avatar
RodinSpectre de l'Amphisbène
Spectre de l'Amphisbène

Date d'inscription : 12/08/2013
Nombre de messages : 148
Age : 28
Double Compte : Vargas

Revenir en haut Aller en bas
Lun 23 Nov - 19:22
Après avoir forgé le masque de Custodio, ce dernier parti sur le terrain me prouver qu'ils étaient suffisamment endurants, son surplis et lui pour supporter un renforcement.

Je ricanais seul dans ma forge face à sa réaction et en songeant qu'il venait de faire exactement ce que j'attendais de lui, mettre à l'épreuve son surplis flambant neuf et passer un certain temps avant de revenir me voir.

Cette pensée chassée, je me changeais et retournais au château de Pandore pour retourner surveiller le déroulement des opérations. A l'intérieur du hall d'entrée, les travaux avançaient à grand pas et se terminaient, les différentes salles semblaient en bonnes voies pour s'achever.

Je me dirigeais d'un pas ferme vers la section qui m'intéressait le plus, la partie souterraine du palais, les douves. Comme je m'y attendais, le chantier avançait plus lentement sous la surface et les aménagements demandés requéraient bien plus de temps.

Je m'approchais du squelette qui semblait conduire le chantier selon mes plans et l'observais sans dire un mot. Ce dernier trembla devant mon air grave. Je lui faisais une tape sur l'épaule avant d'aller observer l'avancement du chantier au niveau des canalisations.

Je faisais donc un tour dans les douves en observant l'infrastructure de mes yeux rubis luisant d'une teinte malsaine. Les fondations semblaient solides et posées, les pièges étaient en train d'être posés comme convenu et le tout semblait s'emboîter correctement. Parfait!

Je retournais auprès du chef de chantier provisoire et le regardais droit dans les yeux en gardant une mine sombre. Il trembla à nouveau craignant probablement mon courroux quand je lui souris et lui fis une autre tape amicale sur son épaule.


Rodin - "C'est du bon travail! Je te laisse poursuivre la supervision du chantier pendant que j'observerai sa progression."

N'aimant pas spécialement diriger les sbires, je profitais de ce temps libre pour étudier l'avancement du chantier et les fondations de cette demeure des plus anciennes. Je me demandais à quand remontais les dernières interventions dans les douves. À la vue de la position des fondations et des techniques utilisées, cela devait remonter à plusieurs dizaines d'années, peut-être même un ou deux siècles. Ce palais datait-il d'un millénaire ou était-il plus récent qu'il n'y paraissait?

Dans tous les cas, son architecture était intrigante. Je restais plusieurs heures à surveiller la supervision du chantier et aidais les squelettes à installer les pièges. Les heures s'enchainèrent et quelques jours plus tard, les aménagements des douves furent enfin terminés. Je félicitais les spectres pour leur dévouement et ajoutais qu'ils avaient honoré dignement leur dieu.

La joie anima les sbires qui ne semblaient pas habitués à ce genre d'expression de reconnaissance. Je riais franchement avant de retourner à ma forge, histoire de terminer de traiter mes commandes et d'être prêt à accueillir le spectre du Péryton.

Conscience professionnelle, un chantier à terminé !