avatar
OlrikLa Voix d'Yggdrasil
La Voix d'Yggdrasil

Date d'inscription : 19/03/2011
Nombre de messages : 10111
Age : 36

Revenir en haut Aller en bas
Mer 23 Sep - 17:22

Le trajet fut rapide. En utilisant ses pouvoirs à pleine puissance, le Marina était capable d’atteindre la vitesse de la lumière. Rejoindre une ville d’Europe était donc un jeu d’enfant.

Il n’était pas revenu dans la contrée qui l’avait vu naitre depuis fort longtemps mais il s’était renseigné dessus. La France n’avait plus rien du somptueux royaume de Charlemagne et n’était plus qu’un ramassis de lâche et de vauriens, tout du moins à ses yeux. Sa première destination était Rocamadour, là où son épée était censée se trouver prisonnière de la roche. Lorsqu’il y arriva, recouvert de son Ecaille, la foule de badaud ne comprit pas ce qu’il venait faire. Il les ignora superbement et se dirigea directement vers la paroi où était planté Durandal. Ou tout du moins ce que tous prenait pour tel. Nul ne pouvait imaginer que son épée était en réalité en lui, qu’elle était la nature même de son cosmos.

L’ancien Preux s’éleva dans les airs afin d’atteindre l’arme usée par les années. L’épée semblait de bonne facture mais elle n’était qu’un leurre. Elle n’était même pas une pâle copie de celle qu’il utilisait à l’époque pour donner le change. Quel que soit la personne qui l’avait enfoncée dans cette roche, elle avait voulu faire croire qu’il s’agissait d’une épée légendaire et le peuple semblait s’être laissé berner durant tous ces siècles. Hruodland rit tandis que la foule l’observait à distance. Personne ne comprenait ce qu’il venait faire ici.

D’un revers de main, il brisa l’arme emprisonnée et entendit les murmures qui parcouraient la foule. Il se retourna vers eux en retrouvant le contact avec le sol.

- Vous n’êtes que des mécréants qui placez votre foi en un être qui ne le mérite pas. Vous mériteriez que je vous donne la mort ici et maintenant !

Des cris commencèrent à s’élever dans la foule mais le Marina n’était pas là pour des meurtres gratuits. Il cracha sur le sol son dégout et s’éclipsa dans un flash de lumière.

En un instant, il arriva à Paris, la capitale de ce pays dénué d’avenir, et il trouva le lieu encore plus corrompu que ce qu’il avait pu voir jusqu’à présent. Il s’était manifesté sur ce qu’il savait être le centre de cette ville sombre et le cœur de la croyance du Dieu Unique dans ce pays : le parvis de la cathédrale Notre Dame. La place était pleine de flâneurs ou de touristes et son arrivée en armure ne passa pas non plus inaperçu mais il ne s’en souciait nullement. Il s’avança vers l’entrée de l’édifice et il devait avouer qu’il était somptueux. Il aurait aimé que des temples de ce calibre soient érigées à la gloire de Poséidon et non pas à celle d’un Dieu qui ne savait remercier ses serviteurs que par plus de souffrances.

Il passa les portes de la Cathédrale et la splendeur continua à se dévoiler à ses yeux. Lorsqu’il fut au commencement de l’allée qui menait à la grande crois représentant le Christ, il fut pris d’un ancien réflexe et sentit son corps vouloir poser un genou au sol et son bras droit remonter vers son front pour se signer. Il refreina de justesse cette réaction et s’en voulut d’avoir été si conditionné. Un sentiment de colère l’étreignit et il sentit son cosmos augmenter de manière dangereuse et aisément repérable. * Que des éveillés viennent, ça me défoulera ! * , pensa t’il. En réaction à l’aura qui l’entourait, les touristes qui se trouvaient dans l’église commencèrent à paniquer. Certains partirent en courant, d’autres le prirent en photo. Des réactions de couards. Hruodland les ignora et s’avança dans l’allée, le regard fixé sur la croix. Lorsqu’il fut assez proche pour qu’elle le surplombe totalement, il s’arrêta et commença à parler.

- Tu vois, je suis toujours là. Tu pensais m’avoir écarté parce que j’avais échoué dans ma mission mais tu as échoué.

Tu m’as condamné à une torture sans fin, simplement parce que je n’avais pas agi comme tu l’espérais mais, un autre en a décidé autrement. J’ai passé des années à combattre en ton nom, à apporter ta parole dans le monde mais ce n’était pas encore assez pour toi. La plus petite faute ou faiblesse est punie de manière injuste avec toi. Voilà pourquoi le monde s’écarte de ta parole, tu représentes une engeance à éradiquer. Ce lieu…
Hruodland écarta les bras pour englober toute la cathédrale. … Mérite mieux que toi. Il mérite un Dieu aimant et puissant et tu n’es pas cela. Si tu l’étais, tu serais ici avec tes « enfants » afin de les protéger et les diriger. Au lieu de ça, tu te caches dans ton Paradis et tu ignores leurs prières. Tu n’es rien, tu es moins que rien ! Un jour, je serais en face de toi et je te ferais payer toutes les souffrances que j’ai endurées et tous les crimes que tu laisses impunis dans ce monde.

Aujourd’hui, je vais conquérir cette ville au nom d’un Dieu dont tu n’arriveras jamais à la cheville. Et je vais commencer par te faire disparaitre de ce lieu somptueux…


L’énergie du Marina s’accrue encore et il tendit la main vers la croix. Sa lame d’énergie découpa le bois comme s’il était du papier et le Christ représenté s’écroula dans les cris de la foule qui n’avait pas fui. Hruodland s’approcha de la sainte représentation désormais au sol et l’écrasa du talon de sa botte, déformant le métal.

- Ce n’est que le début…

Il détourna alors les talons et quitta la Cathédrale pour mener à bien la mission qu’ils s’étaient donné avec Malakoda.
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t25901-sargas
EphraemChevalier d'Or du Taureau | Modérateur
Chevalier d'Or du Taureau | Modérateur

Date d'inscription : 04/10/2013
Nombre de messages : 3747
Age : 29
Autres comptes : Asling, Amarok, Gaïus

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 24 Sep - 14:26
Ephraem était en direction du Sanctuaire, quand son portable sonna. Comme un bon conducteur, il s'arrêta sur le bas côté de la route, retira son casque et prit l'appel. À l'autre bout des ondes, se trouvait Elarius, l'ancien Saint du Sagittaire, qui avait laissé son armure à un nouveau chevalier, pour s'occuper lui même des défenses de Paris. Ce geste était respectable, même d'après ses dires actuels, il ne pouvait pas faire grand chose contre des guerriers en armures, sans avoir lui même une armure. Le Grand Pope compris donc qu'il devait faire demi tour, pour partir en direction de Paris. Pour aller plus vite, il paya un garage, pour lui garder sa moto et sa box. Il avait toute fois revêtit son armure, avant de laisser ses affaires et une grosse liasse de billet, que le garagiste accueilli de bon cœur. Avant de partir, le Taureau appela tout de même le Sanctuaire, leur demandant de faire venir un Saint, peu importe lequel, et un apprenti. Ephraem trouvait que l'occasion était parfaite, pour apprendre à un apprenti, l'art de la négociation, qu'elle soit verbale ou... plus brutale. Une fois fait, il se mit en route pour Paris, commençant une série de bond, contrôlé par sa gravité.

Il fallu peu de temps au Taureau pour arriver à Paris, et encore moins pour trouver le coupable du grabuge. C'est avec délicatesse, que le Grand Pope se posa au côté du conquérant.

- Eh bien... voilà que les Marinas viennent prendre les territoires de leurs alliés maintenant... à moins que vous vous fichiez complètement de l'alliance que nous avions formé lors de la dernière guerre Sainte.

Ephraem se plaça devant le Marina, le fixant droit dans les yeux, sans pour autant montrer d'animosité.

- Je suis DIVINATUS Ephraem, chevalier d'or du Taureau et actuel Grand Pope. Je suis venu stopper cette conquête, qui n'a pas lieu d'être. Vous êtes déjà ici en territoire allié. Vous n'avez donc pas besoin de venir brutaliser la population, pour la convaincre de vous suivre. Vous gagnerez peut être un territoire en utilisant la force, mais vous ne gagnerez pas leur confiance.

Le Pope était pressé d'entendre les arguments du Marina, pour ainsi savoir ce qu'il devrait faire de lui. Il espérait ne pas en venir à la force, pour ne pas se mettre à dos Poséidon, mais s'il n'avait pas le choix, il combattrait avec plaisir son adversaire.
avatar
OlrikLa Voix d'Yggdrasil
La Voix d'Yggdrasil

Date d'inscription : 19/03/2011
Nombre de messages : 10111
Age : 36

Revenir en haut Aller en bas
Mer 30 Sep - 10:40
HRP a écrit:
Je laisse l’action volontairement dans un endroit où il y a des civils afin de conserver un côté vivant à nos rps. Donc s’il y a conflit physique, il faudra penser à les inclure dedans ^^


Lorsque Hruodland rejoignit de nouveau l’esplanade devant la cathédrale, un homme en armure l’attendait. En regardant la cuirasse dorée, le Marina comprit rapidement qu’il avait à faire à un Saint d’Athéna.

L’ancien Preux s’approcha de l’être et écouta ses paroles. Elles étaient on ne peut plus classiques et Hruodland n’en écouta que la moitié. Ce qu’il avait retenu était le grade de son interlocuteur : Grand Pope. Voilà une chose intéressante. A sa connaissance, le Chevalier d’or des Gémeaux était le Grand Pope et il pouvait donc comprendre que la hiérarchie avait changé.

- Je n’ai que faire de la confiance des gens, soit ils plient, soit ils meurent. Voici ma logique. Quant à l’alliance dont tu parles, elle n’avait été conclue que par le biais de Gareth et il me semble comprendre qu’il n’est plus en charge du Sanctuaire donc je ne suis pas sûr que l’alliance ponctuelle soit toujours d’actualité.

Les paroles de Hruodland pouvaient être perçu comme virulentes mais elles n’étaient que dans la logique du personnage. Il venait d’un autre temps où l’honneur et la violence étaient au cœur de tout.

- Je suis Hruodland, Protecteur du Léviathan au service du Divin Poséidon et j’ai décidé que Paris serait à nous ! Je suis ici en mon nom propre, sans ordre de sa majesté l’Empereur des Mers et je te conseille de ne pas tenter de t’opposer à ma volonté !


avatar
MalakodaGénéral de Lyumnades
Général de Lyumnades

Date d'inscription : 27/11/2011
Nombre de messages : 345
Age : 40
Autres comptes : DC Minos

Revenir en haut Aller en bas
Mer 30 Sep - 14:41
Tout s'était passé très vite et pourtant tant de chemin a parcourir; le général de l'arctique s'était rendu le plus rapidement possible et sans perdre de temps il s'était mis en quête du golem qu'il ne tarda pas a découvrir suivant les instructions de son frère d'arme. Un sourire machiavélique déforma son visage tandis qu'il brandissait le talisman permettant de commander la créature qui se mit ainsi en mouvement sous les rires satisfaits du démon des eaux . Ce dernier créa avec son cosmos gelé une brume opaque rendant l'évolution des deux créatures presque invisible tandis qu'ils se rendaient dans la grande capitale Française.
Le trajet fut long : la lenteur du golem rendant ce parcours difficile et ennuyeux pour le démon des eaux qui, malgré ses facéties coutumières ne parvenait que péniblement a se maintenir en était de motivation et de forme optimale.
Puis brusquement Malakoda ressentit des ondes cosmiques émanant de guerriers puissants a quelques pas de lui: sans nul doute le Léviathan se trouvait face a un ennemi potentiel et le démon des eaux retrouva son aura habituelle tandis que le golem pénétrait de son pas lourd dans la ville.
Bientôt tous les personnages se trouvèrent en présence; le marinas arrivé en premier avait visiblement semé une panique considérable, voyant son collègue le démon des eaux lui fit un signe de la main

Désolé du retard mais cette créature qui m'accompagne est d'une lenteur terrifiante!

Brusquement il tourna son attention sur le chevalier d'or également présent et qui, comme prévu se tenait là droit et robuste drapé dans la vertu dont se parent les guerriers d'Athéna

Oh mais tu as déjà trouvé un camarade de jeu? a moins que monsieur ne vienne nous souhaiter la bienvenue?

un rire sardonique termina ce propos tandis qu'une lueur malsaine éclairait le regard sombre du démon des eaux. Celui ci se baissa quelque peu dans une révérence théâtrale

Mais je manque a mes devoirs je suis le général de l'arctique; mon nom ne sert de rien je ne le confie qu'a mes accointances étant donné que ce nom m'a été donné en enfer et consiste une malédiction a sa moindre énonciation.... mais je m'égare dans des considérations personnelles j'en suis navré

Quittant son ton sarcastique


Que voulez vous?

La question était concise mais ne connaissait il pas déjà la réponse le démon des lyumnades qui jetait des regards vers son frère d'arme guettant la réaction de ce dernier.
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t25901-sargas
EphraemChevalier d'Or du Taureau | Modérateur
Chevalier d'Or du Taureau | Modérateur

Date d'inscription : 04/10/2013
Nombre de messages : 3747
Age : 29
Autres comptes : Asling, Amarok, Gaïus

Revenir en haut Aller en bas
Sam 3 Oct - 0:10
Le Marina n'était donc pas venu sur les ordres de Poséidon. Un Marina isolé, pensant faire la loi où il voulait, sous prétexte qu'il était puissant. Ephraem n'avait pas l'intention de le laisser faire. Un ancien Saint s'était donné du mal pour pouvoir protéger la ville. Il n'était donc pas question qu'un guerrier seul, vienne faire sa loi et dominer la ville par la force.

- Effectivement, l'alliance a était temporaire, mais contrairement à vous, que je n'ai pas vu, j'étais moi même au près de Poséidon pendant cette guerre. C'est un dieu puissant et plutôt bon... si on enlève sa méthode, un poil excessive, des évènements actuels, il est un dieu exemplaire.

Le Pope n'eut pas le temps de dire plus, qu'un second individu fit son entrée. Les Marinas se trouvant maintenant en surnombre, Ephraem devrait changer de discours.

- Bien, bien... ne pas donner son nom, si tu veux, c'est ton choix... par contre, me demander ce que je veux... cette question est plutôt stupide, venant d'un groupe de Marinas, s'attaquant à une ville que nous protégeons. Si... Poséidon n'est pas au courant de votre venue, je peux m'en charger pour vous. J'irai discuter moi même avec votre seigneur, pour que vous laissiez les territoires sous protections saintes en paix.

Sans pour autant augmenter son cosmos, le Taureau augmenta la gravité autour de lui. Aucun signe n'était visible pour ce changement, puisqu'il ne subissait pas la pression qu'il avait mise. Il préférait rester prudent, garder son sang froid et rester sur ses gardes permettaient de rester en vie, et actuellement, se méfier des deux Marinas étaient surement la meilleure solution qu'il avait. Si l'un d'entre eux bougeait, la gravité augmenterait grandement, l'obligeant à se plaquer au sol ou à faire demi tour. Les Marinas chercheraient surement à avancer plus et se retrouveraient encore plus en difficulté, avec une gravité toujours plus grande. Et si vraiment, les Marinas n'avaient pas l'intention de se laisser faire, la matière noire pourrait toujours les trouer et les faire reculer. Pour le moment, le groupe n'en était pas encore là, mais vu l'attitude du premier guerrier, le choc pourrait tout de même avoir lieu.
avatar
OrionChevalier d'Argent d’Orion
Chevalier d'Argent d’Orion

Date d'inscription : 03/06/2006
Nombre de messages : 1735
Age : 29

Revenir en haut Aller en bas
Sam 3 Oct - 16:53
Son apparition ne dût choquer personne en ses lieux, du moins pas ces protagonistes aux auras démesurées. Mais, révélant sa silhouette, une stature imposante et tranquille qui se détachait dans une embouchure de la place, derrière le Pope. En sortant de sa ruelle, un coup de vent fit voler la cape du personnage, révélant l’éclat argenté de son armure. Ce personnage impressionna la foule, mais l’œil avertit de quelques élus savait peut être deviner son manque d’expérience. Peu importe, il était aussi là pour apprendre et se faire connaitre.
Il avança doucement vers le chevalier du taureau, s’arrêtant  à une certaine distance pour ne pas gêner ni contrarier son supérieur. Il posa un genou à terre en signe de respect et se présenta enfin modestement.
« Seigneur Ephraem, je suis Orion, chevalier d’argent. Je viens vous prêter main forte. »
Il ne voulait pas avouer son retard, surtout connaissant le raison qui l’avait ralenti. Non, les moyens de transports modernes l’avait un peu trop bousculé, lui qui avait vécu sur la mer la plus grande partit de sa vie.
Le peu de chose qu’il comprenait de la situation ne lui plaisait guerre. Que ce soit le fait de devoir écouter les ordres d’un or qu’il ne connaissait que très peu ou de faire face à des personnages sans grande intention pacifiste. Cette place portait de bien mauvaises prévisions. Cependant, il croyait en sa déesse et en ses camarades, quel qu’il soit. Il avait était formaté dès sa naissance à ces convictions, en quelque sorte.
Il se releva enfin, préparant son cosmos à toute éventualité.

« Vous pouvez disposez de mon corps comme de votre arme. Je tâcherais de rendre ma présence aussi pesante que possible. »


Dernière édition par Orion le Sam 17 Oct - 17:15, édité 5 fois
avatar
OlrikLa Voix d'Yggdrasil
La Voix d'Yggdrasil

Date d'inscription : 19/03/2011
Nombre de messages : 10111
Age : 36

Revenir en haut Aller en bas
Lun 12 Oct - 12:10

L’arrivée de Malakoda et du Golem ne passèrent guère inaperçu. La taille énorme de la créature suffisait à attirer les regards de tous.

- Ha oui, une telle créature est assez difficile à manœuvrer. J’en ai fait les frais il y a peu.

Hruodland affichait un sourire carnassier. Les éléments se mettaient en place et continuaient par l’arrivé d’un nouveau Saint. Il était dommage que le niveau du nouvel arrivant soit si faible, cela n’offrait guère d’amusement. Mais l’ancien Preux savait se contenter de ce qu’il parvenait à se mettre sous la dent. Il s’adressa à son compagnon Marina en respectant son choix de ne pas se nommer devant les étrangers.

- Tu vois démon, plutôt qu’un camarade de jeu, nous en aurons deux. Dommage qu'ils soient si faibles…

Il regarda un instant le chevalier d’Orion avant de revenir sur le Grand Pope et son sourire s’éteignit.

- Bienvenue ici gamin ! Tu en as de grande parole pour un cosmos si faible. Mais bon passons… Crois-moi petit Pope, tu n’as aucune envie de savoir où je me trouvais durant votre petite guè-guère contre les Spectres.
Si tu trouves ses méthodes actuelles excessives c’est que tu ne connais nullement mon souverain. Il est plus sage qu’il ne l’a jamais été, la preuve : il a laissé du temps pour qu’on lui obéisse. Si tu aimes perdre du temps en palabre inutile, tu peux tenter de déranger notre Seigneur. Je serais assez amusé de voir sa réaction face à l’intrusion d’un insecte dans ton genre. Dans tous les cas, j’offrirais Paris à Poséidon, que tu t’y opposes ou non !


Le Cosmos du Marina augmenta de manière significative. Son corps fut entouré d’une aura ocre du plus bel effet alors que son énergie commençait à fissurer le sol sous ses pieds.

- Le Golem que tu vois auprès de mon compagnon d’arme sera le nouveau totem de cette ville !


avatar
MalakodaGénéral de Lyumnades
Général de Lyumnades

Date d'inscription : 27/11/2011
Nombre de messages : 345
Age : 40
Autres comptes : DC Minos

Revenir en haut Aller en bas
Mer 14 Oct - 18:31
Selon le démon des eaux le chevalier d'or se montrait tout pareil a ses semblables et il se contenta de hausser les épaules dans un premier temps une fois le propos de ce dernier achevé, puis, adoptant sa personnalité théâtrale et parodique il fit une moue de tristesse, feignant des pleurs a peine étouffés

Question plutot stupide? Oooo non, mais pourquoi suis je aussi sot par Glaucos! O misère je ne suis pas digne d être un général des mers

Ainsi pendant quelques secondes il joua la pièce de la contrition et du chagrin puis soudain son attitude changea et en une seconde son visage redevint grave et froid

Il est plutôt stupide en effet de questionner l'attitude des chevaliers blancs érigés en princes de vertu; il est stupide de penser que ta présence soit la manifestation d'une volonté de diplomatie, de compromis, que dis je de badinerie quelconque? qui sait? ....mais tu as raison finalement c'est..... plutôt stupide!

Ce dernier mot résonna étrangement dans l'air ambiant, comme se déformant lentement tandis que des murmures, des rires féminins étouffèrent la dernière syllabe, et ce son, ces bruits résonnaient non pas véritablement alentour mais directement au plus profond des etres présents non loin du démon des eaux: le cosmos de ce dernier se manifestait ainsi; la menace sourde des enchanteresses des lacs qui tel les sirènes attirent leurs victimes par leur charme et leurs voix délicieuses....Malakoda les sommait ainsi a entrer en scène.
Le marinas aperçut alors le nouveau venu qui avait tenté de se faire remarquer en arrivant brutalement auprès du chevalier d'or. Le compagnon d'arme du démon des eaux ne manqua pas quant a lui de manifester sa satisfaction avec une harangue menaçante; disant que des nouveaux jeux se montraient a eux.
Le démon des eaux ainsi interpelé eut alors un éclat démoniaque dans son regard qui ne quittait pas les saints. Les voix vibraient et sans doute le froid de l'arctique parcourait les ames de ces derniers, le froid qui paralyse les corps et les âmes:

Oui, reprit alors Malakoda, tu as raison les lyumnades ont envie de jouer et nous voilà servit . Cette ville est désormais sous notre protectorat , peu importe ce que vous en faites ou ce que vous en pensez: l'enfer même m'a apprit a déchirer les corps et les âmes, si vous le souhaitez mes lyumnades chéries passent a table!

Et sans esquisser le moindre geste la ville de Paris se trouvait hantée, de seconde en seconde investit par les sombres augures des eaux
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t25901-sargas
EphraemChevalier d'Or du Taureau | Modérateur
Chevalier d'Or du Taureau | Modérateur

Date d'inscription : 04/10/2013
Nombre de messages : 3747
Age : 29
Autres comptes : Asling, Amarok, Gaïus

Revenir en haut Aller en bas
Mer 14 Oct - 22:51
Un chevalier d'argent arriva soudain, prouvant au moins à Ephraem, que les soldats l'acceptaient en tant que Pope. Le chevalier en question était en grand gaillard, qui paraissait beaucoup plus costaud que lui, mais don le cosmos était loin derrière. Le Taureau savait que si l'affrontement aurait lieu, il ne pourrait pas beaucoup lui être utile, même s'il pourrait occupé l'un des marinas, pendant qu'il affronterait le second. Mais avant toute chose, il devait s'arranger pour que la violence n'éclate pas.

- Merci d'être venu Chevalier Orion... si ça se passe mal pour toi, je te demanderai de partir... je n'ai pas envie de perdre un Saint aussi bêtement.

À peine avait il fini de parler, que le premier Marina intervint. Il était donc ailleurs, soi disant occupé. Cette guerre avait réuni plus de Saints que de Marinas, alors qu'elle ne regardait pas les chevaliers d'Athéna à la base. Et maintenant, on les remerciait en venant prendre un territoire leur appartenant ? C'était hors de question qu'il cède Paris à un autre dieu. Athéna était arrivé avant eux, les Saints avaient la confiance des habitants de la ville lumière. Alors pourquoi la laisseraient ils à des hommes aussi violent.

- Si ton maître veut que Paris soit moins pollué, il n'aura qu'à me faire confiance. Je me chargerai moi même des territoires sous ma protection. S'il a laissé le temps de réflexion aux autres villes, visitées avant, vous devriez en faire de même avec Paris. Sauf que la ville restera Sainte, vous y serez accueilli en ami... dans le cas contraire, si vraiment vous ne voulez pas...

Le Grand Pope n'eut pas le temps de finir, que le second Marina intervint. Pour lui, c'était la réponse du Saint qui était stupide, et non sa question. Seul une seconde de réflexion suffire à Ephraem, pour comprendre que le sens dépendait de la personne qui entendait la remarque. En revanche, se qu'il ne pouvait permettre, c'était l'attitude du soi disant démon. Il pouvait sentir la peur qu'il voulait insinuer partout autour de lui. Cette peur aurait pu fonctionner sur Ephraem, s'il n'avait pas en permanence sa propre peur, celle de perdre le contrôle de son cosmos et d'anéantir toute chose avec la matière noire.

- Vous vous pensez donc invincibles Marinas ? Pourtant, vous êtes comme nous autres Saints, que de simple pion dans les mains des dieux. Choisir un camp ne vous rends pas invulnérable, ni de corps, ni d'âme. Le choix du camp, même en sachant qu'on y sera un pion, est un idéal. Même si je suis autrefois arrivé chez les Saints, pour de mauvaise raison, maintenant je suis d'accord avec les préceptes d'Athéna. Je suis également d'accord avec les préceptes de Poséidon, qui au final, ne sont pas si loin de ceux d'Athéna, seule la méthode diffère. En revanche... je n'ai pas l'intention de vous laisser pourrir la ville que je protège... et je te parle à toi, Général de l'Arctique... si tu penses que je vais te laisser apporter ton froid lugubre et l'immiscer dans le cœur des Parisiens...

Levant et abaissant à la vitesse de la lumière son bras gauche, Ephraem créa une zone de gravité autour du démon. Le coup fut violent comme celui d'un marteau géant invisible, éclatant les dalles se trouvant dans le rayon d'action de l'attaque et ayant pour but de plaquer violemment le Marina au sol.
avatar
VargasChevalier d'argent du Corbeau
Chevalier d'argent du Corbeau

Date d'inscription : 08/06/2013
Nombre de messages : 535
Age : 28
Autres comptes : Rodin

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 15 Oct - 18:55
Ah Paris ! Une ville bien peuplée où l'animation est toujours de mise ! Les bouchons, les automobilistes en furie et les petites querelles de clocher. Et dire que j'en revenais et que nous venions d'établir un traité accusant de l'officialisation de notre protection... J'espérais avoir plus de détails sur le terrain car l'objet était flou... Je devais rejoindre d'autres saints déjà sur le terrain pour les soutenir mais je me demandais bien dans quel but.

Bah, de toute façon j'allais vite être fixé. Après avoir posé le pied dans la capitale, j'avais ressenti une certaine tension. Je suivi une piste qui me mena à un face à face plutôt intéressant. Deux marinas et deux saints se faisaient face et semblaient non loin d'en découdre à en voir leur expression.

J'apparaissais dans une nuée de corbeau à quelques mètres au lieu de me retrouver entre le marteau et l'enclume. Les croassements des corbeaux attirèrent suffisamment l'attention pour que je puisse me présenter. Je m'inclinais tel un acteur.


Vargas - "Salutations chers confrères et messieurs les Marinas."

J'observais chaque groupe l'un après l'autre avant de reprendre.

Vargas - "Hé bien, que d'animation à Paris ! Je me présente, Vargas, silver saint du corbeau pour votre plus grand plaisir."

J'affichais un sourire narquois, me tournais vers les saints et m'inclinais face aux chevaliers d'or et d'argent.

Vargas - "Gold saint du Taureau, c'est un honneur de pouvoir vous rencontrer. Chevalier d'Orion, cela fait plaisir de retrouver un saint de son rang. L'un de vous pourrait m'expliquer ce qu'il se trame ici ? Cela ne fait que quelques semaines que j'ai quitté Paris et je ne m'attendais pas à y retourner si tôt."

J'observais du coin de l’œil les deux envoyés de Poséidon et me méfiais d'eux. La situation étant apparemment très tendue, je décidais de m'abstenir de faire des commentaires. De plus, ces deux là ne semblaient pas du genre à pouvoir apprécier une plaisanterie... Je prenais un peu de recul et me rapprochais de mes frères d'armes pour garder une vue globale sur les éveillés de l'autre camp. Après tout, en l'absence d'information, il valait mieux rester sur ses gardes et se montrer méfiant. D'autant que je n'avais aucune idée de ce qu'ils s'étaient dits entre éveillés. Était-ce une simple dispute ou bien retournait-il d'un sujet bien plus grave ? J'attendais d'être fixé et restais en alerte au cas où cela tournait mal sans crier gare.
avatar
OrionChevalier d'Argent d’Orion
Chevalier d'Argent d’Orion

Date d'inscription : 03/06/2006
Nombre de messages : 1735
Age : 29

Revenir en haut Aller en bas
Sam 17 Oct - 17:39
Un pion. Il est vrai que ce sentiment le hantait un peu, sur cet échiquier en particulier. Cependant, se faire traiter de "gamin" n’est jamais vraiment une chose facile à digérer. Surtout pour un géant comme Orion. Pourtant, il ne sut trop dissimuler un sourire niais et crispé en constatant l’indifférence de ces possibles adversaires à son égard.
Le jeune saint ignorait qui il avait en face de lui et leurs intentions exacts, et aucun d’eux ne daigna les exposer à lui. De l’orgueil et de la folie, c’est tout ce qu’il perçu chez ces chevaliers. Leurs puissances leur donnaient raison, mais le Pope, désireux de garder la paix à Paris, avait de quoi leur répondre.
Les dieux jouaient aux conquêtes en ces basses terres, et les chevaliers étaient là pour répondre à ces demandes. La paix, l’asservissement, la protection, des arguments qui résonnaient futilement aux oreilles d’Orion à ce moment. La camaraderie le motivait d’avantage.
L’atmosphère s’envenimait de seconde en seconde sous le regard du golem et des ombres grandissantes. Ephraem mis en garde son camarade, inquiet de le perdre aussi rapidement qu’ils avaient eu le temps de se connaitre. C’était mal connaitre l’homme et attiser un peu plus son ego.
 
« Merci de vous souciez de moi, Monsieur, mais même si mon cosmos est encore jeune, mon corps est d’acier. La vie a encore bien des promesses à mon intention. »
 
Son visage maintenant plus sérieux, Orion n’avait nullement l’intention de mourir ici, pas plus que de fuir sans être allé jusqu’au bout. Par ces mots, il voulut simplement rassurer son confrère sans tomber dans l’excès de confiance.
 
Quelques instants plus tard, un troisième chevalier d’Athena arriva sur les lieux. Vargas, chevalier du corbeau. Un camarade qu’Orion connaissait encore peu. Ils auraient surement tout le temps d’apprendre à se connaitre à l’avenir. Ceci dit, l’instant était mal choisit. Le géant avait eu du mal à lier toutes les informations qu’il avait, mais un détail ne lui avait pas échappé pour pouvoir répondre à son camarade :
 
« Heureux de profiter de votre présence, chevalier Corbeau.
Poséidon semble désirer ces terres. Il nous pense sans doute trop incapable pour en prendre soin. Je ne sais pas si c’est un test ou quelque chose de plus … malsain … qui se trame … »
 

Ponctua-t-il d’un regard en coin vers leurs vis-à-vis. A trois contre deux, la balance se pencha un peu plus de leur côté, mais à quel point ?
avatar
OlrikLa Voix d'Yggdrasil
La Voix d'Yggdrasil

Date d'inscription : 19/03/2011
Nombre de messages : 10111
Age : 36

Revenir en haut Aller en bas
Mar 20 Oct - 15:01

Le second Marina se montrait aussi agressif que le premier, Hruodland était satisfait de cela mais le Grand Pope semblait ressentir l’inverse. En réponse à la libération des créatures étranges de Malakoda, Ephraem attaque à la vitesse de la lumière. L’ancien preux aurait pu intervenir pour protéger son compagnon mais il ne l’avait pas jugé utile. Si une telle attaque était suffisante à le terrasser, c’était qu’il ne méritait pas son titre.

Le Leviathan laissa donc les deux protagonistes faire mumuse et reporta son attention sur le chevalier d’argent à peu près au même moment où un second guerrier de basse classe apparut. Hruodland sourit : le repas était-il servi ?

- Bienvenue à notre petite fête Corbeau ! Si tu veux savoir ce qu’il se passe, c’est simple : je trouve que vous êtes de trop ici et je veux vous chasser de Paris. Tu y vois une objection ?

Comme pour ponctuer sa phrase, l’ancien preux laissa son cosmos augmenté plus que de raison. L’énergie qu’il déployait était empreinte d’embrun marin qui donnait à l’atmosphère une humidité certaine.

- Votre… Grand Pope… Hruodland dit ses mots comme s’ils lui donnaient envie de vomir. Va être occupé avec mon ami ici présent. Je ne saurais que trop vous conseiller de ne pas tenter de vous opposer à moi ! Bien sûr, si vous voulez rejoindre vos prédécesseurs plus vite que prévu, je peux vous arranger ça…

L’énergie du Marina n’avait pas cessé d’augmenter et atteignait maintenant un niveau qui menaçait la structure même du sol qui le soutenait.



avatar
MalakodaGénéral de Lyumnades
Général de Lyumnades

Date d'inscription : 27/11/2011
Nombre de messages : 345
Age : 40
Autres comptes : DC Minos

Revenir en haut Aller en bas
Mar 27 Oct - 20:45
Malakoda fut surpris par cette attaque puissante qui l'écrasa au sol pendant quelques instants. Soudain cependant un bruit de tonnerre se détacha de tous les autres bruits, le ciel devint noir, un encrier céleste s'étendit lentement au dessus des personnes présentes, le tonnerre gronda de nouveau. Puis le démon des eaux commença a bouger, faisant manœuvrer ses mains, sa nuque pour se relever finalement lentement. En dernier c'est son visage qui se releva pour laisser apparaitre des yeux d'un bleu incandescent: la colère s'emparait du démon des eaux

Bien, ainsi le gardien de la vertu a décidé de porter le premier coup.... je t'attends pour la suite bovidé d'or, je te préviens cependant que faisant cela tu te prépares a un cauchemar sans fin; quand bien meme parviendrais tu a me vaincre, ton esprit sera déchiré a jamais en t'opposant a moi

Malakoda avait perdu de ses grimaces et de son coté théâtrale, il était a présent prêt a en découdre et il ne céderait pas un pouce de terrain a son puissant adversaire. D'un coup d’œil rapide il souhaite bon courage a son compagnon, persuadé que celui ci parviendrait sans mal a se défaire de l'adversité.
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t25901-sargas
EphraemChevalier d'Or du Taureau | Modérateur
Chevalier d'Or du Taureau | Modérateur

Date d'inscription : 04/10/2013
Nombre de messages : 3747
Age : 29
Autres comptes : Asling, Amarok, Gaïus

Revenir en haut Aller en bas
Mer 28 Oct - 17:07
Pour ne pas gêner le rp, suite du combat avec Malakoda ici: http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t28113-combat-malakoda-vs-ephraem-full-rp#1043574
avatar
VargasChevalier d'argent du Corbeau
Chevalier d'argent du Corbeau

Date d'inscription : 08/06/2013
Nombre de messages : 535
Age : 28
Autres comptes : Rodin

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 29 Oct - 13:20
La réponse d'un des marinas fut des plus directes, il comptait donc nous chasser de Paris et s'emparer de cette ville par la force, quelle géniale idée, l'avis du peuple serait alors encore plus en notre faveur... Je sentais qu'il possédait un cosmos bien plus puissant que le mien mais cela ne m'empêchait pas de songer à une réponse logique tandis qu'il nous menaçait ouvertement. Je ne pouvais m'empêcher d'éclater de rire à sa déclaration. Je plaçais ma main devant mon visage en riant.

Vargas - "Décidément, je ne regrette pas d'avoir rejoint un camp d'éveillés ! Vous êtes encore plus amusant que les humains !"

Je me calmais un peu et regardais droit dans les yeux le général marina.

Vargas - "Je suppose que si vous pensez que nous sommes de trop, cela n'est donc pas forcément l'avis du dieu que vous servez. Mais j'aimerai comprendre. Si deux généraux du plus haut rang qui soit au service de Poséidon sont ici, qui protège sa demeure ?"

Je me remettais alors à ricaner et ajoutais.

Vargas - "En outre, si jamais il s'avérait que votre seigneur apprenait la violation de notre accord que vous avez commise ou que vous avez subi une attaque pendant que vous vous amusiez à massacrer des saints de basse classe sans grand intérêts, comment pensez-vous qu'il réagirait ?"

Je riais à nouveau en affichant un sourire narquois tout en veillant à garder mes distances.

Vargas - "Oh je tiens à mes plumes et j'avoue que l'idée de croiser le fer avec vous ne m'attire vraiment pas. Cependant, je dois avouer que j'ai du mal à vous comprendre. Seriez-vous en train de faire passer vos intérêts personnels avant celui de votre camp ? A moins que finalement vous ne craignez aucun dieu, pas même celui que vous servez, au point de commettre des actes pouvant sur le long terme défier sa volonté. Si tel est le cas, je suis impressionné."

Après cette petite réflexion à voix haute, je restais sur mes gardes et espérais qu'il réfléchirait et songerait peut-être à rejoindre son poste au lieu de nous défier car nous n'étions probablement pas la seule épine qui pouvait se dresser sur le chemin de leur dieu des flots. Je pensais d'ailleurs que son acte était soit une preuve d'un courage et d'une confiance en soi hors norme soit d'une bêtise affligeante. Quel dommage que cet homme soit si fermé à la discussion de prime abord.
avatar
OrionChevalier d'Argent d’Orion
Chevalier d'Argent d’Orion

Date d'inscription : 03/06/2006
Nombre de messages : 1735
Age : 29

Revenir en haut Aller en bas
Sam 31 Oct - 13:59

Les choses s'envenimèrent encore un peu plus. Un poison de haine qui progressait doucement dans les veines de chacun. La fièvre des combats qui échauffait chaque protagoniste. Le grand Pope déclenchant le premier les hostilités, agressant le démon des mers d'une impressionnante façon avant de l'emporter sur les toits. Séparant la scène en deux.
Face à Vargas et Orion ne se dressait plus que le second marinas. Un chevalier des mers qui n'hésita pas à imposer sa supériorité, dans ses paroles, ses gestes et l'agitation qui animait son cosmos. Un instant, le chevalier d'argent fut impressioné par la puissance que ce guerrier dégageait, mais il regagna sa composition rapidement. Le géant ne se souvenait pas avoir mené un combat dans lequel il avait l'avantage. De plus, à ses côtés, le chevalier du corbeau exhibait une confiance à toutes épreuves.


"Je n'ai pas vraiment le sentiment de m'opposer à vous aujourd'hui, mais plutôt celui de me faire agresser."

Il avança d'un pas affirmé, ancrant fermement ses pieds au sol. Il concentra d'avatange son énergie, prêt  à répondre aux actions de son vis-à-vis. Il n'était peut être pas le plus remarquable dans cette arène, mais il n'était pas seul non plus. Il croyait en sa cause, il avait confiance en son partenaire.

"Nous sommes ici en qualité de gardien. Nous protégerons ces terres quoiqu'il en coûte. Cependant, mes prédécesseurs peuvent encore attendre, ils savent que j'ai la peau dur"

Le sérénité le regagner, devant la promesse de ses premiers faits d'arme pour Athena, Orion sentait sur ses épaules les mains sûres de son maitre et de son ancêtre de légende.
avatar
OlrikLa Voix d'Yggdrasil
La Voix d'Yggdrasil

Date d'inscription : 19/03/2011
Nombre de messages : 10111
Age : 36

Revenir en haut Aller en bas
Ven 6 Nov - 14:51

L’affrontement entre Malakoda et le Gand Pope avait commencé et le Chevalier d’or semblait mener la vie dure au Marina. De son côté, Hruodland s’amusait en écoutant les paroles que les deux Saints restants lui adressaient.

- Effectivement Corbeau, je ne crains personne. Ni homme, ni Dieu. Et même si j’ai un profond respect pour le Seigneur Poséidon, je n’ai pas de peur à éprouver à son encontre. Quant à nos terres, leurs protections aient largement assuré par les Marinas qui s’y trouvent, tu n’as donc pas à t’en inquiéter.

Le Leviathan n’avait pas baissé le niveau de son cosmos et était prêt à passer à l’attaque immédiatement. Il en avait assez de perdre du temps en bavardage inutile contre des êtres faibles alors qu’il était là pour conquérir ce pays.

- Vous n’avez rien à garder ici, Saints. Ma volonté est de posséder ce territoire et de l’offrir à Poséidon, vous y opposer signifie que vous êtes prêt à mourir. Votre courage est noble mais bien inutile ici. Je vous laisse une dernière chance de montrer que vous savez utiliser votre cerveau et de quitter ce lieu. Après, je vous conseillerais de prier votre Déesse pour la paix de vos âmes !

Le corps de Hruodland se mit à briller intensément. Derrière lui, la forme de la créature dont il portait l’armure sembla se matérialiser à mesure que son énergie se densifiait. Nul retour arrière ne serait possible, l’affrontement devenait inévitable.



HRP a écrit:
Si vous persistez, je vous défis tout les deux en combat stat !


Dernière édition par Hruodland le Ven 13 Nov - 20:59, édité 1 fois
avatar
VargasChevalier d'argent du Corbeau
Chevalier d'argent du Corbeau

Date d'inscription : 08/06/2013
Nombre de messages : 535
Age : 28
Autres comptes : Rodin

Revenir en haut Aller en bas
Mar 10 Nov - 20:46
La réponse du général Marina fut des plus explicites. Le combat entre l'autre marina et le chevalier d'or du Taureau avait commencé et nous nous retrouvions face au deuxième émissaire de Poséidon qui se permettait de faire de l'excès de zèle.

J'avais éclaté de rire pendant quelques instants à sa réponse. Moi? M'inquiéter de leur territoire? Sûrement pas, c'était surtout une façon détournée d'essayer de le pousser à reprendre son poste de gardien et à réfléchir aux conséquences de ses actes. J'avais estimé la puissance de son cosmos agressif et étais conscient qu'il me surclassait...

Sa deuxième réplique mit fin aux négociations. Moi qui espérais échapper à une confrontation, je me retrouvais à deux doigts de risquer ma vie pour un territoire pour lequel je m'étais donné du mal à officialiser sa protection. La réponse du saint d'Orion était claire, il allait se battre s'il le fallait aussi puissant soit son adversaire. La mise en garde du marina était lourde de sens.

J'avais bien envie de partir et de prendre le temps de gagner en puissance pour récupérer par la suite ce territoire mais les paroles d'Orion me poussaient à opter pour l'autre option. J'avais officialiser un traité avec Paris lui garantissant sa protection par nos soins. Nous sommes donc les gardiens de cette ville et faire preuve de lâcheté devant l'adversité ne nous permettrait plus de rallier ce territoire. La puissance du général dont j'ignorais le nom ne cessait de croitre et je pouvais presque percevoir l'animal totem de son écaille.

La confrontation devenait inévitable au fur et à mesure que les secondes s’égrainaient. Je plaçais ma main devant mon visage et ricanais.


Vargas - "Décidément, reprendre le flambeau était vraiment de la folie. Il faut être complètement fou ou idiot pour oser se dresser face à un tel monstre! Fu fu fu fu!"

Je regardais le ciel un court instant en pensant à voix haute.

Vargas - "Je sais comment tu aurais réagi... Toi, tu n'aurais pas hésité un seul instant, n'est-ce pas mon frère? Fu fu fu fu! Et dire que nous sommes jumeaux..."

Je me rapprochais d'Orion et lui donnais une tape dans le dos avant de lui chuchoter.

Vargas - "Je déteste vraiment ne pas avoir le choix mais sur ce coup-ci je te suis."

Je me plaçais légèrement en retrait à côté de l'autre silver saint et me tenais prêt à défendre ce territoire difficilement conquis.
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t25901-sargas
EphraemChevalier d'Or du Taureau | Modérateur
Chevalier d'Or du Taureau | Modérateur

Date d'inscription : 04/10/2013
Nombre de messages : 3747
Age : 29
Autres comptes : Asling, Amarok, Gaïus

Revenir en haut Aller en bas
Dim 29 Nov - 14:50
L'attaque du Taureau n'avait pas atteint le général de l'océan, mais Ephraem le savait pourtant, son adversaire était vaincu. Une sensation étrange avait flotté dans l'air, avant de disparaître, sans pour autant inquiéter le chevalier. S'avançant lentement vers le cadavre, les marques noires se dissipant petit à petit, la prise de conscience arrivait. Jusqu'à maintenant, le Grand Pope n'avait pas eu de problème, ôter une vie ne l'avait pas dérangé plus que ça, mais il ne s'agissait que de créatures, pas d'être humain. Il avait beau se dire que le général était un démon, son apparence était plus humaine que toutes les créatures rencontrées jusqu'alors. Pourquoi ce vide intérieur tout d'un coup ? Le chevalier d'or ne le savait pas et avait l'intention de faire disparaître ce vide au plus vite.

En bas, là où avait été le Saint avant son combat, se trouvait toujours le second Marina et les deux chevaliers d'argents. Le trio avait débuté un combat directement dans les rues de Paris. Pour ne pas les interrompre, Ephraem ne descendit pas de suite. Une fois devant le corps inerte de celui qui fut son adversaire, le Taureau l'attrapa par le bras et le lança dans les airs. Avant même qu'il ne monte trop haut, le corps disparu dans un trou noir qui s'ouvrit juste le temps que le que le projectile s'efface de ce monde.

- Je ne sais pas où ton corps va arriver, s'il arrive un jour quelque part... seul ton armure trouvera un passage pour recouvrir ton successeur.

Tournant les talons et sautant d'un bond en bas de ce qu'il restait de l'immeuble, il rajouta:

- Requiscat in pace.

Regardant le combat de loin, le Grand Pope visualisé à la fois le potentiel de l'ennemi et celui de ses hommes. Même avec sa puissance, il ne pourrait vaincre le général aussi facilement, il devrait donc profiter du bon moment, pour s'attaquer à lui, mais en évitant de le tuer cette fois ci. Un Marina était déjà mort et s'était déjà beaucoup trop. Ephraem se rappelait encore de la brève alliance entre les Marinas et les Saints, et n'avait pas envie de perdre un allié comme Poséidon.

Le Grand Pope n'aimait pas les méthodes employées par Poséidon, mais il était d'accord avec le principe, les hommes étaient destructeurs, se condamnant eux même à l'extinction. C'était sur ce principe que le gardien du second temple avait prit sa décision, la sienne propre en tant que Grand Pope. Une dictature ? Certain pourrait le penser, mais il n'est rien, Poséidon était un allié de choix, s'il arrivait à ses fins avec son plan, il deviendrait encore plus puissant. Peut être le dieu avait-il même de plus grand espoir, comme celui de détrôner son frère, pour gouverner l'Olympe. Si tel était le cas, Ephraem le suivrait pour le soutenir. Le Saint connaissait les histoires sur Zeus, et si l'Homme était comme il était aujourd'hui, c'est parce que le souverain des dieux n'avait pas bougé. L'Olympe avait besoin d'un gérant moins souple sur les affaires des Hommes, un souverain qui stopperait la barbarie humaine avant qu'elle n'aille trop loin. Si Poséidon réussissait son plan actuel, il se montrerait digne de gouverner et alors, peut être que l'humanité arrêterait de tomber en ruine. Et si vraiment il voulait prendre la place de Zeus, pourquoi sa nièce, avec qui il s'était si souvent disputé, ne pourrait pas l'aider ?
avatar
OlrikLa Voix d'Yggdrasil
La Voix d'Yggdrasil

Date d'inscription : 19/03/2011
Nombre de messages : 10111
Age : 36

Revenir en haut Aller en bas
Lun 18 Jan - 13:40

Le Léviathan s’écarte de sa dernière victime et s’avançait déjà en direction du dernier Saint présent à Paris. Hruodland n’avait que faire de venger Malakoda, il n’était pas particulièrement lié à ses compagnons Marinas. Non, tous ce qui l’intéressait était de réduire à néant l’opposition qu’il recevait ici.

Alors qu’il allait apostropher le Grand Pope, un nouveau cosmos se fit ressentir. Arrivant en courant, un garde Marina se dirigeait vers lui. L’être ne possédait qu’une faible puissante, même pas assez imposante pour parvenir à battre l’un des Chevaliers d’Argent toujours étendu. Aucune chance pour que cela soit des renforts, surtout que personne ne savait que les deux Protecteurs étaient venus en France.

– Seigneur Hruodland !

Le garde posa un genou au sol devant le Léviathan, en signe de respect.

– Le Protecteur du Kraken demande votre retour au plus vite à New Atlantis. Des évènements de premières importances sont survenus au Japon, tous les Marinas sont appelés à se réunir.

Une bouffée de colère monta en Hruodland. Qui était ce Kraken qui se permettait de lui envoyer des ordres ? Il était Hruodland ! Nul autre être qu’un Dieu ne pouvait le soumettre ! Le pauvre message serait celui qui supporterait sa colère.

- Je ne reçois d’ordre que de Poséidon en personne ! Le Kraken n’est rien devant moi.

Dans un geste vif, l’ancien Preux attrapa le message par le col de sa tunique et le souleva de terre. Rapidement, le visage du pauvre homme vira au rouge.

– Pitié… Je ne suis qu’un messager…

La pitié était un mot inconnu au Protecteur mais il relâcha quand même sa victime.

- Pourquoi le Kraken donne-t-il les ordres ?

Le message toussa un moment avant de répondre.

– Le Seigneur Poséidon l’a mis aux commandes de notre armée. Il n’est pas rentré de Tokyo depuis son affrontement avec les Nyorais.

Poséidon ? Porté disparu ? Si c’était une mauvaise blague du Kraken, les choses iraient mal. Mais le messager avait raison : il lui fallait rentrer au plus vite ! Il se concentra un instant sur la statuette sous son armure et le golem se mit en mouvement. Ses ordres étaient simples : rejoindre une étendue d’eau et attendre. Peu importait à Hruodland le carnage que la créature ferait pour traverser la ville.

Le Marina reporta son attention sur le message apeuré à ses pieds et regarda de nouveau le Chevalier d’Or du Taureau. Il aurait aimé l’inscrire à son tableau de chasse aussi mais ce serait pour plus tard.

- Tu as de la chance Pope, j’ai mieux à faire ailleurs. Tu peux garder ta ville minable pour le moment.

Il jeta un œil au deux autres Saints gisants sur le sol.

- Tu as éliminé l’un des notre, tandis que moi j’en ai éliminé deux…

Avec un mouvement si rapide que le malheureux message ne put même pas esquisser un geste de défense, sa tête roula sur le sol.

- Comme ça nous sommes quitte.

Un rictus mauvais étirait les lèvres du Léviathan alors qu’il commençait à prendre la direction de la sortie de la ville.

- Ce n’est que partie remise Taureau.

En un éclair, avec juste une hausse de son cosmos, l’ancien Preux disparu de la place…

avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t25901-sargas
EphraemChevalier d'Or du Taureau | Modérateur
Chevalier d'Or du Taureau | Modérateur

Date d'inscription : 04/10/2013
Nombre de messages : 3747
Age : 29
Autres comptes : Asling, Amarok, Gaïus

Revenir en haut Aller en bas
Lun 18 Jan - 15:51
Les deux chevaliers d'argent finirent par mordre la poussière. Ephraem posa un regard triste sur leurs corps, les guerriers n'étant pas mort, mais seulement inconscient. Le Grand Pope ne pouvait qu'applaudir le courage qu'avaient eu les deux hommes, pendant que lui même avait menait un combat dans lequel il ne trouvait aucune gloire. Il se sentait même honteux des pensées qu'il avait juste plus tôt, se demandant si la puissance de Poséidon, qu'il avait vu de ses yeux, ne l'avait pas fait penser ainsi, pour protéger ses hommes. La réponse à sa question silencieuse était simple et il l'a donnerait aux chevaliers d'argent avant de partir. De partir où... il le savait déjà, mais ne le divulguerait pas. Le Saint avait besoin de se retrouver seul, de retrouver ses marques, de retourner à ses sources les profondes.

Le Marina s'approchait maintenant de lui, fière d'avoir vaincu deux chevaliers qui n'avaient même pas un tier de sa puissance. Ephraem le comprenait lui même, il n'aurait pas fait le poids face à lui, s'il n'avait pas était ralenti par Orion et Vargas. Mais avec cet événement, le Marina était blessé, suffisamment pour réduire l'écart entre les deux combattants. Si jamais le combat devait éclater de nouveau, la ville risquerait de prendre beaucoup plus de dégâts qu'aux précédents combats. Alors que le Taureau était prêt à en découdre, une nouvelle énergie arriva, se dirigeant vers le général de Poséidon. Un messager du dieu des océans vint pour délivrer son message, un message fort intéressant, qu'Ephraem enregistra. Si les Marinas n'avaient plus Poséidon parmi eux, ils devenaient une proie plus facile. Le chevalier d'or s'abaisserait-il à attaquer un camp diminué ? Non, jamais il ne ferait ça, il avait beaucoup trop de respect pour les vrais combattants, donc jamais il n'attaquerait les plus faibles. En revanche, il savait que certain n'hésiterait pas s'ils avaient l'information, raison de plus pour la garder pour soi, du moins pour son camp.

D'après ce qu'il pouvait voir, le Léviathan n'aimait pas les ordres, pas étonnant qu'il n'ait pas voulu quitter Paris. Jamais il n'aurait bougé, pour ne pas faire croire à l'adversaire qu'il capitulait ou qu'il obéissait. La colère était grande en lui, et largement audible dans ses paroles. Si Ephraem entendait bien, le Kraken était toujours de la partie. La dernière fois que le Saint l'avait vu, s'était à l'entrée des Enfers, en train de créer un pont de glace. Ensuite, le Taureau était parti en tête du groupe, espérant faire le ménage dans un camp déjà dévasté. Par colère, le Marina obéit à la convocation et laissa la garde de Paris aux Saints, non sans un effet théâtrale. En effet, le guerrier se ventant d'avoir battu deux chevaliers, contre seulement un Marina, trouva l'idée géniale de tuer le messager, pour donner un effet d'équilibre. S'il avait voulu créer un véritable équilibre pour Ephraem, il se trompait. Le Taureau regarda le Léviathan avec plus de haine encore, trouvant cela anormal que de tuer un membre de son camp, un membre qu'il aurait du protéger et non exécuter.

Comme il était venu, le golem plongea alors dans la Seine, cherchant le chemin vers les profondeurs. Quant au guerrier, il disparut en un clignement d'œil, prenant surement la direction de l'Atlantis. Laissant les forces de l'ordre, reprendre le contrôle sur la foule, le Grand Pope se dirigea vers les deux Saints, vérifiant qu'il n'était pas en état trop critique. Voyant qu'ils devraient tenir le voyage, le Taureau se propulsa alors dans les airs, cherchant à réduire l'impact de la gravité sur les deux chevaliers. Pour ne pas déranger tous le Sanctuaire, le jeune homme choisi de se diriger directement dans la salle qui devait lui servir de temple. Il y déposa ensuite les deux Saints d'argent, demanda qu'on aille lui chercher quelqu'un pouvant soigner les blessures et se releva. L'un des deux chevalier, Vargas, n'était pas tout à fait inconscient. Ephraem savait qu'il pourrait l'entendre, le comprendre. Il se servirait donc de lui, pour délivrer ses dernières instructions.

- Vargas... écoute moi bien... Poséidon a disparu lors de son dernier combat, tu dois prévenir les autres chevaliers d'Athéna, pour qu'ils connaissent la situation au plus vite. Nous aurons également besoin d'un nouveau leader, pas d'un simple remplaçant comme moi. Je ne suis pas apte à prendre les décisions qui s'imposent, je suis beaucoup trop faible pour ça. Je te confie cette cape, elle a les couleurs du Grand Pope. Tu as aussi, sur le siège derrière, tous les attributs qui vont avec cette tâche. Écoute moi bien, tu as vu la puissance des Marinas sans dieu, tu sais que nos forces ne feraient pas le poids face à eux. Tu as comprit rapidement, j'en suis sur, la situation dans laquelle nous étions. Alors je te confie la place de Grand Pope, non pas pour que tu l'occupes, sauf si tel est ton choix, mais pour que tu trouves le meilleur représentant possible.

Après ses paroles, le Taureau s'éloigna du duo de Saint, pour se diriger vers son temple. Il avait un nouvel objectif pour le moment, qu'il devrait remplir seul.
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

[Op. Es - Conquête] - Tout à une fin...

 Sujets similaires

-
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» Dingbats...
» Le plus féroce de tout les chiens... Mouk!
» La Chasse, tout un art ... [ Braise ]
» Amis, envers et contre tout [ PV ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya :: Zone Guerre Sainte :: Europe :: Paris-