avatar
SkärnGuerrier Divin de Garm
Guerrier Divin de Garm

Date d'inscription : 27/01/2016
Nombre de messages : 65
Age : 24
Double Compte : Wulf

Revenir en haut Aller en bas
Ven 1 Avr - 21:11
Après avoir laissé Ark et « Flora », Skärn avait décidé de reprendre ses recherches par rapport à ce Alfgrim qui s’était amusé, pour une raison qui lui échappait encore, à troubler le repos des morts en plusieurs lieux des royaumes du nord.  A priori, il aurait plutôt eu tendance à considérer qu’il s’agissait de l’œuvre d’un nécromant amateur faisant des teste un peu partout, mais le poignard qu’il avait trouvé, et détruit, n’était clairement pas l’œuvre d’un amateur, au contraire, il fallait une grande connaissance pour pervertir à ce point le pouvoir des runes. En soit, aurait pu permettre de sacrément diminuer les suspects possibles, les véritables maîtres des runes étant rare, en tout cas parmi les mortels. Malheureusement, ces mêmes maîtres des runes avaient tendance à garder secret leurs connaissances ainsi que leur identité de maître des runes. L’autre possibilité étant que ce Alfgrim ne soit pas le créateur de cet artefact.
 
La piste du maître de runes n’ayant que peu de chance d’aboutir, Skärn décida de prendre une autre direction, Alfgrim n’était certes pas le nom le plus rare qu’on pouvait trouver dans les royaumes du nord, mais il était un de ces royaumes où ce nom était plus porté, car il en était originaire, celui d’Alfheim. Ce royaume était réputé être l’un des plus beau dans tout le royaume d’Yggdrasil, et surtout celui qui possédait le climat le plus « clément », pour peux que cela puisse s’appliquer sur les terres du nord. De nombreuses familles nobles s’étaient installés sur ces terres, délaissant parfois leurs régions d’origine. Skärn s’était donc rendu dans ce territoire pour consulter les archives de l’Althing de Alfheim, cette assemblée des anciens servant aussi de tribunal, son but était de voir si un dénommé Alfgrim avait été jugé pour des actes suffisamment graves pour justifier que ce dernier s’exile à Niflheim.
 
Lorsqu’il arriva sur place, une fête se tenait sur la place de la ville, il s’agissait de l’une des nombreuses festivités tenues en l’honneur de Freyr, le dieu protecteur de ce royaume et surtout organisé par la noblesse. Sur ces terres, tout ne semblait qu’être faste, mais il s’agissait aussi du lieu où se jouait les intrigues de l’aristocratie. Ces jeux ce faisaient surtout pour augmenter le prestige de leurs maisons respectives et il était assez rare que ces dernières aient jusqu’aux vendetta en règles ou aux assassina que Skärn avait pu parfois observer à l’extérieur d’Asgard (notamment dans les grandes familles de la pègres), tout cela était surtout une manière pour les nobles de s’amuser maintenant que le pouvoir était solidement tenu par les Polaris, en tout cas ces jeux resteraient inoffensif tant que Odin resterait le Seigneur des Ases, et Skärn soupçonnait qu’il y allait bientôt avoir une remise en question de cette hégémonie.
 
Skärn se dirigea sans attendre en direction de l’Althing, ce dernier se tenait dans le Alfrheim, le palais d’où régnait en théorie le souverain d’Alfheim, ce dernier devant être le dieu Freyr il était généralement inoccupé et était reconvertit en centre administratif. L’architecture y était simple, en fait il ressemblait à s’y méprendre à une simple maison longue comme on pouvait en trouver partout dans le nord, mais construit dans des proportions bien plus grande. L’assemblée se tenait dans ce qui faisait office de salle à manger face à une statue du Vane, des décorations florales ornait les murs, elles semblaient tellement réelles, presque animées d’une vie propre. Malgré l’apparente simplicité du bâtiment, des ouvertures y étaient aménagées pour qu’à toute heure de la journée aucune partie de la maison ne soit plongé dans les ténèbres. Skärn remercia Freyr qu’il soit arrivé dans un moment où son palais semblait vide, ça lui éviterait d’attirer l’attention. Il se présenta à l’homme chargé de garder les lieux, il s’agissait d’un vieillard harnaché comme s’il était prêt à partir en campagne, bien que Skärn ait de sérieux doute quant à la capacité du vieil homme à se battre avec tout ce barda. Le rôle de ce dernier était probablement honorifique et de toute façon il avait en permanence à sa disposition une dizaine de gardes choisit parmi les élites du royaume pour le seconder.
 
-  Je te salue, gardien de la demeure du glorieux Freyr. Moi, Skärn de l’éclat divin de Garm souhaite avoir accès aux archives de l’Althing.
- Je te salue également, Skärn, et te souhaite la bienvenue sur ces terres, je suis Aelle de la maison des Skjoljorg. Je crains hélas de ne pouvoir accéder à ta demande, ces archives sont interdites d’accès à quiconque est étranger à l’auguste assemblée que j’ai juré de servir. Et en toi je reconnais le parlé du pays des brumes dont je ne t’apprendrai rien de la mauvaise réputation de ses habitants.
 
La patrie de Skärn était réputée pour être le refuge des hors-la-loi, même les Nifheliens avaient une mauvaise réputation à cause de leur air sinistre et leur habitude à rester exclusivement entre eux. Aelle indiqua d’un geste poli mais ferme la porte de la sortie à Skärn, mais ce dernier n’avait pas l’intention de partir sans avoir trouvé ce qu’il cherchait.
 
Loin de moi l’idée de remettre en question ton honneur et la rigueur avec laquelle tu accomplis ta tâche Aelle, mais il ne t’aura pas échappé que je suis un guerrier divin et que je suis donc totalement habilité à consulter ces archives, qu’importe mon origine. De plus, tu dois savoir que je ne partirai pas d’ici sans avoir eu ce que je cherche.
 
La menace de Skärn était à peine voilée, quant au fait qu’il était non seulement capable, mais également prêt, à s’en prendre au gardien et à ses hommes si ces derniers refusaient de lui céder le passage. Aelle stoppa nette ses hommes qui s’approchaient déjà pour lui prêter main-forte alors qu’il défiait le guerrier divin du regard. Skärn avait « omis » de préciser qu’il n’avait prêté nul serment envers Odin ou ses représentants et que donc en tant que tel n’était pas réellement un guerrier divin, de plus, il était persuadé que d’ici peu, le simple grade de guerrier divin n’ouvrirait plus toutes les portes. Après un bref instant, Aelle s’écarta du chemin, Skärn nota les gouttes de sueurs perlant le front de l’ancien.

- Veuillez me suivre, je vais vous y conduire.
avatar
SkärnGuerrier Divin de Garm
Guerrier Divin de Garm

Date d'inscription : 27/01/2016
Nombre de messages : 65
Age : 24
Double Compte : Wulf

Revenir en haut Aller en bas
Sam 9 Avr - 22:20
Le vieil Aelle ouvrit une porte à Skärn, de l’autre côté de celle-ci se trouvait une petite salle avec des coffres et des étagères remplies de parchemins et d’ouvrages dont la couche de poussière qui les recouvraient laissait une idée quant à la fréquence de leurs utilisations. D’un simple coup d’œil, Skärn comprit que la méthode de classement de ces archives suivait une logique propre aux archivistes de cet endroit. D’un simple geste de la tête, il fit comprendre à Aelle qu’il pouvait retourner à sa garde.
 
Prenant son courage à deux mains, Skärn commença ses recherches. Il dut d’abord trouver les archives traitant de réunion du Thing sur des sujets judiciaires et les décortiquer pour trouver si elles concernaient un individu du nom d’Alfgrim. Malheureusement pour lui, de nombreux parchemins se contentaient de faire un compte rendus des réunions de l’althing sans différencier les différents sujets traités.
 
Après de très très longues recherche, Skärn dut faire une pause. Autour du pupitre sur lequel il faisait ses recherches, des centaines de rouleaux qu’il avait parcourus trainaient, son casque était posé pour lui permettre de s’aérer les idées, mais déjà il en avait marre de tout ça, les rares passage qui auraient pu l’intéresser étaient au moins vieux d’un siècle, et il avait encore plus de ces rouleaux qui l’attendait.
 
En se massant les tempes, Skärn se mit à réfléchir s’il n’avait pas un moyen plus efficace d’arriver à ses fins. À part retourner à Niflheim et chercher une piste au petit bonheur la chance, rien ne lui vint à l’esprit. Ce fut à ce moment qu’il remarqua que la pénombre de la salle était en train de changer subtilement. Tournant la tête, il vit une petite lueur spectrale virevolter juste à côté de lui, une lueur qu’il était probablement le seul à pouvoir voir. Skärn émit un sourire en la voyant et tendit la main en sa direction.
 
Voyons ce que tu as pour moi.
 
Répondant à son injonction, l’âme de Ràd se déplaça en direction de Skärn pour ensuite se lover dans la paume de la main du porteur de l’éclat divin de Garm. Ràd avait donc terminé sa mission d’espionnage et il venait rapporter ce qu’il avait vu, cependant, Skärn arrivait à percevoir une grande agitation secouer son espion, la mission ne serait donc pas un succès total. Il ferma les yeux pour se concentrer et recevoir les images issues de l’espionnage de ce dernier à propos de Ark et Flora. Il sut alors qu’il avait eu raison de se méfier, et cela fut confirmer par ce qu’il voyait. Tout cela était extrêmement instructif, bien que Skärn s’interrogeait sur pourquoi Loki lui avait volontairement permis de voir cela.
 
- Une nouvelle partie va se jouer, les pions se mettent en place, les joueurs sont bien identifiés, le premier mouvement va bientôt se dérouler. Il ne me reste qu’à savoir comment je vais me positionner.

Skärn en était à présent sûr, les semaines, voir les jours qui suivraient risquaient d’être intéressants. Il se mit également à penser à Ark, comment serait leur prochaine rencontre ? À présent, il savait qu’il devrait surveiller les agissements de ce dernier, après tout il l’avait vu littéralement juré fidélité à Loki, Ark serait donc l’un des pions de la partie, et il avait les capacités pour sérieusement le mettre en danger.
 
Dieux, j’ai probablement bien fait de n’utiliser aucune de mes techniques contre lui. Ça me donne encore quelques bottes de réserve en cas d’affrontement.
 

Il se demanda alors si en définitive, Ark irait ou pas au cimetière d’Améthyste, et si c’était le cas quel attitude il devrait adopter à son égard.
avatar
SkärnGuerrier Divin de Garm
Guerrier Divin de Garm

Date d'inscription : 27/01/2016
Nombre de messages : 65
Age : 24
Double Compte : Wulf

Revenir en haut Aller en bas
Lun 18 Avr - 13:38
Après avoir mûrement réfléchis à ce qu’il avait découvert, Skärn décida qu’il n’allait pas manifester ces informations, la plupart des gens ne le croiraient pas, ou plus précisément refuseraient de le croire, de plus, s’il était de son devoir de protéger les royaumes d’Yggdrasill et leurs habitants, il ne se sentait nullement obliger d’attacher sa loyauté à ceux qui les gouvernaient. Il préférait de loin suivre son propre chemin dans cette affaire, cependant il resterait attentif aux agissements de Loki et de ses pions, des fois qu’ils seraient une menace pour les royaumes du nord.
 
En attendant, il devait à nouveau se concentrer sur l’affaire qui le concernait plus immédiatement, il devait reprendre sa traque avant que la piste ne devienne trop froide pour qu’il puisse la suivre. Une personne perturbait le repos des morts et Skärn n’aimait pas qu’on empiète ainsi sur son domaine de prédilection, pas de manière aussi « irrespectueuse ». Il comptait bien trouver ce Alfgrim et le mettre hors d’état de nuire, si possible de manière douloureuse et définitive. Prenant son courage à deux mains, Skärn se replongea dans les archives à la recherche de trace de sa cible, sachant qu’il faisait peut-être fausse route mais c’était cela, où perdre les dieux savent combien de semaines à lui courir après et à frapper au hasard en espérant l’attraper.
 
 


Pendant de longues heures, Skärn compulsa les différents documents qui, à défaut de lui donner ce qu’il cherchait, lui révélait mille et un petit secret par rapport à la noblesse d’Alfheim, ce qui pourrait toujours se révéler utile si l’occasion se présentait. Skärn ne put s’empêcher de penser qu’il était quand même dingue de voir le nombre de petits indices que les gens pouvaient laisser trainer derrière eux …. Comme cette session d’y a une demi-douzaine d’années concernant des actes de « la plus noire des sorcelleries ». Il avait trouvé une piste assez intéressante et concentra ses recherches sur cette période de temps. Peu après, il tomba sur les notes d’une session de l’Althing concernant un procès, malheureusement par contumace, à propos d’un certain Alfgrim. Skärn en déduisit que sa cible, s’il s’agissait bien d’elle, avait dut fuir avant ce procès et Skärn pouvait comprendre cette attitude lorsqu’il lut les charges qui pesait sur ce Algrim : profanation, recherches sacrilège, utilisation de la nécromancie et surtout participation d’un complot à l’encontre des Polaris, rien que ça. Accessoirement, il était condamné à être emmuré vivant, Skärn nota cela dans un coin de sa mémoire.
 

Skärn identifia rapidement la maison dont faisait partie Alfgrim, les Sigvaldson. Cette famille fut autrefois fameuse pour les exploits de son fondateur, un guerrier divin mort il y a des milliers d’années et qui était réputé avoir été le plus fort de sa génération… comme prêt de la moitié des ancêtres mythique des grandes familles. Cependant, il devait reconnaitre que les légende à propos de ce Sigvald dépassait la plupart d’entre eux, surtout celle de sa chute dans la folie (bien que cela n’entacha pas la gloire de ses précédents faits d’armes). Ses descendants n’avaient par contre pas su conserver leur influence et ils n’étaient actuellement qu’un clan avec peu d’influence politique. Skärn se leva alors de son siège et s’étira longuement, dehors, le soir était déjà tombé, ses recherches avaient duré longtemps et il devait encore remettre de l’ordre par respect pour le travail des archivistes. Néanmoins, il tenait enfin une piste sérieuse et il pouvait prédire qu’avant le retour de la déesse Sol dans le ciel, les Sigvaldson aurait une visite.
avatar
SkärnGuerrier Divin de Garm
Guerrier Divin de Garm

Date d'inscription : 27/01/2016
Nombre de messages : 65
Age : 24
Double Compte : Wulf

Revenir en haut Aller en bas
Mer 27 Avr - 23:13
La nuit était déjà bien avancée quand Skärn atteignit le manoir des Sigvaldson. Il n’eut aucun mal à entrer à l’intérieur de ce dernier sans attirer l’attention. Skärn prit bien son temps alors qu’il marchait dans les couloirs de la demeure pour admirer les tapisseries et les bannières accrochées aux murs et qui retraçaient l’histoire de la famille, il observa également les armes mit en exposition. Chaque chose qu’il pouvait voir était une mine d’information pour qui savait regarder. Il ne put s’empêcher de voir que les Sigvaldson étaient une famille qui gardait une très haute image d’elle-même, à aucun endroit il ne voyait de représentation de la folie de leur ancêtre, au contraire, à croire leurs représentations ce dernier serait mort dans un grand et glorieux combat, des années avant la mort tel qu’elle était décrite dans les livres d’histoire.
 
Il continua à avancer dans les couloirs, aussi silencieux qu’une ombre, à son passage la lueur des torches semblait pâlir. Il pouvait sentir une certaine nervosité s’emparer des lieux sous l’effet de son cosmos, tous les occupants du manoir pouvait sentir sa présence même sans être éveillé, néanmoins aucun d’entre eux ne pouvaient le localiser ou l’identifier. Cela était voulu, il voulait être sûr que celui qu’il allait interroger serait dans de bonnes disposition pour son interrogatoire, en d’autres mots qu’il ne lui vienne même pas à l’idée de résister.
 
Après quelques minutes, il finit par trouver le patriarche du clan, il était occupé à travailler dans son bureau. Un courant d’air surnaturelle pénétra dans la pièce et diminua grandement la lueur de la bougie, plongeant un bref instant la pièce dans les ténèbres. Lorsque la lumière revint, Skärn se tenait debout devant le vieil homme qui eut un bref mouvement de surprise en voyant Skärn ainsi harnaché. Malgré que le visage du chef des Sigvaldson resta impeccablement neutre, Skärn pouvait sentir la peur étreindre ce cœur fatigué.
 
Je suppose que vous êtes Wilhjeim, patriarche de Sigvaldson.  Impeccable, j’ai justement quelques questions à vous poser à propos d’un des vôtres.
Qu… ? Êtes-vous… ? Que me vaux l’insigne honneur de la présence d’un des guerriers d’Odin ? Et quelle affaire justifie que vous vous introduisiez chez moi tel un voleur ?
 
Skärn se contenta d’avancer, contournant le bureau pour se rendre près des étagères de grimoires recouvrant le mur. Tendant la main, il prit l’un des livres au hasard avant de l’ouvrir. Du coin de l’œil, il continuait à jauger son interlocuteur.
 
Une sombre affaire, pas encore autant que cette nuit mais pas loin. Intéressant ce livre, « la généalogie des grandes maisons du Royaume d’Yggdrasill », intéressant mais au combien rébarbatif et surtout remplis de fautes, j’espère que vous ne vous basez pas dessus pour traiter vos affaires dynastiques.
Je vous le concède, mais il n’existe hélas que peu d’ouvrage traitant de ce sujet encore à peu près à jours. Mais je suppose que vôtre « sombre affaire » n’a rien à voir avec mes « affaires dynastiques ».


Skärn fut amusé de voir, le vieil homme tenter de rapprocher sa main de la corde qui permettrait de faire venir sa garde. Pourquoi les gens refusaient de comprendre que résister ne servait à rien face à un éveillé en pleine possession de ses capacités.
 

Je vous le concède, ce n’est pas votre bibliothèque qui m’a fait venir. Quant à moi, je ne suis pas passé par la grande porte comme mon rang pourrait me le permettre pour éviter d’apporter l’opprobre à votre famille en rendant l’affaire publique… et au passage ça m’évite d’avoir à neutraliser vos hommes… mais si vous tenez tant que cela à attirer l’attention et à voir vos hommes réduit en pièce tirer donc sur votre corde. Mais quel que soit votre décision, je veux des informations sur l’un des vôtre, Alfgrim qu’il se nomme, et je les aurai qu’importe la méthode.
avatar
SkärnGuerrier Divin de Garm
Guerrier Divin de Garm

Date d'inscription : 27/01/2016
Nombre de messages : 65
Age : 24
Double Compte : Wulf

Revenir en haut Aller en bas
Lun 16 Mai - 9:36
Un silence de mort s’abattit dans la pièce au moment même où Skärn avait dit son dernier mot. L’effet du cosmos du « chien d’Asgard » se fit sentir et un froid mordant pénétra dans la pièce, bien qu’aucun courant d’air ne soit à signaler. Skärn pouvait voir la peur apparaître sur le visage du chef de la famille Sigvaldsson lorsqu’il mentionna le nom d’Alfgrim, Le doyen commençait à peine à appréhender pouvoir réel que détenait le guerrier divin, et surtout il se rendait compte à quel point il était vulnérable face à lui.
 
Vous oseriez porter la main sur moi ? Un membre de la noblesse, d’une des familles qui n’a jamais hésité à verser son sang pour la défense des royaumes de Nord ?
 
Le vieil homme gardait encore suffisamment d’orgueil en lui pour tenter de tenir tête au Traqueur d’âmes. Ce dernier était amusé de voir une telle arrogance, les hommes du nord étaient réputés pour leur fierté et cela était encore plus vrais pour les membres de la noblesse. D’un simple pas, Skärn franchit la distance qui le séparait de Wilhjeim, et frappa du poing sur la table.
 
Je ne remets pas en doute le dévouement de vos ancêtres, bien qu’il me semble que votre maison, à l’instar de beaucoup d’autres, n’a plus souvent saisit l’occasion de « verser son sang pour les royaumes du Nord » au cours du dernier siècle, et ce même lors du dernier conflit. Je vais donc mettre cela sur la brièveté des affrontements.
 
Skärn se rapprocha du visage du vieil homme, la flamme bleue apparaissant dans son œil aveugle scrutant jusqu’à l’âme de son interlocuteur, son casque masquant totalement les traits de son visage tandis qu’il pouvait voir à loisir ceux du chef des Sigvaldsson se déformer. La poigne de Skärn se serra autour de la gorge du noble avant de commencer à le soulever de son siège, les griffes de son armure imprimant leurs silhouettes profondément dans la peau. Le but de la manœuvre était de clairement faire comprendre au Sigvaldsson que sa vie ne dépendait que de son bon vouloir. Finalement, Skärn lâcha l’homme qui s’effondra brusquement sur son siège.
 
Je me fiche pas mal de votre famille, ou même de vous. Mais il existe un homme qui sévit en Asgard en troublant le repos des morts et tout me porte à croire qu’il s’agit de l’un des vôtres, Alfgrim Sigvaldsson, condamné il y a à peu près six ans. Maintenant, vous avez le choix entres protéger un nécromant où m’aider à le mettre hors d’état de nuire.
 
Skärn, empoigna ensuite son épée mais sans la sortir de son fourreau, tout autour de lui des âmes apparurent. Il reprit d'une voix beaucoup plus sinistre.

Et si vous vous avisez de me mentir, je vous jure que je m’occuperai de vous et de votre famille dans son ensemble, et croyez-moi, la mort ne vous sera que la perspective la plus réjouissante. Donc réfléchissez bien à ce que vous allez dire.
 
Wilhjeim semblait enfin réaliser que son rang ne lui serait d’aucune utilité ici. Il sembla se résigner lorsque la porte de la salle s’ouvrit et que deux jeunes gens entrèrent armé, prêt à en découdre. Ils furent cependant arrêtés par un geste de la main du patriarche.
 

Il ne sera pas nécessaire d’en arriver-là. Je vais révéler ce que vous voulez savoir. Mes enfants, sortez d’ici, votre courage vous honore mais il est bien futile face à cette adversaire.
avatar
SkärnGuerrier Divin de Garm
Guerrier Divin de Garm

Date d'inscription : 27/01/2016
Nombre de messages : 65
Age : 24
Double Compte : Wulf

Revenir en haut Aller en bas
Ven 17 Juin - 22:38
--Les deux jeunes Sigvaldsson qui étaient entrés en salle eurent un moment d’hésitation, malgré l’avertissement de leur patriarche ils ne pouvaient s’empêcher de fixer Skärn. Ce dernier s’amusait de les voir estimer leurs chances de le battre.
 
Wilhjeim êtes-vous s… ?
- Ce-ne-sera-pas-nécessaire ! Me suis-je bien fait comprendre ?
 
Skärn, estima que les deux gêneurs allaient avoir besoins d’une meilleure motivation pour accepter de s’en aller, ou peut-être qu’il avait juste envie de s’amuser à leurs dépend avant qu’ils ne disparaissent. Il se tourna vers eux et s’avança de manière à être plus visible et activa son cosmos, une énergie sombre l’entoura et au fur et à mesure des visages hurlant et gémissant apparurent et une longue plainte se fit entendre. Skärn sentit la présence d’un grand nombre d’âmes présentes dans le manoir, il était donc probable que la famille ait, comme on dirait crument, « des cadavres dans les placard ».
 
Face à ce spectacle, leurs visages pâlirent d’horreur et commencèrent à reculer tout en gardant leurs lames diriger vers lui, ce fut à ce moment qu’un groupe de garde apparurent dans le couloir suivant une jeune fille, assez jolie il devait en convenir, qui devait être allé les chercher. Skärn se contenta de lâcher les esprits sur eux, il s’agissait plus d’un tour de passe-passe pour les faire paniquer, sans vraiment de risque pour leur intégrité. Puis d’un simple geste, il ferma les portes de la salle à distance, ainsi que toutes les autres entrées et les garda bloqué, histoire de s’assurer qu’il ne serait plus interrompu.
 
-Étiez-vous obligé d’en arriver-là ? D’abattre de vieux démons sur les miens ?
 
Le vieil homme paraissait soudain las, le poids des années des années semblant l’avoir rattrapé.
 
-L’ascension de votre clan s’est fait dans le sang de vos ennemis, au point que j’arrive presque à voir ce même sang suinter de vos murs, je n’ai fait que leurs donner la possibilité d’exprimer leur courroux, tout en veillant que personne ne soit blessé. Maintenant, revenons-en à notre affaire.
 
Wilhjeim, se mit à regarder dehors, contemplant l’obscurité pour rassembler ses pensées, avant d’enfin parler.
 
Alfgrim… il a eu le malheur de ne pas naitre au bon moment, il n’a eu de cesse de se chercher une place dans ce monde, de chercher quel rôle les Nornes lui avaient réservé. Finalement, n’arrivant pas à exceller dans les domaines traditionnels, il s’est tourné vers le savoir.
 
Le savoir est les pouvoir… typique. Je suppose qu’il a vécu dans l’ombre d’individu plus brillant que lui au niveau des domaines « traditionnels » ?
 
Oui, c’est le moins que l’on puisse dire. Avec ses nouvelles compétences, il s’est rapidement taillé une place dans le clan, et même au-delà. Mais il était persuadé qu’il pouvait faire plus, il s’est alors consacré à l’étude des runes mais …
 


- Mais il n’est jamais arrivé à percer leurs secrets, c’est ça ? Puis il a décidé de se tourner vers d’autres moyens ?
avatar
SkärnGuerrier Divin de Garm
Guerrier Divin de Garm

Date d'inscription : 27/01/2016
Nombre de messages : 65
Age : 24
Double Compte : Wulf

Revenir en haut Aller en bas
Dim 31 Juil - 15:03
Le vieil homme se tut un instant, soutenant le regard de Skärn. Il finit par se détourner pour prendre une cruche de vin qui était posé sur une commode à sa gauche et s’en servit un verre, d’un signe il en proposa également à l’éclat divin mais, devant son absence de réaction, il se contenta de la reposer puis de boire sa boisson. Ensuite, Wilhjeim se leva de son siège et se dirigea vers l’une des étagères de la salle, Skärn pouvait voir à sa démarche qu’en cet instant précis, le patriarche des Sigvaldsson devait se sentir écrasé par le poids des années qu’il avait vécu. Après quelques instants de recherche, Wilhjeim sortit un ouvrage couvert de poussière et le remit à Skärn.
 
Vous ne croyez pas si bien dire guerrier divin. Ce livre est l’un des journaux d’étude que tenait Alfgrim.
 
Skärn ouvrit le livre avec précaution, non seulement car certains de ces ouvrages pouvaient réserver des surprises, mais surtout parce qu’il semblait être sur le point de se disloquer, les pages jaunies par l’humidité et la couverture craquelé de part en part. à l’intérieure il avait accès aux notes de sa cible, ses pensées, l’état de ses recherches sur les runes, Skärn constata qu’Alfgrim était fort loin de maitriser les pouvoirs, ou même d’en comprendre l’étendue, des symboles sacrés malgré les efforts consentis, néanmoins il était obligé de reconnaitre que pour un autodidacte, les connaissances rassemblées étaient impressionnantes. Au fur et à mesure qu’il parcourait l’ouvrage, il vit que l’attention du jeune érudit s’étaient tournés sur d’autres domaines.
 
Je vois ce que vous voulez dire, votre petit-fils semble avoir fini par chercher ses pouvoirs dans la plus noire des magies.
Dans la nécromancie, la magie noire, et je n’ose imaginer quoi d’autre et cela a empiré quand il a rejoint ce groupe de fanatique. Après plusieurs années, il a été démasqué et a pris la fuite. Je n’ai compris l’étendue de sa folie qu’en découvrant ses journaux.
Vous dites qu’il a rejoint un groupe ?
Oui, des individus peu recommandables qui estiment que les terres du nord doivent continuellement êtres misent à l’épreuve pour forger un peuple puissant, une race supérieure. Des individus prêts à tout pour semer le chaos…
Le tout aux noms des dieux. Je les connais.
 
Skärn referma le bouquin d’un coup et se tourna en direction du doyen. Il avait appris de nombreuses choses sur sa proie, bien plus qu’il ne l’espérait, et maintenant il savait non seulement comment le trouver et le neutraliser, mais possédait en plus une idée relativement précise de l’étendue des capacités de celle-ci.
 
Je vous remercie de votre coopération Wilhjeim. Maintenant, je vais m’assurer que votre mouton noir cesse ses manigances.
Je suppose que vous allez le tuer.
 
Sous son heaume, le visage de Skärn s’illumina d’un rictus sadique. Il se réjouissait en effet de la future confrontation.
 
S’il a de la chance, oui.
L’honneur commanderait que vous l’ameniez devant le Thing pour qu’il soit jugé.

J’ai déjà eu l’occasion de passer dans vos archives, et le jugement a déjà eu lieu, je ne serais que le bourreau.

Puis, sans laisser le temps à son interlocuteur d’émettre une objection, Skärn disparut de sa vue, emmenant le journal avec lui.
avatar
SkärnGuerrier Divin de Garm
Guerrier Divin de Garm

Date d'inscription : 27/01/2016
Nombre de messages : 65
Age : 24
Double Compte : Wulf

Revenir en haut Aller en bas
Lun 1 Aoû - 9:34
Skärn s’enfonça dans les profondeurs des forêts d’Alfheim, loin de la vue de tous. Au plus profond de la nuit, il allait mettre fin à la traque qu’il menait ici et maintenant.
 
Il inspecta une nouvelle fois l’ouvrage qu’il tenait dans ses mains, les notes d’Alfgrim Sigvaldsson, un apprenti nécromant qui foutait le bordel dans les royaumes du nord, profitant pour camoufler ses activités dans le sillage des ravages provoqués par le dernier conflit ayant secoué ces terres. Ces notes avaient permis au guerrier divin de prendre conscience de la nature de son adversaire, mais aussi que ce dernier, malgré ses pouvoirs et ses connaissances, était encore occupé à expérimenter les capacités réelles des puissances avec lesquelles il jouait. En conséquence, une confrontation s’imposait histoire qu’Alfgrim comprenne ce qu’était la vraie nécromancie et qu’il découvre le fossé séparant ses pouvoirs de ceux d’un véritable « Helblindi », un individu vivant à la frontière entre le monde des morts et celui des vivants.
 
Skärn posa ensuite le livre dans la neige, puis commença à écrire une série de runes tout autour en entonnant une série d’invocation. Il alla se procurer plusieurs crânes dans la forêt, aussi bien d’animaux que d’humain, sur lesquels il grava diverses runes dont la simple vue lorsqu’elles seraient activées pourrait blesser le regard d’un non éveillé, il planta finalement chaque crâne sur des pieux qu’il disposa aux quatre points cardinaux. Il allait utiliser l’ouvrage pour traquer l’âme de sa future victime, le temps que cette dernière avait passé à écrire ses pensées, ses travaux et ses théories dans ce grimoire l’avait lié à lui, un lien ténu certes, mais plus que suffisant.
 
Ses préparations terminées, Skärn s’assit au centre des runes et éleva son cosmos, laissant prendre possession des environ, il dressa sa lame face à lui et invoqua le pouvoir enfermé dans cette dernière pour augmenter sa propre puissance. Enfin pour achever le rituel, Skärn utilisa les griffes de son armure pour s’ouvrir une veine et en récolter le sang qu’il éparpilla autour de lui. Au moment même où son sang entra en contact avec les runes qu’il avait tracé, ces dernières s’activèrent. Une lumière sinistre l’entoura et permit à son esprit de commencer la traque.
 
Il s’agissait d’un ancien rituel chamanique, perfectionné par les Vaudous, mais pour utiliser cette méthode il lui aurait fallu une partie du corps de sa victime, de plus, en ces terres il préférait utiliser une magie plus traditionnelle. Alors que son esprit traquait les traces de la présence d’Alfgrim, son cosmos prit la forme du Hurleur, le chien de garde des Enfers nordiques, le totem de son armure, Garm.
 
Suivant le lien formé, et à présent visible à ses yeux, entre le livre et son auteur, Skärn trouva enfin la localisation de sa proie. Elle se trouvait à Nibelheim, et progressait péniblement dans la neige en compagnie d’une poignée de compagnons visiblement épuisé, la plupart d’entre eux étant probablement mort de fatigue ou de froid durant leur voyage. Skärn put même déduire quel était leur destination, il n’y avait pas grand-chose d’autres d’intéressant dans les environs en fait, le Palais d’Éljúdnir, la demeure de Hel, aujourd’hui abandonné.
 
Un sourire carnassier apparut alors sur le visage de Skärn, la traque touchait à sa fin, la proie était épuisée et bientôt acculée, il lui faudrait alors soit le vaincre, soit mourir. S’il le désirait, il pouvait mettre fin au rituel et se transporter d’’une simple pensée là-bas pour en finir lui-même mais une autre idée lui vint à l’esprit. La peur de tout nécromant était de se faire rattraper par la mort, dans ce cas, qu’Alfgrim voient son destin scellé par le compagnon de celle-ci.
 

Il poussa alors un long hurlement vers le ciel, et fit exploser son énergie. La représentation de Garm créé par son cosmos s’élança alors en hurlant en direction des cieux avant d’obliquer à la vitesse de la lumière en direction de Nibelheim, et de sa proie.
avatar
SkärnGuerrier Divin de Garm
Guerrier Divin de Garm

Date d'inscription : 27/01/2016
Nombre de messages : 65
Age : 24
Double Compte : Wulf

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 22 Sep - 23:02
L’attaque de Skärn fut prompte et brutale lorsqu’elle s’abattit sur ses cibles. Telle une comète, elle fondit des cieux de Nibelheim sur Alfgrim et ses compagnons. L’instant d’après, l’immense bête créé par le cosmos de Skärn porta la mort sur les simples mortels, les déchiquetant à coups de griffes et de croc. Au moment où sa gueule envoya valdinguer le corps de l’une de ses malheureuses victimes, une demi-douzaine de cadavres gisant autour de lui seul Alfgrim et deux de ses compagnons étaient encore debout.
 
Skärn, de son côté, souriait à pleine dents en voyant le carnage qui se déroulait. Il pouvait sentir l’excitation le gagner. Claquant la langue dans sa bouche, comme pour se débarrasser du goût de sang qu’il percevait, il se reconcentra car la confrontation qu’il attendait approchait à grand pas.
 
La créature engendrée par Skärn approcha en émettant un profond grognement vers ses prochaines victimes, déjà deux d’entre elles avaient dégainés pendant qu’Alfgrim les invectivait de la ralentir, lui-même commençant une incantation. Les yeux de la créature brillaient de la même lueur menaçante que celle qui apparaissait parfois dans l’œil aveugle de Skärn quand il faisait appel à ses pouvoirs, sa taille au garrot dépassait celle d’un cheval, ses griffes et ses dents semblaient être de véritables poignards. L’un des deux combattant hurla son cri de guerre, invoquant, ironiquement Skärn devait le reconnaître, l’un des noms d’Odin puis abattit sa hache. Skärn n’eut qu’à esquisser un geste de la main pour que la bête détourne l’attaque d’un coup de patte puis se jette sur le malheureux, le réduisant en charpie. Devant cela, son comparse lâcha son épée et s’enfuit en hurlant.
 
Skärn sentit alors une énergie s’élever, Alfgrim finissait son incantation et déchaina ses sombres pouvoirs. Un vent portant les hurlements des damnés se leva et s’abattit sur la bête. Skärn fut amusé par ce sort, destiné à arracher les âmes puis à les faire réduire en charpie par ce vent surnaturelle. Un sort, certes impressionnant, mais à part lui vriller les tympans il n’aurait pas eu grand-chose à en craindre, de plus, sa création n’ayant pas d’âme, elle n’avait rien à craindre de cette attaque et continua à avancer en montrant les crocs.
 
Skärn put sentir Alfgrim tenter de l’arrêter en jetant sort après sort, mais aucun d’entre ne purent aider le nécromant en herbe. Le traqueur d’âmes était un éveillé confirmé, et dépassait donc de loin Alfgrim en termes de puissance pure, mais en plus il avait passé énormément de temps à étudier les arts nécromantiques de son côté. De plus, peut-être à cause de la peur, son adversaire ne semblait pas réaliser que la créature qui lui faisait face n’était qu’une simple création, et que sa seule chance serait de s’en prendre directement à son créateur, à savoir, le porteur de l’éclat divin de Garm.
 
Skärn décida d’en finir tant qu’il avait l’avantage et fit charger la bête issue de son propre cosmos, cette dernière fondit d’un coup sur Alfgrim qui tentait de s’enfuir tout en invoquant les noms des dieux et leurs ordonnant de lui venir en aide. Ces ordres se transformèrent en supplique lorsqu’il se retrouva enfoncé dans la neige, écrasé sous la patte du monstre. Skärn prit bien le temps de savourer l’expression de peur présente sur le visage de sa proie via les yeux de sa création. Toujours assis dans sa forêt en Alfheim, il leva lentement sa main droite, avant de l’abattre d’un coup sur le sol. Suivant cet ordre silencieux, l’avatar de son armure referma sa mâchoire sur sa victime, l’achevant, mais gardant prisonnière entre ses dents l’âme du sorcier. Le guerrier divin la sentie se débattre et hurler de terreur alors qu’il se voyait prit au piège.
 
Suivant les injonctions de son maître, la créature tourna sa tête en direction du palais d’Élhjudnir. Le palais de la déesse Hel devrait être désert depuis la disparition de sa maîtresse, mais cela ne semblait pas être le cas. Bien qu’il n’eût aucun doute qu’en au fait que la déesse des enfers nordiques finirait par revenir, il lui semblait impossible qu’elle soit déjà de retour. Cela l’interrogeait, mais il ne pouvait se permettre de pousser plus son enquête. Il rappela à lui la créature qui réintégra son cosmos, lui apportant au passage l’âme de son adversaire. La faisant apparaitre dans sa main, Skärn l’observa un long moment.
 
- Et bien, et bien qu’avons-nous là ?
 
D’un geste il interrompit son rituel, faisant disparaître les lumières, calmant les éléments qui s’étaient déchainé lorsqu’il avait relâché son rituel au plus fort de l’incantation. Le livre d’Alfgrim se referma de lui-même avant de commencer à s’embraser. Ce grimoire de savoir impie, fruit de recherche démente disparut consumer par une flamme surnaturelle à la lueur spectrale. Skärn pensa que s’il le recroisait, il devrait remercier Ark pour lui avoir donné l’idée de ces flammes, il ne les maitrisait certes pas aussi bien mais elle pourrait s’avérer utile.
 

Puis s’éloignant, il reconcentra son attention sur sa nouvelle acquisition. Il allait s’assurer qu’elle lui révèle TOUT ce qu’elle savait avant qu’il ne s’en débarrasse. Se souvenant qu’il avait été condamné à être emmuré pour ses crimes, Skärn se dit qu’enfermer cette âme seul dans les parois d’une grotte abandonnée pourrait être une façon appropriée de la faire disparaitre. À condition d’en condamner l’entrée derrière lui.

une piste froide