avatar
WulfFléau de l'Ulfark | Modérateur
Fléau de l'Ulfark | Modérateur

Date d'inscription : 31/01/2014
Nombre de messages : 723
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas
Dim 17 Jan - 18:31
Wulf était parti peu après le départ de Reiner en direction de l’ile de la Reine Morte. Le voyage jusque-là lui prit un certain temps de par la vitesse à laquelle il pouvait voyager mais aussi à cause de sa connaissance très approximative de la position de l’ile des chevaliers noirs. Finalement, il finit par trouver son objectif, l’île était dominée par un volcan qui crachait en permanence une colonne de de fumée noir vers le ciel. Les environs, malgré qu’ils étaient vraisemblablement habités par un grand nombre de personne, semblaient être une terre particulièrement hostile, de plus l’apparence même de l’ile dégageait une apparence de désolation, de la roche d’un noir anthracite recouvrait une bonne partie de l’ile lui donnant un aspect dévasté. De plus, la presque totalité des côtes de l’ile consistait en des falaises, constitué de la même roche sombre qui recouvrait l’ile, lui donnant l’apparence d’une véritable forteresse aux remparts aussi noirs que les armures que portaient ceux qui l’habitait, sur lequel même la force de l’océan semblait se briser, mais en sera-t-il de même lorsque Poséidon tournera son regard vers cette place forte ? Wulf savait que de par le monde, un grand nombre de personne ne comprenait pas pourquoi les Asgardiens restaient sur leurs terres, Wulf quant à lui ne comprenait pas comment des gens pouvaient vivre sur cette ile en permanence menacée par un volcan vraisemblablement en activité.
 
Wulf finit donc par se rendre sur place, à l’endroit où un port existait et devait servir de porte sur le monde, un peu comme Magnir en Asgard. Il ne tenta rien pour dissimuler sa présence à ceux qui habitait les lieux et surtout à ceux qui en était les protecteurs. Wulf portait son armure, sa pelisse d’ours et ne tentait même pas de camoufler son cosmos, au contraire, il voulait qu’on le repère pour qu’au moins un chevalier noir vienne à lui et qu’il puisse leurs apporter l’offre d’Asgard.
 
Wulf était également conscient dans le fait qu’il ne commençait pas les choses sous le jour le plus diplomatique, mais il s’en foutait dans le fond. Il préférait d’ailleurs se manifester de cette façon, les chevaliers noirs ne pourraient pas lui reprocher d’avoir tenté de les tromper sur ses intentions. De son propre avis, on ne pouvait pas faire confiance à un homme qui dissimulait son arrivée et prétendait n’avoir aucune mauvaise intention une fois repéré. Il décida donc simplement d’attendre que l’un des protecteurs des lieux décide de venir à sa rencontre et s’installa contre le mur d’un entrepôt sur les quais augmentant légèrement son cosmos.
 

Il en profita pour un peu observer les lieux et la vie des gens ici. Pour ce qu’il en savait, les chevaliers noirs n’étaient affiliés à aucune divinités, Wulf se demandait donc ce qui motivait et rassemblait les chevaliers noirs, comment reconnaissait-il celui qui pouvait légitiment exercer l’autorité ? En quoi ils croyaient ? C’était des choses qui le dépassait un peu. Mais il devait leur reconnaitre une chose, c’est que, malgré leur mauvaise réputation, il éprouvait une forme de respect pour ces hommes qui décidaient de s’opposer à des divinités sans posséder la protection d’au moins l’une d’entre elles.
avatar
PNJ Mercenaire

Date d'inscription : 05/11/2005
Nombre de messages : 176
Age : 1217

Revenir en haut Aller en bas
Mar 19 Jan - 19:15
-On veut pas des gens comme vous ici.

Un groupe de marins avait déjà pris place près de leur propre vaisseau, maintenant sorti de l’eau depuis les menaces de Poséidon, autour d’une boîte de bois à jouer aux cartes et parier l’argent qui leur restait. À l’arrivée du guerrier divin, tous se retournèrent dans sa direction et la majorité des hommes eurent le réflexe d’attraper leurs armes. Seule la figure féminine du groupe prit la peine de se lever pour prendre la parole. Seule membre appartenant réellement à la faction, les autres n’étaient que sous ses ordres, la jolie brunette contrastait avec le guerrier du nord de par son seulement son accoutrement militaire moderne, mais aussi l’absence d’armure. Mais elle était bien plus hostile. En l’absence des grands dirigeants de l’île, les frontières étaient fermées et la méfiance était mot d’ordre, surtout aux vues des récents évènements. Les entrées et sorties de l’île se devaient d’être solidement gardées.

Un couteau acéré à la main, la demoiselle s’approcha de l’Ase, le toisant longuement avec mépris, et une minuscule étincelle de haine.

-J’espère que vous avez une bonne raison d’être ici. Sinon je vous donne dix secondes pour foutre le camp et ne jamais revenir.

[HRP: Comme les membres ne sont pas disponibles, c'est un PNJ qui s'occupera de toi pour l'instant. Si un des BKs parvient à se libérer il pourra rejoindre le topic.]
avatar
WulfFléau de l'Ulfark | Modérateur
Fléau de l'Ulfark | Modérateur

Date d'inscription : 31/01/2014
Nombre de messages : 723
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas
Mar 19 Jan - 22:05
Lorsqu’il vit les autochtones prendre les armes en le voyant, Wulf ne put s’empêcher de penser qu’il ne s’agissait probablement pas de la réaction la plus approprié pour leur survie face à un éveillé, mais d’un autre côté, ils auraient réagi exactement de la même manière en Asgard. Une femme avait visiblement le leadership du groupe et elle s’adressa directement à lui, armée seulement d’un couteau. Wulf fit un effort pour résister à l’envie de répondre à l’hostilité de cette dernière, en Asgard au moins, les lois de l’hospitalité forçaient à d’abord écouter le messager avant de décider si oui ou non lui réglait son cas.
 
Certaines personnes en Asgard ont décidé qu’il était temps de réagir faces aux actions du souverain de l’Atlantide et mon rôle ici est de vous inviter à prendre part aux réjouissances et ainsi vous donnez une chance de pouvoir lever l’embargo maritime dans lequel votre ile ainsi que la totalité de l’humanité est soumise, ça te va comme raison ?!
 
Wulf n’appréciait nullement d’être ainsi menacé, mais ce qui l’énervait encore plus c’était de ne pourvoir régir de manière trop agressive sous peine de réduire à néant toute chance de succès des négociations. Il faisait à présent face à la fille, pas encore en position de combat mais néanmoins prêt à réagir au cas où bien que déjà dans ses yeux brillait la lueur qui lui était si caractéristique, signe que son appétit de combat s’éveillait.
 
-  Mon nom est Wulf, guerrier d’Asgard. Je suis ici pour proposer une coalition temporaire à vos dirigeants, une fois la menace commune écartée on pourra recommencer à se détester aussi cordialement qu’avant.
 
Il devait reconnaître que les gens d’ici possédaient une fougue qu’il n’aurait jamais cru voir ses des hommes hors d’Asgard, il aurait été sûr que la grande majorité des hommes actuels avaient vu leur courage amollit par leurs recours systématiques à la technologie, évitant l’effort autant que possible. Il devait admettre que chacune de ses sorties du royaume le surprenait un peu plus.
 
-  Je laisse donc le choix entre vos mains, estimez-vous que ma raison est suffisante où dois-je m’en aller ?
 

Wulf attendit la réponse à sa question. Soit les habitants de l’ile acceptaient de le conduire à l’un de leurs protecteurs ou alors ils décideraient qu’il devrait partir et courrait ainsi le risque de compromettre la possibilité que les navires (et leurs ravitaillements) puissent à nouveau atteindre leur île.
avatar
PNJ Mercenaire

Date d'inscription : 05/11/2005
Nombre de messages : 176
Age : 1217

Revenir en haut Aller en bas
Dim 24 Jan - 21:00
-Oh… mais on est pas du genre à se sentir menacés par les règles, hein les gars?

Quelques grognements affirmatifs en guise de réponse lui parvinrent et la demoiselle reporta son attention sur le guerrier. Sa petite crise ne l’impressionnait pas, la création de l’embargo était certes problématique et les Seigneurs Takeya et Iblis, avant leur départ, avaient conseillés la plus stricte des prudences, mais ce ne sera qu’une question de temps avant que le poids des menaces se fasse plus léger et que la vigilance de chacun diminue. Quand ce moment viendrait, la vie reprendrait son cours comme elle l’avait toujours fait. Et ainsi l’équipage ne se senti ni convaincu, ni même visé par les explications. Et les guerriers divins n’étaient toujours pas les bienvenus sur l’île. Personne ne l’était.

-Ça s’est déjà planté royalement face au banc de poissons, à moins d’une victoire assurée on a rien à y gagner et beaucoup trop à y perdre… c’est déjà une chance que le monsieur jamais content soit pas venu lui-même nous emmerder, on va pas aller le chercher nous même. Alors tu sais quoi, Wulf d’Asgard? Si les grands patrons veulent vous voir, ils iront vous voir. Et là, ils veulent pas.


Pour conclure, la jeune femme posa les mains sur ses hanches et fronça les sourcils. Ce n’était pas la vérité, mais vu l’absence des grands de la faction, c’était ce que la prudence lui suggérait.

-Tes dix secondes sont passées. Dégage.
avatar
WulfFléau de l'Ulfark | Modérateur
Fléau de l'Ulfark | Modérateur

Date d'inscription : 31/01/2014
Nombre de messages : 723
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas
Lun 25 Jan - 16:26
Wulf commençait vraiment à sentir la colère le gagner. Pour qui ils se prenaient ? C’était pour ce genre d’être que son peuple souffrait chaque jour ? Wulf serra les poings jusqu’à ce que ses articulations blanchissent. Il sentait des envie d’homicide, de massacre le prendre. Son aura augmentait et son agressivité était de plus en plus présente et une pointe d’hostilité avec. Leur arrogance, la sensation qu’ils le prenaient pour un arriéré…
 
Vous n’êtes pas du genre à vous sentir menacer par les règles ?  C’est pour cela que vous avez sorti vos navires de l’eau ? Car vous ne craignez pas Poséidon peut-être ?
 
Wulf s’approcha de manière assez menaçante de la fille, il pourrait sans le moindre souci attaquer et tuer chacun des personnages présents sans qu’ils ne puissent ne serait-ce qu’esquisser un geste pour se défendre… et ce n’était pas l’envie qui lui manquait de faire couler leur sang. Seuls certains principes qu’il respectait l’empêchait de donner libre cours à ses pulsions, le fait que ceux qui lui faisaient face n’étaient pas des éveillés et qu’il n’aurait aucun honneur à les « massacrer dignement » et aussi que d’une certaine manière ils étaient ses hôtes et que ce seraient déplacés d’agir ainsi dans une mission à but diplomatique.
 
-  Quand je suis venu ici, je croyais rencontrer des types qui se prétendaient « protecteurs de l’humanité », des êtres qui n’hésitent pas à partir affronter des divinités aux noms de leurs principes et de leurs projets pour l’avenirs de Midgard. Et maintenant que l’on vous offre une chance, aussi infimes soit-elle, d’empêcher une divinité proclamant ouvertement son intention de régner sur les hommes, vous-vous défilez ! Et bien restez à vous cacher sur cette ile désolée, la seule raison pour lequel le « chefs des poissons » ne s’en n’est pas pris à vous, c’est car il considère que vous n’en valez pas la peine.
 
Au fur et à mesure qu’il causait, son cosmos prenait de l’ampleur, se faisant de plus en plus imposant. Il relâcha son énergie au moment même où il finissait de parler. Une onde de choc balaya la zone autour de lui, renversant avec violence les hommes ainsi que les marchandises dans les environs. Les dégâts restaient légers et rien d’irréparables, il s’agissait plus d’un gros bazar, mais il aurait pu en aller tout à fait autrement s’il n’avait pas drastiquement contrôlé sa fureur et avait ainsi empêché le gros de la puissance de se déchainer. Une fois cela fait, il se tenait encore debout menaçant, on pouvait voir qu’il se retenait d’attaquer. Il se retourna pour s’en aller.
 
-  Si vos maîtres décident de ne pas rester à l’écart, la coalition est toujours ouverte, mais maintenant j’ai de sérieux doutes qu’on entende encore parler de vous dans la guerre qui se profile. Si jamais l’Atlantide l’emporte à cause de votre absence, que les dieux aient pitiés de vous, car les hommes eux ne l’oublieront pas.
 

Wulf fit une nouvelle fois exploser son énergie, mais cette fois ce ne fut pas pour déchainer une nouvelle vague de fureur mais pour décoller. Wulf quitta l’Ile de la Reine Morte, maudissant ses habitants… et d’une certaine manière sa propre bêtise, car il avait peut-être compromis toute chances de voir les Chevaliers Noirs se joindre à la coalition qui se formait. Mais à dire vrais, il n’était plus vraiment sûre de bien vouloir risquer sa vie et la sécurité du royaume pour cette humanité qu’il venait de voir, Il en venait même à se demander si les Spectres n’avaient pas raison à propos des hommes.


hrp:
 
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

[OE] Un messager venu du Nord