avatar
AndréaSpectre de la Liche | Modérateur
Spectre de la Liche | Modérateur

Date d'inscription : 14/08/2014
Nombre de messages : 651
Age : 24
Double Compte : Rogos, Xing Huo

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 14 Jan - 13:37
« Trop de boulot... » se plaignit la Liche, déclenchant les grognements approbateurs et unanimes des Squelettes en faction à la porte du Château d'Heinstein. Personne n'aimait être de garde d'habitude, néanmoins les événements de ces derniers jours avaient complètement bousculé cet état de fait : à présent, larbins comme Spectres inférieurs surmenés apprenaient à apprécier la quiétude du travail de factionnaire. Mieux valait rester ici à ne rien faire plutôt que de passer des heures à courir dans tous les sens en Enfer ; d'ailleurs, la plupart des sbires en armure sombre étaient affalés contre les murs ou les piliers, offrant un spectacle bien peu professionnel. En temps normal Andréa les aurait vertement tancés et en aurait rudoyé un ou deux pour faire bonne mesure, mais c'était un peu difficile lorsqu'elle-même n'avait rejoint les rangs des gardes que pour tirer au flanc.
Oui, depuis l'arrivée remarquée de Poséidon à Tokyo, un curieux mélange d'effervescence et de lassitude s'était emparé de la piétaille de l'Au-delà. Aux morts de la capitale nippone s'étaient ajoutées les victimes d'innombrables naufrages, tout ce petit monde débarquant en même temps dans l'Autre Monde, se bousculant sur la pente de Yomotsu Hirasaka, recouvrant la rive de l'Achéron, formant une file serpentant sur des kilomètres à l'entrée de la Demeure du Jugement... En bref les Enfers étaient engorgés et les péons épuisés chargés de faire fonctionner tout ça ne savaient plus où donner de la tête. Le tout ressemblait un peu à l'ambiance qui avait succédé à l'attaque des Dieux Hindous sur La Havane, sauf que des millions de nouveaux pensionnaires supplémentaires étaient attendus très prochainement.
« Si avec ça l'humanité n'a pas regagné sa crainte des Dieux, je sais pas ce qu'il leur faut. » observa un Squelette nonchalamment appuyé sur sa faux. La Liche acquiesça et sortit un journal de son Surplis, puis commença à lire la première page. Elle avait été se procurer nombre de grands titres de la presse mondiale afin de jauger la réaction des simples mortels face aux actes du Maître des Océans, et en avait passé la majorité au Cyclope afin qu'il aille informer la nouvelle Wyverne dont il lui avait parlé.
« Poséidon a éradiqué toute une faction divine à lui seul, il a détruit la capitale d'une des nations les plus riches au monde et pour finir il a fait disparaître le trafic maritime. On a l'air idiots nous à côté, mais cette situation a ses avantages. Déjà, Lochranza serait complètement coupé du monde sans les hélicoptères du Seigneur Thanatos pour assurer la liaison, notre emprise sur ce territoire est maintenant absolue. » répondit l’Étoile Terrestre d'un ton monocorde. Elle aussi était fatiguée, comme le prouvaient ses yeux cernés.
Elle se força à parcourir du regard un énième article sur les événements de Tokyo. Avec la quantité d'équipements électroniques que les japonais emportaient partout avec eux, il n'avait guère été difficile pour les médias internationaux de se procurer toutes les informations nécessaires sur ce qu'il s'était passé au pays du soleil levant et ce d'autant plus que l'Empereur de l'Atlantide n'avait pas cherché à se faire discret, bien au contraire même. Un doute persistait toutefois : qui étaient ces mystérieux éveillés qui, surgis de nulle part, s'étaient portés au secours de la populace en danger ? Selon les témoignages des survivants, ceux-ci n'étaient pas asiatiques, ce qui excluait donc les Nyorais. Selon le vieillard philippin, les Saints ne brillaient pas non plus par leur empressement à s'opposer à l'oncle marin de leur Déesse, il était donc peu probable que ce sauvetage soit du fait du Sanctuaire. Enfin, les armures de ces bons samaritains n'étaient pas noires, donc ce n'étaient pas non plus les Black Knights, anciens maîtres de l'archipel.
« Cela ne laisse pas énormément de possibilités. » fit remarquer Kochtcheï.
« D'accord, mais... pourquoi ? » s'interrogea la Liche. Si son hypothèse se confirmait, cela ne ferait qu'amener plus de questions...
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27417-reiner
ReinerServant de Sleipnir | Administrateur
Servant de Sleipnir | Administrateur

Date d'inscription : 19/04/2007
Nombre de messages : 2441
Age : 27

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 14 Jan - 18:29

Diplomatie
L'ennemi de mon ennemi est mon ami ?
Le guerrier divin de bêta n'avait pas perdu de temps. Après avoir laissé ses dernières recommandations à Wulf, Reiner avait une dernière fois profité de l'air pur du grand nord avant de s'envoler pour l'Allemagne.

Cela faisait fort longtemps que le jeune homme n'avait pas foulé sa terre natale. Il aurait préféré y revenir pour une autre raison qu'une mission de diplomatie chez les spectres. Mais qu'importe, une fois que la menace que représentait Poséidon et ses marinas serait écarté, le jeune homme aurait tout le temps de profiter des charmes de son pays d'origine.

C'était la première fois que Reiner se rendait chez les spectres. Mais malgré sa méconnaissance des lieux, le jeune homme n'eut aucune difficulté à trouver le château d'Heinstein. Se posant avec douceur en prériphérie de l'endroit, le jeune homme avança avec calme jusqu'à l'immense édifice qui faisait office de passage vers les enfers.

La bâtisse était imposante, mais cette démesure n'ôtait pas son charme à l'édifice. Reiner prit le temps d'observer l'endroit et arriva rapidement au constat que les parchemins le concernant dans la bibliothèque d'Asgard le décrivait avec assez d'exactitude.

Et tandis que le guerrier n'était plus qu'à quelques foulées de l'entrée, son regard aiguisé n'eut aucun mal à reconnaître le spectres de la liche. Quelle aubaine de tomber ainsi sur la personne qu'il espérait justement rencontrer. Cette chance inopiné allait lui épargner bien des tracas. Arrivant à portée de voie, Reiner s'annonça.

“ Spectre de la liche, je suis venus te voir afin de m'entretenir avec l'un de tes dirigeants. Le seigneur Odin m'envoie afin de discuter des récents évènements qui ont eu lieux à Tokyo. ”

Reiner n'en dit pas plus attendant la réaction d'Andréa. Il savait que les négociations avec les spectres allaient être ardues, voir impossible et pourtant il était dans l'intérêt de tous les camps de tuer dans l'oeuf, la folie de grandeur qui s'était emparé de Poséidon.


avatar
AndréaSpectre de la Liche | Modérateur
Spectre de la Liche | Modérateur

Date d'inscription : 14/08/2014
Nombre de messages : 651
Age : 24
Double Compte : Rogos, Xing Huo

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 14 Jan - 19:48
« Quand on parle du loup. Levez-vous vous autres, on a de la visite ! » ordonna la Spectre en sentant un puissant cosmos se diriger vers eux. Cette aura ne lui était pas inconnue, on aurait juré que ses pensées l'avaient invoquée... cependant, la coïncidence n'était pas si improbable. Si les guerriers du grand nord étaient bien ceux qui avaient volé à la rescousse du bon peuple de Tokyo, il n'était pas impensable de les voir ensuite débarquer chez le frère de l'Olympien ayant perpétré ces atrocités. Le motif précis de leur visite n'était pas si aisé à deviner par contre.

« Bougez-vous, la première impression c'est important ! » rouspéta Andréa en forçant les Squelettes à rajuster leur mise et à se mettre bien proprement au garde-à-vous, tout en ignorant une remarque désobligeante de la part du parasite ayant trait à sa propre apparence. Pour ce qu'elle en savait, c'était la première fois qu'un protecteur d'Odin se rendait chez eux, il ne fallait pas décevoir. Surtout si l'Ase en question était bien...

« Sire Reiner, quelle joie de vous revoir ! Si vous êtes ici, c'est que vous avez dû remporter la victoire sur Hèl. Avez-vous pu mettre la main sur l'assassin d'Ercih ? » répondit la Liche aux salutations du nouvel arrivant. Ils s'étaient mis en position juste à temps pour former une sorte de haie d'honneur derrière la jeune fille, menant à l'intérieur du Château. Ainsi donc, c'était au Sleipnir qu'avait échu le rôle d'ambassadeur. Ce n'était pas surprenant : elle avait une dette envers lui, ce qui assurait au Guerrier Divin de Bêta un accès facile à ses supérieurs pour peu qu'il arrive à lui mettre la main dessus ; pour lui, la mission diplomatique débutait donc sur de bons présages.

« Bien sûr. Laissez-moi toutefois prévenir notre Seigneur de votre arrivée, nous n'allons quand même pas nous inviter chez Lui sans nous annoncer. » déclara-t-elle, tout sourire, en conjurant une Fée qu'elle enverrait rejoindre Thanatos dès que Reiner lui aurait davantage précisé les raisons de sa présence. Les Ases sortaient d'une guerre qui avait pris la vie d'au moins un de leurs guerriers d'élite, pourquoi choisissaient-ils de se préoccuper de Poséidon ? Comme le montraient les analyses – étrangement lucides – des experts qui monopolisaient actuellement une bonne part de l'attention médiatique, les actions du Maître des Océans avaient profondément déstabilisé le monde des humains. Une crise économique, alimentaire, politique et idéologique sans précédent faisait rage, des émeutes éclataient un peu partout sur le globe, l'équilibre des puissances géopolitiques était en train d'être brutalement redéfini, le monde religieux était en ébullition. Des produits de tous les jours risquaient de devenir des produits de luxe, la situation était particulièrement désastreuse pour une nation insulaire comme le Japon qui importait la plus grande partie de ses matières premières et dépendait énormément de la pêche...

Mais ce n'était pas le cas d'Asgard. La contrée nordique, isolée depuis toujours à tel point que peu de gens savaient même la placer sur une carte vivait en autarcie et n'aurait pas dû être touchée par le courroux de Poséidon. Leur implication, quelle qu'elle soit, était donc une énigme. Andréa repensa aux questions inquisitrices que la Mort lui avait posé à son retour des terres glacées, à Sa curiosité quant à ce que les Guerriers Divins pourraient rapporter aux Enfers... Le Faucheur apprécierait sans doute de savoir d'avance à quoi s'attendre, d'avoir un peu de temps pour réfléchir.

« Si je puis me permettre, pourriez-vous m'en dire plus ? » quémanda la polonaise, le papillon de l'Au-delà prêt à partir au bout de son doigt.
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27417-reiner
ReinerServant de Sleipnir | Administrateur
Servant de Sleipnir | Administrateur

Date d'inscription : 19/04/2007
Nombre de messages : 2441
Age : 27

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 14 Jan - 22:52

Diplomatie
L'ennemi de mon ennemi est mon ami ?
C'est au garde à vous que le guerrier divin fut accueillit. Chaque squelette qui était présent s'était empressé de s'aligner à l'arrivée de Reiner qui ne put que constater l'efficacité de la discipline spectre quand elle était mise à contribution. Les protecteurs de la porte formaient une haie d'honneur juste derrière Andréa qui accueillit Reiner avec sa politesse habituelle. Elle demanda comment s'était fini la guerre qui avait opposé Asgard à l'armé de la déesse des enfers.

“Avec le retour du seigneur Odin, la victoire ne pouvait nous échapper. Le père de toute chose à détruit Hèl ainsi que son frère. Malheureusement face à son courroux, Skoll à fuit. Mais même s'il a la vie sauve pour le moment, je ne reviens jamais sur un serrement. Quand le royaume sera en paix, j'irais moi-même chercher sa tête. ”


La conviction envahit les yeux de l'ase à ce moment précis. Il était déterminé à tuer Skoll même s'il devait patienter plusieurs décennies pour mettre la main dessus.

À la demande du jeune homme, la spectre invoqua une fée des enfers afin de prévenir son supérieur de la venue de Reiner. Elle souhaitait en apprendre davantage sur la raison de la visite du guerrier divin avant d'envoyer la fée à son seigneur. La procédure était standard et de toute façon, Reiner était là pour négocier, c'est pourquoi il expliquât tout à la jeune femme qu'il jugeait digne de confiance.

“Bien que la protection de l'humanité n'est pas le domaine de prédilection habituelle de mon peuple, les actes récent de Poséidon menace notre Royaume. De tout temps, les Asgardiens ont sacrifié leurs vies afin d'éviter que les glaces éternelles ne fondes. Mon peuple a passé sa vie à se sacrifier pour que le reste de l'humanité puisse vivre sous des cieux plus cléments. Mais depuis peu toute trace de vie est menacé par le dieu des océans. Les humains, la faune et la flore, à ce rythme la c'est toute trace de vie qui disparaîtra de la surface de la terre. Sans compter que mon peuple qui vit et protège les glaces éternelles est directement exposé au courroux du seigneur des océan, car nos terres comme tous les autres continent flotte au milieux des océans.”

Le chevalier fit une courte pause avant de reprendre ses explications tout en regardant la jeune fille droit dans les yeux.

“Mais la vraie raison pour laquelle Odin a décidé de prendre les armes face à Poséidon, c'est à cause de ce qu'il a fait à Tokyo. Le seigneur des océans à délibérément détruit deux divinités, car elles refusaient que Poséidon s'en prenne à Tokyo. Le frère de sa majesté Hadès à délibérément détruit les Kamis Nyorais, symbole de l'équilibre et allié même du seigneur des océans. Poséidon ne se pose plus comme protecteur de la nature, mais bien comme un despote qui a détruit l'équilibre pour imposer sa volonté par la force. Si nous ne réagissons pas au plus vite, nous serons tous les prochains. Vous avez vous même subit la colère du seigneur des océans et vous savez de quoi il est capable. Si nous n'agissons pas dessuite et tous ensemble, personne ne pourra bientôt plus arrêter ses troupes ”


Reiner arrêta la ses explications, le reste de ses arguments seraient destinés à l'homme qui prenait les décisions en enfer depuis qu'Hadès avait perdue la guerre face au seigneur des océans.


avatar
AndréaSpectre de la Liche | Modérateur
Spectre de la Liche | Modérateur

Date d'inscription : 14/08/2014
Nombre de messages : 651
Age : 24
Double Compte : Rogos, Xing Huo

Revenir en haut Aller en bas
Ven 15 Jan - 21:14
Andréa écouta patiemment le discours de Reiner, s'assurant que la Fée entendait tout et transmettrait ces explications dans leur intégralité au Faucheur. S'enquérir du sort de Skoll avait beau être quelque chose de personnel (après tout, c'était au mentor du Sleipnir que la Liche devait non seulement d'avoir pu opérer en Asgard, mais également d'avoir survécu à sa rencontre avec Eléonore), cela constituait également un excellent prétexte pour en apprendre plus sur l'issue de la guerre ayant eu lieu en Asgard. Le Guerrier Divin n'en dévoilait pas plus que nécessaire de ce côté-là, cependant Thanatos voudrait sans doute connaître l'état des troupes nordiques avant de prendre Sa décision concernant leurs demandes. N'avait-Il pas Lui-même parlé de leurs « forces et faiblesses » lorsqu'elle était venue Lui faire son rapport ?

« J'en déduis que vous êtes les mystérieux sauveurs de Tokyo. » poursuivit la Spectre, cherchant une confirmation que l'insecte messager rapporterait à son Maître. Dans le même temps, elle fit un pas de côté, ouvrant le passage à l'Ase et désignant poliment l'intérieur du Château. Elle le précéda dans le grand hall de l'édifice, orné de sublimes œuvres d'art mais dans lequel ils n'avaient pas eu le temps de dérouler le tapis rouge – au vu des résultats des dernières ambassades, ce genre de marque de déférence ne pouvait pas faire de mal, surtout pour un envoyé d'une faction avec qui ils avaient si peu de contacts. Les Squelettes présentèrent leurs armes au passage des deux éveillés, donnant l'impression d'une parade militaire miniature...

« Si j'en crois les journaux, Poséidon clame partout qu'il fait ça pour l'environnement et ce depuis le jour où ses Golems ont débarqué. Je ne pense pas qu'envoyer par le fond quelques dizaines de milliers de vaisseaux pleins de carburant soit la meilleure manière de protéger la nature, mais j'aurais pensé que vous comprendriez l'intention, vous qui comme vous le dites si bien vous dévouez à empêcher la fonte des glaces polaires. »

La jeune fille ne cherchait pas à contester les affirmations de Reiner, loin de là : l'Olympien aquatique avait sûrement d'autres raisons d'agir, des projets moins avouables qui motivaient cette démonstration de force. Le Maître des Océans était ambitieux, ce n'était un secret pour personne parmi les éveillés : ses manigances et ses tentatives de s'emparer du pouvoir avaient été immortalisées dans la mythologie, et ils étaient bien placés pour savoir que ces histoires contenaient plus qu'une part de vérité. À la fondation d'Athènes, quand Poséidon et Athéna s'étaient disputés le divin patronage de la toute jeune cité, concours qui s'était terminé par la défaite de l'oncle face à sa nièce ; ce complot raté, fomenté contre Zeus et qui avait valu à l'Atlante d'être exilé sur Terre, forcé de mettre ses pouvoirs au service des mortels pour ériger les remparts de Troie... Les exemples ne manquaient pas, elle en était consciente.

« Poséidon a toujours été vaincu lors des précédentes guerres, mais c'est vrai que de tous les Dieux qui s'affrontent sur Terre, c'est lui qui a l'air le plus redoutable... Je comprend votre inquiétude. Je vais m'assurer personnellement que vous puissiez rencontrer notre Seigneur, mais je ne peux rien promettre de plus. S'il s'agit de terrifier l'humanité pour la forcer à bien se comporter, on est davantage d'accord avec la politique de la poiscaille en chef. » acheva-t-elle en faisant de nouveau face au diplomate. La Fée était prête à partir à ses prochains mots, suite à quoi ils pourraient se rendre en Enfer et de là, les négociations suivraient leur cours.
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27417-reiner
ReinerServant de Sleipnir | Administrateur
Servant de Sleipnir | Administrateur

Date d'inscription : 19/04/2007
Nombre de messages : 2441
Age : 27

Revenir en haut Aller en bas
Sam 16 Jan - 13:46

Diplomatie
L'ennemi de mon ennemi est mon ami ?
AAprès les longues explications de l'Ase, Andréa invitât son hôte à l'intérieur tout en lui demandant si Odin et ses guerriers étaient ceux qui avaient empêché Tokyo de sombrer dans les néant. Reiner sourit et tout en admirant l'intérieur de l'édifice, s'adressa à la spectre.

”Je vois que vous êtes bien renseigné, mais je n'en attendais pas moins de vous. ”

Il répondit ainsi de façon indirecte à la question de la liche. L'information de ce qu'il s'était passé à Tokyo commençait à circuler et le timing était parfait. Reiner allait utiliser ce qui s'était passé là-bas comme argument clé pour inciter les spectres à se joindre à eux.

“Bien que nous ne nous posons pas en défenseur de l'humanité, il était impensable pour nous de ne pas agir et de laisser Poséidon détruire une ville tout entière. De plus, s'était notre façon à nous de rendre un dernier hommage aux deux kamis qui se sont sacrifiés pour protéger cette mégapole. C'était un honneur pour moi d'assister au dernier combat des deux dieux nippons. ”

Pour terminer son discoure, le jeune homme se tourna vers la fée pour qu'elle ne perde rien de ses prochaines paroles.

”Après tout, dans un dernier souffle, les kamis ont tout même accomplit quelque chose d'extraordinaire, quelque chose qui pourrait bien renverser la situation actuelle… ”


En souriant légèrement, Reiner se retourna vers Andréa avant de reprendre.

“Mais cette info la, je la donnerais directement à ton seigneur.”

La liche continuait à avancer tout en demande au guerrier divin si les objectifs de Poséidon n'étaient pas proche des leurs. Sa volonté de combattre la pollution avait aux yeux d'Andréa un impact positif sur la mission des ases qui était d'empêcher la font des glaces. Reiner n'eut même pas envie de répondre à cette question qu'il jugeait sans intérêt. Il eut l'impression qu'elle avait été posée afin de meubler la discussion.

”Peut importe le camps, les dieux ont toujours prônés des excuses pour s'approprier la terre. Que leurs objectifs soient sincères ou non, ce n'est qu'une bannière qu'il agite pour justifier leurs actes. Que ce soit le seigneur des océans et sa lutte contre la pollution ou vous qui pensez que le salut de l'humanité passe par sa disparition. De tout temps Poséidon a convoité la terre et ce quel que soit l'excuse qu'il invoque. Nous les Ases avons déjà fait les frais de sa fourberie manipulatrice. Bien qu'à l'époque c'est quelqu'un d'autre qui tirait les ficelles dans l'ombre du seigneur Poséidon, la doctrine que prônait Kanon reflétait parfaitement celle de son suzerain. Je ne peux croire que l'on puisse manipuler un dieu et encore moins s'opposer à ses principes en le faisant. Poséidon convoite le monde et ce qui s'est passé à Tokyo le prouve. Cet homme ne peut plus se cacher derrière son excuse après avoir tué deux dieux par caprice ainsi que des millions d'habitants. Fou serait encore ceux qui ne voient pas le chemin que Poséidon a tracé à l'aide de ses manigances pour contrôler le monde. ”

Les mots du jeune homme s'estompaient dans l'air et bien vite la spectre brisa le silence qui s'en était suivit. Les premiers propos d'Andréa amusant grandement Reiner qui la reprit dès qu'elle eu terminer sa phrase.

”Tu fais erreur. La dernière guerre qu'a mené Poséidon il l'a gagné. Elle s'est déroulée ici même et il a permis ainsi aux saints de sceller le seigneur Hadès qui était probablement la divinité que l'olympien craignait le plus. Même encore aujourd'hui je peux ressentir les traces de son passage en enfer. Le seigneur des océan a mis à mal les spectres. Vous connaissez sa puissance et vous savez de quoi il est capable. Poséidon est plus fort que jamais et si nous ne réagissons pas maintenant avant qu'il soit trop tard, même les recoins les plus sombres de l'enfer ne pourrons vous protéger de sa suprématie. ”

Le jeune homme laissa planer un léger silence avant de conclure son analyse.

” Si vous pensez qu'en restant en retrait vous épargnez les spectres, car votre camps se remet seulement du combat qui l'a opposé à Poséidon et à Athéna vous vous trompez lourdement. Ni vous ni aucun autre camps n'échappera à son désir de domination. Si nous ne le stoppons pas maintenant en collaborant tous ensemble, c'est lui qui viendra vous chercher pour vous soumettre à son bon vouloir. Que vous le vouliez ou non. ”

Chaque minute à parler avec Andréa était du temps perdue que les Marinas mettait à profit pour s'organiser. Reiner en était persuadé, une fois de plus le temps jouait contre eux, cependant il ne pouvait nier l'aide que tentait de lui apporter le spectre de la liche et c'est pourquoi il restait patient.

avatar
AndréaSpectre de la Liche | Modérateur
Spectre de la Liche | Modérateur

Date d'inscription : 14/08/2014
Nombre de messages : 651
Age : 24
Double Compte : Rogos, Xing Huo

Revenir en haut Aller en bas
Sam 16 Jan - 22:18
Alors qu'ils gravissaient les escaliers et traversaient les vastes couloirs de l'édifice, se rapprochant peu à peu du Puits des Âmes reliant le Château au Royaume des Ombres, Reiner termina d'évoquer les raisons qui les avaient amenés, lui et ses camarades, à faire irruption sur le champ de bataille du plus colérique des Olympiens. Il ne prononça que quelques considérations sur l'honneur et une réaffirmation de leur volonté de ne pas abandonner les civils à leur sort, sans ajouter d'éléments nouveaux à ses déclarations mis à part une pépite qui attisa la curiosité de la Liche... quel dommage qu'il réserve cette information aux seules oreilles de Thanatos.

Légèrement boudeuse, Andréa décida que la Fée en avait assez entendu et qu'il était temps de l'envoyer quérir leur noir Seigneur. Le papillon se volatilisa, précédant les deux chevaliers dans l'Autre Monde. Dans le même temps, elle se fit la réflexion qu'elle n'était pas la seule à ignorer des choses : le Guerrier Divin ne pouvait pas être au courant du pacte de non-agression entre Spectres et Marinas en place depuis l'invasion avortée de Venise. Or c'était loin d'être négligeable si, comme son discours le laissait penser, Reiner était venu convaincre les infernaux de prendre à nouveau les armes contre Poséidon. Devrait-elle lui en parler, histoire qu'il soit mieux préparé lorsqu'il s'entretiendrait avec la Mort, ou le garderait-elle pour elle ?

« Il serait malvenu de le garder ainsi dans le noir, » exposa Kochtcheï, « mais uniquement si tu le fais pour un motif aussi mesquin que son refus de partager son petit secret avec toi. Par contre, c'est à notre vénéré Seigneur de choisir ce qu'il faut divulguer ou non. Ne dis rien à cet Ase, même si tu as une dette envers lui ; après tout, tu es déjà en train de la rembourser. »

La jeune fille acquiesça mentalement. Ce n'était pas le genre de renseignement qu'elle pouvait répandre à la légère à cause de ses liens personnels. Le traité n'était sans doute qu'une mesure temporaire, un moyen pour les parties prenantes de s'assurer que l'autre ne viendrait pas lui mettre de bâtons dans les roues dans un futur immédiat, il faudrait être idiot pour penser le contraire. Savoir qui de l'ambitieux Maître des Océans ou du Faucheur calculateur le romprait en premier n'était pas la question : son existence-même avait un poids énorme dans les relations entre factions.

Elle garda le silence alors que le sujet revenait aux objectifs et aux méthodes du frère d'Hadès. En effet, les guerriers d'Odin et les Généraux de l'Atlantide partageaient un sacré passif ; la vengeance seule aurait aisément pu justifier leur croisade contre le Sanctuaire sous-marin. En effet, tout le monde se retrouverait tôt ou tard confronté au problème que représentait Poséidon. En corrigeant l'erreur de la Liche, Reiner remua le couteau dans la plaie : plus que quiconque les Spectres devraient savoir à quel point sa colère pouvait être terrible. À la fois piquée dans sa fierté, renvoyée à sa propre lâcheté et poussée par le désir puéril d'avoir le dernier mot, Andréa répliqua, un peu inutilement :

« Je ne me suis pas trompée ; il a été vaincu lors des guerres précédentes, mais la guerre actuelle est la même que celle qui a vu notre défaite face à lui et aux parangons d'Athéna, elle ne s'est jamais interrompue. Les Enfers c'était la première bataille, ce qu'il se passe maintenant est une continuation directe : il se sert de ce qu'il a gagné pour se retourner contre ses anciens alliés, ou du moins contre ce que les Saints sont supposés protéger. »

Cela non plus Reiner ne pouvait pas le savoir, cependant c'étaient bien les forces du Sanctuaire qui avaient pris le plus gros des dégâts lors de l'assaut contre l'Au-delà. Deux chevaliers d'Or tués et un Pope démissionnaire suite à une crise de foi comparé à un seul Marina perdu, les aquatiques s'en étaient bien sortis. Quant à l'armée mort-vivante... avec leurs rangs décimés, leur moral brisé et leur Monarque disparu, le Dieu de l'Atlantide les avait eus à sa merci, n'aurait eu aucun mal à les écraser, et pourtant il avait choisi de ne pas le faire, allez savoir pourquoi. Tenteraient-ils le Diable une deuxième fois ? Rien n'était moins sûr.

HRP : Thana a dit qu'il viendrait ici au lieu de nous attendre au Giudecca.
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27417-reiner
ReinerServant de Sleipnir | Administrateur
Servant de Sleipnir | Administrateur

Date d'inscription : 19/04/2007
Nombre de messages : 2441
Age : 27

Revenir en haut Aller en bas
Dim 17 Jan - 2:21

Diplomatie
L'ennemi de mon ennemi est mon ami ?
Continuant sa progression au coeur du château, Riener observa la liche qui semblait bien songeuse. Elle avait écouté avec soin chacun des mots du jeune homme et ne réagit que sur sa dernière explication. Le guerrier divin savait que sa réflection n'allait pas laisser la spectres indifférente. Il ne pouvait qu'ignorer à quel point relater la défaite des spectres pouvait la toucher, mais il réussie tout du moins à anticiper une pare de sa réaction. Profitant de la réponse d'Andréa, Reiner repris à son compte les mots que la jeune femme avait prononcé.

“Soit il n'a pas encore gagné cette guerre, mais il a gagné sa première bataille contre vous. Et je ne peux qu'être d'accords avec toi quand tu dis qu'il profite actuellement des graines qu'il a semé quand il est venu vous déclarer la guerre. Je ne peux qu'acquiescer également ton constat de son changement de position à l'égard des saints qui sont sortis meurtri de ce combat ou il était soit disant allié. La situation d'aujourd'hui Poséidon l'a fort probablement planifié il y a bien des mois et tous jusqu'à présent avons suivit son petit plan à la lettre. Il vous a affaibli et a fait sceller Hadès qui représentait une vraie menace pour lui. Il a affaiblit par la même occasion les saints qui ne sont même plus en mesure de lui barrer la route. Il a également détruit les Nyorais qui étaient pourtant leurs allié afin que ces derniers ne s'interpose pas dans ses plans au moment ou ils allaient réaliser que Poséidon a détruit toute forme d'équilibre ici-bas. ”

Le guerrier divin serra légèrement le poing à la pensé des mots qu'il allait bientôt prononcer.

“Le constat est clair, le seigneur des océans a si bien mené sa barque jusqu'ici que plus aucun camps ne peut aujourd'hui s'opposer seul à sa suprématie. Notre seule solution si nous ne voulons pas que Poséidon gagne cette guerre c'est de contre attaquer tous ensemble. Si vous, comme tous les autres camps ne voulez pas perdre cette guerre et perdre tout ce qu'il ne vous à pas encore prit, il va falloir accepter de faire front commun contre lui”


Un air plus sérieux orna le visage de l'ase qui s'éclaira rapidement d'une lueur de malice qui traversa ses yeux.

“ Et puis ce n'est pas tous les jours qu'Asgard propose aux spectres de les aider à régler leur contentieux sans rien demander en retour. Soyons honnêtes c'est probablement la seule occasion que l'armé des enfers aura pour compter sur le soutien intégrale de l'armé du nord pour éliminer une menace, un ennemi dont les actes à générer la situation actuelle. ”

Reiner ne tentait en aucun cas de titiller la fierté des spectres, mais de bien mettre en évidence que l'occasion était unique. Les guerriers d'Odin étaient prêts à mourir au combat aux côtés des spectres afin de les venger et d'éliminer l'obstacle que pouvait représenter les marinas pour les futurs projets des enfers et ce sans rien demander en retour. Si Andréa devait retenir qu'une chose de ce discoure, c'était celle là, car une telle proposition méritait que l'on s'y intéresse.


avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27662-thanatos
ThanatosDieu de la Mort | Administrateur
Dieu de la Mort | Administrateur

Date d'inscription : 27/12/2012
Nombre de messages : 2046
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas
Sam 23 Jan - 19:01
Vous avez demandé à me voir, Guerrier Divin ?

Lentement, progressivement, Thanatos se matérialisa dans le dos de l'intéressé. Façon de parler : l'image qui venait d'apparaître n'avait aucune consistance. Tout au plus un reflet, une ombre de celui qui dirigeait actuellement les Enfers. En pleine entrevue avec Minos, le Dieu de la Mort n'avait eu le loisir de se déplacer pour accueillir son visiteur ; il ne pouvait qu'espérer que celui-ci n'en prendrait pas ombrage. Le fils de Nyx ne se sentait cependant nullement coupable ; après tout, Odin non plus n'avait pu le recevoir au cours de sa dernière visite... Même s'il avait au final trouvé bien mieux que tout ce qu'il aurait pu obtenir du maître des lieux.

Désolé de ne pouvoir vous recevoir en personne, mais comme devez vous en douter, je suis quelqu'un de très occupé. J'ai préféré opter de cette solution que de vous faire attendre plus longtemps, j'ose croire que vous ne m'en tiendrez pas rigueur.

D'une brève inclinaison de la tête, il salua Andréa également, la remerciant de l'avoir fait prévenir. Si sa vie telle qu'elle était avant de recevoir son armure ne la prédestinait pas exactement à devenir soldate, elle faisait montre d'une certaine capacité d'adaptation. Il ne fit rien pour la congédier, cependant : si peu gradée soit-elle, la Liche était la plus au fait de la situation actuelle des Guerriers Divins - Eydis mise à part, mais mieux valait garder cet atout-là de côté. D'un pas lent - et plus silencieux encore que d'habitude, si c'était seulement possible -, l'image cosmique vint se poster au-devant du soldat du froid, aux côtés de sa subalterne.

En dépit de sa présence artificielle, le Faucheur dégageait la même majesté que d'ordinaire, dans sa tenue de noir et d'or. Les bras croisés dans le dos, il prit le temps d'examiner le guerrier scandinave sans en rien montrer. Lors de sa brève escapade dans les terres glacées du grand nord, il n'avait pas eu l'occasion d'en rencontrer. Ce n'était certes pas la première fois qu'il en rencontrait un, mais cela faisait si longtemps que ses références étaient depuis longtemps périmées. Il en savait néanmoins encore assez pour identifier clairement l'armure de Beta. Un léger sourire avenant étira le coin de ses lèvres.

Alors, que puis-je faire pour vous ?
avatar
AndréaSpectre de la Liche | Modérateur
Spectre de la Liche | Modérateur

Date d'inscription : 14/08/2014
Nombre de messages : 651
Age : 24
Double Compte : Rogos, Xing Huo

Revenir en haut Aller en bas
Dim 24 Jan - 11:32
Andréa reconnaissait bien là Reiner : elle pouvait chipoter sur des détails autant qu'elle le voulait mais à la fin, l'Ase était toujours celui qui semblait avoir raison... Car il fallait bien l'admettre, même s'il ignorait certains points tenus secrets, le Guerrier Divin dressait un constat incontestable. Peut-être en savait-il également plus qu'eux sur d'autres points : cette histoire d'alliance entre les Marinas et les Nyorais par exemple dont la Liche n'avait jamais entendu parler. Si un tel rapprochement s'était bel et bien opéré entre ces deux factions, cela n'avait guère empêché Poséidon de détruire les Dieux nippons lorsque ceux-ci s'étaient mis sur son chemin. Suivant cette logique, l'arrangement entre les divinités infernales et le Maître des Océans n'offrait que bien peu de garanties.

Le Sleipnir se montrait digne de son totem, celui du destrier d'Odin transportant sans faillir le Dieu sur le champ de bataille. Pour un peu elle se serait ralliée à son point de vue. Pour un peu. Dans ces instants, il convenait de se demander ce qu'en penserait Thanatos, Lui, leur Maître si détaché, si effroyablement calme, si... inhumain. L'exercice était plus que difficile, quel esprit de basse extraction pouvait se targuer de comprendre les ineffables desseins d'une entité antédiluvienne ? Toutefois, il restait permis de se poser la question. La Mort risquerait-Elle Son domaine nouvellement acquis et à peine reconstruit ? Pourquoi le Faucheur s'opposerait-Il au souverain de l'Atlantide, dont les actions contribuaient à purifier l'humanité et à réveiller en elle la saine crainte des Dieux ? Qu'est-ce que cela Lui rapporterait, à part la vengeance et la satisfaction d'avoir mis des bâtons dans les roues des projets de l'Olympien ? Quoi que dise Reiner, le fait demeurait que, si les velléités conquérantes de Poséidon incluaient l'Au-delà, il lui aurait été bien plus facile de s'en emparer à la fin de son invasion que maintenant qu'ils avaient récupéré. Il n'aurait eu qu'à tendre la main.

« Quant à la situation du monde, je suis bien d'accord. » confessa-t-elle. « Cependant je ne sais pas si mon Seigneur l'entendra de cette oreille : après tout, Son Royaume n'est pas de ce monde. »

Aussi alléchante que soit l'offre du protecteur nordique, Andréa ne doutait pas que Thanatos la pèserait prudemment dans Sa balance. Bêta n'en aurait-il pas fait de même si leurs situations avaient été inversées, lui qui s'était montré si suspicieux lorsque la Liche lui avait offert son aide sans contrepartie ?

D'ailleurs, en parlant de la Mort, La voilà qui faisait Son entrée, leur épargnant un long périple à travers les Enfers – encourageante preuve d'intérêt, ou simple marque de courtoisie ? Cela restait à voir.

Bien que fantomatique, le Faucheur n'en était pas moins impressionnant qu'à Son habitude, cette démonstration du don d'ubiquité ne faisant qu'ajouter à la mystique divine. Izanagi avait fait usage du même pouvoir lorsque la jeune fille s'était rendue sur les terres des Nyorais, ce n'était donc pas exclusif à son Maître, mais cela donnait quand même le ton. La Mort allait où ça Lui chantait, pouvant à tout moment surgir de nulle part, et même si cette projection incorporelle était impropre à faire couler le sang, l'inverse était vrai aussi : le Dieu à son origine était intouchable.

« Mes hommages, Monseigneur. Je Vous présente Reiner de Bêta, ambassadeur d'Asgard ; Sire Reiner, je vous présente Sa Seigneurie Thanatos, dirigeant des Enfers. »

L'introduction était sans doute inutile, chacun de ses interlocuteurs ayant très probablement deviné l'identité de l'autre, mais la jeune fille ne faisait qu'observer le protocole. Une inconfortable ambiguïté demeurait sur les titres toutefois : si elle prenait en compte l'existence de Perséphone, cela ne faisait-il pas du Faucheur un co-Régent plutôt qu'un Souverain ? Plutôt qu'une terminologie malheureuse, elle avait opté pour « dirigeant » : qu'il s'agisse d'un dirigeant ou du Dirigeant, chacun comprendrait ce qu'il voudrait.

Une simple Étoile Terrestre aurait dû se retirer de cette rencontre au sommet, mais Thanatos ne lui en avait donné ni l'ordre, ni la permission. Incertaine, elle choisit de se placer en retrait, au cas où le Dieu aurait besoin d'elle, restant aux premières loges pour assister à une discussion qui fixerait durablement la ligne de conduite des Spectres.
avatar
PNJ Hadès

Date d'inscription : 30/03/2006
Nombre de messages : 343

Revenir en haut Aller en bas
Lun 25 Jan - 12:48
Le messager de la reine parvint sans mal à trouver ses cibles, par contre, il n’avait pas anticipé la présence fantomatique de Thanatos. Le garde de Perséphone, reconnaissable à l’écusson qu’il portait (les armoiries d’Hadès affublées d’un narcisse), se racla la gorge pour signifier sa présence.

Perséphone avait décidé de faire valoir ses droits sur les enfers et entendait le signifier à tous. Le messager avait l’honneur (ou la malchance selon le point de vue) de le clamer haut et fort. Il identifia les différents protagonistes, en prenant soin de ne pas s’attarder sur Thanatos, puis il s’adressa à l’envoyé d’Asgard.

-« Excusez-moi de vous déranger ainsi… Sa Majesté Perséphone, Reine des Enfers, souhaite vous rencontrer lors d’une entrevue privée, elle dispose d’informations précieuses qu’elle veut remettre à Son Homologue d’Asgard. Une fois votre entretien présent terminé, bien entendu.»

Thanatos, présenté il y à un instant comme le dirigeant des enfers, venait de subir le premier camouflet. Perséphone se présentait comme une Majesté, une Reine, c'est à peine si elle entendait concéder le titre de seigneurs aux jumeaux divins. L’épouse d’Hadès allait répondre coups pour coups à la cabale que le Dieu de la Mort avait lancée contre elle.

Le Messager se tenait droit, attendant la réponse du plénipotentiaire. Il pensait au courroux futur de Thanatos contre sa petite personne, le silence et l’intimité des enfers risquent d’être fatals au jeune messager de Perséphone.
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27417-reiner
ReinerServant de Sleipnir | Administrateur
Servant de Sleipnir | Administrateur

Date d'inscription : 19/04/2007
Nombre de messages : 2441
Age : 27

Revenir en haut Aller en bas
Lun 25 Jan - 18:50

Diplomatie
L'ennemi de mon ennemi est mon ami ?
Le dialogue entre le guerrier divin de bêta et de la spectre se poursuivit. La liche releva un élément qui semblait important. Elle précisa à Reiner qu'après tout, le royaume du dieu de la mort n'était pas lié au monde des vivants. Reiner ne pus s'empêcher de mettre cette argument de côté pensant déjà à son utilité futur.

Le cour des pensées du jeune homme fut interrompu pas l'arrivée de Thanatos. Le dieu de la mort s'était matérialisé dans son dos sous une forme spectrale. Reiner ne put qu'admettre que le seigneur de la mort savait soigner son entrée. Ce dernier avait répondu à son appel tout en s'excusant de façon protocolaire des conditions de sa présence. Après l'introduction d'Andréa c'est le jeune homme qui prit la parole tout en s'inclinant légèrement et avec respect face au dieu de la mort. Même s'ils n'étaient pas alliés, Reiner avait appris à respecter les dieux quels que soit leur camps.

“Je vous remercie de m'accorder un peu de votre temps seigneur Thanatos. Pour ce qui en est de la solution choisie je ne vous en tiens nullement rigueur. J'ai la une occasion de vous transmettre mon message et c'est tout ce qui compte. ”

À ces mots, un nouveau protagoniste fit son entré. Un messager de la reine des enfers était venu délivrer un message à l'intention de Reiner. Le guerrier divin de bêta décida de répondre au messager avant d'entamer sa conversation avec Thnantos.

“Je serai ravis de rencontrer sa majesté Perséphone une fois ma discussion avec le seigneur Thanatos terminé. ”

Le jeune homme fit un léger sourire au messager de la reine des enfers avant de s'adresser directement au seigneur de la mort.

”Comme vous devez déjà la savoir, je suis ici pour vous proposer une coalition qui a pour bute de vaincre les Marinas et de mettre fin à la tyrannie du seigneur Poséidon. À l'heure actuelle, nous les enfants d'Odin parcourons le monde afin de réunir les différents camps pour mettre un terme aux actions du seigneur des océans. Vous pensez peut-être que ce qui se passe à la surface ne concerne pas votre royaume, mais tôt ou tard vous, comme tous les habitants de la terre serez victime du courroux de Poséidon. Le seigneur des océans a mis le monde à ses pieds et les suivants ne sont autre que toutes les divinités n'ayant pas encore accepté sa suprématie. Les Nyorais en ont déjà fait les frais, il n'y aucune raison pour que le frère du seigneur Hadès ne se contente que de la terre alors qu'il pourrait gouverner bien plus. Ni les spectres, ni les saints ne sont à l'abri de ce qui se prépare. À l'heure actuelle, nul n'est en mesure de se dresser seul contre Poséidon d'où la raison de ma venue. Prenez bien le temps de réfléchir à notre proposition, car après, il sera trop tard. ”

Le guerrier divin de bêta s'arrêta là, attendant la réaction de son interlocuteur avant d'engager ses dernières cartes dans la bataille. Il voulait savoir ce que le seigneur de la mort pouvait bien penser de toutes les informations qu'Andréa lui avait transmit.


avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27662-thanatos
ThanatosDieu de la Mort | Administrateur
Dieu de la Mort | Administrateur

Date d'inscription : 27/12/2012
Nombre de messages : 2046
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas
Dim 14 Fév - 16:12
Thanatos avait en effet pleinement compris qui était son visiteur dès l'instant où il l'avait regardé. Néanmoins, les présentations d'Andréa était appréciable. Il se contenta de le saluer d'un signe de tête, que celui-ci lui rendit. C'était bon signe : au moins ne lui avait-on pas envoyé un rustre, pour une fois. La Liche semblait dans l'expectative, attendant probablement qu'il lui donne l'ordre de se retirer. Cela n'arriverait pas : puisque sa propre visite avait trouvé porte close, elle était la dernière à les avoir rencontré - et, d'après ce qu'il avait perçu dans son discours, celui-ci en particulier. Autant dire que sa présence, si peu attendue qu'elle soit dans ce genre de réunion, était toute indiquée.

La modestie était, chez une Étoile Terrestre, une qualité aussi rare que louable - les facultés mentales, capacité de jugement y compris, n'étant pas étrangères à l'attribution des rangs. Depuis qu'il avait repris les choses en main, l'héritière de Kochtcheï s'était déjà montrée plus d'une fois d'une utilité notable. Aussi ne voyait-il pas de problème à la garder à ses côtés - ce qui était déjà une marque d'estime en soi.
Pour qu'il autorise ses oreilles à traîner alors même qu'ils traitaient de pareils sujets, c'était soit qu'il n'y accordait pas tant d'importance, soit qu'il plaçait déjà en elle une confiance relative. Ce qui, paradoxalement, la placerait dans la position la plus précaire qui soit. En profiterait-elle pour s'élever ? Ou, à l'inverse, tomberait-elle au plus bas et encore au-delà sans espoir de remonter ?

Avant qu'il n'ait pu statuer à ce sujet, c'est le moment que choisit un émissaire pour faire son entrée. Le fils de Nyx ne condescendit pas même à baisser les yeux dans sa direction. Dénuée de tout empressement, seule sa main se leva pour exécuter un quart de cercle ; ce fut plus qu'il n'en fallait. À peine le messager avait-il prononcé sa dernière syllabe que sa nuque se trouva dans l'obligation de prendre un angle similaire. Tout son corps s'écroula lourdement tel un pantin aux fils tranchés, sa mine stupéfaite figée à jamais. Le bras de Thanatos reprit place le long de son corps, mais pas avant de s'être essuyé les doigts d'un pâle mouchoir qu'il venait de dégainer.

Je n'aime pas qu'on me dérange alors que je suis en réunion. expliqua-t-il très calmement. Andréa ? Veuillez disposer de lui.

Ainsi devrait-il se passer d'elle, finalement, au moins pour un moment. C'était là plus convenable que de recevoir quelqu'un avec des cadavres dans son hall d'entrée. Le dénommé Reiner ayant respecté les usages, le Faucheur était dans l'obligation d'en faire de même, toute divinité qu'il soit. Son passé brutal le suivant encore à la trace, il convenait de le nuancer par ce qu'il avait appris en société. Oh, il aurait pu faire disparaître le corps par ses propres moyens, mais était curieux de voir comment la Liche se débrouillerait. L'imprécision de l'ordre lui laissait le champ libre, ce n'était pas anodin.

Excusez cette interruption, fit-il en reportant sur Reiner toute son attention. Ce ne devrait plus être un problème à présent.

Si Andréa serait en effet capable de se retirer, une barrière opaque les couperait ensuite du reste du monde, de tel sorte que nul ne pourrait voir ni entendre leurs interactions encore à venir. À moins bien sûr de la briser délibérément, mais quel bien tirerait le Guerrier Divin de trahir ainsi son hospitalité ? Quoique fantomatique, Thanatos n'en conservait pas l'intégralité de ses pouvoirs - et, à ce titre, pouvait en faire un usage libéral envers quiconque transgresserait son isolation. D'un geste nonchalant, il fit apparaître deux sièges ombreux - il serait toujours temps d'en créer un pour Andréa si elle revenait.

Je vous en prie, asseyez-vous. exhorta-t-il Beta avant d'en faire de même de son côté.

Ce dont il souhaitait l'entretenir n'était en rien une surprise, même s'il était intriguant que même les guerriers d'Odin se soient décidé à bouger. Vivant en autarcie, ceux-ci ne se mêlaient que rarement des affaires des autres panthéons - ce pourquoi l'infant de la nuit en était si peu inquiété. Plus que les mots de Reiner, c'était ce qu'ils cachaient qui l'intéressait. Auraient-ils décidé de revenir sur le devant de la scène ? La menace avait-elle pris une ampleur telle que même eux ne pouvaient la laisser passer ? Toujours étaient-ils qu'ils volaient la vedette à des Saints décidément peu pressés de remplir leur fonction de protecteurs de l'humanité.

En effet, cela ne nous concerne pas. lâcha-t-il au bout de quelques instants. Un léger rictus flottait sur son visage. N'interprétez pas mal mes propos, seigneur Reiner. Mais pourquoi voudrait-il gouverner les Enfers, je vous le demande ? S'il le souhaitait, il en aurait déjà eu l'occasion, et il ne l'a pas fait. Ce sont les sommets, les feux de la rampe qui l'intéressent. Il n'a que faire de l'obscurité. Ses occupants, c'était une autre affaire. Posant les mains sur les accoudoirs, il se cala contre le dossier. Les olympiens sont ainsi faits. Pourquoi mes hommes et moi irions-nous risquer une nouvelle guerre ? Qu'aurions-nous à y gagner ? Une lueur avide éclaira son regard. Ou plutôt... Qu'avez-vous à offrir ? Son sourire s'étira. Ne nous voilons pas la face. Si vous êtes venu nous voir, c'est que vous pensez que notre présence à vos côtés pourrait changer quelque chose. Et effectivement, pour autant que je puisse en juger, les armes des Enfers sont les plus à même de faire pencher la balance - sans offense. Ma question est donc la suivante : qu'êtes-vous prêt à donner pour cela ? À quel point tenez-vous à remporter cette bataille, seigneur Reiner ?
avatar
AndréaSpectre de la Liche | Modérateur
Spectre de la Liche | Modérateur

Date d'inscription : 14/08/2014
Nombre de messages : 651
Age : 24
Double Compte : Rogos, Xing Huo

Revenir en haut Aller en bas
Dim 14 Fév - 20:30
Les négociations furent interrompues avant même d'avoir commencé par l'entrée en scène d'un nouveau protagoniste. Si le laquais en lui-même était insignifiant, l'entité dont il se faisait le héraut, Elle, ne l'était pas, et Son intervention perturbait d'ores et déjà les choses. Premièrement, là où Andréa avait évité le plus diplomatiquement possible de froisser les sensibilités comme de laisser fuiter quelque élément que ce soit concernant la dynamique du pouvoir infernal, le messager annonçait d'emblée et sans ambages la couleur, ses paroles plaçant la Mort en position de subordination. Deuxièmement, alors que l'on pouvait s'attendre de la part de Thanatos à une décision mûrement réfléchie prise au terme d'une discussion pleine de tact, Perséphone offrait de but en blanc des informations à l'Ase !

« La connaissance est une arme. Si Son Altesse Perséphone partageait ses informations avec Odin, cela signifierait armer les Guerriers Divins contre les Marinas. » résuma sombrement Kochtcheï. Il y avait de quoi s'inquiéter : sans même chercher à en savoir plus sur leurs intentions, l'épouse d'Hadès prenait parti pour les nordiques ? Alors même que cela garantissait aux Spectres de subir les foudres de l'irascible et impitoyable Poséidon, lui qui n'avait pas hésité à les attaquer pour quelques mots de travers ?

« Dites-moi que je rêve... J'espère qu'Elle a un plan alors, ou que tout ça n'est qu'un horrible malentendu et qu'Elle ne parle pas de ce genre d'informations... » implora intérieurement la Liche, sans conviction. Car quel autre sujet la Déesse pourrait-Elle bien vouloir aborder avec Reiner sinon ? Et puis d'ailleurs, comment était-Elle au courant de son arrivée et comment avait-Elle si vite envoyé un émissaire alors que la jeune fille venait tout juste d'appeler le Faucheur à les rejoindre ?

Et voilà que l'Ase acceptait le rendez-vous par-dessus le marché... mais ses mots eurent à peine le temps d'atteindre leur destinataire avant que celui-ci – son esprit du moins – ne soit réexpédié en Enfer par la voie express par les bons soins de Thanatos. D'une certaine manière, l'envoyé de Perséphone rejoindrait ainsi plus rapidement sa maîtresse. La Liche n'était guère choquée (après tout, les standards pour les châtiments corporels n'étaient pas les mêmes quand on était membre des armées d'outre-tombe), cependant ce style de remontrance risquait de jeter une ombre sur les pourparlers. Comment Reiner réagirait-il ? Malheureusement, le héraut indélicat ayant laissé derrière lui son habit de chair après avoir été éconduit par le Faucheur, il échoyait à Andréa de faire le ménage. Elle s'inclina sans un mot en recevant l'ordre de son Seigneur, se saisit du cadavre à la moelle épinière sectionnée, le chargea sur son épaule et partit en direction du Puits des Âmes. Elle aurait aussi bien pu le décomposer sur place, mais ne souhaitait pas offenser les narines de leur invité avec les remugles putrides de l'opération.

Thanatos devait avoir mis en place une mesure pour s'assurer de ne plus être dérangé car la polonaise ne vit rien en jetant un regard en arrière. De même, seul le bruit de ses pas brisait le silence sépulcral qui était retombé sur les lieux. Elle gravit les volées de marches, franchit les portes et les couloirs, jusqu'à parvenir au gouffre insondable menant au Monde Souterrain. Le passage n'était pas censé servir de vide-ordures, pourtant elle y jeta le corps sans hésitation : son propriétaire à présent désincarné le récupérerait dans l'Au-delà, et le traumatisme lui servirait de leçon pour la prochaine fois. Après que l'obscurité eut avalé la dépouille, elle tourna les talons et se prépara à retourner auprès de son Maître... uniquement pour en être empêchée lorsqu'elle perçut un cosmos inconnu s'approchant du Château.

« Allons bon, quoi encore ? » pesta-t-elle en dévalant les escaliers vers l'entrée. Le Moissonneur de Vies était occupé, il ne fallait pas Le déranger, elle restait donc la seule gradée disponible dans l'édifice. C'était elle ou les Squelettes...

avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27417-reiner
ReinerServant de Sleipnir | Administrateur
Servant de Sleipnir | Administrateur

Date d'inscription : 19/04/2007
Nombre de messages : 2441
Age : 27

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 25 Fév - 18:31

Diplomatie
L'ennemi de mon ennemi est mon ami ?
Les choses prirent une tournure des plus intéressantes et le guerrier divin observa en spectateur silencieux le déroulement des évènements. Le dieu de la mort exécutât d'un simple geste de la main le serviteur de Perséphone. Froidement, sans même prendre le temps de regarder celui à qui il venait son existence, la mort avait fait ce qu'elle savait le mieux faire, faire disparaître dans le néant la moindre étincelle de vie.

Le serviteur d'Odin n'afficha aucune réaction quant à ce qu'il venait de se passer et pris place dans le siège ombreux que venait de matérialiser son ôte, tandis qu'Andréa se chargeait de faire le ménage. Reiner avait regardé toute cette scène avec attention, analysant avec intérêt les moindres faits et gestes que pouvait exécuter Thanatos. Le jeune homme était curieux d'en apprendre davantage sur le caractère de son interlocuteur et tentait de part l'observation d'en apprendre le plus possible sur le seigneur des lieux.

Bien sur, Reiner ne prétendrait jamais pouvoir comprendre un être aussi ancien, complexe et singulier que le maître de la mort, mais il avait déjà pus entrevoir un fragment de ce que pouvait être Thanatos et il comptait mettre cela à son service.

“Je ne peux que vous soutenire quand vous dites que Poséidon cherche la gloire, seul un fou dirait le contraire. Poséidon veut devenir le maître de l'Olympe, cela ne fait aucun doute, mais en aucun cas cela n'épargne le monde des enfers. Les enfers n'échappent pas aux lois dicté par les olympiens et encore moi à celui qui en devient le maître. Si vous protégez si bien cet endroit, c'est parce que vous en connaissez la valeur. Le monde des morts possède bien des secrets et cache bien des trésors. Ne croyez pas que le dieu des océans vous laissera en disposer à votre guise une fois qu'il sera celui qui a soumit l'olympe à sa volonté. ”

Reiner fit une pause, laissant planer un léger silence avant de reprendre.

”Et puis vous le dites vous-même, l'armé des enfers est probablement l'une des choses les plus dangereuse ici-bas. Croyez-vous vraiment que Poséidon soit assez négligeant pour ne pas en tenir compte ? Le seigneur des océans chercher peut être les feux de la rampe, mais il connaît les ténèbres et sait ce qu'il s'y cache.”

À nouveau, le guerrier divin de bêta interrompit son discoure. Tout au long de son argumentation, il avait regardé avec attention le dieu de la mort et c'est en affichant un léger sourire que Reiner repris la parole.

“Mais je ne vais pas vous faire perdre davantage de temps, car je gage qu'il est précieux. Laissez-moi vous faire mon offre et partager avec vous tout ce que je sais sur le sujet. Une fois que ceci sera fait, il sera alors temps pour vous de prendre une décision.”


Le jeune homme se leva de l'assise qu'avait créé pour lui sa majesté Thanatos et lui adressa sa dernière plaidoirie.

”Tout d'abord soyons claire, je ne suis pas ici pour vous demander une faveur au nom du royaume d'Asgard. Que ce soit les enfers ou bien le sanctuaire, nous ne vous appelons pas à l'aide, mais nous vous proposons de faire partie d'un acte qui changera l'histoire telle que nous la connaissons aujourd'hui. Peut importe le camps, tous ont un intérêt majeur à nous suivre dans ce combat, la seule question qu'il nous reste à élucider est de savoir quel camps acceptera cette offre et en profitera pour s'élever.

J'entends par là que le Royaume d'Asgard ne vous offrira aucune contre partie ou faveur pour votre participation à cet évènement.

Qu'avez-vous donc à y gagner ? Vous, plus que n'importe qui d'autre sortiriez gagnant de la transaction. Gagner cette guerre rendrait sa gloire aux enfers qui ne font plus qu'avancer avec prudence dans la pénombre depuis que le seigneur Poséidon a défait sa majesté Hades. Si vous arrivez à vaincre le seigneur des océans, vous aurez réussi là où le seigneur Hadès a échoué et pourrez enfin en toute légitimité asseoir votre pouvoir sur les enfers qui jusqu'à présent ne semble pas être reconnus à sa juste valeur. “


Reiner laissa son regard se poser à l'endroit même ou le seigneur de la mort avait exécuté le messager de Perséphone.

“Cette réflexion était peut-être déplacée j'en conviens et pourtant je ne fais que m'appuyer sur mes observations. Ne croyez pas pour autant que remette votre autorité en question, si tel avait été le cas, je ne me serais pas adressé à vous. Je sais pertinement bien que vous faites matière d'autorité ici-bas mon seigneur.”

Reiner avait conscient que ce qu'il venait de faire était déplacé et que le maître actuel des enfer lui en tiendrait probablement rigueur, mais il savait également que peut importe toutes les raisons valables qu'il avait pu présenter à Andréa, Thanatos était jusqu'à présent resté hermétique à la cause de l'Ase. Le jeune homme tentait par conséquent le tout pour le tout, abattant ses dernières cartes.

“Ce que je vous propose est de vous offrir votre revanche sur les Marinas. Je vous propose de remettre les Spectres sur la voix du pouvoir et cela en ne prenant que très peu de risques. Pour probablement la seule fois de l'histoire, le Royaume d'Asgard est prêt à faire front commun avec vous et croyez-moi, cette opportunité est unique.

Aujourd'hui en unissant nos forces, nous pouvons vaincre les Marinas, j'en suis convaincus. Et si j'ai cette certitude, c'est parce qu'aujourd'hui pour la première fois de l'histoire, Poséidon est plus vulnérable qu'il ne l'a jamais été. Il est vrai que le dieu des océans possède une puissance incommensurable, mais il a pourtant commit une erreur dans sa quête du pouvoir. En tuant les dieux Nyorais, qui jusqu'ici étaient ses alliés, Poséidon a mis tout ce qu'il avait construit en péril. Dans un dernier souffle, les dieux Nyorais nous on fait un dernier cadeau, car c'est rejeté par sa propre armure que le dieu des océans a aquitté Tokyo. Poséidon n'a pas pour autant perdus toute sa puissance, mais le fait qu'il ne puisse plus revêtir son armure me pousse à en déduire qu'il perdu son titre de dieu des océans. ”


Au moment même ou Reiner prononça ces mots, il eut l'impression que le temps se figea. En réalité, le temps n'avait pas interrompu sa course, mais c'est l'incroyable acuité mental dont faisait preuve le jeune homme en cet instant précis qui se mit à altérer sa perception du temps. Son cerveau fonctionnait à plein potentiel, car une idée venait d'interrompre le cour de sa pensée.

Toute idée qui pouvait un jour naître dans l'esprit du jeune homme suivait inlassablement le même processus bien précis. Reiner abordait le monde en se concentrant sur les faits et l'observation pour créer des hypothèses qui petit à petit lui permettait de démêler le vrai du faux et de comprendre le monde qui l'entoure. Cette idée-ci n'avait pas échappé à la règle et en énonçant ces quelques mots à haute voix, son cerveau avait inconsciemment traité toutes les données qu'il avait à sa disposition.

La supposition qu'il venait de faire, si elle s'avérait exacte pourrait donner un poids certain à ses propos. Encore fallait il qu'il ne se soit pas trompé. Le guerrier divin de bêta décida de faire comme il l'avait toujours fait et se fiat une fois de plus à son instinct. Le jeu homme sortis son smartphone de sa poche et le manipula quelques instants avant de reprendre la parole.

“L'actualité est d'ailleurs le seul témoin nécessaire pour soutenir mes propos. Le changement drastique de politique des Marinas en est bien-sur la preuve. ”

D'un clic, le jeune homme mis en marche la vidéo de la conférence de presse qu'avait tenu le porte parole de l'Atlantide.

“Ceci n'est pas la politique de Poséidon. Pourquoi faire marche arrière maintenant qu'il a soumit le monde à sa volonté ? Pourquoi changerait il si soudainement ses plans alors qu'il est en position de force ? Jamais le seigneur des océans ne se préoccuperait des dégâts qu'il a causé à Tokyo et surtout, il n'y enverrait jamais une aide humanitaire. Tokyo ne représentait rien pour lui, pas plus que les gens qui y vivent. Poséidon n'est pas celui qui prend les décisions pour le moment et il vous suffirait de quelques espions pour confirmer mes dires si ma parole ne vous suffit pas. ”

Reiner jouait gros sur ce coup la. Tout ce qu'il faisait pour le moment était de spéculer. Après tout, il avait établi cette hypothèse avant de savoir que les Marinas avaient délivré un communiqué de presse sur leur nouvelle politique, mais pour l'instant, son instinct ne l'avait pas trompé. Les Marinas allaient regretter d'avoir pris cette mauvaise habitude de tout communiquer aux médias, car aujourd'hui, cette routine qu'avait pus observer Reiner se retournait contre eux. Il était logique que les Marinas rédigent un discoure trompeur pour couvrir le massacre de Tokyo, mais la, Reiner en était sûr, les Marinas venaient de se tirer une balle dans le pied.

“J'étais là à Tokyo, j'ai vu ce qu'il s'est passé, j'ai vu Poséidon détruire des vies sans le moindre scrupule, je serais prêt à parier ma vie que cette action n'est pas de lui et que pour le moment les Marinas ne bénéficient plus de sa protection et craignent les représailles, sinon comment expliquer un tel retournement de situation.”

Reiner venait de déposer ses dernières cartes. Les jeux étaient faits et c'est entre les mains du seigneur Thanatos que reposait l'implication future ou non des enfer dans cette bataille.

“Il ne me reste plus qu'à attendre votre décision seigneur Thanatos, mais sachez que je suis profondément convaincu qu'une occasion comme celle-ci est unique est que votre décision ne devrait pas être prise à la légère. ”


Le silence gagna ensuite la pièce et c'est patient et immobile que Reiner attendait la réponse du maître de la mort.





HRP a écrit:
Sorry pour le pavé, mais Reiner a décidé de mettre tout ce qu'il avait sur la table pour ne pas faire perdre de temps à Thanatos et puis ça devrait aussi permettre de ne pas trop faire trainer le rp comme je sais que tu es un peu pris par pleins d'rp en ce moment
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27662-thanatos
ThanatosDieu de la Mort | Administrateur
Dieu de la Mort | Administrateur

Date d'inscription : 27/12/2012
Nombre de messages : 2046
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas
Ven 25 Mar - 18:16
Sur cela au moins, nous sommes d'accord.

Et c'était bien tout ce sur quoi ils le seraient, Thanatos ne put que le deviner. Dès la phrase suivante, Reiner démontra sa méconnaissance du monde grec. Conquérir l'Olympe par la force ne ferait point de Poséidon son maître - du moins pas aux yeux de ceux qui y vivaient. Peut-être pourrait-il régenter sur les cieux au lieu des fonds marins, mais combien d'entre eux le reconnaîtraient comme souverain ? Oh, le Faucheur n'avait peut-être pas grande estime pour la plupart d'entre eux, mais osait croire qu'ils ne seraient pas sots à ce point.

Certes, Zeus n'avait peut-être pas que des qualités, mais ce n'était pas un changement dont ils gagneraient. Même s'il fallait admettre que Poséidon avait gagné en puissance plus qu'aucun d'entre eux, vautrés dans leur décadence depuis longtemps, il serait fou de penser pouvoir les vaincre s'ils faisaient front commun. Si négligents qu'ils soient devenus avec le temps, on pouvait tout de même supposer qu'ils seraient enclins à défendre leur domaine divin. Rien de tel qu'un avis d'expulsion pour enfin faire sortir de leur torpeur ces pantouflards impénitents.

Nous en sommes encore loin, contra-t-il placidement. Il sera toujours temps de voir quand nous y serons. Même si je comprends l'intérêt de tuer la menace dans l'œuf, croyez-le bien, il n'est pas toujours bon de s'y prendre trop tôt. Sans quoi des leçons ne peuvent être tirées, notamment - vous l'apprendrez si vous vivez assez longtemps.

Entendre quelqu'un parler avec autant d'emphase de la valeur des Enfers alors même que certains de ses plus anciens résidents semblaient l'oublier avait de quoi le faire rire jaune, cependant. S'il n'était guère facile de déterminer le moment parfait pour couper l'Empereur des Mers dans son élan, Thanatos pensait en avoir encore le temps. D'ici là, les Spectres avaient toutes les raisons d'en profiter, les mains plus libres qu'elles ne l'avaient jamais été. La convoitise du Seigneur des Flots aurait au moins eu cela de bon. Le Faucheur se para d'une mine d'amusement.

Et bien, je suis ravi que vous portiez à notre monde des morts un tel intérêt, mais je crains que vous ne le surestimiez ; sans cela, pourquoi son propre monarque voudrait-il le quitter ? D'un geste de la main, il fit apparaître sur la table deux coupes en or massif, serties de rubis et emplies d'un vin de qualité. Les désignant nonchalamment, il alpagua son vis-à-vis, anticipant toute potentielle suspicion de sa part. N'ayez crainte, il n'est pas empoisonné. Vous vous en doutez certainement, mais si je voulais vous tuer, il ne me serait nul besoin de passer par des moyens aussi détournés.

Le caractère rassurant des paroles étant relatif, il porta la main à son verre pour y boire en premier. Cela ne prouvait rien - sa nature divine aurait prévenu sans mal ce genre de désagrément - mais il osait croire que la symbolique du gestes suffirait à écarter tout soupçon. Reposant le breuvage, son goût encore sur les lèvres, le fils de Nyx reporta son attention sur Reiner. Là encore, celui-ci se hasardait sur un terrain qu'il ne maîtrisait que trop peu - mais comment lui en vouloir ? Les enfantillages de Perséphone étaient seuls en tort dans cette histoire. Une erreur d'interprétation qu'il lui fallait à présent corriger. À nouveau, un sourire s'installa sur ses traits.

Seigneur Reiner, si je puis vous donner un conseil, évitez à l'avenir de vous laisser aller à des déductions. Les choses ne sont pas toujours ce qu'elles paraissent, moins encore quand les Dieux sont impliqués. Cela vous évitera des erreurs diplomatiques dont vous aimerez certainement vous passer. Sans toutefois faire preuve d'animosité, il reprit une franche gorgée. Même s'il me flatte au plus haut point de savoir que vous me verriez sur le trône, sachez que je n'entends pas prendre la place de qui que ce soit. Je ne suis pas un roi - tout au plus un général à la tête d'une armée. Je ne fais que la garder en ordre pour qu'elle puisse être menée par qui de droit.

Il se garda de s'étendre sur la bien-portance des Enfers. Reiner semblait penser qu'ils continuaient de faire profil bas de peur de recevoir un nouveau coup de trident ; qu'il en soit ainsi. Trop occupés par leurs propres querelles, les Guerriers Divins n'avaient pas eu le temps de se renseigner - ce qui les rendait d'autant moins fiables en tant qu'alliés. Prenaient-ils seulement la mesure du défi qu'ils prétendaient pouvoir relever ? Son rictus s'étira quelque peu ; il dut se faire violence pour que nulle moquerie ne vienne s'y glisser. Une opportunité unique, oui - peut-être parce qu'il ne resterait plus rien des guerriers d'Asgard s'il la déclinait ici et maintenant.

Oh. Nous devrions donc nous sentir honorés que vous daigniez collaborer avec nous ? Il n'en dit pas plus, et son ton n'avait pas changé ; il prenait simplement bonne note de cette tournure malavisée. Vous me parlez de revanche pour une guerre à laquelle je n'ai pas participé. Même s'il me tient évidemment à coeur de faire plaisir à mes hommes, vous comprendrez que ce ne soit pas un argument.

La suite du discours de Reiner se révéla plus digne d'intérêt ; au profit du plus grand sérieux, toute trace d'amusement s'effaça de son visage persan. Non seulement il lui confirmait l'alliance entre Poséidon et les Nyoraïs, mais aussi leur défection - s'il avait bien ressenti quelque chose au moment des faits, Thanatos n'était pas tout à fait au courant. Cerise sur la pièce montée, Poséidon aurait perdu une partie, si ce n'est l'ensemble de ses pouvoirs dans cette confrontation.
Cela restait bien sûr à confirmer, mais si le Cheval à Huit Pattes avait raison... Il lui faudrait se renseigner. Si le fils de Nyx commençait à douter avoir bien fait d'être venu en personne, ses doutes s'envolèrent après avoir reçu de première main ces informations. Néanmoins, que le frère de Zeus ait été jusqu'à abattre ses propres pairs témoignait d'une certaine instabilité... Il lui faudrait enquêter.

J'ai en effet eu vent de cette tragédie, reprit-il aussitôt après. J'avoue toutefois m'étonner que l'honneur des Guerriers Divins ne leur interdise pas de s'en prendre à un adversaire affaibli. Nul doute que les Saints auraient plus de remords à ce sujet.

Il n'en dit pas plus cependant, attendant de voir ce que Reiner pouvait avoir d'autre à raconter. S'il pourrait en effet envoyer des espions comme celui-ci l'y incitait - ce qu'il ferait par pure précaution -, il n'allait pas non plus refuser les renseignements qu'il pourrait avoir à lui donner. Bien sûr, tout cela n'était que théories, et c'est en tant que telles que Thanatos les considérait. Mais à travers lui s'exprimait aussi l'opinion du royaume d'Asgard. Si personnelle que soit son approche, le message, lui, ne l'était pas. Pourvu qu'il soit à peu près honnête - le fils de Nyx n'avait jusque là que peu de raison d'en douter -, cela lui permettrait d'entrevoir leur mode de pensée, d'avoir une idée d'où ils en étaient. Malgré tout, il transpirait de tout cela une certaine naïveté qu'il allait devoir balayer, dans leur propre intérêt.

Je vous remercie pour votre témoignage, seigneur Reiner. fit-il en fermant les yeux quelques instants. Lorsqu'il les rouvrit, il posa sur son visiteur un regard ardent. Néanmoins, vous rendez-vous compte de ce que vous nous demandez ? Dites-moi, seigneur Reiner, de combien d'hommes dispose l'armée d'Asgard ? Quelles sont les forces qu'elle peut déployer ? Il laissa planer un moment de silence. Ne vous fatiguez pas à me donner la réponse, je la connais déjà : trop peu. Sinon vous ne seriez pas là, pour commencer. Il n'y a pas de mal à cela : ainsi que vous avez essayé de le dire - avec une certaine maladresse, si vous me le permettez - nous ne sommes pas vraiment le premier choix que vous feriez en matière d'alliés, et ce malgré les efforts louables de cette chère Andréa. J'imagine que l'on peut dire que notre réputation nous précède.

Même si cela faisait à présent un certain temps qu'il avait repris les Enfers en main, il fallait avouer qu'Hadès en avait peint un sinistre portrait. C'était à lui d'arranger cela - quand bien même il était en droit de croire que ce ne serait pas cette fois. Un léger rire lui échappa alors qu'il se laissait retomber contre son siège, les doigts croisés. Il avait laissé le porteur de Sleipnir exposer ses arguments ; à présent que celui-ci était en train de reprendre son souffle, c'était à son tour de s'exprimer. S'il avait disposé çà et là les jalons de sa future répartie, encore fallait-il l'élaborer.

Votre plaidoyer me permet d'envisager deux options, et aucune d'entre elles ne me satisfait. fit-il en relevant la tête légèrement. La première est que vous aviez préparé votre discours à l'avance, ce qui, si c'est tout à votre honneur... N'est pas sans dégager l'hypothèse d'un calcul de votre part. Il se tut un instant, paraissant le sonder du regard. La seconde est que vous soyez désespéré au point de tout mettre sur la table. Vous comprendrez que, dans un cas comme dans l'autre, je sois quelque peu sceptique quant à ce qui pourrait en découler.

Une fois encore, il porta son verre à ses lèvres avant de continuer. Peut-être n'était-ce qu'une impression, mais sa peau semblait se faire plus sombre à mesure qu'il poursuivait ce dialogue.

Voyez-vous, seigneur Reiner, je n'ignore pas votre situation. L'intensité de son regard crût légèrement. Vos armées sont exsangues. Vous sortez à peine d'un combat contre vous-mêmes et vous voulez déjà vous engager dans une nouvelle bataille. Une bataille que vous ne pouvez pas gagner sans aide extérieure. Le moissonneur marqua une courte pause. C'est pourquoi, je vous le demande, qu'attendez-vous de nous exactement ? Que nous composions votre avant-garde ? Peut-être même de mourir à votre place. Le gobelet encore à la main, un doigt s'était tendu dans sa direction. Je ne peux pas vous blâmer ; il est vrai que ce n'est pas un problème pour nous. Mais je n'entends pas sacrifier mes troupes au nom d'une bataille que d'autres auront entamé, pas avant d'être sûr que cela en vaille la peine. Il se recroquevilla légèrement pour mieux le regarder. Apportez-moi la preuve de votre détermination. Prouvez-moi que vous mènerez cette bataille même si vous devez le faire seul, et peut-être consentirai-je à vous aider.

Il avait tant entendu parler de la bravoure d'Asgard - celles que les mythes et légendes mettaient à l'honneur. C'était un bon moyen de voir si les héritiers de cette époque avaient encore en eux ce qu'il fallait pour devenir immortels, leurs noms gravés dans l'histoire, répétés et amplifiés à travers le temps. Si c'était le cas, peut-être cela vaudrait-il la peine de les assister. Quant à ce premier contact, le moment était venu pour lui de prendre fin.

Bien, je pense que nous en avons terminé ici. fit Thanatos en se relevant. Désolé de ne pouvoir m'attarder plus longuement. Ce n'est pas que votre compagnie me déplaise, mais comme je vous le disais, je suis un homme occupé. Libre à vous d'aller plus loin si vous le souhaitez, mais je ne vous le conseille pas. En effet, l'enveloppe actuelle de son altesse Perséphone n'est autre que la dernière prêtresse de Poséidon en date, une jeune femme du nom de Calysto.

Il guetta une éventuelle réaction à la mention de ce nom.

Comme vous le savez sans doute, une réincarnation demande du temps, et la sienne n'est pas encore terminée. Pour autant, ces pouvoirs sont déjà en elle, aussi est-elle à même de se faire passer pour sa majesté - raison pour laquelle elle a demandé à vous rencontrer en-dehors de ma vue, si vous voulez mon avis. Je suppose que vous ne voudriez pas risquer qu'elle dévoile vos projets.

avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27417-reiner
ReinerServant de Sleipnir | Administrateur
Servant de Sleipnir | Administrateur

Date d'inscription : 19/04/2007
Nombre de messages : 2441
Age : 27

Revenir en haut Aller en bas
Mer 13 Avr - 10:24

Diplomatie
L'ennemi de mon ennemi est mon ami ?
L'ase acceptât le verre de vin tendu par son interlocuteur sans peur que ce dernier ne tente de l'empoisonner. Après tout, jamais le dieu de la mort ne s'abaisserait à une solution si peu original pour hotter la vie de son ôte. Il pourrait sans mal défaire le guerrier divin s'il le souhaitait et ce sans perdre son temps en écoutant le jeune homme.

Le seigneur des lieux confortât d'ailleurs le jeune homme dans son analyse et c'est avec une oreille attentive que Reiner écoutât la grande faucheuse tout en dégustant avec soin ce breuvage raffiné

Il ne fallut pas attendre la fin du discoure du maître d'Andréa pour que Reiner devine sans peine que les enfers refusaient son offre. De toute évidence, le seigneur Thanatos ne voyait pas la situation sous le même angle que le guerrier divin de bêta. Reiner était persuadé que si rien n'était fait dans l'immédiat, alors il serait trop tard. Mais visiblement le seigneur Thanatos pensait avoir encore le temps de jauger la situation. À l'heure actuelle, le guerrier divin de bêta ne pouvait savoir qui avait raison. Le maître de la mort dont l'expérience de vie était incomparable ou bien lui qui avait vu le seigneur des océans éliminer sans le moindre remord deux divinités.

Reiner de blâmait nullement les enfers de refuser l'offre qui était fait, mais avant de partir il souhaitait clarifier un point qui lui semblait important.

“Tout d'abord, je voudrais vous remercier du temps que vous m'avez accordé mon seigneur et ce même si je n'ai pas réussi à vous convaincre de vous joindre à nous. Toutefois, je voudrais clarifier quelque chose.”


Le guerrier divin but une dernière gorgé de vin avant de poser définitivement son verre sur la table.

“Nous n'attendions nullement de la par des enfers de jouer le rôle de pions dans une guerre hypothétique menée contre Poséidon. De notre point de vue, le seigneur des océans a mené une politique de domination à l'égard de l'humanité, a tué sans aucune conséquence deux divinités et menace l'équilibre des pouvoirs en place. Pour éviter un point de non-retour nous avons décidé de contacter tous les camps afin de mener une action en front commun et ce afin de mettre un terme à quelque chose qui a déjà pris des proportions bien plus important que des actes isolés qui ont mené à des guerres saintes et les enfers en sont un bon exemple.

Mais si ce qui se passe actuellement n'est le soucis de personne, alors le Royaume d'Asgard fera comme il l'a toujours fait et continuera à vivre en marge du monde. Nous protégerons les notre des menaces extérieures et si l'humanité venait à perdre ses droits et sa liberté, nous nous consolerons en nous disent qu'au moins nous avions essayé de changer les choses et que notre peuple lui est à l'abri.”


Sur ces mots Reiner se leva pour prendre congé du seigneur des enfers.

“Je ne vous dérangerais pas plus longtemps mon seigneur et je tacherais de ne pas oublier vos paroles quand je serais face à dame Pershéphone. Je ne sais pas pourquoi elle souhaite me rencontrer, mais il n'est pas dans ma nature de refuser l'invitation d'une divinité.”

Reiner franchis alors la barrière mise en place par le seigneur Thanatos et s'inclina une dernière fois respectueusement devant son hôte. Il allait à présent se rendre auprès de Pershéphone pour respecter son engagement. Mais il ne lui fallait pas trop traîner, car sa mission touchait à sa fin en ces lieux.






[OE] L'ennemi de mon ennemi est mon ami ?