InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Mar 9 Juin - 11:39
Un jet privé attendait les deux Saints à la sortie du petit village de Rodorio. L'avion se voulait confortable sans être trop onéreux, de toute façon, c'était le Sanctuaire qui payait... ( mr Red le retour ) La mission du jour était purement diplomatique, loin des missions de traque ou impliquant des combats. Le compagnon d'arme qui s'était désigné semblait avoir le profil idéal pour ce type de mission. Alors qu'ils entamaient le trajet, Elarius n'arrêta pas de consulter son téléphone, surtout les messages.

- J'espère que tu préfères la diplomatie à l'action, car je ne pense pas que cette mission nous en offrira beaucoup. D'après nos renseignements, les autres factions d'éveillés cherchent l'appui des villes, des pays, des gens normaux. Je pense qu'il est temps pour le Sanctuaire de faire de même, afin d'avoir des appuis assez conséquent.

A un moment, voyant qu'il ne capterait plus rien, Elarius rangea son smartphone dans une poche de sa veste, le Saint resta concentré durant tout le vol, alors qu'ils arrivèrent à proximité de la capitale française, Elarius tourna sa tête vers Vargas.

- J'ai quelques relations qui me doivent des services, mais nous devrons bien argumenter pour rallier l'administration de la ville à notre cause, j'espère que tu es prêt Vargas...

Puis il se prépara à l'atterrissage...

[HRP : Excuse moi pour la taille, j'aime pas commencer x) ]
avatar
VargasChevalier d'argent du Corbeau
Chevalier d'argent du Corbeau

Date d'inscription : 08/06/2013
Nombre de messages : 535
Age : 29
Autres comptes : Rodin

Revenir en haut Aller en bas
Mar 9 Juin - 22:00
Suite du rp [Le lion sort de sa cage]

Il nous fallut moins de temps que je ne l'avais imaginé pour quitter le sanctuaire et rejoindre l'aéroport. Il ne nous fallut que quelques heures pour nous retrouver à bord d'un jet privé. Il fallait croire que le camp que j'avais rejoint avait des moyens à sa dispositions, même plus que je ne l'imaginais. Je profitais de mon siège qui se voulait moyennement confortable et consultais mes messages. J'envoyais plusieurs directives à la société que je dirigeais tandis que mon allié consultait son téléphone. J'écoutais ensuite Elarius quand il me parla de la mission.

Elarius - "J'espère que tu préfères la diplomatie à l'action, car je ne pense pas que cette mission nous en offrira beaucoup. D'après nos renseignements, les autres factions d'éveillés cherchent l'appui des villes, des pays, des gens normaux. Je pense qu'il est temps pour le Sanctuaire de faire de même, afin d'avoir des appuis assez conséquent."

Si je devais me fier aux dires du sagittaire, cette mission risquait de me plaire. J'allais pouvoir tester mes capacités de persuasion. Même si au niveau des aptitudes martiales, je n'étais pas des plus mauvais. J'esquissais un léger sourire narquois à l'écoute de l'objet de la mission. À moi qui avais toujours su faire sortir les gens de leurs gonds et m'attirer leur furie, on me demandait à présent de m'attirer leur sympathie et de les faire adhérer à l'idée que nous serons leur protecteur attitrés. Je profitais du temps qu'il me restait pour planifier quelques scenarii possibles de situations puis écoutais à nouveau Elarius lorsqu'il s'adressa à moi.

Elarius - "J'ai quelques relations qui me doivent des services, mais nous devrons bien argumenter pour rallier l'administration de la ville à notre cause, j'espère que tu es prêt Vargas..."

J'affichais de nouveau un sourire amusé avant de lui répondre.

Vargas - "Il s'avère que je suis originaire de France et que ma famille avait un pied-à-terre dans plusieurs grandes villes. Je pense que nous serons fixés une fois sur place. Mais et toi Elarius ? Te sens-tu prêt ? J'espère car je me suis préparé à l'improbable."

Je terminais sur cette phrase en poussant un léger rire amusé avant l’atterrissage. Une fois arrivés, nous quittâmes l'aéroport pour rejoindre Paris. Ah Paris, les flots de circulation ininterrompus, les joies des bouchons, l'amicalité des autochtones et leur compliments sonnant comme des mélodies dans les oreilles de qui pouvait les percevoir. Nous étions dans une ville où il était rare de s'ennuyer. Je laissais le saint d'or mener la marche et le suivais de près. Notre mission venait de commencer.

[HRP : Voilà posté, pas de soucis pour ton poste, il était bien et plutôt inspirant.]
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Mer 17 Juin - 10:07
- Sache que je suis paré à répondre à n'importe quelle situation à n'importe quelle moment, je relâche jamais ma garde. C'est une règle de base pour la survie. Surtout lorsque nous sommes éveillés Il marqua une pause en souriant avant de reprendre - Je suis né ici, en cherchant des infos sur ma famille, j'ai mené plusieurs contrats privés. Je me suis fait un nom parmi les hautes sphères, ainsi qu'une petite richesse.

Il lâcha un rire. Alors qu'il était sur la route, Elarius intima au chauffeur de se rendre au 10ème arrondissement.

- Nous allons rencontrer le directeur de Paris Musée, j'ai toujours apprécié les musées. Si nous parvenons à le mettre dans notre poche, nous aurons pas mal d'influence en plus. Nous sommes entrain de nous faire une place dans l'échiquier du pouvoir parisien. J'espère que tu sais jouer au échec Vargas.

Arrivant à leur destination, Elarius sortit sa Pandora Box du coffre du véhicule, et rentra dans le bâtiment. A la réception, il s'adressa au réceptionniste avec calme et respect.

- J'ai rendez-vous avec le directeur. Je suis Mr. Lightfield

- Très bien, le directeur vous attendait depuis une dizaine de minutes, vous pouvez y'aller

Le Gold le remercia, et fit son chemin dans le bâtiment pour rejoindre le bureau de la "cible" accompagné de Vargas. Il tapa à la porte, et entra.

- Monsieur, ravi de vous revoir débuta le Saint du Sagittaire en serrant la main de son interlocuteur

- Moi de même, qui est le jeune homme qui vous accompagne ?

- Il se nomme Vargas, mon associé, et je pense qu'il pourra vous exposer mieux que moi les raisons de notre visite. N'est-ce pas Vargas répondit le Saint en faisant un clin d'oeil à l'attention de son compagnon du jour.
avatar
VargasChevalier d'argent du Corbeau
Chevalier d'argent du Corbeau

Date d'inscription : 08/06/2013
Nombre de messages : 535
Age : 29
Autres comptes : Rodin

Revenir en haut Aller en bas
Mer 17 Juin - 20:22
C'est durant notre pérégrination dans le rues de Paris que le saint d'or m'avait répondu. Ce dernier m'avait affirmé qu'il était paré à toute situation en évoquant cela comme étant la base de la survie pour les gens de notre groupe. Je restais attentif à son discours et esquissais un léger sourire narquois quand il me fit part qu'il s'était fait une place parmi les hautes sphères et quelques richesses.

Nous prîmes ensuite un taxi qui fit direction vers le dixième arrondissement de Paris. En route, Elarius me précisa le lieu de notre prochaine destination ainsi que le rang de notre futur interlocuteur. Il s'avérait que ce dernier avait de l'influence à Paris et que si nous parvenions à le convaincre nous pourrions faire un pas en avant vers notre objectif. Je ne pouvais m'empêcher d'afficher un léger sourire en coin lorsque mon interlocuteur parla d’échiquier et du jeu d'échecs. Je connaissais bien ce jeu mais trouvais ses règles trop restrictives. Certes les stratégies pouvaient être nombreuses mais je préférai le jeu de dames qui consiste à utiliser toutes ses forces disponibles pour piquer les pièces de son adversaire et renforcer son camp. D'ailleurs cette métaphore correspondait plus à notre situation vu qu'il s'agissait ici de parvenir à rallier un probable puissant allié neutre pour l'instant à notre camp avait que l'ennemi ne le fasse. Mais là n'était pas la question.

Je suivis donc mon précieux allié jusqu'au musée où nous fûmes reçus par le réceptionniste. En quelques minutes, nous arrivâmes au bureau du Directeur du musée. L'accueil fut relativement chaleureux pour Elarius qui semblait connaître cet homme depuis de longues années. Il me présenta et je le saluais à distance en m'inclinant légèrement en avant puis me proposa d'expliquer l'objet de notre visite. Je décidais de jouer cartes sur table envers l'homme qui semblait être doté d'un esprit fin.


Vargas - "Pour commencer, j'aimerai vous dire que c'est un grand plaisir de faire votre connaissance. Mon associé ne tarit d'ailleurs jamais d'éloges à votre égard. Mais votre temps étant précieux, je vais aller droit au but."

Je marquais une légère pause histoire d'organiser mon discours avant de reprendre.

Vargas - "Vous n'êtes pas sans savoir que depuis des temps immémoriaux, les saints d'Athéna et leur déesse protège l'humanité ainsi que la planète contre toute menace dans l'ombre. Mais le contexte a quelque peu changé depuis que notre déesse a fait une déclaration devant les médias. Nous sommes là aujourd'hui pour vous demander votre soutien dans une entreprise qui nous tient à cœur. Nous voulons officialiser la protection de Paris afin de pouvoir maximiser notre efficacité en cas de nécessité et de besoin d'une intervention urgente."

Je marquais à nouveau un instant de silence pour appuyer ma démarche.

Vargas - "Mon associé ici présent m'a fait part qu'il avait une grande confiance en vous et c'est parce que j'ai toute confiance en lui que je préfère faire preuve de franchise. Les médias font part actuellement d'une menace sans précédent, des golems sont apparus dans de nombreux ports et de nombreuses villes sont sous la menace d'être la proie du courroux d'un dieu néfaste. Je ne doute pas que vous soyez au courant de cette affaire. Officialiser notre association, c'est nous permettre d'être sur place dans les plus brefs délais et de nous assurer qu'aucun éveillé malintentionné ne cause de dégâts à cette ville au patrimoine si riche et important aux yeux de l'humanité."

Je m'inclinais alors légèrement en reprenant.

Vargas - "C'est pourquoi je vous demande humblement votre aide pour que nous puissions sceller cet accord et veiller à votre sécurité dans les meilleurs conditions possibles. Prêtez-nous, s'il vous plaît, de votre force de conviction pour que tous ces formidables musées et vies humaines puissent être préservées."

Je restais incliné et attendais la réponse du directeur de musée qui avait entre ses mains le pouvoir de décision finale. J'aurai pu argumenter davantage et tenter de le manipuler mais il aurait été encore plus risqué de tenter de se jouer de lui.
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Mer 24 Juin - 11:34


Elarius écouta attentivement les propos du Saint du Corbeau, qui se voulait très éloquent, il maniait très bien les mots. Intérieurement, il savait que le directeur ne mettrait pas longtemps à céder. Lorsque Vargas eut fini d'expliquer les raisons de la présence du duo de Saints. Un silence pesant s'installa entre les deux parties, puis l'homme seul le rompit.

- Je comprends tout à fait votre demande, mais qu'est-ce que j'ai a voir avec cette histoire. Même si je le voudrais, je ne pourrais vous aider.

- Ecoutez mon ami, je désire former un partenariat entre la ville de Paris et le Sanctuaire, souvenez-vous, lorsque je vous ai rapporté des toiles précieuses qui avaient été dérobés. A l'avenir, ça pourrait devenir monnaie courante. Mais pour cela, mon associé et moi avons extrêmement besoin d'appuis. Juste des appuis dans la politique municipale.

- Vous me demandez de l'aide politique. Mon garçon, vous savez que ça ne se pratique que très peu...

- Les aides entre amis, vous vous en souvenez ? Je vous demande uniquement d'appeler quelque uns de vos contacts. Si vous réussissez à m'aider, je vous le revaudrai par la suite.

- J'espère que toutes vos histoires ne me retomberont pas à la figure.

- Vous me connaissez, je m'assure personnellement des intérêts de mes associés.

- Bon, je vais voir ce que je peux faire. Je vous appellerai quand j'aurai du nouveau

- Merci beaucoup. termina le Sagittaire

Le Gold Saint serra la main de son interlocuteur, son visage affichait un sourire satisfait. Un pion de placé sur l'échiquier, la partie avançait bien, c'est à dire à l'avantage du duo. Le directeur de Paris Musée conduisit les deux à la sortie.

- Tu t'es bien débrouillé Vargas. Ca te dit de reproduire cela devant le conseil municipal ? demanda calmement Elarius

Car oui, la prochaine étape, c'était le Conseil de Paris, afin de gagner la confiance des politiques et de planter la bannière des Saints, il fallait un vote, afin de respecter la démocratie, il demandait cela à son compère car bien que le Gold se débrouillait avec les mots, il n'était pas aussi doué que le Silver



avatar
VargasChevalier d'argent du Corbeau
Chevalier d'argent du Corbeau

Date d'inscription : 08/06/2013
Nombre de messages : 535
Age : 29
Autres comptes : Rodin

Revenir en haut Aller en bas
Mer 24 Juin - 22:17
Après mon argumentaire, le silence s'était installé. S'en suivit des échanges posés entre les deux amis. Je m'étais redressé dès que le Directeur avait rompu le silence et l'observait droit dans les yeux. Je laissais le Sagittaire régler la fin de la négociation en jouant sur le fait qu'une sincère amitié les liait et sur les services rendus.

La négociation s'était achevé sur ce qui semblait être une grande approbation. Mais l'appui du Directeur du musée ne serait pas suffisant pour l'officialisation demandée, il allait nous falloir damer d'autres pions afin de remporter la partie. Je saluais le directeur en m'inclinant légèrement et une fois dehors, je reçus les compliments d'Elarius et une proposition. Je ricanais légèrement avant de lui répondre.


Vargas - "Je peux essayer mais l'argumentaire ne sera pas le même car mes arguments sur les arts n'auront probablement pas le même impact que pour notre cher Directeur de musée. As-tu des éléments à me communiquer concernant des éventuels points qui pourraient me permettre d'influer sur le conseil ? Ont-ils des passions précises ? Quel facteur serait le plus efficace selon toi ? Font-ils aussi parti de ton cercle d'amis ou y a-t-il des réfractaires aux éveillés ?"

Je suivais pendant que nous discutions le chevalier d'or jusqu'à un autre taxi qui devait nous mener jusqu'à notre prochaine destination. La partie ne faisait que commencer et cela risquait de devenir des plus serrés. Nous avions un peu de temps devant nous avant qu'un taxi ne nous rejoigne et je comptais bien en profiter pour obtenir suffisamment d'éléments pour improviser un nouvel argumentaire.

[HRP : La première partie des négociations étant finie, ne serait-ce pas le moment idéal pour qu'Adonis nous rejoigne ? Je pars demain en vacances, j'aurai peut-être le wi-fi. Donc au pire je réponds le 04/07, au mieux durant cette semaine.]
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Ven 26 Juin - 17:39
Le Conseil de Paris était constitué de membres divers et variés, le Saint du Sagittaire avait déjà vu des délibérations là-bas, il ne savait pas quoi trop répondre au Saint du Corbeau.

- Je ne sais quoi dire, je ne les connais pas vraiment, je les juste vu une ou deux fois en pleine délibération publique. Donc déterminer leurs intérêts n'est pas simple. Individuellement, il est presque impossible de les toucher en une seule fois. Mais collectivement, ils ont un but commun, le développement de Paris. Je pense qu'appuyer sur le fait qu'assurer la protection de Paris en échange de simples services. En gros un discours classique des Saints.

Elarius souriait à ses propres propos, la philosophie du Sanctuaire, les gentils qui affrontent les méchants voulant dominer le monde. Il en venait à regretter ses missions en solitaires, les voyages seuls. Pourquoi était-il rentré au Sanctuaire ? Il avait ses contrats privés. Depuis que l'Armure d'Or était revenu à lui, il était soumis au doute perpétuellement. Il soupira longuement, mais fut interrompu par la sonnerie de son téléphone. En regardant le nom de l'appelant, il frotta ses mains l'une contre l'autre.

- Déjà ?

Elarius engagea une conversation qui dura une dizaine de minutes alors que les deux Saints allait monter dans un autre taxi, lorsqu'il raccrocha, il était visiblement satisfait.

- Notre ami le directeur nous a arrangé une audience publique, ainsi que le soutien d'un petit groupe de politiciens. Ce sera déjà mieux que rien. Nous avons rendez-vous dans deux heures au Conseil de Paris, notre sujet passera en dernier, ça te laisse assez de temps pour planifier quelque chose. Je pense que tu as compris que j'ai confiance en toi, sur ce projet là, c'est toi le chef des opérations. Je te laisse libre choix des actions, déplacements, et discours. Tant que nous réussissons, c'est le principal termina le Gold
avatar
VargasChevalier d'argent du Corbeau
Chevalier d'argent du Corbeau

Date d'inscription : 08/06/2013
Nombre de messages : 535
Age : 29
Autres comptes : Rodin

Revenir en haut Aller en bas
Lun 29 Juin - 14:51
Afin de pouvoir rassembler des éléments pour orienter mon argumentation, j'avais questionné le saint du sagittaire qui possédait probablement des éléments utiles pour rallier les politiciens de Paris à notre cause. Nous avions certes franchis un premier pas vers notre objectif.

Mon allié semblait un peu perdu, je comprenais qu'il était en effet dur de toucher un groupe par une argumentation jouant sur leurs projets personnels et leurs aspirations mais ils devaient cependant partager un ensemble de valeurs les liant les uns aux autres au sein du conseil municipal et leur permettant de travailler en synergie. La réponse d'Elarius au sujet des motivations de chaque ministre confirma mes craintes, il était peu aisé de les déterminer sans avoir fréquenté un tant soi peu nos chers interlocuteurs. La tâche allait s'avérer plus ardue. Cependant, il était possible de bénéficier d'un effet de levier en prenant comme axe central de l'argumentation leur volonté d'accroître le développement de la ville en proposant notre protection en échange de services à la portée de tous. Je me demandais pourquoi cet homme influent ne menait pas la démarche d'argumentation. Il était probablement plus doué que moi pour les relations humaines au vu de ses connaissances sur les différentes personnes à rallier et c'était lui le supérieur sensé mener les opérations. Même s'il affirmait que j'étais meilleur orateur que lui, je ne pouvais m'empêcher de me dire qu'il devait aussi être doué pour ce genre de mondanités.

Enfin, cela ne me dérangeait pas de prendre la main et d'avoir carte blanche... loin de là. Lorsque mon allié me parla d'un simple discours de saints, je ne pu m'empêcher d'afficher un sourire amusé. Il m'évoquait cela alors que je n'’étais saint du corbeau que depuis tout au plus un ou deux mois. Après son long discours, le saint soupira et cela me surpris de voir un homme aussi charismatique en proie au doute. Je le laissais répondre à son téléphone et réfléchissais pendant son échange aux différentes approches possibles ainsi qu'aux moyens que j'avais à ma disposition. Quelques idées me vinrent à l'esprit et j'avais presque terminé d'échafauder une autre approche quand il raccrocha et m'annonça que nous avions le soutien de notre cher ami le directeur de musée et le soutien de certains hommes politiques. Ce dernier nous avait arrangé une audience publique. Enfin, j'appris que mon collègue me laissait libre officiellement et que seul le résultat lui importait, cette dernière réplique me surpris, je ne m'attendais pas à ce genre de réponse au sein de ce camp. J'éclatais de rire à sa réponse et lui répondais.


Vargas - "Hé bien, je ne m'attendais pas à ce genre de réplique de la part d'un gold saint. C'est à la fois surprenant et amusant. Par contre, si j'ai un conseil à te donner, évite de laisser transparaître le doute qui t'anime. En tant que supérieur, tu dois inspirer la confiance aux chevaliers de rang inférieur tel que moi ou les autres éveillés du rang de bronze. D'ailleurs, si tu as été choisi pour revêtir cette armure et que cette dernière t'a choisi, c'est peut-être parce que tu es capable de douter et de te remettre en question. Ne le prend pas mal mais ce ne sont que de simples suppositions, le sanctuaire me semblait bien vide en dehors de la palestre et c'est un réel plaisir d'être en mission avec un membre de l'élite du Sanctuaire."

Je donnais une petite tape dans le dos de mon frère d'arme et l'invitais à monter dans le taxi. Le trajet fut calme, je me servais de mon temps libre pour planifier mes différentes approches et une fois au Conseil de Paris, j'assistais aux différentes thématiques de discussions et prenait des notes, les sujets avaient, en effet, été des plus variés mais certains thèmes avaient attiré mon attention. La sécurité et le développement de la ville de façon écologique étaient des points que je pouvais ajouter à mon discours.

Les deux heures passèrent rapidement et ce fut à notre tour, bien que j'étais plutôt bon orateur, je n'appréciais guère les mondanités des gens de la haute et les politiciens. Je rejoignais la scène et prenais quelques secondes pour organiser mes idées en observant l'auditoire. Après ce laps de temps, je commençais mon discours.


Vargas - "Bonjour à tous! Pour commencer, j'aimerais vous remercier tous de votre présence en ce beau jour de juin et vous faire part de ma joie d'avoir pu goûter à la beauté et à la grandeur de cette formidable ville qu'est Paris."

Je tendais le bras dans la direction d'Elarius pour le présenter puis poursuivais.

Vargas - "Mon associé, Elarius et moi-même sommes venus en ce jour afin de vous faire part d'informations et de projets que nous avons concernant les évènements actuels. Votre temps étant des plus précieux, j'essaierai de me montrer le plus clair et le plus bref possible.

Comme vous le savez, des golems sont apparus ces derniers temps dans plusieurs villes portuaires après une déclaration publique qui fut prononcée par un Dieu des plus dangereux, Poséidon. Le discours partant sur l'aspect écologique au début ne tarda pas à tourner à la menace et nous ne pouvons rester sans agir devant de telles déclarations.

La déesse Athéna, déesse de la sagesse, protectrice depuis les temps mythologiques de l'humanité nous a tous réuni autour de ses valeurs, l'amour de l'humanité, la solidarité et la volonté de protéger les non-éveillés et les générations futures. Nous chevaliers d'Athéna protégeons dans l'ombre l'humanité depuis toujours mais les pratiques changeant, nous ne pouvons plus rester caché devant cette menace.

C'est pourquoi, pour faire suite à l'annonce de ce Dieu malveillant, qui semble présager le calme avant la tempête, je vous demande humblement votre aide, le but de notre présence étant la ratification d'un traité officiel signant notre union. Ce document octroiera la priorité à cette superbe ville en cas d'attaque et nous permettra d'être plus présent. En échange de notre protection, nous ne vous demanderons que votre soutien par des actions citoyennes des plus simples. Vous pourrez nous contacter via une ligne sécurisée pour toute présence d'individu suspect par exemple.

De notre côté nous veillerons à limiter au maximum que vous soyez victime de dégâts collatéraux dans le cadre des combats s'annonçant entre chaque camp. Ce qui vous permettra en outre, de bénéficier d'une sécurité renforcée par des éveillés et de pouvoir veiller au bon développement de Paris. Pour les enfants, représentants des générations futures, pour les parents aimant, pour tous les hommes et femmes résidant à Paris et le bien de tous, je vous prie de considérer notre demande.

Enfin, pour vous prouver que nous veillons très activement à votre sécurité et à ce que le quotidien des résidents ne soit pas bousculé par les évènements actuels, il s'avère que mon associé ici présent n'est ni plus ni moins qu'un représentant de la plus haute instance de notre chevalerie, un chevalier d'or.

C'est donc pour vous permettre de bénéficier en exclusivité d'une alliance avec les protecteurs officiels de l'humanité et de pouvoir veiller dans les meilleures conditions qui soit au développement, à la tranquillité et à la sécurité de Paris que nous vous demandons votre soutien et votre accord pour la ratification d'un document officiel scellant notre union.

Je vous remercie pour votre attention et je vous laisse à présent, quelques instants, avec mon associé et ami, Elarius, saint du Sagittaire.
"

Je laissais la parole à mon ami et m'effaçais légèrement afin qu'il puisse avoir l'attention de l'auditoire. Il méritait, après tout, lui aussi un peu d'attention de la part de ces hommes.



[EDIT : HRP : Voilà, j'ai essayé d'avoir le plus d'impact possible. Je te laisse leur dire deux mots et je pense qu'avec ça, nous aurons une réponse rapidement du Conseil, j'espère favorable. Désolé pour l'attente mais étant en vacs, j'ai du mal à me libérer pour rp.]


Dernière édition par Vargas le Lun 29 Juin - 14:57, édité 1 fois (Raison : Relecture, colorisation des dialogues et mise en page)
InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Lun 6 Juil - 12:48
Le Saint ne répondit pas au propos de Vargas dans le taxi, Elarius se concentrait et organisait la suite des événements. Proposer des services défensifs, probablement tout les ordres allaient en faire de même, en économie, il faut innover, en matière de défense aussi. C'est ce à quoi réfléchissait le Sagittaire en ce moment. Lorsqu'ils arrivèrent au lieu du rendez-vous. Le supérieur hiérarchique suivit son diplomate avec un air confiant. Avec Vargas dans l'Ordre Saint, les négociations devenaient un jeu d'enfant. Devant le conseil, les membres semblaient nager dans les mots du Corbeau. Lorsqu'il termina son discours, le gardien du neuvième temple s'avança.

- Mes amis, si je peux vous appelez ainsi, je suis Elarius, futur ex-Gold Saint du Sagittaire. J'ai longtemps menés des missions pour mon propre compte ainsi que celui du Sanctuaire. Et je peux vous promettre une chose en plus de la protection apportée par mes frères d'armes. Ma présence au sein de votre si belle ville, afin de former une unité d'intervention spécialement entraînée pour faire face à quelques menaces mineures. Terrorisme par exemple. C'est une chose qui me sera pleinement possible de réaliser si, et je dis bien si vous acceptez ce partenariat. Vous avez des moyens, nous avons de la puissance pour vous protéger. s'énonça le Saint avant de se reculer.

Des murmures se déclarèrent alors dans la salle. Au bout d'une longue période de brouhaha, le porte-parole du Conseil se leva.

- Très bien, votre proposition me semble intéressante... Je pense que nous pouvons nous revoir demain pour conclure sur votre proposition sur cette unité d'intervention dont vous nous avez parlé.

- Bien sur que oui, considérez-moi comme étant votre lien direct avec le Sanctuaire désormais...

La séance fut levé. Les deux frères d'armes furent raccompagnés à la sortie.

- Tu as parfaitement remplis ta mission ici Vargas. Je doute qu'on se revoit un jour, au vu que je renonce à l'Armure d'Or. Tu sais, je ne sais pas pourquoi j'ai été choisi une nouvelle fois. Depuis une mission avec cette armure, je me suis maudit, parce que je ne peux pas commander de troupes, je préfère rester ici. Loin de ces guerres, j'apporterais plus. Je pense que tu deviendras un diplomate indispensable pour l'ordre. Continue comme ça Vargas.

Laissant son compagnon de mission là, Elarius s'en allait, son retour en tant que Chevalier avait duré que très peu de temps. Mais il quittait le Sanctuaire, et pour de bon cette fois...

[HRP : Par ce post, Elarius devient poussière et Paris devient TS Saint mr Red le retour]
avatar
VargasChevalier d'argent du Corbeau
Chevalier d'argent du Corbeau

Date d'inscription : 08/06/2013
Nombre de messages : 535
Age : 29
Autres comptes : Rodin

Revenir en haut Aller en bas
Lun 6 Juil - 19:09
Mon discours avait fait son effet et les paroles de mon allié me surprirent légèrement. Je ne m'attendais pas à ce qu'Elarius se dévoue à la protection officielle de cette ville et renonce publiquement à son statut. La réponse du porte-parole du Conseil me convint et je ne doutais pas qu'il y avait de grande chances pour que le traité soit officialisé avec la proposition du présent ex-sagittaire.

Une fois la séance levée, nous fûmes conduits hors de la salle et je reçus les félicitations d'un homme qui avait su s'attirer ma sympathie, chose plus que rare au vu de mes réticences face aux relations humaines. Ses compliments me vinrent droit au cœur et me touchèrent. C'était la première fois que l'on reconnaissait ma valeur et que je n'étais pas la cible d'une foule hystérique folle furieuse. J'étais encore agréablement surpris par mes propres prouesses et bien que je n'avais pas totalement compris les raisons de son choix, je le respectais. Je serrais la main d'Elarius et lui adressais quelques mots.


Vargas - "Je vois que tu es déterminé et que rien ne pourra te faire changer d'avis. Bien que nous ne nous sommes que peu côtoyé, tu es l'une des rares personnes que j'ai appréciées et ces dernières se comptent sur les doigts d'une main. Je te souhaite une bonne retraite, Elarius."

Tandis qu'il s'éloignait je lui mis une tape dans le dos et ajoutais.

Vargas - "Et cesse de te prendre la tête. Profite de la vie et de chaque instant ! Tu es toujours jeune et tu as l'avenir devant toi ! Idiot !"

Une fois que l'ex-saint du Sagittaire me quitta, je ne pus m'empêcher de songer à ses paroles à voix haute.

Vargas - "Moi ? Un diplomate ? Fu fu fu fu fu ! Décidément, cela me semblait jusqu'à présent plus qu'improbable ! On peut dire que ce type est un phénomène. Ah ah ah ah !"

Mon regard s'attendrit tandis que je regardais cette légende disparaître peu à peu de mon champ de vision.

Vargas -"Idiot, va ! Tu me manquera !"

Je tournais ensuite ma tête vers l'armure du sagittaire qui rejoignit sa pandora box et l'amena au sanctuaire. C'était à se demander si je n'étais pas maudit... C'était la deuxième fois que je revenais au sanctuaire et que nous avions perdu un précieux allié... Mon frère fut le premier et à présent, il s'agissait d'un saint du plus haut rang de l'ordre...

Le lendemain, j'appris l'officialisation de notre traité en observant, furtivement, mêlé à la foule, mon compagnon. C'est ainsi que je repris la route seul au sanctuaire. Nous avions gagner un Territoire, la mission était un succès mais nous avions perdu un chevalier d'or.
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

[Conquête] L'art et le pouvoir