouver le Colombien.

"Allez les débiles ! Amenez votre lard par ici !" éructa-t-il à ses subordonnés.

Ce qu'ils firent obligeamment non sans avoir tiré des leçons de la déculottée de leurs collègues malchanceux. A partir de là l'entraînement au combat réel devint plus intense et le Spectre eut des suées à se débarrasser de ses subalternes en mêlée. Ils échangèrent de nombreux coups mais peu à peu les Squelettes tombèrent au tapis, faute d'éviter et de suffisamment bloquer les offensives répétées de l’Étoile Terrestre. En dépit de sa supériorité évidente, il avait essuyé quelques dégâts et était constellé d'hématomes et de contusions. Les laquais ne pouvaient néanmoins s'arroger tout le mérite pour l'avoir mis dans cet état, vu qu'il sortait d'une longue séance de musculation. La méditation était loin d'avoir dissipé toute sa fatigue et Custodio était cette fois totalement essoré. Avec tout ça, il avait largement fait sa journée.

"Ça suffira pour aujourd'hui, vous pouvez retourner à votre poste." glissa le Peryton à ses subordonnés avant de quitter le Purgatoire.

Les larbins, dégoûtés de repartir au turbin après la branlée qu'ils s'étaient ramassés, gémirent de déception. Péniblement, ils se redressèrent et vaquèrent de mauvaise grâce à leur tâche. Certains s'attardaient pour récupérer leurs morceaux de Surplis pendant que le Colombien s'éloignait vers les horizons infernaux. Il réfléchissait déjà à comment poursuivre son entraînement et sur quels points il devait travailler.
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

[FB Entraînement] Músculos y machismo II