:: Zone Guerre Sainte :: Afrique et Moyen-Orient :: Autres LieuxAller à la page : Précédent  1, 2
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t26008-oblivion
OblivionSpectre de la Mante Religieuse
Spectre de la Mante Religieuse

Date d'inscription : 15/02/2013
Nombre de messages : 1109
Age : 20
Double Compte : Ntikuma

Revenir en haut Aller en bas
Mer 23 Sep - 22:55
Toujours frustrée par mon échec, je toise le Bourreau d'un regard meurtrier sans pour autant prendre la parole: le Dullahan s'en occupe très bien seul, le rabrouant en l'avertissant que s'il n'arrivait pas à se débarrasser assez rapidement de ses adversaires, il n'hésiterait pas à prendre part au combat. Son commentaire sur les Berserkers m'est aussi resté en travers de la gorge. Très bien! Il me juge intenable, si c'est comme ça, je préfère aller me battre là où ça compte et me mettre à la recherche du géant, seule s'il le faut, et leur prouver que je n'ai pas besoin d'eux. Une fois Humbaba vaincu... qui dit qu'ils pourront me retrouver?

Je veux me retourner pour prendre la fuite et partir seule affronter le géant, mais je n'arrive pas à bouger. Mon armure, quoi d'autre, semble refuser de bouger, je peux encore mouvoir le bout de mes doigts et baisser les yeux, mais respirer est difficile et l'air autour de moi semble se comprimer. Non, pas l'air. L'armure. Lentement, contre mon gré, mes bras se lèvent à nouveau. L'ordre d'attaquer à nouveau, contre celui de ne pas intervenir... mais la situation change. Le Girtablilu parvient à saisir Wolgorn de ses pinces et vu la distance qui les sépare, aucun moyen d'en frapper un sans atteindre l'autre. Et peu importe qui se prend les dommages collatéraux, un certain Spectre ne va pas apprécier. Je pousse un hurlement de rage en constatant que je ne peux toujours pas bouger.

-NON!

Pas le choix, c'est ici ou nul part! Mon cosmos augmente et des aiguilles jaillissent de mes poignets, la sensation de compression disparait alors que mon Anima me libère enfin, et je fonce à toute allure vers l'homme-scorpion, atterrissant brutalement sur son dos.

-EEYAH!

Mes jambes solidement enroulées autour du monstre, mes mains se couvrent d'aiguilles que je plante près de sa nuque et sur le dessus de ses épaules, dans les défauts de la carapace. Les aiguilles se cassent, restant coincées dans les plaies et délivrant mes mains et en m'appuyant sur le monstre, je déroule mes jambes pour le frapper violemment avec mes talons, tentant de reproduire l'exploit accompli contre l'Ugallu. Malheureusement, sa protection est trop épaisse et je dois sauter en bas de mon "perchoir" pour rouler hors de portée avant d'être prise pour cible. Autour de mon cou, l'anneau semble être plus serré.

*C'est ça que tu voulais! Pourquoi tu veux que je reste avec eux?!*

Je n'ai pas de réponse. Depuis la rencontre avec l'Apkallu, tout est étrangement silencieux... plusieurs changements qui viennent toujours sans explication. Pourquoi mon agressif Anima m'a d'abord permis de quitter Sparte, et maintenant me force à rester avec les Spectres? Je ne comprends plus rien... mais dans mon état, il n'y a rien à comprendre. La rage guerrière me fait voir les choses autrement.

-Voilà! Tu vas l'achever un jour ou on doit le faire à ta place?!

[HRP: Oblivion attaque Girtablilu3 et réussit une attaque (-1HP) FINISH HIM!]
avatar
RogosSpectre du Dullahan | Modérateur
Spectre du Dullahan | Modérateur

Date d'inscription : 03/06/2014
Nombre de messages : 1447
Age : 24
Double Compte : Andréa / Xing Huo

Revenir en haut Aller en bas
Ven 25 Sep - 15:35
Il ne savait pas si c'était dû aux remontrances, mais le Bourreau comme l'hystérique masquée étaient devenus plus efficaces : l'Ugallu fut le premier à passer à la casserole, violemment décapité par la masse de muscles mugissante qui servait de compère au Dullahan. Ensuite, ce fut au tour du Girtablilu de saigner, suite à l'une de ces attaques vicieuses qui constituaient la marque de fabrique d'Oblivion. Cependant, le monstre avait auparavant réussi à porter un coup de sécateur sur-dimensionné à Wolgorn, tout n'allait donc pas exactement comme sur des roulettes.

La sœur de Prayer n'avait pas manqué de le faire remarquer lors de sa dernière réplique, une question qui sonnait à la fois comme un défi et une moquerie. L’Exécuteur était déjà passé à deux doigts d'attaquer la Berserker avant que Rogos ne l'interrompe, il lui fallait donc faire en sorte d'éviter que cela ne se reproduise et pour ça, ce serait à lui de répondre à la pique...

« Il n'aura pas à le faire. » rétorqua calmement le cavalier sans tête avant de s'élancer et de promptement fendre en deux tout le buste de l'homme-scorpion, dans le sens de la hauteur et à l'aide d'un Claíomh Ifreanda bien placé. Il dégagea son bras, à présent profondément enfoncé dans les tripes carbonisées de la bestiole, et fit face à ses compagnons de route un tantinet énervés.

« Oblivion, il faudra qu'on ait une petite discussion. Wolgorn, je suis désolé, mais moi non plus je ne peux pas éternellement rester faible et m'écraser devant les autres. Maintenant, si vous avez quelque chose à dire, des trucs à mettre au clair, faites vite parce qu'on a pas beaucoup de temps. »

Ça allait les mettre en colère tous les deux, il en était bien conscient, mais il était permis d'espérer qu'ils dirigent leurs griefs vers lui. La patience de l’Étoile Terrestre de l'Ombre n'était pas infinie, mais elle était tout de même plus grande que celle du russe ; garder son calme, il devrait y arriver, même si c'était sa première mission en tant que leader et qu'il n'avait vraiment, mais alors là vraiment pas envie de la voir échouer. Par contre, si on laissait ces deux-là régler leurs différends entre eux, le Dullahan était sûr qu'il y aurait une escalade de la violence et que ça ne se terminerait pas avant qu'il y ait au moins un mort ou un blessé grave. Avant même d'avoir rencontré leur réel ennemi, ce serait un comble.

Comme en écho à ces pensées, la figure de Gareth se rappela à son bon souvenir. Pourquoi le Pope ? Et bien, parce qu'il avait asticoté le Dullahan en se vantant des exploits de son prédécesseur Kanon, le tristement célèbre Gémeaux responsable de la perte de nombreux Spectres inférieurs il y a trente ans. Cette histoire, quasiment tous les soldats infernaux la connaissaient, et ils savaient que ce qui avait rendu possible ce massacre, c'était l'impulsivité des guerriers d'Hadès de l'époque, qui s'étaient crus (à tort) capables de se mesurer au chevalier d'Or. Ils avaient encore le même problème maintenant.

« Peut-être que les Berserkers ne sont pas les seuls à avoir besoin d'un peu de plomb dans la cervelle... » murmura-t-il.

HRP : Rogos fait une double-attaque réussie et achève Girtablilu 3. Les gardiens inférieurs sont vaincus, on a un peu de répit avant le boss.
avatar
WolgornSpectre du Bourreau
Spectre du Bourreau

Date d'inscription : 14/01/2014
Nombre de messages : 700
Age : 22
Double Compte : Reagan

Revenir en haut Aller en bas
Dim 27 Sep - 15:06
L'homme scorpion fondit sur Wolgorn et lui planta ses pinces dans l'estomac avec virulence. Asphyxié par le coup, le Russe n'eut pas le temps de récupérer son souffle pour riposter. Oblivion et Rogos profitèrent alors de ce battement pour se jeter sur l'arachnide et le massacrer. Le Bourreau ne put que regarder la scène avec frustration et colère envers ses compagnons, la mâchoire serrée. Comment avaient-ils pu lui voler ses proies et le traiter tel un faible ? Il avait certes échoué à supprimer le Grand Pope et Poséidon, mais il se considérait comme supérieur à la Berserker et au Dullahan. Il se leva donc et toisa sombrement ses deux camarades, hésitant encore à les réduire en bouillie.

Rogos, qui sentait apparemment l'animosité que Wolgorn dégageait, fit face à ce dernier. Il s'adressa d'abord à la sœur de Prayer puis annonça à son confrère qu'il n'avait plus l'intention de demeurer un vermisseau. De plus, il semblait très préoccupé par le déroulement de la quête, ce qui renvoyait le Bourreau à son arrogance et son égoïsme. Celui-ci n'appréciait guère cette piqûre de rappel, mais se remémora la résolution qu'il avait voulu prendre durant son combat écourté. Il devait se débarrasser de son orgueil pour accomplir sa tâche, mais la violence avec laquelle on l'humiliait était insoutenable. Quand il n'était pas en état du supporter les vexations de ce genre, il ne pouvait hélas rien y faire.

Une aura titanesque effleura alors ses sens, interrompant l'Exécuteur dans ses amères pensées. Était-ce là le cosmos du Humbaba qui s'approchait lentement mais sûrement du sinistre trio ? Effectivement, après réflexion, ils avaient d'autres priorités que de se bagarrer entre eux. Il valait aussi mieux que l’Étoile de l'Ombre s'endurcisse s'il devait affronter pareil ennemi. De sa bravoure et de son volontarisme, Wolgorn prenait date. Sauf qu'il était toujours en lice en dépit de ses piètres performances contre la piétaille et il était bon de rappeler.

"Hum... Tu as raison Rogos, tu es devenu plus fort. Il est aussi trop tôt pour se disputer." dit-il doucement.

Le Russe se détendit et posa ses mains sur les épaules du Dullahan, oubliant temporairement Oblivion. Toutefois, son geste presque fraternel fut tempéré par une crispation soudaine de ses muscles.

"Néanmoins..."

Alors que les yeux du Bourreau semblaient refléter une certaine tendresse, ceux-ci retrouvèrent un éclat maléfique. Il balança ainsi sa tête vers l'arrière, emprisonnant son collègue de sa poigne, avant de lui bourrer un coup de boule colossal dans la figure.

"HUMPF !"

Le son retentissant produit par l'impact se mêla aux vibrations émises par les casques des Spectres. Une onde de choc se répandit à la ronde depuis les deux Étoiles Terrestres et procura à Wolgorn une grande sensation de soulagement. Ceci étant fait, il poursuivit sa phrase à peine entamée :

"... je serai le premier à combattre Humbaba... et à l'étriper en réparation pour cette humiliation."

Il relâcha ainsi Rogos, sans se soucier qu'il s'écroule par terre ou non. Le Russe fixa ensuite la Berserker, histoire de voir si elle allait s'opposer à sa décision. S'ils croyaient que le fait de le laisser provoquer en duel le détenteur de la hache sacrée était trop risqué, ils se trompaient terriblement. Les gardiens qu'ils avaient combattus jusqu'à présent n'étaient bons qu'à fuir et causer des égratignures. Si l'Exécuteur se fiait à ce qu'il savait du Humbaba, la confrontation à suivre serait bien différente. Il fallait croire que ce n'était que contre des guerriers de son type qu'il pouvait déployer tout son potentiel... du moins pour l'instant.
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t26008-oblivion
OblivionSpectre de la Mante Religieuse
Spectre de la Mante Religieuse

Date d'inscription : 15/02/2013
Nombre de messages : 1109
Age : 20
Double Compte : Ntikuma

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 1 Oct - 1:53
Enfin, ce combat ridicule touche à sa fin... c'est presque avec satisfaction que je regarde Rogos foncer à son tour et achever la bête sans même laisser à son compagnon le temps de réagir. Voir le Bourreau ainsi rabroué n'est pas pour me déplaire, de quoi me convaincre encore plus de ma supériorité face aux deux Spectres, mais l'affaire prend vite un autre tournant.
 
-Que... je n'ai pas à discuter avec qui que ce soit!
 
Avant de s'occuper de mon cas, le Dullahan décide de s'occuper de son compagnon d'abord. Tous ces discours sur les forces et faiblesses de chacun... combien de fois les ai-je entendu? Finie l'époque où les mots semblaient pouvoir tout régler, aujourd'hui je ne le supporte plus. Heureusement, le tout est d'une courte durée. Suite aux remontrances du Spectres, Wolgorn lui agrippe les épaules, soudainement bien plus calme et... sympathique. Les bras croisés, j'observe ce drôle d'échange entre les deux guerriers d'Hadès sans trop savoir où il se dirige... et fronce les sourcils en voyant le tout se terminer en coup de boule de la part de Wolgorn. Décidément... j'ai beaucoup à apprendre sur comment fonctionne les Enfers.
 
Ainsi, le Bourreau va affronter Humbaba seul. Voilà sa volonté. Après avoir eu à être sauvé des plus petits gardiens, il veut maintenant régler son compte à un géant. L'instant n'a pas de prix, et devant cette déclaration qui se veut sérieuse je ne peux m'empêcher de ricaner.
 
-Eh bien vas-y! Fais-toi tuer, je serai la première à féliciter le géant quand il t'aura écrasé sous sa botte! Un poids de moins sur mes épaules, et le plus lourd qui plus est!


Des paroles pleines de venin dans le simple but de le fâcher encore plus, de l'inciter à la violence à nouveau, simplement pour prouver que c'est ce qu'il est vraiment. Je repense à tout ce qu'il m'a dit à le bibliothèque de Tel-Aviv, les sacrifices à faire pour devenir plus puissants... du vent. Leurs belles paroles à tous les deux, que du vent.
 
Alors que les lourds bruits de pas se rapprochent et l'imposant cosmos d'Humbaba s'intensifie, je toise les deux Spectres en pesant bien chacun de mes mots.
 
-Vous n'êtes que des imbéciles! De belles promesses, de faux espoirs, devenir plus fort, souffrir pour cette belle cause que vous voulez servir... comment pouvez-vous être aussi aveugles?!  Allez-y, crever autant de fois que votre dieu le permettra, et on verra qui a besoin du plus de plomb dans la cervelle!


Je me mets soudainement à reculer, les poings serrés avec force, en secouant doucement la tête.
 
-Du vent... vos souffrances, ce n'est que du vent...
 
Faut-il leur accorder qu'au moins, ils savent à peu près où ils s'en vont? J'ai passé ma vie à douter... quand je ne me faisais pas prendre tout ce que j'avais. Être l'intruse peu importe où je vais. Ne plus avoir de place, être forcée de passer le reste de mon existence à servir un dieu que je n'aurai pas choisi… ne plus savoir ce que je veux et ne plus avoir de contrôle sur ce que je fais…
 
-Allez-y. Faites-vous tuer. J'en savourerai chaque seconde… et quand vous en aurez assez, faites-moi signe.  Parce qu’à vous deux, vous n’arriverez à rien ici.
 

Sur ces mots, je tourne les talons et m’éloigne du duo de Spectre, m’approchant lentement des arbres en les examinant. L’envie de tout simplement grimper pour échapper à leur regard est bien tentant, mais vu la taille des cèdres j’ignore si je peux y arriver… peu importe leur mission et leurs promesses, je n’arriverai pas à supporter leur présence une seconde de plus. Maintenant, avant l’affrontement, je tiens à être seule.
avatar
RogosSpectre du Dullahan | Modérateur
Spectre du Dullahan | Modérateur

Date d'inscription : 03/06/2014
Nombre de messages : 1447
Age : 24
Double Compte : Andréa / Xing Huo

Revenir en haut Aller en bas
Ven 2 Oct - 10:20
Le Bourreau sembla réagir davantage à l'approche de l'aura du géant qu'à l'admonestation de l’Étoile de l'Ombre. Peu lui importait : tout ce qui pouvait ramener son coreligionnaire à de meilleurs sentiments était bon à prendre, il n'était pas en position de choisir. Par contre, il ne put s'empêcher de penser que quelque chose clochait lorsque le russe posa les mains sur ses épaules. Les grandes démonstrations de camaraderie, ce n'était pas son genre...

Comme toujours quand les choses étaient trop belles pour êtres vraies, il avait eu raison de se méfier ; succédant aux paroles apaisantes, un monumental coup de boule surgit de nulle part, résonnant dans le casque du Dullahan et l'envoyant tituber plusieurs pas en arrière. Les vibrations du métal produisaient un insupportable tintamarre dans les oreilles de Rogos, et il n'était pas passé loin de se faire casser le nez.

« Bordel de... Non mais ça va pas, c'est quoi ton problème ?! » siffla-t-il en grimaçant de douleur. « D'accord, fais-toi plaisir, va passer tes nerfs sur Humbaba. Nous, on ira chercher la hache pendant que tu l'occuperas... » poursuivit-il en retrouvant une voix qui pourrait passer pour normale.

Bon, Wolgorn comme diversion et les deux autres à la récupération, ce n'était pas si mal comme plan, à condition bien sûr que le russe ne se fasse pas démonter trop vite. Il pouvait travailler avec ça... ou du moins il aurait pu si la jeune fille n'avait pas choisi ce moment pour recommencer à faire sa mauvaise tête en débitant une litanie d'absurdités pour ensuite se mettre à bouder. Décidément, qu'avait-il fait pour mériter ça ? Ils n'avaient plus le temps pour ces âneries !

« Je vous jure, avec des alliés comme vous y'a pas besoin d'ennemis... Écoute, Oblivion, tu peux te moquer mais nous sortons tout juste d'une Guerre Sainte où nous nous sommes faits laminer, même avec la victoire de Wolgorn sur un chevalier d'Or, et où nous avons vu tout ce que nous vénérions être foulé aux pieds, alors excuse-nous si on est pas en forme. Et pourtant, même après ça, même si nous sommes ridicules, nous nous battons encore pour la gloire des Enfers. Ce que tu penses des épreuves que nous avons traversées, je m'en contrefiche, je ne suis pas là pour faire un concours de qui est le plus malheureux. Le monde d'Ordre et de Vertu que nous voulons aider à construire est peut-être loin et difficile à atteindre, mais c'est toujours mieux que la vision irréalisable et criminellement naïve d'Athéna, donc tu peux bien raconter ce que tu veux sur nos idéaux, ça ne changera rien. Avec ou sans toi, on va affronter cette Forêt : tu peux nous aider et peut-être trouver une nouvelle voie, même si je ne garantis rien, ou tu peux abandonner et gâcher la possibilité qu'on te donne. Fais ton choix, mais on a pas besoin de Spectres qui restent à geindre dans leur coin. »

Seigneur Hadès, encore un monologue prêchi-prêcha... Il allait vraiment devenir un Exécuteur bis s'il continuait comme ça. Il n'eut toutefois pas le temps d'entendre la décision de la Berserker ou la réaction de son compère car, dans un grand craquement de buissons qu'on écrase, une silhouette imposante se dessina entre les arbres. En quelques pas, elle passa de l'ombre à la lumière, et les trois éveillés purent contempler la forme du démon Humbaba.
avatar
PNJ Hadès

Date d'inscription : 30/03/2006
Nombre de messages : 367

Revenir en haut Aller en bas
Ven 2 Oct - 11:00


Le Gardien était extatique : des filets de flammes s'échappaient de sa gueule aux mâchoires de fauve, sa peau de pierre était couverte de la poussière qu'il avait amassée en déracinant tous les arbustes sur son passage, les os et crânes qu'il portait accrochés à la ceinture cliquetaient à chaque enjambée. Depuis combien de siècles n'avait-il plus reçu de la visite ? Depuis combien de millénaires la Forêt de Cèdres n'avait-elle plus vu de combattants capables de terrasser ses subordonnés ? Il avait perdu le compte, et à la réflexion, s'en moquait éperdument. Seul comptait l'instant présent, le passé n'avait plus d'importance. Émergeant du couvert des arbres pour se retrouver dans la clairière où se dressait le Vortex, Humbaba ouvrit de grands yeux avides : où, où donc étaient les intrus ? Il ne les voyait pas... et puis il se rappela de baisser les yeux. Il avait oublié que les humains étaient si petits, si frêles... le plus grand d'entre eux ne lui arrivait même pas à la taille, c'est dire.

Trois, ils étaient trois, c'était encore mieux ! Autour d'eux gisaient les cadavres, pour certains méconnaissables, des monstres inférieurs. Un sourire déforma sa face dure et brute. Excellent, excellent, enfin des visiteurs qui ne se faisaient pas trucider immédiatement par les petites frappes. Le géant tourna sa tête cornue, examina un peu plus attentivement ses « invités » : tous trois dissimulaient leur visage sous un masque ; deux étaient des hommes revêtus d'armures sombres, et la seule femme arborait une protection écarlate. D'un recoin poussiéreux de sa mémoire, il extirpa le souvenir de la signification de ces atours de métal. Servaient-ils des Dieux différents ? Bah, ce n'étaient pas ses affaires, ses instructions à lui étaient de massacrer impitoyablement tout humain qui mettait un pied dans ce Sanctuaire. Cela incluait-il les serviteurs des Dieux, les propriétaires de cet endroit ? Il n'était pas sûr... mais si ceux-là n'étaient pas venus en compagnie de leurs Seigneurs et Maîtres, alors qu'importe, il n'allait pas rater une occasion qui ne se présenterait sans doute plus avant des éons !

Le démon ouvrit la bouche, et d'une voix comme un coup de tonnerre, accueillit ses visiteurs : « BIENVENUE, PETITES FOURMIS ! »

Il avait à peine prononcé ces mots que l'heure des adieux était déjà venue. Il ne les tuerait pas tous en même temps, se dit-il en faisant craquer les articulations de ses mains puissantes. Non, il fallait en profiter : ils étaient trois, il les écrabouillerait l'un après l'autre, savourant son plaisir. Par lequel allait-il commencer cela dit ? Quoique, les insectes semblaient déjà avoir choisi : le moins minuscule du trio avait l'air d'avoir envie d'en découdre.

« TOI, TU VEUX ÊTRE LE PREMIER ? » dit-il alors que le feu vomi par sa gueule gagnait en intensité.

Citation :
Vous vous retrouvez face à Humbaba ! Sans changement, celui-ci acceptera le défi de Wolgorn. Le géant s'exprime en ancien akkadien mais vous avez de la chance, la connaissance de cette langue fait justement partie du package transmis par l'Apkallu (vivent les facilités scénaristiques).

avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t26008-oblivion
OblivionSpectre de la Mante Religieuse
Spectre de la Mante Religieuse

Date d'inscription : 15/02/2013
Nombre de messages : 1109
Age : 20
Double Compte : Ntikuma

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 8 Oct - 1:35
Les paroles de Rogos ne me convainquent pas. Elles ne calment pas non plus. Au contraire, je sens la colère monter comme la lave d'un volcan en moi alors que je me retourne lentement pour le fusiller du regard.
 
-Je vois. C'est ce que vous avez dit quand il a été temps d'abandonner Prayer? C'est à votre ordre et votre vertu qu'elle pensait quand elle est morte? Comment ça peut être mieux?! Tu penses vraiment que j'ai demandé à mourir et à me faire trimballer comme une esclave par deux fanatiques qui ne peuvent même pas se défendre?! J'en ai assez! Assez, assez, assez qu'on me joue dans le dos, qu'on me mente, qu'on me menace juste pour faire le bien que je n'ai jamais vu! Si c'est comme ça que vous faites les choses, je préfère encore mourir!
 
Sur ces paroles amères, je m'apprête à partir pour de bon, prête à quitter l'endroit si ça peut me permettre de les semer et de retarder le dit jugement que je dit préférer mais que je crains à la fois, mais les choses ne se passent pas encore ainsi. Les lourds bruits de pas se rapprochent, je sens le sol trembler sous mes pieds et quelques secondes plus tard, la silhouette du géant apparait devant nous.
 
-Humbaba...
 
Lever la tête pour pouvoir l'observer n'est pas tout. Il faut aussi reculer avec crainte en sentant la chaleur dégagée par ses flammes, trembler en entendant sa voix, et prendre une rapide décision quand il engage le combat avec le Bourreau.
 
Fuis. Ne les laisse plus jamais approcher.
 
Je tourne les talons et m'éloigne au pas de course, zigzaguant entre les arbres en espérant pouvoir m'y cacher. Semer le géant qui veut notre peau est une chose, semer le deuxième Spectre qui garde un oeil sur moi en est une autre... Je sais que je suis une âme fugitive, qu'on m'a menti, qu'au fond Arès ne s'est jamais réellement préoccupé de moi... mais je m'en moque. Je ne peux plus donner ma loyauté aussi facilement. J'en ai déjà payé le prix trop souvent.
 
Prayer voulait que tu vives.
 
Prayer est morte!
 
Prayer aurait voulu que tu la venges.
 
Tu ne sais pas ce qu'elle voulait!
 
Et toi?
 
Je n’arrête pas de courir malgré ma gorge qui me brûle et mes yeux embrouillés par les larmes, mais je commence à douter de la fin de cette histoire… comment cela va-t-il finir? Comment est-ce que je veux que ça finisse?
 
C’est toi la plus grande menteuse ici. La vraie justice, elle ne se pense pas, elle s’impose. On ne réfléchit pas quand on est un Berzerker, on se bat! Qui es-tu si tu ne peux même pas comprendre ça?!
 
-Je… je ne sais plus qui je suis…
avatar
RogosSpectre du Dullahan | Modérateur
Spectre du Dullahan | Modérateur

Date d'inscription : 03/06/2014
Nombre de messages : 1447
Age : 24
Double Compte : Andréa / Xing Huo

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 8 Oct - 12:50
En voyant le Gardien de la Forêt les surplomber de toute sa hauteur et les écraser de sa masse, l'esprit de Rogos avait régressé à un état primaire. La taille et la carrure n'étaient au mieux que de légers avantages dans un combat cosmique, ça il l'avait bien appris, mais l'énormité de l'ennemi était telle que la terreur pure inspirée par son apparence court-circuitait toute pensée logique, le renvoyant à ses instincts de proie face à son prédateur. Au-delà de la férocité de son aspect, Humbaba irradiait littéralement de puissance : pour le sixième sens du Spectre, c'était l'équivalent de regarder le soleil en face.

Le cavalier sans tête déglutit péniblement. Wolgorn allait affronter ça ? Et si le Bourreau perdait, ce serait son tour ensuite ? Il voulait avoir confiance en son camarade, il le souhaitait vraiment de toute son âme, et pourtant, à cet instant, cela lui était impossible.

Le regard cruel du géant acheva de s'attarder sur la Berserker et l’Étoile de l'Ombre, et se concentra exclusivement sur son adversaire. Une fraction de seconde plus tard, leur combat avait déjà commencé, et le russe fut promptement catapulté à une distance ahurissante. Le démon suivit le projectile humain, et tous deux disparurent parmi les Cèdres. Encore un instant passa avant que la terre ne se mette à trembler et qu'un assourdissant tumulte ne secoue toute la zone. Ce fut seulement à ce moment que le Dullahan abasourdi se rappela qu'il avait une mission à remplir : aussi redoutable soit-il, Humbaba n'était qu'un obstacle, et le battre ne faisait pas partie de leurs objectifs. Ils étaient là pour la hache, rien de plus, rien de moins.

Il s'apprêtait à demander à l'ex-Sainte de le suivre quand il s'aperçut qu'elle venait de lui fausser compagnie. Il pouvait la voir s'éloigner à toutes jambes, entre les arbres...

« Nom de... MAIS C'EST PAS VRAI ! » se lamenta-t-il avant de partir à sa poursuite. Pourquoi faisait-il ça, se demanda-t-il en luttant pour la rattraper, écartant avec difficulté les branches de son passage. Elle n'avait clairement aucune envie de les aider ; il n'y avait pas prêté grande attention à cause de l'approche du Gardien, mais il avait cru entendre un énième reproche concernant le sort de Prayer. Pourquoi perdait-il son temps avec une fille aussi réfractaire, alors que chaque seconde comptait avec ce monstre antique à leurs trousses ? Maudissant la raison – quelle qu'elle soit – qui le faisait courir après la Berserker, le Spectre Terrestre doutait de plus en plus de ses capacités de commandement. C'était un désastre, alors pourquoi s'acharner sur une cause perdue ?

« Non... pas une cause perdue... si elle avait vraiment voulu s'enfuir, le Vortex était juste là, elle n'aurait eu qu'à le traverser ! ». Un fol espoir, un vœu pieux, un refus de la réalité peut-être, auquel il voulait croire quand même. Dernière tentative, la mission passait avant tout. Intensifiant son cosmos, le Dullahan lança ses filaments de ténèbres à l'assaut de la jeune fille, espérant la ralentir, et dans le même temps...

« OBLIVION ! Crois-tu vraiment que nous aurions abandonné une camarade ? Crois-tu que nous n'avons rien ressenti à sa mort ? Crois-tu que nous n'avons pas juré vengeance ? Ta sœur, je ne sais pas ce qu'elle pensait mais elle a fait son choix, nul ne l'y a forcé, et elle en a payé le prix ! Oui, nous sommes faibles, mais rappelle-toi, Wolgorn et moi ne sommes que de la piétaille. Il y a des gens infiniment plus forts que nous en Enfer, et toi aussi tu as ce pouvoir ! Vas-tu faire comme les Saints, refuser de te servir de cette force et permettre l'existence d'un monde de conflits jamais résolus, où des enfants sont obligés de prendre les armes ? Leur combat est perdu, car après chaque succès ne les attendent que plus de batailles. Nous n'avons besoin que d'une victoire, et tu peux nous aider à l'atteindre ! »

Il ne pouvait plus continuer cette plaidoirie, d'abord parce qu'il était à court d'arguments et que si cela ne suffisait pas à la convaincre, alors la faire changer d'avis n'était définitivement pas en son pouvoir. Ensuite, parce qu'il souffrait : la blessure infligée par l'Ugallu s'était rouverte, et le venin de l'homme-scorpion circulait à toute vitesse dans son organisme, accéléré par l'effort de la chasse. Rogos tomba à genoux, et il entendit les paroles de la Berserker. Surmontant difficilement la douleur, il y répondit :

« Rage ! Oblivion ! La sœur de Prayer ! Ancienne Lyre, et Berserker ! Quelqu'un de fort, et quelqu'un qui a mal ! Si tu ne sais pas qui tu es, CHOISIS, mais donne-nous une vraie réponse ! »
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t26008-oblivion
OblivionSpectre de la Mante Religieuse
Spectre de la Mante Religieuse

Date d'inscription : 15/02/2013
Nombre de messages : 1109
Age : 20
Double Compte : Ntikuma

Revenir en haut Aller en bas
Ven 9 Oct - 14:33
Alors que je pense m'être échappée pour de bon, je sens une vague d'énergie me frapper dans le dos et dans les jambes et je perds l'équilibre pour m'écraser lamentablement par terre. Effectuant plusieurs roulades avant de m'immobiliser pour de bon, j'ai encore la tête qui tourne alors que je me relève et aperçoit Rogos qui approche. Je tends les bras et des aiguilles en jaillissent, toutes pointent vers le Dullahan alors que je reste en position de combat, mais... ses propos me laissent encore plus confuse. Pourtant, je les ai déjà entendus... le bien-fondé de leurs objectifs, la véritable force des Enfers, mais aussi... ce qu'ils pensent de la mort de Prayer. La regretter est une chose, mais depuis que j'ai appris le sort de ma sœur, c'était comme si elle avait été oubliée. Que ce n'était qu'un nom parmi les autres, et qu'il n'y avait rien à dire, rien à retenir, de ce qui était arrivé. Ainsi va la vie, la mort... mais pas pour une enfant tuée au combat. Je ne peux pas me résoudre à croire que ça n'ira pas plus loin que ça. Ça ne peut pas arriver.

Plus que ça, la poursuite ne réussit pas du tout au Spectre qui est maintenant à genoux, la douleur causée par ses blessures l'ayant rattrapé. Mes mains se mettent à trembler et ma respiration est saccadée alors que je me repasse en boucle dans ma tête tout ce qui a été dit, tout ce que j'en pense, et le peu de vérité que je peux en tirer. Ce qui est arrivé à Prayer n'aurait jamais dû se produire, et cette fois je sais qu'il y a un coupable... mais ce n'est pas en fuyant que je le retrouverai... Je ne veux plus souffrir, mais ce n'est pas craindre la mort éternellement qui apaisera ma douleur... et malgré les traitrises du passé, ce n'est pas l'inaction qui rendra les choses meilleures.

Mes aiguilles se rétractent pour disparaitre complètement et je me prends la tête entre les deux mains en gémissant. Si seulement c'était si facile, de tout abandonner, de choisir comme si je n'avais aucune attache! Mais ce n'est pas le cas, le pour et le contre de chaque idée me déchirent de l'intérieur et même si ça me semble logique, de reconnaitre mes torts et de simplement dire "oui," je n'arrive pas à m'y résoudre! Ce mince espoir qu'un jour les choses seront comme avant me tue un peu plus chaque seconde...

-Je ne sais pas... je ne sais pas ce qui m'arrive... Une seconde, je pourrais vous parler comme à des frères, juste après je souhaiterais ne pas me souvenir de vous... mais des fois...

Sans finir la phrase, sans répondre à sa question qui au fond n'a probablement même pas de réponse, je secoue la tête.

-Je ne veux pas vous faire de mal... C’est… c’est plus fort que moi…
 
Au fond, ai-je déjà voulu faire le mal? J’ai toujours voulu faire ce qu’il y avait de mieux pour les autres, rendre le monde meilleur malgré la rancune, je n’ai jamais douté de cette intention là mais plutôt des moyens qui m’étaient proposés pour y parvenir… Même maintenant, alors que j’ai cette rage de vivre en moi, ce goût de sang qui me monte à la gorge durant les combats, cette sorte d’euphorie alors que mes adversaires s’écroulent sans vie devant moi, je sais que je n’ai pas de contrôle là-dessus, que je ne devrais pas, mais il n’y a pas moyen d’y résister.
 
-Je suis désolée, Rogos…
 
Je ne veux plus causer de problème. Ça ne sert à rien de nier, peu importe l’effort que j’y mettrai je n’ai plus le choix. Ma décision est prise. Comme preuve de bonne foi, je m’avance lentement vers le Dullahan, paumes tournées vers lui.
 
-Ne bouge pas. Je peux atténuer la douleur…
 
Je laisse mon cosmos se propager un peu jusqu’à lui pour le prouver. L’idée me vient que l’Anima ne devrait pas me laisser faire, mais il reste silencieux.  Je ne comprends pas… pourquoi m’empêcher de m’en prendre seule à Humbaba mais pas de fuir à son approche? Pourquoi me forcer à emprunter le vortex si c’est pour m’empêcher de l’affronter? Ou alors…
Ou alors il savait que je n’arriverais pas à fuir la deuxième fois. Malgré la mise en garde de Wolgorn, je ressens soudain un grand soulagement à l’idée de porter un Surplis, si ça peut vouloir dire que l’Anima cessera de me torturer… je repense une énième fois aux paroles de Rogos, aux promesses, aux avantages de devenir Spectre… il y a une chance à prendre. Et l’espoir que les choses s’amélioreront si on arrive à me débarrasser de cette armure rouge qui me tourmente.
avatar
RogosSpectre du Dullahan | Modérateur
Spectre du Dullahan | Modérateur

Date d'inscription : 03/06/2014
Nombre de messages : 1447
Age : 24
Double Compte : Andréa / Xing Huo

Revenir en haut Aller en bas
Lun 12 Oct - 22:00
La Berserker s'était montrée particulièrement instable jusqu'ici, mais elle semblait maintenant sortie de son indécision. Rogos espérait que cette fois serait la bonne, car il n'avait plus de ressources à consacrer à une autre poursuite ; il ne put qu'opiner faiblement lorsque la jeune fille présenta ses excuses. Intérieurement, il ne pouvait retenir certaines arrières-pensées peu amènes : si elle ne voulait pas leur causer de problèmes, et bien elle avait décidément une bien étrange manière de le montrer. Par contre, la gratitude qu'il éprouvait en ressentant les effets de l'énergie régénératrice d'Oblivion était tout ce qu'il y a de plus sincère...

« Merci... » commença-t-il en se relevant tant bien que mal... surtout mal, en fait. « C'est juste un moment de faiblesse, ça va passer. Écoute... ça n'a pas l'air de se passer très bien du côté de Wolgorn. Même d'ici, je peux dire que ce monstre est sacrément coriace, et il se pourrait bien qu'il ait le dessus. »

Pessimiste, comme à son habitude, pourtant il était difficile de penser autrement. Le Bourreau avait commencé son combat avec un désavantage, et d'où il était, lamentablement vautré à terre, le Dullahan était en position privilégiée pour sentir les vibrations traversant la Forêt toute entière. Le russe était certes puissant, mais pas au point de provoquer de tels séismes, pas plus que les intenses lumières brillant au loin par intermittence ne se rapprochaient de la couleur de son cosmos. Les auras des combattants se déplaçaient rapidement et sur de grandes distances, au gré des péripéties de la bataille. L'air charriait des odeurs de brûlé de plus en plus fortes, et la température grimpait dans le sous-bois ; pour un peu il se serait cru à proximité d'un incendie. Or, l'Exécuteur n'appartenait pas à la catégorie des éveillés pyromanes.

Rien de tout cela n'était un bon présage. Alors qu'il en arrivait à cette conclusion, l'énergie qu'il identifiait comme étant celle de Wolgorn arriva brutalement à son apogée, avant de diminuer tout aussi soudainement. Quelques instants plus tard, un flash d'une brillance inégalée illumina le paysage, suivi à une seconde d'intervalle d'une violente vague de chaleur et d'un épouvantable vacarme. Le cosmos de son comparse avait disparu, et plus aucun doute ne planait dans la conscience de l’Étoile Terrestre de l'Ombre quant à l'issue de l'affrontement.

« Argh... Bon, pas le choix. Oblivion, rappelle-toi  qu'on n'est pas venus occire Humbaba ; ce qu'on veut c'est la hache et rien d'autre. L'autre aberration va sans doute venir nous chercher : je vais le retenir, et toi tu iras trouver la hache. Du moment que tu mets la main dessus, le reste n'a pas d'importance. Même si nous mourons Wolgorn et moi, ce n'est pas un problème, on s'en remettra, tout ce qui compte c'est que tu puisses sortir d'ici avec l'objet de notre mission. Compris ? »

Sa voix était presque suppliante à la fin de sa tirade, alors qu'il se remettait maladroitement debout. Franchement, à quoi pensait-il ? Les bons soins de la sœur de Prayer avaient peut-être faits disparaître le plus gros de la douleur, mais il pouvait à peine se tenir droit. Le cavalier sans tête comptait sur le stimulus que représenterait une situation de vie ou de mort pour que son cosmos donne un coup de fouet à son enveloppe charnelle malmenée, et c'était quelque chose qu'il n'appréciait guère, voire pas du tout. Il n'y avait pas d'autres moyens pourtant... et puis, il était impensable que son camarade Terrestre n'ait pas laissé quelques souvenirs à son ennemi après cette lutte acharnée !
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t26008-oblivion
OblivionSpectre de la Mante Religieuse
Spectre de la Mante Religieuse

Date d'inscription : 15/02/2013
Nombre de messages : 1109
Age : 20
Double Compte : Ntikuma

Revenir en haut Aller en bas
Mer 14 Oct - 16:43
Les soins terminés, je ne peux m'empêcher de constater que ce n'est pas suffisant. Rogos peine à se lever et à rester debout et je dois le soutenir pour lui permettre de garder l'équilibre, décidant de faire la sourde oreille à ses explications décourageantes pour me concentrer sur son état.

-Doucement, ne te redresse pas trop vite... voilà, c'est mieux... Donne toi quelques minutes et ça devrait passer, tu devrais te sentir mieux bientôt.

Je ne dis rien à propos de Wolgorn, faute de pouvoir le supporter dans ses propos ou tout simplement m'y opposer. Je ne sais pas quoi en penser. Je n'aime pas beaucoup le Bourreau mais... il est en train de risquer sa vie pour nous, pour qu'on puisse mener la mission à bien, et je sens que le temps nous est compté. Il ne pourra pas résister aux assauts fulgurants du géant bien longtemps.
Au moment où cette pensée me vient en tête, il y a une dernière explosion d'énergie en direction du combat, un dernier feu d'artifice produit par un cosmos familier, et puis plus rien. Le cosmos d'Humbaba par contre est toujours là et je peux presque le sentir approcher... Le Bourreau a été vaincu, nous sommes les prochains.

-Oh non...

Rogos parvient à garder la tête froide et m'ordonne de partir à la recherche de la hache sans lui pendant qu'il distraiera Humbaba. En effet, nous n'avons pas besoin de tuer ce géant, seulement de récupérer la hache, mais le gardien des lieux ne nous laissera pas réussir si facilement... pourtant, abandonner le Dullahan? Après m'être promis de ne plus fuir? Je secoue vivement la tête pour démontrer mon désaccord.

-Pas dans ton état, tu vas te faire tuer! Et même si j'y parvenais, sans vous, où est-ce que j'irais? Je peux combattre Humbaba, toi tu devrais aller chercher la hache.

Au fur et à mesure que je tente de le convaincre de ne pas affronter le géant, je réalise à quel point c'est un plan imparfait et ce, peu importe la perspective avec laquelle on le regarde. Rogos ne peut pas courir assez longtemps et il est blessé, si Humbaba décide de le prendre pour cible malgré ma présence il sera mort avant même que je n'aie l'occasion d'agir car il ne pourra fuir, il faut un vivant pour s'approcher du Sapindus donc si je meurs dans ce combat, même si les pouvoirs d'Hadès me ramèneraient à la vie, la mission serait un échec. Dans les deux cas, ça ne semble pas un bon choix, mais si on veut que la hache ait la moindre des chances d'atteindre le Sapindus, c'est à moi d'aller la chercher. Je soupire, mécontente de cette tournure.

-OK, je vais aller la chercher. Je vais vous en devoir une... on se rejoindra à l'entrée de la réserve, si vous vous en sortez, sinon... je sais pas. Et... bonne chance.

Un léger salut de tête et je repars à la course, me mettant en tête de contourner la zone de combat sans attirer  l'attention d'Humbaba pour partir à la recherche de l'arme... mais dans une forêt aux proportions infinies, comment faire?

Fuis. C'est voué à l'échec de toute façon.

Non. Je ne peux plus fuir comme ça. Je ne peux plus avoir peur, être aveugle, je dois faire ce qui est bien et ne pas avoir honte de le faire, même quand ça peut aussi faire du mal. Des fois, il le faut...

Un vrai guerrier ne parle pas. Un vrai guerrier ne philosophe pas.

Un vrai guerrier ne s'enfuit pas!

Un Berzerker se bat jusqu'à la fin et en redemande, c'est tout!

Huh?
avatar
RogosSpectre du Dullahan | Modérateur
Spectre du Dullahan | Modérateur

Date d'inscription : 03/06/2014
Nombre de messages : 1447
Age : 24
Double Compte : Andréa / Xing Huo

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 15 Oct - 21:58
Et bien, quel revirement. Après s'être montrée si peu coopérative, voilà que l'ex-Sainte s'inquiétait de sa santé et proposait de prendre sa place pour affronter la plus grande entrave à la réalisation de leur but... Si cette bonne volonté était louable, il allait hélas falloir la refuser au profit de considérations plus pragmatiques ; Oblivion ne devait pas, ne pouvait pas mourir ici. La réussite du plan pour abattre le Sapindus en dépendait, et le Dullahan n'allait pas prendre le risque de tout gâcher maintenant, pas après avoir déployé des trésors de persuasion pour gagner la jeune fille à leur cause, pas après avoir supporté Poséidon, pas après s'en être remis aux dons d'une Voyante et avoir traversé toute la Méditerranée pour débusquer un sage antique dans son refuge et lui tirer les vers du nez, surtout pas après le sacrifice de Wolgorn. Ils étaient arrivés trop loin pour échouer !

La Berserker sembla parvenir aux mêmes conclusions en réfléchissant à ses propres paroles, épargnant à l’Étoile Terrestre la peine de lui rappeler l'importance capitale de sa survie. Tant mieux, il en avait assez de jouer la voix de la raison à chaque fois... Légèrement rasséréné, Rogos se mit en position de combat et augmenta graduellement son cosmos, recouvrant la zone d'un voile obscur qui avait surtout pour fonction de dissimuler la direction que prendrait la guerrière d'Arès. Alors qu'elle s'éclipsait et lui souhaitait bonne chance, il laissa ses dernières instructions :

« L'Apkallu a dit que la hache se trouvait « au cœur de la Forêt », non ? Je me demande si ce n'est pas l'endroit où se trouvent les plus grands arbres, ceux que Gilgamesh a voulu couper... mais peut-être que je me trompe. En tout cas ne te met pas en danger. Si moi non plus je ne reviens pas, rends-toi... au manoir de la cité d'Elis, en Grèce. Dis aux gens là-bas que c'est nous qui t'envoyons. »

Le cavalier sans tête n'était pas calme, bien au contraire même, il était mort de trouille sous son Surplis ; ce qui lui permettait de tenir ces propos était la résignation, et il ne fallait pas chercher plus loin. Les pas de sa camarade s'éloignèrent, et il se retrouva seul. Les échos des attaques cosmiques s'étant éteints l'endroit était devenu étrangement silencieux, aussi entendit-il les pas de la créature, puis le crépitement de ses flammes bien avant d'en apercevoir l'éclat.

Maintenant qu'il y pensait, l'ordre était inversé par-rapport à la bataille des Enfers. Prayer avait été la première à tomber, il avait été défait ensuite, et le tour du Bourreau était venu après les autres... Ironique. Était-ce une sorte d'expiation qui les condamnait à périr avant la sœur de la Chauve-Souris ?
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t26008-oblivion
OblivionSpectre de la Mante Religieuse
Spectre de la Mante Religieuse

Date d'inscription : 15/02/2013
Nombre de messages : 1109
Age : 20
Double Compte : Ntikuma

Revenir en haut Aller en bas
Lun 19 Oct - 0:09
-Le cœur de la forêt… les plus grands arbres… compris. Je vais retrouver la hache.
 
Je n’arrête ma course qu’après être certaine que je suis à une distance sécuritaire du combat et hors de portée, autant pour le géant que pour Rogos qui a pris la peine de brouiller les pistes un peu. Humbaba sait que je ne suis pas là, mais pour l’instant il ignore encore où je me trouve et où je me dirige… le désavantage est qu’il en a une très bonne idée. Il sait où est la hache, pas moi.  Par où commencer?
 
En reprenant mon souffle, je regarde autour de moi pour me donner une idée d’où aller. Difficile de dire où sont les plus grands arbres, ceux qui m’entourent semblent déjà frôler le ciel… Je dois me concentrer, observer mieux… d’un angle différent.

Des aiguilles jaillissent de mes doigts comme des griffes et je commence à grimper un arbre au hasard. J’ai déjà grimpé aux arbres par le passé, ce n’est rien de nouveau pour moi, mais la tâche est cette fois-ci plus compliquée : mes aiguilles n’arrivent pas à faire de trous dans le bois de l’arbre, je dois me servir des branches et des irrégularités de l’écorce pour monter et après ce qui me parait comme une éternité, j’arrive à une hauteur raisonnable pour bien observer les lieux, et surtout où serait les plus grands arbres, le cœur de la forêt… Avec une meilleure idée d’où aller, je descends un peu avant de changer de stratégie. Plutôt que de retourner au sol, je reste dans les arbres, sautant avec précaution de branche en branche pour me rapprocher, ainsi à l’abri de potentiels ennemis tout en me tenant prête à vérifier ma position et où je veux me rendre à tout moment. Une fois suffisamment près à mon goût, je descends pour poursuivre les recherches à pied. Je ne dois pas faillir, je ne dois pas échouer… sinon qui sait ce qui m’attendra?
avatar
PNJ Hadès

Date d'inscription : 30/03/2006
Nombre de messages : 367

Revenir en haut Aller en bas
Mar 20 Oct - 21:50
Sous les frondaisons courait un Ugallu solitaire. La bête avait ressenti la mort des autres gardiens de la Forêt, et s'était enfuie à l'approche d'Humbaba. Le combat entre le géant et le grand Spectre l'avait terrifié : si un de ces humains était capable de tenir tête aussi longtemps à leur chef, alors lui n'avait aucune chance !

Le fauve n'était pas qu'un simple animal, son intelligence était humaine par bien des aspects. À ce titre, il réfléchissait : pourquoi donc ces envahisseurs étaient-ils arrivés ici ? Ils ne pouvaient quand même pas avoir traversé le Vortex par accident, alors quelle raison les amenait à braver les dangers de ce sanctuaire ? Étaient-ils des fous venus précisément parce que l'endroit était périlleux, pour tester leur force ? Non, ça ne pouvait pas être ça, pourquoi se seraient-ils séparés dans ce cas ? Voulaient-ils s'en prendre aux Cèdres, comme ce monarque d'antan, à ce jour le seul à avoir survécu à son voyage en ces lieux ? Mais les arbres étaient indestructibles, même le démon avec toute sa puissance ne pouvait ne serait-ce que les égratigner, et cela, les gens de l'extérieur le savaient, c'était d'ailleurs pour cela que ce Gilgamesh était venu avec une...

Non. La hache ? Se pourraient-ils qu'ils soient là pour elle ? Le lion tempétueux se demanda si leur chef ne serait pas arrivé à la même conclusion, puis se ravisa : le fils d'Hanbi cessait de penser à autre chose lorsqu'il était question de combat. Mais même s'il avait raison, que faire ? Il devait protéger la Forêt, pas cet objet venu de l'extérieur... il y avait toutefois une chance que cette maudite hache soit à nouveau utilisée pour faire du mal au paradis sylvestre dont il avait la garde. Sa décision était prise, il allait se rendre là où était l'arme, et il empêcherait les intrus de s'en emparer. S'il rencontrait des compagnons sur sa route, il leur demanderait de l'y aider...

MJ a écrit:
L'Ugallu est focalisé sur son but, et à ce titre ne prête pas attention à son environnement autant qu'il le devrait. Le suivre représente un moyen sûr de tomber sur la hache, mais rien ne garantit qu'il sera seul à la protéger ou qu'il ne remarquera pas une poursuivante. L'attaquer par surprise prive d'un guide, mais devrait assurer que l'arme ne sera pas protégée. Bien sûr, une troisième option existe peut-être... on ne sait jamais ce qu'il peut arriver.

avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t26008-oblivion
OblivionSpectre de la Mante Religieuse
Spectre de la Mante Religieuse

Date d'inscription : 15/02/2013
Nombre de messages : 1109
Age : 20
Double Compte : Ntikuma

Revenir en haut Aller en bas
Mer 21 Oct - 22:19
Au moment où mes pieds touchent le sol, mes muscles se raidissent et je me colle à l'arbre, n'osant plus respirer, restant parfaitement immobile en espérant ne pas être remarquée. Un Ugallu passe tout près de moi sans s'arrêter, je sens le vent qu'il soulève jouer dans mes cheveux longtemps après qu'il soit loin et mon cœur bat la chamade alors que je réalise encore une fois ma chance. Malgré ma victoire écrasante contre les monstres de tout à l'heure, je n'ai aucunement envie de retenter l'exploit, je n'ai pas le temps pour ça. Ma mission, c'est de retrouver la hache, pas de tuer tout ceux que je croise dans cette Forêt...

La hache! Maintenant que nos intentions deviennent de plus en plus claires, les sbires du géant vont être prêt à tout pour la protéger et s'assurer qu'aucun d'entre nous n'arrivera à l'atteindre. Je devrais tuer celui-là tout de suite, le mettre hors d'état de nuire et être sure que la hache sera un peu moins protégée quand je la trouverai, mais... c'est probablement là qu'il se rend. Et contrairement à moi, lui sait où aller et ne sait pas que je suis là... ce serait bête de ne pas en profiter. Rogos m'a bien dit de ne pas prendre de risques inutiles, si je veux rester en sécurité mieux vaut ne pas chercher querelle et suivre l'Ugallu de loin, en espérant qu'il puisse au moins me conduire plus près de la hache, et à la moindre problématique je me débarrasserai de lui. Ce n'est pas parfait, mais au moins ça me fera avancer un peu plus et ça me mènera dans la bonne direction.
Restant le plus possible sous le couvert des arbres, je m'élance à la poursuite de la bête, tâchant de faire le moins de bruit possible.

[HRP: Court mais on s'en fout, suivons cet Ugallu!]
avatar
PNJ Hadès

Date d'inscription : 30/03/2006
Nombre de messages : 367

Revenir en haut Aller en bas
Ven 23 Oct - 20:37
Le monstre léonin avait beau humer l'air, tendre l'oreille et scruter les environs, nul camarade ne venait à sa rencontre... Tant pis, il protégerait la hache tout seul s'il le fallait ! Peut-être se faisait-il des idées, peut-être que l'objectif de cette vermine humaine était tout autre, mais il ne voyait pas comment, et il n'allait pas prendre le risque de les laisser repartir avec ce qu'ils étaient venus chercher.

La course du fauve le rapprochait peu à peu de sa destination. Ventre à terre, il tenta bien de détecter d'éventuels poursuivants, mais hélas le vent soufflait en direction du Vortex, l'empêchant de se fier à son odorat surdéveloppé pour vérifier qu'il n'était pas suivi. Les échos du second combat d'Humbaba résonnaient parmi les Cèdres, brouillant également sa perception des sons... Décidément, leur chef pourrait avoir un peu plus de considération pour ses sbires ! Si on le traquait, l'Ugallu n'avait qu'une possibilité, et c'était de semer l'hypothétique intrus avec sa vitesse...

La Forêt n'était pas infinie toutefois, elle n'était pas assez vaste pour égarer dans ses méandres un envahisseur à ses trousses. Le gardien n'avait pas osé faire de détours, et il arrivait à un endroit où les arbres dépassaient en altitude comme en allure tous les autres spécimens du sanctuaire sylvestre, formant de véritables tours végétales. Il slaloma entre ces géants, et se retrouva bientôt dans une clairière... ou plutôt, dans une plaie béante en plein cœur de la Forêt divine, car à l'intérieur de ce grand espace circulaire ne demeuraient que des souches recouvertes de verdure. C'était là, il y a si longtemps, qu'un humain arrogant entre tous avait abattu les Cèdres les plus grands et les plus majestueux, l'orgueil de ces lieux ! Depuis des millénaires, les racines indestructibles des titans déchus, profondément ancrées dans la terre, empêchaient les pousses plus jeunes de grandir. Et au milieu de ce cercle de destruction, de cette balafre qui défigurait leur maison se trouvait le maudit artefact sans lequel rien de tout cela n'aurait été possible, enfoncé dans la souche centrale.

Le lion tempétueux confirma la présence de l'arme, puis se retourna et se mit en position pour la défendre. Cette chose ne leur avait apporté que le malheur, mais il était hors de question qu'il la laisse sortir d'ici pour aller reproduire ses méfaits ailleurs.



MJ a écrit:
Oblivion a de la chance et échappe aux sens de l'Ugallu, qui ne rencontre pas de camarade pour l'aider sur sa route (voir topic annexe lancers de dés).

Et bien à toi de jouer Oblivion, subtilise cette hache si tu le peux ! En cas d'affrontement, les règles sont les mêmes pour que les précédents Ugallus.
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t26008-oblivion
OblivionSpectre de la Mante Religieuse
Spectre de la Mante Religieuse

Date d'inscription : 15/02/2013
Nombre de messages : 1109
Age : 20
Double Compte : Ntikuma

Revenir en haut Aller en bas
Sam 24 Oct - 19:32
La voilà! Suivre l'Ugallu sans se faire repérer n'aurait pas pu être plus facile et c'est après une poursuite plus rapide que discrète que je peux enfin apercevoir la hache. Enfin... l'artefact mythique qui pourrait abattre l'arbre Sapindus, la seule raison de ma présence ici et ce qui m'a permis de vivre, autant que faire ce peux, ma seule chance de venger Prayer... je contemple l'arme sans rien dire pendant quelques secondes, réalisant à quel point j'ai eu de la chance, à quel point tout aurait pu être bien plus pire. Je suis ici contre mon gré, je risque ma vie pour une cause que je m'efforce encore à croire, mais je suis vivante. Je peux continuer d'avancer, je peux une dernière fois tenter de réparer ce qui a été brisé. Fini, les espoirs et les mots vides de sens. C'est maintenant que j'ai l'occasion et la force nécessaire pour passer à l'action. 
Et tout commence avec un simple Ugallu.

Nul besoin de le tuer, je dirais. Éviter l'affrontement serait même préférable, si je veux éviter que d'autres monstres arrivent pour lui prêter main forte, mais reste qu'il est quand même dans le chemin, je ne peux pas prendre cette hache discrètement. Je peux peut-être le paralyser, comme j'ai fait avec Rogos, mais j'ai seulement réussi cette technique grâce à la chance, je ne sais pas comment j'ai fait alors que le but était de le tuer, tout simplement. 
Il n'y a qu'une seule façon de savoir si je peux réussir l'exploit à nouveau. 
Je sors de ma cachette, juste devant l'Ugallu, à quelques mètres de distance, et m'accroupis pour poser mes mains sur le sol. Je ferme les yeux, me concentre, je sens mon cosmos circuler dans la terre et entourer la bête mythique... et soudainement, une dizaine d'aiguilles jaillissent du sol pour le frapper impitoyablement!

-EYAH!

J'ouvre les yeux pour m'apercevoir que l'attaque n'a pas fonctionné comme prévu... oh, il n'est pas en très bon état, le fauve est blessé, mais il est encore en vie... et il bouge encore. Voilà qui n'était pas prévu.

-... Oh...

Il va falloir changer de stratégie, car il ne me laissera clairement pas faire maintenant. Mes aiguilles disparaissent et je me prépare à la riposte, sachant très bien que ces bêtes sont prêtes à tout pour défendre leur Forêt et qu'après ce que je viens de faire à celui-ci, la discussion ne sera pas possible... je doute même qu'il sache parler. Il ne me laissera pas faire, je vais maintenant devoir mettre fin à ses souffrances.

[HRP: Obli blesse l'Ugallu sans le tuer, ready for k... euh, combat!]
avatar
PNJ Hadès

Date d'inscription : 30/03/2006
Nombre de messages : 367

Revenir en haut Aller en bas
Dim 25 Oct - 11:19
L'ennemi n'avait pas tardé à se montrer, et ce avec un timing si parfait qu'il ne pouvait demeurer aucun doute : il avait bel et bien été filé... L'Ugallu feula, autant de rage que d’embarras. Il avait mené cette fille droit à son objectif ! Mais quel autre choix avait-il, laisser cette chose sans surveillance ? Le fauve se ramassa sur lui-même, son corps souple et puissant emmagasinant de la puissance tel un ressort... Il n'eut toutefois pas le loisir d'ouvrir le bal : alerté par son sixième sens, il se rendit compte de la quantité d'énergie qui coulait dans la terre, en provenance de la guerrière en armure rouge. Il bondit pour esquiver, mais ne fut pas assez rapide ; de longues pointes surgirent sous ses pattes et son ventre, tailladant douloureusement sa chair.

Le lion rugit, et les vents qui l'entouraient gagnèrent en intensité, soulevant un écran de poussière opaque. Aiguillonné par la peur et la souffrance, il chargea à pleine vitesse, mâchoires grandes ouvertes, bien déterminé à arracher la tête de la Berserker. Il émergea du voile de débris, et les crocs acérés se refermèrent avec un impact retentissant. D'une morsure, l'Ugallu pouvait décapiter un taureau, démembrer un éléphant... mais toute cette belle force était inutile, car il avait échoué à atteindre l'insaisissable Oblivion, comme ses congénères avant lui.

La réalisation le frappa, impitoyable. Il allait périr ici, il pouvait déjà sentir la faux de la Mort sur sa gorge... Et pourtant, ce fut un cri de défi qui jaillit de sa gueule. Il mènerait sa mission divine jusqu'au bout, tant qu'il resterait un souffle de vie pour animer sa carcasse en sursis !

MJ a écrit:
Lucky Obli strikes again ! L'attaque de l'Ugallu manque sa cible, tandis que celle d'Oblivion touche et ne laisse la pauvre bête qu'avec 1hp sur 2. L'issue est proche !

avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t26008-oblivion
OblivionSpectre de la Mante Religieuse
Spectre de la Mante Religieuse

Date d'inscription : 15/02/2013
Nombre de messages : 1109
Age : 20
Double Compte : Ntikuma

Revenir en haut Aller en bas
Dim 25 Oct - 14:16
Je sais très bien ce que ce monstre prépare. Difficile d'évaluer exactement son sens de la stratégie en se basant uniquement sur mes observations, mais tous les Ugallus que j'ai eu à affronter faisaient la même chose: tenter de m'aveugler avec la poussière, réduisant mon champ de vision, pour mieux foncer et attaquer, le plus souvent grâce à leurs crocs, je n'ose même pas imaginer à quel point ces morsures peuvent occasionner de dommage, si seulement elles pouvaient atteindre leur cible. Je ne suis pas la seule à ne plus y voir très bien, on dirait: ces fauves ailés ne parviennent jamais à m'atteindre, ils foncent toujours dans la même direction à la même vitesse, après deux ou trois fois c'est plus que facile de les esquiver.

Encore une fois, je me jette par terre et la bête passe juste au dessus de moi, j'effectue une roulade avant de me relever, maintenant derrière le monstre, et passe à l'attaque pour la dernière fois.
Je fonce sur l'Ugallu, deux grosses aiguilles jaillissent du sol et lui transpercent les pattes avant de disparaitre une fraction de seconde plus tard, lui faisant perdre l'équilibre, et quand j'atterris sur son dos il tombe vers l'avant, vers le sol où un lit d'aiguilles l'attend...
Le sang gicle, la bête ne bouge plus, certaines aiguilles plus longues lui traversent le corps et m'érafle la peau, l'une d'entre elle me frôle le cou, une autre m'a atteint à la jambe... je me relève, m'éloigne du corps, faisant circuler mon cosmos pour refermer mes blessures, regarde la hache comme si j'avais peur qu'elle puisse avoir disparu lors de ce cours combat, mais il n'en est rien. L'arme est toujours là, et plus rien ne m'empêche de m'en emparer.

Je m'approche, m'accroupis pour mieux observer l'artefact, le touche du bout des doigts, rien de particulier ne s'en dégage à mes yeux mais il n'y a pas d'erreur, c'est bel et bien la hache sacrée. Plus de temps à perdre, j'attrape le manche à deux mains et tire de toutes mes forces... réussissant de justesse à la retirer de son socle sylvestre.

-Gh...!

Je n'avais pas pensé que la hache serait aussi lourde! Je ne vais quand même pas la traîner jusqu'au vortex, ça va me prendre une éternité pour m'y rendre! Je tente de la transporter sur mon épaule, mais le poid de la lame me fait perdre l'équilibre et ce n'est qu'avec un pas extrêmement prudent que je parviens à quitter les lieux, changeant constamment ma posture dans l'espoir de trouver une façon plus efficace de transporter l'arme, mon coeur battant la chamade en sachant que maintenant, le géant pourrait très facilement me rattraper. J'accélère le pas comme je le peux, déterminée à ne pas laisser ça arriver. Rogos et Wolgorn comptent sur moi, je dois réussir à quitter cette forêt avec la hache, avec ou sans eux!

C'est donc après plusieurs tournants que je retrouve enfin le vortex et quitte la Forêt sans même jeter un seul regard derrière. Prochaine étape, la cité d'Elis...

[HRP: Flawless victory contre l'Ugallu, Obli tente de se pousser avec la hache]
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

[Quête] La Forêt de Cèdres du Mont Liban

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» [Bande] Gobelins des forêts
» [HRP] Description de la forêt
» Une petite leçon dans la forêt
» La forêt morvandelle
» [Gobelins des forêts] Les "Bones Basha"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya :: Zone Guerre Sainte :: Afrique et Moyen-Orient :: Autres Lieux-