:: Zone Guerre Sainte :: Europe :: Le Sanctuaire :: EntréeAller à la page : Précédent  1, 2
avatar
WolgornSpectre du Bourreau
Spectre du Bourreau

Date d'inscription : 14/01/2014
Nombre de messages : 683
Age : 21
Double Compte : Reagan

Revenir en haut Aller en bas
Ven 27 Mai - 13:52
HRP- Post de récupération suite aux dommages subis lors du combat contre Hélios. -HRP
 
C'était terminé : Wolgorn avait terrassé Hélios et prouvé par là-même sa supériorité ainsi que celle de l'armée infernale. Cependant, le combat l'avait laissé dans un bien piteux état malgré ses vantardises et tous les efforts qu'il avait investis pour pulvériser son adversaire. Aussi glorieux soit son exploit épique, le Surplis du Bourreau était en piètre forme et de nombreux éclats, dispersés sur le champ de bataille, étaient à recoller. Heureusement, il avait perdu peu de sang grâce à la nature brûlante des attaques de la Balance et pouvait donc en verser suffisamment afin de le reconstituer sans finir exsangue. Le processus risquait néanmoins d'être assez laborieux au regard des dégâts essuyés.

Déterminé à poursuivre sa mission, l'Exécuteur entama la régénération de son armure en vaporisant une brume sanglante par les pores de sa peau. Les gouttelettes d'hémoglobine rejetées allaient réveiller les fragments de cuirasse éparpillés au sol et les attirer auprès de Wolgorn. Le sang n'étant pas suffisant, son cosmos puissant et ardent se chargeait de compléter les besoins énergétiques du Surplis et de l'aider à se reconstituer. Même blessé après son affrontement, le Bourreau brûlait toujours intensément son cosmos, lui permettant d'amoindrir la sensation de fatigue et de convertir sa souffrance en force. Tant qu'il pouvait utiliser son énergie cosmique, le Russe pouvait régénérer son armure autant de fois que nécessaire. Galvanisée par sa victoire contre Hélios et l'extase qu'elle procurait, son aura démoniaque n'en était que plus efficace.

Les morceaux d'armure convergèrent progressivement autour de Wolgorn et se recomposèrent sur son corps maltraité. Le métal fondit au contact de sa chair bouillante et reconstitua la forme originelle de la protection obscure. Néanmoins le Surplis était encore fragile et les fissures étaient clairement visibles, donnant l'impression justifiée qu'il risquait de partir en pièces si on l'endommageait immédiatement. Il faudrait encore beaucoup de temps avant que tous les dégâts se résorbent et que le Bourreau puisse combattre de nouveau. Jusqu'à ce qu'il soit soigné, il comptait utiliser ses troupes au maximum pour le couvrir et écraser le reste des ennemis. Aussi l'Exécuteur se plongea-t-il en méditation, concentrant son énergie ténébreuse sur la réparation de son Surplis.
avatar
AndréaSpectre de la Liche | Modérateur
Spectre de la Liche | Modérateur

Date d'inscription : 14/08/2014
Nombre de messages : 650
Age : 24
Double Compte : Rogos, Xing Huo

Revenir en haut Aller en bas
Mar 7 Juin - 19:03
La suggestion du vieillard fut promptement rejetée par la nordique, attisant les soupçons de Rogos. Alors comme ça, elle comptait se faire passer pour l'otage de son adversaire ? Les yeux du Dullahan détaillèrent sans s'attarder la mise de la Juge, et il étouffa un soupir peu convaincu. Une prisonnière sans entraves, aussi peu amochée et au Surplis en si bon état, voilà qui était peu crédible... d'autant plus que les séides d'Athéna allaient sans doute se demander pourquoi quatre Spectres attendaient sans rien faire en bas des marches au lieu d'avancer pour compléter leur mission ou de se lancer à la poursuite du ravisseur de leur supérieure. Laisser un ou deux guerriers à l'arrière-garde d'accord, mais plus de la moitié de leur force ? Si les Saints étaient assez idiots pour gober une telle mise en scène, ils méritaient ce qui leur arrivait...

Il s'abstint pourtant une fois de plus de questionner ouvertement le plan de l’Étoile Céleste de la Férocité, tout comme Andréa qui avait soulevé les mêmes objections lors d'une conversation-éclair avec le parasite. La possibilité que la Wyverne cherche à enfumer ses subordonnés plutôt que les Saints ne pouvant toujours pas être écartée, il valait mieux continuer de ne rien dire. Les deux Étoiles Terrestres se tournèrent vers le vieillard, celui-là même qui avait proposé de faire subir au Pope un traitement plus approprié à un véritable captif, s'attendant à ce qu'il exprime ses doutes à voix haute et dans l'intention de le faire taire avant qu'il ne dise quelque chose qu'ils finiraient tous par regretter.

Au lieu de cela, ce fut l'ancêtre qui les foudroya du regard. Pour qui le prenaient-ils au juste ? Il n'était pas finaud ça d'accord, mais il n'était pas non plus né de la dernière pluie et ce n'était pas la première fois qu'il faisait semblant de ne rien voir face à un supérieur dont la fiabilité était remise en cause, autrement il n'aurait même pas atteint la vingtaine.

« Entendu Votre Excellence, on reste là et on fait le ménage derrière. On se retrouve en haut. » acquiesça le Cyclope alors qu'Eydis s'éloignait déjà, précédant dans le premier Temple son prétendu prisonnier (ou preneur d'otage). « Quelque chose me dit qu'on va en avoir besoin... » reprit-il à l'intention de ses camarades restants.

La situation n'était en effet pas brillante du côté de Sargas, et Wolgorn avait peut-être besoin d'aide après sa victoire – magistrale mais néanmoins coûteuse, à en juger par l'état du champ de bataille. Ça ne voulait pas dire qu'ils allaient sagement obéir à la Juge lorsqu'elle leur ordonnait de rester ici à se tourner les pouces.

« Dès que Monsieur Muscles est en état on y va, quitte à laisser une personne derrière pour épauler Gros Pif au cas où. » dit la Liche en pointant successivement le Bourreau et le Peryton. Ses collègues terrestres étaient d'accord. Ils n'allaient certainement pas laisser des heures à l'agent d'Eris pour ourdir on ne sait quel complot : le russe étant le commandant de la mission, son autorité surpassait celle d'Eydis, il suffisait qu'il émette un contre-ordre. Rogos se dirigea vers son colossal coreligionnaire concentrant son aura corrompue sur la consolidation de sa sombre protection, tandis que les deux autres restaient à surveiller à la fois le combat toujours en cours et la Maison du Bélier, parés à agir au premier signe d'un changement de situation dans l'un ou dans l'autre.


Dernière édition par Andréa le Mar 14 Juin - 19:41, édité 1 fois
avatar
WolgornSpectre du Bourreau
Spectre du Bourreau

Date d'inscription : 14/01/2014
Nombre de messages : 683
Age : 21
Double Compte : Reagan

Revenir en haut Aller en bas
Dim 12 Juin - 12:18
Pendant que Wolgorn régénérait son Surplis et soignait ses blessures par la même occasion, Rogos se dirigea vers lui. Avait-il donc réussi à se débarrasser du mercenaire ? Le Bourreau leva les yeux, observa la situation et s'aperçut qu'effectivement, le Black Knight n'était plus sur le champ de bataille. Le Dullahan était moins faiblard que ce qu'il pensait et pouvait lui accorder un minimum de crédit pour cela. Néanmoins, ce n'était pas le moment pour l’Étoile de l'Ombre de se réjouir trop vite, car des ennemis autrement plus coriaces que des minables renégats attendaient les Spectres. Mais avant que l'Exécuteur puisse lui adresser la parole, son confrère injecta de l'énergie dans son armure pour l'aider à se reconstituer. Manifestement, les subordonnés étaient pressés que leur chef soit rétabli afin qu'il puisse reprendre le commandement des opérations. Puisqu'il en était ainsi, Wolgorn allait revenir en tête de file et mener ses troupes vers la victoire !
 
Cependant, en inspectant plus attentivement la zone, il vit que deux individus préoccupants étaient absents. Si tous les Spectres étaient présents et que les rangs ennemis s'étaient dégarnis, Eydis manquait à l'appel tout comme son adversaire. Où avait donc filé cette maudite scandinave ? Son opposant était-il au moins mort et désintégré pour avoir disparu de la sorte ? Peut-être s'étaient-ils entretués et avaient mutuellement essuyés une attaque les ayant pulvérisés ? Non, c'était trop beau pour être vrai. En cherchant mieux, le Bourreau capta les cosmos des deux loustics en question, qui se localisaient désormais à la Maison du Bélier. Que faisaient-ils là-haut ? Le Chevalier avait-il pris la fuite et la Wyverne s'était-elle lancée à sa poursuite ? De même, cette option était trop rassurante et illogique pour être crédible. Cette catin de fausse Juge devait forcément mijoter quelque chose, mais quoi ?
 
"Rogos !" éructa le Russe. "Que fait donc cette garce d'Eydis ?! Elle est partie à la Maison du Bélier et n'a pas tué son ennemi ! A quoi ça rime ?!"
 
L'état de santé de Wolgorn s'améliorant, son aura reflua avec une fureur renouvelée vers le Dullahan, l'agressant pour une faute quelconque. Que glandaient-ils, lui, la Liche, le Cyclope et le Peryton alors qu'Eydis préparait ses manigances ? A croire que c'était au Bourreau de faire tout le travail de cette bande d'incapable ! Courroucé, il regarda promptement en arrière pour jauger le déroulement des événements du côté de Sargas. Ce dernier se battait contre la statue d'Athéna, rendue vivante par quelque artifice inconnu, le Saint des Poissons s'étant aussi évanoui du décor, mort ou simplement replié vers l'arrière. Custodio, quant à lui, contemplait l'affrontement de son perchoir, attendant vraisemblablement que l'un des deux belligérants lui tombe au bec comme un fruit mûr. Un ignoble charognard que voilà ! Le Bénou n'avait pas non plus fière allure, dominé tel qu'il l'était par son antagoniste sculptural.

L’Étoile du Châtiment, qui avait repéré Wolgorn et entendu sa question, se détourna de Sargas et quitta sa colonne pour se poser près du Commandant. Il lui raconta alors comment s'était déroulée la bataille jusque-là et lui expliqua l'affaire autour d'Eydis et du Saint mystérieux. Néanmoins, le Colombien eut toutes les peines du monde à empêcher le Bourreau de piquer une crise de nerfs, le suppliant de comprendre qu'ils n'étaient pas de taille contre la Juge et son allié, d'autant plus que l'existence de la Pomme d'Or empêchait d'être catégorique. Les Spectres avaient donc attendu les directives de leur meneur afin d'être sûrs de ne pas se jeter dans la gueule du loup sans préparations. Custodio souligna aussi que Rogos avait envoyé une fée à Perséphone et qu'il devait forcément l'avoir informée de la trahison de la Nordique.

Ceci intéressa l'Exécuteur, qui se tranquillisa quelque peu et réfléchit à la suite de la mission. Si ce que le Peryton disait était vrai, alors la Scandinave n'avait plus aucune échappatoire, la Reine des Enfers l'attendant au retour pour la châtier. Puisque Eydis était si pressée de récupérer le Rosaire et croyait pouvoir doubler les Spectres, alors ceux-ci pouvaient la laisser faire tout le boulot à leur place. Tout ce que les guerriers infernaux avaient à faire était de resserrer les rangs et de s'apprêter à réceptionner cette bêcheuse avec une guillotine. La Juge allait comprendre qu'on n'entubait pas l'armée d'Hadès sans en payer le prix fort ! Wolgorn avait déjà imaginé toute un panel de tortures, de supplices et d'humiliations conçues spécialement pour elle. Mais avant de s'emballer, il devait vérifier que Rogos avait bien fait son travail de ce côté.

"J'espère que tu as bien prévenu sa Majesté Perséphone de la félonie de cette putain d'Asgard, Rogos." gronda le Bourreau d'une voix menaçante.

Ceci dit, il congédia Custodio d'un geste de la main et lui intima de retourner à son poste : Sargas risquait d'y laisser ses plumes et il fallait quelqu'un pour le remplacer face à la statue d'Athéna. L'Exécuteur s'avança ensuite vers Andréa et Xing Huo et proclama d'un ton martial :

"Soldats ! Si l'Auguste Perséphone a bien été informée de toute la situation, nous pourrons continuer à avancer ! Cependant, connaissant la fourberie d'Eydis, nous devrons procéder prudemment ! Nous devons former un contingent uni et suivre la traîtresse comme son ombre pour mieux refermer nos crocs sur sa gorge de truie ! Elle croit pouvoir se jouer de nous, mais nous allons lui prouver qu'elle se trompe lourdement ! Nous allons lui faire comprendre ce qu'il advient de ceux qui s'attirent la colère des Enfers ! Dès qu'elle sera tombée dans notre piège, frappez-la, tabassez-la, fouettez-la, déchiquetez-la, écorchez-la, humiliez-la ! Je veux la voir saigner, ramper et chialer, pigé ?!"


Tout en psalmodiant ces paroles enragées, il serra son poing et acheva de consolider la structure de son Surplis. Les articulations de la protection obscure brillèrent d'une lueur écarlate et la visière de son casque s'illumina. Jusqu'ici diminué par son duel contre Hélios, son cosmos irradiait d'une intensité accrue et dansait tel un gigantesque brasier. Sa soif de sang était loin d'être étanchée et une faim dévorante lui remua l'estomac. Wolgorn était tellement excité qu'il était prêt à se repaître de la chair de la Wyverne une fois que celle-ci serait tombée entre ses griffes. Toutefois, il n'oubliait pas que la vengeance était un plat qui se dégustait froid et prévint une seconde fois ses subalternes :

"Mais comme je vous l'ai déjà dit, ne nous précipitons pas. Que ce soit au Sanctuaire ou aux Enfers, nous devons attirer Eydis et le Rosaire de la Vierge jusqu'à nous pour que nous puissions les cueillir aisément. Si cette garce parvient à nous embusquer ici avec le soutien des Chevaliers d'Athéna, nous sommes cuits ! Attendons qu'elle atteigne la Maison du Taureau avant de nous mettre en marche !"

Une fois ses instructions délivrées, le Russe croisa les bras et fixa les escaliers menant aux Douze Maisons. Il s'était juré de prendre sa revanche sur l’Étoile de la Férocité et de la punir pour son complot contre Coré. Il allait tout mettre en œuvre pour s'assurer une victoire complète autant contre la Juge que face au Sanctuaire.
avatar
AndréaSpectre de la Liche | Modérateur
Spectre de la Liche | Modérateur

Date d'inscription : 14/08/2014
Nombre de messages : 650
Age : 24
Double Compte : Rogos, Xing Huo

Revenir en haut Aller en bas
Mar 14 Juin - 21:00
Si le Bourreau avait suffisamment d'énergie pour se lancer dans ses imprécations coutumières alors il n'y avait aucune raison de s'inquiéter, se dit le Dullahan alors que son confrère reprenait du poil de la bête et se remettait à assaillir ses tympans. Ce n'était sans doute pas le moment pour faire savoir à l'irritable colosse que Mathayus n'avait pas choisi de déguerpir après une quelconque démonstration de supériorité écrasante de la part de l’Étoile Terrestre de l'Ombre. À la réflexion, il n'y aurait sans doute jamais de bon moment pour cela ; mieux valait se détourner du souvenir de ce combat qui n'avait fait que le détourner de son véritable objectif et passer à autre chose... comme d'expliquer au russe vociférant le pourquoi de l'absence de la Wyverne.

Heureusement il n'eut pas à le faire, le colombien ayant décidé d'abandonner son perchoir pour éclairer la lanterne de leur commandant. Rogos profita de la distraction pour reculer subrepticement et se placer hors de portée de baffe ; avec tout ce qui leur était arrivé en si peu de temps, il ne faudrait pas s'étonner si Wolgorn perdait le contrôle de ses nerfs... Aussi fut-il surpris – mais guère rassuré – de le voir passer de la rage bouillonnante à la fureur contenue. Il n'aimerait pas être à la place d'Eydis si leurs soupçons à son encontre venaient à se confirmer : nul doute que l'Exécuteur se muerait alors en ennemi mortel de la Juge et même au-delà.

« Je n'ai rien omis dans mon rapport et je Lui ai fait part de nos doutes, ça je peux te l'assurer, mais il est peut-être un peu tôt pour parler de félonie ; Sa Majesté en jugera. En tout cas Son Excellence nous a donné un ordre direct, nous n'avions d'autre choix que d'obéir. » répondit le cavalier sans tête à la question du Bourreau. Avec son dévouement fanatique à la discipline de l'armée infernale, il pouvait difficilement reprocher à ses subordonnés temporaires d'avoir respecté la hiérarchie tant qu'ils n'avaient pas la preuve formelle de la duplicité de la nordique.

Andréa et Xing Huo avaient observé l'échange sans y prendre part, se concentrant plutôt sur les fluctuations cosmiques de la zone. Si un combat venait à éclater dans le Temple du Bélier, ils n'avaient pas l'intention de le manquer... mais voilà que s'approchait maintenant le tas de muscles grandiloquent, déversant sa bile à grands renforts d'envolées viriles.

« Et bien, il l'a mauvaise le commandant... » pensa la Liche avant de se corriger. Elle n'avait pas besoin que Kochtcheï lui fasse la leçon : non seulement le russe investi de l'autorité conférée par Perséphone avait été attaqué lâchement par la nouvelle venue à l'allégeance douteuse, le rabaissant aux yeux des chevaliers du Sanctuaire, mais celle-ci avait de plus tenté d'usurper sa position et peut-être même fraternisé avec l'ennemi pendant qu'il avait le dos tourné. Sa colère était tout ce qu'il y avait de plus justifiée, et il en allait de l'honneur des Spectres de ne pas laisser de tels crimes impunis !

« Chef, oui chef ! Mais que faisons-nous si elle ne passe pas la première Maison ? Les Saints vont se poser des questions, ils ne la laisseront pas traverser comme ça... Et ils voudront savoir pourquoi nous ne bougeons pas d'ici. »

« C'est vrai que même si elle nous a pas trahis il est un peu foireux son plan... » ajouta le vieillard. « Aller chercher le Rosaire toute seule, même en admettant qu'elle réussisse ça peut prendre trois plombes et on a pas autant de temps, y'a le Poisseux qui s'est invité chez nous je vous rappelle ! »

Rogos rejoignit ses congénères et les trois Étoiles Terrestres adoptèrent une formation autour de l'Exécuteur dont l'aura ravivée irradiait à présent tel un phare cosmique. Tous trois partageaient la même angoisse, ressentaient la même tension en pensant à ce qui devait se dérouler au Château d'Heinstein où ils ne pouvaient se rendre. Qui donc était resté derrière pour défendre les Enfers, leur Reine et leur Seigneur au cas où le Maître des Océans devrait se déchaîner à nouveau ? Combien de temps leur restait-il pour revenir victorieux de ce lieu qui avait été le cimetière de dizaines de générations de Spectres avant que cette épée de Damoclès ne s'abatte ? Un ennemi se dressait devant eux, un autre investissait leur maison, un troisième s'était peut-être même infiltré dans leurs rangs. Et dire que la bataille du Sanctuaire commençait à peine...

« Ma proposition est simple : si ça prend trop longtemps, on fonce et on défonce. » grogna le philippin en faisant craquer ses articulations, insensible au coup de déprime qu'il venait d'infliger à son confrère et sa consœur. Il était trop tôt pour se décourager, trois d'entre eux n'avaient même pas encore combattu ! Il y avait des adversaires à massacrer là-devant, il le sentait et il ne se laisserait pas abattre tant que son cœur battrait et qu'il lui resterait un poing pour frapper. Les morts-vivants en avaient encore sous la pédale et les parangons d'Athéna allaient voir ce qu'ils allaient voir.
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27662-thanatos
ThanatosDieu de la Mort | Administrateur
Dieu de la Mort | Administrateur

Date d'inscription : 27/12/2012
Nombre de messages : 2005
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas
Mar 16 Aoû - 10:42
Un puits d'une noirceur insondable s'ouvrit en plein milieu du champ de bataille. Les corps gisant à sa portée furent irrémédiablement attirés, happés en son sein pour ne plus jamais en ressortir. Qui sait où ils atterriraient - si tant est qu'il y ait jamais une fin quand l'on entreprend une chute dans l'éternité. Ce n'est qu'au bout de quelques secondes que, comme naissant de ces cadavres jetés en pâture aux abysses, une fumée obscure se décida à apparaître. Il ne lui fallut qu'un instant pour prendre forme - une forme que les Spectres désormais connaissaient bien. Tandis que les traits de sa silhouette s'affinaient, Thanatos prit le temps d'admirer l'ouvrage ; car l'œuvre avait beau être la sienne, elle n'en était pas moins remarquable. S'il lui arrivait fréquemment de se trouver à deux endroits à la fois depuis qu'il avait repris sa place, le faire à un plan de distance était autrement plus corsé.

Par chance, son enveloppe ne semblait pas avoir souffert de ce dédoublement. S'il pourrait sans doute bientôt pleinement se trouver aux côtés de ses guerriers, le Dieu de la Mort avait néanmoins souhaité prendre les devants. Cela faisait plusieurs heures à présent qu'eux et leurs bannières s'étaient mis en route pour le Sanctuaire ; s'il avait de son côté dû employer à autre chose l'essentiel de ce temps, il convenait de voir où ils en étaient désormais. Si les volutes funestes lui ayant permis de s'incarner furent bientôt sur le point de se retirer, ce ne fut pas le cas de celle que ses fantassins avaient semé. La Mort était partout autour de lui, et ce dès avant qu'il ait eu besoin de se manifester. Pour autant qu'il puisse en juger, l'armée des ombres s'était montrée d'une redoutable efficacité. L'on aurait cru voir un hommage - un hymne à la ruine, la symphonie du sang.

Un sang qui n'avait pas encore fini de couler, pas plus que la poussière n'était déjà retombée. En se concentrant, il pouvait sentir les Spectres progresser à hauteur de la deuxième Maison. Cela ne lui aurait demandé aucun effort en temps normal, mais la sempiternelle barrière, fidèle au poste, gênait un tant soit peu ses perceptions. C'était également de son fait qu'il n'avait pu apparaître dans les étages supérieurs ; cela lui aurait fait gagner du temps. S'il avait eu toute sa puissance de son côté, c'eût été une autre histoire... Mais avec ses moyens réduits de moitié, mieux valait ne pas tenter le Diable - quand bien même l'on est censé l'incarner. Bien sûr, ce n'était rien à côté des effets qu'elles auraient sur ses légions en cas de mort brutale de leur part... Mais si les Saints tentaient de les sceller en sa présence, il leur souhaitait bien du courage.

Que voilà un plaisant spectacle, déclara-t-il pour lui-même en s'avançant vers les marches - puisqu'il semblait qu'il doive les gravir comme ses troupes avant lui, autant ne pas traîner. Ce n'était pas qu'une simple moquerie ; provoquer des corps était, même pour lui, une activité dépourvue d'intérêt. À ses yeux, cette vue avait réellement quelque chose de vivifiant.
Oh, celle qu'il avait depuis son appartement new-yorkais ne manquait pas de charme - mais rien ne valait la Moisson. En tant qu'avatar - que cristallisation du concept, Thanatos était évidemment à même de distinguer ce qui est mort de ce qui ne l'est pas ; aussi stoppa-t-il son avancée en réalisant qu'un des défunts n'avait pas encore mérité ce titre.

Nul besoin d'y regarder à deux fois pour savoir que cet homme n'était pas éveillé au cosmos ; outre la tenue de garde, il ne sentait pas une once de pouvoir émaner de lui. S'il était peut-être un vaillant soldat encore quelques heures auparavant, la perte d'un bras et la pulpe écarlate qui avait remplacé une partie de son visage n'aidaient guère à se l'imaginer. S'il avait appris à se méfier des apparences après son altercation avec Pégase, Thanatos pensait en l'état pouvoir s'offrir un doute raisonnable. Après d'infructueuses tentatives, la main du malheureux se referma finalement sur son arme, avec si peu de fermeté que le Faucheur confirma pouvoir exclure la raideur cadavérique.

Probablement ne savait-il même pas qui il avait en face de lui ; et comment l'en blâmer ? Hormis l'oppression que tout ce qui vit se doit de ressentir en Sa présence, il était exempt des capteurs qui lui permettraient de le détecter. Tout simplement essayait-il de faire son travail en repoussant un envahisseur présumé. Comme c'est admirable de sa part. Curieux de voir jusqu'où ses forces le porteraient, le Dieu de la Mort ne fit rien pour l'empêcher de se relever - ce qu'il parvint à faire étonnamment vite, compte tenu de l'angle étonnant qu'une de ses jambes devait arborer. Pas plus qu'il ne cilla quand l'homme se jeta vers lui la lance en avant - pas jusqu'à ce que, arrivé à un mètre de lui, celui-ci n'explose en une gerbe de sang, comme si la structure même de son corps - de son être - s'était soudainement affaissée.

Thanatos veilla consciencieusement à ce qu'aucune goutte ne vienne s'écraser sur sa luxueuse tenue, n'ayant eu l'occasion de se changer avant de venir ici. Tandis que cette pluie macabre débobinait à ses pieds le tapis rouge qu'une personne de son rang était en droit d'espérer, il sentit venir dans son dos l'une des Étoiles Maléfiques en charge de l'opération. Connaissant par coeur chacune d'elle, celle-ci à fortiori pour l'avoir côtoyée récemment, il lança sans même avoir à se retourner :

Andréa, quelle est la situation ?
avatar
AndréaSpectre de la Liche | Modérateur
Spectre de la Liche | Modérateur

Date d'inscription : 14/08/2014
Nombre de messages : 650
Age : 24
Double Compte : Rogos, Xing Huo

Revenir en haut Aller en bas
Mar 16 Aoû - 23:00
Une fois la poussière retombée, Andréa put admirer le résultat de ses efforts : un sol jonché des fragments de son titanesque adversaire retourné à la pierre. Certains étaient plus gros que la jeune fille tandis que d'autres étaient aussi petits que des graviers, leur couleur seule les distinguant de banals cailloux. Il y avait quelque chose de viscéralement satisfaisant dans ce spectacle qui ne dépareillait pas dans le décor du Sanctuaire fait de colonnes tronquées, renversées et de temples ayant connu des jours meilleurs. Puisse la destruction de cette effigie augurer de la ruine du Sanctuaire !

« Ne te repose pas sur tes lauriers, péronnelle, surtout des lauriers que Sargas avait déjà à moitié cueillis pour toi. » l'interrompit Kochtcheï, éternel rabat-joie. Coupée dans son élan jubilatoire, la polonaise retrouva immédiatement une humeur maussade. L'alchimie qui avait pu exister entre les deux porteurs du Surplis de la Liche s'était dissipée en un éclair une fois l'ennemi vaincu.

« Tu n'es jamais content, ça t'écorcherait la bouche de reconnaître qu'on a fait du bon boulot ? Enfin, si tu avais une bouche mais ce n'est pas le sujet. C'est notre premier « vrai » combat et on a gagné, contre un adversaire qui a plumé le Bénou en plus. Pré-mâché ou pas, Rogos sera vert ! »

« Nous ne combattons pas pour fanfaronner ensuite auprès de nos frères d'armes, petite écervelée, nous le faisons pour la gloire de nos Seigneurs et Maîtres. D'ailleurs, à ce propos... »

La dernière phrase du parasite attira l'attention d'Andréa sur l'arrivée d'un nouveau cosmos – l'empêchant par la même occasion de faire remarquer qu'avec ses propres piètres états de service, Kochtcheï n'avait guère dû avoir l'occasion de rouler des mécaniques dans le passé. Ce n'était pas grave, il saisirait l'intention même si elle ne l'exprimait pas sous la forme d'une pensée construite ; en attendant, elle avait d'autres chats à fouetter.

En parlant de chat, Thanatos – aussi sombre et imposant qu'à Son habitude – semblait étrangement absorbé par les ultimes soubresauts de l'un des gardes estropié plus tôt par Wolgorn. La persistance de l'homme relevait du miracle, à moins que son système nerveux ne soit tout simplement plus capable de relayer les signaux de douleur envoyés par chaque partie de son corps ravagé. Il aurait été si facile pour la Mort de mettre fin à son agonie, d'expédier le trépas vers lequel le péon se précipitait déjà de toute façon en ignorant ses blessures, sacrifiant les quelques minutes qu'il lui restait en tentant d'accomplir son devoir. Au lieu de cela, le Dieu fit preuve d'un comportement tout à fait félin en le laissant se remettre sur pieds, en lui laissant entrevoir une lueur d'espoir... avant de lui ôter brutalement, en même temps que sa vie.

L’Étoile de l'Immortalité – pourquoi fallait-il que son titre ressemble autant à un défi adressé au Faucheur – n'avait rien vu, pas le moindre mouvement de la part de Thanatos. Et dire que seule une partie de Sa divine essence était présente ! De quoi redouter ce dont Il devait être capable à pleine puissance, plus encore en se rappelant la colère noire dans laquelle Il se trouvait la dernière fois qu'elle L'avait vu. Andréa eut le plus grand mal à s'approcher d'un pas ferme du fils de Nyx alors qu'un résidu d'humanité enfoui en elle lui enjoignait de prendre ses jambes à son cou. Elle était Sa servante, elle savait que fuir serait futile, peut-être qu'Il venait en renfort... elle pouvait réfuter ad nauseam cette peur irrationnelle, ça ne la rendait pas moins tenace.

La Liche s'inclina alors que le Dieu lui ordonnait de faire son rapport, grimaçant intérieurement. Il n'y avait pas que des bonnes nouvelles...

« Nous avons rencontré beaucoup d'imprévus, Monseigneur. Son Excellence Eydis a attaqué le Commandant Wolgorn au moyen d'une Pomme d'Or puis a interrompu son combat en cours de route, prétendant avoir pris le contrôle de son adversaire, un Saint inconnu sans armure, avant de rentrer avec lui dans le Temple du Bélier. Nous soupçonnons une traîtrise. Un autre éveillé non-identifié s'est invité et a été chassé par Rogos, impossible de savoir avec certitude à quelle faction il appartient. Wolgorn s'est remis de la rébellion de la Wyverne et a vaincu Hélios de la Balance. Athéna nous a envoyé une statue animée qui a défait Sargas, j'ai dû rester derrière pour m'en occuper pendant que les autres avançaient à la poursuite d'Eydis, de l'inconnu et du chevalier des Poissons qui a battu en retraite sans nous affronter. »

Le souvenir du courroux du Faucheur restait vif dans la mémoire d'Andréa, aussi espérait-elle avoir été suffisamment précise et succincte pour L'informer correctement sans pour autant entamer Sa patience. Elle allait également devoir se retenir de Le questionner sur la suite des événements au Château d'Heinstein. S'Il était ici, même sous cette forme incomplète, cela devait signifier que la situation à leur avant-poste terrestre n'était pas désastreuse au point de réclamer toute Sa puissance et Son attention. Pour le moment, il faudrait s'en contenter.
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t27662-thanatos
ThanatosDieu de la Mort | Administrateur
Dieu de la Mort | Administrateur

Date d'inscription : 27/12/2012
Nombre de messages : 2005
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 25 Aoû - 16:23
Bien qu'il n'eut pas touché directement le malheureux - et puis quoi encore -, Thanatos ressentit le besoin pressant de s'essuyer les mains. Aussi Andréa le trouva-t-elle en train de les frictionner dans un mouchoir haut de gamme au moment de prendre place à ses côtés. Faisant disparaître le tissu dans sa poche, il se retourna vers elle pour la considérer.
S'il paraissait évident que l'héritière de Kochtcheï n'avait pas chômé, elle ne portait pas pour autant de stigmate apparent, preuve en soi de ses capacités. Si elle avait réalisé sans faillir toutes les tâches que le fils de Nyx lui avait confié jusque là, ses compétences en combat restaient sujettes à amélioration. Force était de constater que c'était en bonne voie.

Était-ce à mettre sur le compte de son précepteur ?
Si l'ancienne Étoile de l'Immortalité n'avait, dans son souvenir, jamais brillé par ses états de service, du moins devait-il pouvoir la guider correctement - aussi atypique que ce soit. Pourvu qu'ils arrivent à une entente, cela pourrait constituer un atout de poids. Hélas - sans pousser le vice jusqu'à fouiller dans sa tête pour vérifier -, ça ne semblait pas être toujours le cas.
En tous les cas avaient-ils vraisemblablement réussi à mettre leurs différents de côté assez longtemps pour valoir une victoire supplémentaire aux funestes bataillons. Athéna était-elle si désemparée, pour envoyer sa statue se battre à sa place ? Peu regardante à une époque sur le choix de ses chevaliers, peut-être sa campagne de recrutement avait-elle cette fois trop traîné.

Il était amusant de voir que, là où les Saints étaient venus en toute hâte épauler les Marinas alors qu'ils partaient à l'assaut des Enfers, ceux-ci n'avaient pas jugé bon de leur rendre la pareille. Ce qu'il y a de déplaisant avec les alliances de circonstance est qu'une fois défaites, il n'y a aucune garantie d'un jour pouvoir les ressouder - et le Dieu des Mers avait d'autres choses à penser.
Oui, Athéna et les siens étaient seuls, ainsi qu'ils l'avaient toujours été - ainsi qu'ils auraient mieux fait de le rester. Car si leur reprendre le rosaire était une nécessité, la violence de rigueur n'était qu'un juste retour des choses ; l'opulente récolte du vent qu'ils avaient semé. Une rafale mortifère que Thanatos entendait bien faire souffler. Il ne s'agissait, après tout, que d'une leçon à donner.

Je vois, répondit le Faucheur, aussi indéchiffrable qu'à l'accoutumée - qui peut se vanter de comprendre la Mort ? S'il était troublé, il n'en laissa rien paraître. Peut-être ne s'était-il pas attendu à ce que les Saints aient encore des alliés - au nombre incroyable de un -, mais c'était bien là tout ce qui pourrait l'étonner. Vous avez bien travaillé. fit-il, faisant référence tant à elle au pluriel qu'aux Spectres dans leur ensemble, Mais je pense qu'il est à présent temps pour nous d'accélérer les choses. Bien, allons voir ce qu'il en est.

Celle-ci semblant en avoir terminé ici, il invita la Liche à le suivre d'un geste de la main, prenant la direction du domaine suivant. Bien que ce ne fut que l'affaire d'une poignée d'heures, cette bataille avait déjà trop duré ; le temps était venu d'y mettre un terme - mais pas sans ce qu'ils étaient venus chercher. Les ombres s'ébranlèrent à sa suite comme une vaste traine de jais, emportant Andréa dans leur élan comme une marée obscure le ferait. Le Faucheur n'avait, à l'évidence, pas l'intention de la laisser se reposer : les hauteurs attendaient.

Déclaration de guerre ! Le combat éternel se poursuit !

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Déclaration de guerre (pv Raphaël) [terminé]
» Le souffle de la guerre
» Déclaration de guerre du puissant chef vodou Max Beauvoir contre des evangeliste
» Empty chairs at empty tables [Adonis&Silk]
» [Guerre Sainte] Combat Ostro vs Seifer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya :: Zone Guerre Sainte :: Europe :: Le Sanctuaire :: Entrée-