avatar
PNJ Mercenaire

Date d'inscription : 05/11/2005
Nombre de messages : 176
Age : 1218

Revenir en haut Aller en bas
Dim 30 Aoû - 23:54
2h00 du matin. Vous êtes appelés en urgence après que la population du village de Death Queen Island aie fouillé une maison en retrait, où plusieurs disparitions ont été reportées. Dans son sous-sol se trouvaient cages, tables d'opération, d'inquiétants dessins et documents incompréhensibles à peine éclairés par quelques ampoules bien placées, en plus des corps: certains des disparus vivent encore, mais la plupart ont succombé à leurs blessures inhumaines. Des traces de pas à l'extérieur de la maison indique que quelqu'un s'est récemment dirigé vers la Forêt des Damnés, où même les plus braves civils n'osent pas s'aventurer, surtout en sachant qu'un criminel s'y promène. C'est donc à vous de le rattraper, car les habitants de l'île ne supporteront pas de le savoir en liberté! Les civils peuvent s'occuper des survivants, à vous de vous assurer que ce fou furieux ne puisse plus faire d'autres victimes.

En très peu de temps, il n'y a plus aucune trace visible sur le sol. La noirceur n'aide pas, mais quelque chose vous fait croire qu'attendre le levé du jour pour entreprendre les recherches serait une horrible idée. Personne n'a pu vous donner une description précise de l'homme que vous chercher, il n'était apparemment pas du genre à sortir de chez lui souvent, vous devez vous préparer à tout!

Spoiler:
 
avatar
LargoGuerrier des Ombres de Persée
Guerrier des Ombres de Persée

Date d'inscription : 20/10/2009
Nombre de messages : 3000
Age : 36

Revenir en haut Aller en bas
Lun 31 Aoû - 15:09
Je suis en train d'arracher la robe d'Athéna, allongée par terre, parce qu'après avoir vaincu tous ces crétins de Chevaliers d'Or du Sanctuaire, il a aussi fallu que je baffe la donzelle. À ses heures perdues, faut croire qu'elle aussi a un tempérament rebelle. Du coup, il lui arrive parfois d'élever la voix et le sceptre, notamment si un ennemi lui fait face tout à coup, j'imagine.

Mais des voix dans mon dos hurlent étrangement bientôt mon nom, me dérangeant ainsi en pleine besogne. Et plus étonnant encore, lorsque je me retourne, je m'aperçois que je suis au milieu d'un stade, sur une scène, tel un chanteur prêt pour le grand show, le grand concert. Il y a une foule monstrueuse de gens qui m'appellent et qui scandent :

_ Largo ! Largo ! Largo !

Je fronce les sourcils et je m'interroge alors. Pendant ce temps, mon ôtage divine a disparu, pif-pouf ! Sans prévenir ! Sauf que je ne m'en soucie déjà plus. Vraiment bizarre, quoi.

Mon public, quant à lui, n'en démord toujours pas. Il ne sait faire que gueuler. On dirait qu'il me supplie de...

_ Largo ! Largo ! Mais tu vas te bouger la rondelle, bordel !
_ Hein ? Fais-je en sursaut.

J'ouvre également les yeux... dans le monde réel, cette fois-ci. Rha zut ! C'était juste un foutu rêve. Cependant, il est quand même deux heures du matin, et on a osé me réveiller !

Tandis que je grogne, je finis aussi par capter que les voix et la partie de tambours qui l'accompagne, ce sont des gens dehors, derrière ma porte. Des civils pleurnichards qui quémandent mon aide pour une soi-disante affaire urgente.
Donc, le temps d'enfiler un slip, et je suis fin prêt pour les accueillir. À ma façon, évidemment. Pour commencer je les engueule. Mais puisqu'ils persistent à me gaver avec leur sale histoire pour film d'horreur, il est peut-être plus sage que je remette mes griefs à plus tard.
Moralité, après un bref lavage, un bref rasage, et un enfilage d'armure, je les rejoins enfin pour de bon. Et hop ! Direction la Forêt des Damnés et ses environs, le lieu du méfait.

Dès que j'arrive sur place, voilà le topo : C'est crade et ça pue la mort. Paraitrait-il qu'un vilain garnement aurait joué au sadique laborantin sur des rats. Enfin, plus précisément... des humains considérés comme des rats, plutôt.
Le type en question avait apparemment tout prévu, grâce à sa cachette secrète, style Bat Cave dans sa baraque. Et comme si ça ne suffisait pas, pas moyen de tirer les vers du nez de qui que ce soit ! J'ai eu beau secouer des survivants pour leur faire cracher le morceau... nada ! Les mecs préfèrent cracher du sang et bégayer du charabia incompréhensible, comme des zombies. Pfff !

_ P*tain ! Râlé-je sur la bande d'incompétents qui m'entourent. Fallait bien qu'il sorte pourtant, ce con ? Pour faire ses courses peut-être, je sais pas, moi...

Idem pour les disparitions en elle-mêmes ! Aurait-il transporté ses cobayes ailleurs ? Dans un sac ou sur ses épaules ? Et on n'aurait rien capté de louche ?!

Sur ce, puisque les diverses fouilles, les différents interrogatoires, le portrait-robot du proprio, et autres trucs du genre n'ont rien donné de concret, j'estime qu'il n'y a plus besoin de squatter dans ce trou. Par chance, lorsque je ressors au grand air, il y a des empreintes au sol qui me chatouillent tout de même la rétine comateuse.
À vrai dire, ça pourrait être celles de n'importe qui, mais elles se dirigent tôt ou tard vers un seul et unique endroit. Là où personne n'a habituellement les couilles de se rendre.

_ Bon bah... tant pis alors, annoncé-je aux riverains avec humour noir, tout en bâillant de fatigue. Brûlez les malchanceux dans le volcan, et faites le ménage. La routine, quoi.

La populace me regarde avec des gros yeux ronds et bouche bée. Comme je leur tourne déjà le dos, je leur adresse un dernier salut de la main et je me tire.

Bien sûr, je me dirige quand même vers cette satanée Forêt réputée pour son lot de surprises morbides, en suivant les seuls indices restants à disposition (mais pour combien de temps ?). Enfin, qui sait ? Avec du bol, je retrouverai tout bêtement le saligaud caché dans un arbre, en train de faire dans son froc. Comme tous ces civils lambdas, quoi.


/hrp: bon vala. J'ai fait mon entrée en scène, quoi. Truc classique. Et je m'arrête dans cette fameuse forêt où apu d'empreintes, lol. J'espère que c'était comme ça qu'il fallait procéder ? Sinon, redis-moi quoi, et je rebidouillerai ça. ^^
avatar
PNJ Mercenaire

Date d'inscription : 05/11/2005
Nombre de messages : 176
Age : 1218

Revenir en haut Aller en bas
Mar 1 Sep - 2:29
Les instructions:
 

Les civils vous regardent vous diriger vers la forêt sans pouvoir masquer leur inquiétude, ne sachant toujours pas quoi faire des survivants malgré vos instructions. Certains discutent du peu qu'ils savent sur l'individu recherchés, d'autres plus observateurs analysent les documents trouvés dans le laboratoire du savant fou, en se demandant bien ce qu'il essayait de faire et ce qu'il recherchait vraiment. Et pourquoi fuir vers la Forêt...? C'est dans une atmosphère de plus en plus tendue que la population décide de s'en remettre complètement à vous pour la suite.

La route devant vous se divise soudainement en deux chemin différents... celui de GAUCHE est tortueux et très sombre, alors que le chemin de DROITE est éclairé par le faible clair de lune qui renvoie des ombres plutôt inquiétantes...

L'énigme:
 
avatar
LargoGuerrier des Ombres de Persée
Guerrier des Ombres de Persée

Date d'inscription : 20/10/2009
Nombre de messages : 3000
Age : 36

Revenir en haut Aller en bas
Mar 1 Sep - 15:25
J'avance, encore et toujours, dans les méandres de ce lieu clairement pas charmant. Mais par contre, une chose me dérange soudain au bout de quelques pas. Si la nuit, en temps normal, est déjà bien assez noire comme ça... imaginez maintenant le dilemme avec des arbres plantés partout, à n'en plus finir !
Résultat, c'est la croix et la bannière pour vraiment calculer quoi que ce soit. Comment déchiffrer le terrain qui m'entoure vraiment ? Et bien sûr, pourquoi je n'ai pas pensé à prendre une lampe torche avec moi ?

_ Phoque ! Grogné-je alors, lors d'une courte halte.

J'en profite aussi pour me forcer à distinguer quelque chose ou quelqu'un au loin, mais c'est peine perdue. Et me retourner vers le village n'y change rien non plus. Je ne vois que des semblants d'éclairages, juste histoire de montrer qu'il y a de la civilisation de ce côté.

Il ne me reste donc plus qu'à reprendre ma petite balade vers le fin fond de cette végétation froide, obscure et terrifiante. En effet, dans ce lieu, si on entend des oiseaux piailler, ce n'est certainement pas pour égayer mon expédition. Ou si des branches craquent par hasard, ce n'est pas parce que le bois a trop vieilli. Quoique ? Peut-être que si... quand même... enfin, ça dépend !
Bref. Si ça ne tenait qu'à moi, il y aurait longtemps que je me serais emparé de mon Bouclier, afin d'éradiquer les moindres enquiquineurs de service... du moins, s'ils sont encore bien vivants.
Néanmoins, puisque je me suis engagé à retrouver le vilain qui s'est pris pour un savant fou, ce serait dommage de le pétrifier trop vite dans le tas. J'ai bien l'intention de le trancher avant, en guise de prémisses.

Plus tard, j'en ai marre de zieuter à gauche et à droite. Et j'ai également bien déambulé pour des clopinettes. Il y a même des chances pour que je ne sache plus revenir en arrière, si ça continue dans cette voie.

_ Youhou ? Y'a quelqu'un ? Montre-toi, spice de débilos de la charcuterie !

En fait, je crois bien qu'il y a quelques murmures qui me braillent des trucs, mais je ne suis plus trop sûr. J'ai une chance sur deux pour que ce soit des âmes errantes qui veulent faire mumuse.

Et en parlant d'avoir une chance sur deux, il faut en prime que je tombe sur l'éternel binz qui consiste à choisir telle ou telle direction : à droite ou à gauche ! Je devrais pourtant être content d'en être arrivé jusque-là, après avoir suivi un quelconque chemin bourré d'ennuis et de solitude.
Malheureusement, en plus de ne posséder aucune lampe torche, je n'ai pas non plus pensé à prendre de pièce de monnaie avec moi. Ça m'aurait permis, par exemple, de pouvoir jouer à pile ou face.

Sur ce, d'un côté, j'ai droit à plus d'obscurité et de possibles emmerdes. De l'autre, un brin de loupiote qui brille et des silhouettes qui font étrangement la java. À moins que c'est mon esprit qui soit trop chamboulé, hein ! Mais, qu'à cela ne tienne ! Quand faut y aller, faut y aller.

_ Trou, trou, trou... chantonné-je en gigotant de l'index, style pendule d'hypnotiseur. Ça ne sera pas à toi...

Une fois la mélodie gamine finie, mon doigt tombe sur la DROITE, tatatam !


/hrp: omagad ! cette énigme de malade ! (ah tiens, ça rime. faut que j'la note).
sinon la clé, c'était donc :
(j'l'ai foutu entre balises hide, au cas où) ^^
avatar
PNJ Mercenaire

Date d'inscription : 05/11/2005
Nombre de messages : 176
Age : 1218

Revenir en haut Aller en bas
Mar 1 Sep - 23:41
La route devant vous se divise soudainement en deux chemin différents... celui de DROITE semble monter vers une petite colline, tandis que le chemin de GAUCHE semble s'enfoncer dans le sol...
Le vent se lève brusquement, une brise froide et à l'image de cette nuit, sombre et cruelle, mais ce n'est pas ce qui retient votre attention: comme sorti de nul part, un morceau de papier porté par le vent vous atterrit dans la figure. C'est un dessin représentant un coeur humain monté sur des pattes d'araignées, et le coin de la feuille est signé au nom de Neal Sharpe... probablement le scientifique que vous pourchassez. Il ne doit pas être bien loin.


L'énigme:
 
avatar
LargoGuerrier des Ombres de Persée
Guerrier des Ombres de Persée

Date d'inscription : 20/10/2009
Nombre de messages : 3000
Age : 36

Revenir en haut Aller en bas
Mer 2 Sep - 16:54
Allez, hop ! J'emprunte donc le chemin de droite. Vu qu'il semble y avoir des présences là-bas. Autant commencer par là, non ? Peut-être que je tomberai directement sur le boucher derrière tout ce bordel. Probable même qu'il soit d'ailleurs justement en train de faire la bringue avec quelques victimes de son laboratoire de malheur !
Pourquoi ? Et pourquoi pas !

En revanche, je dois admettre qu'il vaille mieux que ce soit le bon chemin. Ou du moins, la bonne direction. Parce qu'avoir parcouru toutes ces centaines de mètres dans le vent sinon, ça me ferait mal. Je ragerais tellement que je pourrais bien décimer la forêt en échange, afin de me défouler un bon coup.
En voilà une idée, qu'elle est bonne aussi, remarquez ? Quand on y pense, ça me permettrait d'y voir plus clair aux alentours, plus facilement.

À ce moment-là, fier de mon idée intelligente, je sers le poing en souriant. Il y a même une ampoule qui s'allume au-dessus de ma longue chevelure blonde d'étalon. Cependant, lorsque j'ai envie d'imaginer la scène, la seconde suivante, une rafale assez fraîche me souffle soudain en plein visage.
Ça ne me décoiffe pas pour autant, heureusement ! Mais le temps de ressentir les frissons qui s'imposent, de claquer des dents et de me les cailler gravement, il y a bientôt un obstacle qui m'oblige à la fermer pour de bon.

_ Du papier ? Baragouiné-je tandis que la feuille m'écrase toujours la face, grâce au vent puissant.

Je ne vois évidemment pas à quoi ce bidule réfère sur le premier coup d'oeil. Mais lorsque je récupère enfin le document entre les mains, je peux découvrir l'image bien dégueulasse. La nuit a beau être aussi sombre, le dessin inscrit sur le papier est du même acabit que la tapisserie dans la Bat Cave de Monsieur Tardos au village, on dirait bien, quoi.

_ Neal Sharpe ? Relevé-je ensuite, en pleine réflexion.

Manque de bol, ma culture de Chevalier de rang Bronze ne me permet pas de saisir si le gars détient une quelconque importance dans notre monde de brutes. Le seul "Sharp" qui me revient seulement en tête, c'est une marque de calculatrices.

Concernant l'image, par contre, je n'arrive pas à comprendre le délire du gars derrière cette opération. Greffer des pattes d'araignée sur un coeur humain ? Euh... sans commentaires.
Inconsciemment, j'en profite aussi pour caresser mon plastron d'armure, en m'imaginant le pire. Ça me donne en prime un sale hoquet, comme si j'allais vomir. Pouah !

_ Peut-être un cadeau pour Hadès, plaisanté-je alors.

Après quoi, j'ai bien sûr repris ma route, après avoir mitonné un joli petit avion en papier avec la fameuse feuille volante... dans l'espoir, qui sait, que si je rencontre assez vite l'autre glandu, je lui balancerai dans le nez.

J'avance donc vers ce clair de lune qui éclaire toujours un coin bien précis de la forêt. Et devinez quoi ? Je suis de nouveau confronté à un choix de direction ! Si seulement, j'avais pensé à prendre mon Smartphone, j'aurais pu voir via Google Maps, à ce train-là... mais pour l'heure, c'est donc râpé !
Alors, comment décider, cette fois-ci ? Droite ou gauche ? Gauche ou droite ?

Va pour la GAUCHE, à vue de nez.


/hrp: bon bah euh... qu'est-ce que j'vais bien pouvoir trouver à dire, pour ma défense, lol ? En fait, y'a donc fallu que je retrouve qqun que j'ai sans doute pas spécialement fréquenté plus que ça, mdr... donc imagine le truc, quoi. Et j'te parle même pas de ma super mémoire des noms, en prime, façon. ^^'

bref, merci aux ptits indices, tout de même, huhu. La clé est donc :
avatar
PNJ Mercenaire

Date d'inscription : 05/11/2005
Nombre de messages : 176
Age : 1218

Revenir en haut Aller en bas
Ven 4 Sep - 1:20
Vous avancez depuis longtemps dans la forêt, sans que rien de bien spécial ne se passe, si ce n'est qu'un vent de plus en plus froid. La route se fait longue, droite, directe et étrangement dégagée, quand soudainement vous apercevez une silhouette au loin: il s'agit d'un homme portant un sarrau. Vu l'heure, l'endroit où vous vous trouvez et les circonstances qui vous y amène, ça laisse peu de doute sur l'identité de l'inconnu! Cependant, il vous voit et fuit à toute vitesse, et avant que vous ne puissiez le rattraper...

La route devant vous se divise soudainement en deux chemin différents... celui de GAUCHE est couvert de branches et de plantes inconnues, alors que celui de DROITE est couvert de gravier.


L'énigme:
 
avatar
LargoGuerrier des Ombres de Persée
Guerrier des Ombres de Persée

Date d'inscription : 20/10/2009
Nombre de messages : 3000
Age : 36

Revenir en haut Aller en bas
Ven 4 Sep - 16:58
J'en ai marre ! Je n'en peux plus ! Et si ça continue, dans peu de temps, j'appelle le Père Dodu ! Non mais sans rire... quand je pense qu'on m'a sorti de mon pieu à deux heures du matin, et voilà où j'en suis ?! La p*tain de Forêt des Damnés ! Un lieu pas du tout accueillant et où on se les caille sévère, surtout la nuit. Et ce, même sur une île volcanique ! Alors que si j'avais fait la sourde oreille un peu plus tôt, je serais encore au chaud sous la couette, à jouer avec les nénés d'une divinité ! Dans un rêve, bien entendu.

_ Brrr ! Marmonné-je en me frottant tant bien que mal, à cause de mon armure endossée.

Et puis maintenant que j'y pense... ne serais-je pas en train de tourner en rond depuis tout à l'heure ? D'accord, il a beau y avoir quelque chose de brillant par là-bas, avec des ombres sur le dancefloor... mais après ? Quoi ?
Je ne les dicerne toujours pas mieux, et visiblement, elles non plus. Pourtant, ce n'est pas faute d'avancer. C'est que mes panards en ont bouffé, des kilomètres !

Bref, j'ai l'impression d'avoir fait du sur place. Ça me rappelle l'histoire d'un labyrinthe dans la mythologie, pour la peine. Résultat, je finis par m'interroger. Et j'ai beau farfouiller au milieu de toutes mes neurones dispersées, pas moyen de me souvenir si cet endroit possède ou non le même genre de propriétés. Mettons ça sur le compte de la méga fatigue que je trimballe, évidemment !

_ Va pour un petit décimage, sur ce ! Décidé-je finalement, après avoir ragé intérieurement. Medusa Slash !

Avec de la chance, peut-être même que ma lame cosmique se propagera tellement loin, qu'elle démembrera aussi de l'intrus au loin. Ou du moins, si ça peut leur donner le moindre signe qu'un Black Knight est dans le coin, ce sera toujours ça de pris.
Je me dirai, entre autres, que c'est cool de leur part de m'avoir enfin remarqué dans ce décor obscur.

Ainsi, en un éclair, ma faible attaque fait son travail, et une bonne petite série d'arbres encombrant l'horizon se voit taillés en pièces. Pour couronner le tout, mon oeuvre ne manque pas de provoquer un boucan d'enfer. Si avec ça, on ose encore me prendre pour un petit bûcheron de pacotille, je rentre à la maison !

_ Voilà qui est mieux.

En effet, si on exclut les troncs effondrés à droite et à gauche, je me suis tout de même offert un super champ de vision plutôt limpide.

Cependant, encore émerveillé par mon coup de maître, je ne peux m'empêcher de tirer une tête de vainqueur alors qu'une personne réelle me fait face, figée, probablement pour mieux détailler le saligaud qui vient de détruire un bout de la flore locale. De plus, le constat de ses fringues parait on ne peut plus clair : c'est vraissemblablement le mec que je traque depuis des heures !

_ On ne bouge plus, l'ami ! Gueulé-je dès que je me suis ressaisi, index accusateur brandi vers ce type louche. Tu dois répondre de tes actes !

Mais que nenni ! Le scientifique dérangé du bocal s'en bat les steaks et tourne illico les talons. Et hop ! Au pas de course, il s'éloigne et tente déjà de me semer.

Quoi qu'il en soit, moi aussi j'enclenche donc la quatrième vitesse direct, et je démarre sur les chapeaux de roues. S'il croit qu'un Chevalier de mon rang n'est pas capable de mettre rapidement le grappin sur du simple humain en fuite, ça va lui faire tout drôle !
Dans tous les cas, je reprends espoir. Surtout après tout ce temps consacré à vagabonder dans le froid et le vent qui décoiffe ma douce et soyeuse chevelure blonde.

Au bout de plusieurs enjambées bien sportives, mon évadé en blouse change soudain de direction. Bien sûr, comme je ne compte pas le lâcher d'une semelle, je fais de même en prenant à GAUCHE.
Moralité, ça valait le coup de faire le ménage précédemment, pfff ! Je me retrouve bientôt empêtré au beau milieu d'un tas de branches touffues et de plantes étranges en veux-tu, en voilà.


/hrp: lol, grrr ! J'ai failli me dire "ah bah bravo ! Maintenant sans aucun indice, j'dois chercher quoi en particulier ?". Et puisque ça parlait d'espace sans pièce, puis d'ordre qui n'existait pas... j'ai quand même été jusqu'à pianoter d'abord "flood", puis "staff", mouarf. mr Red le retour
enfin vala. Donc sinon, la clé, c'était donc :
avatar
PNJ Mercenaire

Date d'inscription : 05/11/2005
Nombre de messages : 176
Age : 1218

Revenir en haut Aller en bas
Sam 5 Sep - 22:10
Malgré votre passage plutôt rude dans un chemin très peu fréquenté et donc très peu entretenu, votre petit voyage semble tirer à sa fin: la forêt se fait moins dense et vous pouvez commencer à apercevoir quelques traces du passage de votre cible: plusieurs traces de pas, des rubans semblables à ceux qu'utilisent les policiers attachés aux arbres et plusieurs branches arrachées formant de minuscules abris... malgré la peur qu'inspire cet endroit, on dirait bien que le scientifique y a pris ses aises. Une brève inspection des cachettes révélera d'autres dessins représentant ce drôle de coeur et des documents dont vous ne comprenez pas le contenu.

Vous entendez un craquement de branche plus loin et vous repartez à la poursuite du criminel, seulement pour vous arrêtez plus loin car...
La route devant vous se divise soudainement en deux chemin différents... celui de GAUCHE s'enfonce dans la forêt de nouveau, alors que celui de DROITE est faiblement illuminé par un feu de camp plus loin.


L'énigme:
 
avatar
LargoGuerrier des Ombres de Persée
Guerrier des Ombres de Persée

Date d'inscription : 20/10/2009
Nombre de messages : 3000
Age : 36

Revenir en haut Aller en bas
Dim 6 Sep - 20:59
_ Hmm ! Humpf ! Ouch ! Aww ! Mais euh...!

Toute cette broussaille est franchement chiante. Au fur et à mesure que je me démène dans ce satané obstacle naturel, j'en prends plein la tronche. Aussitôt un morceau de buisson déplacé, un autre me tend déjà les bras. Et bien sûr, pas de la plus douce des façons. On dirait qu'ils sont montés sur ressort, ces saligauds de végétaux !

Heureusement, ça ne dure qu'un instant. Et puis, ne l'oublions pas ! Je suis quand même un Chevalier Noir de rang Bronze, hein ! Alors j'ai vite fait de traverser cet amas de verdure, sans véritable difficulté. Juste quelques pas de danse, version tango, et hop ! Je m'échappe de cette foule de branches.
Pour me retrouver où, cette fois-ci ?

_ Tiens, tiens, tiens... une clairière, je me trompe ?

En effet, ça change un peu. Je n'irai pas dire que l'atmosphère y est plus respirable, mais il y a tout de même quelque chose de plus... sympathique ?

On se croirait presque dans un camping, ou quelque chose d'approchant. Du moins, dans ce genre de coin, et surtout sur une île tel que Death Queen Island, c'est presque le paradis. L'endroit chic... et romantique, mouarf !
En revanche, plus j'explore la zone, et plus les trucs louches reviennent vite me hanter la cervelle. J'aimerais poser un tas de questions, mais au final, une seule suffit amplement : qu'est-ce que c'est que ce foutoir ?

Alors voilà. Il y a des jolis rubans, des tentes improvisées, de la paperasse pareille que les documents retrouvés dans la cave du Professeur Dingo. Malheureusement, ça ne m'avance pas à grand chose, car je suis incapable de déchiffrer toutes ces données scientifiques-machin-chouette.
De toute façon, moi, ma grande passion, c'est la baston. Pas besoin de plus. Donc je laisse l'écriture et la lecture pour les plus gros cerveaux.

_ Hou hou ! Y'a quelqu'un ?

C'est vrai, quoi ! Parmi toutes ces futiles habitations, pas moyen de me trouver un insolite convive dans les parages. À moins que l'autre fugitif les a déjà prévenus de tailler la route ? Ou pire, ses patients de clinique ont déjà servi à ses expériences ?

Plus tard encore, tandis que je poursuis mes vaines recherches, j'entends un bruit. Une branche qui craque, n'est-ce pas ? En tout cas, mon regard a vite fait de cibler une ombre dans la direction concernée.
Bon d'accord, j'ignore si c'est une bête ou un être humain, mais ça vaut le coup d'aller y faire un saut. Je m'empresse donc de bondir par là-bas, puis de finir les derniers mètres avec un sprint. Qui plus est, en chemin, d'autres traces au sol me laissent fortement envisager qu'un bougre est déjà passé par ici.

_ Plus la peine de te cacher, mec ! Menacé-je dans le vide. Avec mon endurance de champion, c'est toi qui vas t'épuiser plus vite, en fait. Alors jouons cartes sur table, avoue ton crime, et profite de la sentence que je te réserverai !

Mouhahaha !

Je prie pour que mon collage au train touche enfin au but, car à ce train-là, on est bientôt quitte à devoir se pourchasser pour toujours, façon Benny Hill. Néanmoins, un nouveau dilemme s'offre à moi tout à coup. Mes neurones règlent ça en deux coups de cuillère à pot ! Ainsi, comme j'ai assez donné avec la forêt, je bifurque vers le feu de camp au loin. À DROITE, toute, mon capitaine !


/hrp: vala vala. La zik de "Metal-lica" m'a bien aidé, j'avoue. ^^
donc la clé, c'est :
avatar
PNJ Mercenaire

Date d'inscription : 05/11/2005
Nombre de messages : 176
Age : 1218

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 10 Sep - 14:57
Alors que vous vous approchez du feu qui commence lentement à s’éteindre, vous pouvez enfin vous rendre compte que le fugitif est tout près. Les traces de pas sur le sol sont récentes et vous entendez un marmonnement constant. Plus loin, à peine éclairé par le feu, se trouve un massif conteneur blindé haut de plusieurs mètres et tout aussi large, entouré de chaines et fermés par plusieurs cadenas. Le son semble provenir de là.

Soudainement, il y a un grand bruit de coup suivi d’un écho métallique, comme si quelqu’un avait foncé dans un des murs de métal, et une silhouette familière surgit de derrière le conteneur, effrayé : monsieur Neal Sharpe lui-même, tenant entre ses mains une pince coupante. Il vous aperçoit et recule de quelques pas.
 
-Vous!
 
Les marmonnements ne cessent pas une seconde alors que le scientifique fait quelques pas en avant, l’air de vouloir se redonner un peu de contenance.
 
-V-vous arrivez juste à temps… je me demandais bien quand j’aurais l’occasion de poursuivre mes expériences sur un éveillé… je suppose que c’est aujourd’hui que j’aurai ma chance…
 
D’un geste rapide, l’homme se tourne vers le conteneur et avec la pince, coupe d’un mouvement sec les chaînes autour de la massive prison. Les cadenas tombent au sol dans un bruit sourd alors que la porte s’entrouvre dans un grincement sinistre…
 
-Je… Je pense qu’il est prêt… quand il vous aura tué, il pourra sortir de la forêt et s’occupera de tous les autres membres de votre ordre… en plus des villageois… ça fait des années, il est enfin prêt…
 
Quelques lourds bruits de pas se font entendre à l’intérieur du conteneur.
 
Heureux l'homme qui ne marche pas selon le conseil des méchants, qui ne s'arrête pas sur la voie des pécheurs, et qui ne s'assied pas en compagnie des moqueurs, mais qui trouve son plaisir dans la loi de l'Éternel, et qui la médite jour et nuit.
 
Vous apercevez une immense patte d’araignée, puis une deuxième, suivi de ce qui ressemble étrangement à un tentacule. Puis, le monstre dans son intégralité.
 

Si l'Éternel ne bâtit la maison, ceux qui la bâtissent travaillent en vain ; si l'Éternel ne garde la ville, celui qui la garde veille en vain. En vain vous levez-vous matin, vous couchez-vous tard, et mangez-vous le pain de douleur ; il en donne autant à ses bien-aimés pendant leur sommeil.
 
Il s’agit du dessin que vous avez aperçu, mais la version papier ne lui fait pas justice. Un cœur immense monté sur des pattes d’araignées et entouré de tentacules longues d’au moins trois mètres. Pour couronner le tout, à la place du ventricule se trouve un dard qui ressemble étrangement à celui d’un scorpion. Aucune trace d’yeux, de bouche ou même d’orifice lui permettant de respirer, mais c’est lui qui parle sans arrêt et ce sans jamais changer l’intonation de sa voix.
Une chose est sure : ce monstre ne devrait pas exister. Mais le scientifique qui se cache derrière laisse échapper un rire nerveux.
 
-Vous ne faites pas le poids. Si vous saviez…
 
Brusquement, la bête se retourne et dans un mouvement rapide, attrape le fugitif de ses tentacules, menaçant de réduire tous ses os en miettes à tout moment.
 
-ARGH!
 
Aussi l'orgueil leur sert de collier, la violence est le vêtement qui les enveloppe ; l'iniquité sort de leurs entrailles, les pensées de leur cœur se font jour. Ils raillent, et parlent méchamment d'opprimer ; ils profèrent des discours hautains, ils élèvent leur bouche jusqu'aux cieux, et leur langue se promène sur la terre.
 
À ce rythme, l’homme que vous pourchassiez a eu son compte. Cependant, vous avez la mission de le ramener vivant au village, pour qu’il puisse faire face à la justice et qu’il puisse être jugé pour ses crimes. Que ça vous plaise ou non, vous devez tenter de le sauver.

Spoiler:
 
avatar
LargoGuerrier des Ombres de Persée
Guerrier des Ombres de Persée

Date d'inscription : 20/10/2009
Nombre de messages : 3000
Age : 36

Revenir en haut Aller en bas
Ven 11 Sep - 9:44
bon vala. donc le noob tente son lançage de dés, d'abord. ^^' (pis j'écrirai un prochain post plus tard).
avatar
Game MasterGame Master /Guerrier Mythique

Date d'inscription : 08/01/2006
Nombre de messages : 848
Age : 372

Revenir en haut Aller en bas
Ven 11 Sep - 9:44
Le membre 'Largo' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :
avatar
LargoGuerrier des Ombres de Persée
Guerrier des Ombres de Persée

Date d'inscription : 20/10/2009
Nombre de messages : 3000
Age : 36

Revenir en haut Aller en bas
Ven 11 Sep - 21:05
Quand j'arrive enfin à quelques mètres de la lumière qui m'accueille dans ce trou perdu, je ne suis pas essoufflé. Par contre, j'ai de quoi bientôt avoir le souffle coupé.
Il n'y a malheureusement pas de barbecue qui m'attend près du feu allumé, pour une petite collation, déjà d'une. Et au contraire, je découvre qu'au bout de plusieurs empreintes de pas dans le sol, il y a comme un énormissime caisson d'acier entreposé, là, au beau milieu de nulle part !

Alors bien sûr, la première chose que j'exprime en voyant ce truc impressionnant, c'est :

_ Ouate de phoque !

Je reste un moment bouche bée, sans broncher. Puis je marche finalement d'un pas hésitant... euh, oups ! D'un pas prudent, nuance ! Cela va de soi. Je suis quand même Tout-dur Largo, s'il vous plaît !

Après quoi, c'est mon cher fugueur qui me sort de mes interrogations sans réponses, dès qu'il jaillit hors de sa cachette. Ce vil faquin possède un outil permettant visiblement de libérer une chose des plus moches qui puisse exister sur cette Terre. Pour le moment, ça baragouine à peine à l'intérieur de la grosse cage, mais je suis persuadé que, même à côté de ça, le célèbre Cerbère des Enfers passerait pour un canidé tout mignon.

_ Pfff ! Réponds-je à ses minables menaces. Parce qu'en plus, tu crois encore que tes expériences vont se poursuivre, alors que je t'ai retrouvé ?

Ça, c'est pour la forme et la frime, hein. Au fond de moi, je dois bien reconnaître que quelque chose cloche tout de même. Je ne veux pas admettre que j'ai froid. Mais sous mon armure, tout mon être frissonne, han han !
Et si je me rapprochais du feu de camp, tiens ? En voilà une idée, qu'elle est bonne !

Trêve de plaisanterie, dans tous les cas, lorsque le scientifique a fini sa basse besogne. Tous les liens de cette grosse boîte de métal sont désormais défaits. Et dans la seconde qui suit, une lourde porte couine et les premiers détails du monstre, enfermé depuis tout à l'heure, se révèlent un à un.
J'ai envie de vomir. Mais d'abord, les pattes de la bestiole géante me rappellent quelque chose. Ce sont les mêmes que sur les documents déjà zieutés un peu plus tôt, depuis que j'essaie de comprendre le pourquoi du comment de toute cette mascarade.

_ C'est quoi, ce truc ? Aboyé-je sur mon interlocuteur.

Je parais légèrement paniqué ? Oui et non, en fait. J'espère juste que l'autre clown va me lâcher une info utile. Illico presto ! Et le seul moyen que je connaisse, au vu de la dangereuse situation qui se prépare, c'est de l'exiger en gueulant.

Manque de bol, le Professeur Foldingue a l'air tellement trop sûr de sa victoire, qu'il ne voit pas l'intérêt à me faire une fleur, dirait-on. Cependant, sa folie des grandeurs ne tarde pas à se retourner soudain contre lui.
La vilaine bébête bizarroïde a tôt fait de lui prêter attention. Avec les moyens du bord, quoi ! En somme, elle peut compter sur tout un arsenal de membres improbables de choix : des pattes, des tentacules, un gros dard, etc...

C'est donc à mon tour de me marrer. La souffrance des autres a parfois du bon, n'est-ce pas ? Néanmoins, si je ne tente rien dans les plus brefs délais, le mec y passe. Et je suis, en prime, le prochain sur la liste.
Mais comment faire ? Je dois cogiter vite, car il n'est pas question qu'on me pique ma proie. Surtout après m'avoir privé de sommeil et après avoir dû courir toute la nuit !

_ Medusa Slash ! Braillé-je alors tout en fonçant vers le Docteur Maboule.

Comme il est englué dans une tentacule, mon attaque tranchante a évidemment pour but de découper cette dernière.

Et si jamais, ça ne suffit pas... il me reste dans mon autre main, une bûche enflammée, récoltée plus tôt au coin du feu, pendant ma course. De ce fait, je devine que très prochainement, un large fessier d'arachnide pourrait bien griller tout rouge aussi, tôt ou tard !
avatar
PNJ Mercenaire

Date d'inscription : 05/11/2005
Nombre de messages : 176
Age : 1218

Revenir en haut Aller en bas
Dim 13 Sep - 18:56
Tel un serpent, le monstre se prépare à lentement broyer tous les os du corps de sa victime, quand votre attaque frappe la tentacule, l'entaillant profondément et y fait gicler le sang. La bête recule et lâche le scientifique, qui de peine et de misère arrive à ramper et s'éloigner de la zone de combat. Il se faufile à l'intérieur du conteneur et jette un dernier coup d'oeil à ce monstre qu'il pensait pouvoir contrôler. Jamais il n'aura eu aussi tort.

-H... Heart of... Darkness...

Usant de toutes ses forces, il referme la porte, disparaissant soudainement de votre vue. Pendant ce temps, le coeur géant n'a pas cessé de parler, et malgré sa blessure qui lui fait clairement mal, son ton de voix ne change pas. D'ailleurs, comment fait-il pour parler?

Je cherche les révélations de tout ce que le divin a dit aux imprudents dans les rêves d’ambre froid de la lumière solaire qui s’éteint à travers les lacs de sang noir et les serpents qui dévorent les pains des enfants venus des arbres d’agneaux en automne. J’ai rêvé de la reine des merveilles qui vivaient à l’intérieur des cœurs amoureux et les traitements silencieux de tous les anciens que j’ai connus étaient autrefois complets.


Il semble vous avoir identifié comme une potentielle menace. Un tel monstre ne peut pas être laissé en liberté sur l'île, vous devez l'éliminer!

La belladone constitue les ombres qui en toute honnêteté clignent de l’œil de la sorte à travers la bile des pestes nouveau-nées, la chaleur immédiate dans le lait d’une mère au temps des rêves où rien n’était encore cruel.

Le boss:
 

Après la blessure que vous venez de lui occasionner, il semble incertain de vouloir vous approcher de trop près. Vous n'aurez pas meilleure chance pour l'attaquer!

[HRP: *voix de psycho* FIGHT!

Alors alors, qu'avons-nous là... SCP-058, aussi connu sous le nom de Heart of Darkness, une méchante bestiole vraiment dangereuse et hyper agressive qui après avoir pris ton fugitif comme cible (il est en sécurité bien planqué dans le conteneur) décide maintenant de s'en prendre à toi. Le combat se fera en pur rp (un arbitre anonyme surveillera le tout,) HoD est très rapide et peut frapper très fort mais comme il n'a aucune protection, toi aussi tu peux frapper très fort. Je te laisse l'initiative, et cette fois pas d'indice, le reste de la quête était bien trop facile. '^'

Si questions (j'ai probablement oublié un truc,) mp. Bonne chance! 8D]
avatar
LargoGuerrier des Ombres de Persée
Guerrier des Ombres de Persée

Date d'inscription : 20/10/2009
Nombre de messages : 3000
Age : 36

Revenir en haut Aller en bas
Lun 14 Sep - 13:22
Bingo ! Mon attaque lui a entaillé méchamment la tentacule. Le scientifique est enfin délivré de l'étreinte de son chien de garde. Malheureusement, sitôt il peut gambader de nouveau, qu'il cherche à se barrer au plus vite. Et il a beau être mal en point, le saligaud réussit bientôt à se dégoter un bunker de choix : le conteneur qui servait auparavant à retenir le monstre.

_ Attends ! J'en ai pas fini avec toi !

Sauf que le mec s'enferme carrément dans sa foutue grosse boîte. Il me lâche tout de même quelques mots doux avant de disparaître de ma vue.

Heart of Darkness ? Ce serait le nom de cette horrible créature ? Mouais bof, ça se tiendrait, remarquez. J'ai justement affaire à un coeur sur pattes, qui se déplace dans l'obscurité.
Par contre, pour son côté parlotte à gogo, ça reste toujours un mystère. À moins d'avoir un poste de télévision ou de radio resté allumé, coincé dans son ventre, qui diffuse des conneries de prières en boucle... je ne vois vraiment pas comment ça pourrait être possible.

Et puis, plus globalement, comme est-ce possible d'avoir pu se trimballer une horreur pareille jusqu'ici ? Au beau milieu de Death Queen Island, quoi ! D'accord, on lui aurait probablement largué le machin en plein vol, à la rigueur... mais qu'une erreur de la Nature de cette race innommable puisse avoir vu le jour, j'avoue que ça me reste encore en travers de la gorge.
Bref, dans tous les cas, il me faut trouver la soluce à ce problème de taille. Ou plutôt éradiquer le problème serait plus exact. Donc, en tant que Chevalier, je ne peux me fier qu'à une seule méthode efficace : ma cosmo-énergie !

_ Alors, le monstre ! On a bobo, hein ? Le provoqué-je tout en me déplaçant à pas chassés, façon large arc de cercle autour du feu de camp.

Eh ouaip ! Je ne suis pas fou. Je préfère garder une certaine distance, on va dire. Bien que je n'en connaisse pas des masses sur ce rival de poids, j'imagine que c'est quand même plus judicieux de pouvoir jauger la tournure du combat encore un peu.

À part ça, le gros animal a l'air de souffrir de sa blessure. Ça me donne évidemment envie de réitérer avec ma technique de découpe. C'est tout ce qu'elle mérite, après tout. Et puisque ce n'est visiblement qu'un tas de viande sans défenses, j'aurai sans doute vite fait de tailler tout ça en tranches de steak.

_ Qui a commandé un Big Mac ? Me moqué-je derechef, avant de retourner plus sérieusement à l'attaque.

Je cours à toute allure sur le monstre, mais au tout dernier moment, surprise ! Je décolle à la verticale, dans les airs. Il ne me reste plus qu'à lancer mon tranchant de la main en contrebas, le tout empli de cosmos, bien entendu.

_ Medusa Slash ! Reprends-je.

Comme ça, si la bébête a réellement cru que je voulais me jeter dans la gueule du loup, à l'aveugle, elle se sera complètement gourrée sur mes intentions. Mais au moins, pendant ce temps-là, moi, j'ai le champ libre pour atomiser sa chair d'une série de plusieurs lames cosmiques acérées.
Et hop ! Une fois cette nouvelle scène de boucherie exécutée, si tout s'est déroulé comme sur des roulettes, je n'ai plus qu'à regagner ensuite la terre ferme, dans son dos.


/hrp: bon, chaipas ce sera sur combien de tours, toussa toussa... donc j'vais attendre de voir quoi. D'autant plus qu'avec mon kit pourri et restreint, mouarf... mr Red le retour Enfin vala, j'essaierai quand même de balancer mes ptites combines, au fur et à mesure, quoi qu'il arrive. ^^
avatar
PNJ Mercenaire

Date d'inscription : 05/11/2005
Nombre de messages : 176
Age : 1218

Revenir en haut Aller en bas
Ven 18 Sep - 16:20
Une nouvelle fois, votre attaque frappe un des tentacules du monstre, qui cette fois ne flanche pas face à la douleur. Des jets de sang jaillissent au rythme des lourds battements produits par le cœur mutant  qui, peut-être le remarquerez-vous, pourra difficilement mourir au bout de son sang.
 
Mon oeil se plaît à contempler mes ennemis, et mon oreille à entendre mes méchants adversaires. Les justes croissent comme le palmier, ils s'élèvent comme le cèdre du Liban. Plantés dans la maison de l'Éternel, ils prospèrent dans les parvis de notre Dieu ; ils portent encore des fruits dans la vieillesse, ils sont pleins de sève et verdoyants, pour faire connaître que l'Éternel est juste. Il est mon rocher, et il n'y a point en lui d'iniquité.
 

Malgré tout, la bête ressent de la douleur, bien qu’elle ne le montre pas encore. Dès que vous touchez le sol à nouveau, Heart of Darkness fonce vers vous à toute vitesse et vous frappe avec ses tentacules de toutes ses forces, vous renvoyant haut dans les airs. Vous frappez violemment le conteneur de métal avant de vous écraser au sol, mais le monstre en a loin d’avoir fini! Dans son éternel marmonnement insensé, vous voyez son aiguillon se redresser, prêt à attaquer à nouveau!

[HRP: Moi non plus je sais pas. Ce ne sera pas un combat très long, mais je te laisserai savoir quand nous approcherons de la fin. Bonne chance! Wink ]
avatar
LargoGuerrier des Ombres de Persée
Guerrier des Ombres de Persée

Date d'inscription : 20/10/2009
Nombre de messages : 3000
Age : 36

Revenir en haut Aller en bas
Ven 18 Sep - 20:57
_ Mouhahaha ! M'esclaffé-je lorsque la créature a encore morflé de mes taillades.

Elle ne veut ou ne peut pas crier ? Qu'à cela ne tienne ! Sa viande bave rouge et sérieusement. et ça me réjouit tout autant. C'est comme un robinet qui fuit. Tôt ou tard, il n'y aura plus rien à faire couler, si ce n'est la dernière goutte.

À moins que ?

À moins que je ne reçoive d'abord un mauvais et violent coup dans le corps, qui me fait vite et méchamment décoller dans la ferraille du conteneur où s'est enfermé l'autre déglingo.
Punaise ! Je ne l'ai pas vu venir, cette tentacule-là. Peut-être me suis-je vanté un peu trop précipitamment, à peine après avoir pu reposer les pieds dans le sol. Ensuite de quoi, le temps de faire virevoleter ma longue chevelure dans l'obscurité de la nuit, au moment de faire demi-tour vers l'ennemi féroce pour constater les dégâts, voilà que ça s'est retourné contre moi.

"Boum !", que ça fait lorsque mon corps d'athlète se mange un mur de la grosse cage metallique. Je beugle parce que ça fait un mal de chien, sur le coup. Heureusement, j'ai mon armure qui me protège... sans quoi, mes os seraient probablement déjà en train de me transpercer de part en part.
Pour arroser cet accident, j'en profite même pour cracher une belle traînée de sang. Et puisqu'il fait nuit, j'imagine que la gerbe écarlate est aussi mignonne qu'une étoile filante.
Bon d'accord, on peut toujours rêver, hein !

_ T'inquiète, C'est toi le prochain ! Crié-je au travers de la boîte en acier.

Juste au cas où le prisonnier à l'intérieur croirait déjà que je ne suis plus en état de me battre. Ou pire, carrément on-ne-peut plus mort !

Dans tous les cas, je ne peux pas me permettre de souffrir davantage, ni même de tailler le bout de gras avec qui que ce soit. D'ailleurs, en me relevant, dès que je lance un vif coup d'oeil vers le monstre, je m'aperçois qu'il est impatient de réitérer son exploit dans les plus brefs délais.
Le saligaud m'a pourtant fait valser à bonne distance, mais il bouge également à toute vitesse quand ça l'arrange. Résultat, il y a peu de chance pour que j'arrive à compter jusqu'à dix, et encore moins que je réussisse à me recoiffer !

Alors, je fais quoi ? La bestiole est sans protection, c'est super chouette ! Sauf que la hâcher menu, c'est visiblement trop chiant et trop long à réaliser. Est-ce que je peux tout de même la pétrifier, j'y pense ? Elle n'a pas d'yeux, certes, mais pour moins que ça, parait-il que certains ont bien été capables, à l'époque, de casser aisément la vitalité des foutues chaînes nébulaires d'un coquinou, tout de rose vêtu. Eh ouais, ça calme !

Sur ce, c'est décidé !

_ Tu m'as l'air tout ce qu'il y a de plus vivant, on dirait ! Lui balancé-je d'une voix sévère. Et comme tu n'en es plus à ta première prison, je suppose donc que tu n'es pas contre une seconde. N'est-ce pas ?

À vrai dire, mon interlocuteur préfère surtout baragouiner son speech, sans se soucier de quoi que ce soit d'autre. Il n'y a vraiment rien ni personne qui puisse le perturber, de ce côté-là.

_ Medusa Shield ! Hurlé-je fièrement, Bouclier de la Méduse tendu vers ma cible.

Shazam ! La malédiction est envoyée. Les yeux de la Gorgone s'ouvrent et projettent une lumière des plus éblouissantes dans la tronche de la moche créature.

Je ne dois pas faiblir, je ne dois pas douter. Sinon, c'est un coup à frissonner du slip et me priver d'un déploiement de cosmo-énergie maximale. Néanmoins, mon énorme rival me charge quand même dessus, avec un dard grave menaçant, et de surcroît, empoisonné.
Du coup, un tiers de ma personne se sent, dans le fond, obligé de prier pour ne pas bêtement finir empalé et condamné. Au pire, à défaut de le transformer en gros caillou, son coeur s'arrêtera peut-être tout bonnement de battre ?


/hrp: vala ! J'suis un fou, un rebelle ! Même euh... pas peur, quoique... ^^'
du coup, j'opte pour une tentative de pétrification "un peu spéciale", cruk cruk cruk. mr Red le retour (bien sûr, j'invoque telle excuse pour expliquer le pourquoi du comment de ce choix, hein.) Wink

pis sinon, si ça foire, tant pis, huhu. Je ne suis qu'un Bronze, après tout, mouarf. Razz
avatar
PNJ Mercenaire

Date d'inscription : 05/11/2005
Nombre de messages : 176
Age : 1218

Revenir en haut Aller en bas
Sam 26 Sep - 22:37
Le grand flash vous aveugle temporairement et après quelques secondes, vous constatez que la créature ne vous a toujours pas attaqué. Avez-vous enfin réussi à l’attaquer? Le temps passe, rien ne se produit. Alors qu’une froide brise se lève vous arrivez à entendre le bruissement des feuilles sur le sol… simple coïncidence ou bruit de pas qui approche? Alors que la menace semble enfin avoir été écartée…

L'insensé dit en son coeur : il n'y a point de Dieu ! Ils se sont corrompus, ils ont commis des iniquités abominables ; il n'en est aucun qui fasse le bien. Dieu, du haut des cieux, regarde les fils de l'homme, pour voir s'il y a quelqu'un qui soit intelligent, qui cherche Dieu. Tous sont égarés, tous sont pervertis ; il n'en est aucun qui fasse le bien, pas même un seul. Ceux qui commettent l'iniquité ont-ils perdu le sens ? Ils dévorent mon peuple, ils le prennent pour nourriture ; ils n'invoquent point Dieu. Alors ils trembleront d'épouvante, sans qu'il y ait sujet d'épouvante ; dieu dispersera les os de ceux qui campent contre toi ; tu les confondras, car Dieu les a rejetés.

Rien! La silhouette du cœur géant apparait à nouveau, inchangée et à votre grand dam, toujours en mouvement. L’attaque l’a effrayé, il semble bien, étrange qu’une créature sans yeux craigne autant la lumière, mais pas si étrange qu’elle n’ait pas été complètement pétrifiée.
Quoi qu’il en soit, Heart of Darkness est prêt à l’attaque, mais il se met à douter. Ses chances contre vous sont moindres, mais il sait très bien que vous ne pouvez pas être seuls sur cette île, s’il ne peut pas faire grand-chose contre vous il peut très bien déporter ses pulsions meurtrières sur d’autres incapables de se défendre!

De l’aiguillon du monstre jaillit une substance jaunâtre qui tombe juste devant vous. Un coup raté? Vu la terre qui commence à se désintégrer sous l’effet du poison, il y a de quoi douter! Un deuxième jet vous vise pour de bon et le cœur fait soudainement demi-tour pour prendre la fuite! Incapable de se battre correctement contre vous, le voilà qui part à la recherche de cibles plus faciles!

[HRP: Alors déjà, désolé pour le retard. '^' Ensuite, oups! Le Medusa Shield n'a pas beaucoup plu à notre ami HoD mais ne lui a malheureusement fait aucun dommage apparent. Maintenant il te fuit et... double-oups! Il se dirige vers le village faute de pouvoir te tuer facilement! Le laisser approcher des villageois serait une très mauvaise idée, c'est donc à toi de l'arrêter avant!]
avatar
LargoGuerrier des Ombres de Persée
Guerrier des Ombres de Persée

Date d'inscription : 20/10/2009
Nombre de messages : 3000
Age : 36

Revenir en haut Aller en bas
Lun 28 Sep - 10:02
_ Youpi ! Euh... j'ai réussi, au fait ?

En tout cas, dans le feu de l'action, je l'ignore encore. Mon attaque est en train de peaufiner les derniers détails. Enfin, c'est ce que je crois à ce moment-là.

Malheureusement, dès que j'estime avoir assez brûlé de cosmos dans l'opération, je découvre le résultat. La bestiole ne m'a pas touché, et moi, je suis toujours bel et bien vivant. Bonne nouvelle, alors ?
Je baisse sous peu mon Bouclier de la Méduse pour m'en convaincre un peu mieux. Sauf que dans les faits, mon petit numéro n'a pratiquement servi à rien, je dois bien le reconnaître. Mon rival me fait toujours face. Mais pire que tout ! Ce foutu monstre ne semble pas avoir perdu tous ses moyens, bien au contraire.

Preuve en est lorsqu'il se met tôt ou tard à me cracher dessus. Mais il me loupe de justesse. Un peu comme s'il avait fait exprès de ne pas viser trop fort. Histoire que j'apprenne d'abord ce qui m'attend dans un futur proche. Et à vrai dire, le truc acide qu'il a postillonné à mes pieds a de quoi me faire déglutir.
La terre crame légèrement et se fait ronger sur plusieurs centimètres autour de la petite flaque produite.

_ Ah oui, c'est vrai... Pensé-je tout haut. Heart of Darkness...

Une fois que je me repasse rapidement la scène précédente de notre combat, je me rappelle alors que l'animal s'est tout simplement interrompu, l'espace d'un instant. Signe qu'il doit détester les feux des projecteurs, on va dire.
Moralité, même si j'ai râté ma technique, je comprends mieux pourquoi mon adversaire n'a pas pu riposter avec plus d'efficacité.

À noter d'ailleurs que, soudain, la créature... cherche à reculer !? Même que pour se donner de l'avance, elle essaie encore de me vomir un petit molard empoisonné dessus.

_ Hého ! Aboyé-je tout en esquivant cet assaut. Ne me dis pas que...

Bah si ! On dirait que la grosse araignée bizarroïde n'a plus envie de porter son dévolu sur ma personne. Pourtant, j'ai une armure noire. Comme les ténèbres, quoi. On devrait bien s'entendre, non ?

Bref, le flash de tout à l'heure l'a visiblement trop bien traumatisé. Et pour la peine, voilà qu'elle s'est probablement mise en tête qu'elle passerait de meilleures nuits vers une autre contrée.
Je ne mets donc pas longtemps à deviner que c'est le chemin que j'ai également emprunté plus tôt... celui qui mène au village, en somme. Comme par hasard ! Du coup, je me retrouve illico dans un dilemme...

_ Chiottes ! Râlé-je par conséquent, sourcils froncés et toutes canines dehors. Si j'me casse, l'autre scientifique en profitera pour se tailler ensuite ! Et si je reste, c'est la bestiole qui va pouvoir se remplir la panche, je parie !

Sur ce, ni une, ni deux... place encore à l'action ! Comme je dois faire vite, je bondis dans les airs, le plus loin possible, afin d'atteindre le fuyard arachnéen. Du moins, de me rapprocher autant que ma détente le permet, puisque l'animal s'éloigne toujours un peu plus grâce à ses nombreuses pattes.

Et direct après, je relance une autre attaque cosmique de mon cru. C'est supposé être la plus puissante, mais pas sûr que l'improvisation m'aide tant que ça à dégainer tout son potentiel. Quoiqu'il en soit, qui ne tente rien...

_ Ra's Al Ghûl Gorgonio !!!

Bras levé au ciel, j'invoque de nouveau la célèbre créature mythologique. Le visage de cette dernière se dessine dans les hauteurs, en poussant un cri strident des plus horribles. Le genre de son qui, à défaut de pouvoir péter les tympans d'un sourd, casse méchamment les pieds ou les c... du vilain visé !
Mais en réalité, les vibrations de la voix de crécelle ont surtout le chic de détruire le corps de l'intérieur... ou quelque chose comme ça.

Pendant ce temps-là, le sol tremble dans les environs. Et bientôt, il se fissure... pour laisser place à des dizaines et des dizaines de serpents. Les reptiles ont l'air de pousser comme des plantes grimpantes. Puis ils s'empressent de s'enrouler et de croquer dans tout ce qu'il trouve : la chair d'un sale monstre ambulant, notamment.

_ Voilà, conclus-je fiérot, tout en marchant prudemment vers ma cible sans doute affaiblie. Pourquoi être si pressée, hein ?

Ma technique s'achève doucement mais sûrement, au fur et à mesure que je me rapproche. Ça me donne aussi une belle occasion pour me replacer quelques mèches, tant qu'on y est.



/hrp: bon vala. Le post s'allongeait trop, donc je coupe avant. Pis on verra si j'arrive à faire le truc en deux fois, au pire. ^^ et bon, façon, faut que je vois d'abord si mon attaque a bien marché ou pas, lol.
avatar
PNJ Mercenaire

Date d'inscription : 05/11/2005
Nombre de messages : 176
Age : 1218

Revenir en haut Aller en bas
Mar 6 Oct - 20:00
Le monstre s’arrête soudainement, mais sans jamais se départir de son ton de voix calme et posé commence à tourner, se retourner, avancer, reculer, et se tortiller dans un élan très frénétique.  Vous savez de quoi il en retourne : l’illusion a fait son effet et désormais plusieurs serpents s'en prennent à Heart of Darkness, le mordant et répandant leur poison pendant que la créature affolée ne parvient pas à se défendre. Le sang gicle de partout, mais le coeur géant n'a pas dit son dernier mot!
Déterminée à se débarrasser de ces nuisances, la bestiole commence à se débattre frénétiquement: en contre-attaquant avec son propre poison et en repoussant les reptiles grâce à de violents coups de tentacules. Rien de suffisant pour s'en sortir indemne, il est trop tard pour ça, mais pas moyen de l'approcher sans vous retrouver coincé dans cette ultime attaque! HoD ne se laissera pas vaincre si facilement! De plus, ses pattes sont quasi intactes, donc la course lui est toujours possible.
 
Vous commencez à douter que votre attaque le tuera, même s'il ne sera pas assez fort pour continuer le combat. Trouvez une façon de l'achever sans lui laisser l'occasion de fuir à nouveau!



[HRP: Un peu court, my bad. Enfin, la quête touche à sa fin et tu as maintenant l'occasion d'achever cette sale bestiole qui est le SCP-058, cependant il serait risqué de trop t'approcher maintenant et si tu attends trop, elle pourrait encore s'enfuir. Bonne chance pour trouver une façon de la mettre hors d'état de nuire une bonne fois pour toute.] 
avatar
LargoGuerrier des Ombres de Persée
Guerrier des Ombres de Persée

Date d'inscription : 20/10/2009
Nombre de messages : 3000
Age : 36

Revenir en haut Aller en bas
Mer 7 Oct - 19:43
Chouette ! Comme on pouvait s'y attendre, le monstre a de quoi faire contre les innombrables serpents qui sont venus l'enlacer et le machouiller. Pourtant, même si son grand départ vers le village semble quelque peu perturbé, le gros vilain réussit petit à petit à gérer la situation.
Une tentacule par-ci, un aiguillon par-là... et vas-y qu'elle sait comment se débarrasser de tous ceux qui la collent d'un peu trop près.

Lot de conslation, la créature saigne pas mal, au final. Donc on peut en déduire qu'elle est gravement blessée... ou qu'avec du bol, elle finira par se vider entièrement de son sang. Sauf que, pour l'instant, ça ne l'affaiblit pas pour autant, dirait-on. Puisqu'elle continue de se débattre avec toute sa hargne. Mais peut-être, est-ce là justement, ses toutes dernières forces mises dans la bataille ?

Quant à moi, je continue de m'approcher d'elle prudemment. Je suppose qu'après avoir fait le ménage de ma petite bande de reptiles, je devrais être sa proie suivante. Enfin, jusqu'à preuve du contraire. De plus, comme je pars du principe que les effets du puissant cri de la gorgone l'ont également et sacrément entravé, je reste en quelque sorte confiant. C'était mon attaque puissante, ne l'oublions pas !

Ainsi, quand j'arrive à son chevet, j'attends qu'elle me capte enfin de nouveau, et qu'elle fasse le premier pas vers ma personne. Puis, dès qu'elle décide de passer à l'attaque, agressive à souhait qu'elle est, je lance illico ma riposte.

_ Medusa Slash !

Mais tout à coup, je ne suis plus sur la terre ferme, tatatam !. J'ai décollé au tout dernier moment dans les airs. Et par-dessus le marché, mon coup tranchant ne la visait pas non plus personnellement.

Bien au contraire, je profite qu'on soit précisément au bord de la forêt pour scier quelques bouts de troncs environnants. De ce fait, il ne me reste ensuite plus qu'à balancer les projectiles découpés dans sa direction, grâce à ma "Tout-durness" de Chevalier. Et si possible, les expédier violemment en plein dans son énorme coeur.
Bon d'accord, la méthode s'éloigne assez de la foutue flèche d'or dédicacée pour de la poitrine de femelle... mais ne chipotons pas ! On fait avec les moyens du bord, hein ! Na !

_ Oh ! Je reprends avec moquerie, une fois le sol regagné et à bonne distance. Et tu sais comment les premiers hommes faisaient du feu ?

Je ramasse du petit bois de pacotille à mes pieds, que je m'empresse de frotter l'un contre l'autre, à toute vitesse... jusqu'à apercevoir les premières flammes.

À vrai dire, c'est ma cosmo-énergie qui m'a beaucoup aidé, il faut bien avouer. Mais bon, de toute façon, qu'est-ce que le monstre en a à carrer, de ce que je lui raconte ou que je lui prépare ? Ce dernier est borné à radoter son propre speech foireux à qui veut bien l'entendre.
Dans tous les cas, si la bestiole a bien été empalée de partout, comme il se doit, je n'ai alors plus qu'à savourer mon petit quart d'heure de gloire suivant. Il ne me reste donc plus qu'à jeter l'allumette tout juste fabriquée sur le barbecue improvisé... et tada !

_ Brûle dans les flammes de Death Queen Island ! Mouhahaha !

Je m'assure tout de même que les premières flammes destructrices sont bel et bien en train de consumer ce satané Heart of Darkness, et je lui tourne finalement le dos, d'un coup sec, pour que ma longue chevelure blonde danse au vent.

Qui plus est, si je ne m'abuse, il y a toujours un autre client qui patiente dans un conteneur, là-bas. Et lui aussi, il va devoir répondre de ses actes !


/hrp: vala la euh... super astuce de Tout-dur Largo, lol. Chaipas si ça va le faire... mais j'ai vu ça dans un manga une fois (ou presque ?), et ça m'a du coup donné une idée, huhu... ^^'
mais bon, comme je connais pas la suite de cette Quête, bah ptet que ça a foiré, hein. Mais j'ai pu rien en stock, façon. mr Red le retour (donc par pitié ! Si le truc a survécu, pas l'aiguillon dans mon...) Mad
avatar
PNJ Mercenaire

Date d'inscription : 05/11/2005
Nombre de messages : 176
Age : 1218

Revenir en haut Aller en bas
Sam 10 Oct - 16:39
Le bâton frappe la bestiole, rebondit, roule, entre en contact avec la flaque d’acide qui l’entoure. Et c’est la fin. L’explosion de feu et de chaleur englobe tout dans un grand bruit sourd, les arbres prennent feu et il vous faudra plus qu’un bouclier pour vous en sortir indemne vous aussi… mais lorsque tout se calme, plus un son. Plus aucun signe de Heart of Darkness, si ce n’est qu’un tas de cendre par terre, et une grande clairière vide là où se trouvait auparavant une partie de la forêt. Le conteneur est renversé et certaines des parois sont toute noires.
 

La porte s’ouvre lentement et le scientifique assommé apparaît devant vous, les cheveux en bataille, couvert d’ecchymoses et de blessures, l’air hagard et effrayé. Il croit avoir eu son compte, il a appris sa leçon, jouer avec ce genre de pouvoir n’est définitivement pas pour lui… mais trop tard pour le repentir, encore plus pour fuir à nouveau. Vous l’attrapez par le collet et vous préparez à le traîner jusqu’au village, où il passera définitivement un sale quart d’heure. Ce ne sera que le début de sa sentence pour tous les crimes qu’il a commis.


[Quête réussie et terminée! Comme il s'agissait d'une quête bronze, en plus du bonus gagné aux lancé de dés, la récompense est de 25XP et 8AP, en plus de tes posts. Félicitations et merci d'avoir participé! Tu peux faire un dernier post pour clôturer si tu veux. ^^]
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

[QUÊTE] Dead or Alive


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya :: Zone Guerre Sainte :: Asie et Océanie :: Death Queen Island :: Forêt des Damnés-