InvitéInvité


Revenir en haut Aller en bas
Jeu 21 Avr - 16:07
C'est dans un sursaut d'horreur que j'ouvre les yeux pour apercevoir le plafond de glace. Tout autour de moi n'est que blanc, je suis dans une petite caverne illuminée par la lumière du soleil, je peux entendre le vent qui hurle dehors... je suis encore à Asgard, je suppose. Mais depuis quand suis-je ici? Je me souviens vaguement de la bataille... et le pouvoir de Freyja... mais après ça...
 
*C'est drôle, hein. Ils devraient être inquiets et pourtant, même ici c'est pas bien bien différent. Heh.*
 
Quoi? Je n'arrive pas à trouver d'où provient cette petite voix, je l'entends très clairement mais il n'y a pas d'écho... je me lève et tourne lentement la tête pour repérer la personne qui me parle, mais je suis seule.
 
*Moi, je suis tellement habituée à tout savoir, j'aime pas quand les gens ignorent trop de choses... c'est tellement débile.*
 
-Qui est là?
 
Ma voix résonne partout dans la grotte. Est-ce que la voix parvient vraiment de dehors?
 
*... Ah oui c'est vrai, t'es encore là. Pas pour longtemps par contre... tu le sens pas quand une armure comme la tienne disparait? Moi oui, parce que je suis plus cool que toi, et au travers de toi ben... j'ai tout ressenti. Tu sais que t'es la seule Valkyrie encore en vie?*
 
À travers moi? D'un pas tremblant, j'avance vers le mur et tend doucement la main devant moi. Un cosmos azuré s'échappe de mes doigts et effleure le mur, créant une nouvelle couche de glace reflétant mon image comme un miroir. C'est encore moi, pourtant... mais pourquoi est-ce que je me sens aussi différente?
 
*Ça a pas l'air de te faire grand-chose. Elles te manquent pas, tes copines Valkyries?*
 
-... Qui es-tu?
 
*Tu veux savoir? OK... Je vais t'avouer mon identité, tous mes secrets et les raisons de ma présence ici vu que tu l'as demandé gentiment.*
 
Devant moi, les lèvres de mon reflet se mettent à bouger bien que je ne parle pas, suivant cette voix enfantine inconnue.
 
*Sérieusement, Wanda, ça te sert à rien de savoir ça. Freyja s'est fait planter, les Valkyries sont presque toutes disparues, t'auras pas le temps de percer tous mes mystères.*
 
-Mais comment tu peux savoir tout ça? Tu es dans ma tête? Alors comment tu peux voir plus loin que moi? Et depuis quand...
 
*C'est ce que je fais, tu vois... j'ai fait ça toute ma vie. Sauf qu'il y a eu une grande guerre et mon corps s'est fait détruire, j'avais vraiment peur de mourir alors je me suis concentrée vraiment fort... j'ai pensé à mes chauves-souris et même sans pouvoir, j'ai pu concentrer mon cosmos. Je me suis sentie exploser, j'ai cru que j'étais foutue, mais quand j'ai ouvert les yeux, je volais allègrement dans les airs. Mais il faisait tellement froid...*
 
Je ne comprends rien à ce que la petite raconte. Mon regard devenu le sien est absent, elle regarde un point loin derrière moi et je peux voir ses iris passer au vert. Quelle guerre? Pourquoi une fillette serait envoyée au combat? Quel âge a-t-elle?
 
*J'ai quatorze ans. Mon nouveau corps n'allait pas survivre dans le nord, à deux on devrait être vraiment désorientés. La chauve-souris est morte et je me suis laissée tomber, je savais pas trop ce qui allait m'arriver... et puis y a eu toi. Ma nouvelle maison. Héhé. Toute une chance hein?*
 
L'image rigole mais je reste de marbre, serrant les poings pour contenir ma frustration. Une petite éveillée parasite mon corps et mon esprit pour échapper à la mort, depuis quand est-elle là? Je me souviens de ma vilaine chute sur la patinoire, mon évanouissement, et l'homicide qui a suivi... apparemment, j'avais disparu pendant quelques jours cette fois-là. Est-elle à blâmer?
 
*Oh, ça...* Même la petite semble mal à l'aise. *Écoute, je voulais pas trop partager un corps et j’avais peur que tu ne survives pas donc j'ai décidé de fabriquer mon propre corps, comme je le voulais, pour te laisser tranquille. J'ai pris mes bouts préférés de certaines personnes, le produit final est dans une autre grotte quelque part, mais c'est dégueu! Idée pourrie je te dis! En plus j'ai réalisé qu'à moins que tu crèves, je pourrai peut-être pas faire le transfert... J’ai déjà essayé, je n’y arrive pas…*
 
-Arrête! C'était toi depuis le début?! Tout ça pour des expériences grotesques dont tu t'es lassée?!
 
*Bah... ouais. Pas besoin de me faire la remontrance là, j'ai déjà compris que l'idée était stupide.*
 
Les larmes d'horreur coulent sur mes joues, je sens mon cœur battre avec violence dans ma poitrine alors que je réalise ce qui se passe: cette gamine folle à lier a réussi à s'infiltrer en moi, causant un tas de problèmes et tuant aveuglément en faisant tout passer sur mon dos! Toutes les fois que j'ai perdu connaissance en me réveillant dans un endroit totalement différent, c'était elle. Tous les méfaits dont on m'a accusée, c'était elle aussi. Et tout ça pour quoi? Pour fuir la mort à son tour! Me prenant le visage entre les mains, je pousse un hurlement de désespoir et de colère. Elle va me le payer! Elle ne s'en sortira pas comme ça!
 
Soudainement, une main gantée saisit doucement mon poignet pour éloigner ma main de mon visage, puis je sens un bout de tissu rugueux contre ma joue là où les larmes ont coulé. Curieuse, je relève complètement la tête avec une lueur d'espoir dans les yeux pour voir cette aide nouvelle... mais le moment ne dure qu'une fraction de seconde avant de passer à l'horreur de nouveau. Je reconnais trop bien ce visage disgracieux, et ce qui me touche le visage et me retient le poignet, ce sont des rubans. Son regard vert brille de mille feux. Déjà, je ne sens plus ma main, et soudainement je n'arrive plus à respirer.
 
*Qu’est-ce que… Oh c'est pas vrai! Je vais me retrouver là-dedans?!*
 
Tant de bataille, tant d'effort, pour finalement être piégée et restreinte en quelques secondes. Est-ce lui qui a tué les autres Walkyries? Je sens le cosmos de Karim augmenter et l'effet est immédiat : je ne ressens plus rien, je me sens fatiguée et j'ai froid... la voix de la fillette se fait entendre, lointaine, toujours aussi arrogante.
 
*Eh bien, ça va être sympa. J'espère que personne me reconnaîtra, j'aurais trop honte... bye bye, Undrar...*
 
Et maintenant, le silence. Et le vide. Un esprit qui cesse de penser, et un cœur qui cesse de battre.

Till Slutet...