avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t26008-oblivion
OblivionSpectre de la Mante Religieuse
Spectre de la Mante Religieuse

Date d'inscription : 15/02/2013
Nombre de messages : 1190
Age : 21
Autres comptes : Ntikuma

Revenir en haut Aller en bas
15.04.16 19:32
Contraire à mes indications, nous nous dirigeons vers une partie de la Cité qui m’est inconnue et où les habitations sont plus petites, en plus mauvais état… ce doit être la partie la plus durement touchée par les dernières attaques. Nous zigzaguons entre les ruelles étroites puis sans crier gare, le dénommé Lachès pousse une porte en bois et me fais signe de le suivre à l’intérieur. Il adresse quelques mots aux deux autres Squelettes, qui poursuivent leur chemin, puis j’entre dans la petite demeure qui doit être son logis. Une seule pièce, éclairée par quelques bougies, aucune fenêtre, une sorte de bureau appuyé contre le mur du fond et un vieux matelas qui traîne dans un coin. Au centre, une table de bois et deux chaises. Le doyen me fait signe de prendre place et je m’exécute, le fixant avec curiosité et méfiance. Il traverse la salle et s’approche du meuble pour en ouvrir une petite porte, mais relève subitement la tête pour me regarder en fronçant les sourcils.

-Je suppose que tu ne bois pas d’alcool.

Je secoue la tête pour dire non et il soupire avant de sortir une bouteille couverte de poussière. Il s’assoit sur la chaise devant moi, retire le bouchon et prend une grande gorgée, m’ignorant complètement pendant quelques secondes. Je peux même l’entendre murmurer.

-Pour les grandes occasions… tu parles…

Puis, il se rappelle que je suis là et incline la tête comme pour mieux me regarder.

-Oblivion, c’est bien ça? Quel âge as-tu?

-Seize ans.

-Je te croyais plus âgée. Tu me rappelles quelqu’un que j’ai connu il y a quelques années…

Mon cœur se met à battre plus vite et un bourdonnement m’emplit la tête. Je m’accoude contre la table, la vue soudainement embrouillée, et me prends la tête à deux mains. Ma voix me semble lointaine, extérieure, presque inconnue alors que je prononce des mots que je n’aurais jamais pensé dire à qui que ce soit.

-Ma petite sœur était Spectre…

Le doyen ouvre de grands yeux étonnés, se penche pour mieux me regarder, je peux presque le sentir réfléchir à toute allure, puis recule. En quelques secondes, il semble avoir vieilli de mille ans et son regard est rempli de tristesse.

-Prayer.

Je hoche la tête, au bord des larmes. Lachès force un sourire en baissant les yeux.

-Je me souviens de cette petite peste… elle faisait toujours tout pour prouver sa valeur, et elle ne se laissait jamais marcher sur les pieds.

-Vous l’avez connu?

-Les Squelettes l’ont élevée, j’ai suivi ses progrès de loin quand ils ont commencé à l’entraîner. J’aurais pris la relève moi-même si le Seigneur Minos ne l’avait pas réclamée quand il l’a jugée suffisamment âgée pour développer ses pouvoirs.

-Ses pouvoirs?

-Même sans cosmos, Prayer avait des pouvoirs psychokinésiques très puissants, c’est ce qui l’a empêché de ne devenir qu’une simple âme morte… tellement puissants qu’elle ne pouvait pas les contenir, ça l’aurait… c’est ce qui l’a détruite. Pour survivre, elle devait s’en servir régulièrement, mais son dernier adversaire l’en a empêché suffisamment longtemps pour…

Mais je n’écoute déjà plus, la rage montant déjà en moi avec temps de force que mes mains en tremblent. Voilà comment ma petite sœur est morte… à cause de son pouvoir qui a été retourné contre elle, un piège mortel dont elle n’a probablement pas pu s’échapper. Je ne pensais jamais apprendre une chose pareille sur ma sœur, ce qu’elle était, comment elle a vécu… une vraie gamine, même dans la mort, mais une gamine avec tellement de puissance.

*Elle aurait dû vivre. Cela n’aurait jamais dû arriver.*

Je me lève, mais un brusque étourdissement me force à me rassoir à peine une seconde plus tard. Lachès se lève et s’approche, prêt à intervenir alors que je tente de me redresser une nouvelle fois.

-J’en ai… assez entendu…

-Non. Tu ne sors pas d’ici tant que tes blessures n’ont pas été refermées.

Sur ces mots, la porte s’ouvre et les deux Squelettes de tout à l’heure entrent, transportant ce qui ressemble à du matériel médical. Le général croise les bras et me toise avec sévérité.

-Et tu ne quittes pas les Enfers avant d’avoir appris à te battre.
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t26008-oblivion
OblivionSpectre de la Mante Religieuse
Spectre de la Mante Religieuse

Date d'inscription : 15/02/2013
Nombre de messages : 1190
Age : 21
Autres comptes : Ntikuma

Revenir en haut Aller en bas
20.04.16 20:54
-Pardon…?
 
Le grondement bas n’est pas sans rappeler celui d’une bête. Un vieux Squelette qui me donne des ordres, m’interdisant même de quitter les lieux, en parlant d’apprendre à me battre, laissant sous-entendre que je ne peux pas me battre?! J’étais une Berzerker et maintenant je suis une Étoile Céleste, comment peut-il seulement oser me dire une chose pareille?! J’ai passé ma vie à me battre! Les poings serrés, je commence à me lever et Lachès fait un pas de plus dans ma direction, guère impressionné. Les deux autres Squelettes restent là où ils sont.
 
-Laisse-les te soigner.
 
-Vous pensez que je vais rester ici?!
 
-Laisse-les te soigner et nous parlerons de ton entrainement.
 
-Non!
 
D’un geste vif, il attrape un bâton et me frappe au niveau du ventre, me coupant le souffle. Je retombe sur ma chaise, les larmes aux yeux, en le regardant avec rage, mais aussi avec surprise. Ce n’est pas un bâton, mais une lance, et il m’a frappé avec l’extrémité sans la lame…  mais d’où il la sort? Derrière lui, je remarque une sorte de support sur le mur, suffisamment grand pour tenir l’arme.
 
-Je suis ici depuis plus de deux mille ans et si je demande qu’une petite effrontée ne puisse pas quitter les Enfers tant qu’elle ne sera pas une guerrière compétente, tu n’auras rien à redire!
 
La gorge serrée par l’humiliation et la colère, je tente de protester.
 
-Je sais me battre.
 
-Quelques coups bien placés et un peu de chance, ce n’est pas se battre.
 
-Mais j’ai battu Rogos!
 
-Malgré tout le respect que je dois à mes supérieurs, ce n’est pas un grand accomplissement.
 
Après quelques secondes à m’observer, le visage sévère, il juge que c’est suffisamment sécuritaire pour laisser les deux Squelettes approcher. Ceux-ci se mettent immédiatement au travail, lavant d’abord mon visage avant d’appliquer un drôle de baume qui sent mauvais… quelques secondes plus tard, je ne ressens plus rien du tout au niveau de mon visage. Les bras croisés, Lachès supervise le travail.
 
-Puisque je doute que tu sois capable de parler en ce moment, j’aimerais que tu m’écoutes.
 
Pour le contredire, je tente de lui dire qu’il ne m’empêchera pas de faire quoi que ce soit, mais mes lèvres ne suivent pas du tout : je n’émets qu’un vague marmonnement, rien de plus. Un des Squelettes sourit, avant que le doyen ne le ramène à l’ordre. Ils ont installé un bol rempli d’eau sur la table et y trempent  régulièrement des bouts de tissus imbibés de sang, colorant l’eau de rouge…
 
-Tu es très différente de ce que Prayer nous a décrit, mais tu as eu le temps de changer… Je sais que tu veux venger sa mort, je ne sais pas comment ni pourquoi tu te bats comme tu le fais mais tu as beaucoup de potentiel, je ne t’ai pas menti. Mais tant que tu n’auras pas un minimum de contrôle, tu n’arriveras jamais à rien. Je peux t’entrainer comme il se doit et je compte le faire, parce que si je ne le fais pas personne ne pourra venger ta sœur comme il se doit.
 
Venger ma sœur? Est-ce donc la véritable raison de cette rencontre?  Au fond, Lachès a raison,  je me débrouille mais aucune de mes techniques n’est au point, mais pourquoi être aussi brusque? Je ferme les yeux, prise de vertige, tentant d’analyser correctement ce que je viens d’entendre. M’entrainer, me permettre de me battre sans trop en souffrir, me diriger correctement vers le but que je me suis fixée, devenir plus forte… ça veut dire…
 
-Vous voulez devenir mon maître?
 
J’ouvre les yeux, le dévisage sans trop y croire. Le doyen des Squelettes soupire.
 
-Si on veut, oui.
avatar
http://rpgsaintseiya.forumactif.com/t26008-oblivion
OblivionSpectre de la Mante Religieuse
Spectre de la Mante Religieuse

Date d'inscription : 15/02/2013
Nombre de messages : 1190
Age : 21
Autres comptes : Ntikuma

Revenir en haut Aller en bas
30.04.16 2:35
Je regarde droit devant, la bouche et la gorge sèche, respirant bruyamment et sans pouvoir me contrôler. J'aimerais pouvoir y réfléchir, formuler ne serait-ce qu'une pensée cohérente... mais rien ne vient. Tout n'est qu'un vaste tourbillon d'émotions, tellement fortes et brutales que je me demande si elles sont vraiment à moi... Si seulement ça pouvait être un malentendu. Que Lachès ait mal compris les quelques mots que j'ai prononcés de façons maladroites malgré mon visage engourdi, qu'il se reprenne, qu'il rectifie la situation, que moi aussi j'aie mal compris ce qu'il voulait dire... mais tout a été très clair. Il n'y a pas de malentendu. Ce Squelette vieux de plus de deux mille ans que je connais depuis à peine une heure, veut devenir mon maître.

Suivant les sentiments incontrôlables, c'est une vague de souvenirs qui me submerge. Un visage familier, une expression ennuyée, un apprentissage que j'ai tant demandé sans jamais recevoir, les paroles dures me rappelant que je ne suis pas à la hauteur. Un visage bien moins méprisant qui me supplie de le garder en vie. Les mensonges. L'orgueil. Les tourments endurés aux mains d'Oblivion me semblent tellement loin, mais même après tout ce que j'ai vécu ils font toujours aussi mal. Maintenant, il est pire que mort: il n'existe plus. Son nom est devenu le mien, son armure aussi, tout ce qu'il a voulu être, je me le suis approprié à sa place. Parce que je voulais bien faire, et parce qu'une force supérieure a cru que je pourrais le faire. M'a forcé à le faire.
Est-ce que je suis vraiment prête à revivre ça à nouveau?

La voix de Lachès garde cette même inflexion dure et sévère alors qu'il commence à faire les cent pas.

-C'est un peu tard, je l'avoue, et nous n'aurions pas le temps de t'entraîner parfaitement, mais tu ne serais pas mon premier élève. J'en ai formé bien d'autres avant toi, si c'est ce qui t'inquiètes. Quand à la maîtrise du cosmos, eh bien...

-Pourquoi...?

Il s'arrête, me regarde sans rien dire pour quelques secondes. Les émotions que je vois passer dans ses yeux me donnent des frissons... tant d'espoir, tant de détermination... et d'une certaine façon, je suis le moyen de tout réaliser. Mais pourquoi?
Soudainement, le visage du Squelette se colorie, passant du pâle au rouge, et il abat son poing sur la table. Le vacarme fait sursauter les deux autres Squelettes qui reculent prestement pour ne pas être à la portée de leur supérieur.

-Pourquoi?! Après ce que je t'ai raconté, après ce qui est arrivé à ta sœur, tu te demandes encore pourquoi je veux t'entraîner? Depuis deux mille ans, je suis ici, depuis ma mort j'ai supporté le règne d'Hadès, j'ai entraîné ses soldats, de vrais soldats, qui pourraient être des Spectres compétents s'ils avaient eu la chance d'être éveillés! Se battre, ce n'est pas un coup de chance, ça ne devrait jamais l'être! Et je ne vais pas rester ici les bras croisés à attendre qu'un autre enfant se fasse bêtement tuer sur le champ de bataille!!!

Le regard planté dans le sien, je réalise que je tremble de tous mes membres. Une enfant... au fond, il le fait autant pour lui que pour moi. S'il a vu bien des gens, Spectres comme Squelettes, arriver aux Enfers, combien en a-t-il vu disparaître? Mourir pour ne jamais revenir? Après onze ans, j'ai tout perdu... lui, après des millénaires, qu'est-ce qu'il lui reste? Beaucoup, beaucoup de volonté, je suppose... Pour continuer de se battre sans aucun pouvoir.
D'un coup, un violent mal de tête se fait ressentir et j'étouffe une plainte sourde. Je ne me sens pas bien du tout, mais parviens à secouer doucement la tête.

-Non... vous avez raison.

Il n'y a plus de place pour les enfants dans ce monde. L'image du Dullahan emprisonné dans une nuée d'aiguilles me revient à l'esprit, le sentiment de puissance incarné, mon désir de continuer à lui faire du mal... c'est ce que je dois être. Mais ce n'est qu'une pulsion, sanglante et dévastatrice certes, mais tout de même un simple envie. Et ne pas contrôler ses envies, c'est enfantin. Prayer ne contrôlait pas ses pouvoirs, je ne contrôle pas ma colère, ma puissance… au final, le résultat est le même. Et c’est ce que Lachès veut éviter. Il a raison, je le sais bien, mais… ce n’est qu’un Squelette. Que peut-il bien m’apprendre?
Maintenant, je veux le croire. Maintenant, je réalise les défauts flagrants de mon style de combat et si j’ai la chance de devenir une véritable guerrière ici, quelque chose qui m’a été refusé même à Sparte… je vais la prendre. Je veux y croire, mais je ne vois pas comment c’est possible.

-Mais… comment…?

-Quelle importance?! Tu veux devenir une vraie combattante oui ou non?!

Même la patience d’un doyen a ses limites. Mais cette fois, loin de me laisser impressionner, je me lève brusquement, soutenant son regard.

-J’ai… j’ai le droit de savoir! Co… comment vous allez… gh!

Une douleur lancinante me transperce le crâne et je me rassois en gémissant. J’ai peur de fermer les yeux… je sens que je ne pourrais pas les rouvrir par la suite… Je réalise que les deux Squelettes me retiennent pour m’empêcher de m’affaisser et leur général m’observe, d’abord surpris, puis amusé. Il ricane.

-Eh bien… voilà la première chose que nous allons travailler… alors, Oblivion de la Mante Religieuse, Étoile Céleste de la Rage, quelle sera ta réponse?

-D… D’accord… mais…

-Bien! Vous ne regretterez pas votre décision, mademoiselle.

Il s’incline, mais je ne le vois pas très bien. Tout est embrouillé… j’ai du mal l’entendre, j’ai cru qu’il m’avait vouvoyé. Mon visage tout entier me brûle… et je me sens vide de toute énergie. Je tente de bouger les bras, mais ils ne répondent pas. Je ne les sens plus du tout. Lachès fait un drôle de signe et les Squelettes m’aident à me relever. J’ai peine à rester debout, et ma tête me semble beaucoup trop lourde. Et tout ça pour une simple technique ratée…

-Ramenez-la dans ses quartiers. Nous reparlerons plus tard, quand…

Silence. Son rire semble lointain.

-Quand son esprit aura retrouvé ses marques.

Nous nous mettons en marche, je crois. Je me rappelle de respirer. Mais une fois rendus à l’extérieur, tout devient noir.



Je me réveille en sursaut dans mes quartiers, le visage couvert de bandages. J’ignore combien de temps a passé depuis ma rencontre avec le Squelette. Rogos ne semble pas être revenu. Je me prends la tête entre les mains, et dans un long soupir, retire les bandages d’un coup sec. Mes forces semblent être complètement revenues.
Et maintenant, je retourne à l’entraînement.
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

[FB] Un nouveau maître pour une nouvelle Spectre