avatar
RodinSpectre de l'Amphisbène
Spectre de l'Amphisbène

Date d'inscription : 12/08/2013
Nombre de messages : 148
Age : 29
Autres comptes : Vargas

Revenir en haut Aller en bas
Lun 6 Juil - 21:47
Viens d'ici !

Après avoir reçu la visite d'un bien étrange allié au sein de mon bar, je l'avais suivi jusqu'en Enfers. Nous nous trouvions à présent devant la porte argentée, seule reste de la gloire d'antan de la cité de Dité. Alors que je m'apprêtais à pousser la porte, le spectre de l'Amphisbène m'arrêta net dans mon élan et me fit part de l'existence de démons gardiens de la cité. Il me demanda alors de me présenter devant la porte au cas où il resterait des gardiens et d'annoncer la raison de ma présence. J'acceptais et décidais de me présenter.

Rodin - "Je suis Rodin spectre de l'Amphisbène de l'étoile céleste de l'étude et voici Xing Huo du Cyclope de l'étoile terrestre de la brutalité. Il m'a guidé jusqu'ici pour que je puisse me rendre à la forge de Dité et que je puisse la reconstruire et lui rendre sa gloire d'antan. Je suis venu pour réparer les dégâts, ranger la forge et reprendre le poste de forgeron. J'ai du travail et peu de temps, alors vous allez ouvrir et m'aider à reconstruire cet endroit ou juste nous toiser du regard ? C'est que nous avons du travail et que mon compagnon n'a pas l'air du genre patient."

C'est après ces paroles que les portes s'ouvrirent et que deux démons nous jaugèrent avant de me faire signe d'entrer. Apparemment, ils semblaient avoir pris au sérieux ma déclaration. Hé hé c'était une bonne chose car vue l'étendue des dégâts dans la cité, je n'osais imaginer les ruines de la forge... J'allais en avoir pour un moment à reconstruire l'endroit où j'allais travailler. J'adressais un regard au vieil homme et le saluais avant de partir.

Rodin - "Hé bien, j'imagine que c'est ici que nos chemins se séparent. À moins que tu ais envie de m'aider à rebâtir ce lieu. Hé hé hé !"

Je croisais les bras et observais la réaction de mon acolyte.
avatar
Xing HuoSpectre du Cyclope
Spectre du Cyclope

Date d'inscription : 01/07/2015
Nombre de messages : 242
Age : 25
Autres comptes : Rogos / Andréa

Revenir en haut Aller en bas
Mar 7 Juil - 9:26
Après que les deux Spectres aient quitté le bar, le vieillard leur avait trouvé une ruelle bien sombre et bien déserte où ils avaient pu enfiler leurs Surplis en paix. De là, c'était encore le Cyclope qui avait ouvert la voie, cette fois à travers les méandres ténébreux des plans d'existence, par-delà le monde mortel et jusqu'au Royaume des Ombres.

Ils étaient apparus à quelques minutes seulement des portes d'argent de la Cité infernale de Dité. Xing Huo n'en était pas peu fier : il lui avait fallu beaucoup de pratique pour maîtriser avec précision cette forme de voyage dimensionnel, et au moins autant pour apprendre à ne pas apparaître directement dans la Cité, privilège réservé aux gradés. Les Étoiles Terrestres devaient normalement observer un minimum de décorum en demandant l'autorisation de passer aux gardiens de la porte ; une perte de temps selon lui, mais les règles sont les règles.

Ce fut cependant l'Amphisbène qui annonça leur venue et requit le droit de passage pour le duo, qui leur fut immédiatement accordé par les grands démons les surplombant de toute leur hauteur. Les diaboliques portiers faisaient leur travail du mieux qu'ils pouvaient, mais le cœur n'y était plus : leurs grimaces n'étaient pas aussi effrayantes qu'à leur habitude, on les sentait honteux et dépités. Et il y avait de quoi : les monstres n'avaient rien pu faire pour empêcher l'intrusion de Poséidon et ses maudits séides, et aujourd'hui encore, les colossaux battants qu'ils étaient chargés de protéger pendaient lamentablement sur leurs gonds, ayant cédé face à la puissance du Dieu.

Lorsque les gardes les laissèrent passer, Rodin s'adressa à son guide à la fois en lui souhaitant bon vent et en demandant si celui-ci ne voulait pas l'assister dans la remise à neuf de son lieu de travail. Le Spectre Terrestre répondit du tac au tac à son supérieur dans l'expectative, avant de se remettre en chemin : « J'ai rien de mieux à faire pour le moment. Si les huiles ont besoin de moi, ils enverront un larbin me chercher, mais en attendant une paire de bras supplémentaire ne vous fera pas de mal. »

À l'intérieur de la ville, la reconstruction suivait son cours, mais il y avait tant à faire pour effacer les traces des destructions aveugles perpétrées par le Chevalier d'Or du Taureau... Les lieux fourmillaient de Squelettes fébriles transportant matériaux et outils, et les bâtiments étaient défigurés par de multiples échafaudages. Quant à la Forge, et bien...

« Merde alors, on dirait chez moi ! » s'esclaffa le philippin en avisant ce qu'il restait du noble édifice. Un rire jaune qui dissimulait ses serments de revanche...
avatar
RodinSpectre de l'Amphisbène
Spectre de l'Amphisbène

Date d'inscription : 12/08/2013
Nombre de messages : 148
Age : 29
Autres comptes : Vargas

Revenir en haut Aller en bas
Mer 8 Juil - 23:10
Tandis que je faisais mon premier pas dans la cité de Dité où ce qu'il en restait, je reçus la réponse de mon acolyte qui accepta de m'aider et qui depuis que je l'avais rencontré ne cessait de me vouvoyer...

Je parcourus un peu la ville et réalisais alors que la reconstruction de cette dernière était en cours... Des squelettes s'affairaient à transporter des outils ainsi que les matériaux nécessaires. Je poursuivais mon exploration jusqu'à la forge quand mon allié s'exclama qu'il avait l'impression d'avoir retrouvé sa demeure en riant jaune.

J'éclatais de rire à sa remarque et lui donnais une tape dans le dos avant de lui parler.


Rodin - "Hé bien, on dirait des ruines d'un ancien temple grec, c'est effectivement un sacré bazar. Au fait, tu peux me tutoyer, Xing. Tant que tu fais preuve de respect, cela ne me gène pas."

Je m'approchais des ruines de la forge et observais les décombres et par quel endroit je pouvais commencer à déblayer. Je trouvais alors un piler effondré et réfléchissais à voix haute.

Rodin - "Voyons ! Et si je commençais par là ?"

Je redressais la base du pilier à mains nues puis demandais au vieil homme de s'écarter car j'allais déblayer les débris. En quelques instants, j'avais effectué deux tas à l'entrée de la forge. D'un côté, les roches lourdes inutilisables avaient volées sous ma force surhumaine et formé un tas de gravats tandis que de l'autre, j'avais soulevé et entassé avec précautions les pierres réutilisables.

On pouvait à présent voir que le four était resté intact sous les roches, que la cuve de trempe n'avait pas trop souffert et apercevoir des outils disséminés à même le sol. L'enclume avait d'ailleurs été projetée dans un mur et le marteau était brisé. Seules les pinces me semblaient encore d'usage.

Heureusement que j'avais emporté mon matériel au cas où. En balayant de mon regard la salle déblayée, je découvrais une poutre qui bloquais une porte dérobée, je la retirais et l'envoyais dans le tas de gravats, non loin de Xing, avant de découvrir que la salle d'entreposage des matériaux avait été par miracle épargnée. J'observais mon récent allié puis lui demandais s'il pouvait me faire l'inventaire des matériaux disponibles dans la réserve de la forge tandis que j'allais rebâtir, selon les souvenirs du spectre de l'Amphisbène, la forge à partir des roches déjà disponibles.
avatar
Xing HuoSpectre du Cyclope
Spectre du Cyclope

Date d'inscription : 01/07/2015
Nombre de messages : 242
Age : 25
Autres comptes : Rogos / Andréa

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 9 Juil - 9:23
L’Étoile Céleste autorisait le Cyclope à arrêter le vouvoiement. Tant mieux, le vieillard avait du mal avec cette façon de parler formelle qu'on leur imposait ; il se détendit donc un chouïa tandis que le forgeron effectuait une inspection sommaire de son lieu de travail à reconstruire, puis commençait à faire un peu d'espace en dégageant les décombres. N'y connaissant rien à la maçonnerie ou à l'architecture de l'endroit, Xing Huo obéit docilement lorsque Rodin lui demanda de s'écarter, puis une fois qu'il eut compris à peu près de quoi il retournait, donna un coup de main pour déplacer les plus gros débris tandis que son compagnon profitait d'enfin pouvoir y voir plus clair pour évaluer l'état de la partie la plus importante du bâtiment. L'essentiel c'était le matériel et les équipements, pas la baraque en elle-même...

Alors que l'Amphisbène projetait une poutre gênante, que le Spectre Terrestre attrapa au vol pour aller la poser dans le tas de matériaux à l'entrée, il désobstrua la porte menant à la réserve et indiqua qu'il serait bon d'aller y faire l'inventaire des matières premières entreposées. Là encore, le vieillard s'exécuta, descendant dans une crypte souterraine encombrée de grandes jarres et de caisses en désordre. La pièce n'avait pas trop souffert, mais les secousses avaient renversé les piles soigneusement rangées, rendant le passage difficile... Heureusement, chaque urne ou boîte était marquée d'un emblème correspondant à son contenu ; il ne savait pas ce que les signes voulaient dire, mais il pouvait toujours s'en servir pour les regrouper. Une fois le capharnaüm relativement ordonné, le Cyclope se trouva face à un problème de taille :

« L'inventaire ? Mais comment je fais ça moi, je sais pas ce que c'est ces trucs ! Je savais même pas qu'on avait besoin d'autant de machins différents pour faire un Surplis ! » grogna-t-il en lissant pensivement sa barbe. Bon, tant pis, il n'avait qu'à ouvrir une jarre ou une caisse marquée de chaque emblème, prendre un échantillon de ce qui se trouvait dedans, et apporter le tout à l'Amphisbène, ça lui tiendrait lieu d'inventaire.

Deux minutes plus tard, le vieil homme couvert de poussière émergea de la crypte de stockage, pourvu d'une boîte renfermant un assortiment de minéraux, gemmes et métaux qu'il n'avait jamais vus, ainsi que de fioles de liquide transparent et de gros blocs de glace. Enfin, ces matières premières auraient pu être tout à fait ordinaires qu'il ne s'en serait pas rendu compte, ses connaissances sur le sujet étant proches de zéro, mais il se doutait toutefois qu'une masse noire incroyablement dense ou un cristal qui brille tout seul et très fort, ça ne devait pas être bien normal.

« Ça te va ? Je crois que j'ai rien oublié. » dit-il en guise de rapport, montrant son chargement au forgeron. Promenant son regard autour de lui, le Cyclope se rendit compte de l'étendue des dommages, et du temps qu'il faudrait pour remettre l'édifice en état...
avatar
RodinSpectre de l'Amphisbène
Spectre de l'Amphisbène

Date d'inscription : 12/08/2013
Nombre de messages : 148
Age : 29
Autres comptes : Vargas

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 9 Juil - 21:47
Pendant que le vieil homme était à l'intérieur de la salle d'entreposage des matériaux, j'avais missionné plusieurs squelettes de me ramener de la matière première pour reconstruire cet édifice tel qu'il était avant mais avec quelques améliorations personnelles. Pendant ce temps, je faisais le point sur l'alliage qui composait le marteau des enfers et faisais chauffer la forge.

Pendant que je vérifiais à l'oeil l'évolution de la flamme du four, je reçus des roches pour la reconstruction et le vieux asiatique me rejoignit couvert de poussière avec une boîte.
Ce dernier me demanda alors mon avis et j'observais les différents matériaux disponible. Il y avait là de nombreux minerais ainsi que tout le nécessaire pour l'entretien de surplis et de quoi me permettre de forger un nouveau marteau. J'utilisais mon marteau personnel personnalisé et une fois que la flamme commençait à atteindre la chaleur que je voulais, je descendais chercher le minerai et le métal que je cherchais.

Je revenais en kimono, vêtu de ma tenue de forge et avec les matériaux qui je désirais. Je plaçais le métal au four puis une fois blanchi, le travaillais avec mon marteau. Le marteau résista à ma puissance mais avait du mal à déformer le métal. Je préparais le bain de trempe en y plaçant de la glace. Après plusieurs coups ainsi que plusieurs niveaux de cuissons, la nouvelle masse était prête pour la trempe. Je rejoignais le bain pour la trempe et l'y plongeait en surveillant la réaction du métal chaud. Je la contrôlais puis ressortais le métal refroidi avec la pince.

A présent, il était temps de tester le nouveau marteau. Je frappais avec puissance l'enclume et un son métallique résonna dans toute la ville de Dité. J'inspectais avec ma loupe la nouvelle masse et constatais qu'il n'y avait aucune fêlure. C'était parfait mais mon marteau personnel s'était brisé lors de la forge de cet outil constitué de métaux mythologiques. À présent, je pouvais forger des créations dignes de cette forge.


Rodin - "On dirait que la forge de Dité vient de ressusciter. Tu tombes bien car je viens de recevoir les roches pour rebâtir cet édifice."

Je désignais d'un geste de la main l'empilement de roches près de l'entrée. Pour les améliorations, je comptais ramener quelque petites améliorations technologiques des plus pratiques.
avatar
Xing HuoSpectre du Cyclope
Spectre du Cyclope

Date d'inscription : 01/07/2015
Nombre de messages : 242
Age : 25
Autres comptes : Rogos / Andréa

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 9 Juil - 23:59
L'Amphisbène n'avait pas perdu de temps, ayant mis à profit l'absence du vieillard pour réquisitionner l'aide d'une troupe de Squelettes et ainsi entamer la reconstruction. Un homme d'action ce Rodin, à n'en pas douter. En tout cas, il semblait satisfait de ce que son acolyte lui ramenait des entrailles de la Forge malmenée, et bien décidé à se mettre de suite à l'ouvrage. Le four chauffait déjà, atteignant par quelque sorcellerie cosmique ou artifice divin des températures ordinairement réservées aux équipements industriels les plus performants. Et ça montait encore : il fallait bien ça pour travailler les éléments constitutifs des armures ténébreuses, des matériaux mythiques sans équivalents terrestres.

La première réalisation du nouveau propriétaire prit rapidement forme, à mesure que celui-ci modelait ses futurs outils de travail à partir des matériaux ramenés de la réserve. Ne souhaitant pas déranger la concentration du maître, le Cyclope s'attela à superviser les Squelettes et à entendre leurs conclusions quant à la tâche que représenterait la reconstruction. Ce qui lui fut donné à entendre ne lui plut pas du tout...

« On rebâtira pas tout ça en un jour ! Dégager les débris, ça va vite, mais si on veut éviter les mauvaises surprises, il faut tout inspecter en profondeur, de la toiture aux fondations. Une fois qu'on saura précisément de quoi il retourne, on pourra se mettre au boulot. » affirma celui qui devait être le chef de cette équipe de larbins.

« Combien de temps ? » interrogea sèchement le philippin, se retenant d'ajouter un « c'est si compliqué que ça ? » pour ne pas avoir l'air idiot. Le serviteur infernal semblait toutefois avoir lu dans son esprit, à en juger par sa réponse :

« On peut pas dire avant d'avoir bien tout regardé... C'est que c'est pas si simple, faut trouver les endroits où c'est pas stable, déblayer... d'ailleurs, il aurait fallu nous appeler avant de le faire, c'est un coup à faire s'écrouler tout le bazar... ensuite, une fois qu'on a identifié ce qui cloche, faut faire le plan de comment on va s'y prendre, puis préparer les pierres et les poutres, amener tout le matos, parce qu'on se contente pas de poser des cailloux les uns sur les autres... Donc désolé, mais même avec tous les hommes disponibles, ça prendra des jours, voire des semaines si on veut que ça tienne ! »

Xing Huo était abasourdi. Il n'avait jamais connu que les masures des bidonvilles, trois planches et deux bouts de tôles disposés et consolidés à la va-vite pour que ça tienne à peu près debout, alors une grande baraque en pierre comme ça, il n'avait aucune idée de comment on s'y prenait, ne pouvait tout simplement pas se représenter le processus... Mais le Squelette n'oserait sûrement pas lui mentir, alors il faudrait s'y résigner. Ayant entendu le Spectre Céleste s'adresser à son marteau fraîchement forgé, le Cyclope désigna le tas de roches qui venait de leur être livré : « Et avec ça ? »

Le Squelette en chef le regarda en essayant de dissimuler un mélange de pitié et d'incrédulité. « Qu'est-ce que vous voulez qu'on en fasse ? Elles sont sur site et y'en a qui sont taillées, mais pas toutes et on a aucune idée de comment les disposer. Faut évaluer, faut un plan, des échafaudages, des monte-charges... ça va quand même prendre du temps, désolé ! »

Il s'enfonçait, il passait pour un idiot... Bon, derniers ordres et il fermait sa grande bouche. Ne jamais laisser les péons se rendre compte que leurs supérieurs sont moins intelligents qu'eux ou qu'ils ne savent pas quoi faire. « Je veux que vous vous occupiez de ce bâtiment en priorité. Vous me rassemblez autant d'ouvriers que possible, et vous les faites tourner, le chantier ne s'arrête pas une seconde jusqu'à ce que ce soit fini, comme neuf. S'il faut déplacer des trucs lourds, je donne un coup de main. En attendant... Rodin ? Tu peux travailler même si tu n'as pas un toit et quatre murs valables ? »

Les vicissitudes de la construction... il lui fallait venir en Enfer pour faire l'expérience des problèmes d'humains plus fortunés que lui. En tout cas, le premier Squelette qui s'aviserait de prononcer les mots « dépassement de devis » passerait un sale quart d'heure...

HRP : Je suis chiant mr Red le retour
avatar
RodinSpectre de l'Amphisbène
Spectre de l'Amphisbène

Date d'inscription : 12/08/2013
Nombre de messages : 148
Age : 29
Autres comptes : Vargas

Revenir en haut Aller en bas
Ven 10 Juil - 22:55
Pendant que je forgeais le marteau remplaçant celui qui avait été brisé lors de la destruction de la forge, le vieil homme avait échangé avec les spectres. J'avais perçu quelques mots ici et là et puis nettement plus clairement le discours lorsque j'avais terminé mon œuvre.

J'avais laissé les squelettes et le spectre de la brutalité discuter tandis que je me remémorer les bribes de conversation qui avaient atteint mes oreilles. Le squelette s'était plaint et mentionnant qu'il était impossible de tout rebâtir en un jour et qu'il fallait tout inspecter. Il avait ajouter qu'on aurait pu tout faire s'écrouler. Décidément plus les êtres étaient faibles et plus ils la ramenaient. Ça pour critiquer, ils étaient doués et surtout pour tirer des conclusions hâtives.

Alors que l'esprit exprimait toute sa rage envers la durée qu'allait prendre la rénovation du bâtiment, je réfléchissais. J'étais doté de deux dons des plus précieux, une force surhumaine qui me permettait de déplacer avec efficacité les plus lourds matériaux pour reconstruire l'édifice et un second don que je n'avais pas dévoilé. Je quittais la forge tandis que Xing Huo me demandait si cela ne me dérangeait pas de forger à l'air libre. Je m'abstenais de lui répondre puis sautais sur un bâtiment muni d'une feuille et d'un crayon que j'avais dérobé à un squelette.

Je soulevais pour la première fois depuis que j'avais rencontré Xing mes lunettes puis dévoilait mes yeux couleur rubis. S'ils voulaient connaître où se trouvaient les endroits où le sol n'était pas stable, ils allaient le savoir. Je dessinais sur la carte la zone où résidait la forge et ses alentours puis marquais d'une croix chaque endroit où le sol présentait un risque d'instabilité. Par rapport à l'étendue sur laquelle se trouvait la demeure, il n'y avait que cinq zones présentant des risques. Je descendais puis arrachais des mains d'un autre sbire une feuille et la retournais pour y dessiner les plans des fondations et je rajoutais les installations technologiques qui allaient se greffer à celles de la forge. Enfin, j'ajoutais des croquis de l'intérieur de la forge et des aménagements.

Je posais ma main sur la tête du petit colérique et le soulevais par le crâne face à moi pour qu'il soit à ma hauteur.


Rodin - "Écoute-moi bien. Les rangs n'existent pas que pour faire beau. Souviens-toi bien de cela quand tu adresses la parole à un spectre. Car le respect, ce n'est pas un dû mais quelque chose qui se mérite."

Je resserrais ma main faisant couiner le squelette donneur de leçons.

Rodin - "Avant de tirer des conclusions hâtives et de déverser son venin, on y réfléchit à deux fois. Retiens bien le nom de celui qui t'a prévenu. Je suis Rodin de l'étoile céleste de l'Étude, crois-tu vraiment que je suis le genre de spectre à prendre des décisions et à agir à la légère ?"

Squelette - "NE... Non..."

Rodin - "Bien alors, écoute ce qui va suivre. J'ai deux plans pour toi ainsi que des nouvelles. Sur ce premier plan se trouve toutes les zones à risque de sol instable sur le terrain de la forge, sur ce deuxième plan, des innovations à mettre en place et j'y tiens. Cela va prendre du temps ? Je le sais, je ne suis pas né de la dernière pluie mais avec cela combien de temps penses-tu avoir gagné ? Cela vaut bien cinq jours d'étude au moins ! Tu vas te mettre au travail avec les autres squelettes et te retenir de cracher au visage de mes hommes ta frustration !"

Squelette - "Argh ! Pi... Pitié ! Ma ! Ma tête va exploser !"

Rodin - "J'ai deux bonnes nouvelles pour toi, je suis loin d'être un idiot et ma force dépasse l'entendement. Et dans ma grande mansuétude, je vous fais l'honneur de participer aux travaux de remise en état de la Forge de Dité.

Combien de temps vous faut-il pour amener une poutre ici ? Combien d'hommes ? Je vais vous le dire, avec moi, un homme et quelques minutes au lieu de plusieurs hommes et des heures.

Être choisi pour rebâtir la cité de Dité et sa forge, un lieu aussi impressionnant et remémorant à tous la grandeur d'Hadès est un immense honneur qui vous est fait. Recevoir l'aide d'un spectre céleste soit le chef de votre chef l'est autant. Alors réjouissez-vous !

Réjouissez-vous car elle va bientôt ressusciter et ce de nos mains ! Faites honneur à notre seigneur Hadès, faites honneur aux Enfers et à la grandeur de la tâche qui vous est confiée !
Vous êtes plus que de misérables humains, vous êtes des squelettes ! Alors montrez-moi que vous êtes capables de réagir et de prouesses dépassant celles de l'humanité.
"

Je relâchais le squelette qui se tenait la tête et observais les autres sbires et les démons qui semblaient avoir été remotiver par mon petit discours. Le squelette chef de chantier accepta mon offre et ne put s'empêcher d'écarquiller les yeux devant la précision de mes croquis et plans. Il afficha un sourire de joie réelle et s'en alla réfléchir aux solutions.

Je rejoignais Xing et lui donnais une légère tape dans le dos avant de lui répondre.


Rodin - "Pour forger un marteau, je n'ai pas besoin de mur ou de toit mais pour des demandes concernant de la réparation d'armures ou de la création, j'ai besoin de pouvoir travailler dans des conditions optimales afin de pouvoir donner vie à de véritables chefs d’œuvre et de redonner un nouveau souffle aux surplis. La forge n'est pas un art qui se pratique à la légère..."

Le travail allait pouvoir reprendre.
avatar
Xing HuoSpectre du Cyclope
Spectre du Cyclope

Date d'inscription : 01/07/2015
Nombre de messages : 242
Age : 25
Autres comptes : Rogos / Andréa

Revenir en haut Aller en bas
Dim 12 Juil - 11:24
Ok, alors apparemment non, l'Amphisbène ne pouvait pas attendre : il savait ce qu'il voulait, ainsi que comment l'obtenir, à savoir en remettant à sa place le Squelette insolent de tout le poids de son rang et de son intimidation cosmique. Xing Huo prit mentalement note des paroles et des actes de Rodin, à la fois pour s'en inspirer lorsqu'il aurait lui-même à remonter les bretelles d'un subordonné déplaisant et pour se rappeler de ne jamais « manquer de respect » au forgeron.

Les talents du Spectre Céleste ayant permis à tous de gagner du temps et son discours ayant enflammé la motivation des ouvriers infernaux, la forge en ruines se mit instantanément à bruire d'activité. Les renforts exigés par le Cyclope arrivaient en masse, une main d’œuvre suffisamment nombreuse pour pourvoir chaque poste possible et imaginable sur le chantier ; des palans et autres échafaudages en pièces détachées commençaient même à arriver, transportés à dos de sbires quand les chariots n'étaient pas disponibles.

Contemplant cette agitation croissante mais néanmoins ordonnée, le vieillard écouta le forgeron lui expliquer l'importance cruciale qu'avaient pour lui ses conditions de travail, et acquiesça à ces paroles. « C'est vous... oups, pardon, c'est toi qui sais le mieux ce dont tu as besoin. Beau discours en tout cas, moi j'aurais pas pu : mon truc, c'est de donner des gnons, pas des ordres... Par contre, tu parles d'innovations technologiques à rajouter ? On va changer un peu la tradition ? »

Ça risquait d'être coton à ramener ce genre de trucs, mais les Squelettes y arriveraient si on les y encourageait suffisamment. Ils étaient débrouillards mine de rien, sans doute une évolution qui leur venait du tiraillement constant entre l'obligation de faire leur boulot et leur désir de se fatiguer le moins possible : la preuve, le séide en chef, constatant la quantité insuffisante de matériaux et ne souhaitant pas gâcher ses effectifs, avait envoyé une paire de larbins ramener des défunts des Prisons environnantes. Les damnés furent promptement organisés en chaîne, utilisés pour faire circuler les matières premières de manière ininterrompue... Voyant l'air interloqué du Spectre de la Brutalité, le chef de chantier se justifia en disant qu'ils avaient déjà recouru à cette méthode pour un renforcement express des défenses de Dité, lors de la Guerre Sainte.

« Ah, ben c'est marrant ça ! Enfin, autant que ceux-là se rendent utiles. En plus, y'a pas une grande différence par-rapport au supplice du roulage de pierres dans la Troisième Prison. »

Sur ces bonnes paroles, le Cyclope se décida à aller mettre la main à la pâte. Avec la contribution des damnés et des deux Spectres, le plus gros des réparations ne devrait prendre que quelques heures !
avatar
RodinSpectre de l'Amphisbène
Spectre de l'Amphisbène

Date d'inscription : 12/08/2013
Nombre de messages : 148
Age : 29
Autres comptes : Vargas

Revenir en haut Aller en bas
Dim 12 Juil - 15:20
Après mon discours, j'avais rejoint le spectre du Cyclope et lui avais répondu que je ne pouvais pas forger ou réparer des armes et armures à toit ouvert car la forge était un art exigeant une grande rigueur et d'être présent "au four et au moulin" pour reprendre une citation humaine. En quelques instants, la forge qui semblait à l'agonie était à présent plongée dans un vacarme infernal.

De nombreux squelettes et démons remotivés par mes quelques phrases avaient compris l'importance de la reconstruction de ce bâtiment et sa priorité. Oui la cité de Dité méritait d'être reconstruite mais à présent qu'il y avait un nouveau forgeron sur place, ce dernier allait avoir beaucoup de travail et son travail risquait d'apporter bien plus que ce que faisait une armée de squelettes.

L'agitation bruyante mais ordonnée commença à redonner un visage familier à la forge. Je m'en réjouissais quand Xing Huo me posa une question logique et amusante. Ce dernier qui avait encore du mal à se faire au tutoiement me demanda si je nous allions changer un peu la tradition. J'éclatais de rire et lui expliquais rapidement de quoi il en retournait.


Rodin - "Disons que j'apprécierais que la forge ne retombe pas aussi facilement en ruines. C'est pourquoi j'ai pensé à quelques innovations dissimulées dans l'aspect traditionnel de ce bâtiment. Risquant d'être coincé ici un moment, une fois plongé dans mon travail, un petit coin bar, dissimulé, ne fera pas de mal et je prévois aussi quelques installations permettant à la forge de tenir en cas de destruction de piliers et quelques pièces dissimulées ici et là pour des projets personnels.

On peut critiquer l'humanité mais il faut reconnaître que les non-éveillés ne manquent pas d'inventivité et qu'il y a eu depuis d'énormes progrès effectués en terme de construction de bâtiment. Certains possèdent la technologie pour résister aux plus violents des séismes.

Et bien cette forge sera équipée de ce qu'il faut pour résister à un duel entre des éveillés de haut rang.
"

Je n'avais pas pris la peine d'expliquer à mon homme de main que j'avais précisé quelques coordonnées sur le plan avec les 'améliorations' à apporter pour faciliter le travail. Une fois que j'avais fini d'échanger, j'étais parti me changer et j'avais suivi quelques squelettes pour apporter les matériaux les plus lourds.

Le vieil homme œuvra aussi de son côté pour redonner de sa splendeur à ce bâtiment et même les morts du troisième cercles furent utilisés pour accroître nos effectifs.

Quelques heures plus tard, la forge ressemblait déjà plus à ce qu'elle était jadis. Nous avions bien avancer au niveau du travail du sol mais aussi au niveau des fondations et des système technologiques veillant à la stabilité et à la résistance du bâtiment. J'avais d'ailleurs forgé quelques dispositifs en orichalque pour renforcer certaines zones à risques. Une fois que j'avais terminé, j'avais vérifier par rapport aux plans le travail effectué.

Tout avait été respecté et même le toit était en cours de rénovation. Il ne nous restait plus que le gros œuvre à mettre en place. Les poutres étaient installées, toutes les fondations étaient en place, il ne restait plus que le travail de la pierre et à rebâtir les murs et le toit.

Le côté positif, c'était qu'on ne voyait pas le temps passer en Enfers et cela nous permettait de laisser les travailleurs plongés dans leurs tâches sans qu'ils ne soient dérangés par l'heure ou la sonnerie de fin de travail. J'avais personnellement participé aux innovations et ajouté quelques systèmes mécaniques pour cacher mon bar et quelques passages secrets.

Les heures s'écoulaient vites mais la forge reprenait peu à peu forme et mes améliorations et idées rendaient le bâtiment même plus luxueux et pratique. J'étais fier de moi et l'esprit de l'Amphisbène agréablement surpris par mes idées. Ce dernier ne s'attendait pas à ce que je puise autant d'idées à partir de ses connaissances dans le travail des matériaux de la forge et l'exploitation de leurs vertus.

Rome ne s'était pas bâti en un jour mais ma forge0n' avait demandée qu'une semaine bien remplie pour regagner son lustre d'antan et retrouver sa grandeur. Pour récompenser tous ceux qui avaient participé à la reconstruction, j'avais offert une tournée générale. L'alcool coula à flot durant toute une nuit durant et le lendemain, les travailleurs purent reprendre le chantier de Dité.

Les démons avaient l'avantages de très bien résister à l'alcool mais les squelettes eurent plus de mal à s'en remettre. Je ricanais amusé devant leurs mines déconfites puis j'avais rejoint les démons pour les aider à la reconstruction de la cité. Une fois les plus grosses roches ramenées, la finalisation ne dura que quelques jours supplémentaires et les squelettes s'émerveillèrent devant la splendeur de Dité, une fois la rénovation terminée.

Cela faisait probablement un mois que nous avions fourni une énergie infernale à tout retaper mais nous avions enfin terminé. La forge était opérationnelle, les matériaux en réserve plus que suffisants pour la réparation de tous les surplis abîmés et les éventuelles demandes de création qui ne tarderaient pas à affluer.

J'étais retourné une journée à New-York à la surface pour surveiller l'évolution de mon commerce. Je réalisais que j'avais bien fait de recruter quelques personnes pour tenir le bar le temps de mon absence et prendre certaines de mes commandes spéciales. J'avais eu quelques demandes d'armes personnalisées qui ne me prirent que quelques heures pour être conçues. Comparé au travail que j'avais effectué en Enfers, cela ne me semblait quasiment rien. Je pris une seconde journée pour récupérer et revint à la forge en empruntant le moyen qu'avait utilisé Xing. J'étais arrivé à une centaine de mètres de la porte, la téléportation n'étant pas encore une technique que je maîtrisais. Je m'estimais heureux et regagnais ma forge.

Des squelettes m'avaient livré de quoi m'occuper et je riais en remarquant qu'il s'agissait déjà de surplis à réparer. L'esprit de l'Amphisbène était lui-même mort de rire en remarquant qu'il s'agissait de deux surplis terrestres qu'il avait côtoyé et qui s'était littéralement moqués de lui. Il était presque heureux de pouvoir les narguer et de leur coller en pleine face que lui n'avait pas été démoli lors de la dernière guerre sainte, oubliant qu'il avait tout manqué plongé dans son travail et ses expérimentations.
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

L'heure de raviver la flamme ! [PV Xing Huo]