avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t25901-sargas
Ephraem

Date d'inscription : 04/10/2013
Nombre de messages : 4210
Age : 30
Autres comptes : Asling, Kaorn, Rinkah

Revenir en haut Aller en bas
Mer 28 Oct - 17:04
Pendant un instant, le Marina ne bougea pas, pendant que son collègue se réjouissait de la situation. Le premier n'intervint pas pour autant, laissant le Grand Pope en duel avec le démon. De démon, Ephraem n'en voyait rien, du moins au début. Quand le Marina commença à se relever, brisant lentement la gravité qui l'entourait, le Taureau voulu bien croire qu'il s'agissait bien d'un démon. Qui aurait pu se relever ainsi, même de façon aussi faible. Ephraem en était pourtant sur, à chaque effort que faisait le général pour se relever, un craquement dans l'air se faisait entendre. Il était normalement impossible de briser la gravité, mais l'impossible n'existe pas quant on était un éveillé. Une fois debout, les Lyumnades interpella directement le Taureau.

* Bovidé d'or ? J'ai connu pire comme insulte, pensa le chevalier. Il aurait pu trouver mieux quand même... je sais pas moi... la vache qui rit, par exemple. *

Même si le Saint avait la preuve que son adversaire était un démon, il n'en démordrait pas pour autant. Pouvoir affronter un démon était encore mieux qu'un simple éveillé. Alors que son adversaire avait visiblement perdu de son aplomb, Ephraem lui, eut un sourire carnassier.

- Me faire devenir fou ? Bon courage à toi démon, je ne me suis pas blindé mentalement toutes ces années pour que tu fasses tout voler...

Le Taureau se rappela ses jeunes années, quant il était encore apprenti. Il avait failli détruire l'arène de la Palestre, parce qu'il n'avait pu contrôler sa colère. Il savait ses émotions ses pires ennemies et devait les combattre seul, en silence, pour protéger tous ceux qui l'entouraient. Regardant son adversaire droit dans les yeux, il sprinta soudain dans sa direction, profitant qu'il se remette encore du précédant coup. Il attrapa le Marina au niveau du col, et d'un bond, l'emporta avec lui dans une zone plus sûre et dégagée, que son les toits de Paris.

- Désolé de t'imposer ça, mais on sera tranquille ici. Aucun Parisien ne viendra sur les toits... et avec le remue ménage en bas, les habitations doivent être entièrement vide. Du moins s'ils ne sont pas bêtes et que l'équipe de surveillance a bien fait son boulot. Maintenant, si tu permets, je vais devoir t'éliminer.

Concentrant la matière noire dans sa main droite, il lança en direction de son adversaire, des milliers d'aiguilles de matière noire, qui ferait perdre lentement le sang du Marina, s'il se faisait toucher.

- Fluctus Obscura !
avatar
Malakoda

Date d'inscription : 27/11/2011
Nombre de messages : 345
Age : 41
Autres comptes : DC Minos

Revenir en haut Aller en bas
Ven 30 Oct - 16:36
Vacillant, titubant, le démon des eaux venait d'encaisser cette étrange attaque sans broncher a priori, cependant les dégâts étaient réels et il lui fallait réagir sans délai aussi se concentra t il sur son adversaire mais sans pour autant montrer une agressivité ou une rancune exacerbée. Brusquement un nouveau coup de tonnerre déchire le ciel. A cet instant le démon des eaux fait apparaitre ses amis Lyumnades qui se mettent a effectuer une sorte de danse autour de son adversaire, le ciel est sombre et chargé d'une odeur étrange tandis que Malakoda déploie son cosmos. C'est a peine si on peut entendre murmurer

Torpora

Tandis que les voix des enchanteresses des eaux se faisaient entendre dorénavant dans un chant envoutant donnant une sarrabande particulière devant les yeux du chevalier du taureau. Une lueur scintilla dans les yeux du démon

Tu te sens engourdi peut etre? C'est normal, mais rassures toi tu vas te réveiller très vite!

Soudain une averse se mit a tomber sur l'adversaire de Malakoda sans crier gare; une pluie d'apparence drue et forte. Le démon des eaux, dans son style théâtrale et loufoque particulier, un parapluie déchiré en main se mit alors a danser et a chanter

I m singing in the rain; just singing in the rain
What a miserable day I am happy again
I scatter his brain

'cause I m singing, singing in ....the rain of pain!

Le démon des eaux savait que cette pluie particulière qu'il venait de déclencher aurait sans aucun doute un effet dévastateur sur l'esprit de son adversaire quelque soit la défense qu'il utilise le cas échéant: la pluie était la matérialisation des pires cauchemars des pires phobies de l'adversaire qui se dressait devant le démon des eaux, seul le taureau savait ce qui lui tombait dessus, ce qu'il devait endurer mais Malakoda se délectait a l'idée d'affaiblir ainsi considérablement un ennemi aussi puissant
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t25901-sargas
Ephraem

Date d'inscription : 04/10/2013
Nombre de messages : 4210
Age : 30
Autres comptes : Asling, Kaorn, Rinkah

Revenir en haut Aller en bas
Ven 30 Oct - 18:12
L'attaque avait touché le démon sans problème. L'attaque était faible, extrêmement faible, mais elle n'avait pas pour but de terrasser l'adversaire, juste l'affaiblir un peu. Malgré la petite hémorragie que le général avait, il répliqua aussitôt. Une vision étrange se format devant Ephraem, celle d'étranges créatures, qu'il n'avait encore jamais vu. Avec les créatures, le tonnerre résonna, suivit de près par une pluie venue de nul par. Comprenant que cette pluie venait d'une attaque de son adversaire, le Taureau se prépara à se défendre, mais rien ne se produisit.

Ephraem était debout devant le Marina, son corps refusant de bouger. Les créatures continuaient leur danse autour de lui, pendant que le général s'amusait sous cette pluie. Le Grand Pope n'entendait déjà plus les paroles de son opposant, son cerveau se déconnectant de la réalité.

Quant le Taureau pu bouger, il regarda ses mains, se sentant bizarre. Il avait une sensation étrange et familière. Devant lui, plus aucun ennemi, seul une jeune femme, qu'il ne connaissait que trop bien. En tendant le bras vers l'ancienne porteuse de l'armure du Scorpion, celle qu'il avait aimé plus que tout, Ephraem senti son corps défaillir. La jeune femme lui tournait le dos, ne se retournant pas, même aux appels du chevalier. La tristesse s'empara une nouvelle fois du corps du jeune homme, le replongeant dans le même état qu'il avait réussi à quitter après la Guerre Sainte. Alors que la jeune femme s'éloignait, les ombres la faisant disparaître, le Saint tomba à genoux.

Quant Ephraem pu se relever, la jeune femme n'était plus là. À la place, une armure d'or se trouvait devant lui. Une armure vide, se mouvant seul. L'armure s'arrêta juste devant lui, cédant la place à un homme d'âge mur. La peau marquée par le soleil, les cheveux tressés en dread, une canne lui permettant de tenir debout sans trop de peine. Son maître, l'ancien Grand Pope et ancien chevalier d'or des Gémeaux était revenu pour le voir. Pourquoi maintenant ? Que lui voulait-il ? Aucune voix ne sortie de la bouche de l'ancien Saint, juste un visage montrant un mépris. Pourquoi cette expression, qu'avait pu faire le Taureau, pour que son maître le renie ?

Le Grand Pope sentait son esprit se fragmentait, toutes les personnes qu'il avait jadis connus se montraient à lui, avant de repartir. Alors, une forme ombreuse apparue, se penchant au dessus de lui pour lui murmurer:

- Ne me fuit pas, fait de moi ton arme... et alors, ton adversaire ne pourra plus rien contre toi...

Ephraem regarda l'ombre, avant de comprendre qu'il ne s'agissait pas d'une ombre, mais simplement de son pouvoir. Le pouvoir qu'il ne voulait pas utiliser au maximum, pour ne pas faire de mal à ceux qu'il aimait. Un pouvoir immense, constitué entièrement de matière noire.

- Si tel est mon destin, je vais donc devoir t'accepter...

Revenant à la réalité, le Taureau se ressaisit. Pendant qu'il avait été inconscient, des marques sombres étaient apparues sur son corps, lézardant en partie son visage. Il ferma d'abord les yeux, pour ne pas laisser son côté sombre prendre le dessus, avant de les rouvrir. Les yeux du Saint étaient devenu aussi noir que les ténèbres, tout en le laissant lucide. Il regarda son adversaire, ne s'occupant plus des créatures.

- Tu ne m'auras pas aussi facilement...

Levant son bras gauche à toute vitesse, le général se mit à décollé, la gravité l'obligeant à suivre le mouvement du bras. Puis arrivé à son paroxysme, Ephraem dit:

- Gravitas Nulla!

À peine les mots fini de prononcé, la gravité doubla de sa valeur normale sur le Marina, qui s'écrasa rapidement sur le toit.
avatar
Malakoda

Date d'inscription : 27/11/2011
Nombre de messages : 345
Age : 41
Autres comptes : DC Minos

Revenir en haut Aller en bas
Mer 4 Nov - 17:03
Décidément le combat était apre et l'adversaire semblait ne broncher que fort peu a ses assauts: Malakoda ne désarmait pas cependant, il fallait aller plus loin et se préparer a un combat d'usure car le taureau venait de subir la pluie cauchemardesque et avait du subir des dégâts psychiques malgré ce qu'il pourrait en dire ou faire. Aussi le démon des eaux; remis lui aussi de l'assaut terrible qu'il venait de subir, reprit sa concentration et intensifia le chant des lyumnades et la sarabande étrange qui accompagnait ces voix cristallines. Lui meme ne restait pas immobile et se déplaçait lentement au même rythme que cette danse , il créait ainsi encore plus cette engouement ce magnétisme tel l'oiseau de feu du conte fabuleux qui avait terrassé les démons en exécutant un vol impressionnant qui avait complétement envouté son auditoire diabolique pour mieux le détruire.
Malakoda en usait ainsi avec ses chères lyumnades et poussait Ephraem vers le crépuscule de la conscience et a l'aube du sommeil. Après un instant d'un spectacle intensif ménagé par un ciel sombre et orageux a l'atmosphère lourde, un lyumnade sembla sortir de la sarabande et se porter au plus près du chevalier d'or; mais pour ce dernier il ne verrait pas un être immatériel mais un être marquant, une vision de son esprit et de son cœur. Ce personnage lui parlera, lui dira quelques mots ou lui adressera juste un regard.... seul Ephraem le savait, seul lui le percevait ainsi.... puis soudain l'émotion devient cauchemar, le mirage se transforme dans la dure réalité quand la lyumnade frappe et frappe réellement! aussitôt le mirage cesse pour laisser place a la douleur physique et émotionnelle a la plus grande satisfaction du démon des eaux qui poursuivait son travail de destruction spirituelle: aucun adversaire ne saurait y résister sans dommage. Cette dernière attaque ne causerait pas des dommages physiques terribles mais la blessure psychologique pourrait fort bien s'avérer irréversible au delà du duel même .
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t25901-sargas
Ephraem

Date d'inscription : 04/10/2013
Nombre de messages : 4210
Age : 30
Autres comptes : Asling, Kaorn, Rinkah

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 5 Nov - 16:04
Si l'attaque porta bien ses fruits, elle ne découragea pas pour autant le Marina. Le démon se concentra de nouveau, faisant danser et chanter d'avantage les créatures qu'il avait invoqué. Si visuellement, Ephraem avait réussi à ne rien montrer, au fond de lui, il était encore sous le choc de ce qui s'était passé. Un choc d'une violence, que le simple fait que la danse continuait et de voir son adversaire s'y mêler comme si le groupe et lui ne faisait qu'un, le paralysa une nouvelle fois.

Puis, quant son esprit reprit le dessus sur le cauchemar, une des créature se détacha du lot. Doucement, elle s'avança vers le Taureau, sa silhouette devenant flou. Une fois arrivée devant le Grand Pope, ce n'était plus une créature qui se trouvait devant Ephraem, mais belle et bien Nephtys, la femme qu'il avait aimé. Pourquoi était-elle ici ? Ne sachant pas pourquoi il la voyait, son esprit oubliant qu'il était sur un champ de bataille, le chevalier ne bougea pas, la regardant droit dans les yeux. Il voulait lui poser plein de question, lui demander pourquoi était-elle partie du Sanctuaire, sans lui dire au revoir, pourquoi était-elle à Paris, devant lui, pourquoi l'avait-elle fait souffrir à ce point, lui qui n'avait fait que l'aimer.

Sans n'avoir pu prendre la parole, le regard de Nephtys devint encore plus pétillant, faisant chavirer une nouvelle fois le cœur du Saint. Un sourire étira les lèvres de la jeune femme, puis... un léger hoquet fit cracher du sang au Taureau, qui baissa les yeux vers le sol. S'il n'avait pas eu son armure, le bras de la jeune femme lui aurait traversait l'abdomen, mais le coup fut assez violent pour que les os se brisent sous la protection d'or. Ephraem comprit alors, Nephtys n'était pas là, il ne s'agissait que d'une illusion, le trompant si profondément, que son cœur même s'était leurré. Retirant son casque, pour le laisser choir au sol, libérant sa longue chevelure noire, le Taureau d'or pleurait pour l'image qu'il avait devant lui. Il pouvait voir, toujours avec le groupe de créature, le démon Marina.

- Pardonne moi

Dit le Grand Pope à la jeune femme, avant de l'attraper à la gorge. Ses larmes coulèrent d'avantage, au moment où il envoya Nephtys sur le général des eaux. Il leva rapidement son second bras, le tenant droit, visant le ciel Parisien.

- Tu n'aurais pas dû... démon...

Les paroles étaient tristes, presque brisées, contrairement à la suite.

- Malleus Dei!

Le bras se baissa encore plus rapidement qu'il ne s'était levé. Le groupe entier que constituait les créatures et le Marina reçu un coup de marteau invisible d'une grande violence. La puissance du coup n'ayant pas était calculé, il fut si fort que la moitié de l'immeuble, où se trouvait le démon, s'écroula sous l'impacte. La gravité était une arme puissante, pouvant tout réduire en miette. Mais est-ce que cet assaut serait suffisant pour se débarrasser de son adversaire ? Ephraem ne pouvait le savoir pour le moment, mais ce qui était sur, c'est que si au début du combat, le Taureau voulait juste faire prendre la fuite à son adversaire, il voulait maintenant le tuer, pour l'empêcher de faire plus de mal autour de lui.
avatar
Malakoda

Date d'inscription : 27/11/2011
Nombre de messages : 345
Age : 41
Autres comptes : DC Minos

Revenir en haut Aller en bas
Ven 13 Nov - 20:09
Encore un coup violent, encore une lourde chute sur le sol et un corps qui décidément commençait a souffrir dramatiquement de ce duel malgré la détermination, la volonté et la puissance déchainée par le démon des eaux, celui ci ne parvenait pas a prendre un avantage évident sur son adversaire meme si ce dernier semblait souffrir des attaques subies mais trouvait une force quelconque qui lui permettait de se relever avec plus de vélocité. Cette résistance ne surprenait certes pas Malakoda mais il pensait que la dernière attaque notamment aurait affectée définitivement le taureau.
Les lyumnades chantent et dansent toujours malgré tout: le démon des eaux ne lache pas, se relève et se concentre de nouveau; le cosmos teinté de bleu et de noir s'intensifie encore et encore, les voix aiguës et envoutantes des succubes des eaux se propagent et viennent s'insinuer davantage dans l'esprit du chevalier d'or qui se boucherait vainement les oreilles tant cette chanson étrange le pourfend au plus profond de son être par les canaux de l'esprit et non du corps. Cette sarabande qui se poursuit et pousse encore plus le taureau dans une dangereuse torpeur qui réduit l'attention, réduit les perceptions temporelles .
Soudain le cosmos du général de Poséidon s'intensifie brutalement: il se décide a porter son attaque la plus puissante; celle qui foudroie l'ame adverse; il murmure

Soul Slayer....

Aussitôt c'est un affreux supplice qui commence pour son adversaire qui seul perçoit ce qui lui arrive; seul lui sait ce qu'il voit ce qu'il vie tandis que Malakoda sourit en constatant les effets évidents de son assaut: dans quelques instants le chevalier d'or va sombrer dans une abysse insondable de douleur psychique et physique, il devrait chuter physiquement ou peut être rester foudroyé sur place: son esprit déchiré comme une étole de tissus.
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t25901-sargas
Ephraem

Date d'inscription : 04/10/2013
Nombre de messages : 4210
Age : 30
Autres comptes : Asling, Kaorn, Rinkah

Revenir en haut Aller en bas
Dim 15 Nov - 22:15
Le choc, aussi violent qu'il fut, ne stoppa pas le Marina. Il se releva de nouveau, faisant tourner une nouvelle fois ses créatures. Ephraem était pourtant sur de les avoir anéantie, mais elles étaient visiblement plus puissante qu'il ne le pensait. Pour donner le change, faire croire qu'il ne craignait pas son adversaire, le Taureau se tint droit, les bras croisés sur sa poitrine, comme l'avaient fait ses prédécesseurs. Cependant, le démon n'avait toujours pas l'intention de l'attaquer directement, il allait l'attaquer psychologiquement, encore une fois. L'attaque Soul Slayer se fraya un passage dans l'esprit déjà torturé du Grand Pope, le laissant ainsi, dans la même position, le regard vague.

Le Saint n'avait plus, encore une fois, de Marina devant lui. La scène était différente, mais si familière. C'était son dixième anniversaire, ses camarades de classe étaient tous assis autour de la grande table du salon, filles et garçons riaient de leurs blaguent. Au bout de cette table, Ephraem regardait les invités, le regard perdu. Pourquoi son père avait-il voulu fêter un anniversaire, qu'il ne fêtait pas avant ? Pourquoi devait-il faire semblant de sourire à ces enfants, qu'il n'aimait pas ? Quant l'heure des cadeaux arriva, son père s'approcha de lui, avec un long paquet, qu'il déposa devant lui. Quelques mots glissés à son oreille, mais pas les mots de son père, la voix était celle du Marina. Autour de la table, ne se trouvait plus des enfants de dix ans, mais des chevaliers, tous en armures, le visage voilé. En ouvrant la boîte, ce n'était pas le sabre qu'il avait reçu pour ses dix ans qu'il y trouva. La boîte était vide, pourtant, comme dans le passé, il obéit à l'ordre, se levant pour tuer tous les convives. Ephraem avait beau vouloir s'arrêter, il ne pouvait pas, quelque chose l'obligeait à continuer son massacre. Derrière lui, les rires du démon résonnaient, se réjouissant du spectacle.

Autour de la table, les cadavres s'étaient empilés. Une seule personne était encore debout, face au Taureau. Il reconnaissait la silhouette divine de celle qu'il avait juré de protéger. Pourtant, il s'apprêtait à l'attaquer, sans qu'elle ne puisse riposter. Pourquoi une telle vision ? Le Grand Pope répondit seul à sa question, quant son bras trancha la gorge de la déesse. Au même moment, devant son adversaire, son propre corps tomba à genoux.

- Enfoi...

Seul un début d'insulte pu s'entendre, le reste se perdant dans les pensées du Taureau. La scène se répétait en boucle dans son esprit, devenant de plus en plus réelle pour lui. Son visage montrait la souffrance qu'il subissait, le plongeant de plus en plus dans les profondeurs de son être.

- Écoute moi cette fois...

- Non, je ne t'écouterai pas...

- Tu ne m'utilises pas comme tu devrais... libère moi...

- Jamais...

- Alors, tu ne me laisses pas le choix... je ne laisserai pas ton corps se faire détruire d'avantage...

Ephraem se releva doucement, son regard planté sur son ennemi. Un regard noir, plein de haine. Sur son corps, les marques noires le recouvrant toujours plus. Ses yeux même deviennent aussi sombre que la matière qui le recouvre. La folie aurait pu l'emporter, mais au lieu de ça, sa part sombre a prit le dessus. D'un simple bond, le Grand Pope se retrouve devant le général.

- Tu veux danser ? Alors danse...

La voix d'Ephraem avait légèrement changée, pour être plus caverneuse. Le poing du chevalier frappa la poitrine du Marina, suivi d'une rafale de coup, qui pourtant n'avait aucune force, juste pour but de faire déplacer le corps de son adversaire. Puis, quant il décida d'arrêter de s'amuser, le Saint fit un bond en arrière et tendit son bras droit devant lui, paume en l'air.

- Goutes à la mort, petit poisson!

Une petite sphère de matière noire prit naissance dans la main de chevalier. Le regard, toujours sur son adversaire, il prononça calmement ces quelques mots:

- Ostium di Merzeh!

La sphère se déplaça rapidement vers le général, mais ne lui fit rien. Elle zigzagua entre les créatures, avant de créer des piques qui les transpercèrent tous. Une fois les créatures anéanties, elle retourna devant le démon. Elle ne lui laissa aucune chance, envoyant des piques dans toutes les directions, le transperçant de part en part. Aucun organes n'étaient épargnés, pour être sur de détruire la cible. Le chevalier n'était plus lui, il n'était que destruction. Le cerveau et le cœur du Marina étant atteint, il ne pouvait pas être en vie. Quant la sphère serait revenu vers son propriétaire, Ephraem allait surement reprendre ses esprits et même en étant lui même, il voudrait surement se débarrasser du cadavre, pour être sur que celui ci ne revienne jamais.
avatar
Malakoda

Date d'inscription : 27/11/2011
Nombre de messages : 345
Age : 41
Autres comptes : DC Minos

Revenir en haut Aller en bas
Sam 28 Nov - 17:58
Un appui sur sa jambe droite et une grimace: le corps du général commence a le lâcher sérieusement et son cosmos ne suffit plus désormais a dépasser ses douleurs et avaries humaines. En outre, malheureusement, les attaques foudroyantes ne font qu'entamer l'esprit du taureau d'or, qui, bien que visiblement atteint et ébranlé par les assauts psychiques et surtout ce dernier qui devait être décisif.... mais non, car voici qu'une boule noire gigantesque se forme devant les yeux du marinas qui venait de parer tant bien que mal un assaut physique terrible de son adversaire, jouant sur la fatigue de ce dernier qui avait subi la torpeur démoniaque durant tout le combat et dont les coups devenaient moins précis et les mouvements plus lourds. Malakoda bondit en une seconde tandis que son adversaire concentre son attaque: mais il sent qu'il est trop tard, il est lui aussi affaiblit et ne pourra contenir ce cosmos plus longtemps, aussi fait il un choix ultime: il en appel a sa capacité de sacrifice "Demon sacrifice" qui lui permet de s’ôter une partie de son énergie vitale au profit d'un partenaire et , n'ayant que quelques derniers souffles a expirer il choisit dans un dernier éclair avant de se voir percuter par l'attaque du taureau de transférer ses dernières forces au golem qui se trouve non loin de là et ceci fait, il se souvient de sa formation initiale aux enfers et sachant qu'il doit y retourner après avoir expirer il se volatilise de son plein gré, son corps s'effondrant avant l'impact et ce faisant l'évitant de justesse.
Un silence se fait sur Paris, pendant ce temps, au fin fond de l'Atlantide, dans le long couloir de glace, ces méandres qui sont son domaine sous les eaux on peut entendre désormais de longues plaintes en écho lancinants: les lyumnades pleurent le général de l'arctique qui les a quittée .
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

[Combat] Malakoda vs Ephraem [full RP]