avatar
SkärnGuerrier Divin de Garm
Guerrier Divin de Garm

Date d'inscription : 27/01/2016
Nombre de messages : 64
Age : 24
Double Compte : Wulf

Revenir en haut Aller en bas
Mar 2 Fév - 13:01
Le Royaume de Niflheim, un royaume sinistre et froid. Ses habitants étaient réputés pour leur nature taciturne, secret et souvent méfiante mais aussi pour leur conservatisme acharné et leur mépris pour les « sudistes ». Ce royaume était également l’un des plus pauvres, peut-être même le plus pauvre, des Royaumes du Nord. Il ne possédait que peu de ressources dans ses frontières mais ses habitants avaient depuis longtemps appris à faire avec ce qu’ils avaient. Il s’agit d’une terre où steppes gelée et marais brumeux dominent le paysage, une chaine de montagne est également visible au loin, mais on peut parcourir la région des jours en la voyant sans pour autant s’en approcher. Des brumes mystérieuses recouvrent régulièrement la région, certains y voient le signe que leur terre est situé en un lieu où les mondes divins croisent celui des mortels, d’autre que ce brouillard dissimule à la vue de tous des secrets qu’il vaut mieux oublier, dans tous les cas, il est fréquent que les parias des différents royaumes décident de se cacher sur ces terres, les Niflheimiens possèdent de très bons traqueurs pour s’occuper de ce genre de problèmes, hélas en trop petit nombre pour être réellement efficace.
 
 La légende veut que dans les montagnes se cacheraient le royaume maudit des Nibelungens, le « peuple de la Brume », mais nul ne sait si ce terrible peuple foule encore la surface (ou plutôt les entrailles) de ce monde pour y déverser leurs maléfices. Skärn avait beau être originaire de ces montagnes, il serait incapable de répondre à cette question. Ses pas l’avait mené jusque dans l’un villages qui avaient été dévasté lors du conflit entre Odin et Hèl. Les maisons étaient encore occupées à être reconstruite par les survivants. Des tentes faites de peau étaient dressées aux alentours en attendant la fin des travaux, Skärn en était d’ailleurs étonné, car il voyait-là un camp de Sames, des nomades parcourant le royaume, cohabiter avec les Niflheimiens, alors que d’ordinaire les deux communautés ne s’appréciaient guères.
 
Quand il pénétra dans le camp il vit les hommes s’écarter sur son chemin, des regards durs lui étant adressés. Skärn continua sa route sans vraiment se soucier de cela, il n’avait pas vraiment grand-chose à craindre d’eux et ces derniers avaient déjà trop perdu pour se risquer dans une confrontation avec un guerrier divin. Finalement, une femme s’approcha de lui, sa beauté était fanée depuis longtemps mais on pouvait encore en percevoir des traces. Elle portait également tous les atours d’une Volvä, elle l’invita à partager son repas, ce que Skärn accepta d’un hochement de tête.

 -  Tu ne dois pas t’offusquer de la réaction des miens et de ceux qui tentent de résister aux vents. Ils en veulent aux Guerriers d’Asgard de ne pas être intervenus pour les protéger.
Ce pour quoi je ne peux pas leurs en vouloirs.

 
Skärn prit l’écuelle de soupe que lui tendait la femme, elle faisait partie des Sames et lui apprit de nombreuses informations. Malgré leurs différents, les deux peuples s’étaient portés assistance car tous deux avaient eu à souffrir de la guerre, bien que ce soit « ceux-qui-tentent-de-résister-aux-vents » qui avaient le plus souffert, les nomades ayants été capable, grâce à leur mobilité, d’éviter la plupart des ennemis. Mais maintenant, les parias et autres pillards les prenaient comme cibles pour se ravitailler ils avaient donc décidé de venir en aides à l’autre communauté pour ramener un semblant d’ordre. L’un des problèmes était le manque de ressource pour les reconstructions, de plus, une bonne partie des dirigeants du royaume étaient partis en Asgard pour prendre part à l’Althing, une assemblée ne cédant en autorité qu’aux Polaris (ou toute autre représentant d’Odin) et aux dieux, elle n’était convoquée que pour gérer les cas de graves crises, en l’occurrence ici la reconstruction du royaume. Le principal sujet abordé était la reconstruction du Stävkirke du Ragnarök, détruit durant la guerre, et aucun des royaumes ne souhaitaient être accusé de ne pas avoir contribué à la reconstruction de ce lieu sacré, mais on ne s’accordait pas sur les conditions, le faire plus grandiose ou plus sobre ? Introduire le culte de Loki et Hèl pour les apaiser ? …
 
En attendant le peuple tentait de s’en sortir. Skärn remarqua également qu’elle n’évoquait jamais directement les événements qui avaient eu lieu ici, ce à quoi elle lui répondit qu’en parler réveillait le courroux des morts et qu’ils s’en prenaient alors aux vivants.
 
- Sur ce point je peux peut-être apporter mon aide.

 

Skärn sorti alors de la tente pour aller inspecter les lieux. Il avait bien l’intention de découvrir ce qui s’était passé ici autrement que par de simples rumeurs. De plus, d’une certaine manière, s’il était revenu plus tôt il aurait pu les aider, donc il leurs devaient bien cela.
avatar
SkärnGuerrier Divin de Garm
Guerrier Divin de Garm

Date d'inscription : 27/01/2016
Nombre de messages : 64
Age : 24
Double Compte : Wulf

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 4 Fév - 22:24
Skärn pénétra dans le centre du village, en marchant il avait pu voir les esprits des victimes du dernier massacre ces derniers semblaient agités. Les cadavres avaient été depuis longtemps retiré et inhumé selon les rites, mais une odeur de mort imprégnait toujours les lieux, ce qui en soit n’était pas naturelle.
 
Augmentant imperceptiblement son cosmos, une lueur bleutée apparut dans son orbite morte. Les formes des esprits se précisèrent tout en restant vague, il était même capable de se faire une idée de ce à quoi ils avaient ressemblé de leurs vivants.  Des lueurs spectrales apparurent devant lui, visible à sa vue seule, prenant des formes de loups géant aux crocs assurés et écumants se jetant sur les habitants du village. Skärn assistait au massacre comme s’il y avait été présent, bien que les silhouettes spectrales se mêlaient au monde réel. Il pouvait effectivement bien voir le massacre effectué par la meute de Magnagarms, mais si puissant que ces créatures l’étaient, elles n’auraient pu détruire le village. Il manquait des éléments à Skärn, sa vision n’était qu’un écho issu d’un évènement fortement marqué par la mort, mais elle restait aussi silencieuse que cette dernière, et peu précise.
 
Il y avait quelque chose qui manquait à tout cela, Skärn avait bien remarqué le chef de meute, un guerrier en armure, mais ne connaissait pas son identité, ni sa puissance réel bien qu’il pouvait en déduire qu’il était fort au vue du nombre de créatures qui lui étaient soumises. Il en déduisit donc que seul la défaite de cet être pourrait apaiser les esprits. L’autre possibilité seraient que ce soit les guerriers divins qui soient punis pour ne pas être venu les protéger, cependant s’il s’agissait bien de cela, il devrait se résoudre à les bannir de forces du monde des vivants.
 
Cependant, cela n’expliquait toujours pas comment les maisons avaient brûlée, d’après ce qu’il avait pu voir, la meute s’était contentée de massacrée tout le monde avant de partir vers sa prochaine destination, le pillage n’avait jamais été leur mobile, juste le désir de faire couler le sang. Les maisons avaient donc été détruite après l’attaque… peut-être par des pillards ou bien par les parias résidant en cette contrée.
 
En attendant d’avoir des éléments pour s’occuper de savoir s’il pourrait les apaiser ou les bannir, Skärn pouvait toujours s’assurer qu’ils ne nuiraient à personne. Il commença par s’approcher des maisons, ces dernières étaient presque terminées mais encore inoccupée. Skärn utilisa les griffes situées aux extrémités de ses gantelets pour une série de runes, dans le but d’empêcher les esprits de s’échapper.
 

Alors qu’il finissait ses préparatifs Skärn se mit à augmenter son cosmos pour le faire apparaitre comme un phare, un défi lancé aux spectres des victimes de l’attaque. Son but était de les forcer à s’approcher de lui… et cela marcha, très vite, il pouvait voir que les morts étaient en train de lentement l’encercler croyant le prendre au piège. Ces esprits pourraient le tuer en le malmenant au niveau spirituel ou bien dans certains cas en prenant possession d’êtres vivants ou d’objets dans les environs, ils pourraient même tenter de directement s’emparer de lui. Skärn pensa qu’il était heureux qu’ils n’aient pas eux accès à leurs corps, car à ce moment la situation aurait pu vite dégénérée. Un sourire satisfait et moqueur apparut sur son visage. Il était encerclé, des esprits en colères s’apprêtaient à fondre sur lui tout se passait exactement comme prévu.  Skärn se délectait déjà à la pensée de ce qui allait suivre.
avatar
SkärnGuerrier Divin de Garm
Guerrier Divin de Garm

Date d'inscription : 27/01/2016
Nombre de messages : 64
Age : 24
Double Compte : Wulf

Revenir en haut Aller en bas
Lun 15 Fév - 22:39
Skärn attendit encore quelques instants, histoire de bien s’assurer que tous les morts étaient bien présentes. De son œil mort, il ne percevait pas d’autres âmes errantes, pas plus qu’il ne sentait leur présences via son cosmos. Il était donc temps pour lui de passer à l’action.
 
Il éleva son cosmos, ce dernier dégageait un aura funeste, une promesse de mort pour les vivants et une promesse malédiction pour les défunts. Les âmes en peines s’arrêtèrent nette en sentant son énergie. Skärn sourit de plus belle en sentant une nouvelle sensation faire son apparition chez les défunts, de la peur au milieu de leur haine et leur colère. Son aura continua à croître jusqu’à faire apparaître une silhouette dans son dos. La silhouette gigantesque, celle du gardien de Helheim en personne, émit un grondement terrifiant avant d’ouvrir la gueule pour se jeter sur les âmes en peines.
 
Comme Skärn l’avait prévu, l’apparition du Hurleur, plongea les morts dans l’effroi le plus total. La confusion se fit bien plus forte lorsque les esprits tentèrent de s’enfuir. Les runes qu’avait inscrit Skärn les empêchaient de s’échapper de la place. Il aurait été plus efficace de créer une barrière fantôme, qui en plus permettrait de capturer les âmes du même coup, mais il ne possédait pas les matériaux nécessaires pour la créer, et il doutait que les villageois lui permettent de prendre les crânes de leurs morts (sans parler que c’est encore plus efficace avec un crâne récemment coupé). Il avait gravé trois runes : Reith, la rune du voyage, qui bien utilisé pouvait également servir à désorienter, Iwaz, la rune de la mort, qui terrifiait tous ceux qui la voyait car elle était promesse de damnation et Othal, la rune symbolisant ce qui était sacré et empêchant ainsi les spectres de fuir. Skärn avait dû détourner ces runes de leur pouvoir premier et peut-être qu’un jour il devrait en payer le prix, on ne plaisantait pas avec ce genre de pouvoir.
 
Alors que la confusion était au plus, l’un des mort tenta de s’en prendre directement à Skärn, ce dernier esquiva son adversaire, avant de concentrer son cosmos dans son bras pour ensuite griffer son adversaire. L’esprit n’eut pas de dégât, mais le cosmos du guerrier se lia à son être et permit ainsi à Skärn de le capturer.
 
Toi et moi on va devoir causer.
 
En déchaînant son énergie, Skärn aurait pu facilement emporter tous les esprits qui l’entourait dans le royaume de Hel, mais il ne le faisait pas car il ne lui appartenait pas de décider ainsi de leur sort, il préférait si possible que les morts acceptent d’eux-mêmes leur destin. Au milieu du chaos ambiant, Skärn éleva son cosmos qui, s’il était sombre, restait calme, maitrisé, et il psalmodia d’une voix basse puis de plus en plus puissante, l’incantation du dixième Galdr, qui faisait reculer les revenants. Plus sa voix se faisait forte, plus les morts se replièrent sur eux-mêmes. Il entonnait cette incantation en Ancien asgardiens, en temps normale seul les prêtres des Royaumes du nord connaissaient les Galdrs, les chants de pouvoirs, et Skärn avait dû pas mal se surpasser pour en connaitre l’un d’entre eux. Il ne comprenait pas pourquoi les membres du clergé hésitaient tant à utiliser cette puissance.
 
Alors qu’il prenait l’avantage, Skärn sortit un crâne de corbeau de son sac. Utilisant son énergie pour se lier aux esprits, il en profita pour les forcer à entrer dans le crâne de l’oiseau sacré d’Asgard ferait un bon réceptacle pour les garder. Une fois cela fait, il y grava la rune de Isa, cette dernière avait la capacité de bloquer toute force. Skärn agissait assez précipitamment pour éviter que les morts ne s’échappent. Alors qu’il était en train d’offrir une partie de son cosmos à la rune, il sentit une énergie se dégager du crâne et des fissures apparaitre sur sa surface. Sans perdre son sang-froid, il déposa alors le crâne sur le sol puis regarda la rune s’illuminer puis vit une pellicule de givre recouvrir le crâne. Une fois cela fait, il sentit les âmes perdues étaient scellées. Skärn diminua l’intensité de son cosmos, calmant au passage le chaos ambiant, et observa les environs. Aucune âme errante en vue, malgré le bordel qu’il avait déchainé, le calme régnait de nouveau dans les environs, seulement interrompu par les bourrasques.
 
Skärn retira son casque, arborant un sourire à pleine dents, il leva sa main droite devant son visage, dans laquelle une petite lueur semblait essayé d’échapper à son emprise. Son visage s’illumina d’un sourire carnassier en l‘observant.
 

-  Il va être temps pour toi de me dire tout ce que j’ai besoin de savoir.
avatar
SkärnGuerrier Divin de Garm
Guerrier Divin de Garm

Date d'inscription : 27/01/2016
Nombre de messages : 64
Age : 24
Double Compte : Wulf

Revenir en haut Aller en bas
Lun 29 Fév - 12:41
Skärn concentra son esprit sur l’âme qu’il avait conservé dans le but de lui arracher les informations qu’il avait besoin : Tout d’abord il voulait le nom de celui qui était responsable du carnage, mais surtout il voulait découvrir les véritables raisons de pourquoi les morts de ce village avaient refusé le repos. La colère, la frustration, le sentiment d’injustice, tout cela pouvait être de puissantes motivations, mais il avait un doute que cela seul aie suffit, ils n’avaient pas été le seul village détruit durant le conflit, mais la plupart d’entre eux ne possédaient pas ce genre de soucis, alors que leurs situations étaient similaires.
 
Skärn se lia à l’âme, il put directement recueillir certaines informations sur l’ancienne vie de ce dernier ; il était père de deux enfants… chasseur de profession… et il n’était pas mort durant l’attaque, il avait dû agoniser après pendant quelques instants encore avant de mourir. Mais si tout cela était intéressant ce n’était pas ce que Skärn recherchait, il devait passer outre la résistance de sa cible. Utilisant son pouvoir, il commença à briser méthodiquement les barrières dressées pour pouvoir accéder aux informations que possédait le mort. Ce genre d’action était réellement intrusive, l’âme serait grandement maltraitée, un peu comme s’il la tordait dans tous les sens physiquement, il pouvait en résulter que l’âme se trouverait brisée à jamais, mais Skärn était prêt à en prendre le risque.
 
Selon les croyances d’Asgard, les êtres humains étaient composés de neufs « corps », l’un étant le corps physique, les huit autres constituant diverses parties de ce qu’on appellerait communément une âme. De son expérience personnelle, Skärn avait plutôt identifier cinq « corps » principaux, les quatre autres possédant des fonctions trop spécifiques. Il y avait donc le « Lìk », le corps physique (qui ne l’intéressait pas vraiment dans ce cas-là), le « Vàrdr », le souffle de vie habitant tous les êtres vivants (son absence signifiant la mort), le Hamr, le corps astral que possèdes les êtres animés (siège de la conscience et de la capacité d’apprentissage), le Hugr, le corps mental uniquement possédé par les êtres dit « conscient » tel les êtres humains (il s’agit du corps mental, siège de la connaissance et de la mémoire) et le önd, ce dernier était aussi appelé le corps spirituel mais était le plus dure à définir, selon les croyances d’Asgard, c’était ce corps qui assurait l’immortalité de l’âme et qui abriterait la « part divine » résidant en chaque homme , mais Skärn préférait ne pas trop s’aventurer sur ce terrain-là.
 
Seuls les trois derniers « corps » étaient importants dans le cadre d’une âme morte. Pour commencer, Skärn utilisa ses pouvoirs pour temporairement isoler le Hamr de sa proie, c’était cette partie qui possédait la capacité à s’éveiller, à s’élever et qui donc pourrait permettre à sa victime de le repousser, voire de lui infliger des dégâts. En effectuant cette action, il pouvait sentir la détresse dans laquelle l’esprit était plongé, il était comme aveugle face à ce qu’il pourrait accomplir.
 
Une fois cela fait, Skärn se fraya progressivement un chemin en direction du Hügr, son objectif pour recueillir toutes les informations qu’il souhaitait, du moins si le défunt connaissait les réponses. Il évita à grand soins de pénétrer dans l’önd, il s’agissait du piège idéal pour qu’il se retrouve coincer et soit forcé à détruire l’âme pour pouvoir sortir, ce qu’il voulait éviter. Plus il avançait plus il pouvait sentir une chose semblable à de la douleur éprouvé par le mort. Cela pourrait presque lui faire pitié… mais il n’en était pas à sa première tentative et cela faisait longtemps qu’il ne s’émouvait plus de cela, il faisait juste gaffe à ne pas détruire l’âme.
 
Lorsqu’il atteignit enfin le Hügr, il sentit que ce dernier était déjà en lambeaux, seuls des morceaux de sa mémoire et de ses connaissances étaient encore perceptibles, en même temps, cela ne surprenait que peu Skärn, il espérait juste trouver ce qu’il cherchait. Il se concentra alors pour commencer à faire ses recherches, cherchant le moindre indice dans les débris de l’esprit de cet homme.
 
Skärn finis par trouver quelque chose d’intéressant... Quelque chose qui s’était déroulé bien après le départ de la meute… un groupe… un être à l’aura sombre… la peur… un nom… Alfgrim… l’effroi… le chaos… Skärn sortit soudainement de son état de concentration, le vent s’était levé et avec lui le blizzard. Il n’y avait pas prêté attention en arrivant ici, mais maintenant qu’il savait c’était tellement évident. Il pouvait sentir des traces résiduelles de l’énergie utilisé pour une sorte de rituel… et c’était cette même énergie qui avait maintenu les âmes présentes dans cet état. Il était trop tard pour pouvoir apaiser les esprits juste en dissipant cette énergie, mais avec le temps tout finirait par se calmer. Skärn repéra alors l’élément focalisateur du rituel, un objet qui canalisait le sort pour le maintenir dans le temps.
 

Il déterra du sol l’objet en question, un couteau en ivoire de morse, avec une tête de loup gravé en pommeau et de nombreuses runes sur la lame. Ces dernières étaient perverties, accentuant les effets de ces dernières mais en faisant également d’elles des reflets sombres de leurs significations premières. Skärn connaissait ce genre de manipulation via le Sejdr, lui-même l’utilisant de temps à autre, mais faire cela était l’assurance de devoir payer un jour un prix terrible pour ce sacrilège. Skärn nota également que l’individu qui l’avait torturé il y a plusieurs années portait un objet similaire sur lui. Sans chercher à en apprendre plus, Skärn utilisa une méthode simple et brutal pour rompre le sortilège… en surchargeant le coutela avec son cosmos et le faisant éclater ainsi. Une fois cela fait, il senti l’énergie du rituel se dissiper. Skärn allait maintenant se consacrer à retrouver l’homme responsable de cela. Avant de partir, il remit aux locaux le crâne de corbeau gelé, leur signalant qu’un jour, le crâne se fendrait de lui-même et qu’à ce moment les âmes contenues s’en iront rejoindre les morts (où alors l’énergie de la rune ce serait simplement dissipé, ça marchait aussi).

L'odeur de la mort