avatar
LargoGuerrier des Ombres de Persée
Guerrier des Ombres de Persée

Date d'inscription : 20/10/2009
Nombre de messages : 3000
Age : 35

Revenir en haut Aller en bas
Mer 18 Nov - 9:43
Pour me changer les idées, cette fois-ci, j'ai décidé de dépenser mon corps sur la piste de danse. Oh yeah, baby ! Alors j'ai pas mal gesticulé, ondulé, bougé... et à l'arrivée, il faut bien avouer que ça crêve.

Bon d'accord, on est un surhomme ou on ne l'est pas. Dans mon cas, je sais que je récupèrerai bien assez tôt. En revanche, pour ce qui est de la bouteille, peut-être bien que ça mettra un peu plus de temps que prévu.
Vous savez comment ça fonctionne, hein ? Un clown lance un défi, un autre répond à l'appel. Puis, encore un autre, -moi, en l'occurrence- explique qu'il peut faire mieux. Et ainsi de suite, mes rivaux ne veulent pas déclarer forfait trop tôt, mais moi non plus.

Bref, tout ce qui compte à présent, c'est que j'ai gagné. Quoi ? Euh... bonne question, par contre. Je ne m'en souviens déjà plus. Et je crois même qu'en fin de compte, je m'en tape le coquillard. Ça ne m'intrigue pas plus que ça, sans compter que mes neurones ne savent plus cogiter après quoi que ce soit.
À vrai dire, la première chose qui me vient à l'esprit dès que je sors de l'établissement de folie, -avec deux coquines sous les bras, bien sûr- c'est de leur demander de me larguer un peu plus loin. Au début, elles ne calculent pas le sérieux de cette requête. Alors, quelques pas plus tard, quand je réitère plus fermement, ça fait l'effet d'un ordre.

Résultat, mes concubines d'un soir m'engueulent avec diverses insultes, me giflent, puis elles se font enfin la malle avec une démarche de meuf vexée et colérique. Un peu comme si jamais personne n'avait osé auparavant leur faire un sale coup pareil, dans toute leur carrière de racoleuses.
En fait, si j'ai dû me séparer, certes, de cette belle compagnie, c'est à cause d'une envie pressante. Beh oui ! C'est très con, j'aurais pu y penser avant dans la discothèque, mais j'ai oublié tout simplement. Du coup, voilà que je préfère m'isoler afin de me trouver un petit coin tranquille. Et le plus tôt sera le mieux, car je ne peux pratiquement plus tenir !

_ Hmmmm ! M'exclamé-je tôt ou tard, après avoir trouvé mon petit endroit au calme, une sorte de pont près de l'eau.

Du moins, que je croyais comme tel. Car très vite, un riverain ne tarde pas à venir me rejoindre pour me réciter, haut et fort, mes quatre vérités.

Dans la foulée, évidemment, je ne manque pas de lui répondre qu'il n'a qu'à aller voir ailleurs si j'y suis. Malheureusement, le bougre a vraiment décidé de me tenir la grappe... oups, façon de parler, cela va de soi !

_ Oui, bon bah écoute ! Fais-je mollement, toujours sous l'effet de l'alcool. Maintenant que j'ai commencé... tu me laisses terminer, hein !
_ Tu lis pas les journaux ou quoi ? Grogne-t-il de plus belle, toujours aussi enragé. Le dieu Poséidon menace de faire payer à toutes les populations, celles qui continueraient de polluer la planète !
_ Aaaah ! Ça ?

J'avoue, je tombe des nues. Il m'a pris de court, le saligaud !

Je me force à me ressaisir aussitôt, en lui expliquant mon avis sur la question. En clair, étant un Chevalier Noir, ce n'est certainement pas une divinité qui va me dire ce que je dois faire. De plus, je n'envisage tout bonnement pas qu'un petit soulagement de ce genre puisse faire pencher la balance à ce point, dans un avenir proche.
Sans rire, si le Dieu des Océans a du temps à consacrer pour ma poire, tout ça parce qu'il considèrerait ma petite faute comme une grave provocation ? Mouarf !

Sur ce, je continue donc sur ma lancée et j'ignore le baratin de l'autre gueulard. Mais soudain, je reçois un violent coup dans le dos qui me fait illico chavirer de mon emplacement. Apparemment, un autre sagouin n'apprécie pas ce que je suis en train de faire depuis plusieurs longues secondes.

_ Espèce de... ! Aboyé-je pendant ma chute.

De ce fait, comme je pars en avant sans pouvoir réussir à me remettre droit, je tombe lamentablement un étage plus bas... et devinez où ?

Ouf ! De l'eau, qui est prête à m'accueillir. Lot de consolation alors, on va dire. Mais quand même ! Devoir plonger là où on vient juste d'arroser salement... c'est moche, quoi.
avatar
LargoGuerrier des Ombres de Persée
Guerrier des Ombres de Persée

Date d'inscription : 20/10/2009
Nombre de messages : 3000
Age : 35

Revenir en haut Aller en bas
Ven 20 Nov - 9:57
Aussitôt le plongeon catastrophique réalisé, je coule pendant quelques secondes. Faute à mon poids, la hauteur de ma chute, la gravité, toussa toussa...

_ P*tain ! Pensé-je au milieu des bulles. J'imaginais pas une soirée arrosée dans ce sens-là !

Après quoi, je fais tout pour remonter au plus vite. Une chance que l'étendue d'eau est vaste, ça m'aide plus facilement à concevoir que je suis à présent tout propre. Voire même que je suis désormais plus sobre qu'il y a un instant, grace à cette douche froide.
Par contre, pour la tignasse et les fringues, il faut que quelqu'un paye !

_ Lequel !? Aboyé-je direct, dès que j'ai le nez hors de l'eau.

Je me secoue la tête tant bien que mal pour espérer mieux voir ce qui se trame là-haut. Mais de toute façon, il fait bien trop sombre. À vrai dire, je crois apercevoir un semblant de silhouette qui se penche avec discrétion, sans doute pour se moquer de ma piètre performance de nageur, mais de là à pouvoir le détailler correctement, il y a encore du boulot.
Dans tous les cas, personne ne me répond.

Quand je pense que je suis obligé de me taper plusieurs longueurs de crawl jusqu'au rebord le plus proche ! Quoi qu'il en soit, un pilier du pont fait vite l'affaire pour ensuite jouer au petit singe.
En effet, même si au début ça glisse assez car je suis toujours trempé, je me débrouille rapidos et autant que possible pour escalader la structure, puis de regagner l'étage d'où je viens.

_ Excuse-toi, et peut-être que je reverrai mon jugement à ton égard ! Braillé-je une fois de retour sur la terre ferme.

Je brandis mon index vers l'ombre qui me fait face, à quelques pas de là. Peut-être que l'inconnu ne s'attendait pas ce que je le rejoigne aussi facilement ? Ou au contraire, il espère me rabaisser un peu plus en cherchant à vouloir me donner une nouvelle râclée ?
À part ça, le premier larron lambda qui m'avait accosté a disparu, quant à lui. Trop les chocottes, j'imagine. Enfin, tout ce qu'il a gagné, c'est de vivre un petit peu plus longtemps que prévu. Pas de quoi s'en féliciter des tonnes, hein !

Tandis que l'autre ne me répond toujours pas, je déglutis devant mon pauvre état. Y'a pas à dire, j'ai vraiment l'air d'une loque ! Et puis, il fait un froid de canard, pour le coup !
Pour la peine, je me prends bientôt à claquer des dents. Et le temps d'un dernier grand frisson, je me frotte comme je peux pour me sécher au mieux. Un petit coup de cosmos n'est d'ailleurs pas de refus non plus. Ça permet également d'exhiber un brin de ma force aux yeux de l'ennemi.

_ Alors, tu disais ? Relancé-je quand j'estime avoir déjà un peu plus chaud.

Malheureusement, que nenni ! Je peux aller me gratter. Le mâle, si c'en est vraiment un, ne bronche toujours pas plus. Dans le genre pas loquace, je crois bien qu'il détient le record.

En revanche, lui aussi dégaine bientôt sa flamme cosmique ! Au moins, comme ça, je sais à quoi m'en tenir. Le coquinou fait partie de notre race : les éveillés !
avatar
LargoGuerrier des Ombres de Persée
Guerrier des Ombres de Persée

Date d'inscription : 20/10/2009
Nombre de messages : 3000
Age : 35

Revenir en haut Aller en bas
Dim 22 Nov - 9:58
Comme nos lumières brillent suffisamment, mon raisonnement ne traîne pas à conclure d'avoir affaire à un des soldats des Océans. Le mec ne revêt pas la meilleure des protections, certes, mais par élimination, il n'a pas l'air d'appartenir aux Saints, aux Ases ou aux Spectres. Il y a des signes qui ne trompent pas, si je puis dire ainsi !

_ On a bien fait de te faire surveiller, haha ! M'avoue-t-il avant de s'élancer sur moi.

Je hausse les sourcils et je reste bouche bée. Et forcément, l'autre en profite pour me distribuer quelques beignes dans les gencives.

Je suppose que j'aurais pu facilement l'éviter, mais il faut croire que la stupéfaction m'a cloué sur place, l'espace d'une seconde ou deux. Après quoi, les vilaines baffes ont vite fait de me réveiller, de toute façon. Alors si au début, je danse salement contre cette violente pluie de coups, je me rattrape et me tortille plutôt bien pour la suite de ce round.

Primo, je lui chope ses deux poignets et je les tords d'un coup sec. Mon adversaire chiale de surprise et de douleur, puis je l'enchaîne avec un coup de tête pour le faire reculer. Et puisqu'il est déséquilibré dans le feu de l'action, un coup de pied très puissant à tôt fait de le renvoyer vers sa position de départ.

_ On ? Répété-je tout en marchant vers sa carcasse étalée au sol.
_ Bien sûr, fait-il en ricanant. L'armée de Poséidon est partout. Il faut bien s'assurer que les habitants de cette planète respecte leur part du marché... surtout s'ils ne veulent pas se manger les foudres d'une divinité par la suite !

Je tire la grimace et je m'interroge. Histoire de passer en revue tous les trucs compromettants que j'aurais pu faire dernièrement. Si ces blaireaux ont les moyens de nous suivre à la trace ou dans l'intimité, ils pourraient très bien découvrir des choses pas nettes, qui sait !
En tout cas, j'ai du bol ! On ne me fera pas chanter avec une s*xtape, par exemple. c'est déjà ça !

_ Donc il suffit de me débarrasser de toi et tes compères dans la zone, si je comprends bien ? Jusqu'au dernier, quoi !

Je l'empoigne fermement à la gorge et je le redresse sur ses deux quilles. Et de ma main libre embaumée de cosmos, je lui montre que je suis prêt à le tuer sur-le-champ.

Néanmoins, le gars esquisse un sourire de fouine, comme s'il avait préparé un autre plan diabolique en secret.

_ Oui, peut-être bien. Encore faut-il que tu y arrives, héhé.

Ouais ouais... comme dirait l'autre, attrapez-les tous ! Pfff. Et puis, il y a fort à parier pour que ces gens-là repoussent comme les têtes de l'Hydre. En clair, je n'ai plus qu'à me satisfaire de sa mort à lui. Ce sera déjà un vaurien en moins sur la liste.

Pourtant, cette option me laisse perplexe. Je me dis que c'est trop facile. Et je comprends sous peu pourquoi. En pivotant à peine la tête par-dessus mon épaule, je peux remarquer qu'une panoplie d'autres guerriers des Profondeurs Sous-marines est en train de me reluquer, probablement impatients de vouloir me taper si je fais du mal à leur pote.
avatar
LargoGuerrier des Ombres de Persée
Guerrier des Ombres de Persée

Date d'inscription : 20/10/2009
Nombre de messages : 3000
Age : 35

Revenir en haut Aller en bas
Mar 24 Nov - 9:26
Je relâche mon ôtage en le poussant vers ses congénères, et j'en profite pour donner dans le trois cent soixante degrés. Une bonne quinzaine de sous-fifres me dévisagent. Certains montrent les crocs, d'autres la langue ou plissent les yeux. Mais ce qui est sûr, c'est qu'ils en veulent tous à mon c... corps !

_ Wouah ! Tout ça pour moi ? C'est trop gentil.

Je me vante en tapant diverses poses, pour leur montrer qu'ils auraient eu beau venir à cinquante, ça ne change rien.

_ Tu as non seulement pollué dans l'eau, dit l'un d'entre eux. Mais maintenant, tu salis aussi le sol et l'air.
_ Alors pour nettoyer tout ça à fond, réplique un autre, il va falloir frotter et désintégrer jusqu'à la moelle, haha !

J'acquiesce juste de la tête, pas besoin de plus. Non pas que j'ai oublié ce que je voulais leur rétorquer, mais à quoi bon répondre à des gens calfeutrés dans leur idée fixe. C'est comme parler à un mur.

Par contre, en ce qui concerne la prochaine étape à suivre, c'est d'appeler mon armure fétiche. Je ne l'ai pas emporté avec moi lors de ma soirée dansante, mais il faut toujours prendre soin de la stocker dans un coin, pas loin. À bonne distance afin de pouvoir rentrer en communication avec elle. En résonnance.
De ce fait, une fois le message télépathique envoyé, l'armure noire de Persée vole jusqu'à moi. Les différentes parties se dispersent ensuite, et je n'ai plus qu'à les endosser une par une. Tatatam ! Me voilà sous peu un homme nouveau.

_ Battons-nous à armes égales ! Dis-je avec un sourire sarcastique devant la sale tronche vexée de mon assemblée.

Il fallait s'en douter, ce revirement soudain ne leur plaît pas du tout. Ont-ils sérieusement cru qu'ils auraient une infime chance, tout ça parce que j'étais sans défense et légèrement ivrogne sur les bords ? Puf puf puf, les mecs !

Résultat, la baston générale commence sans plus d'hésitation. Je suppose qu'ils doivent s'imaginer qu'en y allant à fond, tous ensemble et pressant le pas, il y a moyen de m'achever dans les plus brefs délais.
Quoi qu'il en soit, comme ils arrivent de tous les côtés, je préfère d'abord décoller dans les airs, puis atterrir quelques mètres plus loin. Et à présent que j'ai plus d'espace et de liberté, il est grand temps de leur donner une bonne leçon.

_ Medusa Slash !

Mon tranchant de la main foudroie l'air et crache une lame cosmique vers mes cibles, à l'horizontale. La première vague de chiens sauvages se fait déchirer sans grande difficulté. Ils pissent aussitôt du sang en masse et s'effondrent en beuglant de douleur.

Quant aux autres hommes placés en seconde ligne, ils sont libres de passer et me foncer dessus, plus haineux que jamais. Ils ont apparemment quelques petits tours dans leur sac, puisque leurs poings sont capables de projeter de la lumière.
Malheureusement, si l'assaut est faible... il reste multiple. Je suis alors obligé d'esquiver ou d'encaisser toutes ces boules de feu.

Ça me fait reculer. En tout cas, pas question de retourner dans la mare aux canards en contrebas !
avatar
LargoGuerrier des Ombres de Persée
Guerrier des Ombres de Persée

Date d'inscription : 20/10/2009
Nombre de messages : 3000
Age : 35

Revenir en haut Aller en bas
Ven 27 Nov - 13:12
_ Mouais, y'a du potentiel, me moqué-je une fois que leurs tirs ont cessé.

Je décroise les bras et redresse ma tête, pour mieux les regarder de haut. Bien droit et campé sur mes jambes, je leur montre que je n'ai hérité d'aucune égratignure. Même ma cloth n'a rien, mouarf !

Sur ce, c'est à mon tour d'ouvrir le bal. Je leur bondis alors pile poil dessus, grâce à une détente bien calculée. Et, ne voulant pas leur laisser le temps de se remettre de leur dernier exploit, je mitraille leurs pifs avec un tout un tas de coups de pieds, mêlés d'agilité et de violence.
Je ne saurais dire si leurs os se brisent ou si c'est ma bottine qui résonne à l'impact, mais le bruit reste moche à entendre tout de même. La seconde d'après, toutes mes victimes se voient projetées dans le décor, en train de couiner des choses pas gentilles à mon égard.

_ Bon allez ! La comédie a assez duré ! Place à la dernière petite photo de famille, maintenant !

Depuis tout à l'heure, le Bouclier de la Méduse est accroché à mon bras, mais je ne m'en suis bien sûr pas encore servi. En y repensant, peut-être que c'est ce qui a fait peur à mes adversaires. Ils ont voulu être trop prudents, et résultat, ils ne se concentrent pas au mieux sur notre véritable combat.

_ Pour la gloire de Poséidon, tu ne mérites pas de continuer à salir la planète ! Grogne ensuite l'un d'entre eux, tandis que tout le groupe se relève.
_ Arf, si c'est ça qui te tracasse, promis ! Dès que je rentre, je me savonne et je fous du parfum, haha.

Mouais bof, ça ne le rassure pas. Mes assaillants sont trop bornés dans leur mission, celle d'éliminer un enfoiré d'éveillé qui a fauté.

Après quoi, les glandus repassent à l'action, en me fonçant dessus. Ils cherchent, cette fois-ci, à s'écarter pour mieux m'encercler... et si possible, éviter le regard de la Gorgone, je suppose.
Dommage pour eux ! Les yeux de la Méduse s'ouvrent et peuvent briller efficacement sur une bonne moitié de terrain. Tant qu'on ne me passe pas dans le dos, en somme, on va dire.

_ Medusa Shield ! Invoqué-je alors aussitôt.

Bras tendu vers l'ennemi, la mise en pierre ne met pas longtemps à opérer, sur ce. Les yeux de la créature mythologique s'ouvrent en grand et émettent un flash intense, ce qui paralyse sous peu tous les quichons dans leur ligne de mire.

Il y a même un petit malin qui croit pouvoir me passer par-dessus, à ce moment-là. Pour lui, son compte est réglé et irréversible. Une mort silencieuse de mille morceaux l'attend, dès qu'il retombe lourdement à mes pieds.
Pour les autres, rien de bien passionnant. Les cloportes en train de courir sont arrêtés dans leur élan, soudain, comme par magie. Un, deux, trois, soleil ! La pierre a tôt fait de les repeindre à sa sauce. Tout le monde ou presque me dédicace une tête de vengeur colérique. Dans un sens, c'est plutôt rigolo.

Et hop ! Voilà une bonne chose de faite. Maintenant, qu'est-ce que je fais de mes premiers cobayes pratiquement coupés en deux, quant à eux, toujours au sol ?
avatar
LargoGuerrier des Ombres de Persée
Guerrier des Ombres de Persée

Date d'inscription : 20/10/2009
Nombre de messages : 3000
Age : 35

Revenir en haut Aller en bas
Dim 29 Nov - 9:42

Je m'approche des survivants restants, tout en me tenant le menton. Je les regarde longuement en train de souffrir, sans piper mot. Ils sont vraiment dans un sale état, et ce n'est pas leurs maigres protections qui va les sauver. Au contraire, ils feraient peut-être même mieux de les ôter.

_ C'est pas joli-joli, hein ? Dis-je en fin de compte, histoire d'enfoncer un peu le clou. Mais j'ai peut-être une idée.

En gros, puisque les saligauds empiètent et dégueulassent les environs, pourquoi ne pas faire du ménage et les renvoyer d'où ils viennent ? La flotte, en l'occurrence.

_ Comme ça, je ne suis plus tout seul à polluer, n'est-ce pas ? Continué-je après en avoir chopé deux par le col. Passez le bonjour à votre grand manitou, hein !

Je me dirige ensuite vers le rebord du pont et je lâche mes colis endommagés. Plouf ! Direction les fonds marins.

Les malheureux grognent une dernière fois avant de disparaître sous l'eau, le tout en n'omettant pas de faire gicler un peu plus leurs plaies béantes et écarlates.
Ainsi de suite, je fais quelques autres allers-retours afin de transporter les marinas lambdas, puis je me frotte les mains lorsque la besogne est terminée. Je me rends compte aussi, après coup, que les mecs m'ont malencontreusement dégouliné dessus lors de mes brefs va-et-vient. Chiottes !

Enfin bref. Tout est bien qui finit bien, je suppose, à présent. Notre petite guégerre a bien tonné alentour, mais pourtant, personne n'a l'air de zieuter vers le raffût provoqué. Je vais me dire que les gens d'ici doivent avoir le sommeil lourd, à la rigueur. À moins que... les aurais-je pétrifié, même de très loin ? Oups.
Après quoi, il n'y a plus besoin de camper à cet endroit. Je m'éclipse donc de là, et je retourne à mon hôtel. Là-bas, comme convenu, le premier truc que je fais, c'est de me décrasser des pieds à la tête, plutôt deux fois qu'une, armure comprise. Et surtout, prendre soin de ma longue chevelure !

Je prie quand même pour que personne ne m'ait suivi. Les types disaient tout à l'heure qu'on me surveillait. Personnellement ou tous les BK ? Ça, ça reste encore le mystère. Dès que j'aurai fait ma nuit, je préviendrai mes semblables, s'il le faut. Après tout, à cause de cette Opération Espadon, il vaut mieux rester sur ses gardes. Sait-on jamais ce que la divinité au Trident a encore derrière la tête ?

/hrp: et hop ! encore une victoire de canard ! ^^'

Popollution


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya :: Zone Guerre Sainte :: Europe :: Autres Lieux-